Informations

Cowell DD-167 - Histoire


Cowell je

(DD-167 : dp. 1060 ; l. 314'6"; n. 31'9"; dr. 9'2"; s. 36 k.; cpl. 101; a. 4 4", 4 21" tt .; cl. Wickes)

Cowell (DD-167) a été lancé le 23 novembre 1918 par Fore River Shipbuilding Co., Quincy, Mass.; parrainé par Mlle E. P. Garney ; et commissionné le 17 mars 1919, lieutenant-commandant
C. E. Van Hook aux commandes.

Cowell a autorisé Boston, Massachusetts, le 3 mai 1919, à prendre position à Trepassey Bay, Terre-Neuve, premier point d'arrêt pour les hydravions de la Marine qui, ce mois-ci, ont commencé la première traversée aérienne historique du
Atlantique. Après avoir patrouillé sa station, elle est revenue à Boston le 22 mai pour se préparer au service européen et le 30 juin a navigué de New York pour rejoindre la force navale américaine dans l'Adriatique. Ici, elle
a servi de navire d'expédition pour la Commission alliée de la paix, et de navire de station à Fiume, Istrie, à Spalato et à Trau, Dalmatie, à son tour jusqu'au 23 octobre, date à laquelle elle a été autorisée à rentrer chez elle

En réserve à Boston et Charleston à partir du 1er décembre 1919, Cowell a pris la mer pour une période d'entraînement à partir de Newport, R.I., avec une organisation de réserve d'avril à octobre 1921, retournant à
Charleston. Le 27 juin 1922, il est désarmé au Philadelphia Navy Yard, où il repose jusqu'à sa remise en service le 17 juin 1940 pour des missions de patrouille dans l'Atlantique. Elle a navigué le long de l'est
sur la côte jusqu'au 18 septembre 1940, date à laquelle il est arrivé à Halifax, en Nouvelle-Écosse, pour y être désarmé le 23 septembre 1940 et transféré à la Royal Navy le même jour à terre
bases pour l'échange de destroyers.

Commandé sous le nom de HMS Brighton, le destroyer a servi avec des mouilleurs de mines dans le détroit du Danemark et au large des îles Féroé. Le 27 février 1941, il sauve de la mer 19 survivants de
torpillé le SS Baltisan. Après le radoub, il a servi en 1943 et 1944 en tant que navire cible pour l'entraînement à l'aviation navale dans les approches occidentales et à Rosyth, en Écosse. Le 16 juillet 1944, elle était
transféré en Russie, dans la marine de laquelle elle a servi comme Jarkyi jusqu'à son retour aux Britanniques à Rosyth le 28 février 1949.


Campagnes du Pacifique central[modifier | modifier la source]

Départ de San Pedro le 28 octobre 1943, Cowell est arrivé à Pearl Harbor le 2 novembre pour rejoindre la Fast Carrier Task Force (alors TF 58, plus tard TF 38). Du 10 novembre au 13 décembre, elle a masqué les porte-avions alors qu'ils lançaient des attaques aériennes lors de l'invasion des îles Gilbert, puis a navigué depuis Espiritu Santo pour des frappes sur Kavieng, en Nouvelle-Irlande à la fin de l'année et sur les îles Kwajalein, Ebeye et Eniwetok. à la fin du mois de janvier. De retour à Majuro, il prend la mer pour la frappe sur Truk des 16 et 17 février 1944, puis navigue vers Pearl Harbor pour se reconstituer.

Cowell retourna à Majuro le 22 mars 1944 et rejoignit la TF 58 pour les frappes sur Palau, Yap et Ulithi du 30 mars au 1er avril, l'invasion de Hollandia du 21 au 23 avril et les raids sur Truk, Satawan et Ponape du 29 avril au 1er mai. Après les attaques aériennes sur l'île Marcus et l'île Wake du 19 au 23 mai, Cowell a continué à filtrer les porteurs pendant l'opération Marianas. Elle est sortie de sa base de Majuro du 6 juin au 14 juillet pour des frappes sur Guam et Rota, des raids pour neutraliser les bases japonaises dans les Bonins et pour fournir une couverture antiaérienne de protection aux porte-avions lors de la bataille de la mer des Philippines les 19 et 20 juin. .

Après une révision chez Eniwetok, Cowell pris la mer le 29 août 1944 avec le Task Group 36.5 (TG 38.5) pour des frappes aériennes sur les Carolines occidentales, les Philippines et les Palaus, et la région de Manille et de la baie de Subic, ainsi que pour soutenir les débarquements sur Morotai le 15 septembre. Elle est arrivée à Manus le 28 septembre pour reconstituer, puis sortied le 2 octobre en soutenant des frappes aériennes sur Okinawa, Luzon et Formosa se préparant à l'assaut de Leyte. Lorsque Canberra et Houston ont été torpillés lors de violentes attaques aériennes japonaises les 13 et 14 octobre, Cowell se tenait prêt à fournir de la lumière, de l'électricité et des installations de pompage alors que les infirmes se retiraient lentement de la zone dangereuse. Elle a rejoint son groupe de travail pour naviguer pour la bataille lointaine du golfe de Leyte, et les avions de ses porte-avions étaient à temps pour lancer des frappes révélatrices contre les navires japonais en retraite. Cowell est revenu à Ulithi le 28 octobre pour le devoir de patrouille et de formation jusqu'au 26 décembre quand elle a navigué pour Seattle et une révision.


Cowell DD-167 - Histoire

Après l'entraînement au shakedown, Cowell arrivé à Pearl Harbor le 2 novembre. Là, elle a rejoint les sœurs construites à San Pedro Bradford et brun dans la division Destroyer 92 du Destroyer Squadron 46, le premier escadron de 2 100 tonnes attaché à l'amiral Mitcher, récemment formé par les Fast Carrier Forces.

Opérant avec la Force opérationnelle 58, Cowell a filtré les porte-avions alors qu'ils lançaient des attaques aériennes lors de l'invasion des îles Gilbert, du 10 novembre au 13 décembre, puis a navigué d'Espiritu Santo pour des frappes sur Kavieng, en Nouvelle-Irlande au début de l'année et sur les îles Kwajalein, Ebeye et Eniwetok à la fin du mois de janvier. De retour à Majuro, il a pris la mer pour la grève sur Truk des 16 et 17 février, puis a navigué vers Pearl Harbor pour se reconstituer.

Cowell retourna à Majuro le 22 mars 1944 et rejoignit le TG 58 pour les frappes sur Palau, Yap et Ulithi du 30 mars au 1er avril, l'invasion de Hollandia du 21 au 23 avril et les raids sur Truk, Satawan et Ponape du 29 avril au 1er mai. Après les attaques aériennes sur l'île Marcus et l'île Wake du 19 au 23 mai, Cowell a continué à filtrer les porteurs pendant l'opération Marianas. Elle est sortie de sa base de Majuro du 6 juin au 14 juillet pour des frappes sur Guam et Rota, des raids pour neutraliser les bases japonaises dans les Bonins et pour fournir une couverture antiaérienne de protection aux porte-avions lors de la bataille de la mer des Philippines les 19 et 20 juin. .

Après une révision chez Eniwetok, Cowell pris la mer le 29 août 1944 avec la TG 38.5 pour des frappes aériennes sur les Carolines occidentales, les Philippines et les Palaus, et la région de Manille et de la baie de Subic, ainsi que pour soutenir les débarquements sur Morotai le 15 septembre. Elle est arrivée à Manus le 28 septembre pour se reconstituer, puis sortied le 2 octobre en soutenant les frappes aériennes sur Okinawa, Luzon et Formosa se préparant à l'assaut de Leyte. Lorsque Canberra (CA 70) et Houston (CL 81) ont été torpillés lors de violentes attaques aériennes japonaises les 13 et 14 octobre, Cowell, se tenait prêt à fournir des installations d'éclairage, de puissance et de pompage comme elle, Boyd et Grayson a projeté le &ldquoCripDiv&rdquo ou &ldquoBaitDiv&rdquo lent se retirant de la zone dangereuse. Elle a rejoint son groupe de travail pour naviguer pour la bataille lointaine du golfe de Leyte, et les avions de ses porte-avions étaient à temps pour lancer des frappes révélatrices contre les navires japonais en retraite. Cowell est revenu à Ulithi le 28 octobre pour le devoir de patrouille et de formation jusqu'au 26 décembre quand elle a navigué pour Seattle et une révision.

De retour à l'action, Cowell appareillé de Saipan le 27 mars 1945 pour l'invasion d'Okinawa. Elle a couvert les débarquements de diversion lors de l'assaut du 1er avril, puis a assumé le devoir de piquetage radar qui devait lui apporter une Presidential Unit Citation. Jusqu'au 20 juin Cowell a bravé les dangers de la ligne de piquetage pour diriger avec succès une patrouille aérienne de combat et pour éclabousser sa propre part d'avions japonais de tirs antiaériens. À au moins trois reprises, manœuvres habiles, tir précis et courage sauvés Cowell de graves dommages. Le 4 mai, elle a éclaboussé deux avions à moins de 50 pieds du navire, recevant une pluie d'essence et de débris brûlants, puis a aidé Gwin (DM 33) en tirant sur un autre suicidaire. Le 13 mai, Cowell a tiré sur plusieurs avions attaquants, puis a apporté des pompiers et une assistance médicale aux sinistrés Bache (DD 470), la protégeant d'une nouvelle attaque. Lors d'une autre attaque le 25 mai, Cowell a éclaboussé un kamikaze en plongée qui a explosé en l'air en éparpillant des fragments d'obus et sa porte de cockpit sur Cowell&rsquos pont et provoquant de petits incendies. Démis de ses fonctions de piquetage le 20 juin, Cowell rejoint TG 32.15 pour patrouiller au large d'Okinawa dans la mer de Chine orientale. Le 22 juillet, elle a envoyé des équipes de sauvetage et de lutte contre l'incendie pour aider Marathon (APA 200).

Cowell a navigué d'Okinawa le 20 septembre 1945 pour soutenir les débarquements d'occupation à Matsuyama. Elle a quitté Nagoya le 31 octobre et est arrivée à San Diego le 17 novembre, où elle a été mise hors service en réserve le 22 juillet 1946.

Remis en service le 21 septembre 1951, Cowell a été affecté à la Flotte de l'Atlantique et a navigué de San Diego le 4 janvier 1952 pour arriver à Norfolk le 19 janvier. Elle s'est jointe aux exercices et à la formation de la flotte, puis a navigué de Norfolk le 7 janvier 1953 pour l'Extrême-Orient. Elle a rejoint la TF 77 au large de la Corée en patrouille, puis a opéré avec des navires britanniques dans la West Coast Blockade Force. elle a escorté Missouri (BB 63) à un bombardement de la côte est de la Corée, puis rejoint le TG 95.2 pour le bombardement côtier dans le port de Wonsan, le déminage et les patrouilles côtières. Elle a autorisé Sasebo le 26 juin pour terminer sa croisière autour du monde en faisant escale à Manille et en passant par l'océan Indien, le canal de Suez et la mer Méditerranée pour revenir à Norfolk le 22 août. Du 4 septembre au 23 novembre, il a mené des exercices de chasseurs-tueurs locaux, puis a navigué dans l'Atlantique et la Méditerranée pour des opérations similaires du 4 janvier au 11 mars 1954.

Cowell a autorisé Norfolk le 7 janvier 1955 et est arrivé à Long Beach le 28 janvier pour rejoindre la Flotte du Pacifique. Au cours de sa période de service de 1955 dans le Pacifique occidental, elle a participé à des exercices de missiles guidés en route vers Pearl Harbor, a servi de garde d'avion pour Essex (CV 9), a servi dans la patrouille de Taiwan et a participé à des exercices de chasseurs-tueurs avec la TF 77. Cowell est retourné en Extrême-Orient pour des tâches similaires chaque année jusqu'en 1960, participant à des exercices et à une formation de Long Beach lorsqu'il n'était pas déployé.

Le 17 août 1971, Cowell a été désarmé et transféré en Argentine, dans la marine duquel elle a servi comme ARA Almirante Storni jusqu'en 1982, date à laquelle elle a été frappée et mise à la ferraille.


Ст

1919—1940 [ ред. | ред. од ]

« Ковелл » 27 ервня 1922 року иведений о резерву, е еребував ротягом 18 років. 17 червня 1940 року знову введений о сил Атлантичного флоту ов до 79-го дивізіону есмінців, який входив до ейтр. 18 вересня 1940 року прибув до Галіфакса у овій Шотландії для подальшої передачі Королівському британському флоту. 23 ересня перейшов розпорядження ританців.

У складі британського флоту [ ред. | ред. од ]

29 вересня 1940 року корабель ийшов з британським екіпажем та новим ім'ям «райтон» до берегів Британських островів. «Брайтон» ніс службу близько данського узбережжя спільно з тральщиками і базувався на Фарерських островах. 27 лютого 1941 на його борт було прийнято 19 моряків із затонулого корабля «алтісан». «Брайтон» був спеціально відремонтований для супроводу ескортів: були прибрані три гармати і одна потрійна торпедна установка для полегшення маси і установки протичовнової зброї.

1 овтня 1941 року есмінець ов о складу ескорту конвою WS 12 [Прим. 2].

31 жовтня 1941 року, спільно з есмінцями «а», «рібі», «Онслоу» і крейсером «еффілд»

У складі радянського флоту [ ред. | ред. од ]

16 липня 1944 року переданий о складу Північного флоту ВМФ СРСР, де отримав назву «Жаркий». 28 лютого 1949 року повернутий о Великої Британії, е квітні 1949 розібраний на брухт у Росайті.


Départ de San Pedro le 28 octobre 1943, Cowell est arrivé à Pearl Harbor le 2 novembre pour rejoindre le porte-avions rapide TF 58. Du 10 novembre au 13 décembre, elle a masqué les porte-avions alors qu'ils lançaient des attaques aériennes lors de l'invasion des îles Gilbert, puis a quitté Espiritu Santo pour des frappes sur Kavieng, en Nouvelle-Irlande, à au début de l'année et sur les îles Kwajalein, Ebeye et Eniwetok à la fin du mois de janvier. De retour à Majuro, il a pris la mer pour la grève sur Truk des 16 et 17 février, puis a navigué vers Pearl Harbor pour se reconstituer.

Cowell retourna à Majuro le 22 mars 1944 et rejoignit le TG 58 pour les frappes sur Palau, Yap et Ulithi du 30 mars au 1er avril, l'invasion de Hollandia du 21 au 23 avril et les raids sur Truk, Satawan et Ponape du 29 avril au 1er mai. Après les attaques aériennes sur l'île Marcus et l'île Wake du 19 au 23 mai, Cowell a continué à filtrer les porteurs pendant l'opération Marianas. Elle est sortie de sa base de Majuro du 6 juin au 14 juillet pour des frappes sur Guam et Rota, des raids pour neutraliser les bases japonaises dans les Bonins et pour fournir une couverture antiaérienne de protection aux porte-avions lors de la bataille de la mer des Philippines les 19 et 20 juin. .

Après une révision chez Eniwetok, Cowell pris la mer le 29 août 1944 avec la TG 38.5 pour des frappes aériennes sur les Carolines occidentales, les Philippines et les Palaus, et la région de Manille et de la baie de Subic, ainsi que pour soutenir les débarquements sur Morotai le 15 septembre. Elle est arrivée à Manus le 28 septembre pour se reconstituer, puis sortied le 2 octobre en soutenant les frappes aériennes sur Okinawa, Luzon et Formosa se préparant à l'assaut de Leyte. Lorsque Canberra (CA 70) et Houston (CL 81) ont été torpillés lors de violentes attaques aériennes japonaises les 13 et 14 octobre, Cowell se tenait prêt à fournir de la lumière, de l'électricité et des installations de pompage pendant que les infirmes se retiraient lentement de la zone dangereuse. Elle a rejoint son groupe de travail pour naviguer pour la bataille lointaine du golfe de Leyte, et les avions de ses porte-avions étaient à temps pour lancer des frappes révélatrices contre les navires japonais en retraite. Cowell est revenu à Ulithi le 28 octobre pour le devoir de patrouille et de formation jusqu'au 26 décembre quand elle a navigué pour Seattle et une révision.

De retour à l'action, Cowell appareillé de Saipan le 27 mars 1945 pour l'invasion d'Okinawa. Elle a couvert les débarquements de diversion lors de l'assaut du 1er avril, puis a assumé le devoir de piquetage radar qui devait lui apporter une Presidential Unit Citation. Jusqu'au 20 juin Cowell a bravé les dangers de la ligne de piquetage pour diriger avec succès une patrouille aérienne de combat et pour éclabousser sa propre part d'avions japonais de tirs antiaériens. À au moins trois reprises, manœuvres habiles, tir précis et courage sauvés Cowell de graves dommages. Le 4 mai, elle a éclaboussé deux avions à moins de 50 pieds du navire, recevant une pluie d'essence et de débris brûlants, puis a aidé Gwin (DM 33) en tirant sur un autre suicidaire. Le 13 mai, Cowell a tiré sur plusieurs avions attaquants, puis a apporté des pompiers et une assistance médicale aux sinistrés Bache (DD 470), la protégeant d'une nouvelle attaque. Lors d'une autre attaque le 25 mai, Cowell a éclaboussé un kamikaze en plongée qui a explosé en l'air en éparpillant des fragments d'obus et sa porte de cockpit sur Cowell&rsquos pont et provoquant de petits incendies. Démis de ses fonctions de piquetage le 20 juin, Cowell rejoint TG 32.15 pour patrouiller au large d'Okinawa dans la mer de Chine orientale. Le 22 juillet, elle a envoyé des équipes de sauvetage et de lutte contre l'incendie pour aider Marathon (APA 200).

Cowell a navigué d'Okinawa le 20 septembre 1945 pour soutenir les débarquements d'occupation à Matsuyama. Elle a quitté Nagoya le 31 octobre et est arrivée à San Diego le 17 novembre, où Cowell a été mis hors service en réserve le 22 juillet 1946.

Remis en service le 21 septembre 1951, Cowell a été affecté à la Flotte de l'Atlantique et a navigué de San Diego le 4 janvier 1952 pour arriver à Norfolk le 19 janvier. Elle s'est jointe aux exercices et à la formation de la flotte, puis a navigué de Norfolk le 7 janvier 1953 pour l'Extrême-Orient. Elle a rejoint la TF 77 au large de la Corée en patrouille, puis a opéré avec des navires britanniques dans la West Coast Blockade Force. elle a escorté Missouri (BB 63) à un bombardement de la côte est de la Corée, puis rejoint le TG 95.2 pour le bombardement côtier dans le port de Wonsan, le déminage et les patrouilles côtières. Elle a autorisé Sasebo le 26 juin pour terminer sa croisière autour du monde en faisant escale à Manille et en passant par l'océan Indien, le canal de Suez et la mer Méditerranée pour revenir à Norfolk le 22 août. Du 4 septembre au 23 novembre, il a mené des exercices de chasseurs-tueurs locaux, puis a navigué dans l'Atlantique et la Méditerranée pour des opérations similaires du 4 janvier au 11 mars 1954.

Cowell a autorisé Norfolk le 7 janvier 1955 et est arrivé à Long Beach le 28 janvier pour rejoindre la Flotte du Pacifique. Au cours de sa période de service de 1955 dans le Pacifique occidental, elle a participé à des exercices de missiles guidés en route vers Pearl Harbor, a servi de garde d'avion pour Essex (CV 9), a servi dans la patrouille de Taiwan et a participé à des exercices de chasseurs-tueurs avec la TF 77. Cowell est retourné en Extrême-Orient pour des tâches similaires chaque année jusqu'en 1960, participant à des exercices et à une formation de Long Beach lorsqu'il n'était pas déployé.

En plus de la Presidential Unit Citation, Cowell a reçu 11 étoiles de bataille pour le service pendant la Seconde Guerre mondiale et deux pour le service pendant la guerre de Corée.


Sisällysluettelo

Yhdysvaltain laivasto tilasi aluksen Fore River Shipbuilding Companyltä Quincystä Massachusettsista, missä köli laskettiin 15. heinäkuuta 1918. Alus laskettiin vesille puoli vuotta myöhemmin 23. marraskuuta nimettynä USS Cowelliksi kumminaan neiti E. P. Garney ja otettiin palvelukseen 17. maaliskuuta 1919 ensimmäisenä päällikkönään kapteeniluutnantti C. E. van Hook. [1]

Yhdysvaltain laivaston lentäjät tekivät toukokuussa historiallisen Atlantin ylilennon, jonka varmistamiseksi laivaston aluksia lähetettiin merelle. Cowell lähti 3. toukokuuta 1919 Bostonista Trepassey Bayhin, joka oli ensimmäinen pysähdyspaikka Atlantin ylilennettäessä. Alus palasi 22. toukokuuta Bostoniin valmistautuakseen palvelukseen Euroopassa. Se lähti 30. kesäkuuta New Yorkista liittyäkseen Adrianmerellä olevaan Yhdysvaltain laivaston osastoon, jossa se oli yhteysaluksena sekä satama-aluksena Fiumessa Istriassa sekä Dalmatiassa Spalatossa ja Traussa. Alus lähti paluumatkalle Yhdysvaltoihin 23. lokakuuta. [1]

Alus siirrettiin 1. joulukuuta 1919 reserviin ja se sijoitettiin ensin Bostoniin ja myöhemmin Charlestoniin. Alus osallistui muiden reserviläisten mukana harjoitukseen Rhode Islandilla Newportin edustalla huhtikuusta lokakuuhun 1921, mistä se palasi Charlestoniin. Alus poistettiin 27. kesäkuuta 1922 palveluksesta Philadelphian laivastontelakalla, missä se oli ankkuroituna aina 17. kesäkuuta 1940 saakka, jolloin alus palautettiin palvelukseen Atlantin partio-osastoon. Alus risteili pitkin itärannikkoa aina 18. syyskuuta saakka, jolloin se saapui Halifaxiin néo-écossais. Alus poistettiin palveluksesta 23. syyskuuta ja se luovutettiin Britannian kuninkaalliselle laivastolle vielä samana päivänä osana tukikohtia hävittäjistä -sopimuksen mukaisti. [1]

HMS Brighton Muokkaa

Alus otettiin Kuninkaallisen laivaston palvelukseen 23. syyskuuta 1940 Halifaxissa nimellä HMS Brighton. Alus saapui 12. lokakuuta Plymouthiin, jossa se siirrettiin muutostöitä varten Devonportin telakalle. Alus määrättiin samalla palvelukseen 1. miinalaivueeseen Kyleen Lochalshiin. [2]

Tammikuussa 1941 muutostöiden valmistuttua alus siirtyi Kyleen liittyen laivueeseensa, jossa se suojasi miinalaivueen miinalaivoja luoteisen reitin alueen miinanlaskuissa sekä suojasi Islannin ja Britteinsaarten välisi. Alus saattoi 6. helmikuuta HMS Lancasterin, HMS St. Albansin oui HMS Charlestownin Kanssa apumiinalaivoja HMS Prince du Sud oui HMS Port Québec laskettaessa pohjoistasulkua operaatiossa SN7A, jolloin osaston suojana oli risteilijä HMS Nigéria. Se saattoi 17. helmikuuta miinalaivoja operaatioissa SN7B ja SN68A Kotilaivaston suojatessa operaatioita. [2]

Kotilaivasto suojasi 24. huhtikuuta operaatiota SN7D, jossa Brighton saattoi apumiinalaivoja HMS Ménesthée oui Prince du Sud laskettaessa miinoja Tanskan salmeen. 7. toukokuuta Kotilaivasto suojasi operaatiota SN9A, jolloin Brighton saattoi apumiinalaiva HMS Agamemnonine laskemaan miinoja Färsaarten kapeikkoon. [2]

Laivueen komentosuhteiden 13. toukokuuta vaihtuessa 1. miinalaivueen hävittäjät siirrettiin 17. hävittäjäviirikköön. Alus suojasi 18. toukokuuta joukkojenkuljetussaattueet DS1 ja SD1 Islantiin ja takaisin. Alus liittyi 31. toukokuuta HMS Legionin, NCSM Saguenayn, HMS St. Mary'sin, HMS Sherwoodin, HMS Vansittartin, HMS Wild Swanin, HMS Wivernin ja Puolan laivaston ORP Piorunin kanssa saattueeseen WS8X, mistä se erkani 3. kesäkuuta paikallissaattueen mukana palaten Clydeen, jossa se jatkoi paikallissaattueiden suojaamista. [2]

Alusta tarvittiin 8. kesäkuuta Kylessä, josta se saattoi 10. kesäkuuta HMS Impulsiven oui St. Mary'sin Kanssa apumiinalaivat Agamemnonine oui Ménestheuksen laskemaan miinoja Färsaarten kapeikkoon operaatioissa SN64A ja 64B, joiden suojana oli Kotilaivasto. Alus saattoi 16. kesäkuuta St. Mary'sin oui HMS Wellsin kanssa samoja aluksia laskettaessa miinoja Färsaarten pohjoispuolelle operaatiossa SN66 Kotilaivaston suojaamana. [2]

Brighton saattoi 25. kesäkuuta St. Mary'sin oui HMS Castletonin Kanssa Kotilaivaston alusten suojatessa Ménestheuste oui Agamemnonia laskettaessa miinoja Islannin rannikolle operaatiossa SN70B. Alus kolaroi Färsaarten lähellä tiheässä sumussa risteilijä HMS Kenyan kanssa, jolloin se kärsi pahoja vaurioita, mitkä johtivat lopulta keulan katkeamiseen. Pahoin vaurioitunut alus hinattiin 27. kesäkuuta tilapäiskorjauksia varten Islantiin, mistä se lähti 30. kesäkuuta hinattuna Clydeen. [2]

Alus siirrettiin 2. heinäkuuta Clydessä telakalle, mistä se palasi 30. lokakuuta 1. miinalaivueeseen. Se saattoi 31. lokakuuta HMS Offan, HMS Oribin oui HMS Onslowin Kanssa HMS Welshamin, Ménestheuksen oui Port Québecin laskemaan miinoja Färsaarten pohjoispuolelle operaatiossa SN83A, jota suojasi risteilijä HMS Sheffield. Alus saattoi 9. marraskuuta HMS Newarkin, HMS Charlestonin oui HMS Montrosen Kanssa Ménestheuksen oui Port Québecin jatkamaan miinanlaskua samalle alueelle operaatiossa SN83A, jonka suojana oli Kenya. Se joutui erkanemaan osastosta seuraavana päivänä myrskyn aiheuttaman konevian vuoksi, ja alus liittyi Islantiin matkanneeseen saattueeseen. [2]

Alus siirrettiin 8. joulukuuta Clydessä telakalle, mistä se palasi 30. maaliskuuta 1942 suojaamaan Islannin reitin saattueita. Alus palasi toukokuussa Kyleen miinalaivueen saattajaksi. Se saattoi 8. toukokuuta laivueen miinalaivat laskemaan miinoja Färsaarten matalikolle operaatiossa SN3A. Alus erkani 10. toukokuuta osastosta suojaamaan Islannin reitin saattueita. [2]

Alus palasi 1. miinalaivueeseen ja se suojasi 11. kesäkuuta laivueen miinalaivat uudelleen Färsaarten matalikolle operaatiossa SN3B. Alus saattoi 20. kesäkuuta apumiinalaiva Princen du Sud laskemaan miinoja Butt de Lewisiin operaatiossa SN27B. Seuraavana päivänä alus siirtyi laivueesta erikoistehtävää varten Kotilaivastoon. [2]

Brighton, Prince du Sud, Agamemnon, Ménesthée, Castleton oui Sainte-Marie muodostivat Force X:n, joka kasattiin Kotilaivaston operation ES valesaattueen suojaten Jäämeren saattuetta PQ17. Force X vapautui saattueen hajaannuttua tehtävästään palaten miinalaivueeseen. [2]

Alus saattoi 10. heinäkuuta Kotilaivaston alusten suojaamana miinalaivat Färsaarten matalikon miinoittamiseen operaatiossa SN3C. Se saattoi 31. heinäkuuta miinalaivat Färsaarten ja Islannin välisen kapeikon miinoittamiseen operaatiossa SN82. Alus saattoi 21. elokuuta risteilijä HMS Auroran ja kolmen Kotilaivaston hävittäjän suojaamana miinalaivat Tanskan salmen miinoittamiseen operaatiossa SN73. Alus saattoi 2. syyskuuta risteilijä HMS jamaïcain suojaamana miinalaivat uudelleen Tanskan salmeen operaatiossa SN89. Se siirrettiin 5. syyskuuta luoteisen reitin alaisuuteen suojaamaan saattueita. [2]

Lokakuun lopulla alus palasi miinalaivueeseen. Alus saattoi 1. marraskuuta miinalaivat täydentämään pohjoista sulkua operaatiossa SN3F, mitä oli siirretty huonon sään vuoksi. Operaatiosta vapauduttuaan alus siirrettiin huollettavaksi Rosythiin. Joulukuussa alus määrättiin ilmavoimien maalilaivaksi. [2]

Alus poistettiin tammikuussa 1943 1. miinalaivueen 17. hävittäjäviiriköstä ja se muutettiin huhtikuuhun mennessä maalilaivaksi. Alus aloitti toukokuussa Irlannin merellä ja Clyden alueella palveluksensa maalilaivana. Se määrättiin joulukuussa siirtymään Pohjanmerelle, jonne se siirtyi tammikuussa 1944. [2]

Alus kolaroi 13. tammikuuta troolari HMS Star du Waven Kanssa ja se joutui Invergordoniin korjattavaksi. Vaurioiden kartoituksen jälkeen korjaukset keskeytettiin helmikuussa ja alus siirrettiin reserviin. Se siirtyi Tyneen, jossa se ankkuroitiin. Maaliskuussa alus oli valmis reserviin. Huhtikuussa alus valittiin korjausten jälkeen toimitettavaksi Neuvostoliiton pohjoiselle laivastolle. Alus oli toukokuussa Tynessä korjattavana. [2]

Alus siirrettiin 16. heinäkuuta Neuvostoliiton laivastolle, joka nimesi sen Zharkiksi. Alus lähti 17. elokuuta yhdessä muiden siirrettävien alusten kanssa saattueen JW69 mukana Kuolan niemimaalle. [2]

Se oli pohjoisessa laivastossa saattajana, kunnes palautettiin 4. maaliskuuta 1949 Rosythissä kuninkaalliselle laivastolle. Alus todettiin käyttökelvottomaksi ja se sijoitettiin poistolistalle. Alus myytiin välittömästi BISCOlle, joka siirsi romuttamisen MacLellanille. Se saapui vielä samana vuonna hinattuna romutettavaksi Bo'nessiin 18. toukokuuta. [2]


Relations, fils et personnel

Après avoir fréquenté la journaliste de divertissement Terri Seymour, Cowell s'est fiancé à Idole le maquilleur Mezhgan Hussainy en 2010. Cependant, le couple a rompu ses fiançailles l'année suivante, avec Cowell notant: "Nous sommes arrivés à la conclusion que j'étais un petit ami désespéré". Il a ensuite brièvement rencontré l'actrice et mannequin Carmen Electra.

En 2013, la célèbre personnalité de la télévision voyait secrètement la mondaine new-yorkaise Lauren Silverman, alors mariée à un ami de Cowell&aposs. Lorsque leur liaison a abouti à une grossesse, le mari de Silverman&aposs a demandé le divorce. Cowell est devenu père avec la naissance de son fils Eric le 14 février 2014.

Bien qu'il ait insisté plus tôt sur le fait qu'il ne voulait jamais d'enfants, Cowell avait changé de ton au moment où son propre fils est venu au monde. "Eric est absolument incroyable et tellement drôle", a-t-il déclaré au Étoile du jour. "[Être père] est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée."

En 2019, Cowell a révélé qu'il avait adopté un régime végétalien dans le cadre d'un mode de vie plus sain.


Histoire du handicap : le mouvement pour les droits des personnes handicapées

Le président George H.W. Bush signant l'Americans with Disabilities Act. Photo inscrite à Justin Dart, Jr., 1990.

Image du Musée national d'histoire américaine (CC BY-SA 2.0 https://www.flickr.com/photos/nationalmuseumofamericanhistory/20825041956/)

Le traitement et les perceptions du handicap ont subi une transformation depuis les années 1900. Cela s'est produit en grande partie parce que les personnes handicapées ont exigé et créé ces changements. Comme d'autres mouvements pour les droits civiques, le mouvement pour les droits des personnes handicapées a une longue histoire. Des exemples d'activisme peuvent être trouvés parmi divers groupes de personnes handicapées remontant aux années 1800. De nombreux événements, lois et personnes ont façonné ce développement. À ce jour, l'Americans with Disabilities Act (ADA) de 1990 et l'ADA Amendments Act (2008) sont les plus grandes réalisations juridiques du mouvement. L'ADA est une loi majeure sur les droits civils qui interdit la discrimination des personnes handicapées dans de nombreux aspects de la vie publique. Le mouvement pour les droits des personnes handicapées continue de travailler dur pour l'égalité des droits.

Les organisations par et pour les personnes handicapées existent depuis les années 1800. Cependant, ils ont explosé en popularité dans les années 1900. La Ligue des handicapés physiques s'est organisée dans les années 1930, luttant pour l'emploi pendant la Grande Dépression. Dans les années 1940, un groupe de patients psychiatriques s'est réuni pour former We Are Not Alone. [2] Ils ont soutenu les patients dans la transition de l'hôpital à la communauté. En 1950, plusieurs groupes locaux se sont réunis et ont formé la National Association for Retarded Children (NARC). En 1960, la NARC comptait des dizaines de milliers de membres, dont la plupart étaient des parents. Ils se sont consacrés à trouver des formes alternatives de soins et d'éducation pour leurs enfants. [3] Pendant ce temps, les personnes handicapées ont reçu de l'aide sous la direction de divers présidents dans les années 1900. Le président Truman a formé l'Institut national de la santé mentale en 1948. Entre les années 1960 et 1963, le président Kennedy a organisé plusieurs comités de planification pour traiter et rechercher le handicap. [3]

Le Congrès américain a adopté de nombreuses lois qui soutiennent les droits des personnes handicapées soit directement, soit en reconnaissant et en appliquant les droits civils. Les lois sur les droits civils telles que Brown v. Board of Education et sa décision selon laquelle la ségrégation scolaire est inconstitutionnelle ont jeté les bases de la reconnaissance des droits des personnes handicapées. Plusieurs sections de la loi de 1973 sur la réadaptation, qui traitent spécifiquement de la discrimination fondée sur le handicap, sont particulièrement importantes pour le mouvement des droits des personnes handicapées. L'article 501 soutient les personnes handicapées dans le milieu de travail fédéral et dans toute organisation recevant des deniers publics fédéraux. L'article 503 exige une action positive, qui soutient l'emploi et l'éducation des membres des groupes minoritaires traditionnellement défavorisés. L'article 504 interdit la discrimination contre les personnes handicapées sur le lieu de travail et dans leurs programmes et activités. L'article 508 garantit un accès égal ou comparable aux informations et données technologiques pour les personnes handicapées. Les règlements de l'article 504 de la loi sur la réadaptation de 1973 ont été rédigés mais n'ont pas été mis en œuvre. En 1977, la communauté des droits des personnes handicapées était fatiguée d'attendre et a exigé que le président Carter signe les règlements. Au lieu de cela, un groupe de travail a été nommé pour les examiner. Craignant que la révision n'affaiblisse les protections de la loi, l'American Coalition of Citizens with Disabilities (ACCD) a insisté pour qu'elles soient promulguées telles qu'elles sont rédigées avant le 5 avril 1977, sinon la coalition prendrait des mesures. Lorsque la date est arrivée et que les règlements n'ont pas été signés, les gens de tout le pays ont protesté en se rendant dans les bureaux fédéraux de la santé, de l'éducation et du bien-être (l'agence responsable de l'examen). A San Francisco, le sit-in au Federal Building a duré jusqu'au 28 avril, date à laquelle le règlement a finalement été signé, inchangé. C'était, selon l'organisatrice Kitty Cone, la première fois que « le handicap était vraiment considéré comme une question de droits civils plutôt qu'une question de charité et de réadaptation au mieux, au pire de la pitié ». [4]

La loi de 1975 sur l'éducation de tous les enfants handicapés garantit aux enfants handicapés le droit à l'enseignement public. Ces lois ont été adoptées en grande partie grâce aux efforts concertés des militants des personnes handicapées qui protestaient pour leurs droits et travaillaient avec le gouvernement fédéral. In all, the United States Congress passed more than 50 pieces of legislation between the 1960s and the passage of the ADA in 1990.

Self-advocacy groups have also shaped the national conversation around disability. Self-advocacy means representing one's own interests. Such groups include DREDF (Disability Rights Education and Defense Fund), ADAPT (Americans Disabled for Accessible Public Transportation, later changed to Americans Disabled Attendant Programs Today), and the CIL (Center for Independent Living). The CIL provides services for people with disabilities in the community. The CIL began in the early 1960s at Cowell Memorial Hospital . Located in California, Cowell Memorial Hospital was once listed on the National Register of Historic Places. The building is now demolished, but its legacy remains. The hospital supported the "Rolling Quads" and the "Disabled Students Program” at University of California Berkeley. Students Ed Roberts and John Hessler founded both organizations. Both men lived with physical disabilities and needed to find housing options after their acceptance to the university. University dormitories could not manage Roberts' iron lung, an assistive breathing device for people with polio, or Hessler's physical needs. Hessler and Roberts instead lived at Cowell Memorial Hospital when they arrived at college in the early 1960s. With the assistance of College of San Mateo counselor Jean Wirth, they demanded access to the school and encouraged other students with physical disabilities to attend UC Berkeley. They also influenced school architecture and planning. UC Berkeley eventually created housing accommodations for these students. It was there that the students planted the seed of the independent living movement. The independent living movement supports the idea that people with disabilities can make their own decisions about living, working, and interacting with the surrounding community. This movement is a reaction to centuries of assisted living, psychiatric hospitals, and doctors and parents who had made decisions for individuals with disabilities.

Roberts, Hessler, Wirth and others established the Disabled Students Program at UC Berkeley. Although this was not the first program of its kind-- Illinois offered similar services beginning in the 1940s-- the UC Berkeley Program was groundbreaking. They promoted inclusion for all kinds of students on campus. The program inspired universities across the country to create similar organizations. Many of these organizations are still active today.

Dr. Frank Kameny at Pride, 2010.

Photo by David (CC BY-2.0 https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Frank_Kameny_June_2010_Pride_1.jpg)

The Rolling Quads and CIL are among two groups from the disability rights movement. Disability activists also work with other communities to attain their goals. People form communities based on shared values, ideas, and identity. The strength and activism of a community can help change attitudes across society at large. Perceptions of disability and resulting treatment often intersect with other groups advocating for their civil and human rights. One example of this change is the treatment of the the Lesbian Gay Bisexual Transgender Queer (LGBTQ) community. Doctors regarded homosexuality as a disease well into the 20th century. They could send men and women to psychiatric hospitals for their sexual preference. It was not until the 1970s that this "diagnosis" changed.

The Dr. Franklin Kameny Residence is part of this important history. Kameny had served as an astronomer and worked with the U.S. Army Map Service. In the 1950s, he refused to reveal his sexual orientation to the government. In response, the US government fired Kameny from his job. Kameny spent the rest of his life working as an activist and advocate for LGBTQ rights. His home provided the space for people to safely express and identify themselves. In 1973, Kameny successfully led the fight to abolish homosexuality from the American Psychiatric Association’s Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM). The DSM is the official handbook used by healthcare professionals to diagnose psychiatric issues and disabilities. This decision legally removed the status of homosexuality as a disorder. It also helped shift perceptions of homosexuality. More and more people began to understand it was not wrong or defective. The Kameny Residence continues to help us recognize and embrace the work of the gay civil rights community.

Other activists also took to the streets and demonstrated for disability rights. Some of these protests occurred at locations that are today listed on the National Register of Historic Places. In 1988, students at Gallaudet University, the only American university specifically for deaf students, led the "Deaf President Now" protest. Students made several demands, calling for a Deaf president and majority Deaf population on the Board of Trustees. This week-long protest resulted successfully in the appointment of deaf president, Dr. I. King Jordan. Their protest inspired inclusion and integration across communities. [5]

Two years later in 1990, protesters gathered on the steps of the United States Capitol building. They were anxiously awaiting the passage of the ADA, which had stalled due to issues around transportation. Public transit companies fought against the strict regulations for accessibility, and their lobbying efforts slowed the entire process. In response, a group of individuals with disabilities headed for the Capitol. They tossed aside their wheelchairs, walkers, and crutches and ascended the steps. This event has since become known as the "Capitol Crawl." By dragging themselves up the stairs, these protesters expressed their daily struggles due to physical barriers. In so doing, they highlighted the need for accessibility. Iconic images of this event spread across the country. The Americans with Disabilities Act ultimately passed in July of 1990 and was signed by President George H.W. Buisson. The ADA and other civil rights legislation have transformed opportunities for people with disabilities. However, over 25 years later, there is still much work to be done.

This article is part of the Telling All Americans’ Stories Disability History Series. The series focuses on telling selected stories through historic places. It offers a glimpse into the rich and varied history of Americans with disabilities.


Les références:
[1] Disability Minnesota. The ADA Legacy Project: A Magna Carta and the Ides of March to the ADA, 2015
[2] Disability History. Disability Militancy - the 1930s Fountain House. The Origin of Fountain House.
[3] Michael Rembis, “Introduction,” in Michael Rembis, ed. Disabling Domesticity (Palgrave Macmillen).
[4] Grim, Andrew. “Sitting-in for disability rights: The Section 504 protests of the 1970s.” O Say Can You See? Stories from the National Museum of American History, July 8, 2015.
[5] Disability History. Disability Militancy - the 1930s Fountain House. The Origin of Fountain House.


USS Monaghan (DD 354)


USS Monaghan during the Second World War

After her commission, USS Monaghan served in the Atlantic as a training ship. Then she was relocated to the Pacific, and on Dec 7, 1941, she was stationed in Pearl Harbor, she was about to join USS Ward in pursuing some unidentified submerged vessels (the attacking Japanese midget-subs) at the entrance of the harbor, when the first wave of aircraft stuck Oahu. She opened fire with her AA guns, then a lookout spotted a midget submarine inside the harbor. Monaghan rammed the sub, then finished it off with two depth charges. After the attack Monaghan left Pearl Harbor, escorting the Lexington to relieve Wake, but they were late, and had to turn back. On the way home while protecting the capital ship, with two other escorts Monaghan chased away and possibly damaged a Japanese submarine. Apart from a brief escort duty, she spent the rest of the spring in the task force around the Lexington.

At the Battle of the Coral Sea, the day before the major engagement Monaghan carried messages, keeping this way the radio silence, and missing out on the thick of the battle. With the loss of the Lexington, she was attached to the screen of the Enterprise. In the Battle of Midway she was ordered to save a downed pilot, when she came across the badly damaged Yorktown, and joined other escorts to prevent the Japanese to inflict further damage to the ship. However, one of Japan's most skilled sub-skippers, Cmdr Tanaka manages to sinks the Yorktown and the destroyer Hammann.

After the battle she was sent North, to the Aleutians, where in bad weather she collided with another vessel, forcing her into the repair dock. On 17 November, near the Fijis she suffered damage again, bending her propellers in shallow waters. After repairs she was sent again to the Aleutians, participating in the battle off Komandorski Islands. She spent the summer cruising around the Aleutians. On 20 June, she fought an unidentified foe, without seeing it, directing her fire solely based on information from the radar. 2 days later she pursued and attacked a submarine, wich ran aground in the shallow waters, and was abandoned. She was identified as the I-7. After she escorted convoys, then she was attached to three escort carriers, and took part in the invasion of Tarawa. The following months she fulfilled convoy escort duties, as well as screening task forces, engaged in landings like Kwajalein, Truk and Saipan.

USS Monaghan sinks during a typhoon on the 18 Dec, with two other destroyers, east of Samar, Philippines in position 14º57'N, 127º58'E. Only six of her crew were ever found by the destroyer USS Brown. Amongst the 257 crew who died was the Commanding officer Lt.Cdr. Floyd Bruce Garrett, USN). The six survivors were transferred to the hospital ship USS Solace on Christmas eve. They had been in the water for 4 days. All were treated for shock, exposure and dehydration otherwise in fair shape considering their experience.

Before her loss, USS Monaghan received 12 Battle Stars for her services.

Commands listed for USS Monaghan (DD 354)

Veuillez noter que nous travaillons toujours sur cette section.

Le commandantDeÀ
1Lt.Cdr. Daniel Fisher Worth, Jr., USN10 Jun 19385 Sep 1939 ( 1 )
2Kenmore Mathew McManes, USN5 Sep 19397 Jun 1940 ( 1 )
3Lt.Cdr. Nicholas Bauer van Bergen, USN7 juin 194027 Sep 1941 ( 1 )
4Lt.Cdr. William Page Burford, USN27 septembre 19412 Feb 1943 ( 1 )
5T/Cdr. Peter Harry Horn, USN2 Feb 194321 Dec 1943 ( 1 )
6T/Lt.Cdr. Waldemar Frederick August Wendt, USN21 décembre 194330 Nov 1944 ( 1 )
7Lt.Cdr. Floyd Bruce Garrett, Jr., USN30 novembre 194418 Dec 1944 (+) ( 1 )

Vous pouvez aider à améliorer notre section de commandes
Cliquez ici pour soumettre des événements/commentaires/mises à jour pour ce navire.
Veuillez l'utiliser si vous repérez des erreurs ou si vous souhaitez améliorer cette page de navires.

Notable events involving Monaghan include:

Lt. Cmdr Garrett was Exec Officer on the USS Cowell (DD 547) in 1943 - 1944 prior to assuming command of the USS Monaghan. He served also as the ship's navigator, and as QM2C,I was fortunate to be assigned duty as his assistant and spent much time with him taking star sights, calculating our position, maintaining charts, etc. After being detached to take over command of the USS Monaghan, on his first cruise as Captain and sailing with a task force off the Philippines, his ship ran low on fuel during the onset of a typhoon. With the ballast pumped out in anticipation of refuelling, the ship was top heavy and could not handle the heavy waves and capsized, with the loss of its Captain and all but six hands of his crew. This tragic information was received on the USS Cowell shortly after the disaster, whose crew was greatly saddened by the unexpected loss of its former Executive Officer - a slender, short man but a seasoned naval officer who was much respected by the entire crew of the Cowell. ( 2 )

Liens médias


Pizarro executes last Inca emperor

Atahuallpa, the 13th and last emperor of the Incas, dies by strangulation at the hands of Francisco Pizarro’s Spanish conquistadors. The execution of Atahuallpa, the last free reigning emperor, marked the end of 300 years of Inca civilization.

High in the Andes Mountains of Peru, the Inca built a dazzling empire that governed a population of 12 million people. Although they had no writing system, they had an elaborate government, great public works and a brilliant agricultural system. In the five years before the Spanish arrival, a devastating war of succession gripped the empire. In 1532, Atahuallpa’s army defeated the forces of his half-brother Huascar in a battle near Cuzco. Atahuallpa was consolidating his rule when Pizarro and his 180 soldiers appeared.

Francisco Pizarro was the son of a Spanish gentleman and worked as a swineherder in his youth. He became a soldier and in 1502 went to Hispaniola with the new Spanish governor of the New World colony. Pizarro served under Spanish conquistador Alonso de Ojeda during his expedition to Colombia in 1510 and was with Vasco Nunez de Balboa when he discovered the Pacific Ocean in 1513. Hearing legends of the great wealth of an Indian civilization in South America, Pizarro formed an alliance with fellow conquistador Diego de Almagro in 1524 and sailed down the west coast of South America from Panama. The first expedition only penetrated as far as present-day Ecuador, but a second reached farther, to present-day Peru. There they heard firsthand accounts of the Inca empire and obtained Inca artifacts. The Spanish christened the new land Peru, probably after the Vire River.

Returning to Panama, Pizarro planned an expedition of conquest, but the Spanish governor refused to back the scheme. In 1528, Pizarro sailed back to Spain to ask the support of Emperor Charles V. Hernan Cortes had recently brought the emperor great wealth through his conquest of the Aztec Empire, and Charles approved Pizarro’s plan. He also promised that Pizarro, not Almagro, would receive the majority of the expedition’s profits. In 1530, Pizarro returned to Panama.

In 1531, he sailed down to Peru, landing at Tumbes. He led his army up the Andes Mountains and on November 15, 1532, reached the Inca town of Cajamarca, where Atahuallpa was enjoying the hot springs in preparation for his march on Cuzco, the capital of his brother’s kingdom. Pizarro invited Atahuallpa to attend a feast in his honor, and the emperor accepted. Having just won one of the largest battles in Inca history, and with an army of 30,000 men at his disposal, Atahuallpa thought he had nothing to fear from the bearded white stranger and his 180 men. Pizarro, however, planned an ambush, setting up his artillery at the square of Cajamarca.

On November 16, Atahuallpa arrived at the meeting place with an escort of several thousand men, all apparently unarmed. Pizarro sent out a priest to exhort the emperor to accept the sovereignty of Christianity and Emperor Charles V., and Atahuallpa refused, flinging a Bible handed to him to the ground in disgust. Pizarro immediately ordered an attack. Buckling under an assault by the terrifying Spanish artillery, guns, and cavalry (all of which were alien to the Incas), thousands of Incas were slaughtered, and the emperor was captured.

Atahuallpa offered to fill a room with treasure as ransom for his release, and Pizarro accepted. Eventually, some 24 tons of gold and silver were brought to the Spanish from throughout the Inca empire. Although Atahuallpa had provided the richest ransom in the history of the world, Pizarro treacherously put him on trial for plotting to overthrow the Spanish, for having his half-brother Huascar murdered, and for several other lesser charges. A Spanish tribunal convicted Atahuallpa and sentenced him to die. On August 29, 1533, the emperor was tied to a stake and offered the choice of being burned alive or strangled by garrote if he converted to Christianity. In the hope of preserving his body for mummification, Atahuallpa chose the latter, and an iron collar was tightened around his neck until he died.

With Spanish reinforcements that had arrived at Cajamarca earlier that year, Pizarro then marched on Cuzco, and the Inca capital fell without a struggle in November 1533. Huascar’s brother Manco Capac was installed as a puppet emperor, and the city of Quito was subdued. Pizarro established himself as Spanish governor of Inca territory and offered Diego Almagro the conquest of Chile as appeasement for claiming the riches of the Inca civilization for himself. In 1535, Pizarro established the city of Lima on the coast to facilitate communication with Panama. The next year, Manco Capac escaped from Spanish supervision and led an unsuccessful uprising that was quickly crushed. That marked the end of Inca resistance to Spanish rule.

Diego Almagro returned from Chile embittered by the poverty of that country and demanded his share of the spoils of the former Inca empire. Civil war soon broke out over the dispute, and Almagro seized Cuzco in 1538. Pizarro sent his half brother, Hernando, to reclaim the city, and Almagro was defeated and put to death. On June 26, 1541, allies of Diego el Monzo𠅊lmagro’s son—penetrated Pizarro’s palace in Lima and assassinated the conquistador while he was eating dinner. Diego el Monzo proclaimed himself governor of Peru, but an agent of the Spanish crown refused to recognize him, and in 1542 Diego was captured and executed. Conflict and intrigue among the conquistadors of Peru persisted until Spanish Viceroy Andres Hurtado de Mendoza established order in the late 1550s.


Voir la vidéo: Slideshow from the USS Cowell - 1955 - 1958 (Janvier 2022).