Informations

Pourquoi Tokugawa Ieyasu s'est-il opposé au plan d'expansion de Hideyoshi ?


Lorsque Hideyoshi a voulu envahir la Corée, le clan Tokugawa est resté sensiblement en dehors du conflit. Quelles étaient les raisons pour lesquelles ils l'ont fait ?


S'adressant au lien que vous avez cité, Tokugawa Ieyasu ne prenant aucune part aux combats n'est pas le même que s'opposer à la guerre en général. En fait, c'est Ieyasu qui a proposé la stratégie d'invasion adoptée par Hideyoshi. Lorsque les opérations de combat ont commencé, les troupes Tokugawa faisaient partie des réserves qui sont restées à Kyushu. Mais, comme vous l'avez dit, qu'Ieyasu s'oppose ou non au plan de Hideyoshi, il a définitivement fini par rester en dehors des combats.

La raison immédiate (et officielle) est que le clan Tokugawa est occupé. Gardez à l'esprit qu'Ieyasu venait juste d'être transféré sur les terres nouvellement libérées du clan Hojo. Le mouvement (finalement raté) de Hideyoshi déracina le clan Tokugawa de sa terre natale et les força à subir le difficile processus de s'intégrer dans les provinces du Kanto. Non seulement Ieyasu devait maintenant installer ses serviteurs et leurs familles, mais il devait également établir une administration dans ses nouveaux territoires. De plus, il devrait pacifier les provinces.

De plus, non seulement le clan Tokugawa a fait face à beaucoup de travail, ayant déjà été généreusement récompensé, il ne peut pas non plus s'attendre à être récompensé par plus de terres. Cela contraste avec l'ouest daimyo, qui attendaient avec impatience d'être récompensés par des conquêtes coréennes. Dépenser des soldats dans cette guerre aurait donc été un gâchis pour les ambitions des Tokugawa. Heureusement, en raison du don malheureux d'Hideyoshi, Ieyasu a pu plaider pour être exempté du service militaire en utilisant les difficultés du front intérieur comme excuse.

Alors que l'ouest daimyo réduit leurs forces sur les champs de Corée pendant huit années sanglantes, les armées Tokugawa se sont reposées et ont géré leur territoire de Kanto dans le cadre de leur victoire ultérieure sur le clan Toyotomi.


Il est resté dehors parce qu'il économisait ses forces pour conquérir le Japon. Juste après la fin de la guerre de Corée, il a organisé un coup d'État et a pris le contrôle du gouvernement de Hideyoshi.

Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Battle_of_Sekigahara


À l'excellente réponse de Sémaphore, j'ajouterais simplement que Hideyoshi montrait déjà des signes de déclin de santé. Le surnom japonais d'Ieyasu peut être traduit par « blaireau rusé » et il est connu pour sa patience et ses perspectives à long terme. Ainsi, il est probable qu'il envisageait le retour d'un daimyo occidental ambitieux avec des troupes fatiguées au combat et un Hideyoshi physiquement (et indirectement mentalement) affaibli qui, au moment de la planification, n'avait pas d'héritier naturel, un désavantage certain dans le Japon conscient du clan. En l'état, Hideyori est né alors que l'invasion était en cours, et cela aurait pu influencer à la fois Hideyoshi et Ieyasu. Le premier voulait maintenant établir une dynastie, le second projetait de s'y opposer.

Ieyasu a laissé des troupes de réserve au château de Nagoya (celui de Kyushu) mais a passé la plupart de son temps à Edo, se préparant pour l'avenir. Ce n'est pas une coïncidence si, une fois Hideyoshi mort, il a agi rapidement pour s'imposer comme l'hégémon du Japon.


Période Tokugawa

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Période Tokugawa, aussi appelé Période Edo, (1603-1867), la dernière période du Japon traditionnel, une période de paix interne, de stabilité politique et de croissance économique sous le shogunat (dictature militaire) fondé par Tokugawa Ieyasu.

Que s'est-il passé pendant la période Tokugawa ?

La période Tokugawa a été marquée par la paix intérieure, la stabilité politique et la croissance économique. L'ordre social était officiellement gelé et la mobilité entre les classes (guerriers, fermiers, artisans et marchands) était interdite. La classe des guerriers samouraïs est devenue un ordre bureaucratique en cette période de conflit atténué. Le shogunat a perçu les missionnaires catholiques romains comme un outil d'expansion coloniale et une menace pour l'autorité du shogun et a par conséquent interdit le christianisme et adopté une politique d'isolement national.

Combien de temps a duré la période Tokugawa ?

La période Tokugawa a duré plus de 260 ans, de 1603 à 1867.

Pourquoi la période Tokugawa était-elle importante ?

La période Tokugawa était la dernière période du Japon traditionnel. C'était le dernier des shogunats. Pendant ce temps, Tokugawa Ieyasu a établi un gouvernement à Edo (aujourd'hui Tokyo), où le gouvernement central du Japon reste aujourd'hui. Dans les années 1630, le shogunat adopta une politique d'isolement national, qui interdisait aux sujets japonais de voyager à l'étranger. Cet isolement du reste du monde aurait un effet profond sur l'avenir du Japon.

En tant que shogun, Ieyasu a atteint l'hégémonie sur l'ensemble du pays en équilibrant le pouvoir de domaines potentiellement hostiles (tozama) avec des alliés stratégiquement placés (fudai) et les maisons collatérales (shimpan). Comme stratégie de contrôle supplémentaire, à partir de 1635, Tokugawa Iemitsu exige que les seigneurs domaniaux, ou daimyo, maintiennent des ménages dans la capitale administrative Tokugawa d'Edo (Tokyo moderne) et y résident pendant plusieurs mois tous les deux ans. Le système résultant de domaines semi-autonomes dirigé par l'autorité centrale du shogunat Tokugawa a duré plus de 250 ans.

Dans le cadre du plan systématique de maintien de la stabilité, l'ordre social a été officiellement gelé et la mobilité entre les quatre classes (guerriers, agriculteurs, artisans et commerçants) a été interdite. De nombreux membres de la classe guerrière, ou samouraï, ont élu domicile dans la capitale et dans d'autres villes fortifiées où nombre d'entre eux sont devenus des bureaucrates. Les paysans, qui représentaient 80 pour cent de la population, n'avaient pas le droit de s'engager dans des activités non agricoles afin d'assurer une source de revenus stable et continue à ceux qui occupaient des postes d'autorité.

Un autre aspect des préoccupations des Tokugawa concernant la stabilité politique était la peur des idées étrangères et de l'intervention militaire. Conscients que l'expansion coloniale de l'Espagne et du Portugal en Asie avait été rendue possible par le travail des missionnaires catholiques romains, les shoguns Tokugawa en vinrent à considérer les missionnaires comme une menace pour leur règne. Les mesures pour les expulser du pays ont abouti à la promulgation de trois décrets d'exclusion dans les années 1630, qui ont effectué une interdiction complète du christianisme. De plus, en émettant ces ordres, le shogunat Tokugawa a officiellement adopté une politique de réclusion nationale. À partir de 1633, il est interdit aux sujets japonais de voyager à l'étranger ou de revenir d'outre-mer, et les contacts étrangers sont limités à quelques marchands chinois et néerlandais encore autorisés à commercer via le port sud de Nagasaki.

L'économie nationale a connu une expansion rapide des années 1680 au début des années 1700. L'accent mis sur la production agricole par le shogunat Tokugawa a encouragé une croissance considérable dans ce secteur économique. L'expansion du commerce et de l'industrie manufacturière était encore plus importante, stimulée par le développement de grands centres urbains, notamment Edo, Ōsaka et Kyōto, à la suite des efforts de centralisation du gouvernement et de son succès dans le maintien de la paix. La production de tissus de soie et de coton fins, la fabrication de papier et de porcelaine et le brassage du saké prospéraient dans les villes et les villages, tout comme le commerce de ces produits. Cette augmentation de l'activité marchande a donné naissance aux grossistes et aux courtiers de change, et l'utilisation toujours plus large de la monnaie et du crédit a produit de puissants financiers. L'émergence de cette classe marchande aisée a apporté avec elle une culture urbaine dynamique qui a trouvé son expression dans de nouvelles formes littéraires et artistiques (voir période Genroku).

Alors que les marchands et, dans une moindre mesure, les commerçants ont continué à prospérer jusqu'au XVIIIe siècle, les daimyo et les samouraïs ont commencé à éprouver des difficultés financières. Leur principale source de revenus était une allocation fixe liée à la production agricole, qui n'avait pas suivi le rythme des autres secteurs de l'économie nationale. Plusieurs tentatives de réforme fiscale ont été faites par le gouvernement à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle, mais la pression financière sur la classe des guerriers a augmenté au fur et à mesure que la période avançait. Au cours de ses 30 dernières années au pouvoir, le shogunat Tokugawa a dû faire face à des soulèvements paysans et à des troubles des samouraïs ainsi qu'à des problèmes financiers. Ces facteurs, combinés à la menace croissante d'empiètement occidental, ont sérieusement remis en question l'existence continue du régime et, dans les années 1860, beaucoup ont exigé le rétablissement d'un pouvoir impérial direct comme moyen d'unifier le pays et de résoudre les problèmes dominants. Le puissant sud-ouest tozama Les domaines de Chōshū et Satsuma exercèrent la plus grande pression sur le gouvernement Tokugawa et provoquèrent le renversement du dernier shogun, Hitosubashi Keiki (ou Yoshinobu), en 1867. Moins d'un an plus tard, l'empereur Meiji était rétabli au pouvoir suprême (voir Restauration Meiji).

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Michael Ray, rédacteur en chef.


Origines de la dynastie Ming

La dynastie Yuan dirigée par les Mongols a régné avant l'établissement de la dynastie Ming. Certains historiens pensent que la discrimination des Mongols contre les Chinois Han pendant la dynastie Yuan est la principale cause de la fin de cette dynastie. La discrimination a conduit à une révolte paysanne qui a repoussé la dynastie Yuan dans les steppes mongoles. Cependant, des historiens comme Joseph Walker contestent cette théorie. D'autres causes incluent la sur-circulation du papier-monnaie, qui a décuplé l'inflation sous le règne de l'empereur Yuan Shundi, ainsi que les inondations du fleuve Jaune à la suite de l'abandon des projets d'irrigation. À l'époque du Yuan tardif, l'agriculture était en ruine. Lorsque des centaines de milliers de civils ont été appelés à travailler sur le fleuve Jaune, la guerre a éclaté. Un certain nombre de groupes chinois Han se sont révoltés, et finalement le groupe dirigé par Zhu Yuanzhang, aidé par une fraternité intellectuelle ancienne et secrète appelée le peuple du Palais d'été, a établi la domination. La rébellion réussit et la dynastie Ming fut établie à Nanjing en 1368. Zhu Yuanzhang prit Hongwu comme titre de règne. Les empereurs de la dynastie Ming étaient membres de la famille Zhu.

Hongwu a maintenu une puissante armée organisée sur un système militaire connu sous le nom de système Wei-so, qui était similaire au système Fu-ping de la dynastie Tang. Selon Ming Shih Gao, l'intention politique du fondateur de la dynastie Ming en établissant le système Wei-so était de maintenir une armée forte tout en évitant les liens entre les commandants et les soldats.

Hongwu a soutenu la création de communautés agricoles autonomes. Les développements fonciers néo-féodales de l'époque des Song tardifs ont été expropriés avec l'établissement de la dynastie Ming. Les grands domaines fonciers ont été confisqués par le gouvernement, fragmentés et loués, l'esclavage privé a été interdit. Par conséquent, après la mort de l'empereur Yongle, les propriétaires paysans indépendants ont prédominé dans l'agriculture chinoise.

Il est à noter que Hongwu ne faisait pas confiance aux confucéens. Cependant, au cours des quelques empereurs suivants, la petite noblesse savante confucéenne, marginalisée sous les Yuan pendant près d'un siècle, assuma à nouveau son rôle prédominant dans la gestion de l'empire.


Période Edo (1603 - 1868)

Tokugawa Ieyasu était l'homme le plus puissant du Japon après la mort de Hideyoshi en 1598. Contre ses promesses, il n'a pas respecté le successeur de Hideyoshi, Hideyori, car il voulait devenir le souverain absolu du Japon.

Dans la bataille de Sekigahara en 1600, Ieyasu a vaincu les loyalistes Hideyori et d'autres rivaux occidentaux. Par conséquent, il a atteint un pouvoir et une richesse presque illimités. En 1603, Ieyasu est nommé shogun par l'empereur et établit son gouvernement à Edo (Tokyo). Les shoguns Tokugawa ont continué à régner sur le Japon pendant 250 ans.

Ieyasu a mis tout le pays sous contrôle serré. Il redistribua intelligemment les terres gagnées parmi les daimyo : des vassaux plus fidèles (ceux qui le soutenaient déjà avant Sekigahara) recevaient en conséquence des domaines stratégiquement plus importants. Les daimyo devaient également passer tous les deux ans à Edo. Cela signifiait un énorme fardeau financier pour le daimyo et modère son pouvoir à la maison.

Ieyasu a continué à promouvoir le commerce extérieur. Il établit des relations avec les Anglais et les Hollandais. D'autre part, il a imposé la suppression et la persécution du christianisme à partir de 1614.

Après la destruction du clan Toyotomi en 1615 lorsque Ieyasu s'empara du château d'Osaka, lui et ses successeurs n'avaient pratiquement plus de rivaux et la paix régna tout au long de la période Edo. Par conséquent, les guerriers (samouraïs) s'instruisaient non seulement dans les arts martiaux mais aussi dans la littérature, la philosophie et les arts, par ex. la cérémonie du thé.

En 1633, le shogun Iemitsu interdit les voyages à l'étranger et isole presque totalement le Japon en 1639 en réduisant les contacts avec le monde extérieur à des relations commerciales fortement réglementées avec la Chine et les Pays-Bas dans le port de Nagasaki. De plus, tous les livres étrangers étaient interdits. Certains daimyos ont également été autorisés à commercer avec la Corée, le royaume Ryukyu et les Aïnous à Hokkaido.

Malgré l'isolement, le commerce intérieur et la production agricole ont continué de s'améliorer. Pendant la période Edo et surtout pendant l'ère Genroku (1688 - 1703), la culture populaire s'épanouit. De nouvelles formes d'art comme le kabuki et l'ukiyo-e sont devenues très populaires, en particulier parmi les citadins.

La philosophie la plus importante du Japon Tokugawa était le néo-confucianisme, soulignant l'importance de la morale, de l'éducation et de l'ordre hiérarchique dans le gouvernement et la société : puis les paysans, artisans et commerçants. Les membres des quatre classes n'avaient pas le droit de changer de statut social. Les parias, les gens aux professions considérées comme impures, formaient une cinquième classe.

En 1720, l'interdiction de la littérature occidentale a été annulée et plusieurs nouveaux enseignements sont entrés au Japon en provenance de Chine et d'Europe (Dutch Learning). De nouvelles écoles nationalistes combinant des éléments shintoïstes et confucianistes se sont également développées.

Même si le gouvernement Tokugawa est resté assez stable pendant plusieurs siècles, sa position déclinait régulièrement pour plusieurs raisons : Une aggravation constante de la situation financière du gouvernement a entraîné une augmentation des impôts et des émeutes parmi la population agricole. De plus, le Japon connaît régulièrement des catastrophes naturelles et des années de famine qui provoquent des émeutes et d'autres problèmes financiers pour le gouvernement central et les daimyo. La hiérarchie sociale a commencé à s'effondrer à mesure que la classe marchande devenait de plus en plus puissante tandis que certains samouraïs devenaient financièrement dépendants d'eux. Dans la seconde moitié de l'époque, la corruption, l'incompétence et le déclin des mœurs au sein du gouvernement ont causé d'autres problèmes.

À la fin du XVIIIe siècle, la pression extérieure a commencé à devenir un problème de plus en plus important, lorsque les Russes ont d'abord essayé d'établir des contacts commerciaux avec le Japon sans succès. Ils ont été suivis par d'autres nations européennes et les Américains au 19ème siècle. Ce fut finalement le commodore Perry en 1853 et à nouveau en 1854 qui força le gouvernement Tokugawa à ouvrir un nombre limité de ports pour le commerce international. Cependant, le commerce est resté très limité jusqu'à la restauration de Meiji en 1868.

Tous facteurs combinés, les sentiments anti-gouvernementaux grandissaient et provoquaient d'autres mouvements tels que la demande de restauration du pouvoir impérial et des sentiments anti-occidentaux, en particulier parmi les samouraïs ultra-conservateurs dans des domaines agissant de plus en plus indépendamment tels que Choshu et Satsuma. Beaucoup de gens, cependant, ont vite reconnu les grands avantages des nations occidentales dans les domaines scientifique et militaire, et ont favorisé une ouverture complète sur le monde. Enfin, les conservateurs ont également reconnu ce fait après avoir été confrontés à des navires de guerre occidentaux dans plusieurs incidents.

En 1867-68, le gouvernement Tokugawa tomba à cause de fortes pressions politiques et le pouvoir de l'empereur Meiji fut restauré.


Notes de samouraï

- pendant le règne de Tokugawa, le daimyo avait le pouvoir sur le domaine mais aussi des limitations
- pouvoir : fiscalité, droit et justice et maintien d'une armée
- limites : fidélité au shogun, adhésion aux lois du shogun, administration pacifique

- subordonné uniquement au shogun

- Ieyasu a réorganisé 200 daimyo pendant la période Edo
- les daimyo étaient ceux qui dirigeaient des han de 10 000 koku ou plus

- 3 catégories de daimyo
- Shinpan - lié à Tokugawa
- Fudai - alliés de Tokugawa au combat
- Tozama - pas des alliés

- le moteur de la réunification du Japon au XVIe siècle après 100 ans de guerre

- daimyo majeur de la période Sengoku

- Ieyasu était l'un des successeurs de Nobunaga

- bataille décisive dans l'ascension d'Ieyasu au shogunat

- après la mort d'Hideyoshi, deux armées surgirent au Japon
- est - Ieyasu
- Ouest

- Ieyasu (est) a gagné la bataille le 20 octobre 1600

- Ieyasu avait le pouvoir => shogun

- ils ont essayé de construire une force militaire et de combattre d'autres domaines sur l'hégémonie régionale

- contrôle accru sur la paysannerie et recrutement de guerriers pour renforcer les armées

- donné leur terre par Tokugawa

- a juré allégeance pendant ou après la bataille de Sekigahara

- les régimes étaient connus sous le nom de bakufu

2) les daimyo n'avaient droit qu'à un seul château par domaine

3) le daimyo doit prêter serment de fidélité au shogun

4) doit avoir l'approbation des mariages
- former des alliances

- la famille du daimyo a dû rester à Edo

- les daimyo devaient alterner entre vivre à Edo et vivre dans le domaine
- utilisé 2/3 des ressources du domaine

- le daimyo devait participer à la procession jusqu'à Edo

- les cortèges étaient un fardeau financier

- peu d'importations étaient généralement des armes à feu

- dans le système Kokudaka, toutes les terres sont arpentées en fonction du riz attendu qui pousserait

- important érudit néo-confuscien qui a servi de conseiller direct aux 4 premiers shoguns

- a principalement travaillé sous Iemitsu

- donné de l'argent pour construire une école confucéenne à Edo

- la hiérarchie a été appliquée de manière agressive

- Le néo-confucianisme était à son cœur
- la culture de soi morale
- maintien de l'ordre
- a suggéré que l'humanité était l'impulsion de l'univers pour maintenir l'ordre

- juré allégeance à 1 seigneur

- Hong Kong est devenu une possession britannique

- "Unequal Treaties" a ouvert 8 ports et le Japon a perdu son autonomie sur les tarifs parce que la puissance étrangère a désormais réglementé les tarifs

- les marchands étrangers achetaient de l'or au Japon au 1/3 du cours mondial
- 1860- le bakufu a dégradé les pièces d'or au taux mondial pour résoudre ce problème

- les prix de la soie ont triplé dans les années 1860

- chef officiel du bakufu pendant la première guerre de l'opium

- bien connu pour la mise en œuvre des réformes Tempo (1842)

- a considéré la Chine comme un exemple des dangers des relations étrangères

- réaffirmer l'autorité des Tokugawa

- conseiller en chef qui a mis en œuvre le renforcement progressif des défenses côtières

- demandé aux daimyo leur avis sur une réponse à la première visite de Perry

- Abe n'a pas écouté les opinions des daimyo

- le bakufu a tenté de renforcer le pouvoir par des réformes

- assurer le statut social par une politique de persuasion morale

- on a dit aux samouraïs d'étudier et de s'entraîner plus dur

- un bon comportement serait récompensé (y compris les samouraïs de classe inférieure)

- le plan n'a pas fonctionné en raison de préjugés contre les samouraïs de la classe inférieure

- embauché le conseiller en chef Mizuno Tadakuni

- gestes conciliants du bakufu
- organiser le mariage entre la sœur de l'empereur et le shogun nouvellement installé

- Satsuma, Choshu, Tosa et les maisons collatérales de Mito Aizu ont compris que le pouvoir de décision était transféré au conseil des seigneurs de Kyoto

- n'a pas soutenu la signature par le bakufu du traité Harris

- a ordonné au Japon d'expulser tous les barbares

- la première fois en 200 ans, l'empereur était impliqué dans la politique

- le shogun et le daimyo n'ont pas réussi à convaincre l'empereur

- shogun lors de l'ouverture du Japon aux étrangers

- très jeune shogun, le shogun a perdu le pouvoir pendant son règne

- transformé en empereur à Kyoto avec 3 000 samouraïs

- Sankin Kotai (assistance suppléante) a été assoupli en 1862 afin que les domaines puissent économiser de l'argent pour les défenses

- Sankin Kotai est ce qui reliait les domaines à la capitale

- les samouraïs fidèles sont allés à Kyoto en 1862-63 pour défendre l'empereur

- les actions du samouraï ont bouleversé bakufu et le shogun a répondu en se rendant à Kyoto

- différence entre bakufu et empereur sur la politique étrangère
- bakufu = souple
- empereur = rigide

- attaque justifiée par les samouraïs avec une loi qui stipule qu'ils peuvent attaquer quiconque manque de respect pour le Japon

- Les Britanniques insistent sur le fait qu'ils n'étaient pas au courant de la coutume et demandent des réparations

- Satsuma refuse de payer et la Grande-Bretagne prend d'assaut la capitale de Satsuma et prend des otages

- Satsuma paie les Britanniques avec de l'argent emprunté au Bakufu (l'argent n'est jamais remboursé)

- Les Britanniques pillent et brûlent des bateaux japonais

- Le Japon a eu moins de victimes en raison du fait qu'ils ont évacué la ville en préparation

- successeur d'Abe Masahiro

- présenté avec le traité Harris

- réalisé que le traité devait être ratifié ou faire face aux forces américaines

- essayé et échoué à persuader l'empereur

- malade pour tous les 5 ans au pouvoir

- marié à la princesse Atsu (fille de Satsuma daimyo)

- des navires noirs sont arrivés pendant son règne et la responsabilité a été confiée aux conseillers (Hotta Masayoshi) et s'est opposée à l'empereur Komei

- le gouvernement est passé du shogunat féodal au gouvernement Meji

- on croyait que les charmes étaient tombés du ciel

- les gens ont chanté et dansé quand ils ont trouvé ces charmes

- villages ruraux en haut et à gauche pour visiter le sanctuaire d'Ise

- marche comprenant chants, bousculades, cris, mendicité et vol

- bakufu a demandé l'avis des daimyos concernant la politique étrangère en 1853

- la politique anti-étrangère du daimyo Satsuma a été ignorée et l'inimitié s'est accrue envers le règne des Tokugawa

- refuge pour les loyalistes anti-bakufu

- défense renforcée lors de la révocation de Sankin Kotai en 1862

- alliance secrète avec Satsuma en cas d'attaque du Bakufu

- Bakufu attaque Choshu en 1866 en espérant le soutien de Satsuma

- bakufu perd la bataille à cause d'une alliance secrète entre Satsuma et Choshu

- suivi de 2 ans de soulèvements paysans et d'émeutes urbaines (ee ja nai ka)

- adressé à "Empereur du Japon"

- indique les raisons de l'envoi de Perry au Japon
- amitié et relations commerciales
- Les Américains ne dérangeront pas le Japon
- cite la proximité géographique et mentionne "navires"

- la lettre est un peu arrogante

- demande que les frontières du Japon soient ouvertes au commerce américain, ne serait-ce qu'à titre d'"expérience"

- industrie baleinière = épaves près du Japon et demande au Japon de prendre soin et de respecter les naufragés

- demande au Japon de fournir du charbon pour les bateaux à vapeur

- l'amitié, le commerce, l'approvisionnement en charbon et en vivres et la protection des marins naufragés

- représentation humoristique de Perry

Nouvelle thèse :
- les occidentaux : barbares, stupides et incompétents
- se préparer à une attaque contre l'espoir que l'ennemi reste à l'écart

Nouveau ces deux :
- loyauté du sujet au souverain
- culte d'Amaterasu
- Kokutai - Essence nationale du Japon
- Le bouddhisme, le confucianisme et le christianisme sont "injurieux aux mœurs"

Nouvelles thèses six :
- La nature du barbare

Nouveau Ces Sept :
- Défense nationale

- six et sept discutent du point de vue d'Aizawa sur les étrangers et de la façon dont le Japon devrait se préparer à se défendre

- "ils utilisent le commerce pour sonder les faiblesses et diffuser leur religion occulte"

- "mais ceux qui ignorent les maux issus du commerce. "

- ment, triche et vole pour s'en sortir

- acquis de la richesse plus tard dans la période Tokugawa

Conseil du village
- les paysans riches

- les villages payaient des impôts en bloc aux seigneurs qui reflétaient un volume fixe en koku

- les locataires et les ouvriers constituaient la majorité de la population

- a tenté de faire revivre la dictature traditionnelle des Tokugawa

- réaffirme l'autorité shogunale en choisissant l'héritier shogunal d'Iesada

- forcer la cour et les daimyo extérieurs à rester en dehors des affaires de bakafu

- signé le traité Harris sans le consentement impérial

- place Nariaki en résidence surveillée

- force le daimyo réformiste à démissionner

- entre 1644 et 1647, les impôts vicieux perçus par Lord Hotta Kosuke ont entraîné la famine et la pauvreté

- décider d'écrire une pétition

- a présenté une pétition au gouvernement local de Sakura et à la maison des anciens mais a été rejetée

- faute de réponse Sogoro décide d'aller à Edo même s'il y a forcément une punition

- le groupe se rassemble devant le manoir du seigneur mais on lui dit que le seigneur n'est pas là

- les chefs décident de présenter un appel à Lord Kuse Yamato (conseiller en chef du shogun)

- ils incluent le fait que la pétition a été ignorée à plusieurs reprises

- on leur dit qu'ils auraient dû faire appel au gouvernement local et non au conseiller du shogun

- Sogoro décide d'aller directement au shogun

- se rend compte qu'il se suicide en le faisant

- Sogoro et sa famille sont exécutés mais Lord Suke no duke accorde les suggestions énoncées dans la pétition

- cinq autres chefs sont bannis pour leur implication dans la pétition


La rébellion de Shimabara

La rébellion de Shimabara était un soulèvement majeur de paysans chrétiens et de leurs sympathisants, aidés par des samouraïs de clans qui avaient perdu le pouvoir avec la montée des Tokugawa. La similitude entre une rébellion paysanne inspirée par le christianisme et les soulèvements « ikki » de paysans bouddhistes à l'époque des Royaumes combattants n'a pas échappé aux shoguns Tokugawa. Les Tokugawa étaient déterminés à empêcher à la fois la colonisation étrangère et un retour à l'instabilité intérieure, et ils n'avaient pas l'intention de laisser un nouveau christianisme militant prendre la place du bouddhisme militant que Nobunaga avait finalement supprimé. Après la défaite des rebelles de Shimabara, Tokugawa Iemitsu a publié son deuxième édit d'isolement en 1639, interdisant à tous les marchands portugais d'entrer dans le pays et initiant deux siècles d'isolement presque complet.


Quiz 2

a) Ils ont été recrutés sur concours de la fonction publique.

b) Ils étaient issus de l'aristocratie terrienne.

c) Ils étaient parents de la famille impériale.

a) un "petit âge glaciaire" qui a entraîné de graves pénuries alimentaires

b) quasi-faillite causée par la défense de la Corée contre une invasion japonaise

c) pertes importantes sur le champ de bataille contre les Mandchous

a) une reine mongole qui a résisté à l'incursion des Ming en terres mongoles

b) la fille de Kublai Khan

c) une concubine chinoise qui s'est révoltée contre l'empereur Qing

a) le premier empereur mandchou était le fils illégitime du dernier empereur Ming

a) son exemple de piété filiale

b) son rôle de sage empereur exécutant les affaires de l'État le matin et les activités culturelles l'après-midi

c) sa sensibilité aux questions multiethniques et sa capacité à maintenir l'empire ensemble

a) soutenir le Bannerman pour renverser les Qing

b) démarrage du commerce illicite de l'opium

c) essayer de détruire la production chinoise de soie

a) perte sévère de population rurale

b) un grand nombre de troupes Qing dans la région

c) mécontentement social et intrusion étrangère

a) a été la guerre civile la plus sanglante du monde

b) était connue sous le nom de guerre civile "sans effusion de sang"

c) a réussi son objectif de christianiser la Chine

a) une coiffure privilégiée par les opposants aux Qing

b) une coiffure privilégiée par les Ming pour montrer leur loyauté

c) une coiffure portée exclusivement par les femmes

a) retrouver un missionnaire perdu, Eli Macartney

b) assassiner le principal rival de l'empereur

c) persuader la Chine de réviser le système commercial

a) Droit chinois de vendre de l'opium à la Grande-Bretagne

b) si la Compagnie britannique des Indes orientales ou la Compagnie néerlandaise des Indes orientales contrôleraient le commerce avec la Chine

c) la contrebande illégale d'opium en Inde

a) un groupe d'insurrectionnels tentant de renverser les Qing

b) étaient de vrais singes attachés à des pétards et jetés dans des navires britanniques

c) était la boisson la plus populaire des Britanniques en Chine

a) La Grande-Bretagne a assumé le coût total de la guerre

c) La Chine a ouvert davantage de ports au commerce britannique

a) l'implication de puissances étrangères dans la rébellion des Taiping

b) intervention étrangère dans la rébellion de Satsuma

c) l'intervention des puissances européennes dans la guerre de l'opium

c) "mouvement d'auto-renforcement"

a) rétablir les idéaux d'auto-renforcement

b) chasser l'impératrice Cixi du pouvoir

c) chasser les étrangers et les missionnaires de Chine

b) Sun Yat Sen destitué l'empereur Pu Yi

c) L'empereur Pu Yi a été exécuté par les forces nationalistes

a) Il mettait l'accent sur un réalisme centré sur la vie et les problèmes des gens ordinaires.

b) Il comportait des costumes élaborés et une mise en scène somptueuse.

c) Il exigeait que seule la poésie soit parlée au lieu du dialogue.

a) Ils ont fait une alliance contre le shogun.

c) Ils ont invité les Portugais à construire des forts.

c) les auteurs de poésie haïku

a) Il leur a demandé d'effectuer leur service militaire.

b) Il les a forcés à résider périodiquement dans sa capitale dans le cadre d'une politique appelée système de résidence alternative.

c) Il employait des hommes de la classe marchande comme fonctionnaires du gouvernement.

a) Pour expier leur violence, beaucoup sont devenus prêtres shintoïstes.

b) De nombreux daimyo sont devenus de riches marchands.

c) La guerre et la pauvreté ont transformé beaucoup de gens en paysans ruraux.

a) Les relations commerciales ont de plus en plus favorisé les intérêts du Portugal.

b) Les Japonais ont exclu les Britanniques des opportunités commerciales.

c) Les relations commerciales du Japon avec les Européens sont devenues plus limitées et restrictives.

a) chasser les barbares occidentaux

b) restaurer le contrôle japonais sur la Corée

c) protéger la classe des samouraïs

a) il a marqué un changement dans l'équilibre des pouvoirs du Japon vers la Chine

b) il a marqué un changement dans l'équilibre des pouvoirs de la Chine vers le Japon

c) il reconnaissait que la Chine et le Japon étaient essentiellement égaux dans la sphère d'influence asiatique

a) utilisation de la technologie industrielle pour imposer sa volonté au monde non industriel

b) les politiques de préservation de l'environnement naturel

c) isolationnisme et esprit de clocher à la fin du XIXe siècle

a) Les commerçants européens ont besoin de sécuriser de nouveaux marchés pour leurs marchandises

b) Les entreprises européennes voulaient rechercher de nouvelles opportunités en Asie et en Afrique

c) l'industrialisation a créé une forte demande de matières premières

a) déclin de l'islam en Afrique subsaharienne

b) l'expansion impériale des anciens empires du Mali et du Ghana

c) l'arrivée des négriers portugais

a) Vêtements de style britannique

b) une école britannique d'élite

c) Centres d'élevage de tigres britanniques

a) les nouvelles cartouches de fusil utilisaient des graisses animales qui bouleversaient les soldats musulmans et hindous

b) les Britanniques se sont opposés à l'autonomie locale par les Indiens

c) les habitants du village d'Amritsar étaient mécontents des actions britanniques

a) les dirigeants locaux qui ont insisté pour que les Britanniques leur viennent en aide contre les rivaux locaux

b) la demande de l'empereur moghol de sauver sa dynastie défaillante

c) Rudyard Kipling et ses romans romantiques sur l'Inde

a) la Compagnie des Indes orientales a été abolie en faveur de la domination directe de l'Inde par la Couronne britannique

b) le gouvernement britannique a aboli l'empire moghol

c) La reine Victoria devient impératrice des Indes

a) Le roi Léopold a annexé le Congo comme sa colonie personnelle, pas pour l'État belge

b) Léopold était plus intéressé par l'exploration scientifique que par le colonialisme économique

c) Léopold a établi une fédération constitutionnelle dans la vallée du fleuve Congo

a) les armées zoulous en maraude

b) le besoin de riches terres agricoles du nord

a) ils ont vaincu les Afrikaners à la bataille du Cap

b) ils ont été les premiers hommes blancs à naviguer le long du fleuve Zambèze

c) ils ont découvert les chutes Victoria

a) la promotion de la production de coton conduisant à l'envolée des exportations vers l'Europe

b) apporter un soutien financier à l'achèvement du canal de Suez

c) mener une résistance infructueuse au contrôle commercial et militaire britannique

a) Connecter l'Afrique aux marchés mondiaux d'une manière qui serait profitable pour les Européens

b) Développer les marchés des biens industriels dans les colonies européennes

c) Encourager le développement industriel indigène durable

a) Ils ont immédiatement entamé des négociations diplomatiques.

b) Ils ont affiché une indifférence mesurée.

c) Ils jugeaient généralement imprudent de résister.

a) He was a Zulu leader who revolutionized African warfare and created the largest and most powerful African society in southern Africa in the nineteenth century.

b) He was the British-appointed ruler of the Cape Colony who worked to impose and enforce British policies in Africa.

c) He was the leader of a protest against working conditions at the DeBeers' diamond mines who spread knowledge of the atrocities there throughout Europe.

a) They were looking for better farmland.

b) They wanted to protest the atrocities being committed against blacks in South Africa.

c) They heard that diamonds had been found.

a) the indigenous peoples of the major European empires

b) the Russian steppes
Correct Response
c) the non-industrialized nations of Africa, Asia and Latin America

a) a rule that 20% of the production of a company be reserved for philanthropy

b) the 20% tax on everything that was owed to the Crown

c) a special drink reserved for the Peninsulares

a) uncompensated labor of the natives to the conquering Spaniards

b) large estates owned by the Catholic Church

c) the Spanish settlement structure that built churches and forts in the same place


Japan History: Tokugawa Ieyasu

Photo credits: wikipedia.org

Tokugawa Ieyasu (徳川家康, Jan. 30, 1543 – June 1, 1616) was the founder and first shōgun of the Tokugawa shogunate, who effectively commanded the Battle of Sekigahara in Japan in the 1600s until the reconstruction of Meiji in 1868. Ieyasu obtained power in 1600, became shōgun in 1603, and abdicated in 1605 remaining in power until his death in 1616. He was one of the three unifiers of Japan, along with Lord Nobunaga and Toyotomi Hideyoshi.

Tokugawa Ieyasu, originally Matsudaira Takechiyo, was the son of Maytsudaira Hirotada, the daimyo of Mikawa of the Matsudaira clan and of Odai-no-kata, the daughter of the samurai lord Mizuno Tadamasa. His parents were 17 and 15 years old when Ieyasu was born.
In the year of his birth, the Matsudaira clan broke up. In 1543, Hirotada’s uncle, Matsudaira Nobutaka, defeated the can Oda. This gave Oda Nobuhide a way to attack Okazaki. Hirotada divorced from Odai-no-kata by sending her back to his family to remarry again, in fact Ieyasu had 11 brothers and sisters.
As Oda Nobunaga continued to attack Okazaki, Hirotada in 1548 asked for help from Imagawa Yoshimoto who accepted the alliance.
Oda Nobuhide, having learned of this agreement, had Ieyasu kidnapped by his entourage on his way to Sunpu. Ieyasu was only five years old at the time.
Nobuhide threatened to execute Ieyasu unless his father broke all ties with the Imagawa clan. However, Hirotada refused, stating that sacrificing his son would show his seriousness in his pact with Imagawa. Despite this refusal, Nobuhide chose not to kill Ieyasu, but instead held him hostage for the next three years in the Manshoji Temple of Nagoya.
In 1549, when Ieyasu was 6 years old, his father Hirotada was assassinated by his own vassals, who had been corrupted by the Oda clan. Around the same time, Oda Nobuhide died during an epidemic. The death of Nobuhide has dealt a blow to the Oda clan. An army under the command of Imagawa Sessai besieged the castle where Oda Nobuhiro, the eldest son of Nobuhide and the new head of the Oda clan lived. With the castle about to fall, Sessai offered an agreement to Oda Nobunaga, the second son of Nobuhide. He offered to renounce the siege if Ieyasu had been delivered to Imagawa.

The ascent to power (1556-1584)

In 1556 Ieyasu officially became an adult, with Imagawa Yoshimoto presiding over his genpuku ceremony. Following the tradition, he changed his name from Matsudaira Takechiyo to Matsudaira Jirōsaburō Motonobu. He was also allowed for a brief period to visit Okazaki to pay homage to his father’s grave and to receive the homage of his nominal servants, guided by the karō Torii Tadayoshi.
A year later, he married his first wife, Lady Tsukiyama, a relative of Imagawa Yoshimoto, and changed his name to Matsudaira Kurandonosuke Motoyasu again. When he was allowed to return to Mikawa, Imagawa then ordered him to fight the Oda clan in a series of battles.
Motoyasu fought his first battle in 1558 at the Siege of Terabe. Terabe’s castellan in western Mikawa, Suzuki Shigeteru, betrayed Imagawa by defeating Oda Nobunaga. This was within the territory of Matsudaira, so Imagawa Yoshimoto entrusted the campaign to Ieyasu and his servants of Okazaki. Ieyasu led the attack in person, but after taking external defenses, he began to be afraid of a counterattack, so he retired. As anticipated, the Oda forces attacked its lines, but Motoyasu was prepared and drove out the Oda army.
He managed to deliver supplies to the siege of Odaka in 1559. Odaka was the only one of the five frontier forts challenged by the Oda clan attack, nevertheless it remained in the hands of Imagawa. Motoyasu launched diversions against the two strong neighbors, and when the garrisons of the other forts came to his aid, Ieyasu’s supply column managed to reach Odaka.
In 1560 the leadership of the Oda clan had passed to the brilliant leader Oda Nobunaga. Imagawa Yoshimoto, head of a large army (perhaps 25,000 people) invaded the territory of the Oda clan and Motoyasu was assigned a separate mission to capture the stronghold of Marune. So he and his men were not present at the Battle of Okehazama where Yoshimoto was killed in Nobunaga’s surprise assault.

The Alliance with Oda

With the death of Yoshimoto and the Imagawa clan in a state of confusion, Motoyasu took the opportunity to assert his independence and bring his men back to the abandoned Okazaki castle to claim his place.
Motoyasu then decided to ally with the Oda clan. A secret agreement was needed because Motoyasu’s wife, Lady Tsukiyama, and her newborn son, Nobuyasu, were held hostage to Sumpu by Imagawa Ujizane, Yoshimoto’s heir.
In 1561, Motoyasu conquered the fortress of Kaminogō, detained by Udono Nagamochi, attacking in the night, setting fire to the castle and capturing two of the sons of Udono, who he used as hostages to free his wife and son.
In 1563 Nobuyasu was married to Nobunaga’s daughter Tokuhime.
For the following years, Motoyasu undertook to reform the Matsudaira clan and make peace with Mikawa. He also strengthened his main vassals by assigning them lands and castles. These vassals included: Honda Tadakatsu, Ishikawa Kazumasa, Kōriki Kiyonaga, Hattori Hanzō, Sakai Tadatsugu and Sakakibara Yasumasa.

In the early days of Mikawa Ieyasu’s daimyō he had difficult relationships with the temples of Jōdō, which became increasingly numerous in 1563-64.
During this period, the Matsudaira clan also faced a threat from a different source. Mikawa was an important center for the Ikkō-ikki movement, where the peasants united with the militant monks under the Jōdo Shinshū sect and rejected the traditional feudal social order. Motoyasu undertook several battles to suppress this movement in its territories, including the Battle of Azukizaka. In a fight, he was almost killed by two bullets that did not penetrate his armor. Both sides were using the new gunpowder weapons that the Portuguese introduced to Japan only 20 years earlier.

Photo credits: wikipedia.org

Growing political influence

In 1567, he changed his name again, this time to Tokugawa Ieyasu. In doing so, he claimed the descent from the Minamoto clan. No evidence was actually found for this alleged lineage from the Emperor Seiwa. Yet, his family name was changed with the permission of the Imperial Court, after writing a petition, in which he was awarded the courtesy title Mikawa-no-kami.
Ieyasu remained an ally of Nobunaga and his soldiers were part of the Nobunaga army that conquered Kyoto in 1568. At the same time Ieyasu was expanding its territory. Ieyasu and Takeda Shingen, the head of the Takeda clan in the province of Kai, made an alliance with the aim of conquering the whole territory of Imagawa. In 1570, Ieyasu’s troops conquered the castle of Yoshida (modern Toyohashi), and entered the province of Tōtōmi. Meanwhile, the Shingen troops conquered the province of Suruga (including the capital of Imagawa, Sunpu). Imagawa Ujizane fled to the castle of Kakegawa, which Ieyasu laid siege to. Ieyasu then negotiated with Ujizane, promising that if he surrendered, he would help Ujizane regain Suruga. THe latter had nothing left to lose, and Ieyasu immediately ended his alliance with Takeda, forcing a new alliance with Takeda’s enemy, Uesugi Kenshin of the Uesugi clan. Through these political manipulations, Ieyasu obtained support from the samurai of the Tōtōmi province.
In 1570, Ieyasu established Hamamatsu as the capital of his territory, placing his son Nobuyasu at the head of Okazaki.
The same year, he led 5,000 of his men to support Nobunaga at the Battle of Anegawa against the Azai and Asakura clans.

Conflict with Takeda

In October 1571, Takeda Shingen, now an ally of the Odawara Hōjō clan, attacked the Tokugawa lands at Tōtōmi. Ieyasu asked Nobunaga for help, receiving from him about 3,000 soldiers. At the beginning of 1572 the two armies met in the battle of Mikatagahara. The considerably larger Takeda army, under the expert leadership of Shingen, overwhelmed the Ieyasu’s troops and caused serious casualties. Despite his initial reticence, Ieyasu was persuaded by one of his generals to withdraw. The battle was a great defeat, but in the interest of maintaining the appearance of a dignified retreat, Ieyasu shamelessly ordered the men of his castle to light torches, play drums and leave the gates open, to adequately receive the returning warriors. To the surprise and relief of the Tokugawa army, this spectacle made General Takeda suspicious, so instead of besieging the castle, they camped out for the night. This error would have allowed a band of Tokugawa ninja to raid the field in the following hours, further disrupting Takeda’s disoriented army, and in the end, Shingen’s decision resulted in the cancellation of the entire offensive. Incidentally, Takeda Shingen would not have had another chance to advance on Hamamatsu, much less on Kyoto, since he would have died shortly after the siege of Noda Castle a year later, in 1573.
In 1575, Takeda attacked Nagashino Castle in the province of Mikawa. Ieyasu appealed to Nobunaga for help and the result was that Nobunaga personally headed a very large army (about 30,000 fighters). The Oda-Tokugawa force of 38,000 fighters won a great victory on June 28, 1575, at the Battle of Nagashino, however Takeda Katsuyori survived the battle and retreated back to the province of Kai.
For the next seven years, Ieyasu and Katsuyori fought a series of small battles, following which Ieyasu’s troops managed to wrest control of the Suruga province from the Takeda clan.

In 1579, Ieyasu’s wife and his heir Nobuyasu were accused by Nobunaga of conspiring with Takeda Katsuyori to assassinate Nobunaga, whose daughter Tokuhime (1559-1636) was married to Nobuyasu. This is why Ieyasu ordered his wife to be executed and forced his eldest son, Nobuyasu, to commit seppuku. Ieyasu then named his third son, Tokugawa Hidetada, as heir, since his second son was adopted by another rising power: the general of the Oda clan, Toyotomi Hideyoshi, who would soon become the most powerful daimyo of Japan.
The end of the war with Takeda came in 1582 when a combined Oda-Tokugawa force attacked and conquered the province of Kai. Takeda Katsuyori was defeated at the Battle of Tenmokuzan and then committed seppuku.

Uma containing the ashes of Tokugawa Ieyasu in Nikkō
Photo credits: wikipedia.org

Death of Nobunaga

At the end of June 1582, Ieyasu was near Osaka and far from his territory when he learned that Nobunaga had been murdered by Akechi Mitsuhide. Ieyasu managed the dangerous journey back to Mikawa and he was mobilizing his army when he learned that Hideyoshi had defeated Akechi Mitsuhide in the battle of Yamazaki.
Nobunaga’s death meant that some provinces, governed by Nobunaga’s vassals, could be conquered. The head of the province of Kai made the mistake of killing one of Ieyasu’s helpers so he promptly invaded Kai and took control. Hōjō Ujimasa, head of the Hōjō clan, responded by sending his much larger army to Shinano and then to the province of Kai. No battle was fought between the Ieyasu’s troops and the great army of Hōjō. However, after some negotiations, Ieyasu and Hōjō accepted an agreement that left Ieyasu in control of the provinces of Kai and Shinano, while Hōjō took control of the province of Kazusa (as well as pieces from both the provinces of Kai and Shinano).
At the same time (1583) a war was waged to rule Japan between Toyotomi Hideyoshi and Shibata Katsuie. Ieyasu took no position in this conflict, relying on his reputation both for prudence and for wisdom. Hideyoshi defeated Katsuie at the Battle of Shizugatake and with this victory, he became the most powerful daimyo in Japan.

Ieyasu and Hideyoshi (1584-1598)

In 1584 Ieyasu decided to support Oda Nobukatsu, the eldest son and heir of Oda Nobunaga, against Hideyoshi. This was a dangerous act and could have led to the annihilation of the Tokugawa clan.
The Tokugawa troops took the traditional Oda stronghold of Owari while Hideyoshi replied by sending an army there. The Komaki campaign was the only time one of Japan’s great unifiers fought each other. The campaign proved to be undecided, and after months of marches and unsuccessful feuds, Hideyoshi resolved the war through negotiation. First made peace with Oda Nobukatsu, and then offered a respite to Ieyasu. The agreement was stipulated at the end of the year and Ieyasu’s second son, Ogimaru (also known as Yuki Hideyasu) became Hideyoshi’s adoptive son.
Ieyasu’s aide, Ishikawa Kazumasa, chose to join the daimyo and so he moved to Osaka to be with Hideyoshi. However, few other Tokugawa keepers have followed this example.
Hideyoshi was understandably suspicious of Ieyasu, and this was five years before they fought as allies. The Tokugawa did not participate in the invasions of Hideyoshi of Shikoku and Kyūshū.
In 1590, Hideyoshi attacked the last independent daimyo in Japan, Hōjō Ujimasa. The Hōjō clan ruled the eight provinces of the Kantō region in eastern Japan. Hideyoshi ordered them to submit to his authority, but they refused. Ieyasu, even if he was a friend and occasional ally of Ujimasa, joined his great strength of 30,000 samurai with the huge Hideyoshi army of about 160,000 men. Hideyoshi attacked several castles on the edge of the Hōjō clan with most of his army besieging Odawara Castle. Hideyoshi’s army captured Odawara after six months. During this siege, Hideyoshi offered a radical deal to Ieyasu. He offered to Ieyasu the eight provinces of Kantō that were about to take from Hōjō in exchange for the five provinces Ieyasu controlled at the time, including Ieyasu’s one, Mikawa. Ieyasu accepted this proposal. Prey to the overwhelming power of the Toyotomi army, the Hōjō accepted the defeat, the top leaders Hōjō killed themselves and Ieyasu entered the field taking control of their provinces, putting an end to the clan kingdom of over 100 years.

The Battle of Sekigahara (1598-1603)

Hideyoshi, after another three months of illness, died on September 18, 1598. He was nominally succeeded by his young son Hideyori but, at only five years, the real power was in the hands of the regents. In the next two years Ieyasu made alliances with various daimyōs, especially those who had no love for Hideyoshi. Fortunately for Ieyasu, the oldest and most respected, Toshiie Maeda, died just a year later. With Toshiie’s death in 1599, Ieyasu led an army to Fushimi and conquered Osaka Castle, Hideyori’s residence. This angered the three remaining regents and began to structure their plans on all fronts for the war. It was also the last battle of one of Ieyasu’s most loyal and powerful servants, Honda Tadakatsu.
The opposition to Ieyasu focused on Ishida Mitsunari, a powerful daimyo who was not one of the regents. Mitsunari conceived Ieyasu’s death, and news about this plot reached some of the Ieyasu generals. They tried to kill Mitsunari but he escaped and obtained protection from none other than Ieyasu himself. It is not clear why Ieyasu protected a powerful enemy from his men, but he was a strategist and may have thought it would be better to drive the enemy army with Mitsunari rather than one of the regents.
Almost all Japanese daimyōs and samurai split into two factions: the western army (Mitsunari group) and the eastern army (anti-Mitsunari group). Ieyasu supported the anti-Mitsunari group and formed them as its potential allies. Ieyasu’s allies were the Date clan, the Mogami clan, the Satake clan and the Maeda clan. Mitsunari allied himself with the other three regents: Ukita Hideie, Mōri Terumoto and Uesugi Kagekatsu and many daimyō from the eastern end of Honshū.
In June 1600, Ieyasu and his allies transferred their armies to defeat the Uesugi clan, who was accused of planning an uprising against the Toyotomi administration. Before arriving in the territory of Uesugi, Ieyasu learned that Mitsunari and his allies had moved their army against Ieyasu. He held a meeting with the daimyos and they agreed to follow him, so he led most of his army west to Kyoto. At the end of the summer, Ishida’s forces captured Fushimi.
Ieyasu and his allies marched along the Tōkaidō, while his son Hidetada followed the Nakasendō with 38,000 soldiers. A battle against Sanada Masayuki in Shinano province delayed Hidetada’s forces, so they did not arrive in time for the main battle.
Fought near Sekigahara, this battle was the largest and one of the most important battles in Japanese feudal history. It began on October 211600, with a total of 160,000 men facing each other. The battle of Sekigahara ended with a complete victory of Tokugawa. The western block was crushed and in the following days Ishida Mitsunari and many other Western nobles were captured and killed and Tokugawa Ieyasu was now the de facto governor of Japan.
Immediately after the victory at Sekigahara, Ieyasu redistributed the land to the vassals who had served him, he left some the daimyōs unharmed, like the Shimazu clan, but others were completely destroyed. Toyotomi Hideyori (Hideyoshi’s son) lost most of his territory that was under the management of the western daimyō, and was degraded to ordinary daimyō, not to a governor of Japan. In subsequent years the vassals who had sworn loyalty to Ieyasu before the battle became known as fudai daimyō, while those who promised him loyalty after the battle (in other words, after his power was unquestioned) were known as Tozama daimyō. The latter were considered inferior to the Fudai daimyōs.

Shōgun (1603-1605)

On March 24, 1603, Tokugawa Ieyasu received the shōgun title from Emperor Go-Yōzei and he was 60 years old. He had survived all the other great men of his time: Nobunaga, Hideyoshi, Shingen, Kenshin. As shōgun, he used his last years to create and consolidate the Tokugawa shogunate, which inaugurated the Edo period and was the third shogunal government (after Kamakura), claiming the descent from the Minamoto clan, through the Nitta clan. His descendant will then marry into the Taira clan and the Fujiwara clan. The Tokugawa shogunate ruled Japan for the next 250 years.
Following a well-established Japanese model, Ieyasu abdicated his official shōgun position in 1605 and his successor was his son and heir, Tokugawa Hidetada. There may have been several factors that contributed to his decision, including his desire to avoid being bound by ceremonial duties, to make it harder for his enemies to attack the true center of power and to ensure a smoother succession of his son. The abdication of Ieyasu had no effect on the practical extension of his powers or his government. However, Hidetada assumed the formal role of the shogunal bureaucracy.

Ōgosho (1605-1616)

Ieyasu, as a retired shōgun (大 御所 ōgosho), remained the effective ruler of Japan until his death. He retired to Sunpu Castle, but also oversaw the construction of Edo Castle, an impressive construction project that lasted for the rest of Ieyasu’s life. The result was the biggest castle in all of Japan, the cost of building it was supported by all the other daimyōs, while Ieyasu collected all the benefits. The central donjon, or tenshu, burned in 1657 and today, the Imperial Palace is in place of that castle.
In 1611 Ieyasu leading 50,000 men, visited Kyoto to witness the coronation of Emperor Go-Mizunoo. In Kyoto, Ieyasu ordered the reconstruction of the imperial court and buildings, forcing the remaining Western daimyos to sign an oath of loyalty to him.

In 1613, he composed the Kuge Shohatto (公家諸法度), a document that submitted the court under the daimyo’s close supervision, leaving them as simple ceremonial nominees.
In 1615 Ieyasu prepared the Buhat shohatto (武家諸法度), a document that illustrated the future of the Tokugawa regime.

Relations with foreign powers

Like Ōgosho, Ieyasu also oversaw diplomatic affairs with the Netherlands, Spain and England. Ieyasu chose to remove Japan from European influence from 1609, although the shogunate continued to grant preferential commercial rights to the Dutch East India Company and allowed them to maintain a “factory” for commercial purposes.
From 1605 until his death, Ieyasu frequently consulted with the English master of arms and pilot, William Adams, who, fluent in Japanese, assisted the shogunate in the negotiation of commercial relations.

Significant attempts to limit the influence of Christian missionaries in Japan date back to 1587 during Toyotomi Hideyoshi’s shogunate. However, in 1614, Ieyasu was sufficiently concerned about the Spanish territorial ambitions that he signed an edict of Christian expulsion. The edict banished the practice of Christianity and led to the expulsion of all foreign missionaries. Although some minor commercial operations remained in Nagasaki, this edict drastically limited foreign trade and marked the end of Christian witness open in Japan until 1870.

Siege of Osaka

The last threat to Ieyasu’s dominion was Toyotomi Hideyori, Hideyoshi’s son and rightful heir. He was now a young daimyo who lived in Osaka Castle. Many samurai who opposed Ieyasu gathered around Hideyori, claiming to be the legitimate ruler of Japan. Ieyasu criticized the opening ceremony of a temple built by Hideyori because it was as if he had prayed for the death of Ieyasu and the ruin of the Tokugawa clan. Ieyasu ordered Toyotomi to leave Osaka Castle, but the inhabitants refused and summoned the samurai to gather inside the castle. Then the Tokugawa, with a huge army led by Ieyasu and the shōgun Hidetada, besieged Osaka Castle in what is now known as the “winter siege of Osaka”. In the end, Tokugawa was able to join the negotiations and an armistice after the attack and after threatening Hideyori’s mother, Yodo-dono. However, once the treaty was agreed upon, Tokugawa filled the castle’s outer moats with sand so that his troops could cross it. Through this stratagem, Tokugawa obtained a huge tract of land through negotiation and deception. Ieyasu returned to Sunpu Castle, but after Toyotomi refused another order to leave Osaka, he and his allied army of 155,000 soldiers attacked Osaka Castle again in the “Osaka Summer Siege”.
Eventually, in 1615, Osaka Castle fell and almost all the defenders were killed including Hideyori, his mother (Hideyoshi’s widow, Yodo-dono) and his newborn son. His wife, Senhime (Ieyasu’s niece), pleaded to save the lives of Hideyori and Yodo-dono, but Ieyasu refused and forced both to commit a ritual suicide, or perhaps both killed. In the end, Senhime was sent back to the Tokugawa clan alive.

The death

Ieyasu died at the age of 73 in 1616. It is thought that the cause of death was cancer or syphilis. The first Tokugawa shogun was posthumously deified with the name Tōshō Daigongen, the “Great Gongen, the light of the east”. It is believed that a Gongen is a Buddha who appeared on Earth in the form of a kami to save sentient beings.
In life, Ieyasu had expressed th desire to be deified after his death to protect his descendants from evil. His remains were buried in the Gongen mausoleum in Kunōzan, Kunōzan Tōshō-gū. As a general opinion, many people believe that after the first anniversary of his death, his remains were buried again in the Nikkō Shrine, Nikkō Tōshō-gū and they are still there today. Neither of the two sanctuaries offered to open the tombs, so the location of the physical remains of Ieyasu is still a mystery. The architectural style of the mausoleum became known as gongen-zukuri, or gongen style. First he was given the Buddhist name Tosho Dai-Gongen, then after his death he was changed to Hogo Onkokuin.

Ieyasu Tomb in Tōshō-gū
Photo credits: wikipedia.org

Ieyasu’s rule era

Ieyasu had a number of qualities that enabled him to rise to power. He was both attentive and audacious, in the right times and in the right places. Calculating and subtle, Ieyasu changed alliances when he thought he would benefit from the change. He allied himself with the late Hōjō clan, then he joined the army of conquest of Hideyoshi, who destroyed Hōjō and he himself took over their lands. In this he was like the other daimyo of his time. That was an era of violence, sudden death and betrayal. He was neither very popular nor personally popular, but he was feared and respected for his leadership and his cunning. For example, he wisely kept his soldiers out of Hideyoshi’s campaign in Korea.
He was capable of great loyalty: once he allied himself with Oda Nobunaga, he never went against him, and both leaders took advantage of their long alliance. He was known to be loyal to his friends, and was said to have a close friendship with his vassal Hattori Hanzō. It is said, however, that he remembered the wrongs he had suffered and that he executed a man because he had insulted him when he was young.

Ieyasu protected many former Takeda servants from the wrath of Oda Nobunaga, who was known to harbor a bitter rancor toward Takeda. But he also knew he was ruthless, for example, he ordered the executions of his first wife and his eldest son, a son-in-law of Oda Nobunaga and he was also Hidetada’s wife uncle.
He was cruel, implacable and ruthless in eliminating Toyotomi survivors after Osaka. For days, dozens and dozens of men and women were hunted down and executed, including Hideyori’s eight-year-old son from a beheaded concubine.
Unlike Hideyoshi, he had no desire to win anything outside of Japan. He just wanted to bring order, end the open war and rule Japan.
While at the beginning it was tolerant of Christianity, its attitude changed after 1613 and Christian executions increased sharply.
Ieyasu’s favorite pastime was falconry. He considered it an excellent training for a warrior. “When you go to the countryside, you learn to understand the military spirit and the hard life of the lower classes: you exercise your muscles and you train your limbs. You can walk and run and become indifferent to the heat and cold, and therefore it is very unlikely that you may suffer from some disease “. Ieyasu often swam and even in old age it is said that he swam in the moat of Edo Castle.
He also took a scholarship and religion, attending scholars such as Hayashi Razan.

Two of his famous quotes

Life is like a long journey with a heavy burden. Let your pace be slow and steady, do not stumble. Persuade yourself that imperfection and inconvenience are the greatest thing of mortals, and there will be no room for dissatisfaction or despair. When ambitious wishes arise in your heart, remember the days of extremism that you went through. Tolerance is the root of all tranquility and security forever. Watch the wrath of your enemy. If you only know what it means to conquer, and you do not know what it means to defeat. Find flaws in yourself rather than others.

The strong virile in life are those who understand the meaning of the word patience. Patience means limiting one’s inclinations. There are seven emotions: joy, anger, anxiety, adoration, pain, fear and hate, and if a man does not give way to these he can be called a patient. I’m not as strong as I could be, but I always knew and practiced patience. And if my descendants want to be as they are, they have to study patience.


Conflicts of Interest, Birth Of Alliances

Tokugawa Ieyasu

Tokugawa Ieyasu, the Tokugawa Daimyo, quickly moved to dominate the council. He was the most powerful lord in Eastern Japan, and he held the loyalty of many other Eastern clans secure in his grip.

His most powerful challenger was the Western Ishida clan. The Ishida Daimyo declared that Tokugawa would seize power from the young regent. He declared his allegiance to the boy and to his birthright to rule. Many others allied with the Ishida Daimyo and backed him after this announcement. Ishida claimed that all he did was for the young son of the former ruler and the interest of the country.

Before the battle, Ishida had gathered an army of as many as 80,000 men, maybe even more. Many of them were well-known and respected warriors and renowned Daimyo of their clans.

Before the battle, Tokugawa’s Ieyasu’s army was around 74,000 strong. Tokugawa, too, was supported by notable families and clans. Several well- respected generals took his side, along with powerful Daimyo of the Kato, Kuroda, and Hosokawa clans.


  • Hall, John Whitney. 1991. The Cambridge History of Japan: Volume 4, Early Modern Japan. Cambridge : Cambridge University Press. ISBN 0521223555
  • Sadler, A. L. 1978. The Maker of Modern Japan: The Life of Tokugawa Ieyasu. Rutland, VT: C.E. Tuttle Co. ISBN 0804812977
  • Sansom, George Bailey. 1958. A History of Japan (Stanford Studies in the Civilizations of Eastern Asia). Stanford, Californie : Stanford University Press.
  • Tokugawa, Iyéyasu. Ieyasu's Legacy.
  • Totman, Conrad D. 1967. Politics in the Tokugawa Bakufu, 1600-1843. Harvard East Asian Series, 30. Cambridge: Harvard University Press. Reprint edition, 1988. Berkeley, CA: University of California Press. ISBN 0520063139
  • Totman, Conrad D. 1983. Tokugawa Ieyasu, Shogun: A Biography. San Francisco, CA: Heian. ISBN 0893462101
  • Willson, David Harris, and Ieyasu Tokugawa. 1958. A Royal Request for Trade: A Letter of King James I to [Tokugawa Ieyasu, referred to as] the Emperor of Japan.

New World Encyclopedia écrivains et éditeurs ont réécrit et complété le Wikipédia article conformément à New World Encyclopedia normes. Cet article respecte les termes de la licence Creative Commons CC-by-sa 3.0 (CC-by-sa), qui peut être utilisée et diffusée avec une attribution appropriée. Le crédit est dû selon les termes de cette licence qui peut faire référence à la fois au New World Encyclopedia contributeurs et les contributeurs bénévoles altruistes de la Fondation Wikimedia. Pour citer cet article, cliquez ici pour obtenir une liste des formats de citation acceptables. L'historique des contributions antérieures des wikipédiens est accessible aux chercheurs ici :

L'historique de cet article depuis son importation en New World Encyclopedia:

Remarque : Certaines restrictions peuvent s'appliquer à l'utilisation d'images individuelles sous licence distincte.


Voir la vidéo: Why couldnt Toyotomi Hideyoshi become the Shogun? (Novembre 2021).