Informations

Critique : Tome 55 - Football


Titre: f00TBALL-wAS-lIVERP00L-n0STALGIC/DP/1844258254/REF=SR_1_1?S=B00KS&IE=utf8&QID=132o865564&SR=1-1">Liverpool

Auteur: Peter Hooton

Éditeur:

Éditeur: Éditions Haynes

Prix: £10.99

Librairie: Amazone

Site Internet: Liverpool

Catégorie:

Il s'agit d'une collection unique et magnifique de photographies du Liverpool Football Club depuis les tout premiers jours jusqu'en 1992, fraîchement sélectionnées parmi des milliers d'images dans les vastes archives du "Daily Mirror's". Ces superbes photos, dont beaucoup sont inédites, documentent l'ascension du club de football le plus titré du football anglais. Les premiers jours et les équipes gagnantes du championnat du début des années 1900, les "intouchables" des années 20, l'arrivée du "messie" Bill Shankly après les années de vaches maigres des années 30, 40 et 50, les triomphes des Les années 60, 70 et 80, les tragédies du Heysel et de Hillsborough - tout est là. Ce livre fera revivre les époques, les personnalités et les histoires humaines.

Il s'agit d'une collection unique et magnifique de photographies du Manchester City FC du début des années 1900 jusqu'à juste avant le millénaire, sélectionnées dans les vastes archives du Daily Mirror. Capturant l'essence même de ce célèbre ancien club et de ses supporters, When Football Was Football rappelle une époque révolue où la vie - et le jeu - semblaient beaucoup plus simples. Des années de gloire du club aux nombreux triomphes en coupe, en passant par les enfants de la rue ayant un coup à l'extérieur de Maine Road - c'est un livre illustré pas comme les autres, parsemé d'histoires et d'histoires rarement racontées sur la façon dont un petit club de football amateur est devenu l'un des les grandes puissances du jeu. Mais ce n'est pas page après page d'images que vous avez vues une douzaine de fois auparavant. Ce livre est une riche tapisserie de personnes, de joueurs et d'expériences, bonnes, mauvaises ou autres. En contraste frappant avec l'environnement soigneusement contrôlé d'aujourd'hui dans lequel évoluent les meilleurs footballeurs, il y a des photos de la première équipe des Bleus s'entraînant sur un parking mouillé avant le derby de Manchester, Bert Trautmann signant un autographe dans une rue déserte de Londres et des photos des personnes qui ont vraiment fait de ce club - ses magnifiques supporters. Des images en noir et blanc d'il y a des décennies, de glorieuses photos en couleur des années soixante et soixante-dix et au-delà, c'est un livre que tout fan de City doit simplement posséder.

Quiconque s'intéresse au football a des souvenirs de matchs importants, lorsque son équipe a joué brillamment (ou même perdu de façon spectaculaire). Certains pourraient être les meilleurs matchs qu'ils aient jamais regardés - des matchs n'impliquant pas nécessairement l'équipe qu'ils soutiennent - d'autres pourraient être « une première », tandis que d'autres pourraient être des matchs de football dont une génération plus âgée a parlé, présentés comme des exemples de la façon dont le football était. These Were the Games parle de matchs de football fascinants des 100 dernières années. Qui était Max Seeburg ? Il est devenu le premier footballeur étranger à jouer pour un club anglais en 1923 lorsqu'il s'est présenté pour les Spurs contre Hull City en 1908. La finale de la Coupe du 'Cheval blanc' de 1923, mais qui a joué qui ? Cinq ans plus tard, Newcastle United battait Aston Villa 7-5 dans un match remarquable à St James' Park. Faisiez-vous partie des 146 422 personnes qui ont payé pour voir le Celtic battre Aberdeen lors de la finale de la Coupe d'Écosse en 1937 ? Tout le monde tient désormais les projecteurs pour acquis, mais quel a été le premier match à être joué entièrement sous les projecteurs et quel a été le score ? C'était Portsmouth contre Newcastle United en 1956, mais vous devrez acheter le livre pour en savoir plus.

Ce titre présente les années 1960 et le premier footballeur à 100 £ par semaine (Johnny Haynes - maintenant il y a une coïncidence !). Le football était l'apanage de l'ouvrier qui assistait en grand nombre aux matchs. C'était une quête de la classe ouvrière qui attirait les gens par un tribalisme féroce et une loyauté envers « votre équipe ». Avec l'avènement des footballeurs payés bien au-dessus du salaire national, il est passé d'un sport à une entreprise. "When Football Was Football" est un livre entièrement illustré qui nous emmène à travers le siècle du football anglais à partir des archives photographiques et écrites du "Daily Mirror". . "Ce n'est pas une question de vie ou de mort, c'est plus important que ça" - Bill Shankly. Les photographies clés et inédites incluront : 1905 - Chelsea formé au pub The Rising Sun (maintenant The Butcher's Hook) et Fulham Road ; 1926 - Huddersfield devient la première équipe à remporter la ligue trois fois de suite ; 1928 - Chelsea et Arsenal deviennent les premières équipes à jouer avec des numéros de maillot (25 août) ; et 1939 - La Ligue est abandonnée trois matchs dans la saison avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.


Test du téléviseur QLED Q90/Q90T de Samsung

Le Samsung Q90T est un excellent téléviseur QLED 4k. Il est riche en fonctionnalités et offre une qualité d'image époustouflante dans presque tous les types de contenu. Son design simple et élégant devrait s'intégrer facilement dans n'importe quelle pièce, et il fonctionne bien dans les environnements sombres ou lumineux. La gestion des mouvements est superbe grâce à son temps de réponse incroyablement rapide et à sa fonction d'insertion de trame noire, et les joueurs devraient être satisfaits de son décalage d'entrée exceptionnellement faible et de sa prise en charge FreeSync. Le contenu HDR est livré avec des couleurs vives et des reflets brillants, car il possède une gamme de couleurs impressionnante et une luminosité de pointe élevée. Son interface Tizen OS est facile à naviguer et de nombreuses applications sont disponibles. Il y a quelques problèmes d'uniformité mineurs qui peuvent décevoir les fans de sport, mais dans l'ensemble, c'est un téléviseur qui devrait satisfaire la plupart des gens.


La police a tiré 55 fois sur Willie McCoy. Une enquête l'a qualifié de 'raisonnable'

Les policiers californiens qui ont tué Willie McCoy, un jeune de 20 ans qui dormait dans sa voiture, lui ont tiré 55 balles en 3,5 secondes – ce qui était « raisonnable », selon le consultant engagé par la ville de Vallejo.

Les autorités ont révélé le nombre extraordinaire de coups dans un rapport publié cette semaine, des mois après que six policiers ont abattu le rappeur en herbe qui s'était endormi dans sa voiture dans un Taco Bell. Le meurtre du 9 février, que la famille de McCoy a qualifié d'« exécution par un peloton d'exécution », a déclenché l'indignation nationale et a conduit à un examen minutieux du recours fréquent à la force meurtrière par le département de police de Vallejo et des antécédents d'inconduite et d'abus.

Le rapport de 51 pages de David Blake, un «expert» rémunéré et officier à la retraite, a conclu que le meurtre était «conforme à la formation contemporaine et aux pratiques policières associées à l'utilisation de la force meurtrière». Il a déclaré que « les 55 coups tirés par 6 officiers en

3,5 secondes sont raisonnables sur la base de ma formation et de mon expérience en tant qu'instructeur de tir ainsi que grâce à la psychologie appliquée des facteurs humains ».

Des proches de McCoy, un rappeur bien-aimé de la Bay Area dont la carrière était en plein essor au moment de sa mort, ont déclaré avoir appris le décompte des balles dans des reportages.

"Ce qu'il dit, c'est qu'il n'y a jamais eu d'intention réelle d'essayer de résoudre cette situation dans laquelle la vie de mon frère serait toujours intacte", a déclaré mercredi Marc McCoy, le frère aîné de Willie, au Guardian, ajoutant que beaucoup aux États-Unis étaient devenus insensible à ce niveau de brutalité policière : « Notre communauté est tellement habituée à ce type de violence.

Les six policiers ont encerclé la voiture de McCoy avec des armes dégainées après qu'un employé de Taco Bell a appelé la police pour signaler un homme inconscient dans sa voiture au volant. Le service de police de la ville, à 30 miles au nord-est de San Francisco, a insisté sur le fait que les policiers avaient tiré par "crainte pour leur propre sécurité", alléguant que McCoy avait mis une arme sur ses genoux.

Les policiers qui ont tué Willie McCoy, un jeune de 20 ans qui dormait dans sa voiture, lui ont tiré 55 balles en 3,5 secondes. Photographie : YouTube | Ville de Vallejo

Mais les images de la caméra corporelle, diffusées après d'importantes pressions publiques, jettent des doutes sur certaines parties du récit de la police. Les vidéos ne montraient que McCoy bougeant sa main pour se gratter l'épaule avant que les policiers n'ouvrent le feu. La police n'a pas essayé de le réveiller ou d'annoncer qu'il s'agissait d'officiers, et sa famille et leurs avocats ont déclaré qu'il semblait clair que McCoy n'était pas alerte ou réveillé lorsque la police a tous ouvert le feu.

Sans rapport officiel sur le nombre de coups, les proches de McCoy avaient auparavant été contraints de se fier à leurs propres estimations après avoir vu son corps, criblé de balles au visage, à la poitrine, à la gorge, aux bras et ailleurs, le rendant méconnaissable.

"C'est un niveau de force inconstitutionnel", a déclaré Melissa Nold, avocate de la famille, ajoutant que les 55 balles étaient un autre rappel de la stratégie de la police ce soir-là : "Vous voulez vous assurer que cet être humain ne survit pas".

La ville a accepté de payer jusqu'à 8 000 $ pour le «rapport d'expert» sur l'analyse des «facteurs humains et de l'usage de la force» par Blake, selon les documents contractuels obtenus par le Vallejo Times-Herald. Blake a l'habitude de rédiger des rapports similaires concluant que les meurtres des forces de l'ordre étaient raisonnables.

Il a été embauché comme « expert extérieur » pour enquêter sur le meurtre en 2018 de Stephon Clark, un homme de Sacramento non armé de 22 ans tué dans le jardin de sa famille. Ces officiers ont affirmé avoir pris le téléphone portable de Clark pour une arme à feu, et Blake a déterminé que les coups de feu mortels étaient « raisonnables ».

Blake a défendu le volume élevé de balles tirées sur McCoy en faisant des déductions sur l'état mental des officiers. Il a déclaré que les officiers étaient "généralement entraînés à tirer jusqu'à ce que la menace soit neutralisée" et qu'ils ont probablement continué à tirer en partie à cause du "stress aigu" et du "chaos causé par les bruits de coups de feu, de débris et de lumières montées sur des armes se reflétant sur le pare-brise brisé ».


La purée de monstre

Selon le stade dans lequel vous jouez, le terrain est jonché de scies circulaires, de mines terrestres, de douves empoisonnées et de pièges à pointes qui peuvent tuer vos joueurs. Votre équipe, bien sûr, a des sauvegardes pour chaque joueur de position, mais si tous ses quarts sont abattus au cours d'un concours par ces dangers ou d'autres, vous perdez automatiquement la partie. Les joueurs moins avertis peuvent désactiver la mort permanente, de sorte que les joueurs retournent sur le champ de bataille après avoir été complètement détruits. Vous pouvez également perdre vos orcs, robots, extraterrestres, squelettes et humains mutés alors que leurs barres de santé diminuent en raison de tacles durs, de coups tardifs et de sales tours.

Chaque équipe a deux sales tours offensifs et défensifs qui sont conçus pour changer le déroulement du jeu en votre faveur. Comme les dangers sur le terrain, les coups sales varient selon l'équipe. Mes New Yuck Tyrants, par exemple, ont le sale tour Warp Speed ​​qui permet à un joueur offensif de se déplacer avec une super vitesse pendant quelques secondes. Si vous êtes profondément dans votre propre territoire, Warp Speed ​​peut vous rapprocher facilement du milieu de terrain. Si vous êtes dans la ligne des 50 mètres de votre adversaire, Warp Speed ​​garantit à peu près un touché. Et le sale tour du fusil de chasse voit le quart-arrière d'une équipe sortir une arme à feu et dévaster la défense avec plusieurs explosions au bon moment alors qu'il court vers un premier essai.

Malheureusement, Mutant Football League ne vous dit pas toujours s'il est possible de contrecarrer ces super exploits potentiellement maîtrisés. Le jeu mentionne que si un joueur boosté par Warp Speed ​​entre en contact avec quoi que ce soit, le bonus est immédiatement perdu, mais ne donne pas de compteur pour la capacité Thunderclap, qui invoque un éclair pour provoquer un échappé (ou même la mort). En revanche, chaque sale tour ne peut être utilisé qu'une fois par moitié. Comme la mort permanente, les sales tours peuvent être désactivés dans le menu des paramètres du jeu.

C'est une chance, car certains sales tours coupent brutalement le vent dans vos voiles. Peu de choses sont aussi frustrantes que de lâcher une longue bombe, mais le down est inversé parce que l'équipe défensive a soudoyé l'arbitre. Vous pouvez choisir de tuer l'arbitre, ce qui est un sale tour universel, mais c'est un pari car vous ne savez pas quand un rival peut contre-corrompre l'arbitre.

Mutant Football League propose également une émission de mi-temps qui consiste en un jeu de tir de style Smash TV dans lequel vous devez essayer de survivre à des vagues d'attaquants zombies pendant une minute. Si vous le faites, vous pouvez ressusciter l'un de vos joueurs morts. C'est une mécanique simple, mais bienvenue, qui peut potentiellement changer le cours du jeu, surtout si vous relancez un joueur de niveau franchise.


Examen du projet de NFL de l'équipe de football de Washington 2021

Le meilleur joueur : LB Jamin Davis

Lors du repêchage de la NFL en 2021, l'entraîneur-chef Ron Rivera semblait déterminé à répondre à leurs besoins en tant que secondeur. Alors pourquoi ne pas le faire au premier tour ? Le secondeur du Kentucky Jamin Davis est exactement ce que voulait Rivera – un leader athlétique qui peut jouer de touche à touche. Davis a une excellente longueur et une rafale initiale et a vu son stock monter en flèche vers la fin du processus de pré-draft. Davis est plutôt rude sur certains bords, mais si Rivera le développe correctement, il peut devenir rapidement un très bon joueur.

Le casse-tête : Camaron Cheeseman

Voici le problème – l'équipe de football de Washington a eu un repêchage parfait de bout en bout. Ils ont ajouté du talent sur tout le terrain et ont obtenu les gars avec lesquels ils voulaient compléter la liste. Cela inclut Camaron Cheeseman, qui mérite tout simplement d'être reconnu pour avoir l'un des meilleurs noms du repêchage. Le long vivaneau a été pris avec le 225 e choix au total, ce qui, selon certains, aurait pu aller à une autre position privilégiée. Quoi qu'il en soit, Cheeseman est dans la NFL, et les fans ne pourraient pas être plus heureux !

La surprise : Dyami Brown

D'une certaine manière, la surprise n'est pas que Washington ait débarqué Dyami Brown, plutôt quand. Alors que le prix «The Steal» revient à un autre choix, Brown a également de très bons arguments pour être l'un des meilleurs vols de tout le repêchage. Pris avec le 82 e choix au total, Brown est un joueur qui aurait dû partir tôt le deuxième jour. Il est une menace en aval qui a couru un temps de course de 4,44 à 40 verges et a des mains très fiables. Compte tenu des compétences de suivi du ballon de Brown, on pourrait s'attendre à ce qu'il ait un impact précoce à Washington en tentant d'étirer le terrain cette saison.

Le vol : Samuel Cosmi

Un autre des plus grands besoins de Washington était le tacle gauche. Depuis le départ de tout Trent Williams, l'équipe est à la recherche de son remplaçant. Eh bien, ils l'ont trouvé. Le plaqueur offensif texan Samuel Cosmi est un espoir de plaqueur gauche brut qui a un plafond très haut. Debout à 6'6" et 614 livres, Cosmi est un bloqueur physique et athlétique qui a besoin d'affiner sa technique. Néanmoins, son talent aurait pu le voir participer au premier tour, faisant de sa sélection à la 51e une énorme affaire pour Washington.

Le plus susceptible de faire tourner les têtes pendant le camp d'entraînement : Shaka Toney

L'équipe de football de Washington a un front sept très profond. C'est la force de l'équipe, avec Chase Young, Jonathan Allen et bien d'autres menant la charge dans les tranchées. Pourtant, les fans devraient rechercher le choix de septième ronde Shaka Toney pour se tailler un rôle avant le début de la saison. C'est un rusher dynamique avec une grande courbure autour du bord. Il devra peut-être se muscler davantage pour gérer les tâches défensives 4-3, mais avec ses compétences de précipitation naturelles, Toney pourrait s'entraîner à jouer un rôle de précipitation de passes en situation.

Le reste

Au troisième tour du repêchage, Washington a décroché le demi de coin du Senior Bowl Benjamin St-Juste et l'ailier rapproché John Bates. St-Juste est un demi de coin grand et dégingandé qui est brut avec une taille et des compétences de tacle qui méritent d'être développées. Pendant ce temps, en repêchant l'ailier rapproché de Boise State John Bates au quatrième tour, Washington obtient un autre gros ailier rapproché qui excelle en tant que bloqueur et a des mains fiables.

Au cinquième tour, Washington a pris la sécurité de Cincinnati, Darrick Forrest. La sécurité est meilleure dans la surface, jouant contre la course et couvrant les extrémités serrées. Dans une division avec Evan Engram, Zach Ertz et d'autres extrémités serrées, la capacité de couverture de Forrest sera utile. De même, Washington a ajouté plus de profondeur le long de sa ligne défensive à William Bradley-King. Le 240 e choix global a la taille et les caractéristiques de précipitation nécessaires pour être une pièce de rotation de qualité.

Enfin, Washington a clôturé son repêchage en prenant le receveur large Dax Milne. Le récepteur BYU mesure 6 pi 1 po et 193 livres, ce qui apporte un bon fonctionnement à l'unité. C'est un grand athlète polyvalent avec d'excellentes compétences en matière de suivi de balle.

Lors du repêchage de la NFL en 2021, l'équipe de football de Washington avait simplement besoin d'ajouter des talents pour compléter sa liste. En ayant un repêchage bien équilibré qui a répondu aux plus grands besoins de l'équipe, il est sûr de dire que Ron Rivera et sa compagnie l'ont tué le week-end de repêchage.


  • L'examen a révélé que la réponse de Collingwood aux incidents racistes était « mieux inefficace »
  • Collingwood a le rapport depuis décembre, mais n'a divulgué aucun détail à ce sujet
  • Il formule 18 recommandations, dont un processus de "vérité" et un soutien aux talents issus de diverses communautés

Bien qu'il ait été fait référence aux allégations de racisme dans l'AFL de manière plus générale, l'histoire de Collingwood avec le racisme a été décrite comme "distincte et flagrante", la direction du club, "en particulier son conseil d'administration", devant conduire un changement structurel.

Il décrivait une culture d'"individus, sinon tout à fait plus gros que le Club, du moins ayant un degré d'influence malsain sur la culture du Club".

L'ABC a obtenu une copie du rapport, que le conseil d'administration de Collingwood a reçu il y a plus d'un mois.

Quelques jours plus tard, le président de Collingwood, Eddie McGuire, a annoncé qu'il quitterait ses fonctions à la fin de 2021 et qu'il « passerait le reste de mon temps en tant que président à mettre en place une nouvelle ère de Collingwood ».

« J'ai beaucoup à faire avant de passer le relais, avec mon conseil d'administration et mon comité exécutif, nous sommes sur le point d'annoncer des initiatives marquantes dans le domaine de l'égalité, la lutte contre le racisme pour garantir que Collingwood est un environnement sûr et accueillant pour tous, et plus à ce sujet en temps voulu », a déclaré McGuire à l'époque.

L'histoire d'Héritier Lumumba peut-elle changer l'AFL ?

Héritier Lumumba's stand pour l'égalité a forcé un examen du racisme à Collingwood. Maintenant, l'ancienne star de l'AFL embrasse la force de son identité et de sa culture africaines.

L'examen « Do Better » a été mené par la professeure distinguée Larissa Behrendt, directrice de l'Institut Jumbunna pour l'éducation et la recherche autochtones à l'UTS et son collègue, le professeur Lindon Coombes.

Citant des preuves répandues dans le dossier public et des conversations avec le personnel, les joueurs, les anciens joueurs et les supporters, l'examen a révélé que la réponse de Collingwood aux incidents racistes était "au mieux inefficace, ou au pire exacerbait l'impact des incidents racistes".

Parmi les personnes interrogées pour l'examen, il est ressorti le sentiment que « s'attaquer au racisme était quelque chose qui pouvait être fait lorsque d'autres choses avaient été prises en charge ».

L'examen a recommandé un audit du Conseil pour s'assurer que les « opinions personnelles » de ses membres étaient « conformes aux valeurs du Club ».

  • Il y a un écart entre ce que le Collingwood Football Club dit qu'il représente et ce qu'il fait
  • Le club est plus susceptible de réagir à la couverture médiatique d'un incident raciste qu'aux plaintes déposées au sein du club
  • La réponse de Collingwood a souvent été perçue comme celle où les allégations de racisme sont traitées en termes de contrôle des dommages et de protection de la marque
  • Ceux qui ont soulevé des problèmes ont estimé qu'ils ont payé le prix fort pour s'exprimer
  • Cela diminue la capacité du Club à résoudre le différend en interne, et
  • Cela augmente le risque de grief du public et de publicité négative qui affecte le Club, son personnel, ses joueurs et ses supporters

L'impulsion pour l'examen indépendant de Collingwood était l'histoire bien documentée de l'ancien joueur de club Heritier Lumumba, mais il ne s'agissait pas d'une enquête sur ses allégations ou sur d'autres.

Les auteurs de la revue soulignent d'emblée que "rien dans cette revue ne peut être considéré comme exonérant le club de tout acte répréhensible allégué" dans l'affaire Lumumba.

L'examen soutient la "position claire" qu'une "enquête sérieuse" sur ses allégations est méritée et à laquelle il doit participer.

L'absence de politiques claires et distinctes sur le racisme signifiait que le club n'était pas en mesure de traiter les allégations de la même manière qu'il traiterait d'autres problèmes.

Les inconduites sexuelles, la consommation de drogue ou les mauvais comportements en public sont tous pénalisés par le club mais le racisme n'est pas soumis aux mêmes normes.

Un processus de « dire la vérité » est recommandé impliquant les Premières Nations, les Africains et les autres personnes de couleur, en tenant compte d'un modèle de justice qui pourrait inclure des réparations, une indemnisation et des excuses publiques.

Il y avait une "reconnaissance sincère des échecs passés et un fort désir de faire mieux" avec quelques mesures positives déjà prises, notamment :

  • La nomination d'un membre des Premières Nations au conseil
  • La nomination d'un nouveau PDG engagé dans le changement
  • L'introduction de nouvelles politiques qui ciblent plus directement le racisme

Cependant, l'examen prévient qu'apporter un changement culturel est un défi qui doit être accepté à l'échelle du club plutôt que de tomber sur les épaules d'un petit nombre d'employés ou de comités autochtones et de la diversité.

L'AFL s'est agenouillée pour Black Lives Matter

Si le retour de la saison AFL était censé être symbolique, on s'en souviendrait plutôt pour son symbolisme, écrit Richard Hinds.

Lorsque les joueurs de Collingwood se sont agenouillés pour soutenir le mouvement Black Lives Matter à la reprise de la compétition AFL suite à une pause COVID-19 en juin 2020, c'était un "geste simple, significatif et sincère".

Cependant, selon l'examen, pour "de nombreux membres de la communauté, y compris d'anciens joueurs et fans, cela a été perçu comme un geste hypocrite dans le contexte d'une histoire d'incidents racistes impliquant le Collingwood Football Club".

Sans affronter son histoire dans une véritable tentative de comprendre et de réparer, dit le rapport, de tels gestes ne restent que symboliques.

Certaines des 18 recommandations sont que le Collingwood Football Club :

  • Entreprendre un audit du conseil d'administration pour s'assurer que ses membres, à travers leur comportement et leurs croyances, reflètent ses objectifs de diversité et adhèrent individuellement aux valeurs du club, y compris les principes de lutte contre le racisme et d'inclusion
  • Mettre en œuvre un cadre pour s'assurer qu'il y a une responsabilité et des conséquences pour les actes de racisme commis par les membres de la communauté du club
  • Assurer le développement et la mise en œuvre d'une stratégie d'emploi qui valorise la diversité et rend compte des KPI. Cela comprend le groupe de joueurs et le personnel d'entraîneurs
  • Développer un pipeline clair pour le développement de talents de diverses communautés dans le club, et qui soutient de manière proactive les Premières Nations et les personnes de couleur dans les postes d'après-jeu - en particulier l'entraînement - au sein du club et de l'AFL
  • Développer un processus de « dire la vérité » comme une étape constructive pour mieux comprendre les expériences des Premières Nations et des personnes de couleur, leur histoire et leur culture et les impacts du racisme
  • Élaborer une stratégie pour traiter et réconcilier les actes de racisme passés d'une manière proactive et visant à récompenser, et non à punir, les personnes qui dénoncent le racisme

Bon nombre des points soulevés résonneront au-delà du Collingwood Football Club.

Ils sont pertinents pour les défis rencontrés dans le sport et la communauté en général, mais soulignent le rôle que le sport peut jouer dans l'établissement de normes et le changement des perceptions.


&lsquo12 Mighty Orphans&rsquo Review: Luke Wilson & Martin Sheen marque dans Inspiring Depression-Era Texas Football Drama – Tribeca Fest

12 puissants orphelins, une entrée Spotlight Narrative au Tribeca Fest, est un film qui ressemble et donne l'impression qu'il aurait pu être tourné à l'époque de la dépression des années 1930 dans laquelle il se déroule. Vous vous attendez à moitié à ce que Spencer Tracy et Mickey Rooney se présentent à tout moment, comme dans La ville des garçons. Dans le monde cynique exploité par les médias sociaux dans lequel nous vivons, cette histoire vraie d'un homme bon et décent et de son équipe de football hétéroclite d'orphelins est positivement pittoresque et déplacée, mais en quelque sorte réconfortante dans tout ce qu'elle représente d'une Amérique il y a longtemps.

Même si vous pourriez être tenté d'étiqueter 12 puissants orphelins un drame sportif inspirant, le cœur du film est vraiment ses personnages, pas le jeu en son centre. Situé à Fort Worth en 1938, c'est l'histoire vraie de Rusty Russell (Luke Wilson dans un rôle que Gary Cooper aurait pu jouer à son apogée), un vétéran de la Première Guerre mondiale qui arrive au Masonic Home pour entraîner un groupe de garçons orphelins et créer une équipe de football gagnante contre toute attente. Gentil et sage, Doc Hall (Martin Sheen) n'est pas seulement le sauveur médical de la région, mais aussi l'entraîneur adjoint, et le duo fait toute l'équipe eux-mêmes en fouettant ce groupe de joueurs disparates, chacun avec une personnalité distincte, en quelque chose qui ressemble à une équipe compétitive. Il n'y a que 12 joueurs dans l'équipe, donc la sale douzaine doit jouer à la fois en défense et en attaque.

C'est vraiment l'histoire de Rusty. Le réalisateur Ty Roberts, travaillant à partir d'un scénario de Lane Garrison et Kevin Meyers, rend justice au livre de Jim Dent sur un homme aux prises avec son propre passé tacite qui trouve sa vocation en emmenant un groupe improbable jusqu'au championnat d'État. Et cela se passe au cœur de la Grande Dépression. L'histoire est faite sur mesure pour vous tirer le cœur et vous inciter à vous lever et à applaudir, mais Roberts ne suit pas la voie évidente. Il trouve un but dans leur histoire qui résonne à un niveau plus subtil. Ce n'est pas l'histoire de football obsessionnelle du Texas Friday Nights Light-driven que nous avons vue dans cette région, mais une histoire beaucoup plus simple racontée à un niveau humain.

Regarder à la date limite

Wilson, lui-même texan et souvent sous-estimé en tant qu'acteur, correspond parfaitement à ce rôle. Il est égalé par Sheen, qui montre un côté plus fougueux que d'habitude. Vinessa Shaw est chaleureuse comme Juanita, la femme de Russell qui enseigne également à l'école. Les garçons eux-mêmes sont en grande partie nouveaux dans le jeu d'acteur et donnent une fraîcheur aux débats.

Parmi le reste de la distribution, Treat Williams se démarque en tant qu'Amon Carter, éditeur du Fort Worth Star Telegram. Robert Duvall apparaît très brièvement dans un caméo de bienvenue offrant un bonus pour Apocalypse maintenant les fans qui se souviennent de ce classique de 1979 mettaient également en vedette Sheen. Seul Wayne Knight, jouant un méchant exagéré (Frank Wynn) qui se présente comme la méchante Miss Hannigan tout droit sortie de Annie c'est trop pour le ton donné par Roberts. Mais ce n'est pas un défaut fatal.

Peut-être que si nous n'avions pas tous vécu le genre d'année où nous avons survécu, ce film n'aurait pas le pouvoir de guérison inspirant qu'il a, mais il arrive au moment idéal, voulu ou non. Les publics qui voudront s'y soumettre seront récompensés.

12 puissants orphelins s'ouvre aujourd'hui au Texas – où il a été tourné – avant d'être diffusé dans tout le pays vendredi prochain.

Les producteurs sont Brinton Bryan, Angelique De Luca, Michael De Luca, Houston Hill et Roberts. Sony Pictures Classics est le distributeur. Découvrez ma critique vidéo avec des scènes du film sur le lien ci-dessus.

Avez-vous l'intention de voir 12 puissants orphelins ? Faites-nous savoir ce tu pense.


Test : LED Football 2 pour iPhone

TouchGrove&rsquos original LED Football ( ) était un hommage affectueux à Mattel Football&mdash, le jeu informatique portable classique équipé de LED dont les joueurs d'un certain âge (ceux d'entre nous dans la trentaine) se souviennent de notre enfance dans les années 1970. Au prix de seulement 1 $ (et gratuit ce week-end en l'honneur du Super Bowl), il est idiot de ne pas l'obtenir, si vous avez un os nostalgique dans le corps.

Il s'agit de Madden ou de tout autre jeu de football américain hifalutin 3-D. Au lieu de cela, touchGrove a cherché à recréer l'un des premiers jeux informatiques portables dont je me souvienne&mdashback quand Frites et Charlie&rsquos Anges régnait sur les ondes, lorsque Garanimals et Toughskins étaient tous les vêtements de marque dont les enfants du primaire avaient besoin. À l'époque, bien avant l'ère de la Game Boy, les jeux portables utilisaient des écrans rouges à LED, un peu comme les vieilles calculatrices. Ils manquaient de graphismes pixelisés ou de toute sorte de capacité 3D, étaient câblés pour jouer à un seul jeu et ne pouvaient émettre que des sons rudimentaires. Mais pour beaucoup d'entre nous, ce fut une expérience formatrice.

Si vous avez joué au football LED original, vous avez probablement remarqué quelques omissions flagrantes dans le gameplay de base : il n'y avait aucun moyen de reculer, derrière la ligne de mêlée, par exemple, et il n'y avait pas de jeu de passe. Il s'agissait de courir avec le ballon, de le frapper ou de lui donner un coup de pied pour un panier. Cela est resté fidèle au jeu de football portable sur lequel le football LED original était basé. De la même manière, LED Football 2 s'inspire de Mattel Football 2, successeur de Mattel Football & rsquos, qui arborait également un jeu de passes et un meilleur mouvement de quarterback.

Sinon, l'interface du jeu reste en fait plus cohérente avec le football LED d'origine touchGrove. (Ceux qui ont des souvenirs précis se souviendront peut-être que Mattel & rsquos Football 2 était livré dans un étui de couleur différente avec des boutons de forme différente.)

TouchGrove, l'attention portée aux détails et le désir de recréer cette expérience de jeu portable à l'ancienne est, sans aucun doute, le gros attrait de ce jeu. En y jouant, vous pouvez vous empêcher de vous sentir comme si vous teniez un jeu en plastique dans votre main, quelque chose alimenté par un 9 volts batterie. Si vous cliquez sur le lien d'informations dans le jeu, vous obtenez des instructions de base sur une étiquette qui ressemble même au dessous usé d'un ancien système de jeu portable. LED Football 2 est une lettre d'amour à ces jeux dont beaucoup d'entre nous, les pets plus âgés, se souviennent pour notre jeunesse. Le jeu propose même ce que touchGrove appelle la technologie & ldquoWear-Down&rdquo&mdash, plus vous jouez, plus les boutons semblent s'user.

Ma seule plainte est que LED Football 2 ne sauvegarde pas les jeux entre les interruptions, donc si vous ne parvenez pas à terminer un jeu avant d'appuyer sur votre bouton d'accueil, vous devez recommencer depuis le début.

Les options consistent en deux interrupteurs à bascule sur l'interface de jeu, un réglage Facile et Difficile et des modes à un ou deux joueurs. (Les joueurs passent l'iPhone d'avant en arrière dans ce mode.) Si votre volume est activé, vous entendez également des bips et des bips.

C'est tout, mais c'est tout ce que nous avions à l'époque, et merde, nous l'aimions comme ça !

LED Football 2 est compatible avec tout iPhone ou iPod touch exécutant la mise à jour logicielle iPhone 2.x.

[Le rédacteur en chef de Macworld, Peter Cohen, soupçonne que les jeux de football portables originaux avaient une meilleure autonomie que son iPhone 3G.]


Bilan de la saison de Leicester City 2020/21

Frapper le sol en courant

Leicester était en grande forme dès le début de la saison en septembre. Commençant par deux victoires consécutives et sept buts marqués, ils étaient les premiers précurseurs de la Premier League.

Une sortie immédiate de la Coupe de la Ligue aux mains d'Arsenal n'a pas freiné la forme de l'équipe de Rodgers. Ils ont rebondi avec l'un de leurs meilleurs résultats et performances de ces dernières années en battant Manchester City 5-2 dans leur propre arrière-cour.

Les choses allaient bien pour Leicester avec Jamie Vardy défiant une fois de plus ses années avançantes. Le numéro neuf des Foxes avait marqué cinq buts en seulement trois matches de championnat. Incroyablement, quatre d'entre eux étaient des pénalités.

Renards sur le continent

Leicester est ensuite tombé sur deux défaites consécutives à domicile avant de se tourner vers le début de son aventure en Ligue Europa. They won their first three games in Group G, scoring nine and conceding just one.

By mid-November, Rodgers had also led his men to the top of the Premier League with six wins from eight.

They were flying now. Pundits and fans alike were raving about Wesley Fofana and his impact since arriving, which was hard to believe given the fact the central defender was still only due to turn 20 in December.

Fofana arrived from Saint-Étienne for around £31.5 million in the summer and was in Rodgers’ starting line-ups from October onwards.

Belgium international Timothy Castagne also arrived at the King Power Stadium. Signed from Atalanta, he would start 27 league games in his debut season, mainly as a right-wing-back. He also deputised on the left when needed, however, as Ben Chilwell had departed for Chelsea before the season began.

Youri Tielemans was a vital cog in the Leicester midfield machine and, along with talented playmakers like James Maddison and Harvey Barnes, really pushed the Foxes on, providing plenty of support for lone-wolf Vardy in attack.

Top of their Europa League group and flying high domestically, Leicester arrived at Anfield to face defending champions Liverpool on November 22nd. A heavy 3-0 defeat took the wind out of their sails. They went without a victory for four games in all competitions, losing three of those.

Bouncing Back Over the Hectic Winter Schedule

From early December until the end of January, Leicester lost just one fixture out of thirteen. They won nine matches during that spell and had cemented their place in the top four of the Premier League by that stage.

After 20 games, Leicester sat in third, five points behind leaders Manchester City and four ahead of West Ham United who were fifth. Having not been outside the top four all season, Rodgers and his team could be forgiven for dreaming of Champions League qualification at that stage. Those dreams would continue well into May.

Leicester had also begun their remarkable FA Cup journey, winning 4-0 at Stoke in the third round. Further victories over Brentford and Brighton & Hove Albion in the following weeks would set up a quarter-final clash with Manchester United at the King Power Stadium in March.

Strength in the Leicester City Spine

Leicester had one of the strongest ‘spines’ throughout their first team in the past season. Experienced players such as goalkeeper Kasper Schmeichel, defenders Jonny Evans and Çağlar Söyüncü, midfielders Tielemans, Maddison, Nampalys Mendy, and Wilfred Ndidi, as well as veteran striker Vardy, were the foundations that allowed Rodgers to add young talent to the mix.

Exciting youngsters like Luke Thomas were introduced to a solid setup and 23-year-old Harvey Barnes continued to develop his game surrounded by Rodgers’ technically astute squad.

One of the only dark points to the Leicester season was the cruciate ligament injury suffered by right-back Ricardo Pereira in March 2020. It kept the Portugal international out until December, limiting him to just ten Premier League starts this season.

European Exit but Wembley Beckons

Leicester were stronger on the road for most of the season and their struggles at home caused their Europa League exit. They lost 2-0 to Slavia Praha at the King Power Stadium after earning a 0-0 draw in the Czech Republic in the first leg.

The Foxes were still third in the league at the start of March. A top-four finish was now a distinct possibility.

Back in February, striker Kelechi Iheanacho had also decided he wanted a share of the spotlight. The 24-year-old Nigerian would score 12 league goals in the final four months of the 2020/21 campaign.

Iheanacho also bagged a brace as Leicester dumped Manchester United out of the FA Cup in the quarter-finals, winning 3-1 on the day. Now, Rodgers’ side had a semi-final against Southampton to focus on.

Another Iheanacho goal would see The Saints off with a 1-0 scoreline as Leicester booked their place in the final. Thomas Tuchel’s Chelsea would be their opponents.

Bittersweet Finish to the Season

In early May, with four league fixtures left to fulfil, Leicester were third in the table, two points above Chelsea and nine clear of seventh-placed Liverpool. The Merseyside club did have a game in hand, however.

On May 15th, Leicester took to the Wembley turf where they faced Chelsea in their quest to be the first players to lift the FA Cup in the club’s history. They did it. Thanks to a wonder-strike from Youri Tielemans in the second half, Rodgers’ men had won the cup.

There were emotional scenes as Leicester shared the success with the thousands of Foxes fans who were present on the day.

Club owner Aiyawatt ‘Top’ Srivaddhanaprabha was also on the pitch, sharing heartfelt moments with Rodgers and his players in the aftermath of the success – no doubt dedicating it to the memory of his father, Vichai.

Unfortunately for Leicester, they would surrender their top-four status in the Premier League right at the end. Three defeats in their final four league games meant an in-form Liverpool side leapfrogged them to finish third with Chelsea grabbing fourth.

Speaking to BBC Sport following their last-day loss to Spurs, Rodgers said: “It’s hugely disappointing for us.

“We fought so hard all season. I always said you’re judged after 38 games, and unfortunately we couldn’t quite make it.

“I have nothing but pride and admiration for the players. They’ve constantly had things go against them with injuries. If you look at the importance of the players out today, we were able to take it down to the last game and the last 15 minutes.

“The ownership have given me amazing support. The players have given me their heart and souls every day. I’m so disappointed for them we couldn’t get over the line.”

Plenty to Look Forward To

The league campaign may not have ended as Leicester fans wanted but a second fifth-placed finish in a row, as well as FA Cup success, means the 2020/21 season had plenty for Foxes fans to cheer.

With one of the more settled squads in the English top-flight, Leicester can be optimistic about what the next season or two has in store for them. Rodgers and his players will have another year of invaluable experience behind them and may well be better prepared for a push at Champions League qualification in 2022.

There’s also the small matter of defending their FA Cup trophy and, once again, venturing across the continent in the Europa League.

Potentially more exciting times beckon for Leicester City in the very near future, that’s for sure.


Government announces expert panel for fan-led review of football

Culture Secretary Oliver Dowden has today announced the full membership of the panel which will join Chair Tracey Crouch MP as she commences the Government’s fan-led review of football.

In the aftermath of the failed European Super League bid, the Government announced its manifesto commitment to conduct the review and published its Terms of Reference last month.

The panel features fan representation at its heart and also includes former players and managers, current administrators, representatives of non-league and the women’s game as well as independent members. The Chair and panel will now begin a series of roundtable meetings that will reach out to fans and football organisations throughout the football pyramid, to hear their views on the future of the national game.

Representation will be from the whole football pyramid with Premier League, Championship, Women’s, League One and Two and Non-league, Community and Diversity based fan networks asked to participate.

The full panel is as follows:

  • Kevin Miles (Chief Executive, The Football Supporters’ Association)
  • Roy Hodgson (former Crystal Palace and England manager)
  • Professor Denise Barrett-Baxendale (Chief Executive, Everton FC)
  • Clarke Carlisle (former Burnley player and former Chair of Professional Footballers Association)
  • Dan Jones (Partner, Football Finance)
  • Dawn Airey (Chair, FA Women’s Super League)
  • David Mahoney (Chief Operating Officer, England and Wales Cricket Board)
  • James Tedford (Former Secretary, Southport FC)
  • Godric Smith (Director, Cambridge United)
  • Danny Finkelstein, independent member

The Chair and panel will canvass fans’ views on ownership, governance and financial flows within the game. It will add to the recommendations of the English Football League’s Governance Review and the Government’s 2016 Expert Working Group on Football Supporter Ownership and Engagement.

In addition, they will assess if there is a need for an independent football regulator, charged with implementing regulation and compliance, and how that could work within the existing framework provided by the Football Association, Premier League and English Football League.

Culture Secretary Oliver Dowden said:

This expert panel brings together a wealth of knowledge and experience from across the football family to shape the future of our national game.

Their job will be to listen to fans and ensure their views are at the heart of reforms on governance, finance and improving day to day experience of supporters. Football is nothing without fans, and today we deliver on our promise to put them in the driving seat.

Following Roy Hodgson’s appointment, Culture Secretary Oliver Dowden added:

I am delighted that Roy Hodgson has joined our expert panel to help shape the future of football. Roy has a wealth of experience and knowledge of the game, and has managed teams at the highest level across Europe. I know fans will be eager to share their views with him as a highly respected figure in the game.

Sports Minister Nigel Huddleston said:

This is a groundbreaking moment in football. We have been clear that this is a wide ranging review and we have given the Chair and panel a broad scope to consider ownership models, financial flows and independent regulation.

The review could herald a step change in our approach to football governance and I look forward to seeing the recommendations.”

Fan-led Review Chair, Tracey Crouch said:

I am thrilled to have such a strong team with a wealth of experience across the whole ecosystem of football to help support the fan-led review. The fans will be at the heart of the review panel’s work and I look forward to kicking off the formal meetings with fan groups and others next week.

The focal point of the review panel will be to engage with fan groups, to hear views on what they believe needs changing in football governance. The Chair will meet regularly with the panel and fan groups in order to move forward with its engagement and reform agenda and will feed into the final report expected in the Autumn.

Further plans around the initial fan engagement sessions will be set out in due course.

Panel biographies

Kevin Miles

Kevin Miles is the Chief Executive of the Football Supporters’ Association (FSA), having worked for the FSA and its predecessor organisations for over twenty years.

A match-going Newcastle United fan for more than half a century and a member of the Newcastle United Supporters’ Trust, Kevin has also led the Fans’ Embassy service at England away games since 1998.

A founder member and former chair of anti-racism education charity Show Racism the Red Card, Kevin is now an independent trustee of Kick It Out and the proud owner of two £1 shares in Blyth Spartans AFC.

Roy Hodgson

Roy Hodgson was most recently manager of Crystal Palace FC having retired from football, after an illustrious career, at the end of the 20/21 season. He has previously managed teams from across the world, including Inter Milan, Malmö and Liverpool, as well as leading the England men’s national team to three international tournaments.

Clarke Carlisle

Clarke Carlisle is an English former professional footballer who has played with many clubs including Queen’s Park Rangers and Leeds United. He is an ambassador for Kick It Out - football’s equality and inclusion organisation, and was chairman of the Professional Footballers’ Association. He has provided football commentary and analysis for the BBC, ITV and Sky Sports amongst other broadcasters.

Dan Jones

Dan Jones leads Deloitte’s work in sport around the world. He manages activities of the group across all services. Dan advises high profile clients including clubs, leagues, governing bodies, governments, agencies, investors and commercial partners on issues including strategic, commercial, financial, regulatory, organisational and structural matters. He is a regular speaker and expert commentator on sports business and edits Deloitte’s Annual Review of Football Finance and the Football Money League.

Denise Barrett-Baxendale

Prof Denise Barrett-Baxendale, MBE, is a Director at Everton Football Club, Chief Executive Officer of Everton Football Club and Executive Chair of the Club’s official charity, Everton in the Community. Denise has served as a Board member to Sport England the only representative from the world of football appointed to the Board of the national body for grassroots sports.

Danny Finkelstein

Daniel Finkelstein writes a weekly political column for The Times. Before joining the paper in 2001, he was adviser to both the Prime Minister John Major and the Conservative leader William Hague. Daniel was appointed to the House of Lords in 2013. He has been a match attending football fan for 50 years and for almost two decades wrote a column on football for The Times.

David Mahoney

David is currently Chief Operating Officer at the England and Wales Cricket Board (ECB). Prior to this, he oversaw the strategy, insights, HR, integrity and public policy teams as ECB’s Chief Strategy Officer.

Before joining ECB, David held a number of senior roles at Ofcom, the UK communications regulator, including director of policy and chief advisor to its CEO.

Godric Smith

Godric Smith is a board member at Cambridge United FC and a founding member of Cambridge Fans United, started his career in mental health campaigning in1980s before spending 15 years in government communications, including 10 years in Downing Street.

James Tedford

James Tedford was the former Secretary at Southport FC. He has an extensive knowledge of the football landscape and held a senior management position at Scottish Women’s Champions, Glasgow City FC where he led on match organisation for the UEFA Women’s Champions League.

Dawn Airey

Dawn Airey is currently Chair of the FA Women’s Super League and FA Women’s championship and is a non-executive member of the boards of Getty Images, Grosvenor Estates and Blackbird, having formerly led Channel 5. She is also chair of the National Youth Theatre and the Digital Theatre.


Voir la vidéo: Comment gérer les critiques dans le football (Novembre 2021).