Informations

Après le 11 septembre : l'avenir en un mot



III. Le long maintenant

En 01999, Gary Snyder, le poète zen, a envoyé une épigramme à Stewart Brand, le pionnier de l'environnement et de la cyberculture le plus connu pour avoir fondé et édité le Catalogue de la Terre entière:

Ce moment présent

Qui vit pour devenir

Il y a longtemps.

Le poème de Snyder faisait allusion à la façon dont le présent devient passé. Brand a répondu avec son propre riff, sur la façon dont le futur devient présent :

Ce moment présent

Utilisé pour être

L'avenir inimaginable.

À l'époque, Brand était au travail pour terminer L'horloge du long maintenant, un livre d'essais qui a présenté aux lecteurs les idées derrière l'horloge de 10 000 ans et The Long Now Foundation, l'organisation à but non lucratif qu'il a cofondée avec Brian Eno et Danny Hillis en 01996.

Le livre était un appel clair à s’engager dans une réflexion à long terme et à assumer la responsabilité à long terme de contrebalancer la « durée d’attention pathologiquement courte » de la civilisation. Brand a fait valoir qu'en élargissant notre sens du « maintenant » pour inclure à la fois les 10 000 dernières années (« la taille de la civilisation jusqu'à présent ») et les 10 000 prochaines années, l'humanité pourrait transcender la pensée à court terme et relever les défis du moment présent avec la vision à long terme à l'esprit. Ce cadre de référence de 20 000 ans est connu sous le nom de Long Now, un terme inventé par Brian Eno.

Brand a inclus son échange avec Snyder comme le plus proche du livre. (Snyder inclurait finalement sa contribution dans un recueil de poésie 02016, Ce moment présent).

L'épigramme de Brand est devenue l'une des sélections les plus partagées d'un livre plein de « citations à citer », apparaissant régulièrement dans les tweets de motivation et les diapositives des présentations principales. Il met toujours un point d'honneur à créditer Snyder lorsque la citation lui est attribuée à lui seul. J'ai récemment demandé à Brand s'il s'agissait simplement d'accorder du crédit là où le mérite était dû, ou s'il sentait qu'il y avait un lien plus profond entre les deux poèmes qui se perdait lorsqu'il était considéré isolément. (Une autre blague célèbre de la marque, « L'information veut être gratuite », est souvent partagée sans la deuxième partie cruciale : « L'information veut aussi être chère. »)

"Le crédit et la connexion aident le devis", m'a dit Brand. « Gary accorde du crédit à la gravité. C'est aussi une séquence, qu'il a commencée. Les deux riffs terminent le livre, en avant et en arrière, comme Long Now essaie de le faire.

"C'est une conversation", a déclaré Brand. "Presque tout l'art est, pas toujours aussi ouvertement."

En 02018, Eggert a ajouté sa voix à la conversation. elle lirait L'horloge du long maintenant trois ans plus tôt, et a trouvé que le concept du Long Now était un correctif convaincant aux effets néfastes du petit maintenant qu'elle voyait dans la religion. Elle a été particulièrement frappée par l'épigramme « This present moment… » de Brand.

«Je suis constamment à la recherche de littérature à lire qui sera une autre étoile dans cette constellation de ma compréhension du temps», dit-elle. « Mon processus en tant qu'artiste est que, lorsque je lis ces livres, je garde toujours un carnet de croquis à proximité. S'il y a une citation qui me saute aux yeux, je l'écris. Ensuite, lorsque je réfléchis à de nouveaux travaux pour une exposition, je relis souvent mes cahiers et je regarde toutes les citations que j'ai écrites. Je ne sais pas comment ni pourquoi j'ai fini par choisir les mots de Brand à ce moment-là, mais j'ai commencé à réaliser qu'ils disaient exactement ce que je ressentais à ce moment-là comme étant vrai ou important.

Lorsque Eggert a demandé à Brand sur Twitter si elle pouvait avoir la permission de transformer la citation en sculpture au néon, sa réponse était typique : « Bien sûr ! (Le pied de page du site Web personnel de Brand se lit comme suit : « S'il vous plaît, ne demandez pas la permission d'emprunter mes affaires : faites-le »).


Après le 11 septembre : L'avenir en un mot - HISTOIRE

Nouvelle version internationale
J'établis mon alliance avec vous : plus jamais toute vie ne sera détruite par les eaux d'un déluge, plus jamais il n'y aura de déluge pour détruire la terre.”

Nouvelle traduction vivante
Oui, je confirme mon alliance avec vous. Plus jamais les eaux de crue ne tueront toutes les créatures vivantes, plus jamais une inondation ne détruira la terre.”

Version anglaise standard
J'établis mon alliance avec vous, que plus jamais toute chair ne sera retranchée par les eaux du déluge, et qu'il n'y aura plus jamais de déluge pour détruire la terre.”

Bible d'étude béréenne
Et j'établis mon alliance avec vous : plus jamais toute vie ne sera coupée par les eaux d'un déluge, plus jamais il n'y aura de déluge pour détruire la terre.”

Bible du roi Jacques
Et j'établirai mon alliance avec vous, et toute chair ne sera plus retranchée par les eaux d'un déluge et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.

Nouvelle version King James
Ainsi j'établis mon alliance avec vous : plus jamais toute chair ne sera retranchée par les eaux du déluge, plus jamais il n'y aura de déluge pour détruire la terre.”

Nouvelle Bible standard américaine
J'établis mon alliance avec vous et toute chair ne sera plus jamais éliminée par les eaux d'un déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.”

NASB 1995
“J'établis mon alliance avec vous et toute chair ne sera plus jamais retranchée par l'eau du déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.”

NASB 1977
“Et j'établis mon alliance avec vous et toute chair ne sera plus jamais retranchée par l'eau du déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.”

Bible amplifiée
J'établirai mon alliance avec vous : plus jamais toute chair ne sera retranchée par l'eau d'un déluge, et il n'y aura plus jamais de déluge à détruire et ruiner la terre.”

Bible standard chrétienne
J'établis mon alliance avec vous que plus jamais chaque créature ne sera anéantie par les eaux de crue, il n'y aura plus jamais de déluge pour détruire la terre.”

Bible standard chrétienne Holman
Je confirme mon alliance avec vous que plus jamais chaque créature ne sera anéantie par les eaux d'un déluge, il n'y aura plus jamais de déluge pour détruire la terre.”

Version standard américaine
Et j'établirai mon alliance avec vous, et toute chair ne sera plus retranchée par les eaux du déluge et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.

Bible araméenne en anglais simple
Et j'établirai mon alliance avec vous, et toute chair ne finira plus par les eaux d'un déluge, et il n'y aura plus de déluge pour détruire la Terre.”

Traduction de la Septante Brenton
Et j'établirai mon alliance avec toi et toute chair ne mourra plus par l'eau du déluge, et il n'y aura plus de déluge d'eau pour détruire toute la terre.

Version anglaise contemporaine
Je promets à chaque créature vivante que la terre et ceux qui y vivent ne seront plus jamais détruits par un déluge.

Bible de Douay Reims
J'établirai mon alliance avec vous, et toute chair ne sera plus détruite par les eaux d'un déluge, et il n'y aura plus désormais de déluge pour dévaster la terre.

Version anglaise révisée
Et j'établirai mon alliance avec vous, et toute chair ne sera plus retranchée par les eaux du déluge et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.

Traduction de bonnes nouvelles
Par ces mots, je fais mon alliance avec vous : je promets que plus jamais tous les êtres vivants ne seront détruits par un déluge, plus jamais un déluge ne détruira la terre.

LA PAROLE DE DIEU® Traduction
Je te fais ma promesse. Plus jamais toute vie ne sera tuée par les eaux de crue. Il n'y aura plus jamais de déluge qui détruira la terre."

Version de norme internationale
J'établirai mon alliance avec vous : aucun être vivant ne sera plus jamais retranché par les eaux du déluge, et il n'y aura plus jamais de déluge qui détruira la terre."

JPS Tanakh 1917
Et j'établirai mon alliance avec vous et toute chair ne sera plus retranchée par les eaux du déluge et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.'

Version littérale standard
Et j'ai établi mon alliance avec vous, et toute chair n'est plus coupée par les eaux d'un déluge, et il n'y a plus de déluge pour détruire la terre.”

NET Bible
Je confirme mon alliance avec vous : plus jamais tous les êtres vivants ne seront anéantis par les eaux d'un déluge, plus jamais un déluge ne détruira la terre."

Bible anglaise du nouveau coeur
J'établirai mon alliance avec vous et toute chair ne sera plus jamais retranchée par les eaux du déluge, et il n'y aura plus jamais de déluge pour détruire la terre."

Bible mondiale en anglais
J'établirai mon alliance avec vous : toute chair ne sera plus retranchée par les eaux du déluge, et il n'y aura plus jamais de déluge pour détruire la terre."

Traduction littérale de Young
Et j'ai établi mon alliance avec vous, et toute chair n'est plus coupée par les eaux d'un déluge, et il n'y a plus de déluge pour détruire la terre.

Genèse 8:21
Quand l'Éternel sentit l'arôme agréable, il dit dans son cœur : « Jamais plus je ne maudirai la terre à cause de l'homme, même si chaque inclination de son cœur est mauvaise dès sa jeunesse. Et plus jamais je ne détruirai tous les êtres vivants comme je ai fait.

Genèse 9 :10
et avec tout être vivant qui était avec toi, les oiseaux, le bétail et toute bête de la terre, tout être vivant qui sortait de l'arche.

Genèse 9 :15
Je me souviendrai de Mon alliance entre Moi et vous et toute créature vivante de toute sorte. Jamais plus les eaux ne deviendront un déluge pour détruire toute vie.

Esaïe 54:9
« Car pour moi, c'est comme les jours de Noé, quand j'ai juré que les eaux de Noé ne couvriraient plus jamais la terre. J'ai donc juré que je ne serai pas en colère contre toi ni ne te reprendrai.

Et j'établirai mon alliance avec vous, et toute chair ne sera plus retranchée par les eaux d'un déluge et il n'y aura plus de déluge pour détruire la terre.

Genèse 8:21,22 Et l'Éternel sentit une douce odeur et l'Éternel dit dans son cœur, je ne maudirai plus la terre pour l'amour de l'homme pour l'imagination du cœur de l'homme est le mal depuis sa jeunesse et je ne frapperai plus jamais tout ce qui est vivant, comme je l'ai fait…

Esaïe 54:9 Pour ça est tel que les eaux de Noé à moi : car comme J'ai juré que les eaux de Noé ne traverseraient plus la terre, j'ai donc juré de ne pas m'irriter contre toi et de ne pas te réprimander.

Genèse 7 :21-23 Et toute chair mourut qui se mouvait sur la terre, aussi bien de la volaille, et du bétail, et de la bête, et de tout reptile qui rampe sur la terre, et tout homme : …

Genèse 8:21,22 Et l'Éternel sentit une douce odeur et l'Éternel dit dans son cœur, je ne maudirai plus la terre pour l'amour de l'homme pour l'imagination du cœur de l'homme est le mal depuis sa jeunesse et je ne frapperai plus jamais tout ce qui vit, comme je l'ai fait…

2 Pierre 3:7,11 Mais les cieux et la terre, qui sont maintenant, par la même parole, sont conservés en réserve pour le feu contre le jour du jugement et de la perdition des hommes impies.


40 citations puissantes et inspirantes en un mot

Trop souvent, nous avons besoin d'encouragement et de motivation pour avancer dans nos vies. Parfois, un petit coup de pouce est tout ce que nous voulons pour agir. Dans ces moments déprimés de la vie, un mot peut faire une grande différence. Peut-être qu'un étranger qui vient de dire « SOURIRE » pendant votre promenade matinale vous a fait sourire toute la journée. Ou, vous parcourez les médias sociaux et avez trouvé une citation en un mot, « INSPIRE ». Ces types de citations en un mot sont si inspirants et vous ramènent souvent à des événements mémorables de votre vie.

Vous voulez vous inspirer ? Ou, vous désirez vraiment motiver les gens qui vous entourent. Pourquoi ne pas utiliser de courtes citations inspirantes motivantes d'un mot ? Chaque citation de mot de cette liste peut être utilisée pour briser une mauvaise humeur ou pour vous motiver, vous dynamiser. Vous pouvez même partager ces citations d'un mot avec vos favoris et changer leur humeur. Fondamentalement, ces citations d'un mot sont des correctifs rapides qui peuvent réellement élever vos humeurs à tout moment. Alors, utilisez ces courtes citations inspirantes dans n'importe quelle situation et soyez motivé.

Citations Un Mot

Voici de courtes citations inspirantes en un mot pour chérir votre humeur.

    1. Inspirer – Soyez la raison pour laquelle les gens vous attendent avec impatience. Faites une différence dans la vie des autres en les inspirant.
    2. Le sourire – Laissez votre sourire changer le monde. Votre sourire peut faire de belles conversations. Assurez-vous de sourire.
    3. Respirer – Respirez profondément. Sortez pour prendre l'air et laissez votre corps respirer la bonne nature.
    4. Liberté – Vous êtes libre de partir. Profitez de l'air de la liberté et vivez votre vie.
    5. Infini – Mon ami, il est temps de rêver au-delà de l'infini. Allez sans limites.
    6. Heureux – Vous méritez vraiment d'être heureux et chéri. Faites des choses qui vous rendent heureux. Ne laissez pas les petites choses voler votre bonheur de quelque façon que ce soit.
    7. Mouche – Ne pensez pas à ce qui se passerait si vous échouiez ! Réfléchissez, et si vous voliez ?
    8. Rêver – Ayez le courage de poursuivre vos rêves. Vivez-les et agissez sur eux.
    9. Motiver – Il est temps d'être la meilleure version de vous-même. Lève-toi et frappe-le !
    10. Croire – Commencez à croire de tout votre cœur. Si vous croyez aux bonnes choses, tout est possible.
    11. Positif – Entraînez votre esprit à penser positivement. Ayez des pensées positives qui façonnent votre esprit et votre vie.
    12. Relaxer – Ne vous surchargez pas ! Prenez du temps pour vous et calmez-vous.
    13. Prendre plaisir – Vous ne vivez qu'une fois. Ce n'est pas une répétition. Profitez-en tous les jours !
    14. Espérer – Recherchez une lumière d'espoir chaque jour. Vous ne savez jamais à quoi ressemblera votre lendemain.

      1. Fantaisie – Parfois, nous avons besoin de fantaisie pour vivre dans la réalité. Il est normal de fantasmer et de regarder la vie sous un angle différent.
      2. Vivant – Donnez vie à votre existence. Célébrez votre présence à chaque seconde.
      3. Beau – Ce n'est pas seulement votre apparence physique – c'est la beauté de votre âme.
      4. Karma – Tout ce que vous faites vous revient. C'est la plus douce des vengeances !
      5. Amour – L'amour est un sentiment inestimable que vous appréciez. Pas une décision que vous prenez.
      6. Méditer – Passez quelques minutes et parlez à votre âme intérieure. Écoutez votre cœur et laissez-le vous engloutir.
      7. Buts – Vous avez de grands rêves ? Esquissez des objectifs plus ambitieux.
      8. Rire – Ne vous prenez pas trop au sérieux ! Trouvez une raison de rire tous les jours. N'est-ce pas la meilleure thérapie?

        1. Câliner – Y a-t-il quelque chose de plus beau qu'un câlin ?
        2. Bénir – N'oubliez pas que nous sommes tous bénis de différentes manières. Tu es béni et tu le sais !
        3. Imaginer – Vous êtes déjà tombé amoureux de l'imagination ? Imaginez simplement l'histoire et donnez-lui vie.
        4. Rivaliser – Concourez toujours au plus haut niveau. Soyez si bon que personne ne vous ignore.
        5. Chic – Soyez chic car cela agace les autres.
        6. Confiance – Laissez votre corps et votre esprit parler de confiance.
        7. Se concentrer – Ignorez le bruit autour de vous, concentrez-vous sur votre vision.
        8. Courageux – Lorsque vous vous sentez faible, soyez courageux. Lorsque vous trouvez un risque, soyez courageux. Seule la bravoure peut vous rendre fort.
        9. Bienheureux – Être heureux n'est pas quelque chose pour lequel vous travaillez. C'est quelque chose que vous suivez et que vous aimez.

          1. Errer – L'errance ne signifie pas que vous êtes perdu. Mais, cela montre en fait que vous êtes en vie.
          2. Opportunités – Vous n'avez que peu de chances de vous changer. Assurez-vous de profiter de l'opportunité qui se présente à vous.
          3. Gagner – Parfois, gagner n'est pas tout, mais le désir de gagner l'est.
          4. Erreur – Vous n'apprendrez rien de nouveau à moins de faire une erreur. C'est bien de faire des erreurs et d'en tirer des leçons.
          5. Apprécier – Pour vivre une vie meilleure, appréciez ce que vous avez dans votre vie.

            1. Pardonner – Si vous voulez vraiment panser vos blessures, pardonnez vite. Offrez-vous un cadeau et libérez-vous des énergies négatives.
            2. La créativité – Ce qui rend la vie intéressante, c'est la créativité constante de votre âme. Soyez un artiste créatif et montrez-le au monde.
            3. Force – Les personnes les plus fortes ne sont pas celles qui montrent leur force par leurs muscles mais par leur cœur.
            4. Succès – Il n'y a pas de raccourci vers le succès. Il faut travailler dur et foncer !

            Conclusion

            Vous sentiez-vous déprimé aujourd'hui ? Ou, si votre ami est anxieux, saisissez ces citations inspirantes en un mot et rendez-le heureux. Parfois, vous ne désirez pas de cadeaux coûteux ou de dîners somptueux, mais un mot d'un ami proche fait la magie. Voulez-vous motiver quelqu'un aujourd'hui? Choisissez une liste de mots et notez-la dans un message et partagez-la avec votre meilleure amie. Utilisez ces mots magiques et faites une petite différence dans la vie de quelqu'un d'autre. Comme la liste contient le mot « créatif », utilisez-le et réfléchissez à la manière dont vous pouvez être créatif avec ces citations. Si vous avez aimé toute la liste, partagez-la avec vos amis et votre famille dès maintenant. Votre seul mot peut faire la différence. Soyez la raison pour laquelle quelqu'un motive aujourd'hui.

            Et ensuite? Consultez notre autre collection de citations inspirantes de mots courts :


            Articles Liés

            Si le Messie n'est pas encore là, Israël appartient-il aux Juifs ?

            Les œufs de Pâque et les œufs de Pâques ont-ils une origine commune ?

            Si vous pensez que Jésus est né en l'an 0, vous vous trompez complètement

            Qu'est-ce que l'uniforme officiel du KKK a à voir avec les pénitents médiévaux de Pâques ?

            L'Apocalypse consiste en une description prophétique de la fin du monde. Son auteur s'identifie comme Jean, mais à part son nom, on ne sait rien de lui, et l'identification traditionnelle de lui avec Jean l'Apôtre n'est probablement pas vraie.

            Pourtant, quel qu'ait été ce Jean, il a joué un rôle décisif dans le façonnement de la conception chrétienne de la fin des temps eschatologique. John, qui a écrit Apocalypse en grec, a également attribué à la langue anglaise deux mots pour la fin des mondes : apocalypse et Armageddon. L'origine du premier est claire, mais celle-ci est déroutante.

            « Apocalypse » est un nom grec qui signifie « découvrir » ou « révélation ». C'est le premier mot du livre dans son grec original. Ainsi, comme c'était la pratique courante à l'époque, il est devenu utilisé comme nom du livre.

            Depuis que le livre décrit la fin du monde, son titre grec a commencé à être utilisé par les anglophones pour désigner la fin du monde elle-même, c'est ainsi que nous avons obtenu le mot apocalypse.

            L'origine du mot Armageddon est beaucoup plus difficile à expliquer.

            Évangélistes visitant Tel Megiddo - le site postulé d'Armageddon. Rami Chllouche

            De la bouche des dragons

            Dans Apocalypse, Armageddon apparaît au chapitre 16, où Jean nous dit qu'il a entendu « une voix forte du temple disant aux sept anges : ‘Allez, versez les sept coupes de la colère de Dieu sur la terre.’ »

            Il poursuit ensuite en décrivant ces « bols de la colère de Dieu » qui sont déversés sur la terre : le premier est une épidémie de « ulcères purulents », le second la transformation de la mer en sang et la mort de tous ceux qui y vivent le troisième est la transformation des fleuves en sang le quatrième est la brûlure du peuple par le fils brûlant le cinquième est « le royaume de la bête » étant plongé dans les ténèbres le sixième est l'assèchement du fleuve Euphrate.

            Puis avant d'atteindre le septième et dernier bol - un puissant orage accompagné de tremblements de terre massifs et d'une tempête de grêle aux proportions bibliques - il dit qu'« il les a rassemblés dans un endroit appelé en hébreu Armageddon » (16 :16).

            Qui exactement est rassemblé à Armageddon n'est pas exactement clair d'après le contexte. Il pourrait s'agir de "trois esprits impurs qui ressemblaient à des grenouilles" et "sortis de la gueule du dragon" ou "les rois du monde entier".

            Quoi qu'il en soit, selon Jean, juste avant la fin du monde, ils se réuniront à «un endroit qui en hébreu est appelé Armageddon».

            Quoi que John ait voulu dire par là, il est clair qu'il croyait que juste avant la fin du monde, quelque chose d'important se produirait là-bas. Plus tard, les théologiens chrétiens ont interprété cela comme signifiant que ce serait le site de la confrontation entre les forces du bien et du mal, qui se terminera évidemment par la victoire de Dieu et du bien.

            Mais d'où John a-t-il obtenu « Armageddon » ? L'interprétation la plus courante est que John mutilait les mots Har Megiddo, c'est-à-dire "Mount Megiddo." Mais où il a obtenu la phrase Har Megiddo depuis est un mystère que les érudits essaient d'expliquer depuis.

            La vue depuis Megiddo

            L'identification de la ville de Megiddo avec le site de l'apocalypse a un certain mérite, car elle est mentionnée plusieurs fois dans la Bible, de manière révélatrice, comme le site de plusieurs batailles épiques, telles que les Israélites contre les Cananéens (Juges 5:19) et Juda contre l'Égypte. Dans cette dernière lutte, le roi Josias, que la Bible appelle explicitement le meilleur des rois de Judée, a été tué :

            "Alors que Josias était roi, le pharaon Necho, roi d'Égypte, monta jusqu'à l'Euphrate pour aider le roi d'Assyrie. Le roi Josias partit à sa rencontre au combat, mais Necho lui fit face et le tua à Megiddo"
            (2 Rois 23 :29).

            Excavation Megiddo : Un quartier de petites maisons et d'ateliers Ariel David

            Le principal défi à l'interprétation selon laquelle Jean faisait référence à un texte hébreu qui parlait de Har Megiddo, est le fait que les Juifs n'ont jamais fait référence à un "Mont Megiddo" - et pour une bonne raison. Il n'y a pas de montagne à Megiddo. Tout au plus, le site pourrait être appelé une petite colline, ou plus précisément, un tell.

            En fait, lorsque la Bible fait référence à un élément géographique lié à Megiddo, il ne s'agit pas d'une montagne mais d'une vallée :

            Ce jour-là, les pleurs à Jérusalem seront aussi grands que les pleurs de Hadad Rimmon dans la plaine de Megiddo» (Zacharie 12 :11).

            Peut-être que John s'est juste trompé sur ce fait. Ou peut-être pensait-il que la vallée deviendrait une montagne. C'est flou.

            Un érudit nommé John Day, écrivant en 1994, a suggéré que John a mélangé le message eschatologique de Zacharie 12:11, qui présente Megiddo, avec le texte d'Ézéchiel 38 et 39), qui présente une montagne, mais pas Megiddo :

            Dans les années à venir, vous envahirez une terre qui s'est remise de la guerre, dont les gens ont été rassemblés de nombreuses nations dans les montagnes d'Israël, qui étaient depuis longtemps désolées.» (Ézéchiel 38 :8).

            Ce qui veut dire, peut-être que Jean a pris la montagne d'Ézéchiel et les plaines de Megiddo de Zacharie et s'est retrouvé avec le "Mount Megiddo". Peut-être.

            Une autre voie empruntée par les théologiens et les érudits suggère que le mot original était «megiddon”, pas du tout Megiddo – mais un mot dérivé de la racine GDD (ou GD-ayin), ce qui signifierait que la montagne en question était la montagne du “rassemblement” (ou “être coupé” – signifiant, “destruction”) .

            La traduction grecque de Zacharie 12 :11 peut se rapporter à « la plaine de Meguiddo » de cette manière, mais aucun de ces lieux de rassemblement en haute altitude n’apparaît nulle part dans les écrits hébreux qui nous sont parvenus.


            L'histoire

            Si c'est le cas, c'est parce que Facebook vous a identifié comme quelqu'un qui a le potentiel de diriger le groupe, car vous n'avez pas d'antécédents de violations.

            "Encores" est une série hebdomadaire en ligne mettant en lumière les performances passées de la scène historique Folger, rappelant la riche histoire de la programmation publique au Folger.

            Cinq des 10 plus grands incendies de Californie dans l'histoire moderne brûlent tous en même temps.

            Le Brésil a donc une histoire malheureuse de données sensibles qui se retrouvent sur Internet.

            Trois des plus grands incendies de l'histoire ont brûlé simultanément dans un anneau autour de la baie de San Francisco.

            En tant qu'exemple de bonnes politiques scientifiques et sociétales, l'histoire du fluorure est peut-être plutôt une mise en garde.

            Certaines caractéristiques de son histoire suggèrent pourquoi cela peut être le cas.

            Le puits, fantôme ou pas fantôme, est certainement un morceau d'histoire avec une présence audacieuse.

            "Lockheed Martin a une longue histoire de dénaturation des faits", a ajouté Wheeler.

            Bien que le ton condescendant de Huckabee - comme celui d'un professeur d'histoire à l'école primaire - le rend difficile à prendre au sérieux.

            L'aphorisme éculé du Français « L'histoire se répète » allait s'affirmer.

            Si cette plante indienne n'avait pas été découverte, toute l'histoire de certaines parties de l'Amérique aurait été bien différente.

            Be Bry dans son Histoire du Brésil décrit son utilisation ainsi que quelques détails intéressants concernant la plante.

            Je ne peux voir ni dans la science, ni dans l'expérience, ni dans l'histoire, aucun signe d'un tel Dieu, ni d'une telle intervention.

            L'histoire leur donne peu d'avis, et le gouvernement fédéral n'a pas réussi à les récompenser comme ils le méritent.


            Après le 11 septembre : L'avenir en un mot - HISTOIRE

            Recevez la newsletter de Creative Capital

            Polly Apfelbaum utilise un mélange unique de céramique, de bancs, de papier peint et de couleurs immersives dans son installation Pour l'amour d'Una Hale (cartes d'identité). Découvrez d'autres projets d'arts visuels.

            Dans MEME NOIR, Legacy Russell identifie des points à travers l'histoire qui ont ouvert la voie à la notion de « mème » telle que nous la comprenons aujourd'hui, ouvrant la voie à la construction de la viralité numérique. Découvrez d'autres projets d'arts littéraires.

            Le Center for Urban Intervention Research d'Ali Momeni est une communauté en ligne qui explore les interventions politiques urbaines qui tirent parti des technologies mobiles. Explorez d'autres projets d'art technologique.

            Meredith Monk et Ann Hamilton se sont associés pour créer pitié, une méditation sur la capacité humaine d'étendre et de retenir la compassion. Découvrez d'autres projets d'arts de la scène.

            Dans Changer la même chose : un pèlerinage américain Michèle Stephenson et ses collaborateurs créent une installation immersive en réalité virtuelle explorant l'histoire de l'esclavage, du lynchage et de l'incarcération de masse. Découvrez d'autres projets d'installation.

            Situé dans la Perse du XIXe siècle, Maryam Keshavarz’s Le dernier harem suit une musicienne rebelle travestie, son ascension au pouvoir et sa romance avec le garçon-roi Nasir. Découvrez d'autres projets d'images animées.

            À propos de nous

            Creative Capital est une organisation à but non lucratif qui soutient des artistes avant-gardistes et aventureux à travers le pays par le biais de financement, de conseils, de rassemblements et de services de développement de carrière.


            Tracer les émotions du 11 septembre — minute par minute

            Les gens se précipitent loin du World Trade Center en train de s'effondrer le 11 septembre 2001, après que deux avions détournés se soient heurtés aux deux tours de New York

            En rapport

            La façon dont nous nous référons aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 a toujours été glaciale. 151 un consensus tacite a émergé que l'événement serait étiqueté simplement 9/11. Pearl Harbor et l'assassinat de Kennedy n'ont jamais été simplement connus sous le nom de 12/7 ou 11/22, mais pour le 11 septembre, une désignation numérique semblait servir de mince bouclier contre le fait d'avoir à nommer &# 151 et donc de ressentir &# 151 la tragédie à chaque fois que nous en discutions.

            Si nous avons été parcimonieux avec ce que nous avons appelé le 11 septembre, nous en avons tout de même subi l'impact. Une étude nationale réalisée dans les mois qui ont suivi les attentats a révélé que 4 % des Américains souffraient de troubles de stress post-traumatique liés au 11 septembre, dont 11,2 % des New-Yorkais. Pour de nombreux employés de bureau qui ont fui les sites et les premiers intervenants qui y ont travaillé, ces symptômes persistent. Maintenant, un nouvel article publié dans la revue Sciences psychologiques a fourni une sorte de tableau de la fièvre de la façon dont les émotions de l'ensemble des Américains ont augmenté et diminué au cours de cette journée singulière. L'étude a tiré ses données d'une source surprenante et révélatrice : des messages envoyés sur des téléavertisseurs (ce qui se rapproche le plus des textos à l'époque) de personnes à travers le pays partageant des nouvelles de l'événement. (Voir le défi de commémorer le 11 septembre.)

            Une équipe de psychologues de l'Université de Mayence en Allemagne a collecté 573 000 lignes de texte à partir de 85 000 téléavertisseurs différents, comprenant 6,4 millions de mots. Les textes couvrent la période de 6h45 E.T. le 11 septembre, soit environ deux heures avant que le premier avion ne frappe, à 00 h 44 HE. le 12 septembre, ou 18 heures après. Tous les messages ont été publiés l'année dernière sur WikiLeaks et tous sont disponibles gratuitement depuis lors, mais personne ne les a soumis au genre d'analyse que l'équipe allemande a faite.

            Les chercheurs ont d'abord nettoyé le contenu des textes, en supprimant tous les codes techniques, les données de destination et tout ce qui n'était pas associé à une communication humaine réelle. Cela leur a laissé environ 29% du matériel d'origine. Ils ont ensuite exécuté tous ces échanges distillés via une forme de logiciel d'identification de la langue connu sous le nom de programme d'enquête linguistique et de comptage de mots. Le système a été amorcé pour rechercher des mots tels que pleurs et deuil (mesures de la tristesse), préoccupé et craintif (mesures de l'anxiété) et détester et agacé (mesures de la colère). Tristesse, inquiétude et fureur montante étaient les trois grandes émotions qui ont défini la journée, et l'analyse a révélé comment elles ont toutes changé selon les circonstances.

            La tristesse a été la moins labile, ou fluctuante, des réactions de la journée et ce n'est pas une surprise. Le chagrin et, plus tard, le chagrin sont des émotions cuites lentement, celles que nous nous permettons de vivre pleinement lorsque la crise initiale est passée et que la perte que nous avons vécue s'installe pour rester. Le 11 septembre, ce schéma était manifestement en évidence, dans la première heure qui a suivi l'attaque, les mots liés à la tristesse sont en fait tombés, passant d'un peu plus de 0,5% du matériel total à seulement 0,25%. Le nombre a oscillé dans cette fourchette toute la journée, augmentant légèrement après 14 h 49, lorsque le maire Rudy Giuliani a déclaré de manière mémorable que le décompte éventuel serait probablement "plus que ce que nous pouvons supporter". Il est remonté à 19h45. avec les premiers rapports détaillés des pompiers qui ont été tués sur les lieux, et a culminé à environ 1% du nombre total de mots à 22h45. Peut-être que la fatigue émotionnelle de la journée s'est installée, et peut-être que des détails ont été révélés qui ont rendu les décès évitables, en particulier la nouvelle que les pirates de l'air n'avaient été armés que de cutters. (Voir les couvertures du 11 septembre de TIME.)

            L'anxiété était une autre histoire. Contrairement à la tristesse, l'anxiété est une sorte d'émotion flash-papier, rapide à s'enflammer et rapide à s'atténuer une fois qu'une sorte de réconfort est disponible. Encore et encore tout au long de la journée, l'anxiété est montée et descendue, atteignant un pic à 10 h 05, lorsque la tour sud est tombée à 11 h 26, lorsque United Airlines a signalé le crash du quatrième jet détourné en Pennsylvanie à 16 h 00, lorsque Oussama ben Laden a d'abord été largement cité comme l'auteur probable des attentats et à 20h30, lorsque le président George W. Bush s'est adressé à la nation, confirmant que "des milliers de vies ont été soudainement détruites par le mal". Mais le discours de Bush, comme tous les autres événements déclencheurs, a été suivi d'un retour rapide aux niveaux d'anxiété de base. Pour cela, les médias, le Web et la tendance des gens à faire passer le mot de tout ce qu'ils ont appris sont tous reconnus.

            "Le rétablissement immédiat de l'anxiété", ont écrit les chercheurs, "pourrait s'expliquer par la diminution de l'incertitude peu de temps après chaque événement, à la suite de la diffusion de l'information".

            En ce qui concerne la colère, il n'y a pas eu de retour à la ligne de base, et à certains égards, comme en témoigne la récente colère suscitée par la proposition de construire un centre communautaire islamique près de Ground Zero, il n'y en a jamais eu. Le 11 septembre, la colère a commencé dans un creux statistique, représentant environ 0,25% du total des mots du texte à 8h45. Elle a grimpé tout au long de la journée, atteignant près de 2,5% à la fin de la période d'étude - environ six fois plus, en moyenne, que la tristesse ou l'anxiété, et près de 10 fois plus qu'elle ne l'était juste après les attaques. Presque toutes les nouvelles ont attisé l'indignation nationale, bien que les deux discours présidentiels (le premier ait eu lieu à 13 h 04) aient brièvement refroidi le sang-froid.

            "Les discours du président Bush, qui peuvent être interprétés comme une action indirecte de la colère des gens, n'ont conduit qu'à une pause temporaire dans l'augmentation de la colère", ont écrit les chercheurs. "Au lieu de cela, la colère s'est accumulée au cours de la journée."

            Les résultats de l'étude, souligne l'équipe allemande, offrent plus qu'une nouvelle perspective sur une journée vécue et revécue de manière exhaustive. Au contraire, les données peuvent être utiles pour comprendre comment les émotions humaines sont générées et résolues, et comment toute société peut mieux faire face à ces sentiments, en particulier la colère. "On the one hand," conclude the scientists, "anger might have been helpful for regaining a sense of control over the tide of events . On the other hand, anger is known to predict moral outrage and a desire for vengeance, which — once aroused — seem to require an outlet."

            That may be worth remembering on a national level, as American troops remain bogged down in Afghanistan and American combat forces only now quit Iraq. It may be worth remembering on an individual level too, as a Muslim cab driver in New York City begins to heal following last week's knife attack by an Islam-hating passenger. We can do little about the anger, anxiety and grief we feel after an event like 9/11. We can do much, however, to determine how we respond to those feelings.


            What Did It Feel Like to be Inside the World Trade Center at the Time of the 9/11 Attacks?

            I arrived for work that morning on the 77th floor of World Trade Center Tower 2 around 8 a.m. It was a bright, beautiful morning, and you could see seemingly forever out the floor to ceiling windows of the building. My company had offices on the 77th and 78th floors. My office was on the 77th, facing the north tower.

            I was standing in the hallway outside my office talking to a co-worker when I heard a tremendous explosion at 8:46 a.m. I looked into my office (office wall was floor-to-ceiling glass) and saw a gaping hole in the south side of WTC1. We had no idea what had happened. No part of the plane was visible (it had hit WTC1 from the North—the opposite side from where my office faced).

            Eventually, word filtered in from somewhere that it was a plane that hit the building. We didn’t know whether it was a commercial jet or a private plane like a Gulfstream. It also did not occur to me at the time that it was a terrorist attack. I just assumed it was a terrible accident.

            At some point, I saw people appear at the edge of the gaping hole. Smoke was pouring out, and while I don’t recall seeing much in the way of flames, it was clear that there was a raging fire going on inside the building. I saw a number of people jump to their death, desperate to get away from the heat/flames.

            It’s hard to express what I felt at that point, because I can only describe it as shock. Your mind cannot really comprehend what is happening—almost an overload state. You see it with your eyes, but you are somehow mentally detached from it at the same time.

            I called my wife to let her know what was happening. She was just walking out of Penn Station on her way to work. I quickly apprised her of the situation and told her that within a few minutes there would probably be pandemonium as people learned what had happened. I assured her that I was OK, and my building was not impacted. I told her I’d call her again when I could.

            Many of my co-workers began to leave the building immediately after the plane hit. For various reasons, I decided to stay. This was partially because I believed that it was an accident, and I was in no immediate danger. I was head of technology for a financial information firm at the time. Based on what I was seeing, I figured it might be days or weeks before we could return to our offices, so there were many things I needed to attend to so that operations could be moved to an off-site location.

            At some point, I left my office and took the escalator in our space up to the 78th floor. We had a large conference room there with a projector and cable TV, so I wanted to get the news on to see what was happening. I turned on CNN. Information looked pretty sketchy, but I decided to return to 77 to inform my remaining co-workers that I had TV coverage on upstairs if they wanted to come up.

            I returned to my office and decided to call my mother. A few seconds after hanging up the phone at 9:03 a.m., I felt a violent jolt and then a falling sensation. I remember thinking that the building was coming down, and it was the end. The impact caused the building to sway heavily. It was actually designed to sway to a certain degree as the towers have to withstand high winds on a regular basis, but this was far beyond anything I’d ever felt before.

            Eventually the building stabilized. Much of the ceiling had come down, and I could feel the breeze from blown out windows on the other side of the floor. This felt oddly disconcerting since none of the windows were designed to open in the WTC.

            At that point, I honestly didn’t know what had happened. Strangely enough, my first thought was that WTC1 somehow exploded, and what we experiencing was the impact of that.

            I found myself outside my office with a number of co-workers. There was a ton of dust and debris in the air, and the electricity was out. While I was covered in dust and other particles, I was not injured. We (about ten of us) made our way to the stairwell on the NE side of the building.

            Upon arriving at the stairwell, we ran into some people who had apparently just come down from the 78th floor. One woman had a severe laceration on her arm. While the wound was quite serious, it did not appear to be life threatening. There was some brief discussion about going up (I cannot recall why), but the injured woman or someone she was with mentioned that everyone was dead on the 78th floor.

            I later found out that United Airlines flight 75 had slammed into the southwest face of the tower, creating an impact hole that extended from the 78th to 84th floors. Apparently the conference room that I had been standing in just a few minutes before was now obliterated. Had I decided to stay up on 78 instead of returning to my office when I did, I would not be alive today.

            Tragically two co-workers who I considered personal friends apparently took an opposite path that day, making their way from the 77th floor to their offices on the 78th floor just before the impact. I never saw them again.

            Seemingly insignificant decisions a person made that day determined whether they lived or died. It’s still something that’s a bit hard to fully come to terms with.

            Unbeknown to me at the time, my wife had arrived at work at the Midtown financial firm where she worked, right around the time my building was hit. The WTC towers were clearly visible from the trading floor of her firm. While we’d spoken earlier and she knew I was OK, that was before the second plane hit WTC2. She knew I was still in the building at the time, and she knew what floor I worked on, so at that point, she had no idea whether I was still alive.

            Once we got into the 77th floor stairwell, I recall jet fuel pouring down the stairs. I mentioned previously I was definitely in some form of shock at that time and not thinking rationally. Having worked as a baggage handler at JFK airport for a summer (ironically for United Airlines of all companies), I knew what jet fuel smelled like. Still, I could not put one and one together and make the connection that a jetliner had just crashed into the building only a few feet above my head and split open, spilling the contents of its fuel tanks into the building core.

            We slowly made our way down the 77 flights of stairs. A woman there who worked for me at the time was about six months pregnant, so we went slowly in order to stay with her and help her down.

            At some point, I remember passing a number of firefighters heading up the stairs. They had a full set of gear on, and they looked weary and frightened, yet they continued up past us. It’s hard to put into words what I feel for the firefighters who sacrificed everything that day in order to try to help others. Reverence is about as close as I can get.

            Eventually, we exited the stairwell and made our way into the mall connecting the WTC complex. I recall thinking that we were still alive and basically were out of danger. It was then that I saw police officers or firefighters yelling and waving at us frantically to get out of the building, and we quickened our pace.

            We exited the mall in the northeast corner near the Millennium hotel. We were standing on the street, and it was chaos. I was with a colleague and my boss at the time. There was debris falling off the building, and my boss suggested we get out of the area.

            We began walking north. We had gotten maybe five blocks away when we heard a large rumble and saw a massive dust cloud to the south of us from the direction we came. Word eventually filtered up through the crowd that WTC2 where my office resided had just fallen. It was a strange and surreal experience. Thoughts flooded through my mind like, how many people just lost their life? Do I still have a job? Even a mental inventory of the things that were in my office that no longer existed.

            Words with my co-workers which I cannot recall were exchanged, and I decided to set off on my own to try to get home and reach my family to let them know I was OK. I eventually walked over the Williamsburg Bridge, caught a bus in Brooklyn heading for Queens, and then flagged down a gypsy cab in Queens to take me to my home in Port Washington, Long Island.

            I eventually got through to my family via phone to let them know I was safe. I also spoke with the president of the company who was down in Florida at the time. He later told me that I was speaking very quickly and not making much sense. I guess the events of the day had taken their toll on me.

            I made it home a number of hours later. My mother-in-law was there with my daughters, but my wife was still trying to make her way home. I walked in and hugged my two daughters like I had never hugged them before.

            The rest of the night was mostly a blur. I spent most of it on the phone trying to account for every employee in the company. It was emotionally draining, but necessary work. I think I collapsed for a couple of hours, and then was picked up by one of the guys that worked for me to head to Philadelphia where my company had a smaller office.

            I recall driving down the Brooklyn Queens Expressway and passing the downtown area, seeing a massive plume of smoke still rising from the WTC site. I can only describe it as surreal.

            At some point during the trip, I received a phone call from a relative of an employee who had not yet been heard from. I tried to remember where and when I had last seen the person. It was one of the most difficult and emotional conversations I’ve ever had in my life.

            We arrived in Philadelphia later that morning to ensure that we had accounted for all of our employees to the best of our ability, and then to set about the task of trying to resurrect a business that was basically in tatters.

            I still had not had a chance to really process what had happened, but I realized that unless we immediately got to work, hundreds of people were going to lose their jobs.

            It wasn’t until later that night when I checked into my hotel, about 36 hours after it had all begun, that I had a chance to turn on the TV and watch a full account of the events. Sitting there in front of the TV, it was like a floodgate had opened, and my mind finally had a chance to deal with the tragedy and all the emotions that went with it.


            9-11 Commission, Homeland Security, and Intelligence Reform

            Senators Lieberman and McCain authored the legislation that created the 9/11 Commission to investigate why America's defenses failed leading up to September 11, 2001, and how to prevent a catastrophic attack from happening again. Senators Lieberman and Collins subsequently crafted legislation to implement the Commission's recommendations and have worked ever since to ensure those laws are working to protect the American people to the greatest extent possible.

            The Committee has originated a series of bipartisan legislative initiatives enacted by Congress and signed into law to organize and coordinate the federal government&rsquos vast resources more effectively to prevent, prepare for, and, if necessary, respond to and recover from terrorist attacks or natural disasters, while also strengthening the capabilities of state and local governments, first responders, and the private sector.

            In 2001 and 2002, the Committee led the effort to consolidate the 22 disparate agencies and bureaus responsible for disaster preparedness, prevention, and response into one Department of Homeland Security with the unified purpose of protecting the homeland. The Homeland Security Act passed Congress in November 2002.

            The 9/11 Commission produced its best-selling report in July 2004, and the Committee promptly drafted legislation to implement its main recommendations. Congress passed the Intelligence Reform and Terrorism Prevention and Act of 2004, which created a Director of National Intelligence to coordinate the work of 15 federal intelligence agencies and established a National Counter Terrorism Center to analyze intelligence information &ndash &ldquoconnecting the dots&rdquo so the government could take effective action to detect, prevent, and disrupt terrorist activity.

            To ensure appropriate oversight from Congress, the Senate expanded the Committee&rsquos jurisdiction in S. Res. 445 and changed the Committee&rsquos name to the Homeland Security and Governmental Affairs Committee.

            The new Department of Homeland Security was tested for the first time when Hurricane Katrina, the largest natural disaster in recent U.S. history, struck the Gulf Coast in August 2005. The inadequate response by all levels of government to this disaster underscored the need to better prepare for both natural disasters and terrorist attacks. After a Committee investigation that included 24 hearings, review of over 840,000 documents, and interviews of more than 320 people, the Committee released the only Congressional bipartisan report on Hurricane Katrina entitled, Hurricane Katrina: A Nation Still Unprepared.

            Based on the findings of this investigation, the Committee drafted and Congress enacted the Post Katrina Emergency Management Reform Act of 2006, which strengthened the Department&rsquos ability to protect the nation from &ldquoall hazards&rdquo &ndash whether natural or man-made.

            In 2006, the Committee also worked with others to draft the SAFE Port Act of 2006, which was signed into law in October. This legislation strengthened the security of the nation&rsquos ports by, among other things, establishing a dedicated port security grant program. Congress also adopted chemical security legislation in October 2006 &ndash building on the Committee&rsquos work - to allow the Department of Homeland Security to begin regulating the nation&rsquos highest risk chemical plants.

            In 2007, Senators Lieberman and Collins led the Senate effort to enact additional recommendations from the 9/11 Commission report and to improve the Department of Homeland Security&rsquos existing efforts to protect the nation&rsquos security. The Implementing Recommendations of the 9/11 Commission Act of 2007 established a fair and stable formula for distributing homeland security grant programs, over 90 percent of which would be allocated based on risk. The Act also required screening of all cargo carried on passenger airplanes within three years gave protection from lawsuits to vigilant citizens who in good faith report suspected terrorist activity targeting airplanes, trains, buses created a dedicated interoperability grant program to improve emergency communications for state and local first responders and authorized more than $4 billion over four years for rail, transit, and bus security grants.

            The Committee also worked on and approved legislation to strengthen the federal government's ability to respond to an attack using weapons of mass destruction, and legislation to improve the security of the nation's laboratores using the most lethal biological pathogens.

            In 2011, to mark the tenth anniversary of the September 11 terrorist attacks, the Committee launched a series of hearings to review the efficacy of the laws it had passed over the past decade and to assess additional needs for the future.