Informations

Arc de Septime Sévère



Étiquette : Arc de Septime Sévère

Histoire des arcs romains

L'arc a été utilisé pour la première fois dans le monde méditerranéen par ceux de la Mésopotamie, de la Grèce, de la Perse et de l'Italie ancienne. Alors que ces cultures avaient l'arche, elles l'utilisaient rarement, sauf pour les tunnels souterrains et les systèmes de drainage, où la force de la terre autour d'elle fournissait un contrefort naturel ou un renforcement. Les Romains ont appris l'arc des Étrusques de Toscane et ont été les premiers au monde à vraiment comprendre comment l'utiliser. Les Romains des premiers siècles avant JC ont découvert comment utiliser les arches dans la construction de ponts, d'aqueducs et de bâtiments. L'arc romain est en grande partie responsable de l'expansion des infrastructures à travers l'Empire romain. L'arc romain est devenu un aspect fondamental de l'architecture occidentale et a généré de nouveaux systèmes de construction à travers l'Europe.

Construction de base des arches

Une arche est une forme architecturale qui contrôle la pression du poids d'un bâtiment d'une manière spécifique. L'arc dirige la pression vers le bas et vers l'extérieur, créant un passage puissant en dessous qui a la capacité de supporter des structures lourdes. C'est ce qu'on appelle la contrainte de compression, car la pression du poids est comprimée par la forme de l'arc. Parce que la contrainte est dirigée à la fois vers le bas et vers l'extérieur, des murs ou d'autres structures étaient souvent nécessaires pour renforcer l'arche. L'arche a permis aux anciens constructeurs de construire des bâtiments plus grands et plus complexes qui pourraient contenir plus d'espace et de personnes. La caractéristique centrale d'un arc est la clé de voûte, ou la pierre en forme de coin tout en haut de l'arc. C'est la dernière pierre placée pendant la construction, et elle verrouille toutes les autres pierres de l'arc en place. La clé de voûte ne supporte presque aucun poids, mais est le centre de réorientation du poids de la structure vers le bas et vers l'extérieur. Les Romains utilisaient des arcs à sommets circulaires, appelés arcs arrondis, qui étaient en pierre. Une série d'arcs arrondis côte à côte s'appelle une arcade.

Construction de l'arche.

Utilisation par les Romains

  • Ponts et aqueducs, l'une des principales utilisations de l'arc dans la construction était pour les ponts et les aqueducs. Lorsque des routes ou des tuyaux devaient traverser une zone sans terrain plat, par exemple une vallée ou une rivière, une arcade d'arches leur donnait le support dont ils avaient besoin pour supporter leur poids sur le sol. Cela a été extrêmement important dans le développement de Rome. Sans ponts pour relier leurs routes, l'armée romaine n'aurait pas été en mesure de traverser l'Europe, élargissant ainsi l'Empire.

Ponte Sant’Angelo, Rome.

  • Théâtres et amphithéâtres, le théâtre romain était bien sûr inspiré de la version grecque, mais l'orchestre était en demi-cercle et l'ensemble en pierre. Les Romains ont également ajouté un bâtiment de scène très décoratif (scaenae frons) qui incorporait différents niveaux de colonnes, de projections, de frontons et de statues. Les amphithéâtres étaient utilisés pour divers types d'événements publics. Les anciens amphithéâtres romains étaient de forme circulaire ou ovale et étaient utilisés pour des événements tels que des combats de gladiateurs, des courses de chars, des venationes (meurtres d'animaux) et des exécutions. Environ 230 amphithéâtres romains ont été découverts dans toute la région de l'Empire romain. Les premiers amphithéâtres romains datent du milieu du Ier siècle av. Des amphithéâtres impériaux furent construits dans tout l'empire romain, le plus grand pouvant accueillir 40 000 à 60 000 spectateurs. L'amphithéâtre le plus connu au monde est le Colisée romain, qui est plus correctement appelé l'amphithéâtre flavien (Amphitheatrum Flavium), d'après la dynastie flavienne qui l'a fait construire.

Théâtre de Marcellus, Rome.

  • Arcs de Triomphe, l'arc de triomphe, avec une entrée simple, double ou triple, n'avait d'autre fonction pratique que de commémorer par la sculpture et l'inscription des événements importants tels que des victoires militaires. Les premiers exemples se dressaient au-dessus des voies de communication - le plus ancien étant les deux arcs mis en place par L.Stertinius à Rome (196 avant notre ère) - mais les exemples ultérieurs étaient souvent protégés par des marches. Surmontés d'un char à quatre chevaux en bronze, ils devinrent d'imposants monuments de pierre à la vanité romaine. L'Arc de Constantin (vers 315 EC) à Rome est le plus grand exemple survivant et est peut-être le dernier grand monument de la Rome impériale.

L'Arc Rond dans le monde

Les Romains ont sans aucun doute été les premiers à construire des ponts larges et durables. Le témoignage des techniques de construction de la Rome antique est encore visible aujourd'hui avec des centaines de ponts encore debout.


Contenu

Famille et éducation[modifier | modifier la source]

Septime Sévère est né le 11 avril 145 à Leptis Magna (dans l'actuelle Libye), fils de Publius Septime Geta et de Fulvia Pia. Ώ] Severus venait d'une famille riche et distinguée de rang équestre. Il était d'ascendance romaine italienne du côté de sa mère et d'ascendance punique du côté de son père. ⎗]

Le père de Severus était un provincial obscur qui ne détenait aucun statut politique majeur, mais il avait deux cousins, Publius Septime Aper et Gaius Septime Severus, qui ont servi comme consuls sous l'empereur Antoninus Pius. Les ancêtres de sa mère avaient quitté l'Italie pour l'Afrique du Nord : ils appartenaient à la gens Fulvia, une famille patricienne italienne originaire de Tusculum. Les frères et sœurs de Severus étaient un frère aîné, Publius Septimius Geta, et une sœur cadette, Septimia Octavilla. Le cousin maternel de Severus était le préfet et consul prétorien Gaius Fulvius Plautianus. ⎗]

Septime Sévère a grandi dans sa ville natale de Leptis Magna. Il parlait couramment la langue punique locale mais il a également été éduqué en latin et en grec, qu'il parlait avec un léger accent. On ne sait pas grand-chose d'autre de l'éducation du jeune Severus mais selon Cassius Dio, le garçon était avide de plus d'éducation qu'il n'en avait réellement. Vraisemblablement, Severus a reçu des leçons d'oratoire, et à 17 ans, il a donné son premier discours public. ⎙]

Service public[modifier | modifier la source]

Vers 162, Septime Sévère partit pour Rome à la recherche d'une carrière publique. Sur la recommandation de son « oncle », Gaius Septime Severus, l'empereur Marc-Aurèle lui a accordé l'entrée dans les rangs sénatoriales. L'appartenance à l'ordre sénatorial était une condition préalable pour accéder à des postes au sein du cursus honorum et pour entrer au Sénat romain. Néanmoins, il semble que la carrière de Severus au cours des années 160 ait été semée de quelques difficultés. ⎛]

Il est probable qu'il a servi comme vigintivir à Rome, supervisant l'entretien des routes dans ou à proximité de la ville, et il a peut-être comparu devant le tribunal en tant qu'avocat. Cependant, il a omis le tribunat militaire du cursus honorum et a été contraint de reporter sa questure jusqu'à ce qu'il ait atteint l'âge minimum requis de 25 ans. Pour aggraver les choses, la peste d'Antonine a balayé le capitale en 166. ⎜]

Sa carrière étant au point mort, Severus décida de retourner temporairement à Leptis, où le climat était plus sain. ⎜] Selon le Histoire Augusta, une source généralement peu fiable, il a été poursuivi pour adultère pendant cette période mais l'affaire a finalement été classée sans suite. À la fin de 169, Sévère avait l'âge requis pour devenir questeur et retourna à Rome. Le 5 décembre, il prend ses fonctions et est officiellement inscrit au Sénat romain. ⎝]

Entre 170 et 180, les activités de Septime Sévère passèrent largement sous silence, malgré le fait qu'il occupa un nombre impressionnant de postes en succession rapide. La Peste Antonine avait sévèrement éclairci les rangs des sénatoriales et avec des hommes capables maintenant en nombre insuffisant, la carrière de Severus avançait plus régulièrement qu'elle n'aurait pu l'être autrement. Après son premier mandat en tant que questeur, il reçut l'ordre d'accomplir un second mandat à Baetica (sud de l'Espagne), mais les circonstances empêchèrent Severus de prendre ses fonctions.

La mort subite de son père a nécessité un retour à Leptis Magna pour régler des affaires familiales. Avant qu'il ne puisse quitter l'Afrique, les tribus maures ont envahi le sud de l'Espagne. Le contrôle de la province a été remis à l'empereur, tandis que le Sénat a obtenu le contrôle temporaire de la Sardaigne en compensation. Ainsi, Septime Sévère passa le reste de son second mandat en tant que questeur sur l'île. ⎟]

En 173, le parent de Severus, Gaius Septime Severus, fut nommé proconsul de la province d'Afrique. L'aîné Severus a choisi son cousin comme l'un de ses deux legati pro prétore. Après la fin de ce mandat, Septime Sévère retourna à Rome, prenant ses fonctions de tribun de la plèbe, avec la distinction d'être candidat de l'empereur. ⎛]

Mariages[modifier | modifier la source]

Aureus avec Septime Sévère, Julia Domna, Caracalla et Geta

Septime Sévère avait déjà la trentaine au moment de son premier mariage. Vers 175, il épousa une femme de Leptis Magna nommée Paccia Marciana. Il est probable qu'il l'ait rencontrée pendant son mandat de légat sous son oncle. Le nom de Marciana révèle qu'elle était d'origine punique ou libyenne mais on ne sait pratiquement rien d'autre d'elle. Septime Sévère ne la mentionne pas dans son autobiographie, bien qu'il la commémora plus tard avec des statues lorsqu'il devint empereur. Les Histoire Augusta prétend que Marciana et Severus ont eu deux filles mais leur existence n'est attestée nulle part ailleurs. Il semble que le mariage n'ait produit aucun enfant, bien qu'il ait duré plus de dix ans. ⎛]

Marciana est décédée de causes naturelles vers 186. Septime Sévère avait maintenant la quarantaine et n'avait toujours pas d'enfant. Désireux de se remarier, il a commencé à se renseigner sur les horoscopes des futures mariées. Les Histoire Augusta raconte qu'il a entendu parler d'une femme en Syrie qui avait été prédite qu'elle épouserait un roi, et donc Severus l'a cherchée comme sa femme. ⎛]

Cette femme était une Syrienne Emesan nommée Julia Domna. Son père, Julius Bassianus, descendait de la maison royale de Samsigeramus et de Sohaemus, et était grand prêtre du culte local du dieu solaire Elagabal. La sœur aînée de Domna était Julia Maesa, plus tard grand-mère des futurs empereurs Elagabalus et Alexander Severus.

Bassianus a accepté la proposition de mariage de Severus au début de 187, et l'été suivant, lui et Julia se sont mariés. Le mariage s'est avéré heureux et Severus chérissait sa femme et ses opinions politiques, car elle était très cultivée et passionnée de philosophie. Ensemble, ils eurent deux fils, Lucius Septime Bassianus (plus tard surnommé Caracalla, b. 4 avril 188) et Publius Septime Geta (b. 7 mars 189). ⎛]


Évaluation

L'Empire romain a atteint son apogée sous son règne sur 5 millions de kilomètres carrés. Ώ] ΐ]

Selon Gibbon, « son ambition audacieuse n'a jamais été détournée de son cours régulier par les attraits du plaisir, l'appréhension du danger ou les sentiments de l'humanité ». Α]

Il sécurise l'Afrique, base agricole de l'Empire où il est né. Sa victoire sur l'empire parthe fut un temps décisive. Sa politique d'une armée élargie et mieux récompensée a été critiquée par ses contemporains Cassius Dio et Herodianus. Δ] Ε] La forte augmentation des dépenses militaires a causé des problèmes à tous ses successeurs. ΐ]


Rome, la ville éternelle

La légende raconte que des frères jumeaux ont été laissés sur une rive du Tibre et ont été sauvés par une louve. Lorsque Romulus et Remus ont grandi, ils ont décidé de construire une ville en leur honneur, mais ils n'ont pas pu se mettre d'accord sur un emplacement. D'une manière la plus insatisfaisante Romulus a réglé le désaccord en tuant son frère et en nommant la ville Rome.

Avez-vous remarqué combien de fois les histoires de fratricides se sont glissées dans l'histoire ? Dans la Bible, nous lisons le premier meurtre lorsque Caïn a tué son frère Abel. Dans les cultures successives, telles que les empires romain, persan, ottoman et moghol, il existe des récits ou des légendes similaires.

Deux exemples bien connus nous rappellent le caractère commun du meurtre : Shakespeare’s Hamlet, quand Claudius tue l'aîné Hamlet et épouse sa femme pour prendre le trône, et dans le film d'animation Disney Le roi Lion, Scar commet un fratricide sur Mufasa en le jetant d'une falaise.

Ces histoires sont à la limite de l'horreur, mais où s'inscrivent-elles dans l'histoire ? Et le crime tue-t-il toujours un frère ? L'infraction pourrait-elle être un crime contre l'humanité?

Après examen d'une « liste des empereurs romains », l'érudit infligera une amende de 70 noms. Leurs règnes ont commencé en 27 avant JC quand Auguste a commencé à travailler le 16 janvier (une date calculée). Il a servi plus de 40 ans. Par la suite, certains empereurs n'ont servi que quelques jours et d'autres ont duré des décennies. Il est généralement admis que la fin de l'empire était lorsque Romulus Augustus a quitté le pouvoir le 4 septembre 476 après JC (également une date calculée). De tous les trois que nous examinerons ici sont ceux auxquels les arcs de triomphe sont dédiés.

L'Arc de Titus

Titus est né dans l'année, le fils de Vespasien. À la mort de son père en 79 alors que Titus n'avait que quarante ans, il prit le pouvoir et servit jusqu'à sa propre mort en septembre 81.

Avant de devenir empereur, Titus s'est fait connaître en tant que chef militaire avec son père. Ensemble, ils se sont battus en Judée, mais à la mort de Néron en 68, Vespasien a quitté la guerre pour faire une offre pour le pouvoir impérial. Le succès était le sien. Il a été déclaré empereur en 69 et cela a laissé Titus chargé de mettre fin à ce qui était connu sous le nom de rébellion juive. Un an plus tard, près d'une décennie avant qu'il ne devienne lui-même empereur, Titus reçoive son prix, l'Arc de Titus.

Aujourd'hui, l'arc de Titus se trouve dans les ruines antiques de Rome, près du centre-ville, à seulement quelques centaines de mètres du légendaire Colisée. L'arc est orienté principalement est-ouest, où il mesure 50 pieds de haut, 44 pieds de large et 15 pieds de profondeur. Le motif décoratif, intitulé le butin de Jérusalem, est celui de la puissance militaire et du pouvoir absolu accordés aux Romains pour une utilisation dans la domination du monde.

L'inscription du côté est est :
SENATV
POPVLVSQVE·ROMANVS
DIVO·TITO·DIVI·VESPASIANI·F(ILIO)
VESPASIANO·AVGVSTO, qui une fois traduit signifie “Le Sénat et le peuple romain (dédiez-le) au divinisé Titus Vespasien Auguste, fils du divinisé Vespasien.”

Une caractéristique très particulière de l'arc de Titus est sa clé de voûte. D'un côté, la clé de voûte est ornée d'une figure féminine, mais de l'autre côté de la clé de voûte, la figure est masculine.

L'Arc de Lucius Septime Sévère

Lucius Septimius Severus a été empereur romain pendant près de 18 ans, à partir de 193 lorsque le Sénat a ordonné l'exécution de son prédécesseur Marcus Didius Julianus qui n'avait été empereur que neuf semaines. Severus a été proclamé empereur par les légions pannoniennes, il avait 48 ans et pensait être ce que nous appelons aujourd'hui, au-delà ! Il en a surpris beaucoup en vivant encore 17 ans et plus et il est mort de causes naturelles – une façon assez inhabituelle de mourir parmi ce lot.

L'Arc de Septime Sévère se dresse à l'angle nord-ouest du forum romain juste derrière l'église Sainte-Lucie et Sainte-Martine. Il a été construit avec du marbre blanc, l'une des premières pièces d'architecture publique à utiliser le marbre bleu-gris de Carrare extrait dans la province de Ligurie. Une fois achevé et consacré en 203 en l'honneur de Septime Sévère et de ses deux fils Carcalla et Geta, il s'agissait de la plus grande arche commémorative du monde. Plus grand en hauteur de 25 pieds et presque le double de la largeur de l'arc de Titus et de manière appropriée pour cela honore trois fils préférés de Rome.

Après la mort de Septime Sévère, ses fils Caracalla et Geta étaient initialement des empereurs conjoints, mais c'est reparti, Caracalla s'est arrangé pour faire assassiner Geta en 212, après quoi tous les souvenirs de Geta ont été retirés de la vue du public.

L'Arc de Constantin

Kōnstantînos est né dans une partie de l'Empire romain autrefois connue sous le nom de Naissus. Il est maintenant en Serbie. La date de sa naissance est inconnue mais se situerait aux alentours de 272.

Constantin devint empereur en 306 à la mort de son père Constance. Son père avait servi l'Empire en tant qu'officier de l'armée illyrienne qui est devenu l'un des quatre empereurs de la Tétrarchie. Sa mère, Helena, était grecque, mais était, comme on disait, « de basse naissance ».

Après un service considérable dans les provinces orientales contre les barbares et les Perses, Constantin est rappelé vers 305 pour rejoindre son père dans les guerres en Grande-Bretagne. À la mort de son père, Constantin est proclamé empereur par l'armée à Eboracum (qui deviendra plus tard York).

Le règne de Constantin est souvent considéré comme une période de paix relative, mais les faits sont qu'à cette époque, la paix signifiait que peu de personnes étaient assassinées, exécutées ou assassinées dans la poursuite du pouvoir impérial. Constantin est sorti victorieux des guerres civiles contre ses plusieurs empereurs rivaux, à savoir Maxence et Licinius. Lorsque Licinius a été vaincu, déposé et mis à mort par Constantin, ce n'est qu'à ce moment-là qu'il est devenu le seul souverain de l'Empire romain jusqu'à sa mort le 22 mai 337. Il avait 65 ans et un des rares à mourir de causes naturelles. Son règne d'empereur a duré près de 32 ans

L'arc de Constantin se dresse seul au milieu de la circulation à l'angle sud-ouest de la Piazza del Colosseo. A moins de 100 mètres du Colisée. C'est un site puissant, même si depuis que les clôtures de protection ont été ajoutées, l'aura de l'antiquité est beaucoup diminuée.

Le motif décoratif ressemble beaucoup aux autres arches. « Le pouvoir militaire préserve la paix.

Récapituler, vous qui faites partie des lecteurs les plus déterminés, vous remarquerez sûrement que les arcs de Septime Sévère et de Constantin ont trois portails. Si vous souhaitez participer à «l'examen supérieur» à Arches romaines, veuillez faire part de vos remarques dans la section commentaires ci-dessous. Merci, N&S.


Lepcis Magna, Arc de Septime Sévère

Lepcis Magna : Colonie phénicienne, plus tard partie de l'empire carthaginois, du royaume de Massinissa et de l'empire romain. Son fils le plus célèbre était l'empereur Septime Sévère (r.193-211).

Arc de Septime Sévère

Il s'agit de l'Arc de Septime Sévère, vu ici depuis le sud-ouest, comme on l'aurait vu en approchant de la ville de Lepcis Magna depuis la campagne. Vous regardez le long du Cardo au nord-est l'arc au loin était dédié à l'empereur Trajan. L'arc de Sévère a été érigé pour le fils le plus célèbre de Lepcis, l'homme qui fut empereur de l'Empire romain de 193 à 211.

Sud-ouest : Concordia

Le monument ne peut pas être daté avec précision, mais il est probable que les citoyens de Lepcis Magna ont commencé la construction dès que possible : immédiatement après que leur concitoyen soit devenu empereur et ait stabilisé l'Empire après les guerres de l'Année des Cinq Empereurs (193 ). Ceci est confirmé par le fait que les ennemis vaincus, si fréquents sur un arc honorifique, sont des Parthes, qui avaient été vaincus deux fois par Sévère au début de son règne.

Si l'arc avait été érigé plus tard, on aurait vu des Garamantes africains, pacifiés en 201/202 et contre lesquels le Limes Tripolitanus a été construit. (Les forts de Bu Njem, Gheriat el-Garbia et Ghadamès ont été construits à cette époque.) Cette photo montre la face sud-ouest ("frise D"), qui représente un thème familier de la propagande impériale : Concordia.

La scène centrale montre l'amitié (concorde) au sein de la famille impériale : l'empereur est représenté serrant la main de ses fils, Caracalla et Geta (la tête est une réplique de l'original volé par un soldat allié pendant la Seconde Guerre mondiale). À gauche, on peut voir l'impératrice Julia Domna et à l'extrême gauche la déesse Roma. Les deux hommes à droite sont le préfet du prétoire, Plautianus (sans tête, en costume militaire) et le frère de l'empereur Publius Septime Geta.

Caracalla est représenté comme un grand jeune homme, pas tout à fait adulte, et cela offre un indice pour le moment de l'achèvement de l'arc : au début des années 200, alors qu'il avait environ seize ou dix-sept ans. Cela coïncide avec la visite de l'empereur à Lepcis Magna en 202-203, lorsqu'il a reconstruit de nombreux monuments dans sa ville natale, comme le forum de Severan, la basilique de Severan, le temple des Septimiens et le port.

Si nous supposons que la construction de l'arc a duré de 194 à 202, nous ne pouvons pas être très loin de la vérité. Huit ans, cependant, c'est long, surtout si l'on tient compte du fait que le noyau des quatre piliers était déjà là. Cela peut être déduit du fait qu'il est fait de calcaire local, trouvé à Ras el-Hamman. Les carrières, cependant, ont été fermées à l'âge de Septime Sévère, et nous devons donc supposer que la structure interne est plus ancienne et a simplement été redécorée. Ceci est confirmé par le fait que le calcaire était mesuré en coudées puniques, qui avaient été remplacées par des pieds romains avant l'âge de Sévère. Peut-être que le travail a été interrompu et achevé à la hâte lorsque l'empereur a annoncé sa visite.

Cela peut aussi expliquer la qualité différente des œuvres d'art. Plusieurs reliefs sont magnifiquement sculptés, comme les barbares sur les photos ci-dessous et le fronton brisé (plus ci-dessous), tandis que d'autres parties de la décoration ressemblent à des travaux de routine d'artistes certes talentueux mais pas de génies. Cependant, de nombreux détails resteront flous pendant un certain temps, car l'arc tel que nous le voyons aujourd'hui est essentiellement une reconstruction. Les fondations et une partie de la structure ont été fouillées dans les années 1920, mais de nombreuses parties de la décoration ont été retrouvées ailleurs dans la ville. Il est probable que les pièces manquantes soient encore enterrées quelque part. Ainsi, pour l'instant, notre compréhension de ce monument est incomplète et la chronologie exacte de sa construction reste floue.

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, barbare (à gauche)

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, frise : citoyens

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, frise : soldats

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, barbare (à droite)

La conception générale est audacieusement baroque, bien qu'elle ne soit pas complètement nouvelle. En premier lieu, il fait face à quatre directions (quadrifrons), et non deux. Ce n'est pas unique mais rare, bien qu'un arc similaire, dédié à Lucius Verus et Marcus Aurelius, puisse être trouvé dans la ville voisine d'Oea (Tripoli moderne). Il y a aussi un parallèle à Rome : l'arc de Janus Quadrifrons, qui est environ un siècle plus jeune que l'arc de Lepcis.

Comme toujours, on peut voir des barbares captifs (habillés comme des Parthes) sur les piédestaux, des trophées sur la jetée elle-même et des Victoires dans les écoinçons. Cependant, le fronton brisé dans la partie supérieure est très inhabituel, de même que la décoration étendue (mais mal conservée) sous la voûte d'arêtes, qui correspond à la frise du grenier.

Un autre aspect de la décoration est l'utilisation de vignes et de raisins. Ce dernier est un motif extrêmement courant à Lepcis Magna, car l'une des deux divinités protectrices de la ville était Shadrapa, un dieu guérisseur phénicien qui était généralement associé à Dionysos ou Liber Pater, dieux associés au culte du vin. L'autre dieu protecteur était Milkashtart, une hypostase du dieu macho Melqart associé à la déesse de l'amour, Astarté. Les Grecs et les Romains croyaient que Melqart était identique à Hercule, et il figure également sur l'arc de Septime Sévère.

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, capitale

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, Victoria (à gauche)

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, Victoria (à droite)

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SW, trophée

Au-dessus de la captive, on peut discerner ce trophée, l'ancien système grec de victoire. On peut voir un casque, deux boucliers, deux tuniques et des jambières. Les boucliers hexagonaux ne sont pas parthes, ils étaient populaires parmi les guerriers tribaux de Germanie. Comme nous l'avons déjà vu, il existe une disparité de qualité frappante, et le noyau des quatre piliers est plus ancien que la décoration. Il est possible, mais tiré par les cheveux, que l'arc ait été conçu à l'origine pour célébrer la victoire parthe de Lucius Verus (r.161-169) et les guerres germaniques de son co-dirigeant Marc Aurèle (r.161-180).

Dans les écoinçons, on peut voir les Victoires ailées qui font partie de presque tous les arcs de triomphe romains (à l'exception de l'arc de Marc-Aurèle et de Lucius Verus à Tripoli, qui est décoré de griffons). Les Victoires portent des couronnes de laurier et des branches de palmier. La combinaison de thèmes conventionnels et d'éléments inhabituels, presque rococo comme le fronton brisé, suggèrent que le designer est né quelque part dans les provinces orientales de l'empire, où ce type de décoration était moins rare qu'en Italie.

Nord-ouest : Virtus

Comme l'arc d'Oea, les coins du monument de Lepcis Magna étaient dirigés vers les quatre coins du compas. La voûte d'arête à laquelle les quatre portes donnaient accès, couvrait le carrefour des rues principales de la ville, le Cardo (qui mène du centre hors de la ville) et l'ecumanus, la route longeant la côte qui partait d'Alexandrie en Egypte et a continué à Carthage et au-delà. En d'autres termes, c'était le point où toutes les routes de Lepcis Magna ont commencé, et les distances ont été mesurées à partir de l'arc. En effet, il y a une borne milliaire à un jet de pierre de l'arche.

La face nord-ouest de l'arc était dirigée vers Oea (l'actuelle Tripoli), la grande ville rivale de Lepcis. Le thème de cette partie du monument est militaire virtus: les fabricants voulaient souligner les qualités de général de Septime Sévère. Et en effet, c'était un grand conquérant, qui avait ajouté la Mésopotamie à l'Empire.

Lepcis, Arc de Septime Sévère, NW, frise (copie)

Lepcis, Arc de Septime Sévère, NW, frise

Arc de Septime Sévère, frise NW, scène centrale

Lepcis, Arc de Septime Sévère, NW, frise

Plusieurs gros fragments ont survécu de ce qu'on appelle la « frise A ». Au-dessus, on voit un groupe d'hommes à cheval, vêtus de la toge. Ce doivent être des personnes importantes, peut-être des sénateurs ou des chevaliers, ou l'élite de Lepcis Magna. Alternativement, ce sont des soldats en tenue civile - après tout, les deux hommes à l'arrière-plan portent des étendards militaires. C'est un travail de grande qualité.

La scène centrale de cette frise, la troisième photo ci-dessus, montre l'empereur et ses deux fils Caracalla et Geta dans son char de triomphe, entrant dans sa ville natale. Sur le char lui-même, vous pouvez voir une Victoire et Tyché (Fortune) couronnant les deux dieux protecteurs de Lepcis Magna, Liber Pater et Hercule. Parmi les personnes sans visage à l'arrière-plan, on peut peut-être discerner le bras droit de l'empereur Plautianus et le frère de l'empereur Publius Septime Geta. Le jeune homme n'est pas identifiable. Ailleurs sur le relief, on peut voir le phare de Lepcis Magna, ce qui prouve que cette frise représente une véritable procession.

L'arc devait porter une longue inscription, mais on ne la retrouve sur aucune des quatre faces, à l'exception des mots sur l'une des photos ci-dessous. Le premier, diva "au divinisé", et le troisième, diva (qui a le même sens mais fait référence à une femme) suggère que l'arc était dédié à l'empereur et à son épouse après leur mort en 211 et 217, ce qui est un peu étrange.

Lepcis, Arc de Septime Sévère, NW, inscription

Lepcis, Arc de Septime Sévère, à l'intérieur, aigle

Lepcis, Arc de Septime Sévère, à l'intérieur, soulagement de la guerre

Lepcis, Arc de Septime Sévère, NW, Victoria

Comme nous l'avons déjà vu, l'Arc de Septime Sévère a été construit au carrefour du Cardo et du Decumanus. Il s'agit essentiellement d'un dôme - bien que très bas - placé sur une voûte d'arête. Pour rendre la transition de la voûte au dôme lisse et belle, les pendentifs étaient décorés d'aigles impériaux.

Sur les piliers (les deux photos à droite), des reliefs sont montrés qui correspondent à la face nord-ouest de l'arc. Ainsi, si la « frise A » est dédiée aux prouesses martiales de l'empereur, les reliefs des piliers ont le même thème : la guerre. Malheureusement, cette partie du monument n'est pas seulement réalisée par un sculpteur de seconde classe, mais elle est également gravement endommagée. Certains historiens de l'art pensent qu'il s'agit d'une copie d'une scène de l'arc de Septime Sévère sur le forum romain, et peut-être y a-t-il en effet une certaine similitude avec le relief de gauche de la face orientale de l'arc romain, qui représente la libération de Rome. allié Nisibis en 195 (suite. ). Cependant, les deux reliefs sont très endommagés, et nous ferions mieux de ne pas sauter aux conclusions.

Nord-Est : Pietas

Venons-en à l'arc, vu de la ville elle-même. La route est le cardo, qui semble avoir été un peu abaissé pour s'assurer que l'arc dominait vraiment la rue. Ce côté du monument, la face nord-est, est décoré de « frise B ». Il représente l'empereur pietas, son comportement religieux exemplaire. C'était très important, car en tant que pontifex maximus (grand prêtre) de l'empire, Septime Sévère était responsable de la pax deorum, "la paix avec les dieux", qui assurait que les récoltes étaient abondantes, les rivières gardaient leur cours, la terre ne bougeait pas, et la pluie tombait quand il le fallait. Severus avait peu de patience avec les dissidents. Lors de son séjour à Lepcis Magna en 203, un jeune chrétien nommé Perpetua est torturé à mort à Carthage.

"Frieze B", aujourd'hui au Musée Archéologique National de Tripoli, montre la famille impériale (de gauche à droite, Julia Domna, une Geta aux cheveux longs, une représentation endommagée et sans tête de l'Empire, l'empereur lui-même, Caracalla, et le frère de l'empereur Geta, assistant au sacrifice d'un taureau, présidé par le préfet du prétoire, Plautianus.

Les reliefs des piliers correspondent à la frise B : encore, on voit l'empereur dans un acte religieux, présidant un sacrifice. La représentation est scindée en deux registres : la famille impériale dans le registre supérieur, le sacrifice lui-même dans le registre inférieur.

Lepcis, Arc de Septime Sévère, décoration intérieure NW

Lepcis, Arc de Septime Sévère, décoration intérieure NW

Lepcis, Arc de Septime Sévère, décor intérieur NW, registre supérieur

Lepcis, Arc de Septime Sévère, décor intérieur NW, registre inférieur

La partie supérieure montre l'empereur, présidant le sacrifice. Debout derrière lui se trouvent Hercule, l'une des deux divinités protectrices de Lepcis, et Caracalla. En arrière-plan, vous pouvez voir un très grand temple. Le registre inférieur montre un autel et l'arrivée de deux taureaux qui sont sur le point d'être abattus.

Sud-est : Felicitas

Si quelqu'un est arrivé à Lepcis Magna par le sud-est, il a peut-être vu l'arche comme sur la photo de droite. Comme vous pouvez le voir, à gauche et à droite de la route, le Decumanus, le site est resté non fouillé, et on peut espérer qu'un jour, les parties manquantes de l'Arc de Septime Sévère seront récupérées.

Cette partie du relief, "frise C", n'était pas de la plus haute qualité (les figures sont trop longues) et est également très endommagée (seulement quatre pièces ont été récupérées à ce jour) mais elle célébrait apparemment les succès domestiques de l'empereur, félicitations. Nous avons ici des sénateurs à cheval, des chevaliers ou des soldats en civil. Le chauve devant ne peut pas être un soldat : ​​il est trop vieux.

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SE, frise : soldats habillés en civils

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SE, frise : Julia Domna et Mars

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SE, frise : prisonniers de guerre vendus comme esclaves

Lepcis, Arc de Septime Sévère, SE, frise : prisonniers de guerre à vendre comme esclaves

Sur la deuxième photo ci-dessus, on peut reconnaître Julia Domna, avec Mars, l'une des divinités fondatrices de Rome. De la présence de l'impératrice, on peut déduire qu'ailleurs sur cette frise, l'empereur lui-même était représenté.

Finally, some other sculpture from the arch of Septimius Severus. To the left, a Victoria from the southeast face. In the center, two reliefs of the twelve Olympian gods. The lower register shows a/o Juno and Jupiter (modeled on Phidias' Zeus at Olympia), but it is not hard to see that Juno and Jupiter are dressed like Julia Domna and Septimius Severus. As always on a Roman triumphal arch, the conqueror is shown as equal to the gods.

Lepcis, Arch of Septimius Severus, SE, Victoria

Lepcis, Arch of Septimius Severus, inside, Twelve Olympian gods, upper register

Lepcis, Arch of Septimius Severus, inside, Twelve Olympian gods, lower register


Tour of the Roman Forum- Notable Monuments and Buildings

There are so many incredible buildings and monuments in the Roman Forum that it’s almost overwhelming. In addition to being a great place to see Roman ruins, the Roman Forum is also one of the best places to learn about Rome’s history.

These are a few highlights that stood out for me during my tour of the Roman Forum.

Arco di Settimio Severo (Arch of Septimius Severus)

Built in AD 203, this 68 foot high arch was erected in honour of Emperor Severus and his two sons Caracalla and Geta. It commemorates their two victories against the Parthians and is regarded as one of Italy’s major triumphal arches.

On both sides of the arch there is a dedication to Emperor Severus and Caracalla. The name of Septimius’ other son, Geta, was removed after he was assassinated by his own brother, Caracalla, in his quest to be sole Emperor after their father’s death.

Beside the arch is the umbilicus urbis, a stone which marks the symbolic centre of ancient Rome and to which all distances in Rome were measured.

Here you can see Winged Victories carved into the spandrels (the space between the arch and rectangular enclosure). I love how detailed the arch is!

Temple of Julius Caesar

Julius Caesar was the first Roman resident to be officially deified by the Senate. After his assassination, he was granted the title Divine Julius and in 29 BC, Augustus had a temple dedicated in his honour. The temple was built on the site where Caesar’s body was cremated and Mark Antony read his famous speech. Today, all that remains of the temple is the altar.

Flowers rest on the remains of the altar.

Basilica Aemilia

This civil basilica was a two-storey portico, 100 metres long and lined with shops. Destroyed and rebuilt several times, it was almost completely plundered for its precious marbles during the Renaissance.

Remnants of the Basilica Aemilia.

Temple of Castor and Pollux

Castor and Pollux were twin brothers, the sons of Zeus and Leda. Together they are known as the Dioscuri, also the twins of Gemini. As legend holds, these Heavenly Twins astoundingly appeared to Roman troops during an important battle against the Tarquins.

The last king of Rome, Lucius Tarquinius Superbus, waged war against the young Roman Republic in an attempt to regain his throne after being exiled. Roman dictator, Aulus Postumius Albus, promised to build a temple to the Dioscuri if Rome were victorious in the battle. On the battlefield, Castor and Pollux appeared as two horseman and aided the Romans to victory. Afterwards, the twins appeared again at the Roman Forum to announce the victory.

Holding true to promise, a temple was built to honour Castor and Pollux on the site of their appearance in the Roman Forum.

Three Corinthian columns are the only remains of the Temple of Castor and Pollux.

Temple of Saturn

The Temple of Saturn is one of the most important ancient Roman temples. Established in 497 BC, the temple was used as the state treasury. During Caesar’s rule, large reserves of gold and silver were stored here, along with the official scale for weighing metals, and the state archives. All that remains of this grand building are eight columns and the partially preserved pediment.

Even in ruins, the Temple of Saturn is still impressive!

Column of Phocas

This column was built to honour Eastern Roman Emperor Phocus, who had generously donated the Pantheon to the Church. The Column of Phocas was the last monument built at the Roman Forum.

The Column of Phocas rising in front of the Arch of Septimius Severus.

セプティミウス・セウェルス

体制を固めたセウェルスはより大胆な外征を計画、パルティア戦争で敵国の首都クテシフォンを占領するなど大勝を得て、ティグリス川沿いまで領土を拡張した [5] 。同時に属州アラビア・ペトラエアに建設されていた城壁「リーメス・アラビクス」の補強を進め、東方属州の拡大と強化に熱意を注いだ [6] 。自らの故郷である属州アフリカでも外征を行い、ガラマンテス族を破って「リメス・トリポリタヌス」を南の砂漠地帯にまで広げた [7] 。

治世後半も戦いに明け暮れる日々を過ごし、北方はブリタンニアでピクト族との戦争に従事しつつハドリアヌスの長城を補修した [8] 。セウェルスの死もそうした戦いの最中で起き、ブリタニア遠征中にエボラクムで病没した [9] 。死後は二人の息子カラカラとゲタが継承した為、新たな王朝としてセウェルス朝が成立した。

生い立ち 編集

母フルウィアはイタリア本土出身の由緒正しい血筋であった [11] 。恐らく彼女はローマの古参氏族で、帝政時代にはプレブス階級に没落していたフルウィウス氏族の末裔であると見られており、親類に近衛隊長や執政官を務めたガイウス・フルウィウス・プラウティアヌスがいる [12] (プラウティアヌスはセウェルスのいとこ(母方の叔父の息子)である)。

公職時代 編集

170年から180年にかけて矢継ぎ早に多くの役職を歴任した事実にも関わらず、セウェルスの元老院時代の記録は殆ど残っていない。「アントニヌスの疫病」は大勢の犠牲者を出し、元老院議員もかなりの議員が病死していた。セウェルスの異例の出世はこうした深刻な人材難による部分が大きかったと見られている。セウェルスは一度目の財務官を終えると今度はヒスパニア・バエティカで職務を継続するように命じられた [17] 。父の急死によりレプティス・マグナへ帰省している間にバエティカで動乱が起きて一時的に元老院から皇帝に同地の監督権が移ってしまい、セウェルスは任地に赴けないままに時間を費やした [18] 。173年、ガイウス・セプティミウス・セウェルスが属州アフリカの総督に赴任した際、縁者であるセウェルスを自らのレガトゥス・プロ・プラエトル(属州代理官)に指名した [19] 。

結婚と跡継ぎ 編集

セウェルスが結婚したのは当時の慣習より遅い三十代半ばになってからで、175年にパッキア・マルキアナという同郷の女性と結婚した [20] が、彼女はセウェルスとの子を生む事無く亡くなった [20] 。パッキアがいかなる人物であったかは今日全く不明であり、人名から恐らくはポエニ系の一族出身だったのではないかと推測されている程度である。セウェルス自身も後に皇帝となってからはパッキアとの婚歴を公に認めつつも隠すような行動を取った。ローマ皇帝群像はセウェルスにはパッキアとの間に二人の娘がいたと主張しているが、史学上の根拠はない。

186年に結婚から11年目でパッキアが病死すると [21] 、より有力な人物となっていたセウェルスは跡継ぎを欲してすぐに再婚相手を探し始めた(ローマ皇帝群像によればセウェルスは「占いで花嫁を探した」と主張されている [22] )。セウェルスは属州シリアにあるエメサ市で、土着信仰である太陽神ヘリオガバルスを奉じていた神官ユリウス・バッシアヌスの娘ユリア・ドムナと結婚した [23] 。後にセウェルス朝で暗躍するこの一族は地元シリアではかなりの資金と地位を持つ豪族でもあったが、ローマ本国では「ただのプレブスでしかなかった」とカッシウス・ディオは伝えている。

皇帝即位 編集

軍事政策 編集

197年の初めにセウェルスはローマの宮殿を立ってブリンディジへ向かうと海路でキリキアに進み [25] 、そこから陸路で属州シリアへ入った。そしてシリアに辿り着くと軍勢を集め、ユーフラテス川の渡河を開始した [26] 。セウェルス軍の前にオスロエネ王国の王アバガル9世はセウェルスに王子達を人質として差し出し、また弓兵隊を援軍に派遣して恭順の意思を示した [27] 。またアルメニア王ティリダテス2世も人質を送り、貢物を送って協力を示した [28] 。

202年後半、セウェルスは属州アフリカに対する新たな対外戦争を計画した。命令を受けた第3軍団「アウグスタ」の軍団長クィントゥス・アニシウス・ファウストゥスは「リーメス・トリポリタヌス」を巡ってガラマンテス族と戦い続け、レプティス・マグナから600km以上南へ蛮族を追い払った [30] 。また合わせてヌミディア地方でも同じく領域の拡大が進められた [31] 。203年までに、優れた将軍達の活躍で北アフリカにおける南部城壁はいずれも劇的に押し広げられ、砂漠地帯でローマを悩ませていた遊牧民はもはや容易に沿岸都市を攻撃できず、サハラ砂漠へと逃げることもできなくなった。

国内統治 編集

同時代の歴史家カッシウス・ディオによると [35] 、初期の統治を終えた197年頃からセウェルスは古い友人の一人である近衛隊長ガイウス・フルウィウス・プラウティヌスに治世を任せて、自らは外征に専念し内政を省みないようになったという。プラウティヌスは国内行政の殆ど全てを一手に握り、(初期を除けば)セウェルスの政策の多くは彼の手によって差配された。セウェルスはプラウティヌスを寵愛し、彼の娘を帝位継承を約束されていた長男カラカラの后妃として迎えさせた。次期皇帝の養父となり、もはや外戚としてプラウティヌス家の権威は絶対的なものとなった。しかしプラウティヌスの権勢はセウェルスの晩年にあっけなく終わりを迎えた。205年、彼はセウェルスの親族によって暗殺されたという [36] 。その後もセウェルスが直接統治を執り行う事は無く、行政はアエミリウス・パピニアヌスという法律家に一任された。

病没 編集

カッシウス・ディオによれば、211年、遠征地で危篤に陥ったセウェルスは二人の息子達に『共に仲良くせよ。軍を富ませよ。他は無視せよ』と言い遺した [39] 。病没後は直ちに神として神殿に祭られ、後にカラカラとゲタもこれに加わった [40] 。


Arcus Septimii Severi

From Samuel Ball Platner, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, rév. Thomas Ashby. Oxford: 1929, p. 43-44.

The arch erected in 203 A.D. in honour of Severus and his sons Geta and Caracalla, at the northwest corner of the forum, in front of the temple of Concord. This information is contained in the dedicatory inscription (CIL VI.1033 cf. 31230) on both sides of the attic of the arch, which is still standing. The original bronze letters of this inscription have disappeared, but their matrices remain, and it can be seen that the name of Geta was chiselled away after his murder, and the space filled up with additional titles of Severus and Caracalla. The arch is triple and built of Pentelic marble on a foundation of travertine, which was concealed by a flight of steps that formed the approach to the arch from the forum side. Later, probably in the fourth century, the level in front of the arch on this side was lowered, the flight of steps lengthened, and the top of the foundation cut away to provide for them (CR 1899, 233 Mitt. 1902, 21-22). The exposed corners of the foundation were then faced with marble. The arch was never traversed by a road until mediaeval times.


Dedicatory inscription

The dedicatory inscription on the arch reads:

IMP · CAES · LVCIO · SEPTIMIO · M · FIL · SEVERO · PIO · PERTINACI · AVG · PATRI PATRIAE PARTHICO · ARABICO · ET PARTHICO · ADIABENICO · PONTIFIC · MAXIMO · TRIBUNIC · POTEST · XI · IMP · XI · COS · III · PROCOS · ET IMP · CAES · M · AVRELIO · L · FIL · ANTONINO · AVG · PIO · FELICI · TRIBUNIC · POTEST · VI · COS · PROCOS · (P · P · OPTIMIS · FORTISSIMISQVE · PRINCIPIBUS) OB · REM · PVBLICAM · RESTITVTAM · IMPERIVMQVE · POPVLI · ROMANI · PROPAGATVM · INSIGNIBVS · VIRTVTIBVS · EORVM · DOMI · FORISQVE · S · P · Q · R

Imp(eratori) Caes(ari) Lucio Septimio M(arci) fil(io) Severo Pio Pertinaci Aug(usto) patri patriae Parthico Arabico et Parthico Adiabenico pontific(i) maximo tribunic(ia) potest(ate) XI imp(eratori) XI, co(n)s(uli) III proco(n)s(uli) et imp(eratori) Caes(ari) M(arco) Aurelio L(ucii) fil(io) Antonino Aug(usto) Pio Felici tribunic(ia) potest(ate) VI co(n)s(uli) proco(n)s(uli) (p(atri) p(atriae) optimis fortissimisque principibus) ob rem publicam restitutam imperiumque populi Romani propagatum insignibus virtutibus eorum domi forisque S(enatus) P(opulus) Q(ue) R(omanus). Α]

"To the emperor Caesar Lucius Septimius Severus Pius Pertinax Augustus Parthicus Arabicus Parthicus Adiabenicus, son of Marcus, father of his country, Pontifex Maximus, in the eleventh year of his tribunician power, in the eleventh year of his rule, consul thrice, and proconsul, and to the emperor Caesar Marcus Aurelius Antoninus Augustus Pius Felix, son of Lucius, in the sixth year of his tribunician power, consul, and proconsul (fathers of their country, the best and bravest emperors), on account of the restored republic and the rule of the Roman people spread by their outstanding virtues at home and abroad, the Senate and the People of Rome (sc. dedicate this monument)"

Septimius Severus was ruling jointly as emperor with his son Caracalla (Marcus Aurelius Antoninus) when the arch was dedicated. The parenthesized section in the middle is text that replaced an original reference to his other son Geta, which was chiseled out upon Geta's damnatio memoriae by Caracalla.


Voir la vidéo: Arc de Septime Sévère (Décembre 2021).