Informations

Qu'y a-t-il de si spécial à propos de l'emplacement de Mexico ?


Depuis 1325, la région que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de Mexico a conservé une sorte de lien culturel ou historique. Le lien est si fort que, quoi qu'il en soit, peu importe à quel point le pays se détériore, ils y reviennent toujours même si la ville entière s'enfonce dans la terre à l'heure où nous parlons… à quelques centimètres par an.

Il y a eu plusieurs fois au cours de l'histoire où le Mexique a "temporairement" changé sa capitale en Querétaro, Querétaro. Le changement ne durerait jamais plus d'un an avant qu'ils ne le ramènent à Mexico.

Ma question, qu'y a-t-il de si spécial dans la région de Mexico qui pousse le gouvernement à y revenir à chaque fois ? Même s'ils se retrouvaient aujourd'hui dans une situation où ils devaient déménager la capitale, je suis désormais convaincu qu'ils y retourneraient en fait… avec toute sa pollution atmosphérique, ses déchets toxiques et ses décharges surchargées.

Y a-t-il une raison précise à cela ou le gouvernement mexicain vise-t-il simplement à utiliser Mexico jusqu'à ce que tous les bâtiments s'effondrent. J'ai même lu un article publié en novembre 1949 dans Popular Mechanics où ils proposaient des techniques de construction pour s'adapter au naufrage. Je suis déconcerté.


De nombreuses capitales sont situées à la confluence de l'eau disponible, du climat tempéré et des intersections de transport. Cela décrirait Paris, Londres, Rome et Mexico. De nombreuses capitales aux États-Unis, y compris de nombreuses capitales d'État, sont « au milieu » de deux puissants groupes d'intérêt. La capitale des États-Unis est située à la frontière entre les États esclaves et libres.

Si l'on regarde le Mexique à partir des cartes satellites, les basses terres de l'est sont chaudes, humides et exposées aux ouragans, l'ouest est montagneux, le nord est désertique et le sud est la jungle. J'ai traversé Mexico City, et c'est pollué, mais j'ai tout de suite remarqué qu'à part ça le climat était agréable. La zone est à mi-chemin entre le Pacifique et les Caraïbes, ce qui l'empêche de cuire en été comme cela se produirait si elle était plus au nord.

Une autre capitale temporaire du Mexique a été San Louis Potosi. J'ai passé une journée dans le centre-ville à visiter certains des bâtiments coloniaux.


La ville de Mexico, malgré ses autres défauts, présente un certain nombre de caractéristiques « centrales » souhaitables.

  1. Il n'est pas dans le centre "linéaire" du pays, mais il est proche du "centre de gravité" du pays, dans la mesure où un nombre à peu près égal de la population vit dans la zone (peu peuplée) au nord de la ville, et dans le ( densément peuplées) au sud de la ville.

  2. Son altitude est également « centrale », sur un plateau entre les basses terres du nord et de l'est, et l'ouest montagneux. De ce fait, il est situé dans la (petite) partie du Mexique qui a un climat relativement tempéré (pas tropical). La vie y était plus agréable qu'ailleurs.

  3. Situé sur un plateau, il est relativement défendable. Les envahisseurs espagnols (et américains) ont dû lutter pour l'atteindre, après avoir débarqué à Vera Cruz.

  4. Il était à l'origine situé au milieu d'un lac (dont la plupart a été drainé), qui fournissait un bon approvisionnement en eau douce pour la boisson et l'irrigation. Il a encore suffisamment d'accès à l'eau douce pour faire vivre l'une des plus grandes villes du monde (par population), ce qui est inhabituel au Mexique.


La raison pour laquelle l'emplacement de la ville de Mexico est « si spécial » est qu'« il était une fois », c'était la capitale de l'empire aztèque ; à la fin du Moyen Âge et au début de l'époque moderne, il s'appelait « Tenochitlan ». Même lorsque le conquistador espagnol est arrivé au début des années 1500, il serait entré dans la ville de "Tenochitlan" - (et non "Mexico City").

En fait, il y a beaucoup de ruines aztèques dans la ville de Mexico et il y a peut-être eu une pyramide au milieu de la ville. Bien que Tenochitlan n'ait pas nécessairement correspondu à la superbe et plus ancienne ville de Teotiuchan (à environ 30 miles), Tenochitlan était probablement une ville impressionnante et ingénieusement conçue à sa manière.


Les cinq principaux monuments de Mexico

Castillo de Chapultepec est un château construit au sommet de la colline de Chapultepec à Mexico. Chapultepec est náhuatl et signifie "at la colline des sauterelles. La structure elle-même a été utilisée à plusieurs fins différentes tout au long de son histoire, dont certaines comprennent une maison impériale et présidentielle, un observatoire, une académie militaire et, dans son état actuel, un musée. C'est le seul château situé en Amérique du Nord qui ait jamais été occupé par des souverains européens.

La construction du château a commencé en 1785 lorsque le vice-roi, Bernardo de Gálvez, a ordonné la construction d'une maison de campagne au point culminant de la colline de Chapultepec. Un lieutenant-colonel de l'armée espagnole, Francisco Bambitelli, a été chargé de l'ingénierie de la construction. Bambitelli a finalement été remplacé par le capitaine Manuel Agustín Mascaró lorsque le lieutenant-colonel a fait place à La Havane. Mascaró a été accusé d'avoir construit une forteresse
avec l'intention de se rebeller contre la couronne espagnole. Il mourut subitement le 8 novembre 1786, donnant lieu à des spéculations d'empoisonnement par ceux qui craignaient son soulèvement contre la couronne.

L'avenir du bâtiment est tombé en désarroi car le manque d'ingénieur en charge a mis fin à la construction. La monarchie voulait que le bâtiment soit vendu pour une perte substantielle. Le château ne pouvait même pas aller chercher 1/5 du prix de la construction. Peu de temps après avoir renoncé à la vente du château, le vice-roi Juan Guermes Pacheco a décidé d'utiliser le bâtiment pour abriter les archives générales du royaume de Nouvelle-Espagne, mais ce plan n'a jamais abouti.

Le bâtiment a finalement été acheté en 1806 par le gouvernement municipal de Mexico. En 1864, l'empereur mexicain Maximilien Ier du Mexique et son épouse l'impératrice Carlota ont établi leur résidence impériale au château de Chapultepec.

Localisation du château de Chapultepec

Le château est situé sur la colline de Chapultepec dans le parc de Chapultepec. Il est situé sur le Paseo de La Reforma en direction ouest du cœur de Mexico.

El Ángel de la Independencia est une colonne de la victoire située sur un rond-point sur le Paseo de la Reforma au centre-ville de Mexico. Il est désigné le plus souvent par son nom abrégé, El Ángel. Son nom officiel est Columna de la Independencia.

El Ángel a été construit en commémoration du 100e anniversaire de la guerre d'indépendance du Mexique, célébrée en 1910. En 1925, les restes d'un certain nombre de héros de ce conflit ont été enterrés à la base du monument, ce qui en fait un mausolée. C'est probablement le monument le plus reconnaissable de Mexico, et au cours de ses presque 100 ans d'existence, il est devenu un point focal à la fois pour la célébration et la protestation.

Sur la base de la colonne, il y a quatre sculptures en bronze, qui symbolisent la loi, la guerre, la justice et la paix. De plus, à côté de la colonne, il y a un groupe de statues en marbre de certains des héros de la guerre d'indépendance.

Sur la face principale de la base, qui fait face au centre-ville de Mexico, il y a une inscription indiquant La Nación a los Héroes de la Independencia. Devant cette inscription se trouve une statue en bronze d'un lion géant conduit par un enfant, représentant la force et l'innocence de la jeunesse pendant la guerre mais la docilité pendant la paix.

La colonne de la structure elle-même mesure 36 mètres de haut. La structure de la statue est en acier recouvert de pierre taillée décorée de guirlandes, de palmes et d'anneaux aux noms de personnages de l'Indépendance.

Localisation d'El Angel
Situé sur le premier grand rond-point du Paseo de La Reforma, à une courte distance en voiture à l'ouest de
Parc de Chapultepec.


Grande Pyramide de Tenochtitlan

La grande pyramide de Tenochtitlan s'élevait à 197 pieds au-dessus de l'enceinte rituelle de la ville de Tenochtitlan, Tenochtitlan était la capitale de l'empire aztèque et le site actuel de la ville de Mexico moderne. La Grande Pyramide, ou Temple Mejor comme on l'appelle également, était surmontée de deux sanctuaires dédiés au dieu de la guerre Huitzilopochtli et au dieu de la fertilité Tlaloc.

Le temple a été presque entièrement détruit en 1521 après la conquête de l'empire aztèque par les conquistadores espagnols. Les vestiges des parties inférieures du complexe du temple ont été découverts par des archéologues modernes enterrés sous une partie de la ville de Mexico moderne.

Le temple a été agrandi à plusieurs reprises au cours de son histoire, et pour la dernière fois en 1487, quand entre 2 000 et 20 000 personnes ont été sacrifiées en 4 jours lors de sa reconsécration.

Localisation de la Grande Pyramide de Tenochtitlan
Le musée est situé au cœur du centre-ville de Mexico, dans la zone connue sous le nom de centre historique. C'est à l'est de la place Tacuba.

Le Palais national est le siège de l'exécutif fédéral au Mexique. Il est situé sur la place principale de Mexico, la Plaza de la Constitución ou El Zócal.

Les origines du palais

Le palais a été construit en 1563 après la conquête de la Nouvelle-Espagne. Après que les incendies de 1659 et 1692 aient laissé le bâtiment en désordre, le palais a été reconstruit sous sa forme actuelle.

Le bâtiment a été rebaptisé Palais national en 1821 avec le point culminant de la guerre d'indépendance contre l'Espagne. Les branches exécutive, législative et judiciaire du gouvernement étaient toutes logées dans le palais à cette époque.

Après la bataille de Mexico pendant la guerre américano-mexicaine, en tant que gouverneur militaire, le général John A. Quitman est devenu le seul Américain à régner depuis le palais. Pendant le deuxième empire mexicain, Maximilien I l'a rebaptisé Palais impérial. À la fin de l'empire en 1867, le bâtiment s'appela à nouveau le palais national et continua d'être le siège du pouvoir exécutif et la résidence officielle du président.

En 1926, un troisième niveau a été ajouté au palais sous le gouvernement de Plutarco Elías Calles. Entre 1929 et 1951, le muraliste Diego Rivera a réalisé dans le palais d'énormes peintures murales représentant et célébrant l'histoire du Mexique. Entre 1999 et 2000, pendant le gouvernement d'Ernesto Zedillo, le palais a été considérablement remodelé et restauré.

Emplacement du Palais National
Situé au coeur de Mexico dans le centre de Zocalo.

La Plaza de la Constitución est le centre de Mexico depuis la construction du Templo Mayor de Tenochtitlan sur la rue Seminario d'aujourd'hui.

La Plaza de Armas a changé son nom en Plaza de la Constitución en 1812 pour célébrer la Constitution de Cadix. Le général Antonio Lopez de Santa Anna a ordonné l'érection d'un monument pour commémorer l'indépendance de la nation au centre de la Plaza en 1843. Santa Anna a accepté une proposition de colonne de l'indépendance de l'architecte Lorenzo de la Hidalgo. Le 16 septembre 1843, la base de la colonne, un bloc de marbre blanc
d'environ deux mètres et demi de hauteur, a été posée. Un manque de dunds a laissé la construction du monument à la base seule. Au fil des ans, la pierre est devenue le zócalo. Le zócalo a été utilisé comme base d'un kiosque à musique sur la place, et le mot zócalo a été utilisé pour toute la place.

Localisation de la Plaza de la Constitucion
Situé au coeur de Mexico dans le centre de Zocalo.

Remarque : ces informations étaient exactes au moment de leur publication. Assurez-vous de confirmer tous les tarifs et détails directement avec les entreprises en question avant de faire vos plans.


Tremblement de terre à Mexico : 19 septembre 1985

Plus de 10 000 personnes sont mortes à la suite du séisme, quelque 30 000 autres ont été blessées et environ 250 000 personnes se sont retrouvées sans abri. Plus de 400 bâtiments se sont effondrés et des milliers d'autres ont été endommagés. (La catastrophe a révélé le fait que la corruption du gouvernement avait permis une application laxiste des codes du bâtiment.) Pour aggraver les choses, dans la soirée du 20 septembre, une réplique de magnitude 7,5 a secoué la région.

Le saviez-vous? La ville de Mexico est située à une altitude de plus de 7 300 pieds au-dessus du niveau de la mer. En comparaison, Denver, Colorado, surnommée la Mile High City, est à 5 280 pieds au-dessus du niveau de la mer.


La ville de Mexico célèbre 500 ans depuis le début de la bataille de conquête

MEXICO CITY — Il y a deux manières de se souvenir du siège espagnol de Tenochtitlán, la capitale aztèque maintenant connue sous le nom de Mexico : comme la naissance douloureuse du Mexique moderne, ou le début de siècles d'esclavage virtuel.

La bataille qui a changé le monde a commencé le 22 mai 1521 et a duré des mois jusqu'à ce que la ville soit finalement tombée aux mains des conquistadores le 13 août. mois, et la défaite finale a aidé à établir le modèle pour une grande partie de la conquête et de la colonisation qui ont suivi.

« La chute de Tenochtitlan a ouvert l'histoire moderne de l'Occident », a déclaré l'historien Salvador Rueda, directeur du musée Chapultepec de la ville.

Une façon de se souvenir de l'événement est symbolisée par une plaque qui se dresse sur la « Plaza des trois cultures » de la ville en l'honneur du Mexique indigène, du colonialisme espagnol et du Mexique métissé « moderne » qui a résulté de la conquête.

Les trois cultures sont représentées par trois bâtiments : un temple aztèque en ruine, une église coloniale espagnole construite au sommet des ruines et un immeuble de bureaux gouvernemental moderne construit dans les années 1960. « Ce n'était ni un triomphe ni une défaite. Ce fut la naissance douloureuse du Mexique métis (métis) d'aujourd'hui », lit-on sur la plaque.

Ce sentiment, prêché par le gouvernement depuis les années 1920 – que le Mexique est une nation non raciale, non raciste et unifiée où tout le monde est métis, portant le sang des conquérants et des conquis – a vieilli à peu près aussi bien que le bureau des années 1960. imeuble.

Il est en grande partie bloqué parce que des fragments de son revêtement de marbre se cisaillent régulièrement et s'écrasent au sol, et les Mexicains indigènes ou à la peau foncée continuent d'être victimes de discrimination de la part de leurs compatriotes à la peau plus claire.

Un message beaucoup plus durable et peut-être précis se trouve à quelques pâtés de maisons sur le mur de la petite église de Tequipeuhcan, un lieu dont le nom même dans la langue nahuatl des Aztèques résume tout.

« Tequipeuhcan : ‘L’endroit où l’esclavage a commencé.’ Ici, l’empereur Cuauhtemotzin a été fait prisonnier dans l’après-midi du 13 août 1521 », lit-on sur la plaque sur le mur de l’église.

L'actuelle maire de Mexico, Claudia Sheinbaum, l'a exprimé ainsi : « La chute de México-Tenochtitlán a déclenché une histoire d'épidémies, d'abus et de 300 ans de domination coloniale au Mexique.

Cela allait devenir la règle dans tout l'hémisphère au cours des trois siècles suivants. Les colonisateurs ont volé la terre aux peuples autochtones et les ont fait travailler, en extrayant la richesse au profit des colonisateurs.

"Les Espagnols semblaient tellement convaincus que ce modèle fonctionnait bien que (le lieutenant Pedro de Cortés) de Alvarado était sur le point d'aller lancer une invasion de la Chine depuis le port d'Acapulco lorsqu'il s'est retrouvé impliqué dans une autre bataille dans l'ouest du Mexique et est décédé", a déclaré David. M. Carballo, professeur d'archéologie, d'anthropologie et d'études latino-américaines à l'Université de Boston et auteur du livre "Collision of Worlds".

Il a déclaré que la conquête du Mexique « a vraiment rendu le monde mondialisé, car il a connecté le monde transatlantique au monde transpacifique et tous les continents habités. Cela a donné le coup d'envoi à ce que nous appelons aujourd'hui la mondialisation.

Cortés et ses 900 Espagnols - ainsi que des milliers d'alliés des groupes indigènes opprimés par les Aztèques - ont commencé le siège le 22 mai 1521. Ils étaient entrés à Mexico en 1520, mais avaient été chassés avec de lourdes pertes quelques mois plus tard, laissant la plupart de leur or pillé derrière.

Mais les Espagnols étaient particulièrement préparés à une guerre de conquête. Ils avaient passé une grande partie des sept siècles précédents à mener des guerres pour reconquérir l'Espagne sur les Maures. Étonnamment, ils ont même pu apporter leur expérience de la guerre navale en Méditerranée dans la bataille pour la capitale aztèque, située dans une vallée de haute montagne à plus de 7 000 pieds au-dessus du niveau de la mer et à des centaines de kilomètres de la mer.

Tenochtitlan était complètement entouré par un lac peu profond traversé par des chaussées étroites, alors les Espagnols ont construit des navires d'attaque connus sous le nom de bergantines - quelque chose qui s'apparente à des plates-formes de combat flottantes - pour combattre les Aztèques dans leurs canoës.

Il s'est enlisé dans une série de batailles brutales qui ont duré des mois pour le contrôle des chaussées en terre surélevées qui menaient à la ville.

La campagne n'a jamais été une défaite prédéterminée pour les Aztèques. Ils ont remporté un certain nombre de victoires, ont fait des dizaines d'Espagnols prisonniers et ont même utilisé des armes espagnoles capturées contre les conquistadores.

À un moment donné, ils ont pris environ 60 Espagnols capturés et les ont sacrifiés un par un – probablement en arrachant leur cœur encore battant de leur poitrine – sur des remparts ou des plates-formes de temples à la vue du reste des Espagnols. Même les conquistadores ont admis que l'effet était terrifiant.

Mais les Espagnols ont pu s'appuyer sur leur expérience des sièges lors de la récente Reconquista chrétienne de l'Espagne musulmane. Ils ont coupé l'approvisionnement en eau douce et en nourriture de la ville. Tout aussi important, la majeure partie de leurs troupes étaient des alliés autochtones fatigués de payer tribut sous la domination aztèque.

L'arme la plus puissante de leur arsenal n'était pas leurs chevaux, leurs chiens de guerre ou leurs mousquets primitifs. Ce n'était même pas la tromperie qu'ils ont utilisée pour capturer l'empereur aztèque Moctezuma - décédé en 1520 - ou plus tard, l'empereur inca Atahualpa. L'arme la plus efficace des Européens était la variole.

Pendant le bref séjour de Cortés à Mexico en 1520, les Aztèques avaient commencé à être infectés par la variole, prétendument portée par un esclave africain que les Espagnols avaient amené avec eux.

Carlo Viesca, historien de la médecine à l'Université nationale autonome du Mexique, a déclaré qu'au moins 150 000 des 300 000 habitants de la ville sont probablement morts avant que les Espagnols ne puissent rentrer dans la ville, et lorsqu'ils l'ont fait, il a cité un Espagnol disant : « Nous marchions sur cadavres.

En fin de compte, dit Viesca, Cuauhtémoc - le dernier empereur aztèque - "avait peu de troupes avec la force de se battre".

L'anthropologue médicale Sandra Guevara a noté que la variole prenait une forme si virulente chez les Indiens qui n'y étaient pas exposés auparavant - et sans défenses immunologiques contre elle - que même ceux qui ont survécu étaient probablement aveuglés ou développaient une gangrène dans les pieds, le nez et la bouche.

Au moment où la ville est tombée, il y avait tellement de cadavres que les Espagnols n'ont pas pu occuper pleinement la ville pendant des mois. Le seul moyen de se débarrasser de la puanteur était de démolir les maisons aztèques pour enterrer les morts dans les décombres.

Cuitláhuac, un chef respecté qui succéda à Moctezuma et précéda Cuauhtemoc, mourut de la variole à la fin de 1520, avant le début du siège.

"Si Cuitláhuac n'était pas mort, l'histoire du Mexique aurait été différente", a déclaré Guevara.

L'empereur Cuauhtemoc - Cuauhtemotzin aux Aztèques - a pris le relais et a combattu et a habilement dirigé la résistance aztèque lors du siège de 1521.

Mais en août, chassé jusqu'à la limite est de la ville, il se rendit ou fut capturé. Il fut torturé, car les Espagnols voulaient retrouver l'or qu'ils avaient brièvement pillé mais durent abandonner en 1520. Stoïque jusqu'au bout, Cuauhtémoc aurait remis aux Espagnols un poignard et leur aurait demandé de le tuer.

Il reste une figure si tragique mais vénérée que les Mexicains ont été encouragés pendant des siècles à répéter son abnégation futile. Lorsque six cadets de l'armée légèrement armés ont été encerclés par des troupes américaines dans une académie militaire au sommet d'une colline à Mexico lors de l'invasion de 1847, plutôt que de se rendre, ils se seraient jetés à la mort depuis les parapets. Eux aussi restent des héros nationaux.

L'échec de la bataille pour défendre Tenochtitlan a établi le modèle de la futilité ultime des groupes indigènes essayant de combattre les Européens avec d'énormes armées permanentes, des positions fixes et des sièges. Mis à part quelques combats entre les armées espagnoles et incas lors de la conquête du Pérou par Francisco Pizarro en 1536, la résistance indigène dans les Amériques - et dans une grande partie du monde - serait largement réduite à des tactiques de guérilla, des raids périodiques et des retraites dans des zones reculées ou difficiles d'accès. .

Une partie de la dernière résistance autochtone armée, tant au Mexique qu'aux États-Unis, ne sera vaincue qu'au début des années 1900.


Alimentation et économie

Nourriture dans la vie quotidienne. Le Mexique possède une culture culinaire étendue et sophistiquée, avec une grande variété de plats régionaux. Trois produits constituent le cœur de la plupart des plats mexicains : le maïs, les piments forts (chiles) et les haricots, des produits issus de l'époque précolombienne. Le maïs est consommé sous toutes les formes possibles : en épi de maïs cuit ou rôti ( élote ), grain de maïs cuit, bouillie ( atole ), sous forme de pâte emballée et cuite à la vapeur fourrée ( tamal ), mais surtout sous forme de tortilla, une "crêpe" ronde et fine. Les tortillas sont faites de pâte de maïs et existent en plusieurs tailles, bien que la tortilla traditionnelle qui accompagne la plupart des repas ait un diamètre d'environ six pouces (15 centimètres). Lorsque les tortillas sont remplies de viande ou d'autres ingrédients, elles sont appelées tacos ou quesadillas, qui sont particulièrement populaires dans le centre du Mexique. Une grande partie de la sophistication de la cuisine mexicaine vient de l'utilisation de plus d'une centaine de types différents de piments, qui vont du gros et du "sucré" chili ancho au petit et extrêmement chaud chili habanero .

Les Mexicains prennent généralement un petit-déjeuner léger composé de café et/ou de fruits avant de partir au travail ou à l'école. Au milieu de la matinée, les gens peuvent manger une collation chaude à base de tortillas ou un petit pain. Le repas le plus important de la journée est servi entre deux et quatre heures de l'après-midi (le comida ) et se compose de trois ou quatre plats : soupe riz ou pâtes viande ou poulet—si abordable—accompagné de tortillas et haricots frits et dessert. Le dîner est servi entre huit et dix heures du soir et se compose principalement de petits pains sucrés, de café et de lait. Les Mexicains mangent souvent à l'extérieur. Les restaurants accueillants servent des menus fixes bon marché connus sous le nom de comida corrida . Les Mexicains boivent d'énormes quantités de boissons gazeuses et de bière. Bien que la liqueur nationale soit Tequila, qui est produit à partir du cactus maguey, les Mexicains préfèrent le rhum avec du cola lors des mariages et autres célébrations, ou des fêtes.

Coutumes alimentaires lors des cérémonies. Il existe de nombreuses occasions religieuses et laïques au Mexique qui sont accompagnées d'une nourriture spéciale. Une fête religieuse populaire est la Día de la Candelaria (Candlemas) le 2 février, qui célèbre la purification de Marie et la présentation et la bénédiction de Jésus. Après la cérémonie à l'église, la famille et les amis proches se joignent pour tamales . Pendant le Jour des Morts, le 2 novembre, les gens consomment pan de muerto (pain des morts), un pain sucré long et plat préparé avec de nombreux œufs et du sucre. A Noël les gens mangent romeritos , une plante proche du romarin servie avec sauce et pommes de terre bacalao , morue séchée cuite et servie dans une sauce de tomates, olives et oignons et toutes sortes de dinde farcie. En septembre, les gens commémorent l'indépendance et, dans le centre du Mexique, mangent un plat sophistiqué appelé chili en nogada , une peluche chili poblano habillé d'une sauce aux noix blanches, de grenade rouge et de persil vert, dans une représentation du drapeau mexicain.

Économie de base. Le Mexique a une économie de marché avec un mélange d'industrie et d'agriculture modernes et traditionnelles, de plus en plus dominée par le secteur privé. Jusqu'au milieu des années 1980, la réglementation étatique de l'économie et les politiques protectionnistes étaient influentes, mais depuis lors, l'économie mexicaine a connu la déréglementation, l'internationalisation et la privatisation. Le nombre d'entreprises publiques est passé de plus d'un millier en 1982 à moins de deux cents en 1998. La restructuration économique a été encouragée par des groupes d'intérêt nationaux et internationaux en réponse à plusieurs crises économiques et financières de la fin du XXe siècle.

Le produit intérieur brut (PIB) s'élevait à 415 milliards de dollars (US) en 1998. La composition du PIB par secteur était la suivante : l'agriculture, un peu plus de 5 pour cent l'industrie, 29 pour cent et les services, près de 66 pour cent, dont le commerce, les restaurants et les hôtels en représentaient un tiers. La dette extérieure du Mexique s'élevait à 154 milliards de dollars (États-Unis) en 1997.

Régime foncier et propriété. La répartition inégale des terres a été l'une des principales causes de la révolution mexicaine. La lutte pour la terre a conduit à l'adoption d'une politique de réforme agraire qui a atteint son apogée dans les années 1930 mais s'est progressivement ralentie par la suite. Depuis lors, le Mexique a connu trois types de régime foncier : pequeña propedad (petite propriété), ejido, et le tierra communale. La première catégorie concerne les terres privées. Les terres d'Ejido, qui ont été établies après la révolution, appartiennent officiellement à l'État, ce qui confère des droits d'usufruit aux bénéficiaires de la réforme agraire. Les terres communales légalement reconnues, la tierra comunal, appartiennent à des communautés particulières et sont réparties selon la tradition. En 1992, une réforme constitutionnelle controversée a mis fin à la réforme agraire et rendu possible la privatisation des terres des ejidos.

Activités commerciales. Le PIB du commerce, des restaurants et des hôtels représentait 77 milliards de dollars (États-Unis) en 1998. Les Mexicains ont une longue tradition d'achat de produits de base et de denrées alimentaires dans les petites épiceries de quartier ( tienda de abarrote ). Ces magasins peuvent vendre de très petites quantités de certains produits. En 1998, plus de la moitié de toutes les unités commerciales appartenaient à cette catégorie et près d'un tiers de tout le personnel employé dans les activités commerciales travaillait dans ces magasins. Dans le même temps, dans les zones urbaines, il y a une tendance croissante à faire ses courses dans les grands supermarchés. Les commerçants mexicains possèdent la plupart des chaînes de supermarchés nationales, mais les entreprises américaines et françaises gagnent rapidement en influence dans ce secteur.

Industries majeures. Le produit national brut (PNB) de l'industrie manufacturière en 1998 s'élevait à près de 82 milliards de dollars (États-Unis). Les principaux produits manufacturés étaient les véhicules à moteur, les biens de consommation durables, les aliments, les boissons, le tabac, les produits chimiques, les textiles et les vêtements. Après Mexico, le centre industriel le plus important est Monterrey au nord. Une grande partie de l'industrie récente est organisée en soi-disant maquiladoras (usines d'assemblage à forte intensité de main-d'œuvre). Toutes sortes de maquiladoras n'ont été introduites à l'origine que dans une zone étroite le long de la frontière américaine, mais elles sont désormais autorisées dans tout le Mexique.

Échanger. En 1998, les exportations du Mexique ont totalisé plus de 117 milliards de dollars (États-Unis) et ses importations se sont élevées à plus de 125 milliards de dollars (États-Unis). Bien que le Mexique produise et exporte de grandes quantités de pétrole, l'écrasante majorité des exportations provenait de la

Répartition du travail. La population active se composait de 38 617 500 personnes en 1998, dont 20 pour cent étaient employés dans le secteur primaire, près de 25 pour cent dans le secteur secondaire (en particulier dans l'industrie et la construction) et 55 pour cent dans le secteur tertiaire, qui comprend le commerce et les services. Bien que les emplois soient formellement attribués sur la base des qualifications, l'accès aux emplois est essentiellement médié par les réseaux personnels.


10 avril 1919 : Zapata assassiné

Le 10 avril 1919, le chef rebelle Emiliano Zapata, qui avait été la conscience morale de la Révolution mexicaine luttant pour la terre et la liberté des Mexicains les plus pauvres, a été trahi et assassiné à Chinameca.


Tenochtitlan n'était pas seul

Alors que Tenochtitlan est devenu le grand nom de la région, ce n'était pas le seul joueur dans ce match. Un grand nombre de personnes vivaient dans des cités-États qui faisaient partie d'un système complexe et parfois violent de guerre et de commerce. Ce n'était même pas la seule colonie majeure aux alentours. Texcoco : Perspectives préhispaniques et coloniales dit que la région grouillait de monde. Tlacopan était si proche que vous pouviez l'atteindre en un court trajet en canoë.

Un trajet en bateau un peu plus long vous conduirait à Culhuacan au sud, puis à Xochimilco un peu plus loin. Et cela ne parle que des villes autour d'un système lacustre. D'autres établissements plus éloignés, comme Tabasco, ont eu l'honneur douteux de rencontrer Cortés pour la première fois lorsqu'il est arrivé du golfe du Mexique.

Tenochtitlan a trouvé avantageux de former des alliances avec les villes voisines, en particulier Tlacopan et Texcoco. L'idée était que ces trois colonies formeraient une « triple alliance ». Là encore, c'était plus une question de commodité politique et de mensonges blancs polis. Tout le monde savait que le vrai pouvoir venait de Tenochtitlan. Moctezuma II, le dernier souverain de la ville, est finalement devenu le plus grand nom du monde aztèque.


✓ Obtenez une carte SIM de téléphone portable

Vous aurez besoin de données à Mexico pour utiliser Uber et les vélos partagés EcoBici (voir ci-dessous), alors procurez-vous une carte SIM dès votre arrivée. Faire affaire avec une compagnie de téléphonie mobile est loin d'être la façon la plus agréable de commencer votre voyage, mais cela rendra votre voyage plus agréable.

Vous pouvez obtenir une carte SIM locale à l'aéroport au bureau Telcel dans le terminal 1 ou dans un Oxxo ou 7-11. Ils vous aideront à le configurer. Voici ce dont vous avez besoin pour commencer :

  • Une carte SIM. Cela ne devrait pas coûter plus de 150 pesos. Cela devrait venir avec et cela devrait venir avec un peu de "crédit de bienvenue".
  • Un plan de base Amigo Sin Limite. Obtenez le 50 pesos one, qui vous donne droit à 7 jours d'appels et de messages illimités vers le Mexique, les États-Unis et le Canada et 300 Mo de données. Cela sera probablement inclus dans le coût de votre carte SIM.
  • Un plan Internet Amigos pour des données supplémentaires. Il coûte 150 pesos pour 1 Go.

Conseil: Par défaut, Telcel configure votre compte de sorte que si vous ajoutez du crédit (una recarga en espagnol), il sera automatiquement utilisé pour acheter le plan Amigos Sin Limite le plus cher possible. Pour avoir plus de contrôle sur ce que vous achetez lorsque vous effectuez un recarga, demandez-leur de modifier votre compte en conséquence.

Vous aurez besoin de beaucoup de pesos pour faire du shopping sur les marchés et partout ailleurs à Mexico d'ailleurs.

✓ Retirez autant de pesos que possible

Afin de réduire le nombre de déplacements aux guichets automatiques que vous devez effectuer et les frais de retrait à l'étranger, retirez autant d'argent que possible en une seule fois. Vous en aurez besoin. L'argent liquide est toujours roi à Mexico et il le restera jusqu'à ce que les propriétaires d'entreprise ne puissent plus esquiver les impôts en le prenant comme moyen de paiement.

Ne vous inquiétez pas de retirer plus que ce dont vous avez besoin. Comme vous le découvrirez bientôt dans notre dernier conseil de voyage à Mexico ci-dessous, vous pouvez réellement faire de l'argent sur tous les pesos que vous n'avez pas dépensés à la fin de votre voyage !

✓ Achetez un appareil anti-moustique enfichable

L'une des rares choses qui craint à Mexico, ce sont les moustiques. Il n'y a pas d'essaims comme en Amazonie ou dans le nord du Canada, mais ils ont toujours une capacité remarquable à gâcher votre sommeil.

Cependant, rien ne peut être réparé à 60 pesos (3 USD).

Dans le dépanneur ou le supermarché le plus proche, procurez-vous un petit appareil enfichable blanc qui utilise des languettes bleues, branchez-le dans une prise près de votre lit tous les soirs et profitez d'un sommeil réparateur.

Nous ne jurons que par les choses. Nos deux dernières fois à Mexico, nous avons fait un don de sang pendant quelques nuits, nous en avons eu marre, avons eu un produit anti-moustique et avons dormi bien à partir de ce moment-là.

Noter: Les choses ne semblent pas exister sur Amazon. On a regardé. Obtenez-en un à votre arrivée.

Conduire les vélos partagés EcoBici de Mexico City n'a pas toujours l'air cool, mais c'est un moyen très pratique et étonnamment sûr de se déplacer.

✓ Inscrivez-vous à EcoBici

Malgré la croyance populaire selon laquelle la circulation mexicaine est aussi loco que d'avaler un habanero entier, Mexico est en fait une ville étonnamment favorable aux vélos. Side roads are mostly empty, the roads are flat, and drivers are more likely to honk one of those custom Mexican sexy whistle horns at you than an angry one.

If you’re comfortable biking, sign up for EcoBici, Mexico City’s bike share program, as soon as possible.

To give you an idea of how handy it is, in our most recent week in town we did over 40 rides covering 150 km.

For everything you need to know to spice up your Mexico City trip with EcoBici, including its pros and cons, how to use it, where to use it, and whether it’s safe for you or not, don’t miss our guide.


What is so special about the location of Mexico City? - Histoire

The Aztecs were a Mesoamerican people of central Mexico in the 14th, 15th and 16th century. They were a civilization with a rich mythology and cultural heritage. Their capital was Tenochtitlan on the shore of Lake Texcoco &ndash the site of modern-day Mexico City.

In Nahuatl, the native language of the Aztecs, "Aztec" means "someone who comes from Aztlán", a mythical place in northern Mexico. However, the Aztec referred to themselves as Mexica or Tenochca. The modern usage of the name Aztec as a collective term, applied to all the peoples linked by trade, custom, religion, and language to the Mexica state, the Triple Alliance, was suggested by Alexander von Humboldt.

"Mexica", the origin of the word Mexico, is a term of uncertain origin. Some say it was the old Nahuatl word for the sun. Others say it was derived from the name of their leader Mexitli. Yet others say it is just a type of weed that grows in Lake Texcoco. Miguel León-Portilla suggests that it means "navel of the moon" from Nahuatl metztli (moon) and xictli (navel). Alternatively, it could mean navel of the maguey (Nahuatl metl).

Aztec culture is generally grouped with the cultural complex known as the nahuas, because of the common language they shared. According to legend, the various groups who were to become the Aztecs arrived from the north into the Anahuac valley around Lake Texcoco. The location of this valley and lake of destination is clear &ndash it is the heart of modern Mexico City &ndash but little can be known with certainty about the origin of the Aztecs.

In the legend, the ancestors of the Aztecs came from a place in the north called Aztlán, the last of seven nahuatlacas (Nahuatl-speaking tribes) to make the journey southward. The Aztecs were said to be guided by their god Huitzilopochtli, meaning "Left-handed Hummingbird". When they arrived at an island in the lake, they saw an eagle eating a snake while perched on a nopal cactus, a vision that fulfilled a prophecy telling them that they should found their new home on that spot. The Aztecs built their city of Tenochtitlan on that site, building a great artificial island, which today is in the center of Mexico City. This legendary vision is pictured on the Mexican flag.

According to legend, when the Aztecs arrived in the Anahuac valley around Lake Texcoco, they were considered by the other nahuas as the least civilized of all, but the Aztecs decided to learn, and they took all they could from other peoples, especially from the ancient Toltecs (whom they seem to have partially confused with the more ancient civilization of the Teotihuacanos). To the Aztecs, the Toltecs were the originators of all culture "Toltecayotl" was a synonym for culture. Aztec legends identify the Toltecs and the cult of Quetzalcoatl with the mythical city of Tollan, which they also seem to have identified with the more ancient Teotihuacan.

Because the Aztecs combined several traditions with their own earlier traditions, they had several creation myths one of these describes four great ages preceding the present world, each of which ended in a catastrophe. Our age &ndash Nahui-Ollin, the fifth age, or fifth creation &ndash escaped destruction due to the sacrifice of a god (Nanahuatl, "full of sores", the smallest and humblest of the gods) who was transformed into the Sun. This myth is associated with the ancient city of Teotihuacan, which was already abandoned and destroyed when the Aztecs arrived. Another myth describes the earth as a creation of the twin gods Tezcatlipoca and Quetzalcoatl. Tezcatlipoca lost his foot in the process of creating the world and all representations of these gods show him without a foot and with a bone exposed. Quetzalcoatl is also called "White Tezcatlipoca".

Initially, the Mexica hired themselves out as mercenaries in wars between Toltecs. Eventually they gained enough glory to receive royal marriages. Mexica rulers Acamapichtli, Huitzilihuitl and Chimalpopoca were, in 1372&ndash1427, vassals of Tezozomoc, a lord of the Tepanec nahua.

When Tezozomoc died, his son Maxtla assassinated Chimalpopoca, whose uncle Itzcoatl allied with the ex-ruler of Texcoco, Nezahualcoyotl, and besieged Maxtla's capital Azcapotzalco. Maxtla surrendered after 100 days and went into exile. Tenochtitlan, Texcoco, and Tlacopan formed a "Triple Alliance" that came to dominate the Valley of Mexico, and then extended its power beyond. Tenochtitlan gradually became the dominant power in the alliance.

Itzcoatl's nephew Motecuhzoma I inherited the throne in 1449 and expanded the realm. His son Axayacatl (1469) surrounding kingdom of Tlatelolco. His sister was married to the tlatoani of Tlatelolco, but, as a pretext for war, he declared that she was mistreated. He went on to conquer Matlazinca and the cities of Tollocan, Ocuillan, and Mallinalco. He was defeated by the Tarascans in Tzintzuntzan (the first great defeat the Aztecs had ever suffered), but recovered and took control of the Huasteca region, conquering the Mixtecs and Zapotecs.

In 1481 Axayacatl's son Tizoc ruled briefly before he was replaced by his younger brother Ahuitzol who had reorganized the army. The empire was at its largest during his reign. His successor was Motecuhzoma II (better known as Moctezuma II), who was emperor when the Spaniards arrived in 1519.

The Aztec Empire is not completely analogous to the empires of European history. Like most European empires, it was ethnically very diverse, but unlike most European empires, it was more a system of tribute than a single system of government. Arnold Toynbee in War and Civilization analogizes it to the Assyrian Empire in this respect.

Although cities under Aztec rule seem to have paid heavy tributes, excavations in the Aztec-ruled provinces show a steady increase in the welfare of common people after they were conquered. This probably was due to an increase of trade, thanks to better roads and communications, and the tributes were extracted from a broad base. Only the upper classes seem to have suffered economically, and only at first. There appears to have been trade even in things that could be produced locally: love of novelty may have been a factor.

The most important official of Tenochtitlan government is often called The Aztec Emperor. The Nahuatl title, Huey Tlatoani (plural huey tlatoque, translates roughly as "Great Speaker" the tlatoque ("speakers") were an upper class). This office gradually took on more power with the rise of Tenochtitlan. By the time of Auitzotl "Emperor" is an appropriate analogy, although as in the Holy Roman Empire, the title was not hereditary.

Most of the Aztec empire was forged by one man, Tlacaelel (Nahuatl for "manly heart"), who lived from 1397 to 1487. Although he was offered the opportunity to be tlatoani, he preferred to stay behind the throne. Nephew of Tlatoani Itzcoatl, and brother of Chimalpopoca and Motecuhzoma I Ilhuicamina, his title was "Cihuacoatl" (in honor of the goddess, roughly "counselor"), but as reported in the Ramírez Codex, "what Tlacaellel ordered, was as soon done". He gave the Aztec government a new structure, he ordered the burning of most Aztec books (his explanation being that they were full of lies) and he rewrote their history. In addition, Tlacaelel reformed Aztec religion, by putting the tribal god Huitzilopochtli at the same level as the old Nahua gods Tlaloc, Tezcatlipoca, and Quetzalcoatl. Tlacaelel thus created a common awareness of history for the Aztecs. He also created the institution of ritual war (the flower wars) as a way to have trained warriors, and created the necessity of constant sacrifices to keep the Sun moving. Some writers believe upper classes were aware of this forgery, which would explain the later actions of Moctezuma when he met Hernán Cortés (a.k.a. Cortez). But eventually this institution helped to cause the fall of the Aztec empire. The people of Tlaxcalla were spared conquest, at the price of participating in the flower wars. When Cortés came to know this, he approached them and they became his allies. The Tlaxcaltecas provided thousands of men to support the few hundred Spaniards. The Aztec strategy of war was based on the capture of prisoners by individual warriors, not on working as a group to kill the enemy in battle. By the time the Aztecs came to recognize what warfare meant in European terms, it was too late.

For the Europeans, human sacrifice was the most striking feature of Aztec civilization. Human sacrifice was widespread at this time in Mesoamerica and South America (during the Inca Empire), but the Aztecs practiced it on an uncommon scale, sacrificing victims on each of their 18 festivities.

In the usual method of sacrifice, the victim was painted completely with blue chalk (the color of sacrifice) and taken to the top of the great pyramid, then the victim was laid on a stone slab, his abdomen (an obsidian knife hardly could cut through a ribcage) was ripped with a ceremonial knife, and his heart was taken out and raised to the sun. The heart was put in a bowl held by a statue, and the body was thrown on the stairs, where it would be dragged away. This was suposed to be voluntary, so, if faith was not enough, probably they were also drugged. There is no agreement on how the bodies were disposed of: the viscera were used to feed the animals in the zoo, the head was cleaned and placed on display in the tzompantli, and the rest of the body was either cremated or cut into very small pieces and offered as a gift to important people.

There were others kind of sacrifice, some of them involved some kind of torture the victim could be shoot with arrows, burned or drowned. Compared with European methods of execution, the Aztecs were not very imaginative.

While there is universal agreement that the Aztecs practiced human sacrifice, there is a lack of scholarly consensus as to whether they also practiced cannibalism and, if so, to what extent. At one extreme, Materialist anthropologist Marvin Harris, who wrote about cannibalism in Our Kind and Cannibals and Kings has suggested that the flesh of the victims was a part of an aristocratic diet as a reward, since the Aztec diet was lacking in proteins. According to him, the Aztec economy would have been unable to support feeding them as slaves, so the columns of prisoners were "marching meat". At the other extreme, William Arens doubts whether there was ever any systematic cannibalism.

While most historians of Mesoamerica believe that there was ritual cannibalism related to human sacrifices, they do not support Harris's thesis that human flesh was ever a significant portion of the Aztec diet.

The Aztecs were conquered by Spain in 1521, when after long battle and a long siege where much of the population died from hunger and smallpox, Cuauhtémoc surrendered to Hernán Cortés (a.k.a. "Cortez"). Cortés, with his up to 500 Spaniards, did not fight alone but with as many as 150,000 or 200,000 allies from Tlaxcala, and eventually from Texcoco, who were resisting Aztec rule. He defeated Tenochtitlan's forces on August 13, 1521.

It seemed that the Cortés's intention was to maintain the structure of the Aztec empire, and at first it seemed the Aztec empire could survive. The upper classes at first were considered as noblemen (to this day, the title of Duke of Moctezuma is held by a Spanish noble family), they learned Spanish, and several learned to write in European characters. Some of their surviving writings are crucial in our knowledge of the Aztecs. Also, the first missionaries tried to learn Nahuatl and some, like Bernardino de Sahagún, decided to learn as much as they could of the Aztec culture.

But soon all changed. The second wave of missionaries and authorities showed an apparently profound hatred for every aspect of the Mesoamerican cultures and began a process to wipe them out. Eventually, the Indians were forbidden not only to learn of their cultures, but to learn to read and write in Spanish, and, under the law, they had the status of minors.

It has been reported that epidemics of smallpox and typhus killed up to 75% of the population. The population at the time of the conquest is estimated at 15 million seventy years after the conquest, the estimated population was 3 million. Mexico City was built on the ruins of Tenochtitlan.

Information about Aztecs survives in contemporary sources like Codex Mendoza collected in 1541 and in the works of Bernardino de Sahagún, who worked with the surviving Aztec wise men.

Nahuatl is still spoken by Mexican Indians, mostly in mountainous areas in the states surrounding Mexico City.

All text is available under the terms of the GNU Free Documentation License.


What is so special about the location of Mexico City? - Histoire


  • 1400 - The Olmec civilization begins to develop.
  • 1000 - The Mayan Civilization starts to form.
  • 100 - The Mayans build the first pyramids.




Brief Overview of the History of Mexico

Mexico was the home to many great civilizations including the Olmec, the Maya, the Zapotec, and the Aztec. For over 3000 years before the Europeans arrived these civilizations flourished.

The Olmec civilization lasted from 1400 to 400 BC followed by the rise of the Maya culture. The Maya built many large temples and pyramids. The great ancient city of Teotihuacan was built between 100 BC and 250 AD. It was the largest city in the area and probably had a population of more than 150,000 people. The Aztec Empire was the last great civilization prior to the arrival of the Spanish. They came into power in 1325 and ruled until 1521.

In 1521, Spanish conquistador Hernan Cortes conquered the Aztecs and Mexico became a Spanish colony. For 300 years Spain ruled the land until the early 1800s. At that time the local Mexicans revolted against Spanish rule. Father Miguel Hidalgo declared Mexico's independence with his famous cry of "Viva Mexico". In 1821, Mexico defeated the Spanish and gained full independence. Heroes of the Mexican revolution included General Augustin de Iturbide and General Antonio Lopez de Santa Anna.


Voir la vidéo: A dream of Mexico - its cities and beaches - (Décembre 2021).