Informations

De quel régiment s'agit-il (~1826-1861) uniforme de cavalerie de cuirasse française ?


Je vous serais reconnaissant de prendre le temps de regarder l'uniforme sur cette photo et de suggérer un régiment. J'ai inclus quelques informations de base et j'espère que vous pourriez avoir quelques idées pour moi de poursuivre.

Il s'agit d'une photo de GEORGE FELIX ALIX il est né le 24 février 1808 à St Germaine de Tournebut, Manche fils de Martin Allix et Jeanne Marguerite Dufour et décédé le 28 septembre 1877 au 40 rue La Croix, Paris. Il a épousé ma 3X grand-tante Susan (Suzanne) Mary Hill à Paris le 10 mai 1858. Susan est née en Angleterre en 1820. Son père était Charles Hill, ancien sergent-major de troupe 3rd King's Own Light Dragoons, puis sous-gouverneur de la prison du comté de Leicester jusqu'à sa mort. en 1848 et dit être un parent du général Lord Hill - le bras droit de Wellington.

Cette photo de George a été prise par René Dagron soi-disant vers 1861. Mon hypothèse est qu'il portait son vieil uniforme sur cette photo soi-disant prise vers 1861, et que son service militaire était en fait dans la période 1830 à 1850 - étant donné qu'il est né en 1808. Bien sûr, il se peut qu'il vienne d'être « habillé » ou déguisé pour le photographe.

Il m'a été envoyé par un parent avec le portrait correspondant de sa femme Susan. Ces photos auraient été exposées à la Foire internationale de Londres 1862. On dit que George a fui Paris à quelques reprises pour échapper à la guerre - et une vieille lettre dit "ils ont beaucoup perdu en Alsace-Lorraine à cause de Bismark" autour de 1870, mais cela aurait été bien après qu'il ait fait son service militaire en raison de son âge. J'ai récemment trouvé les incroyables archives consultables de la Manche qui m'ont aidé à découvrir sa lignée, mais je ne peux trouver aucune notice militaire pour lui. Je sais qu'il était aisé parce qu'il a envoyé une très grosse somme d'argent au frère artiste de Susan, Charles Hill, à Adélaïde, en Australie-Méridionale, avec de grandes quantités d'alcool. Apparemment, il avait aussi quelque chose à voir avec le chemin de fer de St Germain - pas de chance non plus dans les recherches là-bas. Ce qui est clair, c'est qu'il envoyait ses biens hors du pays pour éviter qu'ils ne soient confisqués par la 3e République (ou quelque chose comme ça.) Il était alors royaliste ? Il a été question d'un lien avec le duc du Chambord - le ouï-dire est une chose et le fait en est une autre. Je sens que si je peux identifier cet uniforme, cela pourrait ouvrir une autre voie.

Contenu de l'image : homme barbu d'âge moyen aux cheveux longs. Curaiss avec deux ceintures en tissu léger réunies au milieu de la poitrine. Veste noire à simple boutonnage et hanches basses. Gants blancs mi-avant-bras. Pantalon blanc. Bottes noires ou cirées foncées émoussées jusqu'au-dessus du genou OU bottes noires ou cirées foncées avec des guêtres noires ou foncées jusqu'au-dessus du genou. Épée de cavalerie droite de la hanche gauche. Chapeau haut doux non identifiable sombre avec une bordure blanche en arrière-plan.


Ce soldat portant une cuirasse de métal avec un casque haut appartient en effet à un régiment de "cuirassier". Vous trouverez des informations détaillées au Régiment de Ligne n°18.

Sa longue barbe semble assez inhabituelle pour l'époque (il était à la mode sous le IIe Empire de porter la même moustache et barbiche que l'empereur Napoléon III). Une explication très probable est qu'il appartient à la branche des "sapeurs" (anglais : sapper), qui construisent des fortifications, réparent ou construisent des ponts, des routes, etc. lors des campagnes militaires. C'était une tradition pour eux, encore conservée dans la Légion Etrangère, de porter ce genre de barbe ; un tel soldat barbu peut être vu sur la première peinture du site indiqué (avec des axes spécifiques sur la manche) ; la légende du tableau mentionne que ce "cuirassier-sapeur" faisait partie de la garde impériale, expliquant peut-être pourquoi cette photo a été prise à Paris et non dans une ville de garnison isolée.

Son gant droit est tenu dans sa main. Est-ce un témoignage de bonnes manières ("étiquette"), comme s'il était prêt à serrer la main à quelqu'un ?


Voir la vidéo: La Victoire est à Nous! 3 versions (Novembre 2021).