Informations

Critique : Volume 56 - Éducation


Premier récit novateur de l'enseignement de l'histoire dans les écoles publiques d'Angleterre du début des années 1900 à nos jours, cette étude accessible est une contribution majeure aux débats actuels sur la place de l'histoire en classe et dans le programme national. S'appuyant sur une grande variété de documents inédits jusqu'à présent, y compris des archives d'histoire orale spécialement créées et les souvenirs de nombreux anciens élèves sur ce que c'était que d'être à la réception et à quel point ils se souviennent de ce qu'on leur a enseigné, les auteurs de ce livre puissamment argumenté présentent un compte rendu original et complet des décisions politiques et des pratiques pédagogiques qui ont déterminé le type d'histoire qui a été enseigné en classe. Concluant avec quelques recommandations importantes sur ce qui doit être fait pour sauvegarder l'enseignement de l'histoire dans les écoles d'Angleterre à l'avenir, The Right Kind of History sera une ressource inestimable pour les enseignants, les universitaires, les pédagogues et les décideurs.

Phil Beadle est professeur d'anglais, ancien enseignant du secondaire de l'année au Royaume-Uni aux National Teaching Awards et double diffuseur lauréat du Royal Television Society Award pour The Unteachables et Can't Read Can't Write sur Channel 4. "Bad Education" est une collection de chroniques de Phil Beadle de la section Guardian s Education et est un jeu de rire à la minute à travers plus ou moins tous les aspects de l'éducation britannique au cours de la dernière décennie, ce qui rend les événements occasionnels, entièrement accidentels, sérieux point.

L'intelligence spirituelle est la capacité innée que tous les enfants ont à trouver une plus grande merveille et un but dans leur vie, à travers les vies qu'ils mènent déjà. La curiosité naturelle, le sens du jeu et de l'amusement, l'envie de se remettre en question sont les ressources que tous les enfants possèdent et peuvent utiliser pour explorer plus profondément qui ils sont et ce que leur existence peut signifier pour eux. A Moon On Water est conçu comme un cahier d'idées et d'activités pratiques à utiliser dans les écoles qui peut être appliqué dans une gamme de contextes à travers le programme d'études ; comme base d'une recherche philosophique, pour explorer les sentiments et améliorer la débrouillardise émotionnelle, pour ajouter la dimension des valeurs aux sujets et aux connaissances que les enfants étudient. En bref, le livre cherche à montrer aux enfants comment relier qui ils sont avec ce qu'ils font, avec pourquoi ils sont ici. Comprend un CD-ROM et un CD audio.


Une histoire de l'université en Europe

Une histoire de l'université en Europe est une série de quatre volumes sur l'histoire et le développement de l'université européenne depuis les origines médiévales de l'institution jusqu'à nos jours. La série a été dirigée par l'Association européenne des universités [1] et publiée par Cambridge University Press entre 1992 et 2011. Les volumes consistent en des contributions individuelles d'experts internationaux dans le domaine et sont considérés à ce jour comme l'ouvrage le plus complet et faisant autorité sur le sujet. [2] [3] [4] Il a été entièrement ou partiellement traduit en plusieurs langues. [5]

Une histoire de l'université en Europe
AuteurHilde de Ridder-Symoens et Walter Rüegg (dir.)
PaysRoyaume-Uni
LangueComplètement : anglais, allemand
En partie : espagnol, portugais
En cours : russe, chinois
GenreHistoire de l'université
Éditeurla presse de l'Universite de Cambridge
Publié1992–2011
Nombre de livres4


Critique : Volume 56 - Éducation - Histoire

PROLA offre un accès immédiat à la collection de revues APS remontant au premier volume de chaque revue. Un abonnement à PROLA donne accès à tout le contenu de la revue, à l'exception de l'année en cours et des trois années précédentes.

ÉTALON PRL

Élément n° 102
A. Ghiorso, T. Sikkeland, J.R. Walton et G.T. Seaborg
Lire la lettre

Modèle à deux fluides de la supraconductivité
Jean Bardeen
Lire la lettre

CHRONOLOGIE

La chronologie présente des événements liés à la Physical Review et à la PRL, ainsi que les développements fondateurs de la physique après 1893. Nous énumérons également quelques articles importants publiés par les revues.

Parcourir les archives

Alertes courrier électronique

Inscrivez-vous pour recevoir régulièrement des alertes par e-mail de Archives des revues physiques

Inscrivez-vous pour recevoir régulièrement des alertes par e-mail de Archives des revues physiques

Plus de liens
Auteurs
Arbitres
Bibliothécaires
Étudiants
Membres de l'APS

ISSN 1536-6065 (en ligne). © 2021 Société américaine de physique. Tous les droits sont réservés. Examen physique™, Lettres d'examen physique™, Examen physique X™, Avis sur Modern Physics™, Examen physique A™, Examen physique B™, Examen physique C™, Examen physique D™, Examen physique E™, Examen physique appliqué™, Physical Review Fluids™, Accélérateurs et faisceaux d'examen physique, Examen physique Physics Education Research™, Logo APS Physique, et Logo de la physique sont des marques déposées de l'American Physical Society. Les informations sur l'inscription peuvent être trouvées ici. L'utilisation des sites Web et des revues de l'American Physical Society implique que l'utilisateur a lu et accepte nos conditions générales et tout contrat d'abonnement applicable.


La pandémie a bouleversé le fonctionnement de l'école. (Et la perturbation, c'est bien !) Dix-huit changements pour lesquels nous sommes totalement là.

Visitez notre site Web Centennial pour découvrir comment HGSE a fait une différence dans le domaine de l'éducation - et comment s'impliquer. >

Usable Knowledge est une ressource en ligne de la Harvard Graduate School of Education qui vise à rendre la recherche en éducation et les meilleures pratiques accessibles aux éducateurs, aux décideurs, aux membres des médias, aux dirigeants d'organisations à but non lucratif, aux entrepreneurs et aux parents.


Journal de recherche sur les niveaux intermédiaires

Middle Grades Research Journal (MGRJ) est une revue à comité de lecture qui publie des études originales fournissant à la fois des cadres empiriques et théoriques axés sur l'éducation des niveaux intermédiaires. Une variété d'articles sont publiés en juin, septembre et décembre de chaque année de volume.

Un temps de transition : passer le relais

Cette année de publication, 2015, marque la fin du mandat de l'équipe éditoriale actuelle. Confrontée à une myriade de responsabilités de publication dans divers autres lieux, la rédactrice en chef, Frances Spielhagen, et son équipe de rédacteurs associés, Robert Capraro, Mary Margaret Capraro et Gerald Goldin, n'ont pas sollicité un autre mandat en tant que rédacteurs. Nous sommes reconnaissants pour le soutien que la revue a reçu de la part du comité de rédaction, de nos réviseurs et de nos contributeurs au cours des trois dernières années. Nous nous sommes efforcés de bâtir sur l'héritage de qualité et d'intégrité qui caractérise cette revue depuis sa création. Nous sommes fiers du travail que nous avons accompli et sommes impatients de soutenir la prochaine équipe alors qu'elle fera avancer ce journal dans les années à venir.

Au printemps 2015, le comité de rédaction du Middle Grades Research Journal a mené une recherche et un examen exhaustifs des candidatures pour une nouvelle équipe éditoriale. Deux propositions très fortes ont émergé de ce processus, rendant le processus de sélection difficile mais assurant que la revue bénéficierait de la succession d'un personnel solide, quelle que soit la sélection finale. Par conséquent, nous sommes fiers d'annoncer la nouvelle équipe éditoriale qui prendra la barre avec le numéro du volume 11, printemps 2016.

Éditeur Larry G. Daniel, Zucker Family School of Education, La Citadelle
Rédacteurs associés : Renée N. Jefferson, Zucker Family School of Education, La Citadelle
Aaron H. Oberman, Zucker Family School of Education, La Citadelle
Éditeurs d'actions : Stephenie M. Hewett, Zucker Family School of Education, La Citadelle
Tammy J. Graham, Zucker Family School of Education, La Citadelle
Éditeur de styles : Marie Marguerite Capraro, Collège d'éducation, Texas A&M University
Bureau de rédaction: École d'éducation de la famille Zucker
La citadelle
171 rue Moultrie, Capers 307
Charleston, SC 29409

La transition vers la nouvelle équipe aura lieu à l'automne 2015. L'équipe actuelle s'occupera du processus de révision du dernier numéro du volume 10, numéro 3, hiver 2015. Frances Spielhagen restera rédactrice émérite, à titre consultatif. pour la nouvelle équipe au besoin.


Revue européenne de l'éducation

Les Revue européenne de l'éducation est une revue internationale évaluée par des pairs qui présente des recherches et des analyses politiques récentes de haute qualité, principalement axées sur l'Europe, placées dans une perspective internationale. Le Journal publie les résultats de projets de recherche européens et explore des sujets clés qui préoccupent les décideurs politiques et les organisations internationales en Europe et au-delà. Le comité de rédaction rassemble des universitaires et des analystes politiques de différents pays européens et de grandes organisations internationales. Il existe également un réseau de correspondants éditoriaux distingués qui conseillent les rédacteurs en chef et le conseil d'administration. Lire la suite ici.

Article vedette 2020

Les éditeurs du Revue européenne de l'éducation ont le plaisir d'annoncer cette année EJE Article vedette :

L'éducation fantôme au service de la parentalité du tigre : stratégies utilisées par les familles de la classe moyenne en Chine

Résumé

Dans de nombreuses cultures, les parents investissent des proportions importantes des revenus du ménage dans ce que l'on appelle le système d'éducation parallèle des cours particuliers supplémentaires. Certaines parties de la littérature attribuent le tutorat intensif aux traditions culturelles de l'Asie de l'Est et à ce que l'on appelle la parentalité tigre. Basé sur une étude de méthodes mixtes à Shanghai, cet article examine la parentalité du tigre à travers une lentille socio-économique pour montrer les rôles de l'éducation parallèle dans la réalisation des objectifs parentaux. L'étude montre que la parentalité tigre est plus évidente dans les familles de la classe moyenne. Afin de transmettre ou d'accroître les avantages sociaux de manière intergénérationnelle, ces parents utilisent des cours particuliers pour préparer leurs enfants à des parcours académiques réussis dans l'enseignement ordinaire. La stratégie est motivée par les inquiétudes liées au statut social dans l'économie du risque en évolution rapide. L'éducation parallèle a fourni aux parents de nouveaux moyens d'accroître le capital culturel familial, ce qui non seulement facilite les performances scolaires, mais renforce également les dispositions de classe. L'étude souligne l'importance de comprendre la parentalité du tigre dans la culture de classe, en plus d'autres facteurs culturels. Il remet en question l'attribution simpliste de la parentalité du tigre au confucianisme en révélant des dimensions qui vont à l'encontre de la conception et de la tradition confucéennes de la parentalité. Il étend également la conceptualisation du capital culturel familial en décomposant les processus de tutorat en tant que parentalité externalisée à l'ère de l'expansion mondiale de l'éducation parallèle.


Bien sûr, la technologie perpétue le racisme. Il a été conçu ainsi.

Source photo : Getty / Mme Tech

Aujourd'hui, les États-Unis croulent sous le poids de deux pandémies : le coronavirus et les brutalités policières.

Les deux provoquent des violences physiques et psychologiques. Les deux tuent et affaiblissent de manière disproportionnée les Noirs et les Bruns. Et les deux sont animés par une technologie que nous concevons, réutilisons et déployons, qu'il s'agisse de recherche de contacts, de reconnaissance faciale ou de médias sociaux.

Cette histoire faisait partie de notre numéro de juillet 2020

Nous faisons souvent appel à la technologie pour aider à résoudre des problèmes. Mais lorsque la société définit, encadre et représente les personnes de couleur comme « le problème », ces solutions font souvent plus de mal que de bien. Nous avons conçu des technologies de reconnaissance faciale qui ciblent les suspects en fonction de la couleur de leur peau. Nous avons formé des systèmes automatisés de profilage des risques qui identifient de manière disproportionnée les personnes Latinx comme des immigrants illégaux. Nous avons conçu des algorithmes de notation de crédit qui identifient de manière disproportionnée les Noirs comme des risques et les empêchent d'acheter des maisons, d'obtenir des prêts ou de trouver un emploi.

La question à laquelle nous devons donc faire face est de savoir si nous continuerons à concevoir et à déployer des outils qui servent les intérêts du racisme et de la suprématie blanche,

Bien sûr, ce n'est pas du tout une question nouvelle.

Droits incivils

En 1960, les dirigeants du Parti démocrate ont été confrontés à leur propre problème : comment leur candidat à la présidence, John F. Kennedy, pouvait-il consolider le soutien décroissant des Noirs et des autres minorités raciales ?

Un politologue entreprenant du MIT, Ithiel de Sola Pool, les a approchés avec une solution. Il rassemblerait les données des électeurs des élections présidentielles précédentes, les alimenterait dans une nouvelle machine de traitement numérique, développerait un algorithme pour modéliser le comportement électoral, prédire quelles positions politiques conduiraient aux résultats les plus favorables, puis conseillerait à la campagne Kennedy d'agir en conséquence. Pool a lancé une nouvelle entreprise, la Simulmatics Corporation, et a exécuté son plan. Il a réussi, Kennedy a été élu et les résultats ont montré la puissance de cette nouvelle méthode de modélisation prédictive.

Les tensions raciales se sont intensifiées tout au long des années 1960. Puis vint le long et chaud été de 1967. Des villes à travers le pays ont brûlé, de Birmingham, Alabama, à Rochester, New York, à Minneapolis Minnesota, et bien d'autres entre les deux. Les Noirs américains ont protesté contre l'oppression et la discrimination auxquelles ils étaient confrontés de la part du système de justice pénale américain. Mais le président Johnson a qualifié cela de « désordre civil » et a formé la Commission Kerner pour comprendre les causes des « émeutes du ghetto ». La commission a fait appel à Simulmatics.

Dans le cadre d'un projet de la DARPA visant à inverser le cours de la guerre du Vietnam, la société de Pool avait travaillé dur pour préparer une campagne massive de propagande et psychologique contre le Vietcong. Le président Johnson était impatient de déployer la technologie d'influence comportementale de Simulmatics pour réprimer la menace intérieure de la nation, pas seulement ses ennemis étrangers. Sous le couvert de ce qu'ils ont appelé une « étude des médias », Simulmatics a constitué une équipe pour ce qui équivalait à une campagne de surveillance à grande échelle dans les « zones touchées par les émeutes » qui a attiré l'attention du pays cet été 1967.

Des équipes de trois membres se sont rendues dans des zones où des émeutes avaient eu lieu cet été-là. Ils ont identifié et interrogé des Noirs stratégiquement importants. Ils ont effectué un suivi pour identifier et interroger d'autres résidents noirs, dans tous les lieux, des salons de coiffure aux églises. Ils ont demandé aux habitants ce qu'ils pensaient de la couverture médiatique des « émeutes ». Mais ils ont également collecté des données sur bien plus : comment les gens se sont déplacés dans et autour de la ville pendant les troubles, à qui ils ont parlé avant et pendant, et comment ils se sont préparés pour les conséquences. Ils ont collecté des données sur l'utilisation des postes de péage, les ventes des stations-service et les itinéraires de bus. Ils sont entrés dans ces communautés sous prétexte d'essayer de comprendre comment les médias d'information auraient attisé les « émeutes ». Mais Johnson et les dirigeants politiques du pays essayaient de résoudre un problème. Ils visaient à utiliser les informations collectées par Simulmatics pour retracer le flux d'informations lors des manifestations afin d'identifier les influenceurs et de décapiter les dirigeants des manifestations.

Ils n'ont pas accompli cela directement. Ils n'ont pas assassiné des gens, mis des gens en prison ou les ont "disparus" secrètement.

Mais à la fin des années 1960, ce type d'information avait contribué à créer ce que l'on a appelé les « systèmes d'information sur la justice pénale ». Ils ont proliféré au fil des décennies, posant les bases du profilage racial, de la police prédictive et de la surveillance raciale ciblée. Ils ont laissé un héritage qui comprend des millions de femmes et d'hommes noirs et bruns incarcérés.

Recadrer le problème

La noirceur et les noirs. Les deux persistent en tant que problème de notre nation – oserais-je dire même de notre monde. Lorsque la recherche des contacts est apparue pour la première fois au début de la pandémie, il était facile de la considérer comme un outil de surveillance de la santé nécessaire mais bénin. Le coronavirus était notre problème, et nous avons commencé à concevoir de nouvelles technologies de surveillance sous la forme d'applications de recherche des contacts, de surveillance de la température et de cartographie des menaces pour aider à y remédier.

Mais quelque chose à la fois curieux et tragique s'est produit. Nous avons découvert que les Noirs, les Latinx et les populations autochtones étaient infectés et affectés de manière disproportionnée. Soudain, nous sommes également devenus un problème national, nous avons menacé de manière disproportionnée de propager le virus. Cela a été aggravé lorsque le meurtre tragique de George Floyd par un policier blanc a envoyé des milliers de manifestants dans les rues. Lorsque les pillages et les émeutes ont commencé, nous, les Noirs, étions à nouveau considérés comme une menace pour l'ordre public, une menace pour un système qui perpétue le pouvoir racial des blancs. On se demande combien de temps il faudra aux forces de l'ordre pour déployer ces technologies que nous avons d'abord conçues pour lutter contre le covid-19 afin de réprimer la menace que les Noirs sont censés représenter pour la sécurité de la nation.

Si nous ne voulons pas que notre technologie soit utilisée pour perpétuer le racisme, alors nous devons nous assurer que nous ne confondons pas les problèmes sociaux comme le crime, la violence ou la maladie avec les Noirs et les Bruns. Lorsque nous faisons cela, nous risquons de transformer ces personnes en problèmes pour lesquels nous déployons notre technologie, la menace que nous concevons pour éradiquer.

Charlton McIlwain est professeur de médias, de culture et de communication à l'Université de New York et auteur deBlack Software : Internet et la justice raciale, de l'AfroNet à Black Lives Matter


Registre fédéral - 9 novembre 1998 (Volume 63, Numéro 216)

AGENCE : Office pour la protection contre les risques liés à la recherche, National Institutes of Health, HHS.

RÉSUMÉ : Le 10 novembre 1997, l'Office for Protection from Research Risks (OPRR), en consultation avec la Food and Drug Administration (FDA), a demandé des commentaires écrits concernant le projet de republication de la liste qui identifie certaines activités de recherche impliquant des sujets humains. qui peut être examiné par l'Institutional Review Board (IRB) via la procédure d'examen accéléré autorisée dans 45 CFR 46.110. La période de commentaires s'est terminée le 10 mars 1998. L'OPRR et la FDA ont reçu un total combiné de 108 commentaires. Après un examen des commentaires, l'OPRR et la FDA publient désormais simultanément des listes révisées identiques de catégories d'activités de recherche qui peuvent être examinées par l'IRB via la procédure d'examen accéléré.

DATES D'ENTRÉE EN VIGUEUR : La liste révisée entre en vigueur le 9 novembre 1998.

POUR PLUS D'INFORMATIONS, CONTACTEZ : Michele Russell-Einhorn, directrice des affaires réglementaires, Office for Protection from Research Risks (OPRR), National Institutes of Health, 6100 Executive Blvd., Suite 3B01, Rockville, MD 20892-7507 ou téléphone (301) 435 -5649 (pas un numéro gratuit).

INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES : La politique fédérale (règle commune) pour la protection des sujets humains a été publiée dans le Federal Register le 18 juin 1991 (56 FR 28003) et est utilisée par 17 agences du pouvoir exécutif. Cette politique fédérale exige le respect de certaines exigences par les agences fédérales <SUP>1</SUP> et les institutions recevant le soutien de ces agences pour les activités de recherche impliquant des sujets humains. La politique fédérale repose sur trois pierres angulaires : l'examen de toute recherche impliquant des sujets humains par un IRB à quelques exceptions près, le consentement éclairé de tous les sujets de recherche et l'assurance formelle et écrite de la conformité institutionnelle à la politique. La codification de la politique fédérale du ministère de la Santé et des Services sociaux (HHS) se trouve dans 45 CFR Part 46, Subpart A.

1 Les agences suivantes ont adopté la règle commune : Département de l'agriculture, Département de l'énergie, Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace, Département du commerce, Commission de la sécurité des produits de consommation, Agence de coopération pour le développement international-Agence pour le développement international, Département du logement et de l'urbanisme Développement, ministère de la Justice, ministère de la Défense, ministère de la Santé et des Services sociaux, ministère de l'Éducation, ministère des Anciens combattants, Agence de protection de l'environnement, National Science Foundation, ministère des Transports, Agence centrale de renseignement, Administration de la sécurité sociale.

L'article ________.110 de la Politique fédérale prévoit des procédures d'examen accéléré pour certaines catégories de recherche ne comportant pas plus qu'un risque minimal, et pour des changements mineurs dans la recherche approuvée. Cette même section donne au secrétaire, HHS, le pouvoir de modifier et de republier la liste d'examen accéléré au besoin après consultation avec les ministères et organismes qui sont soumis à la politique fédérale. La liste d'examen accéléré qui est référencée dans la politique fédérale a été initialement publiée par le secrétaire du HHS en 1981 (46 FR 8392, 46 FR 8980). Il énumérait les catégories de recherche qui pouvaient être examinées par l'IRB dans le cadre d'une procédure d'examen accéléré. La FDA fait également référence à une liste d'examen accéléré (21 CFR Part 56) pour les questions relevant de la compétence de la FDA. Les listes du HHS et de la FDA ont légèrement différé, en ce sens que le point neuf (9) de la liste d'examen accéléré du HHS de 1981 concernant certains types de recherche comportementale n'est pas inclus dans la liste référencée dans 21 CFR 56.110.

Les commentaires reçus en réponse à la révision proposée par l'OPRR et la FDA de la liste d'examen accéléré de 1981 qui a été publiée le 10 novembre 1997 (62 FR 60607) ont massivement soutenu la révision proposée de la liste. Trois intervenants ont suggéré qu'il ne devrait y avoir aucun examen accéléré disponible. L'OPRR et la FDA ne sont pas d'accord avec ces trois commentaires et estiment qu'un examen accéléré est une partie appropriée du processus d'examen de l'IRB. De plus, la suppression du processus d'examen accéléré nécessiterait une modification réglementaire à l'article 110, ce qui dépasse la portée de cette révision. Plusieurs intervenants ont suggéré de modifier les dispenses figurant à l'article 101(b), un sujet également hors de la portée de cette révision.

La discussion suivante résume les 108 commentaires reçus et les changements qui en résultent. En réponse à plus de quarante commentaires, le paragraphe d'introduction de la liste de 1981 a été reformaté en cinq principes généraux. La parenthèse dans la phrase d'introduction de la liste de 1981 « (réalisé par des méthodes standard) » a été supprimée en réponse aux commentaires selon lesquels cette phrase ne servait à rien.

Les principes généraux reformatés sont énoncés dans les paragraphes (A) à (F). Le paragraphe (C) indique clairement que la CISR doit examiner, pour toutes les catégories, si l'identification des sujets ou leurs réponses les exposerait raisonnablement à un risque de responsabilité pénale ou civile ou serait préjudiciable à la situation financière, à l'employabilité, à l'assurabilité, réputation ou être stigmatisant à moins que des protections raisonnables et appropriées ne soient mises en œuvre afin que les risques liés à l'atteinte à la vie privée et à la violation de la confidentialité ne soient pas plus que minimes. L'OPRR ne considère pas qu'il s'agisse d'une considération nouvelle ou supplémentaire. Ces préoccupations ont toujours fait implicitement partie de la détermination de savoir si une activité est une activité à risque minimal. Les mots « assurabilité » et « être stigmatisant » ont été ajoutés et sont conçus pour aider les RIR lorsque la recherche génétique est présentée pour examen dans le cadre d’une procédure d’examen accéléré. Ces changements ont été apportés en réponse aux préoccupations soulevées dans plusieurs commentaires selon lesquelles les tests génétiques pourraient avoir des conséquences au-delà de celles normalement envisagées par la CISR.

Conformément à deux commentaires, le paragraphe (D) interdit l'examen accéléré des recherches classifiées impliquant des sujets humains. Ceci est également conforme à un mémorandum présidentiel du 27 mars 1997 qui proposait l'élimination d'une procédure d'examen accéléré pour toutes les recherches classifiées impliquant des sujets humains.

Le paragraphe (E) rappelle aux CIR que le consentement éclairé et l'examen accéléré sont deux questions totalement distinctes. Cela répond aux préoccupations selon lesquelles autoriser une augmentation de la portée de la recherche admissible à un examen accéléré entraînerait davantage de renonciations au consentement éclairé. Les recherches examinées dans le cadre d'une procédure d'examen accéléré ne sont pas nécessairement éligibles à la renonciation ou à la modification du consentement éclairé. Toutes les recherches, qu'elles soient examinées par l'IRB complet ou par le biais d'un examen accéléré, doivent être conformes aux exigences applicables pour l'obtention et la documentation du consentement éclairé éventuel, à moins que la recherche ne remplisse les conditions pour renoncer, exclure ou modifier autrement les exigences de consentement éclairé qui sont énoncées dans 45 CFR 46.116 et 117, 21 CFR 50.23 et 24, ou 21 CFR 56.109(c).

La catégorie un (1) conserve la catégorie dix (10) sur la liste de 1981. Il contient également une nouvelle phrase qui traite de la disponibilité de la procédure d'examen accéléré pour les médicaments commercialisés dans la recherche ainsi que des citations spécifiques en réponse à cinq commentaires qui ont soulevé des questions sur ces questions.

Les modifications suivantes ont été apportées à la catégorie deux (2) en réponse à plus de 45 commentaires qui soutenaient l'amélioration de l'examen accéléré concernant la collecte de sang, mais qui suggéraient certaines améliorations. La collecte de sang comprend désormais une piqûre au doigt, une piqûre au talon ou une tige auriculaire ainsi que la ponction veineuse. Les quatre sous-catégories proposées ont été regroupées en deux sous-catégories distinctes. Les questions critiques à considérer par l'IRB comprennent le poids, la condition physique et la quantité de sang à prélever. La première sous-catégorie (a) concerne les adultes en bonne santé non enceintes. La deuxième sous-catégorie (b) concerne tous les autres adultes et enfants. Pour cette deuxième sous-catégorie, l'IRB devra porter certains jugements, notamment : la prise en compte de l'âge, du poids et de la santé des sujets à la lumière de la quantité de sang à collecter, de la fréquence à laquelle il sera collecté et de la procédure. La dernière phrase de la sous-catégorie (b) se lit comme suit : Pour ces personnes, la quantité prélevée ne peut excéder le moindre de 50 ml ou 3 ml par kg sur une période de 8 semaines et la collecte ne peut avoir lieu plus de 2 fois par semaine. Bien qu'un examen accéléré de la recherche impliquant des femmes enceintes soit autorisé en vertu de la section révisée, cette dernière phrase indique clairement que la quantité de sang pouvant être prélevée est soumise à des limites supérieures à celles des adultes en bonne santé non enceintes. De plus, en réponse aux commentaires du public, l'expression « adultes médicalement vulnérables » qui a été proposée en novembre 1997 a été supprimée.

En réponse à plus de 24 commentaires, la catégorie trois (3) (auparavant la catégorie un (1) dans la liste de 1981) a été modifiée de la manière suivante. Les mots « moyens non invasifs » ont été ajoutés pour clarifier le mode de collecte des documents de recherche et les procédures décrites sont présentées à titre d'exemples à l'IRB des types de procédures qui pourraient entrer dans cette catégorie.

Les catégories quatre (4) et cinq (5) sur la liste proposée ont été combinées en une nouvelle catégorie cinq (5) sur la liste de 1998. Cette nouvelle section est ajoutée en réponse aux commentaires qui ont soulevé des questions sur la relation entre les catégories proposées quatre (4) et cinq (5) pour la recherche exemptée et sur la séparation des matériaux existants et collectés de manière prospective. Le terme « à des fins autres que la recherche » a été maintenu dans la nouvelle catégorie cinq (5) pour décrire les origines des documents de recherche. Une note explicative a été ajoutée aux catégories cinq (5) et sept (7) pour préciser que certaines recherches décrites dans ces catégories peuvent être exemptées de l'examen de l'IRB en vertu de 45 CFR 46.101 (b) du règlement HHS pour la protection des sujets humains ( il n'y a pas de disposition d'exemption comparable dans les réglementations de la FDA). Ainsi, la liste de ces catégories se réfère uniquement à la recherche non exemptée.

La catégorie six (6), proposée en novembre 1997, est maintenant la catégorie quatre (4) sur la liste de 1998 et concerne la collecte de données par des procédures non invasives. Les mots « procédures non invasives » ont été ajoutés et s'appliquent à toutes les procédures qui entreraient dans cette catégorie. En raison de plusieurs commentaires qui ont soulevé des inquiétudes au sujet des IRM et de l'utilisation de l'anesthésie et de la sédation, un examen accéléré ne serait autorisé pour aucune procédure employant l'un ou l'autre de ceux-ci. En réponse à plus de 24 commentaires, cette catégorie répertorie les procédures à titre d'exemples pour la CISR des types de procédures qui pourraient faire l'objet d'un examen accéléré.

La catégorie sept (7) sur la liste proposée en novembre 1997 est maintenant la catégorie six (6) sur la liste de 1998 et traite de la collecte de données à partir d'enregistrements vocaux, numériques ou d'images. La qualification proposée en novembre 1998 exigeant la prise en compte de certains risques pour les sujets est désormais un principe directeur général. Il a été intégré à la section Applicabilité générale en réponse à plusieurs commentaires qui remettaient en question la limitation de cette considération à ce type de recherche.

La catégorie huit (8) sur la liste proposée est maintenant la catégorie sept (7) sur la liste révisée. En réponse à plus de 30 commentaires, les modifications suivantes ont été apportées. Le mot « stress » a été supprimé. Les sous-sections de la liste proposée ont été combinées. La recherche sur l'histoire orale a été incluse en réponse à environ six commentaires et des recherches et techniques de recherche spécifiques ont été notées. Comme dans la nouvelle catégorie six (6), la qualification qui exige la prise en compte de certains types de risques pour les sujets a été supprimée car elle constitue désormais un principe directeur général pour l'ensemble de la liste.

La catégorie neuf (9) sur la liste proposée a reçu plus de 50 commentaires

applaudissant explicitement cette catégorie supplémentaire. Il a été divisé en deux catégories. La catégorie huit (8) identifie trois situations dans lesquelles une recherche dont le risque est supérieur au risque minimal et qui a été initialement examinée par l'IRB convoqué, pourrait faire l'objet d'un examen continu ultérieur par la procédure d'examen accéléré. La nouvelle catégorie neuf (9) concerne l'examen continu de la recherche qui n'est pas supérieure à un risque minimal mais qui a dû faire l'objet d'un examen initial par un IRB convoqué parce qu'elle ne répondait pas aux critères des catégories deux (2) à sept (7) sur la liste.

Certains autres changements minimes ont été apportés à des fins éditoriales ou pour clarifier certains mots qui ont été utilisés dans la liste proposée. En conséquence, la liste des catégories de recherche qui peuvent être examinées par l'IRB via la procédure d'examen accéléré est modifiée comme indiqué ci-dessous.

Catégories de recherche pouvant être examinées par l'établissement

Commission d'examen (CISR) au moyen d'une procédure d'examen accéléré1

1 Une procédure d'examen accéléré consiste en un examen de la recherche impliquant des sujets humains par le président de l'IRB ou par un ou plusieurs examinateurs expérimentés désignés par le président parmi les membres de l'IRB conformément aux exigences énoncées dans 45 CFR 46.110.

(A) Les activités de recherche qui (1) ne présentent pas plus que des risques minimes pour les sujets humains, et (2) impliquent uniquement des procédures répertoriées dans une ou plusieurs des catégories suivantes, peuvent être examinées par l'IRB via la procédure d'examen accéléré autorisée par 45 CFR 46.110 et 21 CFR 56.110. Les activités énumérées ne doivent pas être considérées comme présentant un risque minimal simplement parce qu'elles sont incluses dans cette liste. L'inscription sur cette liste signifie simplement que l'activité est éligible à un examen par le biais de la procédure d'examen accéléré lorsque les circonstances spécifiques de la recherche proposée n'impliquent qu'un risque minimal pour les sujets humains.

(B) Les catégories de cette liste s'appliquent quel que soit l'âge des sujets, sauf indication contraire.

(C) La procédure d'examen accéléré ne peut pas être utilisée lorsque l'identification des sujets et/ou de leurs réponses les exposerait raisonnablement à un risque de responsabilité pénale ou civile ou porterait préjudice à la situation financière, à l'employabilité, à l'assurabilité, à la réputation ou à la stigmatisantes, à moins que des protections raisonnables et appropriées ne soient mises en œuvre afin que les risques liés à l'atteinte à la vie privée et à la violation de la confidentialité ne soient pas plus que minimes.

(D) La procédure d'examen accéléré ne peut pas être utilisée pour des recherches classifiées impliquant des sujets humains.

(E) IRBs are reminded that the standard requirements for informed consent (or its waiver, alteration, or exception) apply regardless of the type of review--expedited or convened--utilized by the IRB.

(F) Categories one (1) through seven (7) pertain to both initial and continuing IRB review.

(1) Clinical studies of drugs and medical devices only when condition (a) or (b) is met.

(a) Research on drugs for which an investigational new drug application (21 CFR Part 312) is not required. (Note: Research on marketed drugs that significantly increases the risks or decreases the acceptability of the risks associated with the use of the product is not eligible for expedited review.)

(b) Research on medical devices for which (i) an investigational device exemption application (21 CFR Part 812) is not required or (ii) the medical device is cleared/approved for marketing and the medical device is being used in accordance with its cleared/approved labeling.

(2) Collection of blood samples by finger stick, heel stick, ear stick, or venipuncture as follows:

(a) from healthy, nonpregnant adults who weigh at least 110 pounds. For these subjects, the amounts drawn may not exceed 550 ml in an 8 week period and collection may not occur more frequently than 2 times per week or (b) from other adults and children2 considering the age, weight, and health of the subjects, the collection procedure, the amount of blood to be collected, and the frequency with which it will be collected. For these subjects, the amount drawn may not exceed the lesser of 50 ml or 3 ml per kg in an 8 week period and collection may not occur more frequently than 2 times per week.

2 Children are defined in the HHS regulations as ``persons who have not attained the legal age for consent to treatments or procedures involved in the research, under the applicable law of the jurisdiction in which the research will be conducted.'' 45 CFR 46.402(a).

(3) Prospective collection of biological specimens for research purposes by noninvasive means.

Examples: (a) Hair and nail clippings in a nondisfiguring manner (b) deciduous teeth at time of exfoliation or if routine patient care indicates a need for extraction (c) permanent teeth if routine patient care indicates a need for extraction (d) excreta and external secretions (including sweat) (e) uncannulated saliva collected either in an unstimulated fashion or stimulated by chewing gumbase or wax or by applying a dilute citric solution to the tongue (f) placenta removed at delivery (g) amniotic fluid obtained at the time of rupture of the membrane prior to or during labor (h) supra- and subgingival dental plaque and calculus, provided the collection procedure is not more invasive than routine prophylactic scaling of the teeth and the process is accomplished in accordance with accepted prophylactic techniques (i) mucosal and skin cells collected by buccal scraping or swab, skin swab, or mouth washings (j) sputum collected after saline mist nebulization.

(4) Collection of data through noninvasive procedures (not involving general anesthesia or sedation) routinely employed in clinical practice, excluding procedures involving x-rays or microwaves. Where medical devices are employed, they must be cleared/approved for marketing. (Studies intended to evaluate the safety and effectiveness of the medical device are not generally eligible for expedited review, including studies of cleared medical devices for new indications.)

Examples: (a) Physical sensors that are applied either to the surface of the body or at a distance and do not involve input of significant amounts of energy into the subject or an invasion of the subject's privacy (b) weighing or testing sensory acuity (c) magnetic resonance imaging (d) electrocardiography, electroencephalography, thermography, detection of naturally occurring radioactivity, electroretinography, ultrasound, diagnostic infrared imaging, doppler blood flow, and echocardiography (e) moderate exercise, muscular strength testing, body composition assessment, and flexibility testing where appropriate given the age, weight, and health of the individual.

(5) Research involving materials (data, documents, records, or specimens) that have been collected or will be collected solely for nonresearch purposes (such as medical treatment or diagnosis). (Note: Some research in this category may be exempt from the HHS regulations for the protection of human subjects. 45 CFR 46.101(b)(4). This listing refers only to research that is not exempt.)

(6) Collection of data from voice, video, digital, or image recordings made for research purposes.

(7) Research on individual or group characteristics or behavior (including, but not limited to, research on perception, cognition, motivation, identity, language, communication, cultural beliefs or practices, and social

behavior) or research employing survey, interview, oral history, focus group, program evaluation, human factors evaluation, or quality assurance methodologies. (Note: Some research in this category may be exempt from the HHS regulations for the protection of human subjects 45 CFR 46.101 (b)(2) and (b)(3). This listing refers only to research that is not exempt.)

(8) Continuing review of research previously approved by the convened IRB as follows:

(a) Where (i) the research is permanently closed to the enrollment of new subjects (ii) all subjects have completed all research-related interventions and (iii) the research remains active only for long-term follow-up of subjects or

(b) Where no subjects have been enrolled and no additional risks have been identified or

(c) Where the remaining research activities are limited to data analysis.

(9) Continuing review of research, not conducted under an investigational new drug application or investigational device exemption where categories two (2) through eight (8) do not apply but the IRB has determined and documented at a convened meeting that the research involves no greater than minimal risk and no additional risks have been identified.


Academy of Educational Leadership Journal (AELJ) is an open access publication affiliated to Allied Business Academy. This journal with 30% of acceptance rate adheres strictly to double blind peer review process to maintain the publication standards and practices.

The journal aims to cater to the needs of the researchers, scholars, academicians and academic institutes that import educational study, leadership education. AELJ thus covers a vast spectrum of topics for publication by including topics like accounting history, auditing, International business, communications, conflict resolution, consumer behavior, financial Institutions, educational management, administration & leadership, ethical issues, governmental issues, health care management, human resources, institutional effective leadership, leadership effectiveness, approaches to learning, and approaches to studying leadership education.

Sponsored by the Academy of Educational Leadership, AELJ encourages theoretical, empirical and applied research in higher education (except economic or entrepreneurship education). More details on the types of manuscripts published and the categories of research accepted are displayed in the Journal Matrix section of this website.

Authors who would like to discuss the potential interest in a manuscript may contact the Editorial staff.


Journal of Educational Controversy

In this article, in answering the question do Black Lives Matter in the U.S. education industrial complex, we begin with a description of how the education industrial serves white supremacy. In our discussion of anti-blackness and racial bias, we also acknowledge the racialization of disabilities and the historical intersections between racial oppression and the marginalization of people with disabilities. More specifically, we examine the discourse and reticence about markers of differences (e.g., race, gender, ability status, race, and class) and interrogate how social categorizations are manipulated and co-opted to repurpose differences in ways that serve the education industrial complex and the prison industrial complex. Finally, we discuss how the discourse about the value of the lives of Charles Kinsey, a service provider who is Black, and Arnaldo Rio Soto, an adult with disabilities who is Hispanic, underscores the role that the education industrial complex plays in perpetuating racism, ableism, and the disposability of Black, Brown, and disabled bodies.

Genre/Form

Citation recommandée

Aronson, Brittany A. and Boveda, Mildred (2017) "The Intersection of White Supremacy and the Education Industrial Complex: An Analysis of #BlackLivesMatter and the Criminalization of People with Disabilities," Journal of Educational Controversy: Vol. 12 : No. 1 , Article 6.
Available at: https://cedar.wwu.edu/jec/vol12/iss1/6

Subjects - Topical (LCSH)

Black lives matter movement White supremacy movements--United States Education--Political aspects--United States Racism Discrimination against people with disabilities


Voir la vidéo: Kaamelott Livre I - Tome 2 (Décembre 2021).