Informations

Caroline Weldon : L'effort voué d'une femme blanche pour sauver Sitting Bull


Lorsque Caroline Weldon est arrivée à la réserve de Standing Rock en 1889, elle a attiré l'attention. Les Sioux qui y vivaient ne l'avaient pas invitée. Les colons blancs qui vivaient à proximité ne comprenaient pas pourquoi elle voulait y aller. Elle-même était en fuite en tant que paria sociale à l'Est, son jeune fils à la remorque.

Mais alors qu'elle approchait du campement du chef lakota Sitting Bull, elle était confiante dans sa mission : aider à sauver le peuple Sioux d'un gouvernement qui voulait lui enlever ses terres et son mode de vie.

La mission de Weldon n'a pas réussi et elle est rapidement devenue un paria social pour ses tentatives d'aider le peuple Sioux. Alors que les événements qui allaient mettre fin à la vie de Sitting Bull ont commencé à tourbillonner, Weldon a agi en tant que secrétaire et avocat, s'efforçant d'obtenir un meilleur traitement des Amérindiens à une époque où le sectarisme contre des personnes comme les Sioux n'était pas seulement socialement acceptable, mais inscrit dans la loi fédérale. .

« Weldon était l'une des seules personnes blanches de son époque de l'un ou l'autre sexe qui avait non seulement la bonne vision politique des droits des Amérindiens, mais a également donné sa vie pour travailler pour ces droits », déclare Eileen Pollack, auteur de Femme marchant devant : À la recherche de Catherine Weldon et Sitting Bull. Le livre, qui détaille la mission condamnée et autoproclamée de Weldon pour aider Sitting Bull et les Sioux, a été adapté en La femme marche devant, un drame historique avec Jessica Chastain sorti en juin 2018.

La vie de Weldon était certainement prête pour le cinéma : elle était une penseuse non conventionnelle et une femme qui remettait en question les normes de genre strictes de son époque. Née Susanna Faesch en Suisse, elle a déménagé aux États-Unis avec sa mère après le divorce de sa mère. Susanna a épousé un médecin suisse et s'est installée à Brooklyn, mais était malheureuse et a quitté son mari pour un autre homme, avec qui elle a eu un fils. Son nouvel amant l'a quittée peu de temps après et Susanna est devenue mère célibataire.

Ces actions ont transformé Susanna d'immigrante suisse ordinaire en paria. Les rôles de genre stricts de l'époque signifiaient qu'il était presque impensable pour une femme de divorcer, et encore moins d'élever publiquement un enfant illégitime sans mari. De plus, dit Pollack, les termes de son divorce signifiaient que, même si son ex-mari pouvait se remarier, elle ne pouvait pas.

Susanna s'était toujours intéressée à la vie et aux droits des Amérindiens dans les territoires de plus en plus nombreux vers l'ouest des États-Unis. À l'époque, un débat faisait rage sur la façon de traiter les Amérindiens du pays alors que les Blancs affluaient vers l'ouest. Les États-Unis ont créé les premières réserves indiennes en 1851 avec l'Indian Appropriations Act, reconnaissant les droits tribaux mais poussant les Amérindiens dans des réserves où ils se gouvernaient eux-mêmes.

Cependant, cela a été considéré comme une menace par une majorité d'Anglo-Américains, qui estimaient que les loyautés tribales pouvaient mettre en danger les valeurs américaines blanches. Les Amérindiens devraient devenir plus «civilisés» et commencer à adopter leurs habitudes et leurs coutumes, ont-ils soutenu, notamment en adoptant des modes de vie agraires et en parlant la langue anglaise.

Alors que ce point de vue gagnait en popularité, une petite opposition est née. Susanna a rejoint la National Indian Defence Organization, fondée par Thomas Bland, qui visait à utiliser les lois américaines pour protéger les Amérindiens et défendre leur souveraineté tribale et leurs droits fonciers. Le groupe s'est opposé à la loi Dawes, qui a proposé une législation qui diviserait de nombreuses terres tribales en parcelles individuelles et les répartirait entre les membres de la tribu, assimilerait les enfants amérindiens en les forçant à entrer dans des pensionnats et prendrait certaines terres tribales.

Après l'adoption de la loi Dawes en 1887, les habitants du territoire du Dakota ont tenté d'étendre des dispositions similaires aux Sioux qui vivaient sur des terres qu'ils voulaient occuper. Lorsque Susanna apprit que Sitting Bull, chef des Hunkpapa Lakota Sioux, était opposé au plan, elle commença à lui écrire des lettres. Puis, en 1889, elle décide de s'éloigner de la vie new-yorkaise pour l'aider et vivre parmi le peuple Sioux. «Elle n'avait rien à perdre», dit Pollack. "Il n'y avait plus personne à avoir honte, et elle s'en fichait vraiment." Elle avait aussi un nouveau nom pour indiquer sa nouvelle identité : Caroline Weldon.

Dès son arrivée à Standing Rock Reservation avec son fils, Weldon est devenue une figure d'étonnement et de moquerie. Elle a dit à Sitting Bull qu'elle voulait être sa secrétaire et sa représentante et a commencé à essayer d'organiser ses partisans dans la région pour s'opposer au Sioux Bill. Elle a également peint son portrait à quatre reprises, utilisant des peintures à l'huile pour capturer le visage solennel du chef assiégé.

Pendant ce temps, les journaux locaux ont relaté l'histoire apparemment étonnante d'une femme blanche voyageant pour vivre avec une tribu amérindienne. Ils ont vilipendé Weldon comme une harpie amoureuse de Sitting Bull et l'ont appelée sa "squaw blanche". Qu'une femme blanche veuille être associée aux Amérindiens, et encore moins essayer de les aider, était impensable pour un pays convaincu que l'assimilation était dans l'intérêt des Amérindiens.

Alors que Weldon était avec Sitting Bull, un mouvement religieux appelé theGhost Dance a balayé la région. Le mouvement soutenait que si les Autochtones exécutaient certaines chansons et danses, les Blancs disparaîtraient et leurs ancêtres décédés les rejoindraient.

Le mouvement était naturellement populaire parmi les Lakota Sioux, dont les possessions tribales et l'unité étaient directement menacées par le Sioux Bill. Pendant ce temps, il était considéré comme une menace par les colons blancs. Weldon a averti Sitting Bull que cela le transformerait en cible, mais il l'a ignorée. Elle a commencé à plaider contre la danse, provoquant une rupture avec Sitting Bull. Finalement, elle a quitté la réservation. « Ils comptaient vraiment beaucoup l'un pour l'autre », dit Pollack. "Ils ont chacun été terriblement affligés lorsqu'ils se sont séparés."

La tragédie a suivi. L'instinct de Weldon avait raison : un an plus tard, des responsables américains ont arrêté et tué Sitting Bull après avoir refusé d'arrêter les cérémonies de Ghost Dance dans la réserve. Pendant ce temps, son fils est décédé et elle est retournée à Brooklyn en paria social pour son association avec des personnes que la plupart des Américains blancs détestaient. Elle a vécu dans la pauvreté et est décédée dans l'obscurité deux décennies plus tard lorsqu'elle a été brûlée par un incendie déclenché par une bougie dans son appartement.

Weldon et ses collègues militants n'ont pas pu arrêter la politique fédérale qui menaçait Sitting Bull et les Lakota Sioux. Les Sioux Bill ont dévasté le peuple Sioux, réduisant leurs possessions foncières et décimant leurs finances. Et bien que Sitting Bull ait profité de l'aide de Weldon et qu'elle ait été accueillie parmi les Sioux, elle semble s'être désignée elle-même leur représentant sans les consulter.

Pourtant, dit Pollack, "Il est extrêmement important de regarder les très rares personnes qui, à leur époque, ont résisté à toutes les conventions au grand danger pour elles-mêmes pour faire la bonne chose." En défendant Sitting Bull et un groupe de personnes que la plupart des Américains blancs considéraient comme remplaçables, dit Pollack, Weldon "a essayé de faire en sorte que l'Amérique soit à la hauteur de ses propres idéaux".


Télécharger maintenant!

Nous vous avons permis de trouver facilement un ebook PDF sans creuser. Et en ayant accès à nos ebooks en ligne ou en les stockant sur votre ordinateur, vous avez des réponses pratiques avec Who Was Sitting Bull . Pour commencer à trouver Who Was Sitting Bull , vous avez raison de trouver notre site Web qui contient une collection complète de manuels répertoriés.
Notre bibliothèque est la plus grande d'entre elles qui compte littéralement des centaines de milliers de produits différents.

Enfin, je reçois cet ebook, merci pour tous ces Who Was Sitting Bull que je peux obtenir maintenant !

Je ne pensais pas que cela fonctionnerait, mon meilleur ami m'a montré ce site, et c'est le cas ! Je reçois mon eBook le plus recherché

wtf ce grand ebook gratuit ?!

Mes amis sont tellement fous qu'ils ne savent pas comment j'ai tous les ebooks de haute qualité qu'ils n'ont pas !

Il est très facile d'obtenir des ebooks de qualité)

tant de faux sites. c'est le premier qui a fonctionné ! Merci beaucoup

wtffff je ne comprends pas ça !

Sélectionnez simplement votre bouton de clic puis de téléchargement et remplissez une offre pour commencer à télécharger l'ebook. S'il y a un sondage, cela ne prend que 5 minutes, essayez n'importe quel sondage qui vous convient.


Télécharger maintenant!

Nous vous avons permis de trouver facilement un ebook PDF sans creuser. Et en ayant accès à nos ebooks en ligne ou en les stockant sur votre ordinateur, vous avez des réponses pratiques avec Sitting Bull In Their Own Words . Pour commencer à trouver Sitting Bull In Their Own Words , vous avez raison de trouver notre site Web qui contient une collection complète de manuels.
Notre bibliothèque est la plus grande d'entre elles qui compte littéralement des centaines de milliers de produits différents.

Enfin, je reçois cet ebook, merci pour tous ces Sitting Bull In Their Own Words que je peux obtenir maintenant !

Je ne pensais pas que cela fonctionnerait, mon meilleur ami m'a montré ce site, et c'est le cas ! Je reçois mon eBook le plus recherché

wtf ce grand ebook gratuit ?!

Mes amis sont tellement fous qu'ils ne savent pas comment j'ai tous les ebooks de haute qualité qu'ils n'ont pas !

Il est très facile d'obtenir des ebooks de qualité)

tant de faux sites. c'est le premier qui a fonctionné ! Merci beaucoup

wtffff je ne comprends pas ça !

Sélectionnez simplement votre bouton de clic puis de téléchargement et remplissez une offre pour commencer à télécharger l'ebook. S'il y a un sondage, cela ne prend que 5 minutes, essayez n'importe quel sondage qui vous convient.


Télécharger maintenant!

Nous vous avons permis de trouver facilement un ebook PDF sans creuser. Et en ayant accès à nos ebooks en ligne ou en les stockant sur votre ordinateur, vous avez des réponses pratiques avec Sitting Bull In Their Own Words . Pour commencer à trouver Sitting Bull In Their Own Words, vous avez raison de trouver notre site Web qui contient une collection complète de manuels répertoriés.
Notre bibliothèque est la plus grande d'entre elles qui compte littéralement des centaines de milliers de produits différents.

Enfin, je reçois cet ebook, merci pour tous ces Sitting Bull In Their Own Words que je peux obtenir maintenant !

Je ne pensais pas que cela fonctionnerait, mon meilleur ami m'a montré ce site, et c'est le cas ! Je reçois mon eBook le plus recherché

wtf ce grand ebook gratuit ?!

Mes amis sont tellement fous qu'ils ne savent pas comment j'ai tous les ebooks de haute qualité qu'ils n'ont pas !

Il est très facile d'obtenir des ebooks de qualité)

tant de faux sites. c'est le premier qui a fonctionné ! Merci beaucoup

wtffff je ne comprends pas ça !

Sélectionnez simplement votre bouton de clic puis de téléchargement et remplissez une offre pour commencer à télécharger l'ebook. S'il y a un sondage, cela ne prend que 5 minutes, essayez n'importe quel sondage qui vous convient.


Télécharger maintenant!

Nous vous avons permis de trouver facilement un ebook PDF sans creuser. Et en ayant accès à nos ebooks en ligne ou en les stockant sur votre ordinateur, vous avez des réponses pratiques avec Sitting Bull In Their Own Words . Pour commencer à trouver Sitting Bull In Their Own Words , vous avez raison de trouver notre site Web qui contient une collection complète de manuels.
Notre bibliothèque est la plus grande d'entre elles qui compte littéralement des centaines de milliers de produits différents.

Enfin, je reçois cet ebook, merci pour tous ces Sitting Bull In Their Own Words que je peux obtenir maintenant !

Je ne pensais pas que cela fonctionnerait, mon meilleur ami m'a montré ce site, et c'est le cas ! Je reçois mon eBook le plus recherché

wtf ce grand ebook gratuit ?!

Mes amis sont tellement fous qu'ils ne savent pas comment j'ai tous les ebooks de haute qualité qu'ils n'ont pas !

Il est très facile d'obtenir des ebooks de qualité)

tant de faux sites. c'est le premier qui a fonctionné ! Merci beaucoup

wtffff je ne comprends pas ça !

Sélectionnez simplement votre bouton de clic puis de téléchargement et remplissez une offre pour commencer à télécharger l'ebook. S'il y a un sondage, cela ne prend que 5 minutes, essayez n'importe quel sondage qui vous convient.


Femme marchant devant : À la recherche de Catherine Weldon et Sitting Bull

Aussi difficile que ce livre soit à lire, je dois personnellement me rappeler que la bravoure de Sitting Bull et de Weldon&aposs a eu des résultats : plus de terre et de respect pour les Sioux en tant que peuple, icône du courage indien. Si Weldon et son groupe n'avaient pas défendu la cause des Sioux, si Sitting Bull n'avait pas été un leader aussi sage et résistant, les Sioux n'auraient pas la place qu'ils ont parmi tous les peuples autochtones du monde entier.
Le combat continue avec le pipeline Dakota. Quand le gros argent comprendra-t-il e Héritage mérité

Aussi difficile que ce livre soit à lire, personnellement, je dois me rappeler que la bravoure de Sitting Bull et Weldon a eu des résultats : plus de terre et de respect pour les Sioux en tant que peuple, l'icône du courage indien. Si Weldon et son groupe n'avaient pas défendu la cause des Sioux, si Sitting Bull n'avait pas été un leader aussi sage et résistant, les Sioux n'auraient pas la place qu'ils ont parmi tous les peuples autochtones du monde entier.
Le combat continue avec le pipeline Dakota. Quand les gros sous comprendront-ils que ce sont des hommes et des femmes qui ripostent ?
Bon travail, Eileen Pollack. Vous documentez soigneusement chaque mot et inférence que vous mettez sur la page. . Suite

c'est un livre superbement écrit sur un personnage historique dont la véritable identité et le passé restent pratiquement inconnus du grand public. Eileen Pollack, de manière narrative, nous guide à travers la vie de Catherine (Caroline) Weldon en détaillant ses expériences tout en recherchant ce sujet très difficile et en véhiculant une image intime de cette femme remarquable. À ce jour, c'est la seule biographie jamais écrite sur Catherine Weldon. Quiconque étudie les événements qui ont conduit à Sitting Bull&aposs, c'est un livre superbement écrit sur une figure historique dont la véritable identité et les antécédents restent pratiquement inconnus du grand public. Eileen Pollack, de manière narrative, nous guide à travers la vie de Catherine (Caroline) Weldon en détaillant ses expériences tout en recherchant ce sujet très difficile et en véhiculant une image intime de cette femme remarquable. À ce jour, c'est la seule biographie jamais écrite sur Catherine Weldon. Quiconque étudie les événements qui ont conduit au meurtre de Sitting Bull et au massacre consécutif à Wounded Knee devrait lire ce livre. Il est révélateur et donne un autre regard sur ces événements.

Bill vient de terminer la lecture d'un livre très intéressant, "Woman Walking Ahead, à la recherche de Catherine Weldon et Sitting Bull" d'Eileen Pollack écrit en 2002. Il s'agit d'E. Pollack qui suit l'un des professeurs d'écoles supérieures lui suggérant d'écrire un livre sur un mystérieux femme qui a vécu avec Sitting Bull pendant les dernières années de sa vie.

Ce qui a commencé comme un livre sur Catherine Weldon est devenu un livre à la fois Catherine Weldon et Eileen Pollack&apossont nouvellement acquis une conscience de soi que Bill vient de terminer de lire un livre très intéressant, "Woman Walking Ahead, in search of Catherine Weldon and Sitting Bull" par Eileen Pollack écrit en 2002. Il s'agit d'E. Pollack qui suit l'un des professeurs d'écoles supérieures lui suggérant d'écrire un livre sur une femme mystérieuse qui a vécu avec Sitting Bull pendant les dernières années de sa vie.

Ce qui a commencé comme un livre sur Catherine Weldon est devenu un livre sur la conscience de soi nouvellement acquise de Catherine Weldon et d'Eileen Pollack au cours de ses recherches, de la participation à une danse fantôme (sur invitation) et de la fluidité de l'histoire telle qu'elle est rapportée. .

Je mettrais le livre dans la classification d'un livre d'histoire, d'un livre de conscience de soi et d'un livre de motivation.

Pour être honnête, j'avais commencé à lire ce livre l'année dernière. C'était l'un des deux ou trois livres que je garde à côté du vélo couché pour lire pendant que je fais mon exercice quotidien.

Je dois avertir trois d'entre vous mesdames, ma sœur est une lectrice qui me fait honte et elle peut donner une bien meilleure critique que ce seul membre du "Fearsome Foursome Plus One"
. Suite


Nous avons trouvé au moins 10 Liste de sites Web ci-dessous lors de la recherche avec catherineweldon portrait assis taureau sur le moteur de recherche

Portrait de Sitting Bull exposé au Dakota du Nord

Ndtourisme.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 67

  • Le vrai but de Caroline (Catherine) Weldonl'apparition de dans le territoire du Dakota a été débattue
  • Même si cela était politiquement impopulaire à l'époque, le fait est qu'elle est venue ici avec son fils et a vécu parmi la tribu Sioux et Sitting Bull dans ce qui est maintenant le Dakota du Nord

Intrigue derrière un tableau Sitting Bull : le peu connu

  • Portrait de taureau assis par Caroline Weldon 1890 (SHSND 12319) Je suis passé devant cette peinture à l'huile de 1890 de Sitting Bull, ou Tatanka Iyotanke, des centaines de fois au cours de ma carrière muséale
  • J'ai louché derrière la vitrine devant la peinture amateur et la signature griffonnée de "C

Caroline Weldon : l'effort voué à l'échec d'une femme blanche pour sauver

Histoire.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 67

  • UNE portrait de Sitting Bull, peint par Caroline Weldon
  • (Crédit : Daniel Guggisberg/CC BY-SA 4.0) Dès son arrivée à Standing Rock Reservation avec son fils, Weldon est devenu un…

Art et cinéma : Catherine Weldon et Sitting Bull

  • UNE portrait de Sitting Bull, peint par Caroline Weldon
  • (Crédit : Daniel Guggisberg/CC BY-SA 4.0 via History.com)
  • Contribution de Jonathan Stevenson / La politique publique réactionnaire de Trump, qui a institutionnalisé le mépris pour les avancées de la justice sociale forgées aux États-Unis au cours des 150 dernières années, a produit un mécontentement généralisé.

Caroline Weldon et Sitting Bull – La vraie histoire

  • Femme qui marche devant : à la recherche de Catherine Weldon et Sitting Bull
  • Pollack, sur la base du livre de Johnson (ci-dessus), choisit d'utiliser le nom "Catherine. " Parce qu'elle est incluse dans Wikipédia sous le nom de "Caroline", j'ai choisi d'utiliser ceci…

Comment une veuve de Brooklyn est devenue la « Hanoi Jane » de l'ère victorienne

Nypost.com AD : 10 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 65

Portrait de Sitting Bull peint par Catherine Weldon Musée historique de l'Arkansas "Ils ont dit qu'elle portait son enfant amoureux, que ses femmes couraient après elle avec des couteaux", a déclaré

L'histoire du film « Woman Walks Ahead »

Kfyrtv.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 70

Les portrait du chef Hunkpapa Lakota a été faite par Catherine Weldon, un activiste indien venu dans la réserve de Standing Rock en 1889, pour capturer Sitting Bull

Le leader de « Woman Walks Ahead » voit un changement radical pour les autochtones

Npr.org AD : 11 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 68

Dans Woman Walks Ahead, une activiste et artiste new-yorkaise nommée Catherine Weldon (joué par Jessica Chastain) voyage à travers les États-Unis pour peindre le grand chef amérindien Sitting Bull

« Woman Walks Ahead » : la véritable histoire derrière l'heure du film

Time.com AD : 8 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 66

Comme l'explique le livre qui a inspiré le film, Woman Walking Ahead d'Eileen Pollack : À la recherche de Catherine Weldon et Sitting Bull, elle …

La véritable histoire derrière la femme avance

News.yahoo.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 45 Rang MOZ : 68

Le film Woman Walks Ahead — qui débute vendredi, avec Jessica Chastain, Michael Greyeyes et Sam Rockwell — se concentre sur ce qui peut sembler être un moment mineur de l'histoire : les efforts du 19e siècle de Catherine Weldon, une femme blanche de Brooklyn, pour peindre un portrait du chef Lakota Sioux Sitting Bull.Mais l'histoire de la peinture, qui joue un rôle bien moindre dans la véritable histoire de Séance

Sitting Bull et Caroline Weldon : faits contre fiction

Hhhistory.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 77

  • Portrait de Sitting Bull peint par Caroline Weldon FICTION : Dans le film, Sitting Bull se méfie de la Ghost Dance, une danse religieuse qui traverse les communautés amérindiennes
  • Les participants à la Ghost Dance croyaient que la danse ferait quitter leurs terres aux colons blancs et ramènerait également des guerriers morts pour les aider dans leur combat.

Femme marche devant (2018) SHOWTIME

Sho.com AD : 11 PENNSYLVANIE: 33 Rang MOZ : 55

  • Catherine Weldon (Jessica Chastain), une artiste veuve de New York dans les années 1880, se rend seule dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull (Michael Greyeyes)
  • Son arrivée à Standing Rock est accueillie avec hostilité par un officier de l'US Army (Sam Rockwell),…

Danse avec des taureaux (« Woman Walks Ahead ») Linnet Moss

Linnetmoss.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 48 Rang MOZ : 74

  • Dans La femme marche devant, Catherine Weldon, une artiste peintre new-yorkaise trentenaire, se rend sur le territoire du Dakota à la rencontre de la légende vivante Sitting Bull et peindre son portrait
  • Les bonnes intentions du film se conjuguent aux impératifs hollywoodiens pour produire un divertissement agréable, où il aurait pu y avoir tellement plus
  • Les cinéastes veulent Weldon être…

La vraie Catherine Weldon, sujet de femme marche devant

Refinery29.com AD : 18 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 81

  • En 1889, Weldon s'est rendue sur le territoire du Dakota pour offrir ses services en tant que lobbyiste, traductrice et conseillère auprès des Lakota Sioux
  • Alors que Bobby Bridger écrit le livre Buffalo Bill et Sitting Bull

Catherine Wendon portrait de taureau assis

  • Catherine Wendon portrait de sitting Bull de l'art Weldon peint quatre portraits de Sitting Bull dont deux sont connus pour avoir survécu
  • L'un est maintenant détenu par la North Dakota Historical Society à Bismarck, ND et l'autre au Historic Arkansas Museum à Little Rock, AR.

Woman Walks Ahead (Tribeca 2018) – Citizen Dame

  • Woman Walks Ahead prétend raconter la véritable histoire de la relation entre Sitting Bull (Michael Greyeyes) et Catherine Weldon (Jessica Chastain), une portrait artiste qui voyage de New York au Dakota afin d'être le premier à peindre le célèbre chef Sioux Sitting Bull's portrait
  • Elle arrive à un moment controversé
  • Sitting Bull est devenu agriculteur, et les États-Unis

Caroline Weldon, défenseure des droits autochtones du XIXe siècle

Mentalfloss.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 85

  • Pendant plusieurs mois après son arrivée à Standing Rock, Weldon a agi comme Sitting Bullla secrétaire de
  • Elle a également peint quatre portraits de lui, et a offert un soutien financier à…

Catherine Weldon (inconnue-1939)

Findagrave.com AD : 18 PENNSYLVANIE: 36 Rang MOZ : 71

  • Weldon était l'une des seules personnes blanches de son époque de l'un ou l'autre sexe qui avait non seulement la bonne vision politique des droits des Amérindiens, mais a également donné sa vie pour travailler pour ces droits », a déclaré Eileen Pollack, auteur de Woman Walking Ahead: In Search de Catherine Weldon et Sitting Bull
  • Le livre, qui détaille Weldonest voué à l'échec, moi-même

Chef Sitting Bull Peintures Fine Art America

  • Choisissez votre chef préféré sitting Bull tableaux parmi 113 modèles disponibles
  • Tout chef sitting Bull les peintures sont expédiées dans les 48 heures et incluent une garantie de remboursement de 30 jours.

Détails du livre femme qui avait une relation spéciale avec

Eileen Pollack écrit sur Catherine Weldon, une femme de Brooklyn, qui est venue deux fois dans la réserve indienne de Standing Rock pour travailler avec Sitting Bull et peindre son portrait.

Portrait de taureau assis par Catherine Wendon

  • UNE portrait de Sitting Bull, peint par Caroline Weldon
  • (Crédit : Daniel Guggisberg/CC BY-SA 4.0) Dès son arrivée à Standing Rock Reservation avec son fils, Weldon est devenu un…

Woman Walking Ahead : À la recherche de Catherine Weldon et

Goodreads.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 37 Rang MOZ : 75

  • Un livre incroyable par une femme qui a un grand courage - tout comme Catherine Weldon
  • Je me suis intéressé à lire ce livre après avoir regardé le film, She Walked Ahead (2018) avec Jessica Chastain
  • Au début, vous apprenez Sitting Bull le personnage qui a le plus attiré CS Weldon qui voulait peindre son portrait.

Review: Woman Walks Ahead prouve que les bonnes intentions ne le font pas

Vanityfair.com AD : 18 PENNSYLVANIE: 43 Rang MOZ : 83

  • Le vrai Catherine Weldon, et sa relation avec Sitting Bull, aurait fait un film beaucoup plus radical que ce même vieux biopic snoozy

Jessica Chastain sur le rôle de Catherine Weldon dans "Woman"

Variety.com AD : 11 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 84

Chastain a expliqué qu'elle était enthousiasmée par l'opportunité d'éclairer l'histoire de Catherine Weldon, une portrait peintre de New York qui se rend dans le Dakota pour peindre un portrait de Sitting Bull

Flick raconte l'histoire d'un militant célèbre pour Sitting Bull

Avec Jessica Chastain, à droite, comme Catherine Weldon et Michael Greyeyes, à gauche, comme Sitting Bull, "Woman Walks Ahead" représente Weldonvoyage dans les Dakotas à la fin des années 1800 pour peindre un portrait

Sioux Chief Sitting Bull Wall Art, impressions sur toile, encadré

  • Apportez des œuvres d'art de qualité musée dans votre décor de maison ou de bureau avec une impression sur toile qui ne se déformera ni ne s'affaissera
  • Chaque impression sur toile mesure 1,25" de profondeur, avec un dos rigide et scellé et du matériel de suspension préinstallé, elle est donc conçue pour être solide et est très facile à afficher.

Woman Walks Ahead (DVD) Bibliothèque publique de Coronado

  • Catherine Weldon, une portrait peintre des années 1890 à Brooklyn, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull et se retrouve mêlé à la lutte des peuples Lakota pour les droits sur leurs terres.

Intrigue derrière une peinture de Sitting Bull : le petit savoir

Hpr1.com AD : 8 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 85

  • 1 “Catherine Weldon, Sitting Bull», Histoire du Dakota du Nord 72, n.s.
  • Taureau assis Weldon's White Squaw ? », The West, octobre 1964, p. 67
  • Creux, "Portrait de Sitting Bull par Caroline Weldon," Dakota du nord

Ce que dit ce film des années 1800 sur Sitting Bull

Marketwatch.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 97

Michael Greyeyes (à gauche) comme Sitting Bull et Jessica Chastain comme Catherine Weldon, dans « Woman Walks Ahead », qui a été présenté en première au Toronto International Film …

Le drame de Jessica Chastain « Woman Walks Ahead » attrapé par A24

Réalisé par Susanna White, le film est centré sur Catherine Weldon, une portrait peintre de Brooklyn des années 1890, qui se rend dans le Dakota pour peindre un portrait de Sitting Bull

Woman Walks Ahead (DVD) Bibliothèque du comté de Hennepin

  • Catherine Weldon, une portrait peintre des années 1890 à Brooklyn, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull et se retrouve mêlé à la lutte des peuples Lakota pour les droits sur leurs terres.

Woman Walks Ahead (DVD) Bibliothèque publique de San Antonio

  • Catherine Weldon, une portrait peintre des années 1890 à Brooklyn, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull et se retrouve mêlé à la lutte des peuples Lakota pour les droits sur leurs terres.

"taureau assis" Films — The Movie Database (TMDb)

Themoviedb.org AD : 18 PENNSYLVANIE: 34 Rang MOZ : 84

  • En 1890, Catherine Weldon, un peintre de New York, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait de Sitting Bull et s'implique dans la lutte du peuple Lakota pour que le gouvernement respecte ses droits sur la terre où il vit

Woman Walks Ahead (DVD) Bibliothèque du comté de Las Vegas-Clark

  • Catherine Weldon, une portrait peintre des années 1890 à Brooklyn, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull et se retrouve mêlé à la lutte des peuples Lakota pour les droits sur leurs terres.

Woman Walks Ahead (DVD) La bibliothèque publique d'Indianapolis

Femme marche devant (DVD) : Catherine Weldon, une portrait peintre des années 1890 à Brooklyn, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull et se retrouve mêlé à la lutte des peuples Lakota pour les droits sur leurs terres.

Interview de Jessica Chastain sur "La femme marche devant"

  • Fonderie Catherine Weldon et Sitting Bull était facile pour le réalisateur
  • Susanna a admis que Jessica a beaucoup des mêmes qualités incroyables que Catherine

"Woman Walks Ahead" trébuche entre réalité et fiction

  • La version écran dit Weldon est allé à l'Ouest pour peindre un portrait de Sitting Bull
  • On dirait qu'elle est veuve, et il n'y a pas d'enfant
  • Alors qu'elle affronte les conditions de vie des Indiens, la haine des Blancs à leur égard et les machinations politiques, Weldon commence à défendre les Amérindiens
  • Elle est fascinée par Sitting Bull, et lui avec elle.

Woman Walks Ahead (DVD) Bibliothèque du comté de Contra Costa

  • Catherine Weldon, une portrait peintre des années 1890 à Brooklyn, se rend dans le Dakota du Nord pour peindre un portrait du chef Sitting Bull et se retrouve mêlé à la lutte des peuples Lakota pour les droits sur leurs terres.

Jessica Chastain sur la politique d'immigration de Trump

"Woman Walks Ahead" suit l'histoire vraie de Catherine Weldon (joué par Chastain), un des années 1800 portrait peintre de Brooklyn qui voyage dans l'Ouest pour chercher Sitting Bull


De la fumée dans nos yeux

Avec une forte distribution d'acteurs amérindiens dans les rôles principaux et secondaires, Hostiles, produit en 2017, est l'un des plus récents westerns à tenter de raconter l'histoire du conflit américano-indienne à la frontière occidentale.
– Avec l'aimable autorisation de Lionsgate. –

Le tout premier long métrage réalisé à Hollywood, le film de Cecil B. DeMille en 1914 L'homme squaw, était un western centré sur l'Inde, et D.W. Griffith faisait des films comme Le point de vue de l'homme rouge cinq ans plus tôt. Qu'ils soient factuels ou fantastiques, les westerns indiens ont une longue histoire, quoique mouvementée. Les points de vue sont variés : quand Francis Ford a réalisé et joué dans les années 1912 Le dernier combat de Custer, les Indiens étaient dépeints comme des sauvages. Quand son jeune frère John Ford a réalisé 1948's Fort Apache, il ne faisait aucun doute que le personnage de Custer d'Henry Fonda était le sauvage.

Alors que les premiers films avaient tendance à montrer les Indiens comme l'ennemi à la fois des Blancs et du progrès, il y avait toujours des représentations sympathiques des Indiens, qu'ils soient de nobles sauvages, des innocents enfantins ou simplement des êtres humains. Un traitement plus impartial est devenu la norme dans les années 1970, ce qui n'est pas par coïncidence avec la montée de l'activisme indien. L'occupation d'Alcatraz et de Wounded Knee par l'American Indian Movement, et le refus de Marlon Brando de Parrain Oscar sur le traitement indien dans les films, ont d'abord été accueillis par le public avec amusement ou agacement, mais ces actions ont attiré l'attention sur le traitement injuste des Indiens par diverses agences gouvernementales. Trois des participants et porte-parole les plus visibles du Mouvement deviendront finalement trois des acteurs les plus respectés de la nouvelle vague de westerns : Russell Means, Graham Greene et Wes Studi, qui est devenu en octobre le premier Indien d'Amérique à recevoir un Oscar de carrière. .

Les guerriers de la justice sociale pourraient rejeter les films plus anciens simplement parce que les Indiens étaient représentés par des non-Indiens, mais ce serait stupide. L'idée soudainement largement acceptée que les gens ne devraient représenter que leur propre identité ethnique/raciale/sexuelle est d'un tout nouveau millésime. Michael Horse, Yaqui et Apache, qui ont joué Tonto dans les années 1981 La Légende du Rôdeur Solitaire, adjoint Hawk dans Pics jumeaux, et est dans le courant Appel de la nature, nous rappelle: "Le processus d'agir est de dépeindre quelque chose que vous n'êtes pas." Il ajoute: "Mais si vous faites une pièce culturelle et que vous n'amenez pas quelqu'un qui vient avec cette culture, vous allez vous tromper."

Michael Dante, acteur d'origine italienne, a joué de nombreux cow-boys dans les westerns, mais a également joué le fils de Victorio, face à Audie Murphy, dans les années 1964. Fusils Apache Cheval fou dans le Custer série télévisée et le plus célèbre a joué comme Faucon d'hiver. « Le problème à cette époque, il n'y avait pas beaucoup d'Amérindiens qui avaient une formation dans le théâtre. Ce n’étaient pas des professionnels, ils n’avaient pas d’opportunités. »

Au début du cinéma muet, les peuples autochtones se sont souvent représentés eux-mêmes. Dans les années 1908 Le braquage de banque, Quanah Parker, le dernier chef de guerre comanche, joue son propre rôle. Dans les années 1920 Les Fille de l'aube, la fille de Quanah, Wanada, et son fils White, jouent les rôles principaux. Tourné en Oklahoma, le film raconte l'histoire des luttes entre Comanche et Kiowa, et les membres de la tribu constituent l'ensemble du casting. Débutant sa carrière à l'écran en 1908, l'actrice Red Wing est née dans la réserve Winnebago du Nebraska et avait joué dans plus de 60 films lorsqu'elle a joué dans DeMille. T il Squaw Man. Le physique digne de l'évanouissement du chef Buffalo Child Long Lance a fait forte impression dans le premier talkie de Paramount Le Silence t Ennemi, et la célébrité semblait une réelle possibilité. Tragiquement, lorsque la rumeur s'est répandue qu'il n'était pas «pur» Indien, mais en partie noir, sa carrière s'est effondrée et il s'est suicidé.

Avec l'arrivée du son, DeMille a filmé L'homme squaw encore une troisième fois, avec l'actrice mexicaine Lupe Valez dans le rôle de l'Indienne. En 1934, Valez jouera dans le remarquable Garçon qui rit, d'après le roman d'Oliver La Farge, lauréat du prix Pulitzer. L'histoire d'un garçon Navajo traditionnel (Ramon Novarro) qui tombe amoureux d'une fille Navajo de la ville «américanisée» et d'une femme gardée, Valez était si audacieux et controversé que le réalisateur W.S. Van Dyke a gardé son nom hors du générique.

Basé sur la pièce de Broadway de 1905 du même titre, The Squaw Man a été produit par Cecil B. DeMille en 1914 et a été le premier western centré sur l'Inde.
– Avec l'aimable autorisation de Jesse L. Lasky, Feature Play Company. –

Fin du sentier, sorti en 1932, était un B Western pas comme les autres. Tim McCoy, qui avait vécu dans la réserve de Wind River et était adjudant général du Wyoming avant de devenir acteur, incarne le capitaine de cavalerie Tim Travers, qui s'est fait des ennemis au fort pour être un "amant Injun". Accusé d'avoir vendu des fusils aux Arapahos, il est démis de ses fonctions, mais ne part qu'après avoir prononcé un discours cinglant dénonçant l'armée et le gouvernement pour ne pas avoir respecté les traités conclus avec les Indiens. Bientôt, son fils est tué par des soldats, il est condamné à mort à tort, et ce n'est qu'à mi-chemin de ce film unique de 59 minutes !

Au cours des années 1930 et 1940, très peu de westerns ont été construits autour de personnages indiens. Puis vint 1950, et Flêche brisée, l'histoire en grande partie vraie du réalisateur Delmer Daves sur la paix négociée entre l'ancien combattant indien Tom Jeffords (James Stewart) et le chef Apache Cochise (nominé aux Oscars Jeff Chandler). L'honneur et la sagesse des protagonistes sont frappants. L'ironie tacite est que la paix ne serait pas honorée par le gouvernement. Jay Silverheels a pris une pause de Le Ranger solitaire pour donner une performance puissante mais brève en tant que Geronimo.

Après la Seconde Guerre mondiale, les producteurs, réalisateurs et scénaristes ont commencé à remettre en question les stéréotypes dans les westerns, comme dans Broken Arrow des années 1950, bien que la majorité des rôles indiens soient joués par des acteurs non indiens, dont Jeff Chandler dans le rôle de Cochise. Le distributeur italien de Broken Arrow a changé le titre pour le mélodramatique L'Amante Indiana, "Indian Lover".
– Avec l'aimable autorisation de la Twentieth Century Fox. –

En 1954 Battement de tambour, l'histoire de Delmer Daves sur la guerre des Modocs de 1873, mettait en vedette Charles Bronson dans le rôle de Kintpaush, le chef modoc connu sous le nom de capitaine Jack, face à Alan Ladd en tant que pionnier qui essaie d'empêcher de nouvelles effusions de sang. En plus d'être courageux et audacieux, Kintpaush a le sens de l'humour et est plus sophistiqué que les ministres et généraux qu'il manipule. Les parents de Bronson venaient de Lituanie. L'acteur et cascadeur Eastern Shoshone Cody Jones, qui a travaillé sur Le fils, Hostiles et le prochain Hors-la-loi Johnny Black, dit : « En fin de compte, jouer c'est jouer. Charles Bronson, il était bon. Michael Horse est d'accord. "Charles Bronson avait l'habitude de s'en approcher assez près."

Après la Seconde Guerre mondiale, les producteurs, réalisateurs et scénaristes ont commencé à remettre en question les stéréotypes dans les westerns, comme dans Broken Arrow des années 1950, bien que la majorité des rôles indiens soient joués par des acteurs non indiens, dont Jeff Chandler dans le rôle de Cochise. Le distributeur italien de Broken Arrow a changé le titre pour le mélodramatique L'Amante Indiana, "Indian Lover".
– Avec l’aimable autorisation de la Twentieth Century Fox –

Toujours en 1954, Burt Lancaster incarne Massai, un guerrier qui rompt avec Geronimo plutôt que de vivre dans la réserve de Floride, dans Apache. While his and his woman Jean Peters’ pale blue eyes are distracting, it’s a fine film full of original scenes, like Massai’s first terrifying visit to a white mans’ town, and his meeting with a successful Cherokee farmer. Charles Bronson again excels as Hondo, a sell-out to the Army.

Among the “White Man Who is Made an Indian Because of His Bravery” films, the best is 1957’s Run of The Arrow, from writer/director Sam Fuller. Rod Steiger plays an ex-Confederate who runs afoul of the Sioux, and when he survives their ritual “run of the arrow,” is made a member of the tribe by Chief Blue Buffalo (yes, Charles Bronson). A fine successor, is Elliot Silverstein’s 1970 film A Man Called Horse. From the pen of Dorothy M. Johnson, whose other filmed stories include The Hanging Tree et The Man Who Shot Liberty Valance, it stars Richard Harris as a British aristocrat whose hunting vacation ends when he’s captured and enslaved by a Sioux raiding party. When he’s allowed to join the tribe, and marry, the enemies they must contend with are not other whites, but Seminoles, with jarring brutality on both sides. The rituals are historically documented, and unflinching, performed by Iron Eyes Cody. Cody himself is perhaps the best real-life example of tribe adoption. Beginning in silent Westerns in 1926, Cody became the screen’s foremost Indian actor, with more than 200 roles in his nearly 60-year career, best remembered as the Crying Indian in the famous anti-littering P.S.A. Most Indians were well-aware that Cody was in fact the son of Italian immigrants, but because he always portrayed Indians in an honorable and historically accurate way, they kept his secret from the general public until after his death.

A Man Called Horse, starring Richard Harris (left, tied up) was released in 1970, the same year as Little Big Man. Both films were part of a new wave of Westerns with strong Native actor casts and sympathetic Indian storylines.
– Courtesy National General. –

Horse’s screenplay was by Jack DeWitt, whose Westerns were revisionist long before the term was coined. Dans Sitting Bull (1954), starring J. Carrol Naish, DeWitt pulls no punches in his contempt for Custer. And he daringly includes a historically accurate but rarely seen black Sioux (Joel Fluellen), a former slave adopted by the tribe. In DeWitt’s The Battles of Chief Pontiac (1952), Pontiac (Lon Chaney, Jr.) must deal with English allies and their homicidal Hessian mercenaries. “The industry has needed a good Indian for years,” Chaney had said, “and I’d like to be it.” He would be that in 1956’s Daniel Boone—Trailblazer, and the following year in the Saturday morning series Hawkeye and the Last of the Mohicans, in which he played James Fenimore Cooper’s Chingachook to John Hart’s Hawkeye.

In John Ford’s 1962 Cheyenne Autumn, Carroll Baker (left) starred with Mexican actors Dolores Del Rio as a Spanish woman and Gilbert Roland as Cheyenne leader Dull Knife. The film was the award-winning director’s most overt attempt to dramatize the plight of the Western Indians’ relocation to reservations.
– Courtesy Warner Bros. –

Although the often-glacial pace requires as much patience from the audience as the Congress expected from the Cheyenne, John Ford’s Cheyenne Autumn (1964) is a pro-Cheyenne telling of the Army’s attempt to force the Cheyenne from their homelands, to a reservation. Mad Magazine’s parody, Cheyenne Awful, features a background Indian commenting, “Notice how the director gave the five leading Indian roles to three Spaniards, an American and an Italian, while we réel Indians play crummy extras!” To be fair to Ford, the three “Spaniards”—Dolores Del Rio, Ricardo Montalban and Gilbert Roland—were all Mexican by birth, and presumably of Indian as well as Spanish blood.

“Paul Newman nailed it,” Michael Horse says of his performance in 1967’s Hombre, Elmore Leonard’s Western take on J. M. Barrie’s The Admirable Crichton. Newman is the self-possessed white-raised-by- Apaches whose path crosses with a stagecoach full of “real” whites, including embezzling Indian Agent Fredric March and outlaw Richard Boone. Directed by Martin Ritt, the film makes social points that are organic yet startling.

In 1970, Dustin Hoffman (far left) starred as Jack Crabb in the title role of the alt-Western Little Big Man opposite Oscar-nominated Canadian Indian actor Chief Dan George George (near left). A Coast Salish tribal member of the Tsleil-Waututh Nation, George’s character, Old Lodge Skins, is Crabb’s adopted Indian father and philosophical voice of the film. His dialogue, written by novelist Thomas Berger and screenwriter Calder Willingham, is often quoted, including the famous line, “Sometimes the magic works, and sometimes it doesn’t.
– Courtesy National General. –

Michael Horse recalls, “Little Big Man was the first time I saw one of those funny old elders that I grew up with, and Chief Dan George was just magic. ‘Am I still in this world?’ ‘Yes, grandpa.’ Dustin Hoffman tells him, ‘I have a white wife.’ ‘Does she show enthusiasm when you mount her?’” Little Big Man (1970) is the story of the only white survivor of Custer’s Last Stand. A jarring mix of broad humor and horrendous slaughter, the brutality in the depiction of the Army, and Richard Mulligan’s portrayal of Custer as a preening halfwit, make it unforgettable.

Dans Chato’s Land (1972), all Charles Bronson’s half breed Chato wants is to enjoy a drink at the saloon, but when a lawman gives him no other choice, Chato kills him. A posse pursues him into the desert, not realizing they’ve become Chato’s quarry. With almost no dialogue, performing almost entirely alone, Bronson gives a calm dignity and perseverance to his character.

American Indian actor Ned Romero played Nez Perces Chief Joseph in the ground-breaking television production I Will Fight No More Forever. Produced by Wolper-Margulies Productions two years before Roots, the film featured the largest American Indian cast in television production history.
– Courtesy ABC Television. –

In David Wolper and Stan Margulis’s 1975 Emmy-nominated production I Will Fight No More Forever, the unpunished murder of an Indian by a white begins an unwanted war. Famed one-armed Gen. Oliver O. Howard (James Whitmore) is ordered to force the Nez Perce onto a reservation. Chief Joseph (Ned Romero) befuddles the general with his superior tactics, keeping his tribe one step ahead of the Army for over a hundred days, nearly reaching Canada before surrendering with the words that are the film’s title. Written by Jeb Rosebrook and Theodore Strauss, the TV movie features a young Sam Elliott as Indian-sympathetic Capt. Charles E.S. Wood .

In 1993, Cherokee actor Wes Studi (foreground, above, left) starred in the title role of Geronimo: An American Legend, with a strong supporting cast of fellow American Indian actors, including Steve Reevis as Chato (foreground, above, right).
– Courtesy Columbia Pictures. –

In 1975, independent rural filmmaker Charles B. Pierce wrote and directed Winterhawk. When a Blackfeet village is struck with smallpox, Winterhawk (Michael Dante) goes to a mountain man rendezvous to trade pelts for medicine, but is instead bushwhacked and robbed by badman L.Q. Jones. Winterhawk captures a sister (Dawn Wells) and brother to trade for medicine. Notable for its cast, the pursuers are Leif Erickson, Woody Strode, Denver Pyle and Elisha Cook Jr. Dante notes, “When you’re playing a Native American, you have to speak with your hands in the dirt psychologically, to relate to the moon, the wind and stars, the elements, the environment. They’re very spiritual. He was not written as a spiritual man. I brought that.” It was the last time Dante would play an Indian. “Now they won’t hire a white man. They don’t need to they have a lot of wonderful actors. Graham Greene, Wes Studi, Zahn McClarnon, Adam Beach—he’s an outstanding actor.” Dante was delighted to learn that one of his favorite current actors made his first visit to a set on Winterhawk. “I grew up in Montana,” says Longmire’s Zahn McClarnon. “They were looking for extra women. My mom is this gorgeous Lakota woman, and she went onto the set to be an extra. And I met Woody Strode. I was like six or seven, I wouldn’t go ask for his autog raph. But I finally got the nerve to.”

Creek Indian Will Sampson, who received great notoriety for his groundbreaking role as Chief Bromden in One Flew Over the Cuckoo’s Nest, co-starred with Chief Dan George as Ten Bears in Clint Eastwood’s Western classic, The Outlaw Josey Wales.
– Courtesy Warner Bros. –

What are some of McClarnon’s favorite Indian films? “One Flew Over the Cuckoo’s Nest et Josey Wales.” Cody Jones concurs. “Clint Eastwood used Chief Dan George in Outlaw Josey Wales, that’s one I enjoy a whole lot. Even today, the image of the Native is the great warrior of the plains, the stoic. But reality is, American Indian culture has a lot of laughing. And Will Samson: big guy, big presence. It was awesome to see Clint bring the natives into the forefront like he did.” At least the first half of Josey Wales, one of Eastwood’s best films, is about a farmer seeking revenge on the Union soldiers who slaughtered his family. But it’s the humor and the humanity that stays with you.

Dans Legend of Walks Far Woman (1982), Raquel Welch’s character, banished by her Blackfeet tribe, tries to make a life with her mother’s Sioux people. This is a woman’s story full of unusual situations, like dealing with her husband after a concussion suffered at the Little Bighorn makes him violent. The only whites seen are the dead cavalrymen whose pockets are emptied.

A groundbreaking film released 30 years ago, Dances with Wolves, starring Kevin Costner (far left) won Best Picture for its poignant and empathetic story of a white soldier who is adopted into the Lakota Sioux tribe. The award-winning movie remains the standard bearer for Western films about the 19th-century American Indian experience.
– Courtesy Orion Pictures. –

Dances with Wolves (1990) was the game changer. In addition to being an excellent film, and an astounding first-time directing effort by Kevin Costner, no other film had ever given so many major roles to Native actors: Graham Greene, Rodney A. Grant, Floyd “Red Crow” Westerman, Tantoo Cardinal, Wes Studi and nearly a dozen others. The Last of the Mohicans (1992) continued the same trajectory. Michael Mann’s film, the ninth version in America alone, starred Daniel-Day Lewis, Madeleine Stowe and Wes Studi, and introduced many audiences to Russell Means and Eric Schweig. Both films combine thrilling romance and action, compelling characters, and seemingly doomed civilizations. They are both beautifully made films. Mohicans made a fortune, and Wolves is the most successful Western of all time.

The late August Schellenberg, a Canadian actor of Mohawk and European descent, starred as Sitting Bull in the HBO film adaptation of Dee Brown’s Bury My Heart at Wounded Knee. He considered it his greatest role.
– Courtesy HBO. –

Geronimo—An American Legend is the 1993 masterpiece of director Walter Hill, writer John Milius, and star Wes Studi. A lavish war movie as well as a Western, it follows Geronimo from his surrender to the Army, to his followers’ and his own mis treatment, to his escape to Mexico, and beyond. The problems of the chain of command are highlighted, as Geronimo puts his faith in General Crook (Gene Hackman), and Lieutenant Gatewood (Jason Patric), whose actions are controlled from Washington.

Plains Cree Michael Greyeyes starred as Sitting Bull in the critically acclaimed Woman Walks Ahead. Released in 2017, the indie film reflects a growing trend by filmmakers to cast Indian actors to star in films exploring a broader understanding of American Indian culture.
– Courtesy Black Bicycle Productions. –

Unlike Chief Joseph, Sitting Bull and his Lakota followers did manage to reach Canada, but not for long. Bury My Heart at Wounded Knee, the heartbreaking 2007 TV movie, is seen largely through the eyes of Charles Eastman (Adam Beach). As a Sioux child he’s taken from his parents, and sent to a school to be Americanized: his hair cut, his clothing replaced, forbidden to use his native language, he’s even forced to take on a Christian name. But when the educators see how bright he is, he’s sent to college and medical school, used as a PR tool by the government, and finally returns to Standing Rock, where he tries desperately to fit in, and to save his people.

Wes Studi, who starred in Hostiles as Cheyenne Chief Yellow Hawk, recently became the first Indian actor to receive an Academy Honorary Oscar Award.
– Courtesy Lionsgate. –

In the past couple of years, there have been two impressive Indian-centered Westerns. Hostiles stars Wes Studi as a long-imprisoned Cheyenne Chief finally allowed to return to his ancestral home. Christian Bale is the Indian-hating Army captain who reluctantly agrees to escort him. It feels spiritually like a continuation of Studi’s earlier Geronimo. La femme marche devant stars Jessica Chastain as Catherine Weldon, a New York painter who journeyed out west to paint a portrait of Sitting Bull (Michael Greyeyes), and becomes involved in the Sioux battle to protect their land.

Henry Parke est True West’s Western film and television editor. His book of interviews, Indians and Cowboys, will be published later this year. If we missed any of your favorite Indian Westerns, please share them with us. If you’d like to read more of Michael Dante’s interview and Henry’s columns on Western film and television, go to TrueWestMagazine.com and subscribe for full access to True West’s Archives.

Articles Similaires

Lee Martins’ The Last Wild Ride (CreateSpace, $7.35) tells the story of Sam Jefferies, a&hellip


Michael Pitt and Imogen Poots will star in The Sleeping Shepherd

Michael Pitt (Annibal) and Imogen Poots (Need for Speed) are set to lead The Sleeping Shepherd, an upcoming film from writer/director Frank Hudec. Meanwhile, Isabelle Huppert (Amour) and Willem Dafoe (John Wick) have also joined the film, which marks Hudec's first feature-length directorial effort since his 2000 dark romantic comedy Building Bombs.

Inspired by the true story of of art thief Stéphane Breitwieser, The Sleeping Shepherd centers on a failed painter named Alex (Pitt) who teams with rich girl Karoline (Poots) for an art-stealing trip throughout Europe. However, their crime spree is cut short when Alex is captured, leading his mother (Huppert) to launch a scheme to save her son's life.

Source: Solution Entertainment Group


Nous avons trouvé au moins 10 Liste de sites Web ci-dessous lors de la recherche avec sitting bull painting catherine weldon sur le moteur de recherche

Intrigue Behind a Sitting Bull Painting: The Little-Known

  • Weldon left the reservation just weeks before Sitting Bull’s death and became a footnote in history
  • Her painting was hanging in Sitting Bull’s cabin on Dec
  • On that morning a gunfight broke out when Indian agency police came to arrest him, and Sitting Bull and others were killed.

Portrait of Sitting Bull on Display at North Dakota

Ndtourism.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 68

Original painting done by Catherine (Caroline) Weldon from "Woman Walks Ahead" Forget for a moment that the movie “Woman Walks Ahead” is anything more than a great story: That a woman from New York City came to Fort Yates Agency in the late 1800s and painted Sitting Bull, one of the greatest and most well-known Native American chiefs in our

Caroline Weldon: A White Woman’s Doomed Effort to Save

Histoire.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 67

  • Weldon warned Sitting Bull that it would turn him into a target, but he disregarded her
  • She began to advocate against the dance, causing a rift with Sitting Bull
  • Finally, she left the reservation.

Caroline Weldon: The Real Painter Who Befriended Chief

  • Caroline Weldon: The Real Painter Who Befriended Chief Sitting Bull
  • Caroline Weldon shocked the world when she moved to the Dakota Territory intent on helping Chief Sitting Bull

Original Painting Of Sitting Bull By Catherine Weldon

  • Caroline Weldon A White Woman S Doomed Effort To Save original painting de sitting bull par catherine weldon is important information accompanied by photo and HD pictures sourced from all websites in the world
  • Download this image for free in High-Definition resolution the …

Caroline Weldon and Sitting Bull – The True Story

  • Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon et Sitting Bull
  • Pollack, on the basis of Johnson’s book (above), chooses to use the name “Catherine. " Because she is included in Wikipedia as “Caroline,” I chose to use this name to make it …

How a Brooklyn widow became the Victorian era’s ‘Hanoi Jane’

Nypost.com AD : 10 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 66

Portrait of Sitting Bull painted by Catherine Weldon Historic Arkansas Museum “They said she was carrying his love child, that his wives were running around after her with knives,” said

Catherine Weldon Painting Of Chief Sitting Bull

  • Caroline Weldon Wikipédia catherine weldon painting of chief sitting bull is important information accompanied by photo and HD pictures sourced from all websites in the world
  • Download this image for free in High-Definition resolution the choice "download button" below.

Art and Film: Catherine Weldon and Sitting Bull

  • Michael Greyeyes as Sitting Bull and Jessica Chastain as painter Catherine Weldon in Woman Walks Ahead
  • Handsomely shot in New Mexico and based on a true story that is liberally embellished, the movie concerns the 1889–90 quest of activist painter Catherine Weldon (Jessica Chastain, humbly calibrated), here a New York widow (in reality, a

Sitting Bull and Caroline Weldon: Facts vs Fiction

Hhhistory.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 76

  • Weldon's courage to travel to the Dakota Territory alone, intent on painting a portrait of the great Lakota chief Sitting Bull
  • My heart ached for Sitting Bull and his people as they struggled to preserve their way of life in the face of white settlement and laws created by white men who lived far, far away from Lakota land.

Where is the painting of Sitting Bull by Catherine Weldon

Study.com AD : 9 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 69

Answer to: Where is the painting de Sitting Bull par Catherine Weldon? By signing up, you&#039ll get thousands of step-by-step solutions to your

The story behind 'Woman Walks Ahead' movie

Kfyrtv.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 75

The portrait of the Hunkpapa Lakota leader was done by Catherine Weldon, an Indian activist who came to the Standing Rock Reservation in 1889, to capture Sitting Bull

The Real Catherine Weldon, Subject Of Woman Walks Ahead

Refinery29.com AD : 18 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 80

  • Weldon and her son lived with Sitting Bull's two wives, children, and 200 tribesmen
  • Sitting Bull’s people named her Toka hey mani win , which translates to …

The True Story Behind Woman Walks Ahead

News.yahoo.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 45 Rang MOZ : 72

The movie Woman Walks Ahead — opening Friday, starring Jessica Chastain, Michael Greyeyes and Sam Rockwell — centers on what might seem like a minor moment in history: the 19th century efforts of Catherine Weldon, a white woman from Brooklyn, to paint a portrait of Lakota Sioux Chief Sitting Bull.But the story of the painting, which plays a much smaller role in the real history of Sitting

'Woman Walks Ahead': The True Story Behind the Movie Time

Time.com AD : 8 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 72

As explained by the book that inspired the movie, Eileen Pollack’s Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon et Sitting Bull, she …

Caroline Weldon, 19th Century Indigenous Rights Advocate

Mentalfloss.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 84

  • Steele bought the painting de Sitting Bull's wives for $2 and kept it for six decades, donating it to the State Historical Society of North Dakota in 1953
  • Weldon acted as Sitting Bull’s

Chief Sitting Bull Paintings Fine Art America

  • Choose your favorite chief sitting bull paintings from 113 available designs
  • All chief sitting bull paintings ship within 48 hours and include a 30-day money-back guarantee.

The Story of Catherine Weldon and Sitting Bull

Youtube.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 6 Rang MOZ : 38

  • I don’t remember the last time a film impacted me this much (movie: Woman Walks Ahead)
  • Here’s the story of chief Sitting Bull and painter Catherine Weldon.

Woman Walks Ahead: Brooklyn’s Catherine Weldon’s

  • Comme Sitting Bull tells Catherine, when the Sioux killed buffalo, every part of it was used by the community, unlike the indiscriminate slaughter of the whites
  • So nature plays a major role in the film.

Book details woman who had special relationship with

Eileen Pollack writes about Catherine Weldon, a woman from Brooklyn, who twice came to the Standing Rock Indian Reservation to work with Sitting Bull and to paint his portrait.

Woman Walks Ahead Sitting Bull the Painter

Youtube.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 6 Rang MOZ : 41

About Press Copyright Contact us Creators Advertise Developers Terms Privacy Policy & Safety How YouTube works Test new features Press Copyright Contact us Creators

Dances With Bulls (“Woman Walks Ahead”) Linnet Moss

Linnetmoss.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 48 Rang MOZ : 83

  • In Woman Walks Ahead, Catherine Weldon, a thirtysomething painter from New York, travels to the Dakota territory to meet the living legend Sitting Bull and paint his portrait
  • The film's good intentions combine with Hollywood imperatives to produce a pleasant entertainment, where there could have been so much more
  • The filmmakers want Weldon to be…

Catherine Weldon (unknown-1939)

Findagrave.com AD : 18 PENNSYLVANIE: 36 Rang MOZ : 76

  • Weldon was one of the only white people of her time of either gender who not only had the right political view of Native American rights, but also gave her life to work for those rights,” says Eileen Pollack, author of Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon et Sitting Bull
  • The book, which details Weldon’s doomed, self

Art and Film: Catherine Weldon and Sitting Bull Sitting

Pinterest.de AD : 16 PENNSYLVANIE: 24 Rang MOZ : 63

  • Oct 15, 2018 - Contributed by Jonathan Stevenson / Trump’s reactionary public policy, which has institutionalized contempt for the advances in social justice forged in the United States over the past 150 years, has produced pervasive discontent
  • Anger about his racism, misogyny, and homophobia is manifesting itself through art in different ways
  • In tone, resistance ranges from […]

Review: Woman Walks Ahead Proves Good Intentions Don’t

Vanityfair.com AD : 18 PENNSYLVANIE: 43 Rang MOZ : 85

  • The real Catherine Weldon, and her relationship with Sitting Bull, would have made for a much more radical film than this same old, snoozy biopic

Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon and

Amazon.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 89

  • Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon et Sitting Bull: New and Updated Edition - Kindle edition by Pollack, Eileen
  • Download it once and read it on your Kindle device, PC, phones or tablets
  • Use features like bookmarks, note taking and highlighting while reading Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon et Sitting Bull: New and Updated Edition.

North Dakota Heritage Center Expansion Proposed

History.nd.gov AD : 18 PENNSYLVANIE: 27 Rang MOZ : 71

  • Cette painting is one of several items from the collections of the State Historical Society sent to Eu-rope for the Sitting Bull exhibit
  • The New York artist Catherine Weldon created this image and gave it to Sitting Bull, who hung it on the wall of one of his cabins
  • In the exchange of gun fi re that resulted in

Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon and

Amazon.com AD : 14 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 91

  • This book restores a little-known advocate of Indian rights to her place in history
  • In June 1889, a widowed Brooklyn artist named Catherine Weldon traveled to the Standing Rock Reservation in Dakota Territory to help Sitting Bull hold onto land that the government was trying to wrest from his people.

Sioux Chief Sitting Bull Wall Art, Canvas Prints, Framed

  • Bring museum quality art into your home or office decor with a canvas print that will never warp or sag
  • Each canvas print is 1.25” deep, with a hard, sealed finish back and pre-installed hanging hardware, so it’s designed to hang tough and is super easy to display.

Catherine S. Weldon Artist Art for Sale Biography

Artist-info.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 46 Rang MOZ : 94

Catherine S. Weldon: 3 exhibitions from Dec 2008 - Mar 2010, exhibition venues worldwide of artist Catherine S. Weldon, Exhibition History, Summary of artist-info.com records, Solo/Group Exhibitions, Visualization, Biography, Artist-Portfolio, Artwork Offers, Artwork Requests, Exhibition Announcements

The True Story Behind Woman Walks Ahead – New York News

  • The movie Woman Walks Ahead — opening Friday, starring Jessica Chastain, Michael Greyeyes and Sam Rockwell — centers on what might seem like a minor moment in history: the 19th century efforts of Catherine Weldon, a white woman from Brooklyn, to paint a portrait of Lakota Sioux Chief Sitting Bull
  • But the story of the painting, which plays a much smaller role in the real history of Sitting

Jessica Chastain Journeys to Paint Sitting Bull in ‘Woman

In the clip, the actress plays Catherine Weldon, an American widowed artist from New York that travels alone via train to North Dakota in pursuit of painting a portrait of Chief Sitting Bull

Review: Jessica Chastain plays the artist who painted

Latimes.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 97

In “Woman Walks Ahead,” a handsome snooze of a historical drama, Jessica Chastain plays Catherine Weldon, a widowed New York City artist who travels to …

How “Woman Walks Ahead” Tries Not To Be A White Savior Film

  • Michael Greyeyes as Sitting Bull and Jessica Chastain as Catherine Weldon in Woman Walks Ahead
  • At its heart, Woman Walks Ahead is a film about fighting against erasure
  • A biographical film, director Susanna White characterizes it as an “anti-western” — a recalibration of a genre that has historically sidelined and maligned women and

Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon and

Goodreads.com AD : 17 PENNSYLVANIE: 37 Rang MOZ : 88

  • Bill just finished reading a very interesting book, "Woman Walking Ahead, in search of Catherine Weldon et Sitting Bull" by Eileen Pollack written in 2002
  • Pollack following up on one of graduate school professors suggesting she write a book about a mysterious woman who lived with Sitting Bull during the last years of his life.

Sitting Bull film to be shown in North Dakota Grand

Starring Jessica Chastain, right, as Catherine Weldon and Michael Greyeyes, left, as Sitting Bull, "Woman Walks Ahead" depicts Weldon's journey to the Dakotas in …

Review: A ‘Woman Walks Ahead,’ and Sitting Bull Stands Up

Nytimes.com AD : 15 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 14

Intent on painting the portrait of the Lakota Sioux chief Sitting Bull (Michael Greyeyes), Catherine (Jessica Chastain) travels from New York City to North Dakota.

'Woman Walks Ahead' Review: Jessica Chastain as Catherine

Variety.com AD : 11 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 98

As in Eileen Pollack’s 2002 book, “Woman Walking Ahead: In Search of Catherine Weldon et Sitting Bull,” director White seems to identify personally with the challenge that a …

Woman Walks Ahead review – Jessica Chastain historical

Theguardian.com AD : 19 PENNSYLVANIE: 50 Rang MOZ : 12

Chastain stars as Catherine Weldon, the artist who risked the ire of the pioneers to paint Native American leader Sitting Bull, in a solidly crafted film ‘A film that shows that art is political


Voir la vidéo: The Story of Catherine Weldon and Sitting Bull (Décembre 2021).