Informations

Viking 1 atterrit sur Mars


A l'occasion du septième anniversaire de la Apollo 11 alunissage, le Viking 1 Lander, une sonde planétaire américaine sans pilote, atterrit avec succès à la surface de Mars.

Viking 1 a été lancé le 20 août 1975 et est arrivé sur Mars le 19 juin 1976. Le premier mois de son orbite a été consacré à l'imagerie de la surface pour trouver des sites d'atterrissage appropriés. Le 20 juillet 1976, le Viking 1 L'atterrisseur s'est séparé de l'orbiteur, a atterri sur la région de Chryse Planitia de Mars et a renvoyé les premières photographies rapprochées de la surface martienne de couleur rouille.

En septembre 1976, Viking 2—lancé seulement trois semaines après Viking 1—est entré en orbite autour de Mars, où il a aidé Viking 1 dans l'imagerie de la surface et a également envoyé un atterrisseur. Pendant le double Viking missions, les deux orbiteurs ont imagé toute la surface de Mars à une résolution de 150 à 300 mètres, et les deux atterrisseurs ont renvoyé plus de 1 400 images de la surface de la planète.

LIRE LA SUITE : Combien de fois les États-Unis ont-ils atterri sur la Lune ?


C'est la première photo jamais prise de la surface martienne

Le 20 août 1975, l'orbiteur et l'atterrisseur Viking 1 de la NASA ont été lancés de Cap Canaveral, en Floride. Onze mois et demi-milliard de kilomètres plus tard, l'atterrisseur Viking 1 a atterri sur Mars et a envoyé chez lui la première photo jamais prise sur la surface martienne. Ce ne serait qu'une des 16 000 autres prises de la planète rouge par le projet Viking.

Mais pourquoi photographier le pied de l'atterrisseur, alors que tout le paysage martien attendait ? Pour la science, c'est la raison pour laquelle la NASA fait presque n'importe quoi. “Nous voulions comprendre quelle était la force portante de cette surface. Nous voulions comprendre comment la surface réagirait au coussinet, a déclaré John Newcomb, membre de l'équipe de direction de Viking.

L'image qu'ils ont reçue a beaucoup révélé la profondeur de l'impression du coussinet plantaire, la granularité du sol, voire quelques indices sur sa composition. "Nous n'aurions pas pu demander mieux", a déclaré James Martin, le chef du projet, "Cette image valait vraiment mille mots."

Il y avait en fait deux sondes Viking&mdashViking 2 lancées et atterries un mois après son frère. Ensemble, les deux atterrisseurs et les deux orbiteurs ont renvoyé les premières images haute résolution de Mars sur Terre (cartographier 97% de la surface), révélant la structure et la composition de l'atmosphère et du paysage de la planète, et effectuant des tests biologiques pour rechercher des preuves. de la vie extraterrestre. Alors qu'ils n'étaient conçus que pour fonctionner pendant 90 jours, le vaisseau spatial a survécu pendant plus de six ans, collectant des données et nous les renvoyant tout le temps.

Aujourd'hui, 40 ans plus tard, la NASA poursuit le travail commencé par les Vikings dans leur voyage vers Mars. Depuis que l'ancien vaisseau spatial a volé, Mars a été visité par de nombreux autres vaisseaux spatiaux, notamment les rovers Sojourner, Spirit, Opportunity et Curiosity. Si nous parvenons effectivement à envoyer des humains sur Mars en 2030, comme l'espère la NASA, une paire de vieux Vikings les attendra.


Viking 1 atterrit sur Mars - HISTOIRE

Viking 1 - USA Mars Orbiter/Lander - 3 527 kg, carburant compris - (20 août 1975 - 7 août 1980)

  • Les vaisseaux spatiaux Viking 1 et 2 comprenaient des orbiteurs (conçus d'après les orbiteurs Mariner 8 et 9) et des atterrisseurs. L'orbiteur pesait 883 kg et l'atterrisseur 572 kg. Viking 1 a été lancé depuis le Centre spatial Kennedy, le 20 août 1975, le voyage vers Mars et s'est mis en orbite autour de la planète le 19 juin 1976. L'atterrisseur a atterri le 20 juillet 1976 sur le versant ouest de Chryse Planitia ( plaines d'or). Viking 2 a été lancé pour Mars le 9 novembre 1975 et a atterri le 3 septembre 1976. Les deux atterrisseurs ont mené des expériences pour rechercher des micro-organismes martiens. Les résultats de ces expériences sont encore débattus. Les atterrisseurs ont fourni des vues panoramiques en couleur détaillées du terrain martien. Ils ont également surveillé le temps martien. Les orbiteurs ont cartographié la surface de la planète, acquérant plus de 52 000 images. La mission principale du projet Viking s'est terminée le 15 novembre 1976, onze jours avant la conjonction supérieure de Mars (son passage derrière le Soleil), bien que le vaisseau spatial Viking ait continué à fonctionner pendant six ans après avoir atteint Mars pour la première fois. L'orbiteur Viking 1 a été désactivé le 7 août 1980, lorsqu'il a manqué de propulseur de contrôle d'altitude. L'atterrisseur Viking 1 a été accidentellement fermé le 13 novembre 1982 et la communication n'a jamais été rétablie. Sa dernière transmission a atteint la Terre le 11 novembre 1982. Les contrôleurs du Jet Propulsion Laboratory de la NASA ont essayé en vain pendant encore six mois et demi de reprendre contact avec l'atterrisseur, mais ont finalement mis fin à la mission globale le 21 mai 1983.
    Cliquez ici pour plus d'informations sur les missions Viking.
  • Phobos 1 a été envoyé pour enquêter sur la lune martienne Phobos. Il a été perdu en route vers Mars à cause d'une erreur de commande le 2 septembre 1988.
  • Phobos 2 est arrivé sur Mars et a été mis en orbite le 30 janvier 1989. L'orbiteur s'est déplacé à moins de 800 kilomètres de Phobos, puis a échoué. L'atterrisseur n'a jamais atteint Phobos.
  • La communication avec Mars Observer a été perdue le 21 août 1993, juste avant sa mise en orbite.
  • Initiée en raison de la perte du vaisseau spatial Mars Observer, la mission Mars Global Surveyor (MGS) a été lancée le 7 novembre 1996. MGS est en orbite martienne, cartographiant avec succès la surface depuis mars 1998. Cliquez ici pour consulter la page MGS au JPL.
  • Mars '96 se composait d'un orbiteur, de deux atterrisseurs et de deux pénétrateurs du sol qui devaient atteindre la planète en septembre 1997. La fusée transportant Mars 96 a décollé avec succès, mais lorsqu'elle est entrée en orbite, le quatrième étage de la fusée s'est allumé prématurément et a envoyé la sonde dans une chute sauvage. Il s'est écrasé dans l'océan quelque part entre la côte chilienne et l'île de Pâques. Le vaisseau spatial a coulé, emportant avec lui 270 grammes de plutonium-238.
  • Le Mars Pathfinder a livré un atterrisseur stationnaire et un rover de surface à la planète rouge le 4 juillet 1997. Le rover à six roues, nommé Sojourner, a exploré la zone proche de l'atterrisseur. L'objectif principal de la mission était de démontrer la faisabilité d'atterrissages à faible coût sur la surface martienne. Il s'agissait de la deuxième mission de la série Discovery à bas prix de la NASA. Après un grand succès scientifique et l'intérêt du public, la mission s'est officiellement terminée le 4 novembre 1997, lorsque la NASA a mis fin aux communications quotidiennes avec l'atterrisseur Pathfinder et le rover Sojourner.
  • L'Institut japonais des sciences spatiales et astronautiques (ISAS) a lancé cette sonde le 4 juillet 1998 pour étudier l'environnement martien. Cela aurait été le premier vaisseau spatial japonais à atteindre une autre planète. La sonde devait arriver sur Mars en décembre 2003. Après avoir révisé le plan de vol en raison de problèmes antérieurs avec la sonde, la mission a été abandonnée le 9 décembre 2003 lorsque l'ISAS n'a pas pu communiquer avec la sonde afin de la préparer pour insertion orbitaire.
  • Cet orbiteur était le vaisseau spatial compagnon de l'atterrisseur Mars Surveyor '98, mais la mission a échoué. Cliquez ici pour lire le rapport du comité d'enquête sur les mésaventures de Mars Climate Orbiter.
  • L'atterrisseur polaire devait atterrir sur Mars le 3 décembre 1999. Deux sondes d'impact Deep Space 2, nommées Amundsen et Scott, étaient montées sur l'étage de croisière de l'atterrisseur polaire de Mars. Les sondes avaient une masse de 3,572 kg chacune. L'étage de croisière devait se séparer du Mars Polar Lander, et par la suite les deux sondes devaient se détacher de l'étage de croisière. Les deux sondes prévoyaient d'impacter la surface 15 à 20 secondes avant que l'atterrisseur polaire de Mars ne touche le sol. Les équipes au sol n'ont pas pu contacter le vaisseau spatial et les deux sondes. La NASA a conclu que des signaux parasites pendant le déploiement de la jambe de l'atterrisseur ont fait croire à l'engin spatial qu'il avait atterri, entraînant l'arrêt prématuré des moteurs de l'engin spatial et la destruction de l'atterrisseur à l'impact.
  • Cet orbiteur martien a atteint la planète le 24 octobre 2001 et a servi de relais de communication pour les futures missions martiennes. En 2010, Odyssey a battu le record du vaisseau spatial le plus ancien sur la planète rouge. Il soutiendra l'atterrissage en 2012 du Mars Science Laboratory et les opérations de surface de cette mission. Cliquez ici pour plus d'informations.
  • Le Mars Express Orbiter et l'atterrisseur Beagle 2 ont été lancés ensemble le 2 juin 2003. Le Beagle 2 a été libéré du Mars Express Orbiter le 19 décembre 2003. Le Mars Express est arrivé avec succès le 25 décembre 2003. Le Beagle 2 a également été prévu d'atterrir le 25 décembre 2003, cependant, les contrôleurs au sol n'ont pas pu communiquer avec la sonde. Cliquez ici pour plus d'informations.
  • Dans le cadre de la mission Mars Exploration Rover (MER), "Spirit", également connu sous le nom de MER-A, a été lancé le 10 juin 2003 et est arrivé avec succès sur Mars le 3 janvier 2004. La dernière communication avec Spirit a eu lieu le 22 mars 2010. Le JPL a mis fin aux tentatives de rétablissement du contact le 25 mai 2011. Le rover a probablement perdu de la puissance en raison de températures internes excessivement froides.
  • "Opportunity", également connu sous le nom de MER-B, a été lancé le 7 juillet 2003 et est arrivé avec succès sur Mars le 24 janvier 2004. Cliquez ici pour plus d'informations sur la mission MER.

Orbiteur de reconnaissance de Mars &ndash USA Mars Orbiter - 1 031 kg - (12 août 2005)

  • Le Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) a été lancé le 12 août 2005 pour un voyage de sept mois vers Mars. MRO a atteint Mars le 10 mars 2006 et a commencé sa mission scientifique en novembre 2006. Cliquez ici pour plus d'informations.

Phénix &ndash USA Mars Lander - 350 kg - (4 août 2007)

  • Le Phoenix Mars Lander a été lancé le 4 août 2007 et a atterri sur Mars le 25 mai 2008. C'est le premier du programme Scout de la NASA. Phoenix a été conçu pour étudier l'histoire de l'eau et le potentiel d'habitabilité dans le sol riche en glace de l'Arctique martien. L'atterrisseur à énergie solaire a terminé sa mission de trois mois et a continué à fonctionner jusqu'à ce que la lumière du soleil disparaisse deux mois plus tard. La mission s'est officiellement terminée en mai 2010. Cliquez ici pour plus d'informations sur le site du siège de la NASA et ici pour plus d'informations sur le site JPL-Université d'Arizona.

Phobos-Grunt &ndash Russie Mars Lander - 730 kg/Yinghuo-1 &ndash China Mars Orbital Probe &ndash 115 kg - (8 novembre 2011)

  • Le vaisseau spatial Phobos-Grunt devait atterrir sur la lune martienne Phobos. Le vaisseau spatial russe n'a pas quitté correctement l'orbite terrestre pour entamer sa trajectoire vers Mars. Yinghuo-1 était une sonde orbitale chinoise prévue pour Mars lancée avec Phobos-Grunt. Les deux engins ont été détruits lors de la rentrée de l'orbite terrestre en janvier 2012.

Laboratoire scientifique de Mars &ndash USA Mars Rover &ndash 750 kg - (26 novembre 2011)

  • Le Mars Science Laboratory a été lancé le 26 novembre 2011. Avec son rover nommé Curiosity, la mission Mars Science Laboratory de la NASA est conçue pour évaluer si Mars a déjà eu un environnement capable de supporter de petites formes de vie appelées microbes. Curiosity a atterri avec succès dans le cratère Gale à 1 h 31 HAE le 6 août 2012. Cliquez ici pour plus d'informations sur le site JPL de la NASA.

Mission Mars Orbiter (Mangalyaan) &ndash India Mars Orbiter - 15 kg - (5 novembre 2013)

  • La mission indienne Mars Orbiter a été lancée le 5 novembre 2013 depuis le centre spatial Satish Dhawan. Il a été placé en orbite autour de Mars le 24 septembre 2014 et a terminé sa mission prévue de 160 jours en mars 2015. Le vaisseau spatial continue de fonctionner, cartographiant la planète et mesurant le rayonnement.

MAVEN &ndash USA Mars Orbiter &ndash 2,550 kg - (Lancement le 18 novembre 2013)

  • MAVEN (Mars Atmospheric and Volatile EvolutioN) était la deuxième mission sélectionnée pour le programme Mars Scout de la NASA. Il a été lancé le 18 novembre 2013 et est entré en orbite autour de Mars le 21 septembre 2014. La mission MAVEN&rsquos est d'obtenir des mesures critiques de l'atmosphère martienne pour mieux comprendre le changement climatique dramatique qui s'est produit au cours de son histoire. Cliquez ici pour plus d'informations sur MAVEN.

Aperçu &ndash USA Mars Lander - (Fenêtre de lancement du 8 au 27 mars 2016)


Mission

Après le lancement à l'aide d'un lanceur Titan/Centaur le 20 août 1975 et une croisière de 10 mois vers Mars, l'orbiteur a commencé à renvoyer des images globales de Mars environ 5 jours avant l'insertion de l'orbite. L'orbiteur Viking 1 a été inséré sur l'orbite de Mars le 19 juin 1976 et ajusté à une orbite de certification de site de 1513 x 33 000 km, 24,66 h le 21 juin. L'atterrissage sur Mars était prévu pour le 4 juillet 1976, date du bicentenaire des États-Unis, mais l'imagerie du site d'atterrissage principal a montré qu'il était trop difficile pour un atterrissage en toute sécurité. L'atterrissage a été retardé jusqu'à ce qu'un site plus sûr soit trouvé. L'atterrisseur s'est séparé de l'orbiteur le 20 juillet à 08:51 TU et a atterri à 11:56:06 TU.

Orbiteur

L'orbiteur exd la mission primaire s'est terminée au début de la conjonction solaire le 5 novembre 1976. La mission prolongée a commencé le 14 décembre 1976 après la conjonction solaire. Les opérations comprenaient des approches rapprochées de Phobos en février 1977. Le Periapsis a été réduit à 300 km le 11 mars 1977. Des ajustements mineurs d'orbite ont été effectués occasionnellement au cours de la mission, principalement pour modifier la vitesse de marche (la vitesse à laquelle la longitude planétocentrique changé à chaque orbite, et le périapse a été porté à 357 km le 20 juillet 1979.) Le 7 août 1980, Viking 1 Orbiter manquait de gaz de contrôle d'altitude et son orbite a été portée de 357 × 33943 km à 320 & #215 56000 km pour éviter l'impact avec Mars et une éventuelle contamination jusqu'à l'année 2019. Les opérations ont pris fin le 17 août 1980 après 1485 orbites.

Système de drainage de Parana Valles à Margaritifer Sinus Cette image mesure environ 250 km de diamètre.

L'eau s'est déversée du sol ici et a creusé un canal.

Îles en forme de larme formées d'eau

Maja Valles, un canal d'écoulement, a façonné les terres autour du cratère de Dromore.

Atterrisseur

L'atterrisseur et son aéroshell se sont séparés de l'orbiteur le 20 juillet à 08h51 TU. Au moment de la séparation, l'atterrisseur était en orbite à environ 4 km/s. Après la séparation, des roquettes ont été lancées pour commencer la désorbite de l'atterrisseur. Après quelques heures à environ 300 km d'altitude, l'atterrisseur a été réorienté pour l'entrée. L'aéroshell avec son bouclier thermique ablable a ralenti l'engin alors qu'il plongeait dans l'atmosphère. Pendant ce temps, des expériences scientifiques d'entrée ont été réalisées. A 6 km d'altitude à environ 250 m/s, les parachutes d'atterrisseur de 16 m de diamètre ont été déployés. Sept secondes plus tard, l'aéroshell a été largué et 8 secondes plus tard, les trois jambes de l'atterrisseur ont été étendues. En 45 secondes, le parachute avait ralenti l'atterrisseur à 60 m/s. À 1,5 km d'altitude, des rétro-roquettes ont été allumées et tirées jusqu'à l'atterrissage 40 secondes plus tard à environ 2,4 m/s. Les fusées d'atterrissage utilisaient une conception à 18 buses pour répartir les gaz d'échappement d'hydrogène et d'azote sur une large zone. Il a été déterminé que cela limiterait le chauffage de la surface à pas plus de 1 degré Celsius et que pas plus de 1 mm du matériau de surface serait enlevé.

L'atterrisseur Viking 1 a atterri dans l'ouest de Chryse Planitia (nommé Gold Field) à 22,697 ° de latitude N et 48,222 ° de longitude W à une altitude de référence de -2,69 km par rapport à un ellipsoïde de référence avec un rayon équatorial de 3397,2 km et une planéité de 0,0105 (22,480° N, 47,967° W planétographique) à 11:53:06 TU (16:13 heure locale de Mars). Environ 22 kg d'ergols ont été laissés à l'atterrissage.

La transmission de la première image de surface a commencé 25 secondes après l'atterrissage. Le sismomètre ne s'est pas déverrouillé et une goupille de verrouillage du bras de l'échantillonneur s'est coincée et a mis 5 jours à se secouer. Sinon, toutes les expériences ont fonctionné nominalement. Le Viking 1 Lander a été nommé Thomas Mutch Memorial Station en janvier 1982 en l'honneur du chef de l'équipe d'imagerie Viking.


Viking 1 était la première d'une paire de sondes spatiales complexes conçues pour atteindre Mars et recueillir des preuves de la possibilité de vie sur Mars.

Chaque vaisseau spatial était composé de deux éléments principaux, un orbiteur (5 157 livres ou 2 339 kilogrammes) et un atterrisseur (2 156 livres ou 978 kilogrammes). La conception de l'orbiteur a fortement emprunté aux bus Mariner, tandis que l'atterrisseur ressemblait superficiellement à une version beaucoup plus grande de l'atterrisseur lunaire Surveyor.

Avant le lancement, les batteries du premier vaisseau spatial étaient déchargées, ce qui a incité la NASA à remplacer le premier vaisseau spatial d'origine par le second, lancé sous le nom de Viking 1.

Après trois corrections de cap (27 août 1975, 10 juin 1976 et 15 juin 1976), le vaisseau spatial est entré en orbite autour de Mars le 19 juin 1976. Les paramètres orbitaux initiaux étaient de 932 & x 31 255 miles (1 500 & x 50 300 kilomètres). Le lendemain, l'orbiteur s'est placé sur une orbite opérationnelle à 932 × 20 381 miles (1 500 × 32 800 kilomètres).

Le même jour, lorsque l'orbiteur a commencé à transmettre des photos du site d'atterrissage principal dans la région de Chryse, les scientifiques ont découvert que la zone était plus accidentée que prévu. À l'aide des nouvelles photos, les scientifiques ont ciblé l'atterrisseur vers un site différent sur les pentes ouest de Chryse Planitia (Golden Plain).

L'atterrisseur s'est séparé de l'orbiteur à 08:32 TU le 20 juillet 1976, et après une séquence d'entrée dans l'atmosphère compliquée au cours de laquelle la sonde a prélevé des échantillons d'air, Viking Lander 1 s'est posé en toute sécurité à 22,483 degrés de latitude nord et 47,94 degrés de longitude ouest à 11 : 53:06 UT le 20 juillet 1976. Il a atterri à environ 17 miles (28 kilomètres) de sa cible prévue.

Une fois en bas, le vaisseau spatial a commencé à prendre des photographies de haute qualité (en trois couleurs) de son environnement. Outre des images haute résolution, l'atterrisseur a également pris un panorama à 300 degrés de son environnement qui montrait non seulement des parties du vaisseau spatial lui-même, mais également les plaines doucement vallonnées des environs.

Les instruments ont enregistré des températures allant de moins 123 degrés Fahrenheit (moins 86 degrés Celsius) avant l'aube à moins 27 degrés Fahrenheit (moins 33 degrés Celsius) dans l'après-midi. Le sismomètre de l'atterrisseur était cependant inutilisable.

Le 28 juillet 1976, le bras robotique de l'atterrisseur a ramassé les premiers échantillons de sol et les a déposés dans un laboratoire biologique spécial qui comprenait un spectromètre de masse à chromatographe en phase gazeuse.

Les données cumulatives des quatre échantillons collectés auraient pu être interprétées comme indiquant la présence de vie (faiblement positif), mais le test principal pour les composés organiques utilisant l'expérience de chromatographie en phase gazeuse (capable de détecter des composés organiques qui comprenaient plus de 10-100 parties par milliards dans le sol) a donné des résultats négatifs.

Les données ont montré une abondance de soufre, certainement différente de tout matériau connu trouvé sur Terre ou sur la Lune.

Alors que la mission principale pour Viking 1 et Viking 2 a pris fin en novembre 1976, les activités se sont poursuivies par le biais de la mission étendue (novembre 1976 à mai 1978) et de la mission de continuation (mai 1978 à juillet 1979). L'orbiteur Viking 1 a ensuite poursuivi une mission d'enquête de juillet 1979 à juillet 1980.

L'atterrisseur a continué à renvoyer des rapports météorologiques quotidiens (puis hebdomadaires) dans le cadre de la mission Viking Monitor. En janvier 1982, elle a été rebaptisée Thomas Mutch Memorial Station en l'honneur de Thomas A. Mutch (1931-1980), le chef de l'équipe d'imagerie Viking décédé le 6 octobre 1980.

L'atterrisseur a fonctionné jusqu'au 11 novembre 1982, lorsqu'une commande erronée envoyée depuis la Terre a entraîné une interruption des communications. D'autres tentatives pour reprendre contact se sont avérées infructueuses.

L'orbiteur, après avoir pris beaucoup plus d'images haute résolution de la planète et de ses deux lunes, bien supérieures à celles de Mariner 9, a été arrêté le 7 août 1980, après avoir manqué de propulseur de contrôle d'attitude sur sa 1 489e orbite autour Mars.

Les projections actuelles sont que l'orbiteur entrera dans l'atmosphère martienne dans le courant de 2019 .


Viking 1 atterrit sur Mars - HISTOIRE

Des sondes Viking de la Terre ont atterri sur Mars en 1976

L'exploration planétaire est entrée dans une nouvelle ère avec l'atterrissage d'ensembles d'instruments scientifiques sur la planète rouge.

En particulier, les tentatives bicentenaires de l'Amérique pour atterrir sur la planète ont été couronnées de succès.

Viking 1 et Viking 2 ont porté le drapeau américain à travers des millions de kilomètres d'espace interplanétaire pour photographier Mars et ses lunes Phobos et Deimos, puis atterrir sur la planète rouge en 1976.

Les Vikings étaient de loin les opérations martiennes les plus scientifiquement rentables jusqu'à la fin des années 1990.

  • Ils sont capables d'établir un contact réel avec la surface et l'atmosphère à la surface.
  • Ils peuvent faire des mesures de première main du sol et des conditions météorologiques.
  • Ils peuvent creuser sous la surface pour voir ce qu'il y a là-dessous.
  • Ils peuvent renvoyer des photos rapprochées de la région autour de l'atterrisseur.
  • S'ils sont mobiles, les atterrisseurs peuvent explorer de plus grandes zones de la surface de la planète.
  • Au fil du temps, ils peuvent signaler les changements saisonniers et à long terme des caractéristiques de la surface martienne.

L'atterrisseur a été parachuté à la surface martienne le 20 juillet 1976, où il a fonctionné pendant 6,5 ans jusqu'au 13 novembre 1982.

Il abritait une station météo, un sismomètre et un analyseur de sol. Le sismomètre a échoué. La caméra de télévision montrait une surface rocheuse rouge, un ciel rose poussiéreux, des dunes de sable et aucune grande forme de vie. Le sol s'est avéré être principalement du silicium et du fer. Les températures de surface variaient de +20 à -120 degrés. Les vents ont été enregistrés à 30 mph.

Les toutes premières mesures détaillées de la surface et des conditions atmosphériques de la planète rouge ont commencé le 20 juillet lorsque l'atterrisseur Viking 1 a atterri sur un désert rocheux martien appelé Plaines d'or (Chryse Planitia). Cet atterrissage sans pilote sur Mars est intervenu sept ans jour pour jour après le premier atterrissage habité d'Apollo sur la Lune.

    95 pour cent de dioxyde de carbone, 2 à 3 pour cent d'azote, 1 à 2 pour cent d'argon et de minuscules traces d'oxygène et de vapeur d'eau.

Une analyse détaillée de l'atmosphère a mis en évidence que, dans le passé, la pression atmosphérique était probablement plus élevée, étayant les conclusions tirées de l'observation des chenaux asséchés des rivières.

    Après la tombée de la nuit, l'atterrisseur Viking 1 s'est refroidi à -123 degrés F (187 K), mais s'est réchauffé pendant la journée à -20 degrés F (244 K).

    Il était entouré d'une plaine poussiéreuse et rouge jonchée de roches sombres et rougeâtres.

Viking 2
America's Viking 2 a été lancé le 20 août 1975 et est entré en orbite autour de Mars le 7 août 1976. Il emportait deux caméras de télévision qui ont pris 26 000 photos de Mars et des lunes martiennes Phobos et Deimos.
COLLECTION NASA D'IMAGES VIKING 1

L'atterrisseur a été parachuté à la surface martienne le 3 septembre 1976, où il a fonctionné pendant 3,5 ans jusqu'au 2 avril 1980.

Il abritait une station météo, un sismomètre et un analyseur de sol. L'atterrisseur a trouvé du vent, des tremblements de terre mineurs, une surface rocheuse rouge, un ciel rose poussiéreux, des dunes de sable et aucune grande forme de vie. Le sol était principalement composé de silicium et de fer. Les températures de surface variaient de +20 à -120 degrés. Les vents ont été enregistrés à 30 mph.

L'atterrisseur a atterri ce 3 septembre en Utopia, une région martienne beaucoup plus au nord que les Plaines d'Or. Viking 2 était à 48 degrés de latitude nord par rapport aux 22,5 degrés de latitude nord de Viking 1.

L'endroit où Viking 2 s'est implanté était plus une plaine parsemée de roches et moins poussiéreuse que le site de Viking 1 à quelque 4 660 miles (7 500 kilomètres) de distance.

Les roches étaient abondantes à Utopia. La plupart présentaient la même tache rougeâtre d'oxyde de fer observée sur le site Viking 1.

Le sol de Mars où les deux Vikings ont atterri était comme de la lave basaltique, mais fortement enrichi en fer et appauvri en aluminium. Le fer était dans un état fortement oxydé. Les résultats des analyses chimiques et biologiques sur place ont suggéré la présence de superoxydes, de peroxydes et d'ozonides. Ces composés inhabituels contribuent à la couleur des déserts martiens. Ils ont probablement été formés par la petite quantité de vapeur d'eau et la lumière ultraviolette qui atteint la surface.

Au moment de l'atterrissage, Viking 2 a trouvé près de trois fois plus de vapeur d'eau dans l'air au-dessus d'Utopia que Viking 1 en avait observé au-dessus des Plaines d'Or.

Mars semblait moins active que la Terre car très peu de bruit sismique était enregistré par les sismomètres.


La mission spatiale chinoise

Dans l'histoire de l'espace, seule la NASA a réussi à faire atterrir et faire fonctionner des rovers sur la planète dans le passé. De plus, le vaisseau spatial Mars 3 de l'Union soviétique a atterri sur la planète et a communiqué pendant environ 20 minutes en 1971 avant qu'il ne fasse nuit de manière inattendue.

La mission de la Chine, en revanche, qui implique trois engins spatiaux qui travaillent ensemble, serait ambitieuse et complexe pour un débutant dans une mission spatiale. Pendant ce temps, Viking 1, la première mission des États-Unis en 1976, n'impliquait qu'un seul atterrisseur déployé à partir de sa sonde.

L'atterrissage de Tianwen-1 s'est produit à Utopia Planitia, une bande de terre plate sur Mars, et le même site où l'atterrisseur Viking 2 de la NASA a atterri en 1976.

Après son atterrissage, l'atterrisseur déploiera une rampe et déploiera le rover Zhurong de Chine, un robot solaire à six roues nommé d'après le dieu du feu de l'ancienne mythologie chinoise.

Le rover transporte une suite d'équipements embarqués, notamment un radar d'exploration souterraine Mars-Rover, un moniteur météorologique de Mars, un détecteur de champ magnétique de Mars et deux caméras.


Une histoire de l'exploration de Mars

Depuis que les humains ont regardé les étoiles, ils ont remarqué que certaines d'entre elles étaient différentes des autres. Ils ont déménagé.

Ces points lumineux mobiles étaient des planètes. L'un de ces points lumineux était, bien sûr, la planète Mars.

Cette première observation de Mars par les premiers humains a conduit lentement et inexorablement à l'atterrissage de robots à la surface de la planète.

Apprenez-en plus sur notre exploration de Mars dans cet épisode de Everything Everywhere Daily.

Cet épisode est sponsorisé par CuriosityStream.

Si vous êtes intéressé par Mars, alors CuriosityStream est un must. Ils pourraient avoir plus d'émissions sur Mars que sur n'importe quel autre sujet. Ils ont "Countdown to Impact" qui concerne le rover Perseverance qui vient d'atterrir. Ils ont également "Seven Minutes to Touchdown", "Drilling for Marsquakes", "Packing for Mars", "Water on Mars" et "A Hunt for Martian Life".

Les prix commencent aussi bas que 2,99 $ par mois ou 19,99 $ par an. L'un des services de streaming les moins chers du marché.

Si vous aimez apprendre (et avouons-le si vous vous inscrivez à cette émission, vous le faites clairement), alors commencez votre abonnement en visitant Everything-Everywhere.com/CuriosityStream ou cliquez sur le lien dans les notes de l'émission.

Comme je l'ai mentionné dans l'introduction, l'exploration de Mars peut être considérée comme ayant commencé dès la préhistoire. Pour autant que nous le sachions, chaque civilisation connaissait Mars et était capable de suivre sa position dans le ciel. La première mention écrite de Mars a été faite par les Égyptiens, et même alors, ils étaient conscients de son mouvement rétrograde, où parfois la planète semblait reculer dans le ciel, ce qui est dû au passage de la Terre à la planète la plus lente sur son orbite.

Les Sumériens, les Grecs et les Romains associaient tous Mars à leurs dieux de la guerre. Les anciens Chinois l'associaient à l'élément feu.

Au-delà du suivi du point de lumière dans le ciel, il n'y avait pas grand-chose de plus que les peuples anciens pouvaient faire.

La prochaine grande avancée est venue avec le développement des télescopes.

La première personne à avoir vu Mars avec un télescope fut Galilée au début du XVIIe siècle. Ses télescopes n'étaient pas assez puissants pour obtenir une image claire de la planète, alors il voulait juste savoir si Mars présentait des phases comme Vénus et la Lune.

Il n'a pas vu de phases, mais ce qu'il a découvert, c'est que Mars deviendrait de plus en plus grande et plus petite.

Plus tard dans le siècle, à mesure que les télescopes s'amélioraient, les astronomes ont commencé à signaler des taches sombres sur la planète, et même des zones claires à ses pôles.

Pendant ce temps, ils ont pu obtenir de bonnes approximations de la durée d'un jour martien et de la taille de Mars par rapport à la Terre.

Au fur et à mesure que les télescopes s'amélioraient, notre connaissance de Mars ne s'améliorait pas vraiment. Si quoi que ce soit, il aurait pu reculer.

Les télescopes étaient assez grands pour indiquer des taches de lumière et d'obscurité à la surface, mais ce n'était pas suffisant pour obtenir de vrais détails. En fait, les croquis et les cartes de la planète qui ont été réalisés par les astronomes au 19ème siècle se sont tous révélés horriblement faux.

Le meilleur exemple en est venu de l'astronome Percival Lowell qui a affirmé avoir vu des canaux à la surface de Mars. Il croyait que ces canaux devaient avoir été créés par une sorte d'intelligence, et c'était l'origine de toutes les histoires de Martiens vivant sur Mars.

Le prochain grand saut dans notre connaissance de Mars est venu avec l'avènement de l'ère spatiale.

Ce n'est que peu de temps après la mise en orbite de Spoutnik qu'il y a eu des tentatives pour atteindre la planète rouge.

Croyez-le ou non, les années 1960 ont vu le plus grand nombre de lancements de missions pour tenter d'atteindre Mars.

C'est aussi la décennie qui a eu les pires résultats pour tenter d'atteindre Mars.

La première tentative d'atteindre Mars a eu lieu en 1960. Seulement 3 ans après Spoutnik, Marsnik 1 a été lancé par l'Union soviétique.

Deux semaines plus tard, ils ont lancé Marsnik 2… et cela a échoué.

Ils ont ensuite attendu deux ans pour leur prochaine tentative en 1962 lorsqu'ils ont lancé Spoutnik 22 et cela a échoué.

Puis, la semaine suivante, ils ont lancé deux autres sondes, Mars 1 et Spoutnik 24… et elles ont toutes les deux échoué.

Les Soviétiques étaient à 0 sur 5 à la fin de 1962 dans leurs tentatives d'atteindre Mars.

Maintenant, ce n'est pas comme si les Américains pouvaient vraiment se vanter de leurs réalisations à ce stade de la course à l'espace. Ils ont eu une série d'échecs très publics dans leur tentative de simplement entrer en orbite.

Les Américains ont fait leur première tentative d'atteindre Mars en novembre 1964 avec Mariner 3… et cela a échoué.

Puis ils ont essayé quelques semaines plus tard avec Mariner 4… et ça a finalement réussi.

En juillet 1965, Mariner 4 a survolé Mars et a renvoyé des photos à très basse résolution. Je ne peux pas souligner à quel point ces photos étaient mauvaises. La photographie numérique n'était pas vraiment bonne à l'époque, pas plus que la capacité d'envoyer des signaux radio sur des distances interplanétaires.

La première image de Mars ressemble à une image floue de votre pouce que vous prendriez accidentellement avec votre smartphone. Ils avaient quelques bonnes photos où l'on pouvait voir des cratères à la surface, mais c'était à peu près tout.

Vous avez peut-être remarqué que cette liste de tentatives sur Mars consistait en plusieurs lancements à quelques semaines d'intervalle, puis à environ 2 ans entre les tentatives suivantes.

C'est parce qu'il y a une fenêtre pour quand vous pouvez lancer quelque chose sur Mars. C'est parce que la Terre et Mars sont en orbite autour du soleil, et ils n'orbitent pas à la même vitesse. Il faut 2,1 ans pour que les planètes soient dans la bonne position pour envoyer des sondes.

Il ne s'agit pas seulement d'attendre que les deux planètes soient à leur point le plus proche l'une de l'autre. Ils utilisent ce qu'on appelle une orbite de transfert Hohmann, qui est la trajectoire qui utilise la quantité minimale de carburant.

En gros, vous lancez une fusée sur une orbite autour du soleil, puis elle rencontre Mars lorsqu'elle atteint l'orbite martienne.

Les Soviétiques ont tenté un autre lancement en 1964, le Zond 2, et il a de nouveau échoué.

La fenêtre de lancement suivante a eu lieu en 1969, et l'Américain a envoyé deux autres sondes, Mariner 6 et 7, qui ont toutes deux effectué des survols réussis de Mars.

Les Soviétiques ont tenté deux autres tentatives, qui ont toutes deux échoué. Ils étaient maintenant 0-pour-8 dans les tentatives de Mars.

Il y a quelque chose qui s'appelle la malédiction de Mars. C'est parce qu'un pourcentage aussi élevé de toutes les missions vers Mars ont échoué. Pour être juste, la plupart de ces missions ratées ont eu lieu dans les années 60 et 70, lorsque la technologie et l'expérience des missions interplanétaires étaient au plus bas.

Envoyer des robots sur Mars est vraiment difficile.

1971 saw a new launch window and a bunch of attempts.

The American set up Mariner 8….and it failed.

The Soviets sent Kosmos 419….and it failed.

The Soviets sent Mars 2…..and it sort of succeeded!

Mars 2 was an attempt at the first soft landing on the surface. The brakes on the lander didn’t work so it smashed into the surface, but it was the first human object on Mars. So we’ll give them particle credit for that one. Also, the orbital part of Mars 2 became the first artificial satellite in orbit around Mars.

After 9 failures, the Soviets had their first success and the future for Mars exploration started to look brighter.

Just a week after Mars 2 was launched, the Soviets sent Mars 3, which did manage to land softly on Mars, becoming the first lander to do so.

The Americans set up Mariner 9, which was the first American satellite to orbit Mars.

In the 1973 launch window, the Soviets sent 4 more probes, and the American set zero. Only one of the four attempts could really be considered a success. Two failed to orbit, and one crashed the lander again.

This ended what I’d call the first phase of Martian exploration. It was a whole bunch of probes sent to Mars, with most of them failing. The technology on the probes was poor, and just getting to Mars was really the point of most of the missions.

The Americans skipped the 1973 window because they had something much bigger in mind.

In 1975, the Americans launched Viking 1 and Viking 2. These were both orbiting satellites and landers.

The landers were much larger than anything which had even been attempted before. They were fueled with plutonium, they had color cameras, and the ability to sample and test the soil. Each lander was the size of a jeep.

I’d say these were the first proper landers and the real start of the exploration of Mars. Vikings 1 and 2 were both smashing successes in terms of both science and exploration. There is a full-scale version of the Viking lander on display at the Smithsonian Air and Space Museum.

One of the soil sample tests run by both of the Viking landers had a result that was consistent with organic life. The rest of the results were negative, but scientists have been arguing about it for over 40 years.

Viking 1 lasted for 5 years, and Viking 2 lasted for 2 years before they ran out of power.

There were only two missions sent to Mars in the entire decade of the 1980s. Both were Soviet missions to the Martain moon Phobos, and both of them failed.

The 90s saw a renewed interest in Mars and the most launches since the 70s.

In 1992 NASA launched the Mars Observer mission….and it failed.

In 1996, they launched the Mars Global Surveyor mission which was to orbit Mars and map the surface. It succeeded and was functional for 10 years, returning the best images of Mars to date.

The Russians launched the Mars 96 missions, which crashed into the Pacific Ocean.

The big success of the 90s was the Pathfinder mission. This was the first rover to land on the surface, and the mission was a huge success. Moreover, it was done for under $200 million, which was less than the $3 billion of the Viking program in inflation-adjusted dollars.

The rest of the 90s was a disaster. The Japanese failed on their first attempt, and the Americans botched their next two missions: The Mars Climate Orbiter and the Mars Polar Lander. The polar lander famously failed because the engineers were using both metric and imperial units and didn’t convert them.

After these failures, things really turned around.

In 2001, the Mars Odyssey was launched to orbit the planet, and it is still there today functioning. In addition to observing the surface, it also serves as a communication relay for landers.

The European Space Agency sent their Mars Express mission in 2003. The orbiter was successful, but their lander, known as Beagle 2, failed.

In 2003 the Spirit and Opportunity rovers were launched, and these were probably the best performing space missions of any sort in history. Their original mission was only scheduled for 90 Martain days. However, Spirit lasted until 2011 and Opportunity lasted all the way until 2019!

Opportunity ended up driving over 45 kilometers on the surface of Mars, which is a record for any rover on any extraterrestrial surface.

The Mars Reconnaissance Orbiter was launched in 2005, and it too is still functioning today.

2011 saw a failure of a joint Russian/Chinese mission, but the success of the American Curiosity Rover, which is still operating on the surface of Mars today.

In 2013, India launched its first mission to Mars and it was successful. The Indian Mars Orbiter Mission is still functioning today.

The 2010s ended with two more successful missions. The NASA MAVEN orbiter is analyzing Mars’ upper atmosphere, the joint Russian/European ExoMars Trace Gas Orbiter.

The impetus for this episode was that 2020 saw another launch window, and several nations took advantage of it. The probes launched in 2020 have all been arriving at Mars in February 2021.

The United Arab Emirates sent their first space mission to Mars. Dubbed the Hope Orbiter, it successfully entered Martain orbit on February 9.

NASA’s Perseverance lander just landed a few days ago as I record this. It is the first lander with both a video camera and a microphone. It also has a small helicopter drone with it as well which will be the first object to fly in an extraterrestrial atmosphere.

Finally, the Chinese Tianwen-1 just entered Martain orbit a few days ago. It is currently checking out the surface and it is scheduled to attempt a landing with a rover in a few weeks.

This is a very exciting time for Mars exploration right now. As I speak, there are currently 8 working satellites in orbit around Mars and 2 functioning landers, with a possible third in just a few days.

You’ll have noticed that there hasn’t been a failed mission in a decade, with more countries joining the ranks of Mars explorers. We are getting better at this.

The next launch window will appear in 2022. The European Space Agency and Russia will jointly be sending a mission that will land the Rosalind Franklin rover, which will be equipped to check for signs of life.

India is planning on sending another orbiter and possibly a rover in 2024.

There are a whole bunch of proposals for other missions, but nothing has been firmly schedule beyond 2024.

The real goal, however, is to send humans to Mars. That is still a long way off, but it has pretty much been the assumed next big step ever since humans landed on the moon 50 years ago.

Right now, all of the robotic Mars missions are gathering data and paving the way for a future mission with humans. We still have problems to figure out, like how long would it take, how do we get them back, and how long do they stay on Mars.

Over the next several months we should be getting a steady stream of images, videos, and sound from the surface of Mars, and over the next few years, we should be seeing even more ambitious missions to the Red Planet.

Executive Producer of Everything Everywhere Daily is James Mackala.

The associate producer is Thor Thomsen.

Today’s five-star reviews come from Apple Podcasts in the United Kingdom. Listener Fawley_Remmie writes:

The range of topics is huge and frequently touches upon areas of my interest as well as engaging me in areas I’ve never given thought to. My 13 year old son constantly gets comments like “you really must listen to this one”! Keep up the great work…there’s nothing else out there like this.

Thank you very much Fawley_Remmie, and also a big thanks to your son. I hope he finds some of the episodes a starting point to learning more about some of the subjects I cover.

Everything Everywhere is also a podcast!


China lands unmanned spacecraft on Mars for the first time in history

An uncrewed Chinese spacecraft successfully landed on the surface of Mars on Saturday, state news agency Xinhua reported, making China the second space-faring nation after the United States to land on the Red Planet.

The Tianwen-1 spacecraft landed on a site on a vast plain known as Utopia Planitia, "leaving a Chinese footprint on Mars for the first time," Xinhua said.

The craft left its parked orbit at about 1700 GMT Friday (0100 Beijing time Saturday). The landing module separated from the orbiter three hours later and entered the Martian atmosphere, the official China Space News said.

It said the landing process consisted of "nine minutes of terror" as the module decelerates and then slowly descends.

A solar-powered rover, named Zhurong, will now survey the landing site before departing from its platform to conduct inspections. Named after a mythical Chinese god of fire, Zhurong has six scientific instruments including a high-resolution topography camera.

The rover will study the planet's surface soil and atmosphere. Zhurong will also look for signs of ancient life, including any sub-surface water and ice, using a ground-penetrating radar.

Tianwen-1, or "Questions to Heaven", after a Chinese poem written two millennia ago, is China's first independent mission to Mars. A probe co-launched with Russia in 2011 failed to leave the Earth's orbit.

The five-tonne spacecraft blasted off from the southern Chinese island of Hainan in July last year, launched by the powerful Long March 5 rocket.

After more than six months in transit, Tianwen-1 reached the Red Planet in February where it had been in orbit since.

If Zhurong is successfully deployed, China would be the first country to orbit, land and release a rover in its maiden mission to Mars.

Tianwen-1 was one of three that reached Mars in February, with U.S. rover Perseverance successfully touching down on Feb. 18 in a huge depression called Jezero Crater, more than 2,000 km away from Utopia Planitia.

Hope - the third spacecraft that arrived at Mars in February this year - is not designed to make a landing. Launched by the United Arab Emirates, it is currently orbiting above Mars gathering data on its weather and atmosphere.

The first successful landing ever was made by NASA's Viking 1 in July 1976 and then by Viking 2 in September that year. A Mars probe launched by the former Soviet Union landed in December 1971, but communication was lost seconds after landing.

China is pursuing an ambitious space programme . It is testing reusable spacecraft and is also planning to establish manned lunar research station.

In a commentary published on Saturday, Xinhua said China was “not looking to compete for leadership in space” but was committed to “unveiling the secrets of the universe and contributing to humanity’s peaceful use of space.”


Viking and Mars Links

Viking: Mission to Mars

Discover information about the original Viking missions, plus a link to the Viking Image Archive.

Solar System Exploration: Viking 1

Find out how the Viking 1 mission fits onto the overall history of solar system exploration, from the U.S. and NASA and beyond. Don't miss the companion page for Viking 2.

Explore with Curiosity

Explore the surface of Mars by virtually driving across it! The 3D terrain in this experience from NASA's Jet Propulsion Laboratory is made with images from the Curiosity rover and Mars Reconnaissance Orbiter.

Mars 2020: Perseverance

For the latest news on NASA's most recent venture to Mars, check out this site from NASA's Jet Propulsion Laboratory.


Voir la vidéo: РЕКОРДНЫЙ ЙОТУНХЕЙМ! КАК ЗАКРЫТЬ АЧИВКИ? Vikings: War of Clans (Janvier 2022).