Informations

USS Houston (CL-81), Norfolk Navy Yard, 11 janvier 1944


Croiseurs lourds américains 1941-45 : classes d'avant-guerre, Mark Stille. Regarde les «croiseurs traités» construits aux États-Unis entre les guerres, limités par traité à 10 000 tonnes et canons de 8 pouces. Cinq classes de croiseurs de traité ont été produites et ils ont joué un rôle majeur dans les combats pendant la Seconde Guerre mondiale, malgré les limites imposées par les restrictions du traité. [lire la critique complète]


Contenu

Après avoir effectué une croisière shakedown dans l'Atlantique, Houston retourna aux États-Unis en octobre 1930. Elle visita ensuite sa ville homonyme et rejoignit la flotte à Hampton Roads. Naviguant vers New York, le croiseur est parti le 10 janvier 1931 pour le Pacifique, et après s'être arrêté au canal de Panama et aux îles Hawaï, est arrivé à Manille le 22 février. Houston est devenu le vaisseau amiral de la flotte asiatique à son arrivée et a participé l'année suivante à des opérations d'entraînement en Extrême-Orient. [5]

Avec le déclenchement de la guerre entre la Chine et le Japon en 1931, Houston a démarré le 31 janvier pour Shanghai afin de protéger les intérêts américains. Elle a débarqué des pelotons de canons de la Marine et de la Marine pour aider à stabiliser la situation et est restée dans la région, à l'exception d'une croisière de bonne volonté aux Philippines en mars et une au Japon en mai 1933, jusqu'à ce qu'elle soit relevée par Augusta le 17 novembre 1933. Le croiseur a navigué vers San Francisco pour rejoindre la Force de reconnaissance et, pendant les années qui ont précédé la Seconde Guerre mondiale, a participé aux problèmes de la flotte et aux manœuvres dans le Pacifique. [5]

Au cours de cette période, Houston fait plusieurs croisières spéciales. Le président Franklin Roosevelt est monté à bord le 1er juillet 1934 à Annapolis, Maryland, pour une croisière de près de 12 000 milles marins (14 000 mi 22 000 km) à travers les Caraïbes et à Portland, Oregon, via Hawaï. Houston a également porté le secrétaire adjoint de la Marine Henry L. Roosevelt lors d'une tournée des îles hawaïennes, retournant à San Diego le 15 mai 1935. [5]

Après une courte croisière dans les eaux de l'Alaska, le croiseur est retourné à Seattle et a embarqué à nouveau le President le 3 octobre pour une croisière de vacances vers l'île Cedros, la baie de Magdalena, les îles Cocos et Charleston, en Caroline du Sud. Houston a également célébré l'ouverture du Golden Gate Bridge à San Francisco le 28 mai 1937 et a emmené le président Roosevelt pour une revue de la flotte dans la même ville le 14 juillet 1938. [5] La croisière de 24 jours de Roosevelt à bord Houston conclu le 9 août 1938 à Pensacola, Floride. [6]

Houston est devenu le vaisseau amiral de la flotte américaine le 19 septembre, lorsque le contre-amiral Claude C. Bloch a amené son drapeau à bord, et a maintenu ce statut jusqu'au 28 décembre, date à laquelle il est retourné dans la Force de reconnaissance. Poursuivant la routine des exercices d'entraînement, il est parti pour Fleet Problem XX, le 4 janvier 1939 de San Francisco, a navigué à Norfolk et Key West, et a embarqué le président et le chef des opérations navales, l'amiral William D. Leahy, pour le durée du problème. Elle est arrivée à Houston le 7 avril pour une brève visite avant de retourner à Seattle, où elle est arrivée le 30 mai. [5]

Affecté comme navire amiral du détachement hawaïen, le croiseur est arrivé à Pearl Harbor après son shakedown post-révision le 7 décembre 1939, et a continué à ce titre jusqu'à son retour à Mare Island le 17 février 1940. Naviguant vers Hawaï, il est parti pour les îles Philippines le 3 novembre. En arrivant à Manille le 19 novembre, il est devenu le vaisseau amiral de l'amiral Thomas C. Hart, commandant de la flotte asiatique. [5]

Peu de temps avant que la guerre dans le Pacifique n'éclate, cinq canons antiaériens à montage quadruple de 1,1"/75 calibre ont été expédiés à Cavite Naval Yard aux Philippines, quatre d'entre eux ont été installés à bord Houston pour augmenter la protection de la défense aérienne du navire. [7]

Alors que la crise de guerre s'aggravait, l'amiral Hart déploya sa flotte en préparation. La nuit de l'attaque de Pearl Harbor, Houston est devenu en route de l'Île Panay avec des unités de flotte à destination de Darwin, Australie, où elle est arrivée le 28 décembre 1941 par Balikpapan et Surabaya. Après le devoir de patrouille, elle a rejoint la force navale américano-britannique-hollandaise-australienne (ABDA) à Surabaya. [5]

Bataille du détroit de Makassar Modifier

Les raids aériens étaient fréquents dans la région et Houston Les artilleurs ont abattu quatre avions japonais lors de la bataille de la mer de Bali (également connue sous le nom de bataille du détroit de Makassar) le 4 février 1942, alors que l'amiral Karel Doorman de la marine royale néerlandaise prenait ses forces pour engager des Japonais qui se trouvaient à Balikpapan. Houston a pris un coup, désactivant la tourelle numéro trois, et le croiseur USS Tête de marbre a été tellement endommagé qu'il a dû être envoyé hors de la zone de combat. Doorman a été contraint d'abandonner son avance. [5]

Convoi Timor Modifier

Houston est arrivé à Tjilatjap le 5 février et est resté jusqu'au 10 février, quand elle est partie pour Darwin pour escorter un convoi transportant des troupes pour renforcer les forces défendant déjà Timor. Escorte USAT Meigs, SS Mauna Loa, SS Portmar, et Tulagi, Houston avec le destroyer USS Peary et sloops HMAS Warrego et HMAS cygne a quitté Darwin avant deux heures du matin le 15 février pour Koepang. À onze heures du matin, le convoi était suivi par un hydravion japonais qui a largué des bombes sans causer de dommages avant de partir. Le lendemain matin, un autre avion d'observation avait pris position et avant midi, le convoi a été attaqué par des bombardiers et des hydravions en deux vagues. Lors de la première attaque, Mauna Loa a subi de légers dommages et deux blessés, un tué et un blessé. Houston Le feu n'a montré aucun effet. Lors de la deuxième attaque, Houston se distingua par un barrage qui la fit "comme une nappe de flammes" [8] abattant 7 des 44 avions de la deuxième vague. Le convoi a continué vers Timor pendant quelques heures, avec Houston lancer un avion de reconnaissance à la recherche de la position ennemie. ABDA soupçonne la présence de porte-avions japonais, d'une invasion imminente du Timor et d'une flotte de soutien à l'affût et ordonne ainsi au convoi de retourner à Darwin, qu'il atteint avant midi le 18 février.

Houston et Peary est parti plus tard dans la journée pour rejoindre les forces de combat à Tjilatjap. [9] Peu après le départ, Peary s'est détaché pour chasser un sous-marin présumé et a dépensé tellement de carburant pour le faire que le destroyer est retourné à Darwin au lieu de continuer avec Houston. [9] Houston ainsi échappé à l'attaque japonaise sur Darwin le 19 février, au cours de laquelle Peary, Meigs et Mauna Loa étaient parmi les navires coulés et Portmar a été forcé de s'échouer. [10] [11] [12]

Bataille de la mer de Java Modifier

Apprenant que la principale force d'invasion japonaise approchait de Java protégée par une formidable unité de surface, l'amiral Doorman décida de se rencontrer et de chercher à détruire le convoi principal. Naviguant le 26 février 1942 avec les croiseurs Houston, HMAS Perth, HNLMS De Ruyter, HMS Exeter, HNLMS Java et dix destroyers, il a rencontré la force de soutien japonaise sous l'amiral Takeo Takagi consistant en quatre croiseurs et 13 destroyers en fin d'après-midi du 27 février 1942. [5] Pendant que les destroyers japonais posaient un écran de fumée, les croiseurs des deux flottes ont ouvert le feu. Après une attaque à la torpille inefficace, les croiseurs légers et destroyers japonais en ont lancé une seconde et ont coulé le destroyer HNLMS Kortenaer. HMS Exeter et le destroyer HMS Électre ont été touchés par des coups de feu, Électre coule peu de temps après. A 17h30, l'amiral Doorman a tourné au sud vers la côte de Java, ne souhaitant pas être détourné de son objectif principal de détruire le convoi. [5]

La flotte alliée a esquivé une autre attaque de torpilles et a suivi la côte, pendant laquelle le destroyer HMS Jupiter a été coulé, soit par la mine, soit par une explosion interne. Le destroyer HMS Rencontrer a été détaché pour ramasser les survivants de Kortenaer, et les destroyers américains ont reçu l'ordre de retourner à Surabaya car ils avaient tiré toutes leurs torpilles. Sans protection contre les destroyers, les quatre navires restants de Doorman ont de nouveau tourné vers le nord dans une dernière tentative pour arrêter l'invasion de Java. [5] À 23h00, les croiseurs ont de nouveau rencontré le groupe de surface japonais. Naviguant sur des parcours parallèles, les unités adverses ont ouvert le feu et les Japonais ont lancé une attaque à la torpille 30 minutes plus tard. De Ruyter et Java ont été pris dans une propagation de 12 torpilles, ce qui a entraîné leur destruction. [5] Avant De Ruyter a coulé, le portier a ordonné Houston et Perth se retirer à Tanjong Priok. [5] [13]

Cette bataille était le plus grand engagement de surface depuis la bataille du Jutland pendant la Première Guerre mondiale. [14] Deux croiseurs et trois destroyers de la force navale ABDA ont été coulés, le croiseur Exeter avait été endommagé, et les navires restants ont reçu l'ordre de retourner à Surabaya et Tanjong Priok.

Bataille du détroit de la Sonde Modifier

Houston et Perth atteint Tanjong Priok le 28 février, où ils ont tenté de se réapprovisionner, mais ont été confrontés à des pénuries de carburant et aucune munition disponible. [15] Les deux croiseurs ont reçu l'ordre de naviguer vers Tjilatjap avec un destroyer hollandais Evertsen, mais est parti à 17h00 sans Evertsen, qui a pris du retard. [16] Les Alliés croyaient que le détroit de la Sonde était exempt de navires ennemis, les derniers rapports de renseignement indiquant que les navires de guerre japonais n'étaient pas à moins de 50 miles (43 nmi 80 km), mais une grande force japonaise s'était rassemblée à Bantam Bay. [17] [16] [18] À 23h06, les deux croiseurs étaient au large de la pointe Saint-Nicolas lorsque les vigies Perth aperçu un navire non identifié quand on réalisa qu'il s'agissait d'un destroyer japonais, Perth engagé. [17] [16] Cependant, comme cela s'est produit, plusieurs navires de guerre japonais sont apparus et ont entouré les deux navires alliés. [17] [16]

Les deux croiseurs ont échappé aux neuf torpilles lancées par le destroyer Fubuki. [18] Selon les rapports d'après-bataille d'ABDA, les croiseurs auraient ensuite coulé un transport et forcé trois autres à s'échouer, mais ont été empêchés de traverser le détroit de la Sonde par un escadron de destroyers et ont dû faire face aux croiseurs lourds. Mogami et Mikuma à proximité. [5] A minuit, Perth a tenté de se frayer un chemin à travers les destroyers, mais a été touché par quatre torpilles en l'espace de quelques minutes, puis soumis à des tirs à courte portée jusqu'à ce qu'il coule à 00h25 le 1er mars. [16]

À bord Houston, les obus étaient rares dans les tourelles avant, de sorte que l'équipage a malmené les obus de la tourelle numéro trois désactivée aux tourelles avant. Houston a été touché par une torpille peu après minuit, et a commencé à perdre du terrain. [5] Houston Les artilleurs avaient touché trois destroyers différents et coulé un dragueur de mines, mais il fut frappé par trois autres torpilles en succession rapide. [5] Le capitaine Albert Rooks a été tué par l'éclatement d'un obus à 00h30, et alors que le navire s'arrêtait, les destroyers japonais sont entrés, mitraillant les ponts et les hommes dans l'eau. Quelques minutes plus tard, Houston s'est renversé et a coulé. [5] Sur les 1 061 à bord, 368 ont survécu, dont 24 des 74 hommes du Détachement des Marines, pour être capturés par les Japonais et internés dans des camps de prisonniers. Sur les 368 membres du personnel de la Marine et du Corps des Marines faits prisonniers, 77 (21 %) sont morts en captivité. [19] [un]

Suite Modifier

Houston Le sort de 's n'a pas été entièrement connu du monde pendant près de neuf mois, et l'histoire complète de son dernier combat n'a été racontée que lorsque les survivants ont été libérés des camps de prisonniers à la fin de la guerre. [5] Avant cela, le 30 mai 1942, 1 000 nouvelles recrues de la Marine, connues sous le nom de Houston Volunteers, ont prêté serment lors d'une cérémonie d'inauguration au centre-ville de Houston, pour remplacer celles que l'on croyait perdues le Houston. Le 12 octobre 1942, le croiseur léger Vicksburg (CL-81), alors en construction, a été rebaptisé Houston en l'honneur du vieux navire, le président Roosevelt déclarant :

Nos ennemis nous ont donné la chance de prouver qu'il y aura un autre USS Houston, et encore un autre USS Houston si cela devient nécessaire, et encore un autre USS Houston tant que les idéaux américains sont en danger. [21] [22]

Le capitaine Rooks a reçu à titre posthume la Médaille d'honneur pour ses actions. [5] L'aumônier George S. Rentz, qui avait remis son gilet de sauvetage à un jeune marin après s'être retrouvé dans l'eau, a reçu à titre posthume la Navy Cross. Il était le seul aumônier de la Marine à être ainsi honoré pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'équipage de Houston est honoré aux côtés de celui de Perth au Shrine of Remembrance à Melbourne, en Australie, et à l'église anglicane St John's de Fremantle.


Après la guerre

Atlantique

Après un long travail à New York, Houston a fumé du port de New York le 11 octobre 1945. Suite à l'entraînement de recyclage dans la Mer des Caraïbes, elle a participé aux exercices de formation de Newport, Rhode Island. Elle a fumé le 16 avril 1946 pour une tournée de bonne volonté prolongée des ports européens et africains, visitant des villes en Scandinavie, au Portugal, en Italie et en Égypte. [1]

Houston est revenu aux États-Unis le 14 décembre 1946 et s'est engagé dans des opérations de formation et de préparation jusqu'au 17 mai 1947, quand elle a fumé avec la Division de Croiseur 12 (CruDiv 12) pour un voyage de Mer Méditerranée. [1]

De retour à Philadelphie le 16 août 1947, Houston a été désarmé le 15 décembre 1947, puis a été placé en réserve pendant plus d'une décennie, puis finalement radié du registre des navires de la marine le 1er mars 1959 et mis au rebut. [1]


Commémoration du 70e anniversaire du torpillage de l'USS Houston et souvenir d'un père

Le 14 octobre 1944, le USS Houston est devenu le premier grand navire attaqué par des pilotes japonais au large de Formose, ce qu'on appelle maintenant Taïwan. Les USS Houston partit au combat en avril 1944 pour rejoindre la Task Force 58, la principale force de frappe de l'US Navy sur le théâtre du Pacifique. Le bateau et son équipage ont participé à des bombardements côtiers et à des débarquements couverts de la campagne d'îles en île à travers le Pacifique, notamment les Mariannes, Roto, Guam, Iwo Jima, Chichi Jima, Philippines, Anguar, Luzon, Mindanao, Leyte et Samar.

Épreuve de l'USS Houston de Jack Fellows’ livre sur le navire.

C'est juste après le coucher du soleil, le 14 octobre 1944, que le USS Houstona été touché par une torpille japonaise après avoir abattu avec succès trois des quatre avions attaquants. Le navire est immédiatement mort dans l'eau sans électricité. Pendant ce temps, le protocole typique était que l'équipage abandonne le navire et laisse le navire couler. Les USS Houston était penché dans l'eau, et les hommes ont reçu l'ordre d'évacuer le navire.

La grande majorité de l'équipage de 992 a survécu, mais 4 officiers et 51 enrôlés ont péri. Les Japonais ont rapporté que le USS Houston avait coulé, ce qui a donné lieu à des gros titres de journaux décrivant ce succès sur le front intérieur japonais. Mais en fait, l'équipage du navire a refusé de laisser le USS Houston couler, et plus de 700 cents des membres d'équipage et 33 des officiers ont été transférés aux navires américains d'accompagnement et le navire a été stabilisé pour remorquer. Le bateau a été remorqué jusqu'à Ulithi par USS Boston et USS Pawnee et s'est finalement rendu à Brooklyn, New York pour des réparations qui ont été achevées juste après la fin de la guerre en 1945. Le navire a reçu 3 étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Joseph Ignatius “J.I” Monte pendant la Seconde Guerre mondiale.

Pour commémorer le 70 e anniversaire de cet événement et pour exaucer les dernières volontés de l'un des USS Houstonles membres d'équipage de , la fille Lori Besselman et le fils Frank Monte de Jim "J.I." Monte fera un voyage vers la côte de Taïwan pour mettre les cendres de leur père au repos où il a perdu son équipage.

Né en 1925, J.I., originaire de la Nouvelle-Orléans, a rejoint l'US Navy en septembre 1942 à l'âge de 17 ans après une longue bagarre avec son père pour signer son enrôlement mineur. Après être devenu temporairement aveugle alors qu'il travaillait comme soudeur-brûleur à la Delta Shipbuilding Corporation à la Nouvelle-Orléans, sa famille a décidé qu'ils pourraient aussi bien l'envoyer à la guerre avant qu'il ne soit tué dans le chantier naval. Il a servi à la Nouvelle-Orléans jusqu'à l'âge de 18 ans lorsqu'il a pris ses fonctions. Il s'est rendu à Norfolk, en Virginie pour suivre une formation et a rejoint en tant que membre de la planche, le premier équipage, de l'équipage du USS Houston en décembre 1943.

Lors du torpillage par les Japonais le 14 octobre 1944, J.I. s'est foulé la cheville à cause du soulèvement du pont sur le côté haut du navire. En raison de sa blessure, J.I. a été jeté par-dessus bord par ses camarades de bord où il a pu nager jusqu'à un radeau de sauvetage. Il a passé la nuit dans le radeau avec d'autres du navire avant qu'ils ne soient choisis le destroyer suivant USS Grayson.

Le 17 octobre, J.I. transféré au croiseur USS Birmingham, et le lendemain, 18 octobre, il a été transféré au transporteur d'escorte, USS Rudyerd Bay. Les Baie Rudyerd l'a transporté sur l'atoll d'Ulithi. Là, il est monté à bord du USS Typhon et s'est rendu à Pearl Harbor. À son arrivée à Pearl Harbor, le Typhoon a été accueilli par l'amiral Nimitz et le Navy Band jouant « Anchors Aweigh ». Jim a décrit la scène aussi bien qu'assez comique parce que le USS Houston les survivants ont reçu l'accueil en ne portant rien d'autre que leurs sous-vêtements, boxers et maillots de corps. Lorsque les membres d'équipage ont été évacués, ils n'ont reçu que ces articles à porter.

Verna et J.I. ou “Jim” comme elle l'appelait. Lorsqu'ils se sont rencontrés en Californie, J.I. avait ses initiales JIM pour Joseph Ignatius Monte cousues sur ses vêtements. Verna pensait que c'était parce que son nom était "Jim" et a continué à l'appeler ainsi tout au long de leur vie ensemble.

Après son retour du Pacific Theatre en décembre 1944, J.I. était stationné à la base aéronavale d'Alameda à l'extérieur d'Oakland, en Californie, pour le reste de la guerre. C'est ici qu'il a rencontré sa femme Verna, originaire de l'Iowa, alors qu'il prenait le tramway. Verna travaillait également à la Naval Air Station pour peindre des cadrans d'instruments sur des avions. En juillet 1945, le couple s'est marié et ils se sont aventurés dans la ville natale de J.I. à la Nouvelle-Orléans après sa libération en octobre 1945. Ensemble, ils ont eu 5 enfants.

De son passage dans la Marine à son travail pour le Trésor américain et le Département des douanes des États-Unis, J.I. accumulé plus de 40 ans de services au gouvernement. Lorsqu'il a pris sa retraite à l'âge de 65 ans, il est resté actif en faisant du bénévolat et en occupant le poste de président des portes du Destrehan Plantation Festival. Aux côtés de sa femme Verna, il a livré plusieurs fois par semaine des repas chauds aux personnes vivant avec le sida par le biais du groupe de travail sur le sida de la Nouvelle-Orléans.

Comme de nombreux vétérans de la Seconde Guerre mondiale, il n'a pas beaucoup parlé de son expérience de la guerre jusqu'à plus tard dans la vie. Sa femme Verna a décrit qu'« en vieillissant, le temps qu'il passait au service devenait plus important pour lui ». À partir de ce moment, il s'est davantage impliqué dans la Houston Association et a organisé une réunion pour le navire à la Nouvelle-Orléans à l'hôtel Westin en 1997 avec au moins 150 survivants et leurs familles. Il a même commencé à porter fièrement une casquette de vétéran de la Seconde Guerre mondiale achetée à la boutique de cadeaux du Musée. Cela l'a grandement honoré de recevoir des mots de gratitude de la part de personnes jeunes et moins jeunes pour le service qu'il a rendu à notre pays. En 2010, il a reçu un autre grand honneur du gouverneur Bobby Jindal lorsqu'il a reçu la Médaille d'honneur des anciens combattants de la Louisiane pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale. Jim "J.I." Monte est décédé le 18 janvier 2012.

Les enfants de Jim, Lori et Frank sont ravis d'avoir fait cette aventure en Asie pour réaliser les souhaits de leur père. Ils ont grandi avec lui en disant : « Je veux que mes cendres soient dans la mer de Chine méridionale », et maintenant ils ont réalisé ce souhait.

Les papiers de décharge de J.I.
USS Houston lors d'un bombardement côtier de Guam (plus près de la caméra) dans un virage à grande vitesse avec le sister-ship Vincennes.
Vue vers l'arrière montrant les dommages à la catapulte tribord après le premier coup de torpille. Photographie officielle de l'US Navy.

USS Houston (CL 81) au large du Norfolk Navy Yard, Virginie, 11 janvier 1944.
Une torpille aérienne japonaise frappe le quart tribord du navire, dans l'après-midi du 16 octobre 1944. Cette vue montre du carburant brûlant à la base de la colonne d'eau de l'explosion de la torpille. Houston avait été torpillé au milieu du navire le 14 octobre, alors qu'il était au large de Formose, et était remorqué par l'USS Pawnee (ATF 74) lorsque des avions lance-torpilles ennemis l'ont de nouveau touchée. L'USS Canberra (CA 70), également torpillé au large de Formose, est remorqué au loin. Photographie officielle de la Marine américaine, provenant des collections du Naval Historical Center # NH 98826.
Vue vers l'arrière, montrant les dommages à la poupe du navire résultant d'un coup de torpille au milieu du navire reçu au large de Formose le 14 octobre 1944. Cette photo a été prise alors que Houston était remorqué, mais avant le deuxième coup de torpille le 16 octobre. Notez l'hydravion OS2U qui avait été éjecté de la catapulte bâbord, brisant son aile lors de l'impact avec la grue de l'avion. Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis # 19-N-106304.

J.I. pendant son service.
J.I. recevant la Médaille d'honneur des anciens combattants de la Louisiane des mains du gouverneur Jindal aux côtés de son épouse Verna le 16 avril 2010.
Épreuve de l'USS Houston d'après le livre de Jack Fellows sur le navire.

J.I. au Mémorial de la Seconde Guerre mondiale avec le Louisiana Honor Air en mai 2011.
J.I. pendant son service.
En tant que membre de la planche de l'USS Houston, J.I. reçu un morceau de la planche du navire lors de sa mise hors service et de sa mise au rebut en 1959.

Les médailles J.I. a été récompensé pour son service dans l'US Navy.
Verna et J.I. ou "Jim" comme elle l'appelait. Lorsqu'ils se sont rencontrés en Californie, J.I. avait ses initiales JIM pour Joseph Ignatius Monte cousues sur ses vêtements. Verna pensait que c'était pour son nom Jim et a continué à l'appeler ainsi tout au long de leur vie ensemble.


USS Spokane (CL 120)

L'USS SPOKANE était l'un des croiseurs légers de classe OAKLAND et le premier navire de la Marine portant le nom de la ville de Washington. Désarmé à New York fin février 1950, le SPOKANE fait partie de la flotte de réserve de l'Atlantique. Au début d'avril 1966, alors qu'il était dans les « boules à mites », il a été rebaptisé AG 191 en prévision de sa conversion en navire d'essai de sonar à réseau conforme. Ce projet ne s'est pas concrétisé, cependant, et il est resté désarmé jusqu'à ce qu'il soit rayé de la liste de la Marine en avril 1972. Le SPOKANE a été vendu pour démolition en mai 1973.

Caractéristiques générales: Attribué : 1943
Pose de la quille : 15 novembre 1944
Lancé : 22 septembre 1945
Mise en service : 17 mai 1946
Désarmé : 27 février 1950
Constructeur : Federal Shipbuilding Co., Kearny, N.J.
Système de propulsion : turbines à engrenages, 75 000 shp
Hélices : deux
Longueur : 541,7 pieds (165,1 mètres)
Faisceau : 53,15 pieds (16,2 mètres)
Tirant d'eau : 20,7 pieds (6,3 mètres)
Déplacement : env. 8 340 tonnes à pleine charge
Vitesse : 32,5 nœuds
Avion : aucun
Armement : douze canons de 12,7 cm 5 pouces/38 calibres dans six montures jumelées, canons de 28 x 40 mm
Équipage : 63 officiers et 785 enrôlés

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS SPOKANE. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

L'USS SPOKANE a été construit le 15 novembre 1944 par la Federal Shipbuilding and Drydock Co., Kearny, N.J. lancé le 22 septembre 1945 parrainé par Mlle Patrice Munsel et mis en service le 17 mai 1946, sous le commandement du capitaine L. E. Crist.

Le SPOKANE s'est déplacé vers Bayonne, N.J., puis vers Brooklyn, N.Y., d'où il a navigué le 24 juin pour la baie de Guantanamo, à Cuba, pour sa croisière d'essai et pour effectuer des exercices de combat et des tirs d'armes. Elle est retournée à New York le 11 septembre. Le croiseur a été affecté à la 2e flotte pour le service dans les eaux européennes et a navigué pour Plymouth, en Angleterre, le 7 octobre.

Le SPOKANE a opéré à partir de ports britanniques jusqu'à la mi-janvier 1947. Au cours de sa tournée, il a visité l'Écosse, l'Irlande, la Norvège et le Danemark. Le 27 janvier, elle s'est détachée de Plymouth et s'est rendue aux États-Unis via le Portugal, Gibraltar et Guantanamo Bay où elle a participé à des exercices de flotte avant d'arriver à Norfolk, en Virginie, le 18 mars. À la suite d'exercices de flotte et de bombardement dans la baie de Chesapeake pendant l'été, elle a eu une période de disponibilité de chantier au Brooklyn Navy Yard du 22 septembre au 14 octobre. Le croiseur est revenu à Norfolk pour le Jour de la Marine, le 27 octobre, et s'est ensuite préparé pour un autre déploiement.

Le SPOKANE s'est détaché de Norfolk le 29 et a rendez-vous avec d'autres unités de la 2e flotte de tâche pour des exercices tactiques au large des Bermudes jusqu'au 8 novembre, date à laquelle il a navigué pour l'Angleterre. Elle est arrivée à Plymouth le 16 novembre et a été assignée au devoir avec les Forces Navales, l'Atlantique Est et la Méditerranée. Quatre jours plus tard, le navire s'est habillé en "grande tenue" pour célébrer le mariage de Son Altesse Royale, la princesse Elizabeth d'Angleterre. Le croiseur a visité Bremerhaven, en Allemagne, du 24 au 26 novembre et est retourné en Angleterre pour des opérations tactiques. En février 1947, le navire fit escale à Rotterdam, aux Pays-Bas, où il reçut la visite de son Altesse Royale le prince Bernhard le 17. Le 1er mars, le SPOKANE s'est détaché de Plymouth en route vers la côte est et est arrivé à Norfolk le 11 mars. Le 18, sa désignation est changée en CLAA 120.

Les opérations de SPOKANE le long de la côte est pendant le reste de l'année ont été interrompues par une révision au New York Navy Yard du 27 mai au 15 septembre. Le 4 janvier 1949, le navire partit avec PHILIPPINE SEA (CV 47) et MANCHESTER (CL 83) pour la Méditerranée. Le 25 janvier, à Athènes, le croiseur a reçu une visite royale du roi Paul et de la reine Fredrika de Grèce. SPOKANE a participé à des jeux de guerre avec des unités de la 6e flotte et a visité des ports en Turquie, en Italie, en France, en Sardaigne, en Tunisie, en Libye et en Algérie avant de retourner à Norfolk le 23 mai.

Le SPOKANE a agi comme navire-école pour la Réserve navale du 4e district naval pendant l'été et a ensuite participé à des exercices d'entraînement dans la région de Virginia Capes.

Le 24 octobre 1949, le SPOKANE a navigué vers New York pour être inactivé. Il a été mis en réserve, hors service, le 27 février 1950 et amarré à New York. Le 1er avril 1966, il a été rebaptisé AG 191. Le SPOKANE a été rayé de la liste de la Navy le 15 avril 1972 et a été vendu à Luria Bros. & Co. Inc., le 17 mai 1973 et mis au rebut.


Le National WWII Museum raconte l'histoire de l'expérience américaine dans la guerre qui a changé le monde - pourquoi il a été combattu, comment il a été gagné et ce que cela signifie aujourd'hui - afin que toutes les générations comprennent le prix de la liberté et soient inspirées par ce qu'elles apprennent.

945 Magazine Street New Orleans, LA 70130, entrée sur Andrew Higgins Drive
TÉLÉPHONE : (504) 528-1944 - FAX : (504) 527-6088 - COURRIEL : [email protected] | instructions

Le blog du musée national de la Seconde Guerre mondiale est fièrement propulsé par WordPress 4.1.33 Entrées (RSS) Commentaires (RSS).


USS Houston (CL-81), Norfolk Navy Yard, 11 janvier 1944 - Histoire

Tutuila (ARG-4)

Histoire de l'USS Tutuila (ARG-4)

Arthur P. Gorman a été posé en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 1179) le 11 août 1943 à Baltimore, Maryland, par la Bethlehem Steel Co., rebaptisé USS Tutuila le 8 septembre et désigné ARG-4 lancé le 12 septembre transféré à la Marine lorsqu'il est terminé à 80 pour cent pour la conversion en navire de réparation de moteurs à combustion interne le 18 septembre, converti par la Maryland Drydock Co., et mis en service là-bas le 8 avril 1944, le Comdr. George T. Boldizsar aux commandes.

Tutuila a subi un shakedown à Hampton Roads du 20 avril au 24 mai avant de naviguer pour le canal de Panama et de passer par San Diego, Pearl Harbor et Eniwetok jusqu'au Pacifique Sud.

Au début du mois d'août, le navire de réparation a rejoint l'escadron de service (ServRon) 10 basé à Purvis Bay, dans les îles Salomon autrefois très disputées. Tutuila a servi à la flotte de base avancée flottante alors qu'elle traversait le Pacifique en direction du Japon. Pour la dernière année de la guerre, le navire de réparation s'est engagé dans des horaires de travail 24 heures sur 24 qui se sont rarement relâchés.

Tutuila a aidé à la préparation des opérations qui ont conduit à la libération des Philippines du joug japonais. À la fin de cette campagne, les groupes de travail américains ont jeté leur dévolu sur des îles plus proches de la patrie japonaise. Iwo Jima et Okinawa sont tombés sous le coup d'obus, de bombes et de troupes américaines qui ont fait irruption à terre soutenues par une grande armada alliée. Bientôt, les marines alliées étaient à distance de bombardement des îles japonaises elles-mêmes.

Pendant ce temps, le navire de réparation a d'abord opéré à partir de Manus, dans les Amirautés, avant de rejoindre Ulithi dans les Carolines. À la suite de la libération des Philippines, Tutuila est arrivé à Leyte le 24 mai 1945 et y a fourni des services de réparation à une grande variété de navires et de petites embarcations depuis la date de son arrivée jusqu'à la fin des hostilités.

Pourtant, le travail de Tutuila était loin d'être terminé. Alors que les forces américaines et alliées se préparaient à l'occupation de la patrie japonaise, le navire a rejoint ces forces qui se dirigeaient vers le nord pour le service au large des côtes nippones. Le 30 août, Tutuila (en compagnie de Jason (ARH 1), Whitney (AD-4) et 11 navires plus petits) a entrepris la première étape du voyage vers le nord. Un jour, un typhon a frappé le convoi, forçant le navire de réparation le plus lent à rester avec les "petits garçons" tandis que Jason et Whitney ont reçu l'ordre de courir pour le Japon. Le 2 septembre, après avoir résisté à la tempête et dirigé ses charges vers un port sûr, Tutuila a jeté l'ancre dans la Baie de Buckner, Okinawa.

De là, Tutuila a poursuivi un convoi de 33 navires, à destination de la Corée, faisant escale à Jinsen (maintenant appelé Inchon) le 24 septembre 1946. Il y a opéré comme navire de maintenance pour les navires engagés dans le rapatriement des prisonniers de guerre japonais. Elle a continué ce travail après avoir déménagé à Taku, en Chine, où elle est arrivée le 26 janvier 1946.

En quittant Taku le 30 mars, le navire a fumé à Shanghai, en Chine, où elle a jeté l'ancre le 2 avril. Six jours plus tard, il s'embarquait pour les États-Unis. Le navire a transité par le canal de Panama et est arrivé à la Nouvelle-Orléans le 20 mai. Après des réparations, il a déménagé à Galveston, Texas, le 9 juin 1946 pour la désactivation et y a été désarmé six mois plus tard, le 7 décembre 1946.

Elle gisait au soleil du Texas jusqu'à l'été 1950, lorsque les troupes nord-coréennes ont traversé le 38e parallèle et envahi la Corée du Sud. Alors que les forces armées des États-Unis se mobilisaient pour soutenir l'effort des Nations Unies, Tutuila a reçu l'appel de reprendre le service actif. Remorqué à Orange, Texas, il a été reconditionné avec de nouvelles machines d'atelier qui ont remplacé ses canons de 5 pouces et 40 millimètres et leurs chargeurs. Le 7 mai 1951, le navire a été remis en service et affecté à la Force de service, la flotte de l'Atlantique.

Tutuila arriva à Norfolk le 30 mai 1951 et y servit jusqu'au 13 octobre, date à laquelle elle se rendit à Baltimore pendant une semaine avant de retourner à Hampton Roads où elle resta du 23 octobre 1951 au 16 juin 1952.

En faisant escale brièvement à Guantanamo Bay, Cuba, du 20 au 23 juin, elle a opéré de nouveau de Norfolk du 28 juin au 15 août et du 22 août au 30 octobre, avec un passage à New York entre les deux. Elle a continué cette routine des opérations de côte est de 1952 à 1957, avec des escales occasionnelles à Port-au-Prince, à Haïti La Havane, à Cuba et à Guantanamo Bay.

En 1957, le navire a effectué des escales de bonne volonté aux Bermudes en juin et en Nouvelle-Écosse en août, avec des groupes d'explorateurs scouts embarqués pour chaque croisière. En octobre 1958, Tutuila visita à nouveau La Havane, puis se rendit à Philadelphie, où elle participa à un projet spécial de récupération du matériel des navires en réserve avant de retourner à Norfolk. Il a subi une révision majeure au Norfolk Navy Yard du 31 octobre 1958 au 21 janvier 1959 avant de se rendre à Guantanamo Bay à la fin du mois de mars. Mais pour une croisière aller-retour vers Port-au-Prince du 10 au 12 avril, le navire y a servi jusqu'à l'été lorsqu'il est revenu aux caps Virginie pour des exercices anti-sous-marins. Le navire a poursuivi ses opérations à partir de Norfolk jusqu'à l'automne 1962.

À une occasion, le navire de réparation rencontra le navire marchand SS William Johnson en détresse alors qu'il se dirigeait vers Norfolk et, peu de temps après, Tutuila envoya une équipe de réparation pour corriger l'accident du génie.

Des avions de reconnaissance américains survolant Cuba à l'automne 1962 ont remarqué des activités inhabituelles là-bas et, lorsque des tirages photographiques ont été développés, les objets et les activités inhabituelles se sont avérés être des missiles et des sites de missiles de construction russe. En réaction à cette menace, le président John F. Kennedy a ordonné à la Marine de jeter un cordon autour de Cuba, instituant une « quarantaine » de l'île. Dans ce climat tendu, les destroyers de la Marine et les avions de patrouille ont formé une ligne de piquetage, faisant reculer les navires russes transportant des missiles.

Tutuila s'est rendu à Morehead City, Caroline du Nord, où elle a rendu des services avant de s'arrêter à Norfolk pour charger la cargaison et se diriger vers le sud pour soutenir la ligne de quarantaine. Basé sur Roosevelt Roads et Vieques, à Porto Rico, le navire a fourni des fournitures et des services aux navires engagés dans le blocus des voies maritimes cubaines.

After the Soviet Government complied with President Kennedy’s demand for the withdrawal of the missiles and all of their associated technicians, sites, and the like, tensions eased. Tutuila proceeded north toward Norfolk but encountered a storm (much like the one weathered in 1945, with 80-knot winds and heavy seas) which caused a three-day delay in her returning to home port.

Operating out of Norfolk and Charleston, S.C., through 1964, the ship provided repair services during Operation “Springboard” in January of 1965. Visits to San Juan and Roosevelt Roads, Puerto Rico, Frederiksted and St. Croix, in the American Virgin Islands and Fort Lauderdale, Fla. provided the crew with sightseeing and recreational activities in between her regular duties out of the east coast ports of Norfolk and Charleston. In March 1965, Tutuila participated in a program to reclaim materiel and special equipment installed on radar picket destroyers which were currently being decommissioned at Bayonne, N.J.

As flagship of ServRon 4, Tutuila returned to Norfolk before heading south to the strife-torn Dominican Republic. While performing repair and support duties during the months of April and May, the ship conducted a special series of operations geared toward supplying needed petroleum products to light and power facilities in Santo Domingo after rebel gunfire had prevented normal tanker deliveries

For the remainder of the year 1965, she continued operations out of Norfolk following the Dominican intervention, calling at San Juan and Guantanamo Bay for refresher training after her annual Portsmouth overhaul. During March and April 1966, Tutuila underwent extensive preparation for overseas deployment, as repair shops, berthing and messing spaces were air conditioned, and new communications equipment was procured and installed.

The repair ship sailed from Norfolk on 9 May and transited the Panama Canal on 18 May. After brief stops at Pearl Harbor and at Subic Bay in the Philippines, the repair ship arrived at An Thoi, Phu Quoc Island, in the Gulf of Siam, to support Operation “Market Time” off the coast of South Vietnam.

Relieving Krishna (APL-28) on 19 July, Tutuila commenced servicing the nimble and hard-hitting PCF’s, or “Swift” boats, attached to Division 11. WPB’s of the Coast Guard’s Division 11 were based on Tutuila as well. The following month found Tutuila’s LCM’s and their crews participating in Operation “Seamount,” an Army directed landing operation to clear the southern Phu Quoc Island of enemy forces. Landing South Vietnamese troops at four locations, Tutuila’s boats also carried supplies and ammunition to the Allied ground forces while helicopters evacuated casualties to the repair ship for medical attention.

Krishna returned to An Thoi on 8 October to relieve Tutuila , which then steamed to Bangkok, Thailand, for rest and relaxation for her crew. The repair ship then arrived back off the Vietnamese coast, reaching Vung Tau, off Cape St. Jacques, on 18 October. Here she supported Operations “Market Time”, “Game Warden”, and “Stable Door” through the end of 1966.

The opening days of the new year, 1967, saw the repair ship taking up support duties for the Mobile Riverine Force established at Vung Tau for operations in the Mekong Delta. Here, she assisted in the preparation of ASPB’s and other small patrol craft until USS Askari (APL-30) arrived and took over the major repair and maintenance work.

Tutuila conducted in-country availability for the first time on Hisser (DER-100) on 9 January. Her repair crews finished another difficult job in just five days the overhauling and repairing of the troublesome diesel generators of USS Benewah (APB 35).

Turned over to the operational control of Commander, Naval Support Activity, Saigon, in April 1967, the ship commenced services to LST’s engaged in operations off the mouth of the Mekong River. During this period, the repair ship continued to provide support and maintenance facilities for craft of the Mobile Riverine Assault Force and supported Coastal Division 13 as well. Further, Tutuila’s 3-inch guns spoke in anger for the first time in the Vietnam conflict, as the ship undertook a shore bombardment in the Rung Sat Special Zone, providing harassment and interdiction fire into an area of suspected Viet Cong activity north of Vung Tau.

Returning to An Thoi in October 1967, Tutuila relieved Krishna and provided support for coastal divisions of Navy and Coast Guard before proceeding to Kaoshiung, Taiwan, for five days of upkeep in late November. She returned to Vung Tau on 7 December to continue supporting coastal interdiction operations.

The repair ship remained at Vung Tau until taking over duties at An Thoi in April 1968 from Krishna. While remaining on station through the summer Tutuila also trained South Vietnamese sailors in the operation of PCF’s, four of which had been transferred to the Republic of Vietnam in August. Tutuila’s hard work earned the Navy Unit Commendation as a result of the labors conducted at both Vung Tau and An Thoi.

Extensive improvements in habitability highlighted the yard work conducted at Yokosuka in January 1969, while the main engine, auxiliary pumps, and the three main generators were all subjected to thorough overhauling. On 21 March, the ship departed from Yokosuka for sea trials and refresher training, a virtually new ship both inside and out. The final week of training completed by 22 April, Tutuila cleared the Japanese isles on the 27th, bound, once more, for Vietnam.

After a five-day visit to Hong Kong en route, the ship dropped anchor at Vung Tau on 14 May. She commenced work almost immediately, conducting a temporary availability on Brule (AKL-28) before 1 June and filling 36 work requests from Mark (AKL-12) as well as repair work and availability requirements for local YFR craft and the Republic of Korea LSM-610.

On 12 June, Tutuila got underway for An Thoi where she supported the continuation of “Market Time,” as well as “SEAFLOAT” and “SEALORDS,” while maintaining PCF’s, YFU’s, APUBI, and several LST’s.

For the months of June and July, the ship also undertook further training operations repairing 17 Vietnamese Navy PCF’s and training 39 Vietnamese blue jackets in diesel engine overhaul. Saint Francis River (LSMR-525) underwent two weeks of restricted availability, adding to the repair ship’s already busy and round-the-clock schedule. Fulfilling these and other requests for South Vietnamese, Korean, Thai, and United States Navy units, Tutuila remained busy for the remainder of her active career off Vietnam receiving three Navy Unit Commendations in the process. Late in 1971, she was selected for transfer to the Republic of China Navy.

On New Year’s Day 1972, Tutuila departed Vung Tau after six years of combat support duties. Many times she had hoisted PCF’s or other patrol craft onto pontoons alongside for complete overhauls her crew had taught their Vietnamese counterparts the intricacies of diesel power plants and generators. Her guns had even conducted one offensive shore bombardment. Vietnam lay behind her as she headed for Hong Kong on 1 January 1972. Six days of bad weather jostled her before she finally made port at the British Crown Colony on 7 January.

Her stay at Hong Kong was not all rest and relaxation, however, as much lay ahead to be done in preparation for the transfer to the Chinese Navy. Tutuila’s crew gave her a “face lift” which included painting, overhauling engines, and getting her records and accounts in order. She departed Hong Kong on 13 January and arrived at Subic Bay two days later, where upon arrival, the work of off-loading supplies and ammunition began.

Departing Subic Bay on 29 January, Tutuila made port at Kaoshiung on 2 February to the accompaniment of a Chinese military band which played tunes from the dockside. For the next three weeks, final checks were undertaken to put the finishing touches on the transfer. Finally, by 21 February 1972, all was in readiness. On that day, Tutuila was decommissioned and struck from the Navy list. Transferred to the Nationalist Chinese Navy, she was renamed Pien Tai and serves as a supply ship into 1979.

Tutuila received (7) Battle Stars , (3) Navy Unit Commendations , and for her Vietnam service.

Awards earned during the Vietnam War: (3) Navy Unit Commendations, Meritorious Unit Commendation, RVN Gallantry Cross with Palm, RVN Civil Action Medal, First Class, with Palm, RVN Campaign Medal with 60’s device and (7) Battle Stars for her Vietnam Service Medal.


USS Houston (CL-81), Norfolk Navy Yard, 11 January 1944 - History

USS Canberra , a 13,600 ton Baltimore class heavy cruiser, was built at Quincy, Massachusetts. She was commissioned in mid-October 1943 and arrived at Pearl Harbor, Hawaii, early in February 1944, in time to take part in the invasion of Eniwetok a few weeks later. During the next three months the new cruiser escorted aircraft carriers as they raided Japanese positions in the Central Pacific and supported landings on the north coast of New Guinea. In June Canberra participated in the assault on Saipan, and the resulting Battle of the Philippine sea. For the rest of the summer she continued her carrier screening operations as the Marianas Campaign was completed, more raids conducted closer to Japan, and U.S. forces stormed ashore in the Palaus and at Morotai.

In mid-October 1944 Canberra 's task group raided Japanese air fields and other facilities on Okinawa and Formosa, in preparation for the forthcoming Leyte invasion. Japanese torpedo planes counterattacked and, during the evening of 13 October, she was hit by a torpedo that opened her hull amidships, bent a propeller shaft, and left her with both engine rooms and the after firerooms flooded. Though the ship's forward boiler rooms could still generate plenty of steam, her engines were completely out of action, and she was dead in the water less than a hundred miles from Formosa, a major enemy air base. Demonstrating masterful night-time seamanship, the heavy cruiser Wichita (CA-45) rigged a tow line and began to slowly pull the stricken Canberra out of range of hostile planes. The following night the light cruiser Houston (CL-81) was also hit and taken under tow. Despite more air attacks, which hit Houston again on 16 October, by month's end both crippled cruisers made it safely to the Navy advanced base at Ulithi. Canberra was later taken to Manus, where she was repaired enough to return to the U.S. under her own power.

Completely refurbished at the Boston Navy Yard between February and October 1945, Canberra served in the West Coast area from late 1945 until March 1947, when she was decommissioned and placed in reserve at Bremerton, Washington. Nearly five years later, in January 1952, she was reclassified as a guided-missile heavy cruiser, with the new hull number CAG-2. She was then towed to Camden, New Jersey, for conversion work that lasted well into 1956.

USS Canberra 's history is continued on the page: USS Canberra (CAG-2, previously and later CA-70).

This page features all the views we have related to USS Canberra (CA-70), prior to her conversion to a guided-missile cruiser.

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Underway in Boston harbor, Massachusetts, 14 October 1943.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Online Image: 123KB 740 x 615 pixels

Underway in Boston harbor, Massachusetts, 14 October 1943.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Online Image: 137KB 740 x 625 pixels

Underway in Boston harbor, Massachusetts, 14 October 1943.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Online Image: 136KB 740 x 615 pixels

Underway in Boston harbor, Massachusetts, 14 October 1943.
Note the ship's two aircraft cranes, stern 40mm quad gun mount offset somewhat to port and arrangement of 8"/55, 5"/38 and 40mm guns aft and amidships.

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Online Image: 113KB 590 x 765 pixels

Official U.S. Navy Photograph, from the Collections of the Naval Historical Center.

Online Image: 63KB 740 x 530 pixels

Operating with Task Force 38 in the Western Pacific, 10 October 1944, three days before she was torpedoed off Formosa.
Her camouflage is Design 18a in the Measure 31-32-33 series.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Online Image: 109KB 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Chart of the ship's operations in the Pacific Ocean with the Fifth and Third Fleet, from 14 February to 19 November 1944.
Drawn by Quartermaster J.L. Whitmeyer, USNR.

Photographie du centre historique de la marine américaine.

Online Image: 175KB 1200 x 855 pixels

Under tow toward Ulithi Atoll after she was torpedoed while operating off Okinawa. USS Houston (CL-81), also torpedoed and under tow, is in the right background.
Canberra was hit amidships on 13 October 1944. Houston was torpedoed twice, amidships on 14 October and aft on 16 October.
The tugs may be USS Munsee (ATF-107), which towed Canberra , and USS Pawnee (ATF-74).

Photographie officielle de l'U.S. Navy, provenant des collections du Naval Historical Center.

Image en ligne : 106 Ko 740 x 605 pixels

Under tow on 17 October 1944, after she had been torpedoed twice by Japanese aircraft during operations off Formosa. The first torpedo hit Houston amidships on 14 October. The second struck the the cruiser's starboard quarter while she was under tow on 16 October. Damage from that torpedo is visible in this view.
USS Canberra (CA-70), also torpedoed off Formosa, is under tow in the distance.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Online Image: 66KB 740 x 600 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

USS Claxton (DD-571) , at left,
USS Canberra (CA-70) , center, and
USS Killen (DD-593) , right

Undergoing battle damage repairs in the floating drydock ABSD-2 at Manus, Admiralty Islands, 2 December 1944.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Online Image: 126KB 740 x 605 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

USS Killen (DD-593) , at left,
USS Canberra (CA-70) , right, and
USS Claxton (DD-571) , beyond Canberra 's bow

Undergoing battle damage repairs in the floating drydock ABSD-2 at Manus, Admiralty Islands, 2 December 1944.
Note men crowding the rails on Canberra , and her two forward 8"/55 triple gun turrets.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Online Image: 127KB 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Launching, at the Bethlehem Steel Company's Fore River Shipyard, Quincy, Massachusetts, 19 April 1943.


États-Unis CANBERRA

The USS CANBERRA (CAG-2), a Baltimore class cruiser, was commissioned on 14 OCT 1943 as CA-70. USS CANBERRA was built at the Bethlehem Steel Fore River Shipyard in Quincy, Mass. Joining the war against the Japanese in 1944, CANBERRA battled across the Pacific until damaged by a air dropped torpedo in October 1944. She finished WWII in the Boston Naval Shipyard and was placed in reserve after the end of hostilities. CANBERRA underwent a extensive overhaul and conversion from 1952 to 1956 to be reconfigured as CAG-2, a guided missile cruiser. Recommissioned on 15 June 1956 and homeported at Norfolk, Virgina after returning to active service, CANBERRA carried President Eisenhower to Bermuda in 1957, circumnavigated the world in 1960 and participated in the Cuban Missile Blockade in 1962. CANBERRA deployed repeatedly to Vietnam in the late 1960s to provide shore bombardment. USS CANBERRA served her country, as CAG-2, for 23 years, 7 months and 17 days, until decommissioned on 2 FEB 1970. The hulk of the CANBERRA was scrapped in 1980.

The USS CANBERRA (CAG-2) deployment history and significant events of her service career follow:


Downes reached San Diego from Norfolk 24 November 1937, and based there for exercises along the west coast, in the Caribbean, and in the Hawaiian Islands until April 1940, when Pearl Harbor became her home port. In March and April 1941 she joined in a cruise to Samoa, Fiji, and Australia, and visited the west coast later in the year.

When the Japanese attacked Pearl Harbor 7 December 1941, Downes was in drydock with Cassin (DD-372) and Pennsylvanie (BB-38). The three came under heavy attack and an incendiary bomb landed between the two destroyers, starting raging fires fed by oil from a ruptured fuel tank. Despite heavy strafing, the crews of the two destroyers got their batteries into action driving off further attacks by Japanese planes. The drydock was flooded in an effort to quench the fires, but the burning oil rose with the water level and when the ammunition and torpedo warheads on board the destroyers began to explode, the two ships were abandoned. Plus tard Cassin slipped from her keel blocks and rested against Downes. Listed at first as complete losses, both of these destroyers lived to fight again.

Salvage operations were soon begun on Downes with machinery and other salvageable equipment being shipped to Mare Island Navy Yard. She was officially decommissioned 20 June 1942.

Rebuilt and recommissioned at Mare Island on 15 November 1943, Downes sailed from San Francisco 8 March to escort convoys to Pearl Harbor and on to Majuro, arriving 26 March. She was assigned to blockade the bypassed Japanese stronghold, Wotje Atoll, until 5 April, then after replenishing at Pearl Harbor, arrived at Eniwetok 6 May for service as harbor entrance control vessel and task unit commander for the offshore patrol. During this duty she rescued a pilot in the lagoon at Eniwetok and four crewmen off Ponape, Caroline Islands. In July Downes began convoy duty from Eniwetok to Saipan in support of the Marianas operation, then patrolled off Tinian during its invasion. She gave fire support during the mopping up operations off Marpi Point, Tinian, and bombarded Aguijan Island. On 9 October she took part in the bombardment of Marcus Island as a diversion for carrier air strikes on the Nansei Shoto.

Downes sailed from Saipan 14 October 1944 to join TG 38.1 2 days later in a search for Japanese ships which Admiral W. F. Halsey hoped to lure into the open with damaged cruisers Canberra (CA-70) and Houston (CL-81). The task group returned to Leyte to support the landings there 20 October. Downes sailed the same day for Ulithi but was recalled to screen the carriers during the air strikes on the Japanese Fleet in the epic Battle for Leyte Gulf. She was detached again 27 October and sailed to Ulithi for replenishment.

Continuing to Pearl Harbor for overhaul, Downes returned to Ulithi 29 March 1945 escorting a convoy, then sailed for Guam. From 5 April to 6 June she operated in the Marianas on patrol, air-sea rescue, submarine training, and escort duty. She served at Iwo Jima on similar duty from 9 June. With the end of the war, Downes was ordered to return to the United States and sailed from Iwo Jima 19 September with homeward bound servicemen on board. She touched at San Pedro Calif., called at Beaumont, Tex., for Navy Day celebrations and arrived at Norfolk 5 November. Downes was decommissioned 17 December 1945, and sold 18 November 1947.


Voir la vidéo: USS Houston - The Galloping Ghost of the Java Coast (Décembre 2021).