Informations

Amtank se dirigeant vers Aguni Jima, 1945


Amtank se dirigeant vers Aguni Jima, 1945

Cette photo montre la flotte d'invasion se dirigeant vers Aguni Jima, une île éloignée près d'Okinawa qui a été envahie le 9 juin 1945. Au centre de la photo se trouve un char amphibie, ou AMTANK, probablement un LVT(A)-4.


Base aérienne de Yokota

Base aérienne de Yokota ( , Yokota Hikōjō) , (IATA : OKO, OACI : RJTY) est une base de l'US Air Force (USAF) et de la Japan Air Self-Defense Force (JASDF) dans la ville de Fussa, une ville de la région de Tama, ou dans l'ouest de Tokyo.

La base abrite 14 000 personnes. Il occupe une superficie totale de 7,07 km 2 (2,73 milles carrés) et possède une piste de 3 353 m × 61 m (11 001 pi × 200 pi).

Il abrite le quartier général du commandement de la défense aérienne de la JASDF (siège de l'ADC) depuis le 26 mars 2012. Le quartier général des forces américaines au Japon s'y trouve également. Les autres installations de la base sont le centre de diffusion du service radio American Forces Network Tokyo et un détachement du Pacific Air Forces' Band of the Pacific.


Contenu

Naviguant vers le Pacifique, il est arrivé à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, le 28 juin 1943 pour commencer un été de patrouille et d'escorte soutenant la conquête de Guadalcanal, gardant les convois vers cette île et entre des ports tels qu'Efate et Espiritu Santo. A partir du 27 août, il est basé à Port Purvis sur l'île de Floride, dans les Salomon, où il fait partie d'une force de frappe destinée à interrompre le passage du "Tokyo Express", les trajets nocturnes des destroyers japonais évacuant les troupes des Salomon vers Bougainville et Nouvelle-Bretagne. Sa première patrouille « jusqu'à la fente » dans la nuit du 27 au 28 août s'est déroulée sans incident et son premier contact avec l'ennemi a eu lieu le 7 septembre, lorsque son groupe a subi une attaque aérienne ennemie. Pendant ce temps, elle surveillait le mouvement des transports et des LST redéployant des hommes dans les Salomon, et participait à des expérimentations avec des chasseurs de nuit.

C'est dans la nuit du 27 au 28 septembre 1943 que l'ennemi sentit pour la première fois Charles Ausburne'tir précis, quand elle a coulé deux barges dans les eaux au large de Vella Lavella. Au début d'octobre, elle est retournée à Espiritu Santo pour se ravitailler et s'entraîner, et ici, le 23 octobre, le commandant le plus célèbre de l'escadron, le capitaine Arleigh A. Burke, a brisé son fanion en Charles Ausburne. Sous son commandement, les "Petits Castors", comme il surnommait l'escadron, devaient gagner une place immortelle dans l'histoire navale, reconnue par l'attribution de la Presidential Unit Citation. Leur série continue d'opérations contre les forces navales japonaises et les installations à terre ont joué un grand rôle dans la conquête des îles Salomon, et Charles Ausburne était dans l'action la plus intense du 31 octobre 1943 au 23 février 1944.

Son soutien à l'invasion de Bougainville a commencé dans la nuit du 31 octobre 1943, lorsque sa force opérationnelle est sortie de Port Purvis pour neutraliser les aérodromes japonais à Buka avec des tirs nourris. Charles Ausburne a tiré sur des batteries à terre ici et sur les Shortlands, que le groupe de travail est passé en direction du sud pour se ravitailler. Tôt le matin du 1er novembre, les troupes débarquent à terre dans la baie de l'impératrice Augusta, et la nouvelle a été reçue du mouvement de quatre croiseurs japonais et six destroyers au sud de Rabaul pour attaquer les transports au large de Bougainville. Immédiatement, Charles Ausburne et sa force mis au nord pour rencontrer et engager l'ennemi. Le premier contact a été établi à 02h27, le 2 novembre, lorsque les cibles étaient claires sur le radar du vaisseau amiral, et Charles Ausburne et trois autres "Petits Castors" ont manœuvré pour une attaque à la torpille, à laquelle les Japonais ont échappé. Ensuite, ils ont terminé Sendai, déjà flamboyant de l'attaque des croiseurs américains, puis file à 32 nœuds pour se rapprocher Hatsukaze. Avec Spence se joindre à l'attaque, Charles Ausburne a coulé le destroyer ennemi, puis s'est précipité à l'aide de torpilles endommagées Foote qu'elle a escorté jusqu'à la baie de Purvis à la fin de cette bataille de la baie de l'impératrice Augusta.

Jusqu'au reste du mois de novembre, Charles Ausburne patrouillait et effectuait des bombardements dans la région de Bougainville, escortant à plusieurs reprises des échelons de ravitaillement vers cette île. Des tirs dévastateurs se sont déversés sur l'aérodrome japonais de Bonis, et des actions antiaériennes ont été combattues au large des têtes de pont, alors que l'escadron était presque constamment en route. Le 24 novembre 1943, alors que l'escadron faisait le plein de carburant à Harborn Sound, l'ordre vint d'intercepter les forces japonaises censées descendre pour évacuer les hommes de Buka. Immédiatement, les cinq destroyers américains composant alors l'escadron se sont déplacés vers le nord pour rechercher la ligne Rabaul-Buka, et à 01h41 le 25 novembre, un contact de surface radar a été établi alors que l'escadron patrouillait dans le canal St. George. Charles Ausburne avec deux autres se dirigea vers une attaque à la torpille sur deux destroyers japonais alors que les deux destroyers restants de Burke fournissaient une couverture. Coups désintégrés nami, et a cassé Makinami en deux. Aussitôt que les navires de couverture ont poli Makinami désactivé, Charles Ausburne et les autres se tournèrent pour attaquer trois destroyers maintenant visibles, qui se retournèrent et s'enfuirent avec les destroyers américains à leur poursuite. À 02h15, agissant sur une estimation solide, le capitaine Burke a ordonné à ses navires de faire un brusque changement de cap vers la droite pour échapper aux torpilles. Juste une minute plus tard, le claquement de torpilles explosa dans le sillage de ses navires. Maintenant, les "Petits Castors" ont ouvert le feu sur l'ennemi en fuite, tout en manœuvrant pour éviter de riposter. Comme les trois cibles suivaient des cours divergents, Charles Ausburne a poursuivi sa quête de Yugiri, la frappant à plusieurs reprises. Bientôt flamboyant de la proue à la poupe, le navire japonais a fait une dernière tentative désespérée pour ouvrir la gamme mais a été rapidement révisé et coulé. L'approche du jour rendait maintenant impératif le retrait de l'escadron pour mettre de la distance entre eux et la base aérienne japonaise de Rabaul. Ainsi se termina la bataille classique des destroyers du cap Saint-Georges. Trois navires ennemis avaient été coulés et un autre gravement endommagé, tandis qu'aucun dommage n'avait été subi par les navires américains.

Jusqu'en décembre 1943, Charles Ausburne a continué ses devoirs de patrouille, d'escorte, de lutte antiaérienne et de bombardement à l'appui de l'opération Bougainville. Après une brève révision en Australie, il est retourné dans les Salomon du nord le 30 janvier 1944 et, le 3 février, il a de nouveau navigué pour l'action, repoussant une lourde attaque aérienne japonaise pour percer pour une mission de bombardement sur la côte nord de Bougainville. Une série de patrouilles pour couvrir les débarquements sur l'île Verte et de nombreuses recherches d'engins de surface ennemis ont été menées, ainsi qu'un bombardement punitif du port de Kavieng le 18 février. Les installations portuaires, la piste d'atterrissage et le dépôt de ravitaillement de l'ennemi ont été presque entièrement détruits lors de cette attaque.

Du 20 février au 24 février 1944, l'escadron a balayé les eaux de la Nouvelle-Irlande pour la navigation japonaise, coulant un remorqueur, un mouilleur de mines côtier, un petit cargo et de nombreuses barges, puis est revenu à l'escorte de navires amphibies jusqu'au 5 mars, date à laquelle ils ont navigué sur une patrouille au nord des Bismarcks.

Le 26 mars 1944, Charles Ausburne rejoint la 5e flotte en mer et le lendemain, le capitaine Burke quitte le navire pour assumer de nouvelles responsabilités en tant que chef d'état-major du commandant de la force opérationnelle des porte-avions rapides, l'amiral Marc Mitscher. Avec la puissante force de frappe du porte-avions (alors appelée Task Force 58, mais appelée TF 38 lorsqu'elle faisait partie de la 3e Flotte), Charles Ausburne a navigué pour des frappes aériennes dans le Palaus et sur Yap, Ulithi et Woleai entre le 30 mars et le 1er avril, puis réapprovisionné à Majuro. Plus tard dans le mois, elle a navigué avec le groupe formé autour de Yorktown, le dépistage que le transporteur a offert un soutien aérien direct lors des débarquements à Hollandia et a lancé des frappes contre Truk et Ponape. De retour à Majuro, Charles Ausburne s'est joint aux exercices préparant la prochaine grande opération, l'assaut contre les Mariannes.

Dans cette mission, Charles Ausburne était en mer du 6 juin au 6 juillet 1944, fumant principalement dans l'écran gardant les porte-avions de la TF 58 alors qu'ils frappaient à plusieurs reprises Tinian, Saipan, Pagan, Guam et Iwo Jima. Cette neutralisation des aérodromes ennemis et des défenses insulaires a rendu possible la série de débarquements dans les Mariannes. Charles Ausburne a également bombardé les défenses côtières de Guam et blindé l'USS Essex tandis que le porte-avions lança des frappes sur Saipan pour soutenir les débarquements initiaux sur Guam et les troupes qui avançaient sur Saipan.

Après révision sur la côte ouest, Charles Ausburne est revenu à Ulithi le 5 novembre 1944 et pendant le reste de novembre a gardé les transporteurs fournissant la couverture aérienne pour les convois à Leyte. L'action aérienne lourde est venue en décembre, quand du 19 décembre au 24 décembre, le destroyer a mené le premier convoi de ravitaillement de la baie de San Pedro à Mindoro. Le 21 décembre, quatre raids distincts, dont l'un comprenait des kamikazes, ont rencontré le feu des destroyers de filtrage, et d'autres raids ont été repoussés pendant que le convoi déchargeait.

Poursuivant son soutien au retour aux Philippines, Charles Ausburne transports filtrés de la baie de San Pedro, naviguant le 4 janvier 1945, au nord pour le golfe de Lingayen. Le 7 janvier, l'escorte a repoussé une attaque aérienne ennemie, et plus tard, Charles Ausburne, avec trois autres destroyers, se sont précipités pour enquêter sur un contact radar. C'était Hinoki, coulé rapidement à toutes mains par le feu effectif des quatre navires américains. Le 9 janvier et le 10 janvier, elle a protégé les débarquements d'assaut, puis a lancé des obus de 5 pouces à terre pour aider les troupes avançantes. De retour à San Pedro le 15 janvier, Charles Ausburne a commencé 2 mois d'escorte de convoi et de patrouille à Lingayen et autour de la baie de San Pedro.

Jusqu'à fin mars et avril 1945, le destroyer a masqué les débarquements à Panay et Negros, et a fourni un éclairage de nuit et un appui-feu à la fois à Negroes et à Parang sur Mindanao. Le 13 mai, elle a navigué de la Baie de San Pedro pour rejoindre la 5ème Flotte et le 16 mai a atteint l'ancrage Hagushi d'Okinawa. Après une période de patrouille anti-sous-marine, au cours de laquelle il repoussa deux fois l'attaque aérienne ennemie, il protégea les atterrissages à Aguni Shima et, le 23 juin, reçut sa première affectation à l'enfer du piquetage radar, auquel il survécut sans dommage. Elle est restée en patrouille au large d'Okinawa jusqu'à la fin de la guerre.

Charles Ausburne a quitté Okinawa le 10 septembre 1945 et est arrivé à Washington, D.C., le 17 octobre pour recevoir sa Presidential Unit Citation. Après une visite à New York, il atteint Charleston, en Caroline du Sud, où il est mis hors service en réserve le 18 avril 1946.

Le 12 avril 1960 Charles Ausburne a été transférée en République fédérale d'Allemagne, avec laquelle elle a servi comme Zerstörer 6 ("Destroyer n° 6"), désignation OTAN "D180".

Elle a été rayée de la liste de la marine américaine le 1er décembre 1967. Zerstörer 6 a été frappé de la Bundesmarine en octobre 1968 et mis au rebut.

En plus de la Presidential Unit Citation décernée à son escadron, Charles Ausburne a reçu 11 étoiles de bataille pour le service de la Seconde Guerre mondiale.

Puisque d'autres membres de la famille ont épelé leur nom comme "Ausburn", le premier navire a suivi cette orthographe. On a découvert plus tard qu'il avait lui-même signé comme "Ausburne", et le nom du deuxième navire était ainsi orthographié.


Histoire des combats[modifier | modifier la source]

Ce LVT-1 a été mis hors de combat par le feu ennemi sur la plage RED 1, Tarawa.

Les LVT étaient principalement utilisés pour le soutien logistique à Guadalcanal, jusqu'au développement de la version LVT-4 qui permettait l'embarquement et le débarquement depuis une rampe arrière, améliorant considérablement l'utilité au combat en permettant aux troupes de descendre du véhicule beaucoup plus rapidement. Les versions précédentes n'avaient pas de tels moyens d'entrée ou de sortie.

La première utilisation du LVT au combat a eu lieu lors de l'assaut amphibie de Tarawa. Sur 125 véhicules utilisés, seuls 35 restaient opérationnels à la fin de la journée. Pourtant, un certain nombre ont réussi à transporter des hommes à travers le récif de corail et à travers les bas-fonds jusqu'à la plage. Les Marines qui sont arrivés dans les bateaux LCVP Higgins, d'autre part, ne pouvaient pas traverser le récif et ont dû patauger dans des eaux jusqu'à la poitrine ou plus hautes alors que sous le feu de l'ennemi, les pertes étaient horribles et beaucoup de ceux qui sont parvenus à la plage vivants avaient perdu leurs fusils. et d'autres équipements essentiels. Malgré leur apparente utilité cependant, le LVT-4 était trop légèrement blindé pour le combat, et l'équipage et l'habitacle ouverts ont entraîné de graves blessures causées à la fois par des tirs de mitrailleuses et des éclats d'obus. L'opération a également révélé la nécessité d'un appui-feu rapproché, ce qui manquait aux Amtrac.

À la suite de l'expérience de Tarawa, des kits de blindage standardisés ont été fournis pour les LVT utilisés lors des atterrissages contestés, et les "amtanks" armés de canons LVT(A)-1 et LVT(A)-4 ont été développés pour fournir un appui-feu. Armé d'un obusier de 75 & 160 mm, ce dernier était particulièrement efficace dans ce rôle car il était capable de détruire les fortifications japonaises en débarquant. Cependant, le LVT(A)-4 avait une tourelle à toit ouvert qui laissait l'équipage vulnérable aux attaques d'artillerie et d'infanterie, en particulier pour cette dernière car il manquait d'armement de mitrailleuse. Le manque d'armement de mitrailleuses a finalement été corrigé, bien que la tourelle à toit ouvert soit restée afin de gagner du poids. Bien qu'ils ne soient généralement utilisés que lors des débarquements, dans la campagne des Mariannes, les "amtanks" étaient utilisés à l'intérieur des terres, un peu comme les chars ordinaires.

La plus grande utilisation des LVT était dans le débarquement de Leyte, avec neuf bataillons amtrac et deux amtank déployés. Comme il n'y a pas eu de combats sur les plages, c'est aussi l'une des opérations de LVT les moins connues. Plus de 1000 LVT ont participé à la bataille d'Okinawa.

Bien que généralement associés au théâtre du Pacifique, vers la fin de la guerre, les LVT étaient également utilisés en Europe. Les armées américaine, britannique et canadienne ont utilisé le Buffle à la bataille de l'Escaut, lors de l'opération Pillage, le long du Pô en Italie, de l'autre côté de l'Elbe, et dans un certain nombre d'autres opérations de franchissement du fleuve.

Certains LVT-3, LVT-3C et LVT(A)-5 modifiés ont participé à la guerre de Corée. L'armée française a utilisé les LVT-4 et LVT(A)-4 fournis par les États-Unis pendant la guerre d'Indochine et la crise de Suez.


Résultats et interprétations du site

Des plongeurs de l'Université d'Hawaï au-dessus de la poupe du navire, le site d'entraînement de la baie de M&# 257'alaea. (Programme d'option marine de l'Université J Kuwabara d'Hawai`i)

Interpréter le passé : les naufrages comme histoire

L'équipe d'enquête de 2011 a produit des dessins à l'échelle et des photographies de six sites d'épaves. Les descriptions générales du site et les interprétations préliminaires du site suivent dans l'ordre dans lequel l'équipe de plongée a documenté chaque emplacement :

  • Voilier
  • Curtiss SB2C Helldiver
  • Grumman F6F Hellcat
  • LVT-4
  • LVT(A)-4
  • LVT(A)-4

Voilier non identifié :

Un voilier de 38 pieds à un seul mât (sloop) est incliné sur son côté tribord dans la baie de M&# 257`alaea près de K&# 299hei. De nombreux éléments de gréement, une radio VHF et un étai enveloppé avec le foc (système de prise de ris à rouleaux) se trouvent à l'extérieur sur les sédiments. Une ligne d'ancre reste attachée à la proue et émerge à nouveau du sable à environ 60 pieds au nord, attachée à une petite ancre de style amirauté. Les lignes sont également enroulées autour de la coque à la proue et à la poupe. La roue du navire et la deuxième ancre sont situées à l'intérieur de la poupe. La superstructure de la cabine, le moteur, les batteries, le mât, la flèche et d'autres composants majeurs sont manquants. Des tas de vins jetés et des bouteilles de whisky Bailey's sont distribués à proximité dans le sable.

Dessin en vue en plan du site d'entraînement, montrant la coque et les caractéristiques, le gréement et les piles de bouteilles. (NOAA ONMS/UH MOP)

Cette épave a été choisie comme opportunité de formation pour la trilatération de base, la méthode d'enregistrement pratique de base pour cartographier avec précision les sites d'épaves sous l'eau. L'emplacement peu profond a fourni plus de temps de plongée pour la formation. Ce voilier semble avoir coulé à son amarre. Il semble qu'une grande partie de son équipement ait été récupérée par la suite, et qu'une tentative infructueuse ait été faite (lignes de levage toujours à la proue et à la poupe) pour relever le navire. Aucune trace du nom ou de l'immatriculation du navire n'a pu être trouvée.

Sondez les élèves en transcrivant les croquis mesurés de leurs ardoises sous-marines sur le plan du site. (H Van Tilburg NOAA ONMS)

Curtiss SB2C-1C Helldiver :

Un avion de guerre historique à deux places se dresse dans le sable de la baie de M&# 257`alaea près de K&# 299hei, train d'atterrissage rentré. Une saine abondance de corail recouvre la partie supérieure du fuselage. Les auvents du pilote et du tireur sont ouverts et le radeau de sauvetage a disparu. Le moteur radial à hélice tripale se détache de la cellule et le capot supérieur du moteur est adjacent au fuselage avant. Les deux canons de 20 mm sont dans les ailes. Le stabilisateur vertical de la queue s'est cassé et repose dans le sable près de la queue. La trace du numéro du Bureau of Aviation est visible : 18400.

Le SB2C-1C Helldiver, reposant au fond de la baie de M&# 257`alaea. (Programme d'option marine de l'Université J Kuwabara d'Hawai`i) La séparation entre le fuselage et le moteur radial. (H Van Tilburg NOAA ONMS)

Ce site a été découvert en janvier 2010 par le propriétaire du magasin de plongée local Brad Varney (B&B Scuba, K&# 299hei), qui a contacté le Naval History & Heritage Command et par la suite le bureau des sanctuaires marins de la NOAA. Une esquisse et une documentation initiales du site ont été réalisées par la NOAA en février 2010. L'équipe de plongée de 2011 est retournée sur ce site et a produit un plan de site en deux dimensions plus détaillé. La forme générale, la conception de la queue, la conception de la verrière et l'armement identifient l'avion comme un SB2C Helldiver, un bombardier en piqué de la Seconde Guerre mondiale construit par la Curtiss Wright Corporation. L'existence du numéro de queue (rare) permet une identification exacte (SB2C-1C) et révèle les détails de l'accident à partir des dossiers de la Naval Aviation Branch, Naval History & Heritage Command :

Dessin en plan du site Helldiver réalisé par les étudiants. (NOAA ONMS/UH MOP)

Le 31 août 1944, le pilote William E. Dill et le radio Kenneth W. Jobe, membres de l'escadron de bombardiers de patrouille VB-4, effectuaient des exercices de bombardement en piqué. Au cours des manœuvres d'évitement suivant leur deuxième piqué abrupt sur la cible, l'ensemble de l'empennage vertical s'est tordu à bâbord, bloquant les commandes de la gouverne de direction. N'étant plus en mesure de contrôler l'avion en toute sécurité et incapable d'atteindre la piste à Pu`unēn&#, le pilote a effectué un atterrissage forcé sur l'eau à environ 1 à 2 milles au sud de la base aéronavale. Le pilote et le radio ont été secourus. L'avion n'a pas été récupéré.

Le bombardement en piqué trouve son origine dans les tout premiers jours de l'aéronavale. Les avions tentaient une plongée presque verticale, libérant leurs bombes, puis se retiraient sous des contraintes extrêmes de force G. Cela a permis aux petits avions embarqués de livrer leurs munitions plus efficacement sur les ponts peu blindés des navires ennemis. Après la Seconde Guerre mondiale, les améliorations apportées aux fusées d'avions et aux armes antiaériennes ont rendu obsolète la technique du bombardement en piqué. Le besoin d'avions spécialisés disparut, le Curtiss SB2C Helldiver était le dernier du genre.

Cet avion est protégé par le Sunken Military Craft Act de 2004 (10 U.S.C. 113 Note et 118 Stat. 2094-2098) : « Nul ne doit se livrer ou tenter de se livrer à une activité dirigée contre un engin militaire coulé qui dérange, enlève ou blesse un engin militaire coulé. »

Grumman F6F Hellcat :

La section de fuselage inversée et les ailes du F6F Hellcat, train d'atterrissage rentré. (Programme d'option marine de l'Université J Kuwabara d'Hawai`i) L'extrémité avant d'un moteur radial à trois pales Pratt et Whitney R-2800-10. (H Van Tilburg NOAA ONMS)

Des parties d'un avion de la marine se trouvent dans des eaux peu profondes près de L&# 257'ie. Un moteur radial et une hélice à trois pales se tiennent debout dans le sable. La section médiane d'un fuselage et les ailes bâbord et tribord se trouvent à l'envers à environ 75 pieds, partiellement enfouies dans les sédiments. Le train d'atterrissage est rentré. Il n'y a aucun signe de la section de queue à proximité du site.

Dessin en vue en plan du fuselage et de la section d'aile du site Hellcat. NOAA ONMS/UH MOP)

L'équipe de plongée de 2011 a produit un dessin détaillé du site en deux dimensions du fuselage et de l'aile, et a photographié et mesuré le moteur radial. La comparaison de la conception du train d'atterrissage, ainsi que du moteur et des volets d'échappement inférieurs du moteur, suggère que l'avion est un chasseur F6F-3 Hellcat, produit par la Grumman Aircraft Engineering Corporation. Le Hellcat était l'un des chasseurs monoplaces les plus performants de la Seconde Guerre mondiale. Les Hellcats basés sur des porte-avions étaient responsables de près de 75 % de toutes les victoires aériennes de l'US Navy pendant la guerre dans le Pacifique. Plus de 5 000 ont finalement été construits.

La base de données actuelle de l'aviation enregistre près de 300 Hellcats F6F perdus dans l'archipel hawaïen. Quelque 39 Hellcats F6F-3 possibles à eux seuls pourraient avoir été perdus dans la région de la côte sud de Maui. Ces pertes se sont produites entre juillet 1943 et juillet 1945.

Cet avion est protégé par la Sunken Military Craft Act de 2004 (10 U.S.C. 113 Note et 118 Stat. 2094-2098) : « Nul ne doit se livrer ou tenter de se livrer à une activité dirigée contre un engin militaire coulé qui dérange, enlève ou blesse un engin militaire coulé. »

LVT-4 AMTRAK :

Les côtés et les chenilles de la coque se dressent au-dessus de ce qui reste d'un LVT de cargaison. (Programme d'option marine de l'Université J Kuwabara d'Hawai`i)

Un véhicule à chenilles extrêmement détérioré se trouve debout dans le sable de la baie de M&# 257kena. Le compartiment du conducteur avant s'est effondré, exposant le moteur monté à l'avant, et toutes les caractéristiques sont fortement incrustées de corrosion et de croissance marine. Les deux pignons d'entraînement avant sont tombés vers l'avant, brisant les chenilles des côtés verticaux du véhicule. Il n'y a aucun signe de porte de rampe arrière ou de plancher (en bas) dans la zone de chargement.

L'équipe de plongée de 2011 a pris des mesures globales et des photos de ce site car le temps de plongée était limité en raison de la profondeur. Les péniches de débarquement à rampe délivraient les soldats directement sur le rivage au bord de l'eau, mais une fois à l'extérieur de la péniche de débarquement, les troupes exposées devaient encore traverser la plage ouverte sous le feu de l'ennemi. Des véhicules d'assaut amphibies à chenilles, capables de transporter des troupes et du matériel d'un navire à l'autre, puis de monter jusqu'à et au-delà de la plage elle-même, ont été développés pour soutenir les opérations amphibies et réduire les pertes lors des débarquements. Les LVT, ou « Landing Vehicle Tracked » (également appelés AMTRAKS) ont subi un certain nombre de modifications de conception importantes au cours des années 1930 et 1940.

11 LVT se dirigent vers la plage au large d'Iwo Jima, 1945. (Photo Centre Historique Naval #NH 104223)

Les principales caractéristiques de ce site d'épave détérioré comprennent les dimensions globales, un moteur et un compartiment conducteur montés à l'avant, un espace de chargement arrière, une rampe arrière (présumée) et les crampons ou crampons en forme de "W" sur les chenilles pour propulser le véhicule dans l'eau. Le LVT-1 et le LVT-2 avaient tous deux des moteurs montés à l'arrière, tandis que le LVT-3 avait des moteurs montés sur le côté. Le LVT-4 est donc le plus conforme aux caractéristiques de ce site. Le transporteur de fret et d'équipement pouvait débarquer les troupes par la porte arrière plutôt que par les côtés du véhicule. Plus de 8 000 LVT-4 ont été produits pendant la guerre. Les LVT-4 ont été utilisés pour la première fois au combat lors de l'invasion de Saipan, en juin 1944. L'invasion de Saipan, ou opération Forager, a utilisé plus de 700 LVT.

Ce site est protégé par la Sunken Military Craft Act de 2004 (10 U.S.C. 113 Note et 118 Stat. 2094-2098) : « Nul ne doit se livrer ou tenter de se livrer à une activité dirigée contre un engin militaire coulé qui dérange, enlève ou blesse un engin militaire coulé. »

LVT(A)-4 AMTANK :

Un véhicule à chenilles extrêmement détérioré se trouve debout dans le sable de la baie de M&# 257kena, entouré d'un petit champ de débris de pièces incrustées, y compris des batteries et un pignon d'entraînement avant. Le moteur monté à l'arrière est fortement incrusté de corail. Les côtés de la coque et les chenilles sont presque complètement cassés et manquants. Seule une partie de la coque arrière tribord reste droite. La caractéristique la plus reconnaissable est la tourelle ouverte avec son canon d'obusier court de 75 mm.

Plongeur regardant dans la tourelle ouverte distinctive d'un LVT(A). (H Van Tilburg NOAA ONMS) Le canon court de 75 mm désigne un LVT(A)-4. Ce site est essentiellement une tourelle et un moteur au milieu des débris. (H Van Tilburg NOAA ONMS)

L'équipe de plongée de 2011 a pris des mesures globales et des photos de ce site car le temps de plongée était limité en raison de la profondeur. Il s'agit essentiellement d'une tourelle et d'un moteur assis parmi les débris dispersés, un site affecté par plus que la simple détérioration naturelle au fil du temps. Des plongeurs locaux ont mentionné que l'un des « réservoirs » coulés de la Seconde Guerre mondiale contenait des munitions non explosées et avait été « explosé en place » pour atténuer le danger. L'apparence de ce site peut refléter cet événement. La tourelle ouverte et le canon d'obusier court sont les caractéristiques les plus reconnaissables. Heureusement, ces deux éléments suffisent à identifier ce site comme un véhicule blindé d'assaut amphibie, ou LVT(A). L'obusier désigne un LVT(A)-4, plutôt qu'un LVT(A)-1 qui avait un canon antichar de 37 mm. Le LVT(A)-4 a été utilisé pour la première fois au combat lors de l'invasion de Saipan, en juin 1944.

Au cours des invasions amphibies, le bombardement des positions ennemies a cessé lorsque les troupes de débarquement amies ont atteint le rivage. Cela exposait les soldats sur la plage à des tirs dévastateurs provenant de positions retranchées. Les LVT-(A), également appelés AMTANKS, ont été envoyés en premier pour couvrir le débarquement du personnel, protégeant les troupes en fournissant des tirs de suppression sur la plage elle-même. Les transporteurs de personnel et de fret LVT ont ensuite suivi. Les véhicules d'assaut amphibies blindés comme les AMTANKS ne doivent pas être confondus avec les chars, qui sont souvent débarqués plus tard, rampant directement sur la plage depuis des navires amphibies plus gros.

Un LVT(A)-4 escaladant la plage d'Iwo Jima, février 1945. (Photo Centre Historique Naval #NH 104216) Les plongeurs mesurent les principales caractéristiques pendant leur temps de fond limité sur le premier site LVT(A)-4. (Programme d'option marine de l'Université J Kuwabara d'Hawai`i)

Ce site est protégé par la Sunken Military Craft Act de 2004 (10 U.S.C. 113 Note et 118 Stat. 2094-2098) : « Nul ne doit se livrer ou tenter de se livrer à une activité dirigée contre un engin militaire coulé qui dérange, enlève ou blesse un engin militaire coulé. »

Deuxième LVT(A)-4 AMTANK :

Un deuxième véhicule à chenilles détérioré se trouve debout dans le sable de la baie de Mākena, entouré d'un champ de débris beaucoup plus petit que le LVT(A)-4 ci-dessus. Le moteur monté à l'arrière est incrusté de corail mais plus complet. La coque et la chenille du côté bâbord sont presque terminées, et le pignon d'entraînement avant est en place, bien que tombé au fond de la mer. Le pont surélevé au-dessus du compartiment du conducteur est manquant. Les caractéristiques les plus importantes sont la tourelle ouverte avec obusier, le pignon avant, la coque et la chenille du côté bâbord, et le moteur monté à l'arrière avec deux réservoirs de carburant auto-obturants doublés de caoutchouc.

Des plongeurs ont également inspecté un deuxième site LVT(A)-4, celui-ci montrant plus d'intégrité que le premier. (Programme d'option marine de l'Université J Kuwabara d'Hawai`i)

L'équipe de plongée de 2011 a pris des mesures globales et des photos de ce site car le temps de plongée était limité en raison de la profondeur. La taille globale et la tourelle avec obusier identifient ce site comme un deuxième LVT(A)-4. L'état de ce site est plus probablement dû à une détérioration naturelle au fil du temps.

Ce site est protégé par la Sunken Military Craft Act de 2004 (10 U.S.C. 113 Note et 118 Stat. 2094-2098) : « Nul ne doit se livrer ou tenter de se livrer à une activité dirigée contre un engin militaire coulé qui dérange, enlève ou blesse un engin militaire coulé. »

Ce LVT(A)-4 perdu en eau peu profonde à Saipan lors de l'invasion amphibie est (étrangement) en bien meilleur état que le LVT au large de la côte sud de Maui. (Photographie de Ships of Exploration and Discovery Research, Inc. avec l'aimable autorisation de l'American Battlefield Protection Program)


Amtank en route pour Aguni Jima, 1945 - Histoire


.

janvier février Mars avril Peut
juin juillet août septembre

HISTOIRE 1945-VJ DAY
ZONE PACIFIQUE SECONDE GUERRE MONDIALE

GRÂCE À LA CHRONOLOGIE NAVALE DES ÉTATS-UNIS, LA DEUXIÈME GUERRE MONDIALE
J'ai édité les fichiers ci-dessus pour la région du Pacifique Sud uniquement.

Le TEXTE ÉDITÉ est affiché dans des lignes ROUGES ET BLEUES alternées.
Le texte ALLIED SHIPS COUPÉ est affiché en MARRON
Le texte HISTORY OF USS OAKLAND est affiché en NOIR

Opération Okinawa Gunto du 17 mars 1945 au 11 juin 1945
Opérations de la troisième flotte contre le Japon - du 10 juillet 1945 au 15 août 1945

01/01 lun. Les troupes de l'armée sont débarquées par une unité opérationnelle navale sur l'île Fais, dans les îles Caroline, pour capturer et détruire la station de radio japonaise.

01/02 mar. Navire de la marine américaine endommagé Oiler COWANESQUE (AO-79), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 08 d. 56'N., 122 d. 49'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 138, par avion de l'armée, région des îles Philippines, 16 d. 37'N., 120 d. 19'E.

01/03 mer. Les avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S.McCain) commencent une grève de 2 jours contre les navires et les avions japonais dans les îles Ryukyu et Formosa. Navires de la marine américaine endommagés : le porte-avions d'escorte SARGENT BAY (CVE-83) et le destroyer d'escorte ROBERT F. KELLER (DE-419), par collision, dans la région des îles Philippines. Minelayer MONADNOCK (CM-9), par collision, région de Luzon, P. I., 12 j. 22'N., 121 d. 01'E. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 10, par avion de l'armée, région des îles Philippines, 07 d. 04'N., 123 d. 37'E. Navire de la marine américaine coulé : transporteur d'escorte OMMANEY BAY (CVE-79), endommagé par un avion suicide, région de Luzon, P. I., 11 d. 25'N., 121 d. 19'E coulé par les forces américaines.

01/04 jeu. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer BALL (DD-587), par collision, région de Luzon, P. I., 11 d. 25'N., 121 d. 19'E. Oiler PECOS (AO-65), par bombardier horizontal, région de Luzon, P. I., 12 j. 19'N., 121 d. 04'E. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 210, par avion, détroit de Formose.

01/05 ven. Le groupe opérationnel de croiseurs et de destroyers (Rear Adm. A. E. Smith) bombarde et des avions de l'armée bombardent les navires et les installations ennemis sur Chichi Jima et Haha Jima, îles Bonin. Le groupe de travail de croiseurs et de destroyers (Rear Adm. J. L. McCrea) bombarde les installations japonaises à Suribachi Wan, Paramushiro, dans les îles Kouriles. Navires de la marine américaine endommagés : Escort carrier MANILA BAY (CVE-61), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 14 d. 50'N., 119 d. 10'E. Transporteur d'escorte SAVO ISLAND (CVE-78), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 15 j. 50'N., 119 d. 00'E. Croiseur lourd LOUISVILLE (CA-28), par avion suicide, région de Luçon, P. I., 15 d. 00'N., 119 d. 00'E. Destroyer HELM (DD-388), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 15 d. 00'N., 119 d. 00'E. Destroyer DAVID W. TAYLOR (DD-551), près du mien, région des îles Bonin, 27 j. 04'N., 142 d. 06'E. Le destroyer d'escorte EDWIN A. HOWARD (DE-346), par collision avec le destroyer d'escorte LELAND E. THOMAS (DE-420), région des îles Philippines, 09 d. 48'N., 127 d. 15'E. Destroyer escorte STAFFORD (DE-411), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 14 j. 00 N., 120 j. 00'E. Hydravion tender (petit) ORCA (AVP-49), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 15 j. 36'N., 119 d. 20'E. Remorqueur océanique APACHE (ATF-67), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 15 j. 53'N., 119 d. 00'E.

01/06 sam. Les aéronefs du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. J. S. McCain) commencent une attaque d'une journée contre les aéronefs japonais et les installations de l'aérodrome dans la région de Luzon,
P. I. Navires de la marine américaine coulés : dragueur de mines à grande vitesse HOVEY (DMS-11), par une torpille d'avion, région de Luzon, P.I., 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Dragueur de mines à grande vitesse LONG (DMS-12), par avion suicide, région des îles Philippines, 16 j. 12'N., 120 d. 11'E. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassés NEW MEXICO (BB-40) et CALIFORNIA (BB-44), par des avions suicides, région de Luzon, P. I., 16 d. 20'N., 120 d. 10'E. Croiseur lourd LOUISVILLE (CA-28), par avion suicide, région de Luçon, P. I., 16 d. 37'N., 120 d. 17'E. Croiseur lourd MINNEAPOLIS (CA-36), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 16 d. 10'N., 120 d. 10'E. Croiseur léger COLUMBIA (CL-56), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 16 d. 20'N., 120 d. 10'E. Destroyer NEWCOMB (DD-586), par avion suicide et accidentellement par des tirs de la marine américaine, région de Luzon, P. I., 16 d. 20'N., 120 d. 10'.E Destroyer RICHARD P. LEARY (DD-664), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 16 d. 20'N., 120 d. 10'E. Les destroyers ALLEN M. SUMNER (DD-691) et WALKE (DD-723), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 16 j. 40'N., 120 d. 10'E. Destroyer O'BRIEN (DD-725), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 16 d. 23'N., 120 d. 14'E. Destroyer LOWRY (DD-770), accidentellement par des tirs de la marine américaine, région de Luzon, P. I., 16 d. 40'N., 120 d. 10'E. Dragueur de mines à grande vitesse SOUTHARD (DMS-10), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 16'11 d. N., 126 d. 16'E. Transport à grande vitesse BROOKS (APD-10), par avion suicide, région de Luçon, P. I., 16 j. 20'N., 120 d. 10'E.

01/07 dim. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers (Vice Adm. JB Oldendorf) et des avions du groupe de porte-avions d'escorte (Rear Adm. CT Durgin) ouvrent 2 jours de bombardement et de bombardement de la plage dans le golfe de Lingayen, Luzon, PI Navire de la marine américaine coulé : Dragueur de mines à grande vitesse PALMER (DMS-5),par bombardier horizontal, région de Luzon, PI, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Navires de la marine américaine endommagés : transport d'attaque CALLAWAY (APA-35), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 17 j. 00'N., 120 d. 00'E. LST 912, par avion suicide, région de Luçon, P. I., 16 d. 20'N., 120 d. 10'E.

01/08 lun. Navires de la marine américaine endommagés : Escort Carrier KITKUN BAY (CVE-71), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 15 d. 48'N., 119 d. 09'E. Transporteur d'escorte KADASHAN BAY (CVE-76), par avion suicide, région de Luzon, P. I., 15 j. 10'N., 119 d. 08'E.

01/09 mar. Les forces de l'armée débarquent dans la région du golfe de Lingayen, P. I., sous le couvert de tirs navals et d'avions embarqués. Le général Douglas MacArthur est le commandement général de l'opération. Le vice-amiral T. C. Kinkaid commande les forces navales, et le lieutenant-général W. Krueger est le commandant de la force terrestre. À l'appui des débarquements, la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) bombarde les aérodromes et les navires japonais dans les régions de Formosa, Ryukyus et des îles Pescadores. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassé MISSISSIPPI (BB-41), par avion suicide, région des îles Philippines, 16 d. 08'N., 120 j. 18'E. Cuirassé COLORADO (BB-45), accidentellement par des tirs de la marine américaine, région des îles Philippines, 16 d. 08'N., 120 j. 10'E. Croiseur léger COLUMBIA (CL-56), par avion suicide, région des îles Philippines, 16 d. 08'N., 120 j. 10'E. Escorte de destroyers HODGES (DE-231), par avion suicide, région des îles Philippines, 16 j. 22'N., 120 d. 12'E. Transport WARHAWK (AP-168), par bateau suicide, région des îles Philippines, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Pétrolier GUADALUPE (A0-32), par collision, région des îles Philippines, 20 j. 06'N., 121 d. 34'E. LST 925 et LST 1028, par grenades sous-marines, région des îles Philippines, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Navires de la marine japonaise coulés, région de Formosa : Chasseur de sous-marin NO. 61, par avion embarqué, 22 d. 40'N, 120 d. 04'E. Chasseur de sous-marin NO. 90, par avion embarqué, 22 d. 40'N., 120 d. 00'E. Navire de défense côtière NO. 3, par avion embarqué, 27 d. 10'N., 121 d. 45'E.

01/10 mer. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer WICKER (DD-578), par un bombardier horizontal, région des îles Philippines, 16 d. 04'N., 118 d. 55'E. Destroyer escorte LERAY WILSON (DE-414), par avion suicide, région des îles Philippines, 16
ré. 20'N., 120 d. 10'E. Transport à grande vitesse CLEMSON (APD-31), par collision, région des îles Philippines, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Transport d'attaque DUPAGE (APA-41), par avion suicide, région des îles Philippines, 16 j. 17'N., 120 d. 15'E. Transport d'attaque LATIMER (APA-152), par collision, région des îles Philippines, 16
ré. 20'N., 120 d. 10'E. LST 507, par collision, région des îles Philippines, 16 j.20'N., 120 d. 10'E. LST 610, par bateau suicide, région des îles Philippines, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 45, par le sous-marin PUFFER (SS-268), au large des îles Ryukyu, 20 j. 01'N., 126 d. 34'E.

01/11 jeu. Navires de la marine américaine endommagés, région des îles Philippines : transport à grande vitesse BELKNAP (APD-34), par avion suicide, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. LST 270, par canon de défense côtière, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. LST 700, accidentellement par des tirs de la marine américaine, 16 d. 43'N., 119 d. 58'E. LST 918, par canon de défense côtière, 16 d. 20'N., 120 d. 10'E.

01/11 Le Golden Gate a été aperçu et le navire s'est arrêté dans la baie de San Francisco.

01/12 ven. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) opérant dans la mer de Chine méridionale ont heurté des navires japonais, des aérodromes et d'autres installations à terre dans le sud-est de l'Indochine française. Navires de la marine américaine endommagés, zone des îles Philippines : Le destroyer escorte RICHARD W. SUESENS (DE-342) et GILLIGAN (DE-508), par des avions suicides, 16 j. 20'N., 120 d. 10'E. Attaque du transport ZEILIN (APA-3), par avion suicide, 15 j. 23'N., 119 d. 10'E. LST 700, par avion suicide, 14 j. 04'N., 119 d. 25'E. LST 710 et LST 778, accidentellement par des tirs de la marine américaine, 15 d. 00'N., 119 d. 30'E. Navire de guerre japonais coulé par un avion embarqué, mer de Chine méridionale : croiseur d'entraînement KASHII, 13 j. 50'N., 109 d. 20'E. Frégate CHIBURI, 10 j. 20'N., 107 d. 50'E. Chasseur de sous-marin NO. 31, 11 d. 10'N., 108 d. 55'E. Chasseur de sous-marin NO. 43, 11 d. 53'N., 109 d. 08'E. Démineur NO. 101, 11 d. 10'N., 108 d. 55'E. Transports NON. 140, 10 d. 20'N, 107 d. 50'E. Patrouilleur NO. 103, 11 d. 10'N., 108 d. 55'E. Navires de défense côtière NOs. 17 et 19, 10 j. 20'N., 107 d. 50'E. Navire de défense côtière NO. 23, 14 jours. 15'N., 109 d. 10'E. Navires de défense côtière NOs. 35 et 43, 11 j. 10'N., 108 d. 55'E. Navire de défense côtière NO. 51, 14 jours. 15'N., 109 d. 10'E.

01/12 Chez Bethlemhem Steel Company, San Francisco, Californie, en cours de révision.

01/13 sam. Navire de la marine des États-Unis endommagé, région des îles Philippines : transporteur d'escorte SALAMAUA (CVE-96), par avion suicide, 17 j. 09'N., 119 d. 21'E.

01/14 dim. Navire de la marine américaine perdu : PT-73, par arrondi, région des îles Philippines, 13 d. 50'N., 120 d. 10'E. échoué et abandonné. Navire de la marine japonaise coulé : Minelayer YURISHIMA, par le sous-marin COBIA (SS-145), au large de Sumatra, 05 d. 51'N., 103 d. 16'E.

01/15 lun. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) attaquent les navires et les avions japonais dans les zones côtières de Formose et de la Chine. Navire de la marine américaine endommagé : transporteur d'escorte HOGGATT BAY (CVE-75), par une explosion accidentelle, région des îles Philippines, 17 j. 01'N., 119 d. 20'E. Navires de la marine japonaise coulés par des avions embarqués, région de Formose : Destroyer HATAKAZE, 22 j. 37'N., 120 d. 15'E. Vieux destroyer TSUGA, 23 d. 33'N., 119 d. 33'E. Transports NON. 14, 11 d. 37'N., 120 d. 15'E.

01/16 mar. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) frappent les navires et les installations ennemis à Hong Kong, sur l'île de Hainan et le long de la côte chinoise.

01/17 mer. Navire de la marine américaine avarié : transporteur d'escorte NEHENTA BAY (CVE-74), par tempête, région des îles Philippines, 17 j. 41'N., 117 d. 33'E. Navire de guerre japonais coulé : Transport NO. 15, par le sous-marin TAUTOG (SS-199), au large de Kyushu, Japon, 31 j. 09'N., 130 d. 29'E.

01/18 jeu. Deux raids japonais débarquent à Peleliu, dans les îles Palau, dans une tentative infructueuse d'endommager des avions au sol et de détruire des munitions. Navires de la marine américaine endommagés, zone des îles Philippines : LST 219, par échouement, 16 j. 10'N., 120 d. 22'E. LST 710, par collision, 16 j. 10'N., 120 d. 22'E. LST 752, par collision, 11 j. 11'N., 125 d. 05'E. Sous-marin japonais coulé : RO-47, par le destroyer d'escorte FLEMING (DE-32), région du Pacifique central, 12 j. 08'N., 154 j. 27'E.

01/20 sam. Le sous-marin Nautilus (SS-168) débarque des ravitaillements sur la côte sud de Mindanao, des avions PI de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral JS McCain) attaquent les navires ennemis et les aérodromes à Formose et aux îles Pescadores, et Sakashima Gunto et Okinawa dans les îles Ryukyu . Les avions japonais font des contre-attaques concertées sur les navires de la force opérationnelle. Navires de la marine américaine endommagés, région des îles Formosa-Ryukyu : Carrier TIConderoga (CV-14), par avion suicide, 22 j. 40'N., 122 d. 57'E. Carrier HANCOCK (CV-19), par explosion accidentelle, 22 j. 40'N., 122 d. 30'E. Porte-avions léger LANGLEY (CVL-27), par avion suicide, 22 j. 40'N., 122 d. 51'E. Destroyer MADDOX (DD-731), par avion suicide, 23 d. 06'N., 122 d. 43'E. Navires de la marine japonaise coulés : Transport NO. 101, par avion embarqué, région de Formose, 22 j. 37'N., 120 d. 15'E. Transports NON. 102, par avion embarqué, région des îles Philippines, 11 j. 03'N., 123d. 05'E.

01/22 lun. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) frappent des navires japonais, des aérodromes et d'autres installations dans les îles Ryukyu.

23/01/Mar. Le sous-marin BARB (SS-220) entre dans le port de Namkwan, en Chine, et lance une attaque à la torpille sur les navires auxiliaires japonais. Le sous-marin NAUTILUS (SS-168) livre des fournitures à la côte est de Mindanao, PI sous-marin japonais coulé : I-48, par les destroyers d'escorte CORBESIER (DE-438), CONKLIN (DE-439), et RABY (DE-698), au large Île de Yap, Îles Carolines, 09 j. 45'N., 138 d. 20'E.

01/24 mer. Le groupe opérationnel de cuirassés, de croiseurs et de destroyers (Rear Adm. O. C. Badger) bombarde les positions ennemies sur Iwo Jima, Volcano Islands. Des avions navals terrestres des îles Philippines bombardent des navires japonais à Keelung, Formosa. Navire de la marine américaine coulé : navire de sauvetage EXTRACTOR (ARS-15), accidentellement par un sous-marin américain, mer des Philippines, 15 j. 44'N., 133 d. 29'E. Navire de la marine des États-Unis endommagé : quai du navire de débarquement SHADWELL (LSD-15), par une torpille d'avion, région des îles Philippines, 09 d. 01'N., 123 d. 45'E. Navire de la marine japonaise coulé : Destroyer SHIGURE, par le sous-marin BLACKFIN (SS-322), Golfe de Siam, 06 d. 00'N., 103 d. 48'E.

27/01 sam. Navire de la marine japonaise coulé : Démineur NO. 102, par sous-marin BERGALL (SS-320), mer de Java, 08 d. 37'S., 115 d. 39'E.

28/01/Dim. Le porte-avions ANTIETAM (CV-36), est mis en service à Philadelphie, Pennsylvanie. Navire de la marine américaine coulé : PT-338, par échouement, au large de Luzon, P. I., 12 d. 06'N., 121 d. 23'E. coulé par les forces américaines. Navire de la marine japonaise coulé : Frégate KUME, par le sous-marin SPADEFISH (SS-411), Mer Jaune, 33 d. 56'N., 123d. 06'E,

29/01 lun. Les forces de l'armée sont débarquées près de San Antonio, au nord-ouest de Subic Bay, Luzon, P. I., par un groupe d'attaque naval (Rear Adm. A. D. Struble). Navire de la marine américaine coulé : Navire cargo SERPENS (AK-97), par explosion, Guadalcanal, Îles Salomon. Navires de la marine américaine endommagés, zone des îles Philippines : Transport CAVALIER (APA-37), par torpille sous-marine, 14 j. 48'N., 119 d. 18'E. Navire de réparation AMYCUS (ARL-2), par bombardier horizontal, 16 d. 20'N., 120 d. 10'E.

01/30 mar. Les troupes de l'armée sont débarquées sur Grande Island, Subic Bay, Luzon, P. I.

31/01 mer. Les troupes de l'armée sont débarquées à Masugbu, au sud de l'entrée de la baie de Manille, Luzon, P. I., par un groupe d'attaque naval (Rear Adm. W. M. Fechteler) avec le soutien d'avions embarqués (Rear Adm. W. D. Sample). Navire de la marine américaine coulé : Submarine chaser PC-1119, par bateau suicide, région des îles Philippines, 14 d. 05'N., 12O d. 30'E. Navire de la marine japonaise coulé : destroyer UME, par avion de l'armée, au large de Formose, 22 d. 30'N., 120 d. 00'E.

02/01 jeu. Navires de la marine américaine coulés : PT-77, accidentellement par des tirs de la marine américaine, région des îles Philippines, 13 d. 55'N., 120 d. 36'E. échoué et abandonné. PT-79, accidentellement par des tirs de la marine américaine, région des îles Philippines, 13 d. 55'N., 120 d. 36'E. Navires de la marine japonaise coulés : Transport NO. 115, par avion de l'armée, région des îles Philippines, 20 d. 00'N., 121 d. 00'E. Sous-marin RO-115, par les destroyers JENKINS (DD-447), O'BANNON (DD-450) et BELL (DD-587), et le destroyer d'escorte ULVERT M. MOORE (DE-442), région des îles Philippines, 13 d . 20'N., 119 d. 20'E.

02/02 sam. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 144, par le sous-marin BESUGO (SS-321), au large de la péninsule malaise, 04 d. 32'N., 104 d. 30'E.

02/07 mer. Navires de la marine japonaise coulés : Sous-marin RO-55, par le destroyer d'escorte THOMASON (DE-203), région des îles Philippines, 15 j. 27'N., 119 d. 25'E. Navire de défense côtière n° 53, du sous-marin BERGALL (SS-320), Mer de Chine méridionale, 12 j. 04'N., 109 j. 22'E.

02/09 ven. Le sous-marin BATFISH (SS-310) coule un sous-marin japonais c'est le premier des trois sous-marins japonais coulés en 4 jours par BATFISH. (Voir les 11 et 12 février 1945.) Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin I-41, par le sous-marin BATFISH (SS-310), région des îles Philippines, 18 d. 50'N., 121 d. 40'E.

02/11 dim. Navire de la marine américaine coulé : LST 577, endommagé par une torpille sous-marine, à l'est des îles Philippines, 08 j. 01'N., 130 d. 37'E., coulé par les forces américaines. Navire de la marine américaine endommagé : remorqueur océanique TAKELMA (ATF-113), par collision, région des îles Philippines, 10 j. 50'N., 125 d. 25'E. Sous-marin japonais coulé : RO-112, par le sous-marin BATFISH (SS-310), région des îles Philippines, 18 j. 53'N., 121 d. 50'E.

02/12 lun. Sous-marin japonais coulé : RO-113, par le sous-marin BATFISH (SS-310), région des îles Philippines, 19 j. 10'N., 121 d. 23'E.

02/13 mar. Des vedettes lance-torpilles entrent dans la baie de Manille, Luzon, P. I., pour une reconnaissance nocturne, ce sont les premières unités navales américaines à entrer dans la baie de Manille depuis mai 1942.

02/14 mer. Navire de la marine américaine coulé : dragueur de mines à moteur YMS-48, par un canon de défense côtière, région des îles Philippines, 14 j. 24'N., 120 d. 33'E. Navires de la marine américaine endommagés, zone des îles Philippines : Destroyer FLETCHER (DD-445), par un canon de défense côtière, 14 d. 25'N., 120 d. 30'E. Destroyers RADFORD (DD-446) et LAVALLETTE (DD-448), par mines, 14 j. 25'N., 120 d. 30'E. Destroyer HOPEWELL (DD-681), par canon de défense côtière, 14 d. 24'N., 120 d. 33'E. Navires de la marine japonaise coulés : Chasseurs de sous-marins NON. 4 et 114, par le sous-marin HAWKBILL (SS-366), mer de Java, 08 d. 20'S., 115 d. 43'E. Navire de défense côtière NO. 9, par le sous-marin GATO (SS-212), Mer Jaune, 34 d. 48'N., 125 d. 58'E.

02/15 jeu. Les forces de l'armée sont débarquées dans la zone du port de Mariveles de la péninsule de Bataan, Luzon, P. I., par un groupe opérationnel naval (Rear Adm. A. D. Struble). Navire de la marine américaine coulé : Sous-marin SWORDFISH (SS-193), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navire de la marine américaine endommagé : moteur de dragueur de mines YMS-46, par un canon de défense côtière, 14 j. 23'N., 120 d. 36' Est.

16/02 ven. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) bombardent des aérodromes, des usines d'avions et des navires dans la région de Tokyo, l'attaque japonaise est répétée le 17 février. Les navires d'appui-feu et les avions embarqués commencent un bombardement de 3 jours avant l'atterrissage et le bombardement d'Iwo Jima, dans les îles Volcano. Le groupe de travail des croiseurs et destroyers (Rear Adm. J. L. McCrea) bombarde les installations côtières ennemies à Kurabu Zaki, Paramushiro, îles Kouriles. Les forces de l'armée, précédées d'un bombardement naval et d'une attaque par des avions de l'armée, débarquent sur Corregidor, Luzon, P. I. Navire de la marine américaine coulé : le sous-marin BARBEL (SS-316), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyers INGRAHAM (DD-694) et BARTON (DD-722), par collision, région d'Iwo Jima, 31 j. 45'N., 141 d. 54'E. Chasseur de sous-marin PC-1119, par canon de défense côtière, région de Luzon, P. I., 14 d. 23'N., 120 d. 35'E. Navire de la marine japonaise coulé : Minelayer NARIU, par le sous-marin SENNET (SS-408), au large de Shikoku, Japon, 32 d. 10'N., 135 d. 54'E.

02/17 sam. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassé TENNESSEE (BB-43), par un canon de défense côtière, région d'Iwo Jima, 24 j. 44'N., 141 d. 19'E. Croiseur lourd PENSACOLA (CA-24), par canon de défense côtière, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Destroyer LEUTZE (DD-481), par canon de défense côtière, zone d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Destroyer DORTCH (DD-670), par mitraillage, zone d'Iwo Jima, 30 j. 01'N., 141 d. 45'E. Destroyer WALDRON (DD-699), par éperonnage intentionnel d'un bateau de piquetage japonais, région d'Iwo Jima, 29 j. 27'N., 141 d. 34'E. Remorqueur HIDATSA (ATF-102), par le mien, région de Luzon, P. I., 14 j. 25'N., 120 d. 30'E. Navires de la marine japonaise coulés : Transport NO. 114, par avion de l'armée, au large de Formose, 23 d. 04'N., 120 d. 30'E. Navire de défense côtière NO. 56, par le sous-marin BOWFIN (SS-287), au large de Honshu, Japon, 33 d. 53'N., 139 d. 43'E.

18/02 dim. Navires de la marine américaine endommagés, zone d'Iwo Jima : poseur de mines léger GAMBLE (DM-15), par bombardier horizontal, 24 j. 55'N., 141 d. 08'E. Transport à grande vitesse BLESSMAN (APD-48), par bombardier horizontal, 25 j. 05'N., 141 d. 10'E.

02/19 lun. Les Marines débarquent à Iwo Jima, dans les îles Volcano, soutenus par des tirs navals intensifs et des attaques aériennes. L'opération est sous le commandement général de l'amiral R. A. Spruance, commandant de la cinquième flotte. Vice-amiral. R. K. Turner est le commandant de la Force expéditionnaire conjointe et le lieutenant général H. M. Smith, USMC, commande les troupes expéditionnaires. Les tirs navals et les bombardements aériens continuent de soutenir les troupes à terre pendant cette campagne difficile. Des troupes de l'armée couvertes par des avions de la Marine sont débarquées à Allen sur la côte nord-ouest de Samar et sur l'île de Capul, P. I., pour assurer le contrôle du détroit de San Bernardino. (Voir 20 février 1945.) Navires de la marine américaine endommagés, région d'Iwo Jima : croiseur lourd CHESTER (CA-27), par collision avec le vaisseau amiral de la force amphibie ESTES (AGC-12), 24 j. 13'N., 141 d. 25'E. Le destroyer BRADFORD (DD-545), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 20'E. Destroyer JOHN W. Weeks (DD-701), par canon de défense côtière, 25 d. 32'N., 141 d. 01'E. Escorte du destroyer FINNEGAN (DE-307), par collision, 22 j. 46'N., 141 d. 19'E.

02/20 mar. Des troupes de l'armée sous couvert d'avions de la Marine sont débarquées sur l'île de Biri, P. I., pour assurer le contrôle du détroit de San Bernardino. (Voir 19 février 1945.) Navires de la marine américaine endommagés, région d'Iwo Jima : Croiseur léger BILOXI (CL-80), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 25 j. 47'N., 141 d. 15'E. Navire-hôpital SAMARITAN (AH-10), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 24 d. 46'N., 141 d. 19'E. Attaque des transports NAPA (APA-157) et LOGAN (APA-196), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Attaque du cargo STARR (AKA-67), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 779, par mortier côtier, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navire de la marine japonaise coulé : Destroyer NOKAZE, par le sous-marin PARGO (SS-264), Mer de Chine méridionale, 12 j. 48'N., 109 d. 38'E.

02/21 mer. Des avions navals terrestres et militaires bombardent et mitraillent les installations ennemies à Truk, aux îles Caroline. Navire de la marine américaine coulé : transporteur d'escorte BISMARCK SEA (CVE-95), par avion suicide, région d'Iwo Jima, 24 j. 36'N., 141 d. 48'E. Navires de la marine américaine endommagés : Carrier SARATOGA (CV-3), par des avions suicides, région d'Iwo Jima, 24 j. 56'N., 142 d. 01'E. Transporteur d'escorte LUNGA POINT (CVE-94), par avion suicide, région d'Iwo Jima, 24 j. 40'N., 141 d. 44'E. Destroyer WILLIAMSON (DD-244), par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 39'N., 142 d. 01'E. Destroyer RENSHAW (DD-499), par torpille sous-marine, région de Luzon, P. I., 24 d. 36'N., 141 d. 48'E. Attaque du cargo YANCEY (AKA-93), par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navire cargo net KEOKUK (AKN-4), par avion suicide, région d'Iwo Jima, 24 j. 36'N., 141 d. 48'E. LST 390, par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 477, par avion suicide, région d'Iwo Jima, 24 j. 40'N., 141 d. 44'E. LST 809, par avion suicide, région d'Iwo Jima, 24 j. 08'N., 142 d. 06'E.

22/02 Navires de la marine américaine endommagés : Le destroyer d'escorte MELVIN R. NAWMAN (DE-416), par collision avec le LST 807, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E.

23/02 ven. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Iwo Jima : chasseur de sous-marin PC 877, par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'F LST 684, par canon de défense côtière, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 716, par mise à la terre, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 792, par canon de défense côtière, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navires de la marine japonaise coulés : Frégate YAKU, par le sous-marin HAMMERHEAD (SS-364), au large de l'Indochine, 12 j. 39'N., 109 d. 29'E. Chasseur de sous-marin n° 35, par avion de l'armée, mer de Chine méridionale, 10 j. 15'N., 107 d. 31'E.

24/02 dim. La résistance japonaise à Manille, Luzon, P. I., cesse. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Iwo Jima : croiseur lourd SAN FRANCISCO (CA-38), par la tempête, 30 j. 00'N., 145 d. 00'E. Destroyer COLAHAN (DD-658), d'assaut, 29 j. 45'N., 146 d. 20'E. Destroyer HEYWOOD L. EDWARDS (DD-663), par collision, 24 j. 47'N., 141 d. 25'E. Le destroyer BRYANT (DD-665), par collision, 24 j. 47'N., 141 d. 25'E. Destroyer MOALE (DD-693), d'assaut, 25 j. 00'N., 141 d. 00'E. Chasseur de sous-marin PC-578, par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 792, par canon de défense côtière, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Sous-marin japonais coulé : RO-49, par le sous-marin LEGARTO (SS-371), au large de Kyushu, 32 j. 40'N., 132 d. 33'E.

25/02 dim. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) bombardent les usines d'avions et les aérodromes près de Tokyo, au Japon. Navires de la marine américaine endommagés : destroyer HARRISON (DD-573), par tempête, au sud de Honshu, Japon, 33 d. 00'N., 141 d. 00'E. Transport d'attaque FAYETTE (APA-43), par collision, zone d'Iwo Jima, 24 j. 45'N., 141 d. 20'E. Attaque du cargo MULIPHEN (AKA-61), par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Appel d'hydravions HAMLIN (AV-15), accidentellement par des tirs de la marine américaine, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Dragueur de mines à moteur YMS-175, près de la mine, région de l'île Caroline, 07 j. 20'N., 134 d. 35'E. LST 918, par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E.

26/02 lun. Navires de la marine américaine endommagés : Croiseur léger PASADENA (CL-65), par des tirs navals, au sud de Honshu, Japon, 31 j. 20'N., 141 d. 15'E. Destroyer PORTERFIELD (DD-682), par des tirs navals, au sud de Honshu, Japon, 33 d. 10'N., 143 d. 30'E. Démineur SAUNTER (AM-195), par mine, région de Luzon, P. I., 14 j.17'N., 120 d. 38'E. LST 121, par collision et échouage, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 760 et LST 884, par canon de défense côtière, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navires de la marine japonaise coulés : Sous-marin I-368, par avion (VC-82) du porte-avions d'escorte Anzio (CVE-57), région des îles Volcano, 24 j. 43'N., 140 d. 37'E. Sous-marin I-370, du destroyer d'escorte FINNEGAN (DE-307), près des îles Volcano, 22 d. 45'N., 141 d. 27'E. Sous-marin RO-43, par avion (VC-82) du transporteur d'escorte Anzio (CVE-57), près des îles Volcano, 24 j. 07'N., 140 d. 19'E. Frégate SHONAN, par sous-marin HOE (SS-258), Mer de Chine méridionale, 17 j. 08'N., 110 j. 01'E. Bateau de piquetage, par des tirs de la marine, au sud de Honshu, au Japon.

27/02 mar. Navires de la marine américaine endommagés, zone d'Iwo Jima : porte-avions léger SAN JACINTO (CVL-30), par collision, 23 j. 00'N., 139 d. 00'E. Destroyer COLHOUN (DD-801), par collision, 24 j. 49'N., 141 d. 20'E. Oiler MERRIMACK (AO-37), par collision, 23 j. 00'N., 139 d. 00'E. Transport d'attaque PRESIDENT ADAMS (APA-19), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Transport d'attaque KNOX (APA-46), par collision, 14 j. 49'N., 141 d. 21'E. Attaque du cargo TOLLAND (AKA-64), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 779, par collision et échouage, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 809, par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E.

02/28 mer. Les troupes de l'armée sont débarquées à Puerto Princesa, Palawan Island, PI, par le groupe d'attaque navale (Rear Adm. WM Fechteler) le débarquement est précédé d'un bombardement naval, des navires de la marine américaine endommagés, zone d'Iwo Jima : Destroyer BENNETT (DD-473), par bombe d'avion, 24 d. 46'N., 141 d. 19'E. Destroyer TERRY (DD-513), par canon de défense côtière, 24 d. 48'N., 141 d. 33'E. Chasseur de sous-marin PCS-1461, par collision, 24 j. 46' N.,141 d. 19'E. Attaque du cargo WHITLEY (AKA-91), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 641 et LST 787, par collision, 24 j. 46'N, 141 d. 19'E.

03/01 jeu. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral. M. A. Mitscher) attaquent les installations au sol, les avions et les navires ennemis dans la région d'Okinawa, dans les îles Ryukyu. Troupes de l'armée soutenues par des tirs de la marine et des avions de l'armée débarquent sur l'île de Lubang, P. I. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Iwo Jima : Destroyers TERRY (DD-513) et COLHOUN (DD-801), par un canon de défense côtière, 24 j. 47'N., 141 d. 21'E. Attaque du transport BERRIEN (APA-62), par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navires de la marine japonaise coulés : torpilleur MANAZURU, par avion embarqué, région des îles Ryukyu, 26 j. 17'N., 127 d. 35'E. Minelayer TSUBAME, par avion embarqué, région de Formosa, 24 j. 23'N,, 124 d. 12'E.

03/01 au 03 Shakedown mené au large des Farallones.

03/02 ven. Le groupe opérationnel de croiseurs et de destroyers (Rear Adm. F. E. M. Whiting) bombarde les positions japonaises sur Okino Daito Jima, îles Ryukyu. Des destroyers bombardent l'ennemi sur le récif de Parece Vela dans la mer des Philippines. Navires de la marine américaine endommagés, zone d'Iwo Jima : Attaque du cargo STOKES (AKA-68), LST 224, LST 247, LST 634, par collision, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 642, par mise à la terre, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E.

03/03 sam. Les troupes de l'armée débarquent sur les îles Masbate, Burias et Ticao, P. I. Les débarquements sont soutenus par des tirs de la marine et des avions de la Marine. Le sous-marin TUNA (SS-203) débarque des ravitaillements sur la côte nord-est de Bornéo. Navire de la marine américaine endommagé, zone d'Iwo Jima : Transport d'attaque BOLIVAR (APA-34), par canon de défense côtière, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navire de la marine japonaise coulé : Oiler HARIO, par le mien, au large de l'Indochine française, 18 j. 10'N., 109 d. 40'E.

03/04 Oakland est parti de la baie de San Francisco et a mis le cap sur Pearl Harbor.

03/05 lun. Navire de la marine américaine endommagé : LST 641, par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navires de la marine japonaise coulés : Chasseur de sous-marin NO. 110, par avion de l'armée, région des Indes orientales néerlandaises, 08 d. 36'S., 119 d. 19'E. Démineur n° 15, du sous-marin TILEFISH (SS-307), au nord des îles Ryukyu.

03/08 jeu. Navire de la marine japonaise coulé : Transport n° 143, par avion de l'armée, région de Formose, 23 j. 35'N., 121 d. 35'E.

03/09 Entré à Pearl Harbor.

03/10 sam. Un groupe d'attaque navale (Rear Adm. F. B. Royal) débarque des troupes de l'armée près de Zamboanga, Mindanao, P. I. L'atterrissage est soutenu par des tirs de la marine et des avions de l'armée.

03/11 dim.Navire de la marine américaine endommagé : Carrier RANDOLPH (CV-15), par avion suicide, Ulithi, région des îles Caroline, 10 j. 01'N., 139 d. 40'E.

11/03 au 14 Exercices d'entraînement intensif menés dans la zone d'entraînement hawaïenne.

03/13 mar. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 66, par avion de l'armée, mer de Chine méridionale, 23 d. 30'N., 117 d. 10'E.

03/14 mer. Le sous-marin ROCK (SS-274) débarque des ravitaillements sur l'île de Lombok, dans les Indes néerlandaises.

14/03 Retour à Pearl Harbor.

15/03/Jeu. Le groupe de travail des croiseurs et destroyers (Rear Adm. J. L. McCrea) bombarde les installations côtières ennemies à Matsuwa, dans les îles Kouriles.

16/03/ven. Iwo Jima, Volcano Islands, est déclaré sécurisé. Les forces de l'armée appuyées par des tirs de destroyers atterrissent sur l'île de Basilan, archipel de Sulu, P. I. Navire de la marine américaine endommagé : LST 928, par échouage, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 69, par avion de l'armée, mer de Chine méridionale, 19 d. 02'N., 110 d. 56'E.

17/03/Sam. Navire de la marine américaine endommagé : Sous-marin SPOT (SS-413), par des tirs navals, au large de Formose, 23 j. 00'N., 122 d. 00'E.

18/03/18 dim. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) bombardent les aérodromes de Kyushu, au Japon. Les troupes de l'armée sont débarquées sur la côte sud-est de Panay, P. I., par un groupe opérationnel naval (Rear Adm. A. D. Struble) sous le couvert de tirs de croiseurs et de destroyers. Navires de la marine américaine endommagés : Carrier ENTERPRISE (CV-6), par un bombardier horizontal, au large de Kyushu, Japon, 30 j. 50'N., 133 d. 42'E. Carrier YORKTOWN (CV-10), par bombardier horizontal, au large de Kyushu, Japon, 30 d. 40'N., 133 d. 49'E. Carrier INTREPID (CV-11), par avion suicide et accidentellement par des tirs de la marine américaine, au large de Kyushu, Japon, 30 d. 47'N., 133 d. 50'E. LST 635, par échouage, région des îles Philippines, 11 j. 05'N., 125 j. 05'E. Navire de la marine japonaise coulé : Transport n° 18, par le sous-marin SPRINGER (SS-414), sud
des îles Ryukyu, 26 d. 33'N., 127 d. 11'E.

19/03/19 lun. Des aéronefs du groupe de travail des porte-avions rapides (vice-amiral. M. A. Mitscher) bombardent les aérodromes de Kyushu et expédient à Kure et Kobe, Honshu, Japon. Navires de la marine américaine endommagés : Carrier ESSEX (CV-9), accidentellement par des tirs de la marine américaine, au large de Shikoku, Japon, 32 j. 10'N., 134 d. 20'E. Carrier FRANKLIN (CV-13), par bombardier horizontal, au large de Kyushu, Japon, 32 d. 01'N., 133 d. 57'E. Carrier WASP (CV-18), par bombardier en piqué, au large de Shikoku, Japon, 32 d. 16'N., 134 d. 05'E. Navire de la marine japonaise coulé : la canonnière fluviale SUMA, par une mine de l'armée, au large de Shanghai, Chine, 32 d. 00'N., 120 d. 00'E.

19/03/19 Oakland sortie de Pearl Harbor.

20/03/Mar. Le sous-marin PERCH (SS-313) débarque du personnel sur la côte est de Bornéo. Navires de la marine américaine endommagé : Carrier ENTERPRISE (CV-6), accidentellement par des tirs de la marine américaine, au large du Japon, 30 j. 01'N., 134 d. 30'E. Destroyer HALSEY POWELL (DD-686), par avion suicide, au large du Japon, 30 d. 27'N., 134 d. 28'E. Sous-marin DEVILFISH (SS-292), par avion suicide, au large des îles Volcano, 25 j. 36'N., 137 d. 30'E. Navire cargo HERCULES (AK-41), par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E.

21/03/Mer. Les avions japonais font la première utilisation opérationnelle connue de bombes pilotées lors d'une attaque infructueuse contre la force opérationnelle des porte-avions rapides de l'amiral Mitscher. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 33 et poseur de câbles TATEISHI, par avion de l'armée, mer de Chine méridionale, 11 j. 50'N., 109 d. 18'E.

22/03/Jeu. Navire de la marine américaine endommagé : LST 727, par échouement, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E.

23/03/ven. Les avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) commencent des frappes quotidiennes contre l'ennemi à Okinawa, îles Ryukyu. Navires de la marine américaine endommagés : destroyer HAGGARD (DD-555), par éperonnage intentionnel du sous-marin ennemi I-371, mer des Philippines, 22 j. 57' N., 132 d. 19'E. Sous-marin SEAHORSE (SS-304), par bombardier horizontal, région des îles Ryukyu, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Remorqueur océanique ZUNI (ATF-95), échoué, zone d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin I-371, par le destroyer HAGGARD (DD-555), mer des Philippines, 22 d. 57'N., 132 d. 19'E.

24/03/Sam. Des cuirassés (Vice Adm. W. A. ​​Lee) bombardent Okinawa, îles Ryukyu. Navires de la marine japonaise coulés : Navire de défense côtière NO. 68 et torpilleur TOMOZURU, par avion embarqué, mer de Chine méridionale, 28 j. 25'N., 124 d. 32'E.

25/03/Dim. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. M. L. Deyo) bombardent Kerama Retto et la côte sud-est d'Okinawa, le bombardement des îles Ryukyu de la région d'Okinawa se poursuit quotidiennement. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : destroyer KIMBERLEY (DD-521), par avion suicide, 26 d. 02'N., 126 d. 54'E. Escorte de destroyers SEDERSTROM (DE-31), par collision, 25 j. 00'N., 130 d. 00'E. Le poseur de mines léger ROBERT H. SMITH (DM-23), par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Transport à grande vitesse GILMER (APD-11), par avion suicide, 26 j. 00'N., 127 jours. 20'E. Transport à grande vitesse KNUDSEN (APD-101), par bombardier horizontal, 26 j. 12'N., 127 d. 04'E.

26/03/Lun. Les forces de l'armée sont débarquées à Kerama Retto, îles Ryukyu, par un groupe d'attaque naval (Rear Adm. I. N. Kiland) sous couvert de bombardements navals et d'attaques d'avions porteurs. Les forces de l'armée sont débarquées à Talisay Point, Cebu, P. I., par un groupe d'attaque naval (Capt. A. T. Sprague) sous couvert de tirs de croiseurs et de destroyers et d'attaques aériennes. Navire de la marine américaine coulé : Destroyer HALLIGAN (DD-584), par le mien, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 30'E. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassé NEVADA (BB-36), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 127 d. 18'E. Croiseur léger BILOXI (CL-80), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 127 d. 18'E., Destroyer MURRAY (DD-576), par bombardier en piqué, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 129 d. 46'E. Destroyer PORTERFIELD (DD-682), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 20'N., 127 d. 18'E., Destroyer O'BRIEN (DD-725), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 16'N., 127 d. 26'E. Destroyer CALLAGHAN (DD-792), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 127 d. 43'E. Escorte de destroyers FOREMAN (DE-633), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 127 d. 18'E. Dragueur de mines à grande vitesse DORSEY (DMS-1), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 127 d. 18'E. Minelayer SKIRMISH (AM-303), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 25'N., 127 d. 05'E. Chasseur de sous-marin PC-1133, par échouage, région des îles Philippines, 10 j. 13'N., 123d. 51'E.

27/03/Mar. Les troupes de l'armée, soutenues par des destroyers et des vedettes lance-torpilles et une attaque aérienne, débarquent sur l'île de Caballo près de Corregidor, Luzon, P. I. Des navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Carrier ESSEX (CV-9), par un aéronef accidenté, 25 j. 10'N., 132 d. 05'E. [L'atterrissage était « moins qu'optimal » ? LWJ] Dragueur de mines à grande vitesse SOUTHARD (DMS-10), par avion suicide, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Le mouilleur de mines léger ADAMS (DM-27), par avion suicide, 26 j. 17'N., 127 d. 40 E. Navire de la marine japonaise coulé : Câblier ODATE, par sous-marin TRIGGER (SS-237), Mer de Chine orientale, 30 j. 40'N., 127 d. 50'E.

28/03/Mer. Navire de la marine américaine coulé : Démineur SKYLARK (AM-63), par mine, région d'Okinawa, 26 j. 20'N., 127 d. 41'E. Navires de la marine américaine endommagés : Attaque du cargo WYANDOT (AKA-92), par un bombardier horizontal, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Navire de réparation AGENOR (ARL-3), par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. Navires de la marine japonaise coulés : Navire de défense côtière NO. 33, par avion embarqué, au large de Kyushu, Japon, 31 j. 45'N., 131 d. 45'E. Frégate MIKURA, par sous-marin THREADFIN (SS-410), au large de Kyushu, Japon, 31 j. 49'N., 131 d. 44'E. Démineur NO. 11, par avion de l'armée, région des Indes orientales néerlandaises, 05 d. 06'S., 119 d. 18'E. Patrouilleur n° 108, par avion de l'armée, région des Indes orientales néerlandaises, 04 d. 15'S., 119 d. 05'E.

29/03/Jeu. Des avions de deux groupes opérationnels de porte-avions (Adm arrière. J. J. Clark et Adm arrière. F. C. Sherman) attaquent les aérodromes et la navigation dans la région de la baie de Kagoshima, Kyushu, Japon. Navires de la marine japonaise coulés : Chasseur de sous-marin NO. 192, par avion de l'armée, au large de Formose, 22 d. 40'N., 120 d. 15'E. Navire de défense côtière NO. 18, par avion de l'armée, mer de Chine méridionale, 14 d. 44'N., 109 d. 16'E. Navire de défense côtière NO. 84, par le sous-marin HAMMERHEAD (SS-364), Mer de Chine méridionale, 14 d. 30'N., 109 d. 16'E. Navire de défense côtière NO. 130, par avion de l'armée, mer de Chine méridionale,
14 j. 44'N., 109 d. 16'E.

30/03 ven. Navires de la marine américaine endommagés : Croiseur lourd INDIANAPOLIS (CA-35), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 25'N., 127 d. 30'E. Transport à grande vitesse ROPER (APD-20), par collision, mer des Philippines, 20 j. 57'N., 132 d. 05'E.

30/03 Arrivée dans la lagune de l'atoll d'Ulithi.

31/03 sam. Navires de la marine américaine endommagés : Croiseur lourd PENSACOLA (CA-24), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 19'E. Le poseur de mines léger ADAMS (DM-27), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 12'N., 127 d. 08'E. Annexe d'hydravion (petite) COOS BAY (AVP-25), par collision, région du Pacifique central, 12 j. 07'N., 156 d. 27'E. Transport d'attaque HINSDALE (APA-120), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 54'N., 127 d. 49'E. LST 724 et LST 884, par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 59'N., 127 d. 50'E. Sous-marin japonais coulé : I-8, par les destroyers MORRISON (DD-560) et STOCKTON (DD-646), région d'Okinawa, 25 j. 29'N., 128 d. 35'E.

31/03 Départ d'Ulithi et direction Okinawa pour rejoindre la flotte.

04/01 dim. Les Marines et les forces armées débarquent à Okinawa, dans les îles Ryukyu, sous le couvert de tirs navals et d'attaques aériennes. L'opération est sous le commandement général de l'amiral R. A. Spruance, commandant de la cinquième flotte. Le vice-amiral R. K. Turner commande la Force expéditionnaire conjointe, et les troupes sont commandées par le lieutenant général A. B. Buckner, USA. Les forces de l'armée sont débarquées près de Legaspi, dans le sud de Luzon, P, I., sous le couvert de tirs navals et d'avions de l'armée. Navires de la marine américaine endommagés, débarquements à Okinawa : Cuirassé WEST VIRGINIA (BB-48), par avion suicide, 26 d. 20'N,, 127 d. 40'E. Destroyer PRICHETT (DD-561), par bombardier en piqué, 26 j. 38'N., 127 d. 25'E. Destroyer escorte VAMMEN (DE-644), par le mien, 26 j. 18'N., 127 d. 29'E. Démineur SKIRMISH (AM-303), par bombardier en piqué, 26 j. 33'N., 127 d. 33'E. Attaque du cargo ACHERNAR (AKA-53), par avion suicide, 26 d. 07'N., 127 j. 45'E. Attaque du cargo TYRRELL (AKA-80), par avion suicide, 26 d. 21'N., 127 d. 45'E. Transport d'attaque ELMORE (APA-42), par bombardier horizontal, 26 j. 20'N., 127 d. 41'E. Attaque du transport ALPINE (APA-92), par avion suicide, 26 j. 20'N., 127 d. 41'E.

04/02 lun. Les forces de l'armée soutenues par des destroyers débarquent sur les îles Sanga Sanga et Bangao, dans l'archipel de Sulu, P. I. Le sous-marin HARDHEAD (SS-365) pose des mines au large du cap Kamao, en Cochinchine. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer SHAW (DD-373), par échouage, région de Leyte, P. I., 09 d. 36'N., 123d. 53'E. Destroyer FRANKS (DD-554), par collision, région d'Okinawa, 25 j. 49'N., 130 d. 01'E. Destroyer PRICHETT (DD-561), par bombardier horizontal, région d'Okinawa, 27 d. 17'N., 127 d. 51'E. Le destroyer BORIE (DD-704), par collision, région d'Okinawa, 23 j. 36'N., 131 d. 40'E. Destroyer escort FOREMAN (DE-633), par bombardier en piqué, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 11'E. Transport d'attaque CHILTON (APA-38), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 59'N., 127 d. 17'E. Attaque du transport HENRICO (APA-45), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 59'N., 127 d. 17'E. Attaque du transport GOODHUE (APA-107), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 56'N., 127 d. 17'E. Transport d'attaque TELFAIR (APA-210), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 56'N., 127 d. 17'E. Attaque du cargo LACERTA (AKA-29), accidentellement par des tirs de la marine américaine, région d'Okinawa, 26 d. 21'N., 127 d. 43'E. LST 599, par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 16'E. Navires de la marine japonaise coulés : Navire de défense côtière NO. 186, par avion embarqué, Yellow Sea. Transports NON. 17, par avion embarqué, Yellow Sea.

04/02 Oakland a rejoint le groupe opérationnel 58.4 opérant au large de Sakashima Gunto dans le sud de la chaîne d'îles Nansei Shoto.

04/03 mar. Navire de la marine américaine coulé : dragueur de mines à moteur YMS-71, par mine, au large de Bornéo, 04 j. 59'N,, 119 d. 47'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : transporteur d'escorte WAKE ISLAND (CVE-65), par avion suicide, 26 d. 05'N., 128 j. 57'E. Destroyer SPROSTON (DD-577), par bombardier en piqué, 26 j. 30'N.,127 d. 57'E. Dragueur de mines à grande vitesse HAMBLETON (DMS-20), par avion suicide, 27 j. 00'N., 127 jours. 00'E. LST 554, d'assaut, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E.

04/04 mer. Navire de la marine américaine coulé : transport à grande vitesse DICKERSON (APD-21), endommagé par un avion suicide, région d'Okinawa coulée par les forces américaines. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Destroyer NORMAN SCOTT (DD-690), par collision, 23 j. 46'N., 129 d. 25'E. LST 70, par mise à la terre, 26 j. 21'N., 127 d. 45'E. LST 166, par mise à la terre, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E. LST 343, par mise à la terre, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. LST 399, par collision, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E. LST 570, par mise à la terre, 26 j. 21'N., 127 d. 44'E. LST 624, par mise à la terre, 26 j. 21'N., 127 d. 45'E. LST 675, par mise à la terre, 26 j. 21'N., 127 d. 45'E. LST 689, par mise à la terre, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E. LST 736, par mise à la terre, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E. LST 756, par mise à la terre, 26 j. 21'N,, 127 d. 45'E. LST 781 , par mise à la terre, 26 j. 23'N., 127 d. 44'E.

04/05 jeu. La base aérienne avancée navale des États-Unis, à Iwo Jima, dans les îles Volcano, est établie. Le cabinet Koiso au Japon démissionne L'amiral Suzuki devient Premier ministre. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassé NEVADA (BB-36), par un canon de défense côtière, région d'Okinawa, 26 d. 13'N., 127 d. 40'E.Le mouilleur de mines léger HARRY F. BAUER (DM-26), par torpille d'avion, région d'Okinawa, 26 j. 30'N., 127 d. 30'E. Hydravion tender (destroyer) THORNTON (AVD-11), par collision, région d'Okinawa, 24 j. 24'N., 128 j. 58'E. Pétrolier ASHTABULA (AO-51), par collision, région d'Okinawa, 25 j. 09'N., 128 j. 47'E. Pétrolier ESCALANTE (AO-70), par collision, région d'Okinawa, 25 j. 09'N., 128 j. 47'E. Navire de réparation AGENOR (ARL-3), par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 273, par collision, région d'Okinawa, 26 j. 25'N., 127 d. 42'E. LST 646, par collision, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 19'E. LST 698, par échouage, région d'Okinawa, 26 j. 24'N., 127 d. 45'E. LST 810, par collision, région d'Okinawa, 26 j. 25'N., 127 d. 42'E. LST 940, par collision, région d'Okinawa, 26 j. 21'N., 127 d. 43'E. LST 1000, par collision, région d'Okinawa, 26 j. 21'N., 127 d. 44'E. Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin R0-41, par le destroyer HUDSON (DD-475), région d'Okinawa, 26 d. 21'N., 126 d. 30'E.

04/06 ven. La première attaque lourde est menée par des avions suicides japonais contre des navires américains à Okinawa, des attaques similaires sur les îles Ryukyu persistent tout au long de la campagne d'Okinawa. Navires de la marine américaine coulés, région d'Okinawa : Destroyer BUSH (DD-529), par avion suicide, 27 d. 16'N., 127 d. 48'E. Destroyer COLHOUN (DD-801), endommagé par un avion suicide, 27 j. 16'N., 127 d. 48'E. coulé par les forces américaines. Dragueur de mines à grande vitesse EMMONS (DMS-22), endommagé par un avion suicide, 26 j. 48'N., 128 d. 04'E. coulé par les forces américaines. LST 447, par avion suicide, 26 j. 09'N., 127 j. 18'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : cuirassé NORTH CAROLINA (BB-55), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 j. 41'N., 129 d. 32'E. Porte-avions léger SAN JACINTO (CVL-30), par avion suicide, 26 j. 46'N., 129 d. 43'E. Croiseur léger PASADENA (CL-65), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 27 d. 00'N., 129 d. 00'E. Destroyer MORRIS (DD-417), par avion suicide, 25 j. 55'N., 127 d. 52'E. Destroyer BENNETT (DD-473), par avion suicide, 27 d. 16'N., 127 d. 48'E. Destroyer HUTCHINS (DD-476), par avion suicide, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer LEUTZE (DD-481), par avion suicide, 26 j. 38'N., 127 d. 28'E. Destroyer MULLANY (DD-528), par avion suicide, 26 d. 24'N., 128 j. 10'E. Destroyer HARRISON (DD-573), par avion suicide, 27 d. 05'N., 129 j. 22'E. Destroyer NEWCOMB (DD-586), par avion suicide, 26 j. 38'N., 127 d. 28'E. Destroyer HOWORTH (DD-592), par avion suicide, 26 d. 32'N., 127 d. 40'E. Destroyer HAYNESWORTH (DD-700), par avion suicide, 26 j. 55'N., 129 d. 29'E. Le destroyer HYMAN (DD-731), par avion suicide, 26 j. 45'N., 127 d. 42'E. Destroyer TAUSSIG (DD-746), par bombardier horizontal, 27 d. 07'N., 128 j. 39'E. Escorte de destroyers WITTER (DE-636), par avion suicide, 26 j. 04'N., 127 j. 52'E. Escorte de destroyers FIEBERLING (DE-640), par avion suicide, 26 j. 48'N., 128 d. 04'E. Dragueur de mines à grande vitesse RODMAN (DMS-21), par avion suicide, 26 j. 48'N., 128 d. 04'E. Dragueur de mines à grande vitesse HARDING (DMS-28), par bombardier horizontal, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur FACILITY (AM-133), par avion suicide, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur RANSOM (AM-283), par avion suicide, 26 j. 48'N., 128 04'E. Démineur DEFENSE (AM-317), par avion suicide, 26 j. 38'N., 127 31'E. Démineur DEVASTOR (AM-318), par avion suicide, 26 j. 26'N., 127'40'E. Démineur à moteur YMS 311, par avion suicide, 26 j. 38'N., 127 d. 48'E, Démineur à moteur YMS 321, par avion suicide, 26 j. 00'N,, 128 j. 00'E. Chasseur de sous-marin PCS-1390, accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Transport d'attaque BARNETT (APA-5), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 21'N., 127 d. 43'E. Transport à grande vitesse DANIEL T. GRIFFIN (APD-38), par collision, 25 j. 57 N., 127 d. 57'E. Attaque du cargo LEO (AKA-60), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 21'N., 127 d. 43'E. LST 241, accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 20'N., 127 d. 45'E. LST 1000, accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 21'N., 127 d. 44'E. Navires de la marine japonaise coulés : Destroyer AMATSUKAZE, par des avions de l'armée, au large de la Chine, 23 d. 55'N., 117 d. 40'E. Démineur NO. 22, par le sous-marin BESUGO (SS-321), région des Indes orientales néerlandaises, 08 j. 13'S., 119 d. 14'E. Navires de défense côtière NOs. 2 et 134, par avion de l'armée, au large de la Chine, 23 j. 55'N., 117 d. 40'E.

04/07 sam. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A.Mitscher) attaquent la force navale japonaise se déplaçant à travers la mer de Chine orientale vers Okinawa, le cuirassé ennemi YAMATO, 1 croiseur et 4 destroyers sont coulés. Navire de la marine américaine coulé : canonnière à moteur PGM-18, près du mien, région d'Okinawa, 26 d. 13'N., 127 d. 55'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : porte-avions HANCOCK (CV-19), par avion suicide, 27 d. 00'N., 130 d. 00'E. Cuirassé MARYLAND (BB-46), par avion suicide, 26 d. 40'N., 127 d. 29'E. Destroyer LONGSHAW (DD-559), par avion suicide, 26 j. 29'N., 127 d. 41'E. Destroyer escorte WESSON (DE-184), par avion suicide, 26 j. 48'N., 127 d. 55'E. Démineur à moteur YMS-81, par avion suicide, 26 j. 35'N., 127 d. 53'E. Démineur à moteur YMS-103, à côté du mien, 26 j. 13'N., 127 d. 54'E. Démineur à moteur YMS-427, par canon de défense côtière, 26 j. 14'N., 127 52'E. Transport d'attaque AUDRAIN (APA-59), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 22'N., 127 d. 43'E. LST 698, par mise à la terre, 26 j. 24'N., 127 d. 45'E. LST 890, par collision, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E. Navires de la marine japonaise coulés : cuirassé YAMATO, par avion embarqué, mer de Chine orientale, 30 40'N., 128 03'E. Croiseur léger ISUZU, par les sous-marins GABILAN (SS-252) et CHARR (SS-328), au large de Célèbes, Indes néerlandaises, 07 j. 38'S., 118 d. 09'E. Croiseur léger YAHAGI, par avion embarqué, mer de Chine orientale, 30 j. 40'N., 128 d. 03'E. Destroyer ASASHIMO, par avion embarqué, mer de Chine orientale, 31 j. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer HAMAKAZE, par avion embarqué, mer de Chine orientale, 30 j. 40'N., 128 d. 03'E. Destroyer ISOKAZE, par avion embarqué, mer de Chine orientale, 30 j. 40'N., 128 d. 03'E. Destroyer KARUMI, par avion embarqué, mer de Chine orientale, 30 j. 57'N., 127 d. 57'E.

04/07 L'OAKLAND a été transféré au Task Group 58.2 opérant à proximité. Des grèves quotidiennes ont été menées contre Okinawa.

04/08 dim. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Destroyer CHARLES J. BADGER (DD-657), par bateau suicide, 26 d. 18'N., 127 d. 39'E. Destroyer GREGORY (DD-802), par avion suicide, 27 d. 07'N., 128 j. 39'E. Démineur à moteur YMS-92, à côté du mien, 26 j. 12'N., 127 d. 53'E. Attaque du cargo STARR (AKA-67), par bateau suicide, 26 d. 20'N., 127 d. 44'E. LST 939, par collision, 26 j. 22'N., 127 d. 44'E. LST 940, par mise à la terre, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 101, par des tirs navals, région des Indes orientales néerlandaises, 04 d. 43'S., 122 d. 17'E.

04/09 lun. Les troupes de l'armée appuyées par des tirs de destroyers et des frappes aériennes atterrissent sur Jolo dans l'archipel de Sulu, P. I. Des navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : transporteur d'escorte CHENANGO (CVE-28), par le crash d'un avion ami. Destroyer STERETT (DD-407), par avion suicide, 26 j. 47'N., 128 d. 42'E. Destroyer PORTERFIELD (DD-682), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 34'N., 128 d. 28'E. Transport à grande vitesse HOPPING (APD-51), par canon de défense côtière, 26 j. 15'N., 127 d. 55'E. LST 557, par canon de défense côtière, 26 d. 14'N., 127 d. 57'E. Navires de la marine japonaise coulés : Sous-marin RO-46, par les destroyers MERTZ (DD-691) et MONSSEN (DD-798), région d'Okinawa, 26 j. 09'N., 130 d. 21'E. Démineur NO. 3, par le sous-marin PARCHE (SS-384), au large du Japon, 39 d. 06'N., 141 d. 57'E.

04/10 mar. Les troupes de l'armée appuyées par des bombardements navals et des avions porteurs débarquent à Tsuken Shima, au large de la côte est d'Okinawa. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : dragueur de mines à moteur YMS-96, par collision, 26 j. 03' N., 127 d. 48'E. Chasseur de sous-marin SC-661, par échouage, 26 j. 11'N., 127 d. 55'E. LST 449, par canon de défense côtière, 26 d. 14'N., 127 d. 57'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Cuirassé MISSOURI (BB-63), par avion suicide, 26 d. 00'N., 130 d. 00 E. Porte-avions ENTERPRISE (CV-6), par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Porte-avions ESSEX (CV-9), par bombardier en piqué, 26 j. 50'N., 130 d. 30'E. Destroyer TRATHEN (DD-530), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 27 j. 13'N., 130 d. 15'E. Destroyer HALE (DD-642), par bombardier en piqué, 26 j. 00' N., 120 d. 00'E. Destroyer BULLARD (DD-660), par avion suicide, 26 d. 00'N., 130 d. 00'E. Destroyer KIDD (DD-661), par avion suicide, 26 j. 00' N., 130 d. 00'E. Destroyer HANK (DD-702), par mitraillage aérien, 27 j. 00'N., 130 d. 00'E. Le destroyer d'escorte MANLOVE (DE-36), par mitraillage aérien, 26 j. 12'N., 127 d. 20'E. Destroyer escorte SAMUEL S. MILES (DE-183), par avion suicide, 26 j. 12'N., 127 d. 20'E. Attaque du transport BERRIEN (APA-61), par collision, 26 j. 22'N., 127 d. 43'E. Attaque du cargo LEO (AKA-60), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 21'N., 127 d. 43'E. LST 399, par mise à la terre, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E.

04/10 L'Oakland a été affecté au groupe de travail 58.3 dans lequel il a opéré pour le reste de la campagne d'Okinawa.

04/11 Task Group 58.3 a subi une série d'attaques aériennes japonaises. Six avions ont été abattus par le groupe. L'Oakland a tiré sur cinq des attaquants. Le navire a revendiqué la destruction d'une "Judy" volant à basse altitude. Après l'attaque, un trou a été découvert dans la pile numéro 1 indiquant la possibilité que la "Judy" mitrailla lors de son rodage. Après que les tirs se soient calmés, on a découvert que trois de nos camarades de bord avaient été grièvement blessés à leurs postes de combat. Tous les efforts ont été déployés pour les sauver, mais deux d'entre eux sont morts dans l'heure, l'autre homme a repris ses fonctions en plusieurs jours. Ce sont les premières pertes mortelles au combat sur l'Oakland.

04/12 jeu. Le président Franklin D. Roosevelt décède Le vice-président Harry S. Truman succède à la présidence.

Navires de la marine américaine coulés : Destroyer MANNERT L. ABELE (DD-733), par bombe pilotée, région d'Okinawa, 27 j. 25'N., 126 d. 59'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : cuirassé NEW MEXICO (BB-40), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 j. 31'N., 127 d. 37'E. Cuirassé IDAHO (BB-42), par avion suicide, 26 d. 26' N., 127 d. 32'E. Cuirassé TENNESSEE (BB-43), par avion suicide, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer STANLY (DD-478), par bombe pilotée, 27 j. 12'N., 128 d. 17'E. Destroyer PURDY (DD-734), par avion suicide, 27 j. 16' N.,127 d. 50'E. Destroyer ZELLARS (DD-777), par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer CASSIN YOUNG (DD-793), par avion suicide, 27 d. 17'N., 127 d. 50'E. Le destroyer d'escorte RIDDLE (DE-185), par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer escorte RALL (DE-304), par avion suicide, 26 j. 36'N., 127 d. 39'E. Escorte de destroyers WALTER G. WANN (DE-412), par avion suicide, 26 j. 17'N., 127 d. 20'E. Escorte de destroyers WHITEHURST (DE-634), par avion suicide, 26 j. 04'N., 127 j. 12'E. Le mouilleur de mines léger LINDSEY (DM-32), par avion suicide, 26 j. 28'N., 127 d. 15'E. Dragueur de mines à grande vitesse JEFFERS (DMS-27), par avion suicide et bombe pilotée, 26 j. 50 N., 126 d. 35'E. Démineur GLADIATOR (AM-319), par avion suicide, 26 j. 05'N., 127 35'E. Camion-citerne à essence WABASH (AOG-4), par collision, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Attaque du cargo WYANDOT (AKA-92), par collision, 26 j. 21'N., 127 d. 44'E. LST 555, par mise à la terre, 26 j. 20'N., 127 d. 45'E.

04/12 Ce jour-là, les officiers et les hommes ont été appelés aux quartiers sur le fantail pour rendre hommage à leurs deux matelots tués la veille.

13/04 ven. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer escorte CONNOLLY (DE-306), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 55'N., 126 d. 46'E.

14/04 sam. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Cuirassé NEW YORK (BB-34), par avion suicide, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer SIGSBEE (DD-502), par avion suicide, 27 j. 15'N., 130 d. 25'E. Destroyer DASHIELL (DD-659), par avion suicide, 27 d. 15'N., 130 d. 25' E. Destroyer HUNT (DD-674), par avion suicide, 27 j. 15'N., 130 d. 25'E. Canonnière PGM-11, par échouement, 26 j. 13'N., 127 d. 27'E. LST 241, par collision, 14 j. 38'N,, 140 d. 19'E. Navires de la marine japonaise coulés : frégate NOMI, par sous-marin TIRANTE (SS-420), mer de Chine orientale, 33 d. 25'N., 126 d. 15'E. Navire de défense côtière NO. 31, par sous-marin TIRANTE (SS-420), mer de Chine orientale, 33 d. 25'N., 126 d. 15'E.

14/04 L'Oakland a ajouté une nouvelle expérience à son « sac d'astuces » du temps de guerre en faisant le plein, le réarmement et l'approvisionnement en cours à partir des navires du train en haute mer.

15/04 dim. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) attaquent des aérodromes et des avions au sol dans le sud de Kyushu, au Japon, la frappe est répétée le 16 avril. Les troupes de l'armée débarquent sur l'île de Carabao à l'entrée de la baie de Manille, Luzon, P. I. L'atterrissage est précédé d'un bombardement de croiseurs et de destroyers et d'une attaque aérienne. Le sous-marin CHARR (SS-328) pose des mines au large de la péninsule malaise. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Destroyer WILSON (DD-408), par avion suicide, 26 d. 03'N., 127 j. 20'E. Destroyer LAFFEY (DD-724), par avion suicide, 27 j. 16'N., 127 d. 50'E. Oiler TALUGA (AO-61), par avion suicide, 26 j. 03'N., 127 j. 26'E. Démineur à moteur YMS-331, par bateau suicide, 26 j. 15'N., 127 d. 36'E. Navires de la marine japonaise coulés : Sous-marin RO-64, par mine, eaux japonaises, 34 d. 14'N., 132 d. 16'E. Sous-marin RO-67, par mine, eaux japonaises, 34 j. 00'N., 133 d. 00'E. Frégate MOKUTO, par la mienne, eaux japonaises, 33 j. 53' N., 131 d. 03'E.

15/04 Le groupe de travail 58.3 a balayé vers le nord et a frappé le sud de Kyushu.

16/04 lun. Les forces de l'armée couvertes par des tirs navals et des avions porteurs débarquent sur Ie Shima, dans les îles Ryukyu. Carrier BOXER (CV-21), est mis en service à Newport News, Virginie, États-Unis navires coulés : destroyer PRINGLE (DD-477), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 26'N., 126 d. 59'E. Sous-marin KARA (SS-369), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Carrier INTREPID (CV-11), par avion suicide, 27 j. 37' N., 131 d. 14'E. Cuirassé MISSOURI (BB-63), par avion suicide, 26 d. 00'N., 130 d. 00'E. Destroyer BRYANT (DD-665), par avion suicide, 27 d. 05'N., 128 j. 13'E. Le destroyer MCDERMUT (DD-677), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 27 j. 30'N., 130 d. 20'E. Escorte de destroyers BOWERS (DE-637), par avion suicide, 26 j. 52'N., 127 d. 52'E. Dragueur de mines à grande vitesse HOBSON (DMS-26), par avion suicide, 27 j. 26'N., 126 d. 59'E. Dragueur de mines à grande vitesse HARDING (DMS-28), par avion suicide, 26 j. 42'N., 127 d. 25'E. Démineur CHAMPION (AM-314), par bombardier horizontal, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 73, par le sous-marin SUNFISH (SS-281), au large de Honshu, Japon, 39 d. 36'N., 142 d. 05'E.

16/04 Le groupe opérationnel 58.3 poursuit l'attaque sur le sud de Kyushu. Un bombardier Jap bimoteur "Frances" s'est approché de la formation au coucher du soleil. L'Oakland a aidé à l'abattre.

17/04 Les forces de l'armée sont débarquées près de Malabang, Parang et Cotabato à Mindanao, P. I., par le groupe d'attaque naval (Rear Adm. A. G Noble) et les débarquements sont soutenus par des tirs de croiseurs et de destroyers et une attaque aérienne. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer BENHAM (DD-796), par avion suicide et accidentellement par des tirs de la marine américaine, région d'Okinawa, 24 j. 01'N., 132 d. 32'E. Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin RO-56, par le sous-marin SEA OWL (SS-405), région du Pacifique central, 19 j. 17'N., 166 d. 35'E.

17/04 au 10/05 Tout au long de cette période, le groupe opérationnel 58.3 a opéré à l'appui des débarquements à Okinawa. De nombreuses attaques ont été menées contre notre formation. Le 17 avril, l'Oakland a détruit un Kamikaze alors qu'il passait au-dessus du navire et s'est écrasé dans les flammes à proximité.

18/04 Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Croiseur léger MOBILE (CL-63), par explosion, 26 j. 13'N., 127 d. 52'E. Le mouilleur de mines léger TOLMAN (DM-28), par échouement, 26 j. 16'N., 127 d. 32'E, LST 929, par collision, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin I-56, par des avions du porte-avions léger BATAAN (CVL-29) et par des destroyers HEERMANN (DD-532), MCCORD (DD-534), UHLMANN (DD-687), MERTZ (DD-691 ), et COLLETT (DD-730), région d'Okinawa, 26 j. 42'N., 130 d. 38'E.

20/04 ven. Des troupes de l'armée soutenues par des navires de guerre et des avions de l'armée débarquent sur l'île de Catanduanes, P. I. Le sous-marin GUITARRO (SS-363) pose des mines au large de la côte nord-est de Sumatra, dans les Indes néerlandaises. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassé COLORADO (BB-45), par explosion, région d'Okinawa 26 d. 10'N,, 127 d. 20'E. Destroyer AMMEN (DD-527), par bombardier horizontal, région d'Okinawa, 27 d. 13'N,, 128 d. 16 E. Chasseur de sous-marin SC-737, échoué, Sulu Sea, 09 d. 45'N., 118 d. 44'E.

22/04 dim. Navires de la marine américaine coulés : dragueur de mines SWALLOW (AM-65), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 12'E. Chasseur de sous-marin SC-1019, échoué, Yucatan Channel 21 d. 28'N., 84 d. 30'O. Navires de la marine américaine endommagés : destroyer FLUSSER (DD-368), par collision, région des îles Philippines, 07 d. 21'N,, 124 d. 13 E. Destroyer HUDSON (DD-475), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Destroyer WADSWORTH (DD-516), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 10'N., 126 d. 24'E. Destroyer ISHERWOOD (DD-520), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 28'E. Lanceur de mines léger SHEA (DM-30), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur RANSOM (AM-283), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 28'E. Démineur GLADIATOR (AM-319), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 21'N., 127 d. 45'E. Pétrolier WINOOSKI (A0-38), par collision, région des îles Philippines, 07 j. 21'N., 124 d. 13'E.

25/04Des avions embarqués bombardent des installations ennemies à Okino Daito Jima, dans les îles Ryukyu. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : porte-avions d'escorte STEAMER BAY (CVE-87), par collision, 24 j. 48'N., 131 d. 58'E. Le destroyer HALE (DD-642), par collision, 24 j. 48'N., 131 d. 58'E. Navires de la marine japonaise coulés : Sous-marin RO-109, par transport à grande vitesse HORACE A. BASS (APD-124), région de la mer des Philippines, 21 j. 58'N., 129 d. 35'E. Démineur NO. 41, par sous-marin COD (SS-224), au large de la Chine, 25 j. 53'N., 121 d. 08'E.

26/04 Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer HUTCHINS (DD-476), par grenade sous-marine, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 49'E.

27/04 ven. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : croiseur lourd WICHITA (CA-45), par un canon de défense côtière, 26 j. 14'N., 127 d. 50'E. Destroyer RALPH TALBOT (DD-390), par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Destroyer WILLIAM D. PORTER (DD-579), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 21'N., 127 d. 43'E. Destroyer escorte ANGLETERRE (DE-635), par avion suicide, 26 j. 40'N., 127 d. 40'E. Transport à grande vitesse RATHBURNE (APD-25), par avion suicide, 26 j. 26'N., 127 d. 36'E.

28/04 sam. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer LANG (DD-399), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 11'N., 127 d. 20'E. Destroyer WADSWORTH (DD-516), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 47'N., 126 d. 38'E. Destroyer DALY (DD-519), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 j. 12'N., 128 d. 16'E. Destroyer TWIGGS (DD-591), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 12'N., 128 d. 16'E. Le destroyer BENNION (DD-662), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 26'N., 127 d. 51'E. Dragueur de mines à grande vitesse BUTLER (DMS-29), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Navire-hôpital COMFORT (AH-6), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 30'N., 127 d. 40'E. Transport hospitalier PINKNEY (APH-2), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur à moteur YMS-329 près de la mine, au large de Tarakan, Bornéo, 03 j. 14'N., 117 d. 42'E. Navires de la marine japonaise coulés, au large de Honshu, Japon : chasseur de sous-marin NO. 17, par le sous-marin SPRINGER (SS-414), 32 d. 34'N., 128 d. 52'E. Navire de réparation HATSUSHIMA, par sous-marin SENNET (SS-408), 33 d. 58'N., 136 d. 17'E. Transports NON. 146, par sous-marin TREPANG (SS-412), 32 d. 24'N., 128 j. 40'E.

29/04 dim. Navires de la marine américaine endommagés : destroyer HAZELWOOD (DD-531), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 j. 02'N., 129 d. 59'E. Destroyer HAGGARD (DD-555), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 01'N., 129 d. 40'E. Le poseur de mines léger SHANNON (DM-25), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Le mouilleur de mines léger HARRY F. BAUER (DM-26), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 47'N., 128 42'E. Démineur à moteur YMS-51 , par mine, au large de Tarakan, Bornéo, 03 j. 18'N., 117 33'E. Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin I-44, par avion (VC-92) du porte-avions d'escorte TULAGI (CVE-72), Mer des Philippines, 24 j. 15'N., 131 d. 16'E.

30/04 lun. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer JENKINS (DD-447), par le mien, au large de Tarakan, Bornéo, 03 j. 12'N., 117 d. 37'E. Le destroyer BENNION (DD-662), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 26'N., 127 d. 51'E. Minelayer TERROR (CM-5), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 10'N., 127 d. 18'E.

05/01 mar. La force d'attaque navale (Vice Adm. D. E. Barbey) débarque des troupes australiennes sur l'île de Tarakan, à Bornéo, soutenues par des tirs navals et une attaque aérienne. Navire de la marine américaine coulé : Sous-marin TRIGGER (SS-237), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navire de la marine américaine coulé : dragueur de mines à moteur YMS-481, par un canon de défense côtière, région de Tarakan, Bornéo, 03 d. 26'N., 117 d. 32'E.

05/02 mer. Navires de la marine américaine endommagés, région de Tarakan, Bornéo : dragueur de mines à moteur YMS-334, par un canon de défense côtière, 03 j. 26'N., 117 d. 40'E. Démineur à moteur YMS-363, à côté du mien, 03 j. 26'N., 117 d. 32'E. Démineur à moteur YMS-364, par canon de défense côtière, 03 j. 26'N., 117 d. 32'E. Navire de la marine japonaise coulé : Frégate OJIKA, par le sous-marin SPRINGER (SS-414), Mer Jaune, 33 d. 58'N., 122 d. 58'E.

05/03 jeu. Les forces de l'armée débarquent à Santa Cruz, dans le golfe de Davao, P. I., sous le couvert d'un croiseur et d'un destroyer (Rear Adm. A. G. Noble). Navires de la marine américaine coulés, région d'Okinawa : destroyer LUCE (DD-511), par avion suicide, 26 d. 43' N., 127 d. 14'E. Destroyer MORRISON (DD-560), par avion suicide, 27 j. 10'N., 127 d. 58'E. Destroyer LITTLE (DD-803), par avion suicide, 26 d. 24'N., 126 d. 15'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Croiseur léger BIRMINGHAM (CL-62), par avion suicide, 26 j. 19'N., 127 j. 43'E. Destroyer BACHE (DD-470), par avion suicide, 26 j. 01'N., 126 d. 53'E. Destroyer INGRAHAM (DD-694), par avion suicide, 27 d. 10'N., 127 d. 58'E. Destroyer LOWRY (DD-770), par avion suicide, 27 j. 12'N., 128 d. 17'E. Dragueur de mines à grande vitesse MACOMB (DMS-23), par avion suicide, 26 j. 01'N., 126 d. 53'E. Lanceur de mines léger SHEA (DM-30), par bombe pilotée, 27 j. 26'N., 126 d. 59'E. Le poseur de mines léger AARON WARD (DM-34), par avion suicide, 26 j. 24'N., 126 d. 15'E. Navire cargo CARINA (AK-74), par bateau suicide, 26 d. 13'N., 127 d. 50'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 25, par le sous-marin SPRINGER (SS-414), Mer Jaune, 34 d. 38'N., 124 d. 15'E.

05/04 ven. Des avions japonais lancent une attaque lourde sur l'aérodrome de Yontan, à Okinawa et sur des navires de la marine américaine soutenant l'opération d'Okinawa. Coordonné avec la frappe aérienne, un contre-atterrissage japonais mineur est tenté et repoussé. La Fleet Air Wing 18 est établie à Guam, dans les îles Mariannes, pour des opérations dans la zone avancée, dans le Pacifique central. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : porte-avions d'escorte SANGAMON (CVE-26), par avion suicide, 26 d. 01'N., 127 d. 26'E. Destroyer HUDSON (DD-475), par collision, 26 j. 01'N., 127 d. 26'E. Destroyer COWELL (DD-547), par avion suicide, 26 d. 11'N., 126 d. 35'E. Le mouilleur de mines léger GWIN (DM-33), par avion suicide, 26 j. 13'N., 126 d. 22'E. Dragueur de mines à grande vitesse HOPKINS (DMS-13), par avion suicide, 26 j. 32'N., 126 d. 58'E. Démineur GAYETY (AM-239), par bombe pilotée, 26 j. 32'N., 126 58'E. Démineur à moteur YMS-311, accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Démineur à moteur YMS-327, par avion suicide et accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 32'N., 126 d. 58 E. Démineur à moteur YMS-331, par
avion suicide, 26 d. 32'N., 126 d. 58'E. canonnière à moteur PGM-17, par échouement,
26 j. 42'N., 128 d. 01'E. Navire de la marine japonaise coulé : Démineur NO. 20, par sous-marin TREPANG (SS-412), Mer Jaune, 34 d. 16'N., 123d. 37'E.

05/05 sam. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : offre d'hydravion ST. GEORGE (AV-16), par avion suicide, 26 j. 10'N., 127 d. 19'E. Navire d'arpentage PATHFINDER (AGS-1), par avion suicide, 26 j. 38'N., 127 d. 53'E.

05/06 dim. La force de débarquement navale évacue environ 500 Marshallais de l'atoll de Jaluit, aux Îles Marshall. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : cuirassé DAKOTA DU SUD (BB-57), par explosion accidentelle, 26 j. 30'N., 129 d. 30'E. Cale sèche flottante ARD-28, par bombardier horizontal, 25 j. 33'N., 127 d. 27'E.

05/07 lun. L'Allemagne se rend inconditionnellement aux Alliés occidentaux et à la Russie à Reims, en France.

05/07 lun. Navire de la marine japonaise coulé : Démineur NO. 29, par la mine des États-Unis, mer du Japon, 34 d. 02'N., 130 d. 54'E.

05/08 mar. Le sous-marin BREAM (SS-243) pose des mines au large des côtes de l'Indochine française.

05/09 mer. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : escorte du destroyer OBERRENDER (DE-344), par avion suicide, 26 d. 32'N., 127 d. 30'E. Destroyer escorte ANGLETERRE (DE-635), par avion suicide, 26 j. 18'N., 127 d. 13'E.

05/10 mer. Les troupes de l'armée sont débarquées à Macajalar Bay, Mindanao, P. I., par un groupe d'attaque naval (Rear Adm. A. D. Struble). Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Destroyer BROWN (DD-546), par avion suicide, 26 d. 26'N., 127 d. 20'E. Le mouilleur de mines léger HARRY F. BAUER (DM-26), par avion suicide, 26 j. 25'N., 128 d. 31'E.

05/11 ven. Des avions japonais lancent une attaque massive contre les navires américains dans la région d'Okinawa, dans les îles Ryukyu. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : porte-avions BUNKER HILL (CV-17), par avion suicide, 25 d. 44'N., 129 d. 28'E. Destroyer EVANS (DD-551), par avion suicide, 26 d. 58'N., 127 d. 32'E. Destroyer HUGH W. HADLEY (DD-774), par bombe pilotée, 26 d. 59'N., 127 d. 32'E. Accédez à cette URL : http://members.xoom.com/usshadley pour un rapport complet de l'action.

05/11 L'ennemi Kamihaze attaque la formation en force. L'USS Bunker Hill a été touché alors qu'il naviguait à 2 000 mètres d'OAKLAND.

05/12 sam. Des destroyers soutiennent le débarquement des troupes de l'armée sur Tori Shima, îles Ryukyu. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Cuirassé NEW MEXICO (BB-40), par avion suicide, 26 d. 11'N., 127 d. 43 E. Croiseur lourd WICHITA (CA-45), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 22'N., 127 d. 43'E.

05/12 La Task Force 58 se dirige vers le nord pour attaquer Kyushu. Des avions-suicides ennemis en ont attaqué un en s'écrasant sur l'USS Enterprise au sein de notre formation. En quelques minutes, l'Oakland a pris quatre raiders distincts sous le feu. La demande du navire d'avoir aidé à la destruction de deux d'entre eux a été étayée par le commandant du groupe.

13/05 dim. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) lancent une attaque de 2 jours sur les aérodromes de Kyushu, au Japon. Navires de la marine américaine endommagés : porte-avions ENTERPRISE (CV-6), par avion suicide, au large de Honshu, Japon, 30 j. 23'N., 132 d. 36'E. Porte-avions léger BATAAN (CVL-29), accidentellement par des tirs de la marine américaine, au large de Honshu, Japon, 30 d. 30' N., 132 d. 30'E. Destroyer BACHE (DD-470), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 01'N., 126 d. 53'E. Destroyer escorte BRIGHT (DE-747), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 21'N., 127 d. 17'E.

13/05 au 28/05 Le groupe de travail 58.3 a poursuivi ses opérations au large des côtes d'Okinawa.

15/05 mar. Navire de la marine américaine coulé : Sous-marin SNOOK (SS-279), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navire de la marine américaine endommagé : transporteur d'escorte SHIPLEY BAY (CVE-85), par collision, région d'Okinawa, 25 j. 00'N., 130 d. 00'E. Navire de la marine japonaise coulé : Minelayer HATSUTAKA, par le sous-marin HAWKBILL (SS-366), au large de la Malaisie, 04 j. 54'N., 103 d. 28'E.

17/05 jeu. Des avions porteurs (Rear Adm. C. A. F. Sprague) frappent les installations côtières japonaises sur l'île de Taroa, l'atoll de Maloelap dans les îles Marshall. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer DOUGLAS H. FOX (DD-779), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 59'N., 126 d. 54'E.

18/05 ven. Navire de la marine américaine coulé : destroyer LONGSHAW (DD-559), endommagé par un canon de défense côtière, région d'Okinawa, 26 j. 11'N., 127 d. 37'E. coulé par les forces américaines. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : transport à grande vitesse SIMS (APD-50), par avion suicide, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. LST 808, par torpille d'avion, 26 j. 42'N., 127 d. 47'E.

19/05 sam. Des destroyers bombardent des installations ennemies sur Paramushiro, îles Kouriles. Navires de la marine américaine endommagés : Le destroyer d'escorte VAMMEN (DE-644), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 24'N., 127 d. 53'E. Oiler CIMARRON (AO-22), par échouement, région d'Okinawa, 26 j. 25'N., 127 d. 53'E. Canonnière à moteur PGM-1, par explosion, Luçon, région des îles Philippines, 14 j. 41'N., 121 d. 46'E.

05/20 dim. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : destroyer Thatcher (DD-514), par avion suicide, 26 d. 33'N., 127 d. 29'E. Destroyer escorte JOHN C. BUTLER (DE-339), par avion suicide, 26 d. 47'N., 127 52'E. Transport à grande vitesse TATTNALL (APD-19), par bombardier horizontal, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Transport à grande vitesse CHASE (APD-54), par avion suicide, 26 j. 18'N., 127 d. 14'E. REGISTRE des transports à grande vitesse (APD-92), par avion suicide, 26 j. 25'N., 127 d. 21'E. LST 808, par avion suicide, 26 j. 42'N., 127 d. 47'E.

21/05 lun. Navire de la marine japonaise coulé : Démineur NO. 34, par le sous-marin CHUB (SS-329), mer de Java, 06 d. 15'S., 116 d. 01'E.

22/05 Navires de la marine japonaise coulés : Chasseurs de sous-marins NON. 37 et 58, et transport NO. 173, par avion embarqué, au large du sud-est du Japon, 29 d. 45'N., 129 d. 10'E.

24/05 jeu. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. M. A. Mitscher) attaquent des aérodromes dans le sud de Kyushu, au Japon. Les avions japonais lancent une attaque concentrée sur les positions et les navires des États-Unis à Okinawa et les frappes des îles Ryukyu se poursuivent le 25 mai. Navire de la marine américaine coulé : Sous-marin LAGARTO (SS-371), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : transporteur d'escorte SUWANNEE (CVE-27), par explosion, 24 j. 00'N., 124 d. 00'E. Destroyer GUEST (DD-472), par avion suicide, 26 j. 22'N., 127 d. 44'E. Destroyer HEYWOOD L. EDWARDS (DD-663), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 20'N., 127 d. 43'E. Destroyer escorte O'NEILL (DE-188), par avion suicide, 26 j. 20'N., 127 d. 43'E. Escorte de destroyers WILLIAM C. COLE (DE-641), par avion suicide, 26 d. 45'N., 127 d. 52'E. Dragueur de mines à grande vitesse BUTLER (DMS-29), par avion suicide, 26 j. 12'N., 127 d. 50'E, Démineur SPECTACLE (AM-305), par avion suicide, 26 j. 40'N., 127 d. 52'E. Transport à grande vitesse BARRY (APD-29), par avion suicide, 26 j. 30'N,, 127 d.
00' E. Transport à grande vitesse SIMS (APD-50), par avion suicide, 26 j. 00'N., 127 00'E.

25/05 ven. Navire de la marine américaine coulé : transport à grande vitesse BATES (APD-47), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 41'N., 127 d. 47'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : destroyer COWELL (DD-547), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 j. 41'N., 126 d. 50'E. Destroyer STORMER (DD-780), par avion suicide, 27 j. 06'N., 127 d. 38'E. Transport à grande vitesse ROPER (APD-20), par avion suicide, 26 j. 34'N., 127 d. 36'E.

26/05 sam. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : destroyer ANTHONY (DD-515), par avion suicide, 26 d. 25'N., 128 d. 30'E. Destroyer BRAINE (DD-630), par avion suicide, 26 j. 25'N., 128 d. 30'E. Dragueur de mines à grande vitesse FORREST (DMS-24), par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Chasseur de sous-marin PC-1603, par avion suicide, 26 d. 25'N., 127 d. 53'E. Navire d'arpentage DUTTON (AGS-8), par avion suicide, 26 j. 15'N., 127 d. 59 E. Navire de la marine japonaise coulé : Submarine chaser n° 172, par une mine des États-Unis, au large de Honshu, Japon, 36 d. 48'N., 137 d. 05'E.

27/05 dim. Navire de la marine américaine coulé : destroyer DREXLER (DD-741), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 06'N., 127 d. 38'E. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : escorte du destroyer GILLIGAN (DE-508), par un torpille d'avion, 26 j. 47'N., 127 d. 47'E. Dragueur de mines à grande vitesse SOUTHARD (DMS-10), par avion suicide, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur GAYETY (AM-239), par bombardier horizontal, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E. Transport à grande vitesse LOY (APD-56), par avion suicide, 26 j. 30'N., 127 d. 30'E. Transport à grande vitesse REDNOUR (APD-102), par avion suicide, 26 j. 29'N., 127 21'E. Attaque du transport SANDOVAL (APA-194), par avion suicide, 26 j. 15'N., 127 d. 51'E. Remorqueur océanique PAKANA (ATF-108), par des tirs navals, 26 j. 22'N., 127 d. 44'E. Navire de démagnétisation YDG-10, par avion suicide, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E.

28/05 lun. Navire de la marine américaine endommagé : destroyer SHUBRICK (DD-639), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 38'N., 127 d. 05'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 29, par une mine des États-Unis, au large de Kyushu, au Japon, 33 j. 07'N., 129 d. 44'E.

28/05 Amiral W.F. Halsey, Jr., USN, a pris le commandement de la Task Force 58 lorsqu'elle a rejoint la Troisième Flotte, avec le titre de Task Force 38.

29/05 mar. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : transport à grande vitesse TATUM (APD-81), par avion suicide, 26 j. 40'N., 127 d. 50'E. Démineur à moteur YMS-81, par échouage, 26 j. 16' N., 127 d. 52'E. LST 844, par mise à la terre, 26 j. 17'N., 127 d. 51'E.

30/05 mer. Navire de la marine japonaise coulé : Sous-marin I-12, par avion (VC-13) du porte-avions d'escorte Anzio (CVE-57), mer des Philippines, 22 d. 22'N., 134 d. 09'E.

06/01 ven. L'installation aéronavale des États-Unis, sur l'île Peleliu, dans les îles Palau, est établie. Navire de la marine américaine endommagé : Submarine chaser PC-1599, par échouement, région d'Okinawa, 26 j. 25'N., 127 d. 43'E.

06/01 L'Oakland s'est immobilisé dans la baie de San Pedro, dans le golfe de Leyte, en vue de Tacloban, capitale de la province de Leyte. L'Oakland était en route depuis 63 jours au total, la plus longue période à ce jour.

Du 1er juin au 1er juillet Cette période s'est déroulée au mouillage dans le golfe de Leyte, à l'exception d'une période de trois jours en mer pour l'entraînement opérationnel.

06/02 sam. Des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) bombardent des aérodromes dans le sud de Kyushu, au Japon, l'attaque est répétée le 3 juin.

06/03 dim. Groupe opérationnel naval (Rear Adm. L. F. Reifsnider) débarque des Marines sur Iheya Shima, îles Ryukyu. Le porte-avions LAKE CHAMPLAIN (CV-39) est mis en service à Norfolk, en Virginie. Navire de la marine américaine endommagé : Cargo ALLEGAN (AK-225), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E.

06/04 lun. Navire de la marine des États-Unis endommagé : navire de patrouille YP-41, par un accident d'opération, région d'Okinawa, 26 j. 18'N., 127 d. 52'E. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 112, par avion de l'armée, mer de Java, 05 d. 00'S., 116 d. 04'E.

06/05 mar. Le typhon dans la région d'Okinawa, dans les îles Ryukyu, endommage lourdement les navires de la marine américaine. Navires de la marine américaine endommagés par le typhon, région d'Okinawa : Cuirassé INDIANA (BB-58), 22 d. 51'N,, 132 d. 14'E. Cuirassé MASSACHUSETTS (BB-59), 22 j. 48'N., 132 d. 11'E. Cuirassé ALABAMA (BB-60), 22 j. 58'N., 132 d. 15'E. Cuirassé MISSOURI (BB-63), 23 j. 30'N., 131 d. 30'E. Porte-avions HORNET (CV-12), 22 j. 54'N., 132 d. 25'E. Porte-avions BENNINGTON (CV-20), 23 j. 03'N., 132 d. 04'E. Transporteur léger BELLEAU WOOD (CVL-24), 22 j.45'N., 132 d. 10'E. Transporteur léger SAN JACINTO (CVL-30), 22 j. 53'N., 131 d. 55'E. Transporteur d'escorte WINDHAM BAY (CVE-92), 22 j. 37'N., 131 d. 34'E. Transporteur d'escorte SALAMAUA (CVE-96), 22 j. 30'N., 131 d. 56'E. Transporteur d'escorte BOUGAINVILLE (CVE-100), 22 j. 18'N,, 131 d. 53'E. Transporteur d'escorte ATTU (CVE-102), 22 j. 38'N., 131 d. 58'E. Croiseur lourd BALTIMORE (CA-68), 22 j. 48'N., 132 d. 14'E. Croiseur lourd QUINCY (CA-71), 22 j. 59'N., 132 d. 12'E. Croiseur lourd PITTSBURGH (CA-72), 22 j. 50'N., 132 d. 06'E. Croiseur léger DETROIT (CL-8), 22 j. 17'N., 131 d. 48'E. Croiseur léger SAN JUAN (CL-54), 22 j. 28'N., 132 d. 24'E. Croiseur léger DULUTH (CL-87), 22 j. 55'N., 132 d. 12'E. Croiseur léger ATLANTA (CL-104), 22 j. 46'N., 136 d. 12'E. Destroyer SCHROEDER (DD-501), 22 j. 48'N., 132 d. 14'E. Destroyer JOHN RODGERS (DD-574), 22 d. 45'N., 132 d. 10'E. Destroyer MCKEE (DD-575), 22 j. 54'N., 132 d. 19'E. Destroyer DASHIELL (DD-659), 22 j. 55'N., 132 d. 15'E. Destroyer STOCKHAM (DD-683), 22 d. 48'N., 132 d. 14'E. Destroyer DE HAVEN (DD-717), 22 j. 51'N., 132 d. 10'E. Destroyer MADDOX (DD-731), 22 j. 42'N., 132 d. 45'E. Destroyer BLUE (DD-744), 22 j. 51'N., 132 d. 25'E. Destroyer BRUSH (DD-745), 22 j. 34'N., 132 d. 22'E. Destroyer TAUSSIG (DD-746), 22 j. 43'N., 132 d. 04'E. Destroyer SAMUEL N. MOORE (DD-747), 22 j. 48'N., 132 d. 14'E. Destroyer escorte DONALDSON (DE-44), 22 j. 35'N., 131 d. 56'E. Escorte de destroyers CONKLIN (DE-439), 22 j. 17'N., 131 d. 48'E. Destroyer escorte HILBERT (DE-742), 22 j. 32'N., 131 d. 40'E. Huileur LACKAWANNA (AO-40), 22 j. 31'N., 131 d. 36'E. Huileur MILLICOMA (AO-73), 22 j. 12'N., 131 d. 36'E. Navire de munitions SHASTA (AE-6), 22 j. 17'N., 131 d. 48'E. Navires de la marine américaine endommagés : Cuirassé MISSISSIPPI (BB-41), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 09'N., 127 j. 35'E. Croiseur lourd LOUISVILLE (CA-28), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 07'N., 127 j. 52'E. Le destroyer DYSON (DD-571), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 09'N., 127 j. 49'E. Dragueur de mines SCUFFLE (AM-298), échoué, région de la baie de Brunei, 08 j. 01'N., 117 d. 13'E. Camion-citerne à essence SHEEPSCOT (AOG-24), par échouage, région d'Iwo Jima, 24 j. 46'N., 141 d. 18'E.

06/06 mer. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : porte-avions d'escorte NATOMA BAY (CVE-61), par avion suicide, 24 j. 46'N., 126 d. 37'E. Le destroyer BEALE,(DD-471), par collision, 26 j. 10'N , 127 jours. 20'E. Démineur REQUIS (AM-109), par collision, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur SPEAR (AM-322), par collision, 26 j. 00' N., 127 jours. 00'E. Le mouilleur de mines léger HARRY F. BAUER (DM-16), par avion suicide, 26 j. 14'N., 128 d. 01'E. Le mouilleur de mines léger J. WILLIAM DITTER (DM-31), par avion suicide, 26 j. 14'N., 128 d. 01'E. Camion-citerne à essence YAHARA (AOG-37), par collision, 26 j. 10'N., 127 d. 20'E. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 195, par la mine des États-Unis, au large de Honshu, Japon, 37 d. 10'N., 137 d. 05'E.

06/07 jeu. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : destroyer ANTHONY (DD-515), par avion suicide, 27 d. 07'N., 127 j. 38'E. LST 540, par mise à la terre, 26 j. 21'N., 127 d. 45'E.

06/08 ven. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. J. S. McCain) attaquent l'aérodrome de Kanoya, Kyushu, Japon. Des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. R. S. Berkey) bombardent l'ennemi dans la région de la baie de Brunei, le bombardement de Bornéo est répété le 9 juin. Navire de la marine américaine coulé : Minesweeper SALUTE (AM-294), par mine, région de Bornéo, 05 j. 08'N., 115 j. 05'E.

06/09 sam. Groupe opérationnel naval (Rear Adm. L. F. Reifsnider) débarque des Marines sur Aguni Shima, îles Ryukyu. Le groupe opérationnel naval (Rear Adm. A. W. Radford) bombarde et bombarde Okino Daito Jima, îles Ryukyu. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer escorte GENDREAU (DE-639), par canon de défense côtière, région d'Okinawa, 26 j. 03'N., 127 j. 12'E. Navire de la marine japonaise coulé : navire de défense côtière n° 41, par le sous-marin SEA OWL (SS-405), au large de la Corée du Sud, 34 j. 18'N., 127 d. 18'E.

06/10 dim. Les troupes australiennes débarquent dans la baie de Brunei, à Bornéo, soutenues par des tirs de croiseurs et de destroyers (Rear Adm. R. S. Berkey) et des frappes de l'armée des États-Unis et d'avions australiens. Le groupe opérationnel naval (Rear Adm. J. J. Clark) bombarde et bombarde l'aérodrome ennemi et d'autres installations sur Minami Daito, îles Ryukyu. Navire de la marine américaine coulé : destroyer WILLIAM D. PORTER (DD-579), par avion suicide, région d'Okinawa, 27 d. 06'N., 127 d. 38'E. Sous-marin japonais coulé : I-122, par le sous-marin SKATE (SS-305), Mer du Japon, 37 d. 29'N., 137 d. 25'E.

06/11 lun. Des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. J. H. Brown) bombardent des installations japonaises à Matsuwa, dans les îles Kouriles. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Croiseur léger VICKSBURG (CL-86), par collision, 26 j. 10'N., 127 d. 20'E. Le quai du navire de débarquement LINDENWALD (LSD-6), accidentellement par des tirs de la marine américaine, 26 d. 17'N., 127 d. 53'E. Navire de la marine japonaise coulé : Submarine chaser n° 237, par un aéronef naval basé à terre des États-Unis, mer du Japon, 34 d. 35'N., 132 d. 20'E.

06/13 mer. Navire de la marine américaine endommagé : cuirassé IDAHO (BB-42), par échouement, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 57'E.

06/14 jeu. Navire de la marine américaine endommagé : canonnière à moteur PGM-24, par collision, région d'Okinawa, 25 j. 30 N., 126 d. 00'E.

06/15 ven. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer escorte O'FLAHERTY (DE-340), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 128 j. 00'E.

06/16 sam. Le centre d'essais aéronavals de Patuxent River, dans le Maryland, est établi. Navire de la marine américaine coulé : Destroyer TWIGGS (DD-591), par une torpille d'avion, région d'Okinawa, 26 j. 08'N., 137 j. 35'E. Navire de la marine américaine endommagé : porte-avions d'escorte STEAMER BAY (CVE-87), par un aéronef accidenté, région d'Okinawa, 24 j. 00'N., 128 j. 00'E.

17/06/Dim. Navire de la marine américaine endommagé : pétrolier CHESTATEE (AOG-49), par collision, région de Luzon, îles Philippines, 07 j. 04'N., 122 d. 06'E.

06/18 lun. Des cuirassés et des destroyers bombardent des installations à terre sur l'île d'Emidj, l'atoll de Jaluit, aux Îles Marshall. Navire de la marine américaine coulé : dragueur de mines à moteur YMS-50, endommagé par une mine, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 18'S., 116 d. 49'E. coulé par les forces américaines. Navire de la marine américaine avarié : hydravion tender (petit) YAKUTAT (AVP-32), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 19'E.

19/06/Mar. Navires de la marine américaine endommagés : Démineur DEVICE (AM-220), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 00'N., 127 jours. 00'E. Démineur DOUR (AM-223), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 00'2, 127 j. 00'E. LST 562, par collision, région de la baie de Brunei, Bornéo, 04 j. 29'N., 114 d. 01 E.

06/20 mer. Des aéronefs du groupe opérationnel aéronaval (Rear Adm. R. E. Jennings) bombardent les positions ennemies sur l'île Wake. Navire de la marine américaine endommagé : dragueur de mines à moteur YMS-368, par mine, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 19'S., 116 d. 58'E.

21/06/Jeu. Okinawa, îles Ryukyu, est déclarée sécurisée 82 jours après le débarquement. (Voir le 1er avril 1945.) Navires de la marine américaine endommagés : Le destroyer d'escorte HALLORAN (DE-305), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 d. 00'N., 128 j. 00'E. Appel d'hydravions CURTISS (AV-4), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 18'E. Appel d'hydravions KENNETH WHITING (AV-14), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 18'E. Démineur à moteur YMS-335, par canon de défense côtière, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 18'S., 116 d. 50'E.

22/06 ven. Navires de la marine américaine endommagés : dragueur de mines à grande vitesse ELLYSON (DMS-19), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 04'N., 127 j. 55'E. Démineur à moteur YMS-10, par canon de défense côtière, région de Balikpapan, Bornéo, 01 j. 18'S., 116 d. 51'E. LST 534, par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 18' N., 127 d. 49'E.

23/06 sam. Navire de la marine américaine endommagé : dragueur de mines à moteur YMS-364, par un canon de défense côtière, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 19'S., 116 d. 52'E. Navires de la marine japonaise coulés, mer de Java : chasseurs de sous-marins NOs. 42, et 113, par le sous-marin HARDHEAD (SS-365), 05 d. 50'S., 114 d. 18'E. Navette NO. 833, par le sous-marin HARDHEAD (SS-365), 05 d. 50'S., 114 d. 18'E.

24/06/Dim. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer escorte NEUENDORF (DE-200), par collision, zone des îles Philippines, 10 j. 41'N., 122 d. 35 E. Démineur à moteur YMS-339 , accidentellement par un bombardier américain, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 19' S., 116 d. 52'E.

24/06 L'Oakland est devenu le vaisseau amiral du Commodore J.P. Womble, USN, Commandant de la Flottille de Tâche Deux.

06/26 mar. Les Marines sont débarqués à Kume Shima, îles Ryukyu, par groupe opérationnel naval (Capt. C. A. Buchanan). Navires de la marine américaine coulés, région de Balikpapan, Bornéo : dragueur de mines à moteur YMS-39, par le mien, 01 j. 19'S., 116 d. 49'E. Démineur à moteur YMS-365, endommagé par une mine, 01 j. 18'S., 116 d. 50'E coulé par les forces américaines.

06/27 mer. Navire de la marine américaine endommagé : hydravion tender (petit) SUISUN (AVP-53), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 10'N., 127 d. 19'E. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer CALDWELL (DD-605), par une mine, région de la baie de Brunei, Bornéo, 05 d. 07'N., 115 d. 06'E. Navires de la marine japonaise coulés : sous-marin I-165, par un aéronef naval basé à terre (VPB-142), région du Pacifique central, 15 j. 28'N., 153 d. 39'E. Chasseur de sous-marin NO. 2, par le sous-marin BLUEBACK (SS-326), mer de Java, 07 d. 25'S., 116 d. 00'E.

28/06/Jeu. Navires de la marine américaine endommagés, région de Balikpapan, Bornéo : dragueur de mines à moteur YMS-47, par mine, 01 d. 19'S., 116 d. 55'E. Démineur à moteur YMS-49, par canon de défense côtière, 01 d. 00'S., 117 d. 00'E. Navire de la marine japonaise coulé : destroyer ENOKI, par le mien, mer du Japon, 35 d. 26'N., 135 d. 44'E.

06/30 sam. Navires de guerre disponibles (tous types) 67 952
Personnel:

Marine 3,383,196 Corps des Marines 476,709
garde-côte 171,192 Effectif total 4,031,097
Navires de la marine américaine endommagés, région de Balikpapan, Bornéo : Destroyer SMITH (DD-378), par un canon de défense côtière, 01 d. 17'S., 116 d. 53'E. Démineur YMS-314, par le mien, 01 j. 18'S., 116 d. 51'E. Navire de la marine japonaise coulé : destroyer NARA, par le mien, mer du Japon, 33 d. 54'N., 130 d. 49'E.

07/01 dim. Les troupes australiennes sont débarquées à Balikpapan, Bornéo, par le groupe d'attaque navale (Rear Adm. A. G. Noble) le débarquement est couvert par des tirs de la marine alliée et une attaque aérienne. Navire de la marine japonaise coulé : Navire de défense côtière n° 72, par le sous-marin HADDO (SS-255), Mer Jaune, 38 d. 08' N., 124 d. 38' Est.

07/01 L'Oakland avec la Task Force 38 sortie du golfe de Leyte, mettant le cap vers l'est au départ du détroit de Surigao.

07/02 lun. Le sous-marin BARB (SS-220) bombarde les installations ennemies sur l'île de Kaihyo au large de la côte est de Karafuto. Il s'agit de la première utilisation réussie de roquettes contre des positions côtières par un sous-marin américain. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 188, par le mien, Mer du Japon, 33 d. 59'N., 130 d. 52'E.

07/03 mar. Navire de la marine américaine endommagé : Oiler ASHTABULA (A0-51), par collision, région d'Okinawa, 25 j. 09'N., 128 j. 47'E.

07/05 jeu. Le général de l'armée Douglas MacArthur annonce la libération des îles Philippines. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer SMITH (DD-378), accidentellement par grenades sous-marines, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 00'S., 117 d. 00'E. Navire de la marine japonaise coulé : Chasseur de sous-marin auxiliaire NO. 37, par le sous-marin LIZARDFISH (SS-373), au large de Java, dans la région des Indes orientales néerlandaises, 08 j. 10'S., 114 d. 50'E. 07/09 lun. Navire de la marine américaine coulé : dragueur de mines à moteur YMS-B4, par mine, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 19'S., 116 d. 48'E. Navire de la marine japonaise coulé : Chasseur de sous-marin auxiliaire NO. 50, par le sous-marin BLUEFISH (SS-121), au large de la Malaisie, 02 j. 13'N., 105 d. 03'E.

07/10 mar. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. J. S. McCain) attaquent des aérodromes dans la plaine de Tokyo, au Japon. Navire de la marine américaine coulé : Submarine chaser SC-511, naufrage, région des Îles Salomon, 11 j. 03'S., 164 d. 50'E. Navire de la marine américaine endommagé : LST 1107, par échouement, région d'Okinawa, 26 j. 21'N., 126 d. 47'E. Navires de la marine japonaise coulés : Destroyer SAKURA, par le mien, Mer du Japon, 35 d. 50'N., 135 d. 20'E. Démineur n° 27, du sous-marin RUNNER (SS-476), au large du nord de Honshu, Japon, 39 d. 20'N., 142 d. 07'E.

07/12 jeu. Navire de la marine américaine endommagé : Submarine chaser PC-582, par échouage, région des îles Philippines, 11 j. 05'N., 125 j. 20'E. 07/13 ven. L'Italie déclare la guerre au Japon.

13/07 OAKLAND y a participé. Frappes menées contre Hokkaido et le nord de Honshu.

07/14 sam. Des aéronefs de la force opérationnelle des porte-avions rapides (vice-amiral J. S. McCain) bombardent des navires, des installations ferroviaires et des installations au sol dans le nord de Honshu et Hokkaido, au Japon, l'attaque est répétée le 15 juillet. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. J. F. Shafroth) bombardent la ville côtière de Kamaishi, Honshu, Japon. Il s'agit du premier bombardement naval de la patrie japonaise. Navires de la marine américaine endommagés : LST 684 et LST 816, par échouage, région d'Okinawa, 26 j. 12'N., 127 d. 57'E. Navires de la marine japonaise coulés : Destroyer TACHIBANA, par avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 41 d. 48'N., 140 d. 41'E. Sous-marin I-351, par le sous-marin BLUEFISH (SS-222), au large de Bornéo, 04 j. 30'N., 110 d. 00'E. Navires de défense côtière NOs. 65 et 74, par avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 42 d. 21'N., 140 d. 59'E.

15/07/Dim. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. O. C. Badger) bombardent des usines sidérurgiques à Muroran, sur la côte sud d'Hokkaido, au Japon. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer FLUSSER (DD-368), par collision, région de Balikpapan, Bornéo, 01 d. 27'S., 117 d. 00'E. Le poseur de mines léger THOMAS E. FRASER (DM-24), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 13'N., 127 d. 50'E. Navires de la marine japonaise coulés : le dragueur de mines NO. 24, par avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 41 d. 38'N., 141 d. 00'E. Navire de défense côtière NO. 219, par avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 41 d. 48'N., 140 d. 41'E.

07/16 lun. Le premier essai de bombe atomique a lieu à Alamogordo, N. Mex. Navires de la marine japonaise coulés : Sous-marin I-13, par avion (VC-13) du porte-avions d'escorte ANZIO (CVE-57) et par le destroyer d'escorte LAWRENCE C. TAYLOR (DE-415), à l'est du Japon, 34 d. 28'N., 150 d. 55'E. Le torpilleur KARI, par le sous-marin BAYA (SS-318), Mer de Java, 05 d. 48'S., 115'53'E.

07/17 mar. Des avions du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Ad. J. S. McCain) et du groupe de travail des porte-avions rapides britanniques (Vice Adm. H. B. Rawlings, RN) attaquent les aérodromes de la région de Tokyo, au Japon. La force britannique continue d'opérer dans le cadre de la troisième flotte des États-Unis (Adm. W. F. Halsey) jusqu'à la fin des hostilités. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. O. C. Badger) bombardent la zone industrialisée de Mito-Hitachi, Honshu, Japon.

17/07 au 20/07 Des avions du groupe opérationnel 38.3 ont attaqué la région des plaines de Tokyo.

07/18 mer. Des avions des groupes de travail des porte-avions rapides de la troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) frappent la base navale de Yokosuka et les aérodromes de la région de Tokyo, au Japon. Les croiseurs et destroyers (Adm arrière. C. F. Holden) bombardent les installations côtières au cap Nojima, Honshu, Japon. Un avion basé sur un porte-avions bombarde Wake Island. Navire de la marine américaine endommagé : Transport GEORGE F. ELLIOTT (AP-105), de cause inconnue, région d'Okinawa, 26 d. 14'N., 127 d. 50'E. Navire de guerre japonais coulé : Navire de défense côtière NO. 112, par le sous-marin BARB (SS-220), au large de Karafuto, Japon, 46 d. 03'N., 142 d. 16'E.

07/19 jeu. Navire de la marine américaine endommagé : destroyer Thatcher (DD-514), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 15'N., 127 d. 50'E.

07/20 ven. Navire de la marine japonaise coulé : Démineur n° 39, par le sous-marin THREADFIN (SS-41O), Mer Jaune, 35 d. 01'N., 125 d. 42'E.

21/07 sam. Navire de la marine américaine endommagé : Attaque de transport MARATHON (APA-200), par torpille pilotée, région d'Okinawa, 26 j. 13'N., 127 d. 50'E.

22/07/Dim. Le groupe de travail de croiseurs et de destroyers (Rear Adm. J. H. Brown) bombarde des installations à Suribachi, Paramushiro, îles Kouriles.

23/07 lun. L'équipe de débarquement du sous-marin Barb (SS-220) fait exploser un train ennemi sur la côte est de Karafuto. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 227, par le sous-marin HARDHEAD (SS-365), au large de Java, Indes orientales néerlandaises, 08 j. 10'S., 115 d. 29'E.

07/24 mar. Des avions des groupes de travail des porte-avions rapides de la troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) lancent une attaque de 2 jours sur la région de la mer intérieure, au Japon, frappant la base navale de Kure et les aérodromes de Nagoya, Osaka et Miho. Navire de la marine américaine coulé : Destroyer escort UNDERHILL (DE-682), endommagé par une torpille pilotée, au large de Luzon, P. I., 19 d. 20'N., 126 d. 42'E, coulé par les forces américaines. Navires de la marine japonaise coulés, zone de la mer intérieure, Japon : cuirassé HYUGA, par avion embarqué, 34 d. 10' N., 132 d. 33'E. Cuirassé ISE, par avion embarqué, 34 d. 12'N., 132 d. 31'E. Cuirassé HARUNA, par avion embarqué, 34 d. 15' N., 132 d. 29'E. Porte-avions d'escorte KAIYO, par avion embarqué, avion de l'armée et mine, 33 j. 21'N., 131 d. 32'E. Croiseur lourd AOBA, par avion embarqué, 34 d. 13'N., 1332 d. 31'E/ Ancien croiseur lourd IWATE, par avion embarqué, 34 d. 14'N., 132 d. 30'E.

07/24 - 25 La marine marchande et navale dans la région de Kure-Kobe de la mer intérieure a été attaquée par des avions de la Task Force 38.

25/07 mer. Des croiseurs et des destroyers (Adm arrière. J. C. Jones) bombardent la base d'hydravions de Kushimoto et l'aérodrome près de Shiono Misaki, Honshu, Japon.

07/26 jeu. La déclaration de Potsdam appelant à la capitulation inconditionnelle est remise au Japon. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer LOWRY (DD-770), par explosion, mer des Philippines, 19 j. 30'N., 128 j. 00'E.

07/27 ven. Navire de la marine américaine endommagé : Navire cargo GANYMEDE (AK-104), par collision, région des îles Philippines, 11 j. 11'N., 125 d. 05'E. Navire de guerre japonais coulé : Transport NO.176, par avion de l'armée, au large du sud de Kyushu, Japon, 31 d. 00'N., 130 d. 33'E.

27/07 Grèves de « nettoyage » menées contre les navires restants dans la région de Kure-Kobe.

28/07 sam. Les avions des forces opérationnelles des porte-avions rapides de la troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) frappent la zone de la mer intérieure, entre Nagoya et le nord de Kyushu, la base navale japonaise de Kure est la cible principale. Navire de la marine américaine coulé : destroyer CALLAGHAN (DD-792), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 43'N., 126 d. 55'E. CALLAGHAN est le dernier navire allié à avoir été coulé par un avion suicide. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer PRICHETT (DD-561), par avion suicide, région d'Okinawa, 25 j. 43'N., 126 d. 56'E. Navires de la marine japonaise coulés, zone de la mer intérieure, Japon : porte-avions AMAGI, par avion embarqué, 34 d. 11'N., 132 d. 30'E. Croiseur lourd TONE, par avion embarqué, 34 d. 14'N., 132 d. 27'E. Ancien croiseur lourd IZUMO, par avion embarqué, 34 d. 14'N., 132 d. 30'E. Croiseur léger OYODO, par avion embarqué, 34 j. 13'N., 132 d. 25'E. Destroyer NASHI, par avion embarqué, 34 d. 14'N., 132 d. 30'E. Sous-marin I-372, par avion embarqué, 33 j. 00'N., 133 d. 00'E.

29/07 dim. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. J. F. Shafroth) bombardent des magasins, une usine d'avions et d'autres installations à Hamamatsu, Honshu, Japon. Navires de la marine américaine endommagés, région d'Okinawa : Destroyer CASSIN YOUNG (DD-793), par avion suicide, 26 d. 08'N., 127 j. 58'E. Transport à grande vitesse HORACE A. BASS (APD-124), par avion suicide, 26 j. 17'N., 127 d. 34'E. Navire de guerre japonais coulé : Chasseur de sous-marin NO. 207, par avion de l'armée, au large de Kyushu, Japon, 32 d. 00'N., 130 d. 00'E.

07/30 lun. Des avions des groupes de travail des porte-avions rapides de la troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) bombardent des aérodromes et des cibles industrielles dans le centre de Honshu, au Japon. Navires de la marine américaine coulés : croiseur lourd INDIANAPOLIS (CA-35), par torpille sous-marine, mer des Philippines, 12 j. 02'N., 134 d. 48'E. Sous-marin BONEFISH (SS-223), zone de l'océan Pacifique, signalé comme présumé perdu. Navires de la marine japonaise coulés, Mer du Japon : Destroyer HATSUSHIMO, par le mien, 35 d. 33'N., 135 d. 12'E. Frégate OKINAWA, par avion embarqué, 35 j. 30' N., 135 d. 21'E.

07/30 L'attention du groupe de travail 38.3 s'est déplacée vers les centres industriels de Tokyo et Nagoya.

07/31 mar. Des destroyers bombardent les gares de triage et la zone industrielle de Shimuzu, au Japon. Navire de la marine américaine endommagé : Destroyer BANCROFT (DD-598), par collision, région de Luzon, P. I., 14 d. 50'N., 120 d. 15'E.

08/01 mer. Un porte-avions et un cuirassé frappent l'ennemi sur l'île Wake. Navire de la marine américaine endommagé : Cuirassé PENNSYLVANIA (BB-38), par un canon de défense côtière, raid sur l'île de Wake, 19 d. 20'N., 166 d. 30'E.

08/03 ven. Navires de la marine américaine endommagés : Destroyer escorte EARL V. JOHNSON (DE-702), par explosion, mer des Philippines, 20 j. 17'N., 128 j. 07'E. Attaque du cargo SEMINOLE (AKA-104), par collision, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 50'E.

08/01 - 07 Oakland a passé la première semaine d'août à esquiver un typhon traversant la région à l'est du Japon.

08/05 dim. Navire de la marine américaine avarié : Destroyer BRISTOL (DD-857), par collision, région d'Iwo Jima, 29 j. 00'N., 142 d. 00'E. 08/06 lun. La bombe atomique est larguée sur Hiroshima, Honshu, Japon. Des porte-avions du groupe opérationnel naval (Vice Adm. J B. Oldendorf) frappent les navires ennemis dans le port de Tinghai, en Chine. Bombardement d'avions porteurs sur l'île de Wake.

08/07 mar. Navire de la marine américaine coulé : Submarine BULLHEAD (SS-331), Java Sea, (date présumée). Navires de la marine japonaise coulés : Chasseur de sous-marin NO. 66, par avion de l'armée, près de Truk, îles Caroline, 07 d. 23'N., 151 d. 53'E. Navire de défense côtière n° 39, par avion de l'armée, mer du Japon, 35 d. 06'N., 129 d. 03'E.

08/07 Le groupe de travail 38.3 s'est dirigé vers le nord pour frapper le nord de Honshu et Hokkaido. Les conditions du typhon ont empêché le lancement d'attaques pendant deux jours.

08/09 jeu. La bombe atomique est larguée sur Nagasaki, Kyushu, Japon. Des avions des groupes de travail des porte-avions rapides de la troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) attaquent les aérodromes et la navigation dans le nord de Honshu et Hokkaido, au Japon. Des cuirassés et des croiseurs (Rear Adm. J. F. Shafroth) bombardent des cibles industrielles à Kamaishi, Honshu, Japon. Des cuirassés, des croiseurs et des destroyers bombardent l'île de Wake, la Russie déclare la guerre au Japon. Navires de la marine américaine endommagés : destroyer JOHN W. WEEKS (DD-701), accidentellement par des tirs de la marine américaine, au large de Honshu, Japon, 35 j. 00'N., 143 d. 00'E. Le destroyer BORIE (DD-704), par avion suicide, au large de Honshu, Japon, 37 d. 21'N., 143 d. 45'E. Navires de la marine japonaise coulés : dragueur de mines n° 33, par un avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 38 d. 26'N., 141 d. 30'E. La frégate AMAKUSA, par des avions américains et britanniques basés sur des porte-avions, au large du nord de Honshu, au Japon, 38 d. 26'N., 141 d. 30'E. Frégate INAGI, par avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 38 j. 26 N., 141 d. 30'E.

08/09 - 10 Attaques aériennes concentrées dirigées vers le nord de Honshu et la région d'Hokkaido. Des centaines de mines flottantes ont été aperçues à la dérive dans notre voisinage lors de ces opérations au large des côtes japonaises mais aucun des navires de la Task Force 38 n'en a été endommagé.

08/10 ven. Des avions des groupes de travail des porte-avions rapides de la troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) attaquent la navigation, les aérodromes et les chemins de fer dans le nord de Honshu, au Japon. Les forces russes entrent en Corée. Navires de la marine japonaise coulés : le dragueur de mines NO. 1, par avion embarqué, au large du nord de Honshu, Japon, 38 d. 26'N., 141 d. 30'E. Transports NON. 21, par avion de l'armée, mer intérieure, Japon, 33 d. 59'N., 132 d. 31'E.

08/10 - 13 Les opérations ont été interrompues pendant cette période en attendant le développement des négociations de paix japonaises.

08/11 sam. Navire de la marine américaine endommagé : destroyer MCDERMUT (DD-677), par des tirs de la marine, région des îles Kouriles, 49 d. 30'N., 155 d. 01'E.

08/12 dim. Des croiseurs et des destroyers (Rear Adm. J. H. Brown) bombardent les installations japonaises sur les îles Matsuwa et Paramushiro dans les îles Kouriles. Navire de la marine américaine endommagé : Cuirassé PENNSYLVANIA (BB-38), par une torpille d'avion, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 50'E.

13/08 lun. Aéronefs du groupe de travail des porte-avions rapides (Vice Adm. J. S. McCain) cibles à la bombe dans la région de Tokyo, Japon. Navire de la marine américaine endommagé : Attaque du transport LAGRANGE (APA-124), par avion suicide, région d'Okinawa, 26 j. 14'N., 127 d. 52'E. Navires de la marine japonaise coulés : le sous-marin I-373, par le sous-marin SPIKEFISH (SS-404), au large de la Chine, 29 j. 02'N., 123d. 53'E. Navire de défense côtière NO. 6, par le sous-marin ATULE (SS-403), au large de Hokkaido, Japon, 42 d. 16'N., 142 d. 12'E.

13/08 La zone des plaines de Tokyo a été attaquée par nos avions.

08/14 mar. Le Japon accepte les dispositions de la Déclaration de Potsdam et accepte de se rendre. Le général d'armée Douglas MacArthur, USA, est nommé commandant suprême des forces alliées pour recevoir la capitulation japonaise et mener l'occupation du Japon. Navires de la marine japonaise coulés, Mer du Japon : Navire de défense côtière n° 13, par le sous-marin TORSK (SS-423), 35 d. 42'N., 134 d. 35'E. Navire de défense côtière n° 47, du sous-marin TORSK (SS-423), 35 d. 42'N., 134 d. 36'E.

08/15 mer. Avant que l'annonce de la fin des hostilités ne soit reçue, des avions de la force opérationnelle des porte-avions rapides (Vice Adm. J. S. McCain) effectuent un raid sur les aérodromes de la région de Tokyo, au Japon, une forte opposition aéroportée est rencontrée. Un groupe opérationnel naval (Commodore R. W. Simpson) est créé pour libérer, évacuer et étendre les soins médicaux aux prisonniers de guerre alliés au Japon.

15/08 Des avions du groupe de travail 38.3 frappaient la région de Tokyo quand on a appris que le Japon avait accepté nos conditions sans réserve. De nombreux avions japonais ont attaqué nos navires en se concentrant sur les destroyers de piquetage qui en représentaient plus d'une vingtaine.

17/08 ven. Le général Prince Higashikuni devient Premier ministre du Japon et forme un nouveau cabinet.

19/08 Le commandant de la flottille de tâche DEUX, le commodore JP Womble, USN, et le personnel avec un petit groupe d'officiers et d'hommes d'OAKLAND (ce navire) ont été transférés sur un destroyer en mer, la première étape d'un voyage qui devait les placer à Sagami Wan avec le premier groupe de navires américains à mouiller dans les eaux japonaises. Le 30 août, ce même groupe a débarqué sur le sol japonais à la base navale de Yokosuka, à Honshu, au Japon, où le commodore Womble a pris le commandement de toutes les activités navales américaines à terre.

20/08 lun. Le groupe de travail naval (Rear Adm. O. C. Badger) est formé pour assumer la responsabilité de l'occupation de la base navale de Yokosuka, au Japon.

21/08 Asiatic Wing, Naval Air Transport Service, est établi à Oakland, Californie Mili Atoll, Îles Marshall, se rend c'est la première garnison ennemie à capituler dans la région de l'océan Pacifique. La reddition est acceptée à bord du destroyer d'escorte LEVY (DE-162).

21/08 Oakland a été relevé de ses fonctions de commandant des unités de contrôle du groupe opérationnel 38.3.

25/08 sam. Les avions des groupes opérationnels de porte-avions commencent des vols quotidiens au-dessus du Japon pour patrouiller les aérodromes, les mouvements de navires et pour localiser et approvisionner les camps de prisonniers de guerre. L'opération se poursuit jusqu'au 2 septembre 1945.

27/08 lun. La troisième flotte (Adm. W. F. Halsey) se dresse dans la baie de Sagami, la baie extérieure de Tokyo, au Japon. Deux sous-marins japonais se rendent à quatre destroyers américains au large de Honshu, au Japon.

27/08 Le capitaine Allen P. Calvert, USN, a relevé le capitaine Kendall S. Reed, USN, en tant que commandant.

28/08 Des techniciens de l'armée de l'air débarquent à l'aérodrome d'Atsugi, près de Tokyo, ce sont les premières troupes américaines à débarquer au Japon. Le contrôle administratif et opérationnel de la septième flotte (Adm. T. C. Kinkaid) passe du commandant en chef de la zone sud-ouest du Pacifique (général de l'armée Douglas MacArthur) au commandant en chef de la flotte du Pacifique (Fleet Adm. C. W. Nimitz).

29/08 Le sous-marin japonais se rend au sous-marin SEGUNDO (SS-398), au nord-est de Honshu, au Japon.

29/08 Le groupe de travail 38.3 se rend à la zone d'opérations à proximité de la pointe sud de Kyushu pour soutenir l'occupation du Japon.

08/30 jeu. Les débarquements des forces d'occupation commencent dans la région de la baie de Tokyo sous le couvert des canons de la troisième flotte ainsi que des avions de la marine et de l'armée. La reddition de la base navale de Yokosuka est acceptée par l'Adm arrière. R. B. Carney et l'Adm arrière. O. C. Badger. Le quartier général du commandant de la troisième flotte est établi à la base navale de Yokosuka.

08/30 Le commandant de la troisième flotte a ordonné à l'Oakland de se rendre à Toyka Bay et de faire rapport au commandant de la force opérationnelle 31, commandant de la force de débarquement navale, Yokosuka.

31/08 ven. La reddition de l'île Marcus est acceptée par le contre-amiral F. E. M. Whiting à bord du destroyer BAGLEY (DD-386). Les Marines débarquent à la base navale de Tateyama, Honshu, Japon, et acceptent sa reddition.

31/08 à Oakland dans la baie de Tokyo à l'extérieur du brise-lames de la base navale de Yokosuka.

SEPTEMBRE 1945 09/02 dim. Les documents de capitulation japonais sont signés à bord du cuirassé MISSOURI (BB-63) à l'ancre dans la baie de Tokyo, au Japon. Le général de l'armée Douglas MacArthur signe pour les puissances alliées, et Fleet Adm. C. W. Nimitz signe pour les États-Unis. Les forces de l'armée sont débarquées à Yokohama, au Japon, par un groupe de travail naval (Rear Adm. J. L. Hall). Truk dans les îles Caroline, les îles Pagan et Rota dans les îles Mariannes et les îles Palau se rendent aux officiers de la marine et de la marine des États-Unis à bord de navires de guerre.

09/02 Les cérémonies de reddition à bord du Missouri ont été suivies par les officiers et les hommes de l'Oakland depuis leur poste d'amarrage à proximité.


Formation et formation [ modifier | modifier la source]

L'Escadron d'alerte aérienne 8 a été mis en service à la base aérienne du Corps des Marines de Cherry Point, en Caroline du Nord, le 3 mars 1944, en vertu de l'ordre général n° 6-1944 de la 3d Marine Aircraft Wing publié le 24 février 1944. la majorité de l'escadron a été déplacé à Oak Grove Marine Corps Air Station près de Pollocksville, Caroline du Nord pour commencer la formation sur les radars SCR-527 et SCR-602 dans les problèmes de jour et de nuit. Un autre détachement a été envoyé au Marine Corps Auxiliary Air Field Atlantic pour s'entraîner avec le radar à longue portée SCR-270. L'escadron est resté au MCAS Oak Grove et Atlantic jusqu'au 20 avril 1944, date à laquelle ils sont retournés au MCAS Cherry Point. Au cours des jours suivants, ils ont commencé à préparer l'unité pour l'embarquement et le 1er mai 1944, ils sont montés à bord de trains à destination de la côte ouest. Le 6 mai 1944, l'AWS-8 est arrivé à la Marine Corps Air Station Miramar, en Californie, juste à l'extérieur de San Diego. La majorité de l'escadron a participé à un entraînement physique intense en mai pendant que les techniciens de l'escadron dessinaient et inspectaient l'équipement radar dont ils auraient besoin pour l'entraînement. Du 24 au 27 mai, l'escadron a mené des exercices d'atterrissage à partir du navire-école amphibie USS Hunter Liggett (APA-14). L'AWS-8 est resté à Miramar jusqu'au 5 juin 1944, date à laquelle ils ont été acheminés vers la base aérienne du Corps des Marines de Mojave, en Californie. Pendant leurs six mois à proximité du MCAS Mojave, l'AWS-8 a déployé ses radars sur de nombreux postes éloignés qui simuleraient leur emploi dispersé au combat. Cette formation a donné au leadership d'unité une application pratique aux problèmes de communication, d'approvisionnement et d'exploitation qui se produiraient sur le terrain. Pendant cette période, ils ont utilisé cinq sites périphériques et un centre de contrôle. Ils ont utilisé les SCR-270, SCR-527 et SCR-602 pendant leur entraînement au MCAS Mojave. Α] Ils ont travaillé à la fois sur les problèmes de jour et de nuit et en octobre et novembre 1944 ont pu travailler de nombreuses interceptions de nuit avec l'arrivée du VMF(N)-543.

Le 25 novembre 1944, l'escadron a été ramené par train au MCAS Miramar pour attendre la suite du mouvement outre-mer. Le 3 janvier 1945, la majorité des AWS-8 sont embarqués sur l'USS Natrona (APA-214) à la base navale de San Diego. Un petit détachement de 11 hommes et le matériel de communication de l'unité sont partis le lendemain à bord de l'USS Allendale (APA-127). Ils ont navigué pour Pearl Harbor, territoire d'Hawaï, arrivant le 9 janvier 1945 et ont rapidement établi leur campement à la Marine Corps Air Station d'Ewa. Quelques jours plus tard, le 14 janvier, un petit groupe de Marines d'AWS-8 a débarqué de l'USS Freestone (APA-167) avec deux radars d'interception de contrôle au sol SP-1M nouvellement acquis et un radar à longue portée TPS-1B. Ce détachement avait été en Caroline du Nord pour recevoir une formation sur ce radar nouvellement acquis, mais il n'a pas eu le temps de s'entraîner ou de calibrer ces radars au MCAS Ewa. Β]

Alors que les préparatifs du combat se poursuivaient, les dirigeants ont été informés que l'escadron et ses divers radars seraient utilisés comme « opérations » indépendantes qui voyageraient séparément via différents navires pour soutenir la campagne d'Okinawa. L'opération "A" était composée d'un SCR-270 (surnommé Edna) et d'un SCR-602 (surnommé Alice) tandis que l'opération "B" était une combinaison des radars SP-1M et TPS-1B. L'opération « K » gérait le matériel de communication de l'escadron tandis que les hommes de l'opération « M » exploitaient le SCR-527. Le reste de l'escadron qui se composait de ce qui est généralement le quartier général et la compagnie de service a été formé dans l'opération "P". L'escadron a également formé trois équipes d'alerte précoce (EWT) dont le rôle était de surveiller les filets d'alerte aérienne et de fournir des informations d'alerte aérienne aux unités de première ligne pendant la bataille à venir. EWT-1 a été chargé de soutenir la 7e division d'infanterie, EWT-2 soutiendrait la 96e division d'infanterie et EWT-3 serait attaché au bataillon des transmissions, III Marine Amphibious Corps. Γ]

Bataille d'Okinawa[modifier | modifier la source]

Atterrissages[modifier | modifier la source]

Les hommes de l'opération « A » d'AWS-8 ont été parmi les premières forces à débarquer lors de la bataille d'Okinawa. Ils ont débarqué avec la 77e division d'infanterie pour sécuriser Zamami Shima le 27 mars 1945. Ils ont immédiatement commencé à installer leurs radars sur un terrain élevé et ont mis le SCR-602 en action avant que les troupes d'assaut ne débarquent sur Okinawa le 1er avril. Quelques jours plus tard, le SCR-270 est entré en ligne avec les deux radars relevant du directeur du contrôle des chasseurs de l'US Navy. Les hommes de l'équipe radar de l'opération "B" SP-1M/TPS-1B de l'escadron ont été envoyés à terre le 31 mars à Nagunnu Shima, à l'ouest d'Okinawa. Le TPS-1B était opérationnel le 1er avril tandis que le SP-1M est entré en service le 4 avril. L'incapacité d'étalonner le radar au MCAS Ewa avant l'embarquement serait à l'origine de bon nombre des premiers problèmes rencontrés avec le nouveau radar. Les équipes d'alerte précoce (EWT) de l'escadron ont débarqué au cours des premiers jours de la bataille. EWT-1 a soutenu la 7e division d'infanterie tout en travaillant en étroite collaboration avec le 504e bataillon AAA jusqu'au 22 avril, date à laquelle ils ont rejoint le corps principal d'AWS-8 à l'aérodrome de Yontan. EWT-2 a soutenu le III Corps amphibie qui a été chargé de sécuriser l'extrémité nord d'Okinawa. Alors que le III corps amphibie poussait vers le sud pour rejoindre les combats à proximité du château de Shuri, l'EWT-2 est resté en soutien jusqu'au 24 juin. L'EWT #3 a soutenu la 96th Infantry Division jusqu'au 19 avril, date à laquelle ils ont été libérés de leurs fonctions et ont également été renvoyés à l'aérodrome de Yontan. L'opération "M" avec son radar SCR-527 est arrivée à terre le 3 avril à midi sur la plage Yellow Three qui était située du côté nord de l'embouchure de la rivière Bishi. La dernière partie de l'escadron, qui se composait du quartier général et des services de marine de l'opération "P", a atterri à Beach Red One le 6 avril et a établi le centre d'information de combat de l'escadron à l'aérodrome de Yontan. Δ]

Opérations[modifier | modifier la source]

L'escadron a subi ses premières pertes le 3 avril lorsqu'une équipe de travail, de l'opération "A" sur Zamami Shima, qui améliorait une position radar, a été victime de tirs de mitrailleuses japonaises. Cela a conduit à un Marine étant blessé au combat. Le 6 avril marque le début de l'opération Kikusui pour les Japonais qui les voit lancer des centaines d'avions au mouillage d'Okinawa. À l'intérieur de ces gros paquets de frappe se trouvaient des centaines d'avions kamikazes qui ont infligé de lourds dommages à la flotte alliée. L'avion kamikaze a spécifiquement ciblé les navires de piquetage radar de la marine américaine au cours de ces raids, coulant 10 et endommageant 32 au cours de la bataille. Pour cette raison, la couverture radar terrestre fournie par des unités telles que AWS-8 est devenue encore plus critique. Le 16 mai, des infiltrés japonais ont déclenché un incendie dans la zone où était stocké le carburant du SCR-270 sur Zamami. Il s'est rapidement propagé et dans le chaos qui en a résulté et a suivi les tirs d'armes légères, trois Marines de l'escadron ont été tués au combat et vingt-six autres Marines ont été brûlés. Le lendemain de l'incident, Tokyo Rose s'attribua le mérite de l'incendie au nom des infiltrés japonais.

Le 20 avril, les SCR-527 et SCR-602 de l'opération "M" qui étaient à terre sur la partie continentale d'Okinawa ont été transférés à Ie Shima et co-localisés avec un autre SCR-527 de l'Escadron d'alerte aérienne 1 (AWS-1). Ces radars ont fait l'objet de raids aériens quasi quotidiens au cours de la bataille. L'équipage AWS-8 SCR-527 (indicatif d'appel "Arsenic") a commencé à contrôler les interceptions nocturnes le 26 avril. À la fin de la guerre, cet équipage avait dirigé 21 interceptions nocturnes réussies. Η] Il s'agissait du plus grand nombre d'interceptions nocturnes de tout équipage radar pendant la bataille d'Okinawa.Il convient de noter que six des interceptions nocturnes ont été contrôlées par le premier lieutenant Hugh Gallarneau, qui avait été un demi-arrière américain pour l'équipe de football gagnante du championnat national de l'Université de Stanford en 1940 et qui a également joué quelques années avec les Bears de Chicago. ⎖] ⎗]

Le 2 juin, l'escadron a quitté l'aérodrome de Yontan et a transféré son quartier général à Zamami Shima. Le 22 juin verrait beaucoup de mouvement pour AWS-8. Le SCR-527 qui opérait depuis Ie Shima fut de nouveau déplacé, cette fois vers Aguni Shima. Le même jour, l'escadron a également déplacé un SCR-270 et un TPS-1B vers le point le plus au sud d'Okinawa, appelé « Point Dog ». Le 15 août 1945, les nouvelles de la capitulation du Japon ont été transmises rapidement aux forces de combat d'Okinawa, mais AWS-8 aurait encore une autre interception avant la fin de la guerre pour eux. Vers 16 h 30 le 15 août, les radars AWS-8 ont commencé à suivre le dernier avion hostile de la Seconde Guerre mondiale. Malgré la proclamation de capitulation de l'empereur Hirohito, l'amiral Matome Ugaki a dirigé un vol kamikaze de onze avions à destination des îles Ryukyu. Les contrôleurs AWS-8 ont dirigé leur avion de patrouille aérienne de combat (CAP) F4U Corsair contre les bogeys entrants. Aucun des avions japonais du raid Ugaki n'a réussi à engager des cibles alliées. ⎘] ⎙]

L'après-guerre et la démobilisation[modifier | modifier la source]

À la fin de la guerre, l'AWS-8 maintenait des détachements à Zamami et à Point Dog assurant la surveillance aérienne et la radiogoniométrie dans les secteurs qui leur étaient assignés. Les 8 et 9 octobre 1945, l'escadron a essuyé le typhon Louise qui a causé d'immenses destructions sur les deux sites. Dans la seconde moitié d'octobre 1945, le détachement sur Zamami est parti et l'escadron a été consolidé à Point Dog. C'était la première fois que l'escadron était ensemble au même endroit depuis qu'ils avaient quitté le MCAS Ewa, à Hawaï, en février. Comme le Corps des Marines a institué le système de points pour déterminer quand les Marines rentreraient chez eux, l'escadron a vu son nombre diminuer régulièrement à partir d'octobre 1945. Le 14 février 1946, les 151 membres restants de l'escadron ont embarqué sur l'USS Guilford (APA-112) dirigé pour une maison. AWS-8 est arrivé à San Diego à 16h00 le 6 mars 1945. Le lendemain, ils ont reçu une correspondance navale, n° de série 9963-46 datée du 6 mars 1946 du commandant général de la 2nd Marine Aircraft Wing ordonnant le déclassement de l'escadron. Le 12 mars 1946, l'Escadron d'alerte aérienne 8 est désarmé. Ώ]


Laststandonzombieisland

Alors que des bombes et des missiles guidés primitifs ont été déployés pendant la Seconde Guerre mondiale (voir = la batte SWOD-9 de la marine américaine et le naufrage du Cuirassé italien Roma en 1943 par un avion Fritz X), ce n'est que lorsque le P-15 Termit (OTAN : SS-N-2 Styx) a été développé par les Soviétiques en 1958 qu'un missile antinavire fiable à lancement en surface a été déployé. Bientôt répondues en Occident par les Suédois Saab Rb 08 et les Israéliens Gabriel dans les années 1960, puis par des plates-formes plus avancées telles que Exocet et Harpoon, de telles armes ont remplacé les batteries d'artillerie côtière ainsi que les torpilles lancées en surface comme principal moyen pour les forces asymétriques de effectuer un “kill” sur un vaisseau capital.

De même, l'âge du dreadnought et du grand croiseur entièrement armé s'estompait en même temps.

Les quatre Iowa-les cuirassés rapides de classe ont été mis en veilleuse en 1958 (mais, bien sûr, New Jersey serait ramené pour une tournée au Vietnam tandis que tous les quatre seraient remis en service dans les années 1980 pour la guerre froide (plus tard) tandis que les Britanniques se retiraient HMS Vanguard en 1960 alors que les Soviétiques s'étaient retirés du business des chars de combat à la fin des années 1950 après leur navire trophée italien Novorossiisk (ex-Jules César) ont explosé et leur vers 1911 Gangout-classe “school battleships” a finalement rendu l'âme. Les Français ont tenu Jean Barth jusqu'en 1970, alors qu'elle était en réserve depuis l'affaire de Suez en 1956.

Avec cela, il n'était pas surprenant que lorsque le quatuor de l'Iowas a été réactivé dans les années 1980 pour jouer un rôle dans la marine des 600 navires de Reagan, ils ont été modernisés avec 32 missiles de croisière Tomahawk tirés à partir de huit missiles funky à quatre coups. des lanceurs blindés ainsi que 16 missiles anti-navires Harpoon à la place de certains de leurs supports de canons AAA retirés de la Seconde Guerre mondiale. En clin d'œil aux faits, les missiles dépassaient tous l'armement des cuirassés.

Avance rapide vers la 1ère guerre du Golfe et Mighty Mo, USS Missouri (BB-63), 28 Tomahawks et 783 cartouches d'obus de 16 pouces sur les forces de Saddam Hussein tout en esquivant un golfe Persique rempli de mines navales de toutes sortes, ainsi que des contre-tirs occasionnels de missiles anti-navires.

Des canons de 16 pouces (410 mm) ont été tirés à bord du cuirassé USS MISSOURI (BB-63) alors que des bombardements nocturnes contre des cibles irakiennes ont lieu le long de la côte nord du Koweït pendant l'opération Tempête du désert. Date 6 février 1991. Photo par PH3 Dillon. DN-ST-91-09306

Pour ce qui est de Missouri, les Iowas n'étaient pas en mesure de transporter des lanceurs de défense ponctuelle Sea Sparrow car ils ne pouvaient pas être durcis aux chocs pour faire face aux vibrations des canons principaux du cuirassé, ils disposaient donc d'une défense aérienne fournie par des contre-mesures de destruction douce telles que la paille, les leurres et les canards ainsi qu'un quatuor de canons Phalanx de 20 mm CIWS et cinq stations Stinger MANPAD, ce qui signifie qu'un missile anti-navire moderne devrait être tué soit par une escorte, soit à très courte distance. Heureusement que l'Iowas avait jusqu'à 19,5 pouces de plaque de blindage !

Alors qu'il se rapprochait de la côte tenue par l'ennemi pour permettre à ses 16 ans de toucher quelqu'un le 23 février 1991, Missouri est venu à portée d'une batterie de missiles anti-navires CSS-C-2 Silkworm basés à terre. Un raté tandis que le second a été intercepté par Sea Darts à partir d'un destroyer blindé à proximité, la classe Type 42 HMS Gloucester (D96). Le Silkworm intercepté a éclaboussé à environ 700 mètres de Missouri.

USS Missouri sous attaque par la peinture irakienne de ver à soie, huile sur carton de toile par John Charles Roach 1991 Dimensions encadrées 28H X 34W Accession #: 92-007-U
Légende officielle : “En fournissant un appui-feu pour harceler les troupes irakiennes au Koweït en vue d'un éventuel débarquement amphibie, l'USS Missouri (BB-63) a été la cible de tirs d'un missile anti-navire irakien Silkworm. En utilisant des fusées éclairantes infrarouges et de la paille, le guidage du missile était confus. Il a traversé près du Missouri et a été engagé et abattu par le HMS Gloucester (D-96).

Le commandant de la Royal Navy, John Tighe, a déclaré aux journalistes que deux missiles Sea Dart avaient été tirés par le Gloucester moins de 50 secondes après que le radar du navire a détecté les missiles irakiens entrants vers 5 heures du matin.

Tighe a déclaré qu'un Sea Dart a marqué un coup direct, détruisant le missile irakien. Il a déclaré qu'un deuxième missile lancé par les Irakiens avait viré dans la mer.

Le commandant a déclaré que des avions alliés avaient par la suite attaqué le site de lancement de missiles Silkworm. Il a déclaré que même s'il n'avait pas reçu d'évaluation des dommages au combat, il était "assez confiant que le site ne sera plus utilisé pour lancer des missiles contre les navires".

Missouri a subi des dommages ce jour-là, à cause des obus CIWS tirés par la frégate d'escorte USS Jarrett (FFG-33), qui s'était verrouillé sur l'un des nuages ​​de paille du cuirassé et a ouvert le feu. Un marin a été blessé par un éclat d'obus de 20 mm d'UA.

Aujourd'hui, les cuirassés ont quitté la liste navale pour la dernière fois en 1995 et tout ce qui est arrivé jusqu'ici est conservé en tant que musées. Les missiles, cependant, durent.


Amtank en route pour Aguni Jima, 1945 - Histoire

Liens externes

SOUVENIRS D'UN LORANIMAL

J'étais membre de l'équipage de mise en service de l'unité Loran 82, Kwadack Island, Kwajalein Atoll, Marshall Islands, le 13 décembre 1944 et j'y ai servi jusqu'au 30 décembre 1945 lorsque moi-même et l'autre « propriétaire de planches », Walter Steinke de l'Iowa, a volé dans un NATS C54 de Kwajalein à Hawaï lors de la première étape de notre chemin du retour.

Le personnel affecté aux unités 82, 83, 84 et 85 a quitté San Francisco le 4 juin 1944 à bord du transport de troupes YARMOUTH, affrété par l'armée de l'Eastern Steamship Lines. Je me souviens qu'après avoir quitté la jetée de l'Embarcadero, le navire a fait le tour de l'île d'Alcatraz pendant plusieurs heures, soi-disant pour calibrer la boussole. Nous sommes passés sous le Golden Gate Bridge en fin d'après-midi et on nous a ensuite servi un repas composé de côtelettes de porc grasses.

De San Francisco, le YARMOUTH a descendu la côte jusqu'à Port Hueneme pour récupérer un contingent de Seabees. Nous sommes partis le 6 juin et, escortés par un patrouilleur de la Marine, nous nous sommes dirigés vers Pearl Harbor, que nous avons atteint à midi le 12 juin. Après avoir fait le plein de carburant, nous avons quitté Pearl à 18 h et, sans escorte, nous avons rapidement rattrapé un convoi qui avait quitté Hawaï plus tôt dans la journée.

Après avoir franchi la ligne de date internationale, nous sommes arrivés à Einewetok dans les îles Marshall le 21 juin et y sommes restés trois jours. Les Seabees et quelques Marines à bord ont été transférés à la flotte d'invasion des îles Mariannes (Einewetok était la zone de rassemblement.) et le matin du 24 juin, le YARMOUTH et un pétrolier de chantier naval étaient les seuls navires dans le lagon.

Partis d'Einewetok le 25 juin, nous sommes arrivés à l'île de Kwajalein à 10 heures le 27 juin. Dans l'unité 82, nous pensions y débarquer, mais nous sommes restés à bord du YARMOUTH alors qu'il se dirigeait vers Majuro, pour y arriver le 28 juin. Les équipages des unités 83, 84 et 85 sont allés à terre, puis le transport est revenu à Kwajalein le 30 juin. Nous avons débarqué le 1er juillet et le mois suivant, nous étions les « invités » du Navy Gropac 12 alors que nous attendions l'arrivée des matériaux de construction. Ceux-ci ne sont apparus que le 1er août.

Un groupe du bataillon de construction, l'unité 26, s'est rendu à l'île Kwadack pour commencer les travaux préliminaires à la fin juillet et nous, de l'unité 82, avons suivi le ou vers le 6 août. Je me souviens que la première nuit à terre, j'ai dormi entre deux caisses d'emballage en bois, avec seulement une bâche au-dessus. Il n'a pas fallu longtemps avant que les tentes pyramidales ne soient érigées, mais je ne me souviens pas qu'elles avaient des planchers en contreplaqué.

Tout le monde s'est tourné vers le début de la construction de la station et je me souviens que nous avons commencé le travail au lever du soleil, que nous nous sommes arrêtés au milieu de la journée (quand il faisait le plus chaud) et que nous avons repris nos travaux en milieu ou en fin d'après-midi, jusqu'au coucher du soleil. J'ai participé à l'érection des huttes Quonset et l'un des premiers à être achevé a été le mess. Nous avons eu la chance d'avoir deux très bons cuisiniers, qui pouvaient même rendre les rations C appétissantes.

Maintenant, j'étais qualifié de technicien radio de deuxième classe, mais j'avais également fréquenté l'école d'opérateurs radio à Atlantic City, NJ de mars à septembre 1943. Nous avions plus de techniciens qu'il n'en fallait et il manquait un radio alors j'ai fait le quart des communications du Les essais temporels ont commencé le 7 octobre 1944 jusqu'à mon départ 14 mois plus tard. De temps en temps, je devais monter le guet en tant que technicien et radioman.

L'équipement de l'unité 82 comprenait deux minuteries "C", qui étaient "à la pointe de la technologie" lorsque la station a été diffusée. Chaque section de quart se composait de deux « scopies », d'un technicien et d'un radioman et l'horaire de quart était de 12h00 à 16h00, de 16h00 à 2000, de 2000 à 2400, de 2400 à 04h00, de 04h00 à 08h00 et de 08h00 à midi. Les radios de la veille 1600-2000 copiaient régulièrement les informations transmises par une station américaine et je me souviens que pendant que la bataille des Ardennes se déroulait dans les Ardennes, j'étais complètement confus par certains des noms de lieux. Ce n'est que lorsque des copies de l'annonceur Honolulu sont apparues que j'ai appris l'orthographe correcte.

L'équipement d'origine de la cabane radio se composait d'un émetteur CW de 125 watts pour les messages de mode, d'un radiotéléphone de 5 watts pour le trafic de la lagune de Kwajalein et de deux récepteurs radio ordinaires. Plus tard, le radiotéléphone a été remplacé par un poste plus puissant et nous avons pu communiquer verbalement avec l'Unité 85, le moniteur et le poste de commandement, sur l'île d'Enigu dans l'atoll de Majuro. (J'aurais dû mentionner que l'unité 82 était une station esclave, l'unité 83 à Majuro étant un double maître.)

Je me souviens de la vie quotidienne d'un Loranimal à l'unité 82 comme étant assez agréable, avec beaucoup de bière à boire. La ration quotidienne pendant un certain temps était de deux bouteilles de Coca Cola et de deux canettes de bière et beaucoup d'entre nous ont gardé notre bière à consommer pendant nos jours de congé afin que nous puissions « planer » sinon complètement sloaker. Il y a eu quelques conflits de personnalité, mais en général tout le monde s'entend bien et nous avons eu la chance d'avoir deux commandants supérieurs, le Ltjg Lamont A. Freeman et Francis X. Closter. Ce dernier était particulièrement habile à dénicher le confort des créatures pour ses hommes en troquant l'utilisation de notre bétonnière et de notre bulldozer contre des boîtes de bœuf congelé et des bouteilles d'alcool. Les unités de la marine sur d'autres îles de l'atoll avaient fréquemment besoin d'un tel équipement. Mes souvenirs du maître d'équipage Jim Santee, qui était en charge pendant la construction de l'unité 82, sont moins chers.

Peu de temps après la mise en service de la station, nous avons acquis une chienne, Augie, qui avait un corps de doberman mais avait la taille d'un terrier. Elle est rapidement devenue un animal de compagnie très apprécié et lorsque l'occasion s'est présentée, nous nous sommes arrangés pour la faire accoupler avec un bâtard mâle indescriptible sur une station de son de la Navy près de l'île Bascomb. Elle a accouché de six chiots, dont aucun n'était identique. Nous avons trouvé des logements pour quatre d'entre eux, en conservant deux, Bruno et Tippy. Le premier était un mâle et l'un des animaux les plus stupides que j'aie jamais connus. Ce dernier était absolument intrépide.

Je dois admettre que j'ai oublié les noms de la plupart des hommes avec qui j'ai servi dans l'unité 82. Ceux dont je me souviens sont Harry "Tiny" McGowan, Charlie Schoenmehl, Heuer Grandstaff, Fred Scheffe, Bob Rich, Ken Klingerman, Kip Owen , Milton Hershkowitz, Joe Gabay, Paul Mahoney, "Red" Whitcomb et Merton Glutting. Maintenant que j'ai atteint mon 83e jalon, ma mémoire s'estompe. Je ne sais pas combien d'entre eux sont encore en vie !

J'ai passé le réveillon du Nouvel An 1945 à Honolulu et quelques jours plus tard, Walter Steinke et moi sommes allés à la caserne Aiea de la Navy pour attendre une promenade en bateau aux États-Unis. Nous avons finalement embarqué sur un transporteur d'escorte qui se dirigeait vers San Diego. Ils ont été accueillis par un SPAR, qui nous a conduits jusqu'à Long Beach dans un break. Là, on m'a dit que je pouvais rentrer chez moi immédiatement en congé de réadaptation, mais je devais payer moi-même. Cependant, si j'étais prêt à attendre l'arrivée des commandes à ma prochaine gare, les garde-côtes paieraient mon billet de train et je pourrais prendre congé en cours de route. J'ai opté pour ce dernier et j'ai passé une semaine très agréable dans la région de LA jusqu'à ce que je me dirige vers l'est pour Newburyport, Mass.

J'étais tout à fait certain que mon prochain lieu d'affectation serait l'unité 10 à Nantucket et c'est ce qui s'est passé. Un mois environ après mon rapport, j'ai accumulé suffisamment de points de décharge et j'ai été envoyé au centre de séparation de Constitution Wharf, à Boston. L'endroit était bondé de Coasties en attente de décharge et j'ai eu la possibilité de « faire la navette » entre mon domicile à Newburyport, Mass. et Boston pendant les deux jours où je devais être traité. (La Garde côtière a payé mon billet de train, qui était de 3 $ pour les deux allers-retours.)

Osmond R. Cummings,
Anciennement USCGR 617-791
A servi du 25 janvier 1943 au 22 mars 1946


Contenu

Activation - WWII - Occupation du Japon - Désactivation (1940-1947) [ modifier | modifier la source]

Activé le 1er avril 1940, à San Diego, en Californie, le 1er Bataillon, 8th Marines fut affecté à la 2nd Marine Brigade. La 2e brigade de marine a été rebaptisée le 1er février 1941, en tant que 2e division de marine. Le bataillon est affecté en décembre 1941 à la 2nd Marine Brigade, 2nd Marine Division. Déployés courant janvier 1942 aux Samoa américaines et détachés de la 2nd Marine Division, ils participèrent aux campagnes suivantes de la Seconde Guerre mondiale :

Les 4 et 5 novembre 1942 (D+90) le 8th Marines (1st,2nd,3rd BN's) dirigé par le colonel Richard H. Jeschke arriva des Samoa américaines, débarquant en renfort à Guadalcanal. Le 12 janvier, les Marines ont commencé leur avance avec le 8e Marines le long du rivage et le 2e Marines à l'intérieur des terres. Tout le long du front des compagnies d'assaut qui avançaient, la marche était rude. Les Japonais, restes de la division Sendai, ont été creusés dans les côtés d'une série de compartiments transversaux et leurs tirs ont pris les Marines sur le flanc alors qu'ils avançaient. Les progrès ont été lents malgré le soutien massif de l'artillerie et les tirs navals de quatre destroyers au large. En deux jours de combats acharnés, des lance-flammes ont été utilisés pour la première fois et des chars ont été mis en jeu. Le 2e Marines était maintenant relevé et le 6e Marines passa à l'attaque le long de la côte tandis que le 8e Marines reprenait l'avance à l'intérieur des terres. L'appui-feu naval, repéré par des officiers de marine à terre, s'est sensiblement amélioré. Le 15, les Américains, Army et Marine, atteignent l'objectif initial du corps. Dans la zone d'attaque des Marines, 600 Japonais sont morts. Le 8th Marines a été essentiellement pincé hors des lignes de front par un couloir d'attaque de plus en plus étroit alors que les montagnes et les collines de l'intérieur se rapprochaient du sentier côtier. Le 31 janvier, le 2e Marines et le 1er Bataillon, 8e Marines, embarquent sur le navire pour quitter Guadalcanal. Le 1er Bataillon du 8e Marines se dirigea vers Wellington, en Nouvelle-Zélande. Les pertes du 8e Régiment de Marines sur Guadalcanal ont été de 115 tués, 451 blessés et 9 disparus.

Le 1er Bataillon du 8e Marines a quitté l'USS&# 160Sheridan  (APA-51), est monté à bord des LVT et a attendu sur la ligne de départ. Regardant la bataille se dérouler depuis la mer en tant que réserve de la division, ils reçurent l'ordre de débarquer après plusieurs heures. Malheureusement, il y a eu pas mal de confusion et le mot n'est pas parvenu au commandant pendant un certain temps. Après 18 heures de mer, 1/8 s'est posé sur Red Beach 2 à 06h15 le 21 novembre 1943 (J+1). Dès que 1/8 a commencé son atterrissage, l'assaut meurtrier a commencé. Les LVT ne s'en sont pas mieux sortis que les débarquements du jour J et se sont rapidement enlisés dans le récif. Les hommes du 1/8 ont débarqué à l'extrême droite du Red 2 après avoir pataugé sur plus de 500 mètres à terre. En fin de compte, c'est le courage pur des survivants qui les a fait débarquer sous un feu croisé aussi infernal. Le major Hays a fait son rapport au colonel Shoup, le commandant nouvellement promu du 2e Régiment de Marines, à 08h00 avec environ la moitié de son équipe de débarquement. 1/8 avait subi plus de 300 victimes juste en essayant de débarquer, d'autres étaient dispersés tout le long de la plage et de la jetée. Pire, l'unité avait perdu tous ses lance-flammes, démolitions et armes lourdes. Le colonel Shoup ordonna au major Hays d'attaquer vers l'ouest, mais les deux hommes savaient que les armes légères et le courage seuls ne prévaudraient pas contre les positions fortifiées. Les Marines du 1/8 se sont battus toute la journée. Malgré la lenteur des progrès, le colonel Shoup a terminé son message de 16 heures au général Smith par la ligne suivante : « victimes : nombreuses. Pourcentage de morts : inconnu. Efficacité au combat : nous gagnons. »

Col.Edson a émis ses ordres d'attaque pour J+1 à 04h00. 1/8, attaché au 2nd Marines devait attaquer à la lumière du jour à l'ouest le long de la plage nord pour éliminer les poches de résistance japonaises entre les plages rouges 1 et 2. Sur la plage rouge 2, le major Hays a lancé son attaque rapidement à 07h00, attaquant vers l'ouest sur un front de trois sociétés. Des ingénieurs avec des charges de sacoche et des torpilles Bangalore ont aidé à neutraliser plusieurs positions japonaises à l'intérieur des terres, mais les points forts le long du rentrant étaient toujours dangereux. Les chars légers de la marine ont lancé des attaques frontales contre les fortifications, tirant même à bout portant leurs canons de 37 mm dans les embrasures, mais ils étaient inadéquats pour la tâche. L'un a été perdu sous le feu de l'ennemi et les deux autres ont été retirés. Hays a demandé une section de halftracks de 75 mm. L'un a été perdu presque immédiatement, mais l'autre a utilisé son canon plus lourd à un avantage considérable. Les compagnies du centre et du flanc gauche ont réussi à se replier derrière les principaux complexes, coupant efficacement les Japonais du reste de l'île. Le long de la plage, cependant, les progrès se mesuraient en mètres. Le point lumineux de la journée du 1/8 est arrivé en fin d'après-midi lorsqu'un petit groupe de Japonais a tenté une sortie des points forts contre les lignes de la Marine. Les hommes de Hays, enfin donnés de véritables cibles à l'air libre, abattent les attaquants en peu de temps.

Le combat le plus dur du quatrième jour (J+3) s'est déroulé sur la frontière Red Beach One/Two où le colonel Shoup a dirigé les forces combinées du 1/8 de Hays et du 3/2 de Schoettel contre les "points forts rentrants". Les défenseurs japonais dans ces positions étaient clairement les plus disciplinées - et les plus meurtrières - de l'île. De ces bunkers, les artilleurs anti-bateaux japonais avaient complètement perturbé les débarquements de quatre bataillons différents, et ils avaient presque tué le général Smith la veille. ces points forts étaient jonchés de LVT détruits et de corps gonflés. Le major Hays a finalement obtenu des lance-flammes (des ingénieurs de Crowe lorsque le LT 2/8 a reçu l'ordre de se retirer), et l'attaque du 1/8 de l'est s'est stabilisée, bien que laborieuse, Le major Schoettel, soucieux d'expier ce que certains percevaient comme un effort terne le jour J, pressa l'assaut du 3/2 de l'ouest et du sud. Pour boucler la boucle, Shoup ordonna à un peloton d'infanterie et à une paire de 75mm demi-trajet se dirige vers le récif pour garder les défenseurs coincés du lagon. Certains des Japonais ont commis le hara-kiri, le reste, épuisé, a combattu jusqu'au bout. Les Marines de Hays attaquaient ce complexe depuis leur débarquement le matin de J+1. Au cours de ces 48 heures, 1/8 a tiré 54 450 cartouches de munitions de fusil de calibre .30. Mais les vrais dégâts ont été causés par les armes spéciales des ingénieurs et le tir direct des half-tracks. La capture de la plus grande position, une casemate en béton près de la plage, a permis des approches plus faciles des bunkers restants. A 13h, tout était fini. Dans la poche Rouge 1/Rouge 2, il n'y avait pas de décompte précis des morts japonais.

Il y avait environ 1 000 Japonais vivants et combattant dans la nuit de J+2, 500 le matin de J+3 et il n'en restait plus que 50-100 lorsque l'île a été déclarée sécurisée à 13h30 J+3. La 2e division de marine a subi 894 morts au combat, 48 officiers et 846 hommes de troupe, et 84 autres survivants ont succombé plus tard à leurs blessures.

Après la bataille, le 1/8 et la 2e division de marine ont été expédiés vers la grande île d'Hawaï. 1/8 est resté à Hawaï pendant six mois, réaménagé et entraîné, jusqu'à ce qu'il soit appelé pour son prochain débarquement amphibie majeur, la bataille de Saipan dans les Mariannes en juin 1944.

Le 1er Bataillon du 8e Marines a débarqué avec le 8e Régiment de Marines à Green Beach le 15 juin 1944. La confusion sur les plages, en particulier dans la zone de la 2e Division de marines, a été aggravée par la force d'un courant de nord qui a provoqué l'assaut des bataillons du 6e et 8e Marines à débarquer à environ 400 mètres trop au nord. Cela a provoqué un élargissement de l'écart entre les 2e et 4e divisions de marine. À J+1, le 8e Marines se dirigea vers l'est dans les marais autour du lac Susupe. Le 20 juin, le 8e Marines fit volte face à l'est pour attaquer vers le nord dans les contreforts menant au mont Tapotchau. Le lendemain, les Marines attaquent tout le long de la ligne. Le 8e Marines s'est frayé un chemin douloureux dans le labyrinthe de crêtes et de ravins qui formaient les contreforts du mont Tapotchau. Du côté ouest de Saipan, la 2e division de marine a connu une journée mémorable le 25 juin. Dans une série de brillantes manœuvres tactiques, avec un bataillon du 8th Marines s'attaquant au versant oriental, un bataillon du 29th Marines (alors rattaché au 8th Marines) a pu s'infiltrer autour du flanc droit en file indienne derrière un écran de fumer et gagner le pic dominant sans perdre un seul homme. Au cours des jours suivants, le 8e Marines rencontra quatre petites collines fortement défendues par l'ennemi. En raison de leur taille par rapport au mont Tapotchau, ils étaient appelés « boutons ». Chacun a été nommé d'après un commandant de bataillon. Douloureusement, un par un, ils ont été agressés et emmenés au cours des jours suivants. Contournant la ville, la 2e division de marine se dirigea vers Flores Point, à mi-chemin de Tanapag. En cours de route, avec des uniformes sales, raides de sueur et de saleté après plus de deux semaines de combats acharnés, les Marines ont joyeusement plongé la tête et les mains dans les eaux fraîches de l'océan. Le 4 juillet, le 1/8 et la 2e division ont été transférés dans la force de réserve afin de se préparer à l'attaque de Tinian.

À 17h05 le 24 juillet (Jig Day), 1/8 a débarqué l'USS Calvert  (APA-32) et a commencé à débarquer à White Beach 1 à la demande du commandant de la 4e division de marine. Ils ont été demandés à 15h15, mais en raison de retards de communication, ils ne sont arrivés que le soir. Le 1/8 a été affecté à la réserve de la 4e division et a reçu l'ordre de soutenir le 24e Marines, en creusant à un endroit sur la ligne près du 2/24.

Le 25 juillet (Jig+1), le 1er bataillon du lieutenant-colonel Hays, 8th Marines a commencé la journée sous le contrôle du 24th Regiment. Ils reçurent l'ordre de relever le 1er Bataillon, 24e Marines, le long de la côte à l'extrême gauche de la tête de pont. Ce changement a été accompli à 09h20, presque au même moment où l'unité de Hays est revenue à son régiment parent, le 8th Marines nouvellement débarqué. Ce dernier, désormais rattaché à la 4e division, assuma le secteur le plus au nord du front avec 2 chars moyens et 2 chars légers (lance-flammes) du 2e bataillon de chars attachés. Le 8e régiment a alors commencé à lutter vers le nord en direction d'Ushi Point. Utilisant les mêmes tactiques que celles employées le long de la plage par le 24th Marines le Jig-Day, 1/8 soutenu par des amphibiens blindés à flot et des chars à terre, avançait lentement à travers le terrain côtier noueux et les sous-bois ressemblant à des collets. Les marines ont trouvé la zone jonchée de corps – les contre-attaquants japonais de la nuit précédente nécessitaient un examen attentif pour les survivants suicidaires. Au début, il n'y eut pas d'opposition, mais au fur et à mesure que l'unité avançait vers le nord, la résistance commença à se développer le long de la côte. Là, les survivants de la contre-attaque, retranchés dans le corail escarpé, ont tiré des rafales occasionnelles difficiles sur les Marines. À 11 h 15, l'avance s'était pratiquement immobilisée face à un noyau d'opposition particulièrement noueux près du bord de l'eau. Le terrain accidenté autour du point d'appui interdisait l'utilisation efficace de chars de soutien, et les amphibiens blindés, en raison de la configuration du rivage, ne pouvaient pas toucher la zone. Pour sortir de l'impasse, le lieutenant-colonel Hays ordonna à son bataillon de pivoter sur la gauche et de faire un arc de cercle vers la plage. Cette manœuvre, frappant l'ennemi à angle droit par rapport à la direction initiale de l'avance, a été couronnée de succès. En 15 minutes, une poche de 20 à 25 fusiliers bien dissimulés avait été réduite. Au fur et à mesure que le 8e Marines avançait, leur front s'étendait et à 11h30, le commandant, le colonel Wallace, ordonna à son 2e bataillon de monter sur la droite du 1er bataillon pour attaquer vers l'est. Cette zone comprenait la zone bâtie autour de l'aérodrome d'Ushi Point ainsi que la bande elle-même. Étant donné que la plupart des troupes japonaises initialement affectées à cette zone s'étaient dépensées contre le 1er Bataillon, 24e Marines, la nuit du Jig-Day, ils ne pouvaient s'opposer à cette attaque qu'avec des tirs occasionnels et inefficaces d'armes légères. L'avance a balayé rapidement la région. Le 1er bataillon a également pris de l'élan après avoir détruit le point d'appui de la plage et a poussé vers le nord-est le long de la côte. À la tombée de la nuit, le 8th Marines, ayant poussé à environ 200 mètres au-delà de l'objectif O-2, s'est arrêté et a soigneusement noué des lignes pour la nuit.

À 06h30 le 26 juillet (Jig+2), le 1/8 et le 8th Regiment ont reçu l'ordre de retourner au contrôle de la 2nd Marine Division afin de faciliter l'attaque de la journée. Avec le 8th Marines sur la gauche, la 2nd Marine Division a commencé à pousser vers l'est. Le 8e Marines a balayé rapidement les plaines d'Ushi Point. L'aérodrome avait été abandonné, mais les Marines ont soigneusement fouillé chaque position pour s'assurer qu'aucun ennemi n'était à l'affût. Vers midi, le colonel Wallace, commandant du 8e Marines, signala ses bataillons d'assaut (1er et 2e BN) sur la côte est. Le 8e régiment, maintenant désigné réserve de division, a commencé à rechercher les retardataires ennemis à l'ouest de l'objectif O-3. La poussée réussie de 2 500 verges de la 2e Division vers la côte est a maintenant permis à la force de débarquement d'attaquer dans une seule direction, le sud. Le 1/8 et le 8th Regiment restèrent la réserve divisionnaire jusqu'au 31 juillet.

La nuit du 31 juillet au 1er août s'est avérée la plus chargée du 1/8 et du 8th Regiment. Le succès de toute la division dépendait du succès du 8th Marines à atteindre les hauteurs de l'objectif O-8A. La course était difficile en raison de la montée raide, mais dans l'après-midi, un peloton de la compagnie A suivi d'un peloton de la compagnie C 1/8 a fait une percée et a atteint le sommet. Cette nuit-là, les Japonais ont lancé une contre-attaque locale vicieuse contre 1/8 de gauche. La situation a été de courte durée, une partie du front des Marines a même été repoussée de quelques mètres, mais les attaquants étaient trop peu nombreux pour la tâche qu'ils avaient assumée, et les Marines ont surmonté l'assaut. Les contre-attaques japonaises se sont poursuivies toute la nuit, sondant les écarts de 1/8 dans la ligne. Ils ont résolu le problème en enfilant du fil d'accordéon entre les trous de renard.

À 14h55 le 1er août, le 8th Marines a atteint son objectif final avec seulement une résistance sporadique. 1/8 s'est alors vu attribuer la part du lion des opérations de nettoyage.

Le 6 août, le 8e Marines a assumé la responsabilité de l'ensemble du secteur de la 2e Division et a continué les activités de nettoyage. Le lendemain, le régiment a également pris le contrôle de la zone de la 4e division, en relève le 23e Marines, qui patrouillait dans ce secteur depuis le 4 août.

À midi, le 10 août, le 8th Marines est devenu une partie du commandement de l'île de Tinian, mais les opérations de ratissage se sont poursuivies.

Le 25 octobre, les 8e Marines laissèrent le 1er Bataillon du 8e Marines sur Tinian et retournèrent à Saipan. Après cinq mois de service de garnison, le 1/8 quitta Tinian et retourna à Saipan le 1er janvier 1945. Pour le 8e Régiment de Marines, la sécurisation de Tinian a coûté 36 KIA et 294 WIA, les pertes les plus élevées des cinq régiments affectés à la 2e division de marine.

Tinian avait une importance stratégique qui n'était pas tout à fait apparente pour les Marines qui la capturèrent en juillet 1944 : un peu plus d'un an plus tard, le 6 août 1945, l'île offrit à l'Army Air Force un site à partir duquel le B-29 Enola Gay effectua le bombardement atomique. d'Hiroshima. Du même champ trois jours plus tard, un autre B-29 transportait une deuxième bombe, qui a été larguée sur Nagasaki.

La 2e division de marine (dont 1/8) est restée comme réserve amphibie du 1er au 10 avril 1945, date à laquelle elle a été renvoyée à Saipan pour minimiser les pertes causées par les attaques kamikazes au large des côtes d'Okinawa.

Fin mai, le 8e Marines de la 2e Division de marines a finalement obtenu un rôle significatif dans les dernières semaines de la campagne d'Okinawa. Le colonel Clarence R. Wallace et son 8e Marines, avec le lieutenant-colonel Richard W. Hayward à la tête du 1/8, sont arrivés de Saipan et se sont engagés dans la campagne.

Entre le 3 et le 9 juin, le 1/8 et le 8e Marines ont effectué des débarquements amphibies pour capturer deux îles périphériques, Iheya Shima et Aguni Shima. Le but de la mission était de fournir plus de sites radar d'alerte précoce contre les kamikazes dévastant la flotte navale au large. Aucun contact ennemi n'a été établi sur l'opération, mais 1/8 a subi 2 Marines KIA et 14 WIA de courts tirs d'artillerie navale et d'artillerie de roquettes lors des premiers débarquements sur Iheya Shima.

Après les missions à Iheya Shima et Aguni Shima, le général Geiger a affecté le 8e Marines, 1/8 inclus, à la 1re Division de marines, et le 18 juin, ils avaient relevé le 7e Marines et balayaient vers le sud-est pour les derniers assauts terrestres dans le sud. .

Le lieutenant-général de l'armée Simon Buckner, commandant de l'opération d'Okinawa, s'est intéressé à l'observation du 8th Marines car c'était la première fois qu'il participait à Okinawa depuis que le régiment est entré dans les lignes dans la course vers le sud. Buckner se rendit à un poste d'observation avancé le 18 juin, observant le 8e Marines avancer le long du fond de la vallée. Les artilleurs japonais sur la crête opposée ont vu le groupe officiel et se sont ouverts. Des obus ont frappé l'affleurement de corail voisin, projetant un éclat mortel dans la poitrine du général. Il est mort en 10 minutes, l'un des rares officiers supérieurs américains à être tué au combat pendant la Seconde Guerre mondiale. Le général de marine Geiger a pris le relais, déclarant la résistance organisée sur l'île le 21 juin.

Le 1/8 et le 8th Marines, rattachés à la 1st Marine Division, ont reçu la Presidential Unit Citation pour leur participation à la campagne d'Okinawa. Ils retourneraient à Saipan, jusqu'à ce qu'ils soient appelés pour le devoir d'occupation au Japon

1/8 déployé en septembre 1945 à Nagasaki, au Japon, et a participé à l'occupation du Japon de septembre 1945 à juin 1946. Le 18 octobre, toutes les unités du 8e Marines s'étaient établies dans et autour de Kumamoto et avaient commencé le désormais familier processus d'inventaire et de disposition. Le 29 octobre, un convoi motorisé transportant la majeure partie du 1/8 s'est déplacé de Kumamoto vers la ville de Kagoshima pour prendre le contrôle de l'ouest de Kagoshima. Le bataillon a dû recommencer la routine de reconnaissance, d'inspection, d'inventaire et de disposition qui l'avait occupé deux fois auparavant. Au début de 1946, la 2e division de marines a commencé à prendre le contrôle de zones autrefois occupées par des unités de l'armée qui seront bientôt désactivées. Ils ont déménagé de juin à juillet 1946 à Camp Lejeune, en Caroline du Nord, et ont été désactivés le 18 novembre 1947.

Réactivation - La guerre froide (1950-1990) [ modifier | modifier la source]

Le bataillon a été réactivé le 1er novembre 1950, à Camp Lejeune, en Caroline du Nord, sous le nom de 1er Bataillon, 8e Marines et affecté à la 2e Division de marines. Il s'est déployé en Méditerranée et dans les Caraïbes à divers moments des années 1950 aux années 1990.

Le BLT 1/8 avait déjà été déployé en Méditerranée depuis le 9 janvier et devait revenir aux États-Unis, mais en raison des troubles au Liban, leur déploiement a été prolongé. A 09h00, le 18 juillet, le troisième bataillon (2/2 et 3/6 étant les deux premiers) de la 2d Provisional Marine Force, BLT 1/8 sous les ordres du lieutenant-colonel John H. Brickley, a débarqué à Yellow Beach, à quatre milles au nord de Beyrouth, où ils sont restés et ont renforcé leurs positions. Le 21 juillet 1958, le BLT 1/8 a reçu l'autorisation de commencer des patrouilles motorisées. Les patrouilles ont reconnu jusqu'à 20 milles à l'est de la position du 1/8 au nord de la ville. Le plus gros problème médical auquel étaient confrontés les Marines au Liban était l'épidémie de dysenterie. Au cours de la période du 18 au 31 juillet, le BLT 1/8 à lui seul a subi 48 cas. Le 14 août, 1/8 a repris l'ancien poste de 2/2 où il est resté jusqu'à son départ en septembre.

Le 20 octobre 1962, 1/8 reçut des commandes à la base navale de Guantanamo Bay, à Cuba. Le 22 octobre 1962, le 1er Bataillon du 8e Marines est arrivé en échelon à la base aéronavale de Guantanamo Bay. Les compagnies de ligne ont pris des positions défensives à Leeward Point, à l'exception de la compagnie B, qui a pris position du côté au vent. La mission de 1/8 était la défense de l'aérodrome jusqu'à sa relève. Le 18 novembre 1962, le président Kennedy lève le blocus naval de Cuba. Le 6 décembre 1962, il a été annoncé que 1/8 serait transporté par avion à Cherry Point, NC avant le 12 décembre 1963. La compagnie A (Rein) est restée à Leeward Point jusqu'au 7 janvier 1963 environ. 1/8 a subi deux pertes (WIA) en raison de un incident de tir ami le 7 novembre alors qu'une sentinelle enquêtait sur un silence téléphonique à l'avant-poste Atchoum.

Le 2 mai 1965, le 1er Bataillon, 8e Marines avait été désigné comme bataillon d'alerte de transport aérien sous le commandement du lieutenant-colonel Edward F Danowitz. Le premier incrément est parti peu après minuit à bord des C-130 pour la base aérienne de San Isidro. Les principaux éléments du bataillon, constitués du lieutenant-colonel Danowitz et de la compagnie D, ont atterri à l'aérodrome à 5 h 20 le 3 mai 1965. À 21 h, tout le bataillon était à Saint-Domingue, en République dominicaine.

Le 4 mai 1965, sur ordre du RLT-6, le 1er Bataillon, 8e Marines a été transporté par hélicoptères de San Isidro à LZ-4 où il a établi son poste de commandement dans la Belle Vista Golf House située à côté de l'hôtel Embajador. Pendant les trois jours suivants, les véhicules du bataillon et des unités rattachées se sont déplacés dans le LOC nouvellement ouvert avec tout l'équipement et les fournitures des équipes de débarquement. Le bataillon a été chargé d'assurer la sécurité dans sa zone de responsabilité autour du terrain de golf et de fournir un officier et 60 hommes du rang pour la sécurité de la zone de ravitaillement de la plage (Red Beach) à Haina. Le 3e Bataillon du 6e Marines a été relevé par le 1er Bataillon du 8e Marines le 10 mai 1965. Après avoir emménagé dans ses nouvelles positions, le 1/8 a reçu l'ordre de redresser la limite est le long de la ligne de phase LE CAIRE. Le bataillon a également assumé la responsabilité d'assurer la sécurité de l'ambassade américaine. Le retrait définitif des unités de marine a commencé le 2 juin 1965. Le 1er bataillon du 8e de marine a été relevé par le 1er bataillon du 325e d'infanterie aéroportée de l'armée américaine. 1/8 embarqué à bord de l'USS Monrovia (APA-31) et le navire a quitté la région pour Morehead City, en Caroline du Nord, et est arrivé le 6 juin. 1/8 a subi 4 Marines blessés au combat (WIA) pendant la campagne.

Force multinationale au Liban - Bombardement des casernes de Beyrouth (1983) [modifier | modifier la source]

  • Le bataillon a participé dans le cadre de la force multinationale de maintien de la paix au Liban, de mai à novembre 1983. Le dimanche matin à 06h22, le 23 octobre 1983, Battalion Landing Team 1/8, l'élément de combat au sol de la 24e Marine Amphibious Unit, a été la principale victime de ce que l'on a appelé l'attentat à la bombe de Beyrouth lorsqu'un camion chargé de 12 000 livres d'explosifs s'est écrasé à travers les portes du siège du BLT à l'aéroport de Beyrouth, au Liban. Les pertes ce jour-là étaient 220 Marines, 18 marins et 3 soldats tués avec 100 autres blessés. La majorité de ces victimes étaient du 1/8.

Opération Bouclier du désert et Tempête du désert (1990-1991) [modifier | modifier la source]

En décembre 1990, 1/8 s'est déployé en Arabie saoudite dans le cadre de l'opération Desert Shield où ils sont restés jusqu'au début de l'opération Desert Storm en février 1991. Le 24 février 1991 (Jour G) à 06h15, le 1er Bataillon du 8e Marines, qui a été désigné comme l'un des de trois bataillons d'assaut ouvrant la voie à la 2e division de marines, se trouvant au bord de la ceinture d'obstacles dans les voies vertes 5 et 6. Les ceintures défensives de l'ennemi se composaient des deux champs de mines et des obstacles métalliques notés dans les rapports de renseignement antérieurs. Les voies vertes, portant 1/8 n'ont pas été aussi rapidement dégagées que les voies rouges et bleues.Plusieurs des véhicules du génie avaient heurté des mines et avaient été mis hors de combat. Les charges de ligne s'étaient accrochées aux lignes électriques aériennes ou n'avaient pas explosé.

Sur le flanc droit, le 1er Bataillon, 8e Marines, rencontrait des troupes irakiennes dans des positions entre les deux champs de mines. La compagnie A avait pour mission de garder le flanc du bataillon dans cette zone en conséquence, le 3e Peloton a reçu l'ordre de sécuriser un bâtiment, entouré d'une clôture grillagée, situé à 800 mètres à l'est. Le peloton était monté dans des véhicules amphibies d'assaut. Alors qu'ils s'approchaient à moins de 300 mètres du bâtiment, les soldats irakiens à l'intérieur ont ouvert le feu avec des grenades propulsées par fusée. Le peloton a mis pied à terre et, sous le couvert des mitrailleuses de calibre .50 des véhicules, a attaqué par des volées de grenades. À moins de 100 mètres du bâtiment, le peloton a été immobilisé par des tirs d'armes automatiques. La 3e escouade reçut l'ordre d'attaquer le bâtiment tandis que le reste du peloton se couchait pour couvrir les incendies. À la vue des Irakiens et sous le feu, le sergent William J. Warren, chef de la 3e escouade, s'est levé et s'est déplacé parmi ses équipes de pompiers, donnant des ordres et encourageant ses hommes. Il a manœuvré ses équipes à moins de 20 mètres du bâtiment, puis a mené un assaut à travers un trou dans la clôture. Lorsque l'escouade est entrée dans le bâtiment, les troupes irakiennes se sont enfuies, cherchant à s'échapper à travers le désert. À 10 h 20 ce matin-là, les trois bataillons d'assaut (1/6, 1/8 et 2/2) de la 2e division de marine signalaient qu'ils étaient en contact avec l'ennemi. Sur la droite, 1/8 traversait toujours la brèche sur les voies vertes 5 et 6. Il s'est ensuite déplacé vers une position de la taille d'une brigade irakienne dans laquelle il a détruit un grand nombre de chars et de véhicules blindés. À la tombée de la nuit du premier jour de la guerre terrestre, le 1/8 avait atteint l'intention du général Key et réussi à franchir les brèches.

Le 25 février 1991 (G+1) à 06h20 la « contre-attaque du réveil » a commencé. Manœuvrant apparemment pour frapper les trains logistiques du régiment, une unité irakienne de chars et d'infanterie mécanisée de la taille d'un bataillon est entrée en collision avec le 1er Bataillon du 8e Marines. En ripostant avec ses propres chars attachés et son soutien aérien, le bataillon a fait 39 "tueries" de chars et APC irakiens. Dans les premières minutes cruciales de cette attaque, le sergent Scott A. Dotson a dirigé sa section TOW montée sur véhicule jusqu'aux positions à partir desquelles elle pourrait engager le plus efficacement les blindés ennemis. Bien que sous le feu nourri lui-même, en quelques minutes, cette section avait détruit huit chars irakiens. Cette attaque peut avoir fait partie d'une contre-attaque de la taille d'une brigade, sa perturbation a poussé les survivants ennemis à se déplacer dans des positions préparées, où ils seraient rencontrés le lendemain. Comme les 8th Marines (1/8, 2/4 et 3/23) se sont positionnés sur le flanc droit de la zone de la 2nd Marine Division, certains ajustements ont dû être faits. 1/8 a été rendu au contrôle opérationnel de son régiment parent à la tombée de la nuit puisqu'il était déjà dans la zone du 8th Marines, aucun mouvement n'était nécessaire. Au cours de l'attaque du matin, le 1er bataillon du 8e Marines avançait en tant que bataillon le plus à l'est de la division.

Le troisième jour de la guerre terrestre, le 26 février 1991 (G+2), a également commencé par un engagement antichar. Tout au long de la matinée, tous les éléments de la division rapportaient les mouvements et les engagements avec les formations ennemies. Cependant, le 1er Bataillon du 8e Marines devait à nouveau être au centre de l'attention de l'ennemi. Le bataillon était arrivé le long de Phase Line Horse la veille au soir (25 février) et était le bataillon de flanc droit de l'ensemble de la 2e division de marine. Le commandant, le lieutenant-colonel Bruce A. Gombar, avait placé son bataillon dans une position défensive en forme de L pour la nuit, afin de sécuriser ce flanc est. L'unité était installée le long de deux routes, la route principale nord-sud menant de Koweït City, et une route est-ouest la coupant juste au-dessus de la zone du « cube de glace ». La compagnie A était à la droite du bataillon, face à l'est, et soutenue par une équipe combinée anti-blindés. Au centre se trouvait la compagnie de chars rattachée au bataillon, la compagnie B du 4e bataillon de chars, qui était installée le long de l'intersection des deux routes. Sur la gauche se trouvait la compagnie C, 1/8 également soutenue par une équipe antiblindés de pelotons d'armes, complétée par une unité antichar TOW attachée. A 02:30 1/8 a été frappé par une attaque à deux volets d'APC et d'infanterie débarquée venant du nord-est et du nord-ouest. L'attaque a touché le carrefour tenu par la compagnie de chars et la limite entre le 1/8 et le 2/4 qui a été fixée au « glaçon ». Le flanc est du bataillon a également reçu des tirs d'artillerie précis, faisant cinq victimes. Les chars du bataillon et le peloton CAT ont travaillé très efficacement pour repousser cette attaque. Ils ont détruit plusieurs véhicules blindés ennemis, certains d'entre eux à seulement 75 mètres des positions de combat. Pour atteindre les objectifs finaux, 1/8 a été placé à l'extrême droite de la division, à égalité avec le 1er bataillon du 5e Marines de la 1re division de marines. Le bataillon visait deux petites collines, à partir desquelles il pouvait contrôler la route, comme objectifs. Près de ceux-ci se trouvait un point d'appui irakien présumé dans une zone agricole connue sous le nom de « ferme laitière ». L'artillerie a lancé des missions de préparation sur cette zone alors que les compagnies commençaient leurs derniers assauts contre leurs objectifs. Dans l'obscurité grandissante, la progression du bataillon ralentit alors qu'il entrait dans la nature de plus en plus restrictive d'une zone plus urbaine. À 18h00 le 26 février, 1/8 avait sécurisé sa section de la route et établi des embuscades antichars le long de celle-ci. Dans son mouvement vers le nord, le 1er Bataillon du 8e Marines contourna certaines formations irakiennes. Avec Al Jahrah sécurisé à la tombée de la nuit et les forces arabes contournant la division le 27 février 1991, l'action de la journée serait la dernière de la guerre. Pendant la guerre, les unités suivantes étaient rattachées au 1/8 : Compagnie B, 4th Tank Battalion Company C, 2d Combat Engineer Battalion Company D, 2d Assault Amphibian Battalion.

À la mi-mars, le 1/8 se préparait à retourner en Arabie saoudite et en avril, ils se préparaient à se redéployer à Camp Lejeune, en Caroline du Nord. Le coût pour la 2e division de marine était de six tués au combat et 38 blessés. Il y a également eu trois morts hors combat et 36 blessés hors combat.

Opérations ultérieures (1991-2001) [ modifier | modifier la source]

  • Des éléments du 1/8 ont participé au soutien de l'opération Restore Hope en Somalie - 1992 - 1993.
  • Des éléments du 1/8 ont participé au "Cease Fire" en Asie du Sud-Ouest avec l'ARG 3-93 à bord de l'USS Guadalcanal dans la mer Rouge et le golfe d'Eden - 17 octobre 1993 et ​​10 novembre 1993.
  • Les éléments ont participé à l'appui de l'opération Provide Promise et de l'opération Deny Flight en Bosnie, de septembre à octobre 1993 et ​​de janvier 1994.
  • Des éléments du 1/8 ont participé à l'opération Sea Signal à Cuba, de juin à juillet 1994.
  • Des éléments du 1/8 ont participé à l'appui de l'opération Support Democracy, Caribbean Area, mai-juillet 1994.
  • En avril 1997, le 1er Bataillon du 8e Marines a mené une opération d'évacuation de non-combattants (NEO) d'Américains et d'alliés de l'ambassade à Tirana, en Albanie, lors de l'opération Silver Wake.
  • Juste au moment où l'opération Silver Wake terminait, les Marines du quartier général et de la compagnie de services, la compagnie Alpha, la compagnie Bravo et la compagnie d'armes ont été envoyées au large des côtes du Zaïre/Congo pour l'opération Guardian Retrieval.
  • Au cours des années 1990, dans le cadre de la 26e Marine Expeditionary Unit (26e MEU), le bataillon a participé à l'opération Joint Guard dans le cadre de l'IFOR (International Forces of Readiness) puis de la SFOR (Supplementary Forces of Readiness) dans les Balkans et leurs eaux environnantes. .
  • Déployés fin 2000 en tant que BLT de la 22e MEU, des éléments du 1/8 se sont déployés au Kosovo (Charlie Company Reinforced) et en Croatie (Compagnies A et B) dans le cadre de l'opération Joint Guardian.

Guerre mondiale contre le terrorisme et opérations supplémentaires (2001-présent) [ modifier | modifier la source]

Le 5 mars 2003, l'équipe de débarquement du bataillon (BLT) 1/8 a quitté Camp Lejeune, en Caroline du Nord, avec la 26e Marine Expeditionary Unit (MEU) à bord de l'U.S.S. Iwo Jima (LHD-7), États-Unis Nashville (LPD-13) et U.S.S. Carter-Hall (LSD-50). Le 26e MEU a navigué directement vers la mer Méditerranée orientale afin de se préparer à l'invasion potentielle de l'Irak. À la suite du refus du gouvernement turc d'utiliser son pays pour une invasion du nord, le BLT 1/8 a été contraint de se déployer depuis la Crète et de parcourir près de 1 100 milles via l'avion de transport US Marine C-130 et à 440 milles de l'extrême est de la Méditerranée via CH -53 et CH-46 dans le nord de l'Irak. Le 12 avril, le bataillon a commencé des opérations de combat à Erbil et à Mossoul, en Irak, dans le cadre de la Force opérationnelle interarmées d'opérations spéciales - Nord (TF - Viking) pour l'opération Iraqi Freedom. Au cours des opérations de combat en Irak, 1/8 a subi 1 Marine blessé au combat (WIA) le 21 avril 2003 du peloton de mortiers de 81 mm de la compagnie d'armes lors d'une attaque de sondage nocturne sur l'aéroport de Mossoul. Le 1er mai 2003, le bataillon a été relevé par la 101e division aéroportée de l'armée américaine. Le bataillon s'est retiré de Mossoul, en Irak, et est retourné à l'ARG Iwo Jima en attente dans la mer Méditerranée.

Le bataillon s'est déployé en juin 2004 en Irak dans le cadre de l'équipe de combat régimentaire 1 et plus tard du RCT-7, 1re division de marines (renforcée). De juin 2004 à janvier 2005, 1/8 a mené des opérations de combat dans la province d'Al Anbar dans la zone d'opérations (AO) Denver et plus tard AO Raleigh, y compris des opérations à Rawa, Anah, Little Anah, Haditha, Baghdadi, Barwana, Abu Buyatt, ASP Wolf, Hit, Al Asad, Haqlanyih, Karmah, Naser Wa Saleem, Abu Ghuraib et Fallujah.

Les Marines américains se préparent à partir en patrouille dans la ville de Fallujah, en Irak, pour débarrasser la ville des activités d'insurgés et des caches d'armes dans le cadre de l'opération al Fajr (New Dawn) le 26 novembre 2004.

Le 1er BN 8e MAR était l'un des bataillons de tête pendant l'opération Phantom Fury du 8 novembre au 9 décembre 2004 menant l'assaut sur Fallujah. Au cours des opérations de combat en Irak de juin 2004 à janvier 2005, le 1er Bataillon du 8e Marines (renforcé) a subi 21 Marines tués au combat (KIA) et près de 150 Marines blessés au combat (WIA) avec 17 KIA et 102 WIA à venir en trois semaines à Fallujah en novembre 2004. 1/8 a effectué une relève sur place avec leur bataillon jumeau 3/8 et est retourné à Camp Lejeune le 1er février 2005.

Deux Marines tentent de récupérer un autre blessé 1/8 Marine. Pendant l'opération Phantom Fury, novembre 2004.

Du 6 juin au 6 décembre 2006, le 1/8 était l'équipe de débarquement du bataillon de la 24e unité expéditionnaire de marines. Divers éléments de la MEU se sont entraînés dans 12 pays différents et ont mené des opérations de combat en Irak. Un Marine du 1/8 Scout Sniper Platoon a été tué au combat et plusieurs autres 1/8 Marines et un Corpsman ont été blessés le 1er novembre 2006, alors qu'ils menaient des opérations à Haditha, en Irak.

En septembre 2007, le bataillon s'est à nouveau déployé dans la province d'Al Anbar à Ar-Ramadi, en Irak, à l'appui de l'opération Iraqi Freedom. Le bataillon a subi un Marine tué au combat et de nombreux autres blessés au cours des opérations de combat. Le bataillon a joué un rôle déterminant dans le refus de la liberté de mouvement de l'ennemi et, par conséquent, la violence dans la ville ravagée par la guerre a diminué.

En 2009, 1/8 est retourné en Irak pour sa cinquième rotation à l'appui de l'opération Iraqi Freedom. En juin, le bataillon a perdu un Marine en raison d'une blessure non hostile. CAMPAGNE D'AFGHANISTAN

En août 2010, 1er Bataillon, 8e Marines déployés à Musa'Qaleh et maintenant Zad, Afghanistan dans le cadre de l'opération Enduring Freedom 10-2, Regimental Combat Team 2, FIRST Marine Division (avant), I Marine Expeditionary Force (avant) Afghanistan comme partie de la Force internationale d'assistance à la sécurité. Les performances de l'unité dans les opérations anti-insurrectionnelles dans les deux districts ont été essentielles à la stabilisation de la région et au développement des forces de sécurité nationales afghanes. 1/8 a subi la perte de cinq Marines et d'un membre du corps de l'hôpital de la Marine qui ont été tués au combat et de nombreux autres blessés au combat lors de leur déploiement dans la province d'Helmand.

En janvier 2012, le 1er Bataillon, 8e Marines déployés en Afghanistan à nouveau pour mener des opérations de contre-insurrection dans le nord de la province d'Helmand. En août 2012, le 1er Bataillon du 8e Marines est retourné au MCB Camp Lejeune, en Caroline du Nord. 1/8 a subi trois Marines et un Navy Hospital Corpsman tués au combat lors de leur déploiement dans la province d'Helmand.

Les Marines jettent un œil à leurs cibles après une formation au tir

OPÉRATIONS SUPPLÉMENTAIRES

Après avoir quitté Mossoul, l'Iraq 1/8 a reçu des escales vers la Crète, Malte et l'Italie, le BLT 1/8 a ensuite participé à des exercices d'entraînement en Albanie et à Djibouti à l'été 2003, tout en restant dans le golfe Persique à bord du navire en tant que une force de réserve pour le commandement central américain. Alors qu'il se trouvait dans le golfe Persique, le MEU a reçu une escale vers les Émérites arabes unis.

Alors que la situation commençait à se détériorer rapidement, 1/8 et la 26e MEU ont été commandés au Libéria. Le MEU a quitté les côtes de l'Éthiopie et de la Corne de l'Afrique, est revenu par le canal de Suez et a pris position au large des côtes de la nation ouest-africaine. Dans une impressionnante démonstration de force, l'U.S.S. Iwo Jima Amphibious Ready Group a navigué en ligne à environ 3 milles au large des côtes du Libéria. Le 14 août 2003, des éléments du bataillon ont finalement été introduits à l'aéroport international Roberts et au port franc de Monrovia sur l'île de Bushrod à l'extérieur de Monrovia, au Libéria, dans le cadre de l'opération Shining Sky. Une compagnie de fusiliers du 1/8 et des unités de soutien de la 26e MEU ont mené des opérations de sécurité de l'aérodrome dans le cadre de la Force opérationnelle interarmées au Libéria dans le but d'empêcher les factions rebelles d'évincer le président Charles Taylor et de rassurer la paix précaire.

Après des visites portuaires à Rota, en Espagne et à Lisbonne, au Portugal, où des Marines et des marins de la 26e MEU ont occupé les rails, le bataillon est finalement retourné à Camp Lejeune à l'occasion du 20e anniversaire de l'attentat à la bombe contre la caserne de Beyrouth le 23 octobre 2003.

Tout en servant de force de préparation rapide, 1/8 a été appelé pour aider à assurer la sécurité et effectuer des opérations humanitaires à la Nouvelle-Orléans après la dévastation de la tempête de catégorie 5. Un petit contingent de Marines de la Compagnie Alpha a été autorisé à se rendre en Alabama afin de réparer les dommages causés par la tempête à la maison de la mère de A Co. 1/8 Marine Bradley Faircloth.

Le 6 juin 2006, le 1er Bataillon du 8e Marines a été déployé en tant qu'élément de combat au sol de la 24e Marine Expeditionary Unit. Le 18 juillet 2006, il a été annoncé que la 24e MEU, ainsi que le groupe expéditionnaire d'Iwo Jima, seraient dirigés vers le Liban, pour aider à l'évacuation de près de 15 000 ressortissants américains qui s'étaient retrouvés piégés au Liban, à la suite d'une série d'attaques israéliennes des grèves qui ont rendu l'aéroport international de Beyrouth non opérationnel et détruit de la même manière un certain nombre de routes principales hors du pays. Cela deviendrait connu comme la plus grande évacuation de citoyens américains d'un pays étranger depuis la guerre du Vietnam.

Prix ​​et distinctions [modifier | modifier la source]

  • Presidential Unit Citation Streamer avec deux étoiles de bronze - 1942 Guadalcanal, 1943 Tarawa, 1945 Okinawa
  • Navy Unit Commendation Streamer avec 2 étoiles de bronze - 1983 Liban, 2003 Irak, 2004-05 Irak
  • Streamer de mention élogieuse de l'unité méritoire - 1997 Albanie
  • Marine Corps Expeditionary Streamer avec 1 étoile de bronze - 1958 Liban, 1983 Liban
  • Streamer du service de défense américain - 1940-1941
  • Streamer de la campagne américaine - 1941-45
  • Streamer de la campagne du Pacifique asiatique avec 1 étoile d'argent - 1942 Guadalcanal, 1943 Tarawa, 1944 Saipan, 1944 Tinian et 1945 Okinawa
  • Streamer Victory WWII - 1941-45
  • Marine/USMC Occupation Streamer avec fermoir ASIA - Occupation du Japon oct. 1945 - juin 1946
  • Streamer du Service de la défense nationale avec 3 étoiles de bronze - 27 juin 1950 - 27 juillet 1954 1er janvier 1961 - 14 août 1974 2 août 1990 - 30 novembre 1995 11 septembre 2001 - aujourd'hui
  • Streamer expéditionnaire des forces armées avec 2 étoiles de bronze - 1962 Crise des missiles de Cuba, 1965 Intervention en République dominicaine, 1993 Somalie
  • Streamer de campagne d'Asie du Sud-Ouest avec 2 étoiles de bronze - Défense de l'Arabie saoudite : 2 août 1990 16 janvier 1991 Libération et défense du Koweït : 17 janvier 1991 11 avril
  • Afghanistan Campaign Streamer avec 2 étoiles de bronze - Phase 4 : Consolidation III – 1er décembre 2009 au 30 juin 2011 Phase 5 : Transition I – 1er juillet 2011 au 31 décembre 2014
  • Iraq Campaign Streamer avec 1 étoile d'argent - Phase 1 : Libération de l'Irak - 19 mars - 1er mai 2003 Phase 2 : Transition de l'Irak - 2 mai 2003 au 28 juin 2004 Phase 3 : Gouvernance irakienne - 29 juin 2004 au 15 décembre 2005 Phase 4 : Résolution nationale – 16 décembre 2005 au 9 janvier 2007 Phase 6 : Souveraineté irakienne – 1er janvier 2009 au 31 août 2010
  • Streamer expéditionnaire de la guerre mondiale contre le terrorisme - 2003 Corne de l'Afrique - Djibouti, la mer Rouge et le golfe Persique
  • Streamer du service de guerre mondiale contre le terrorisme - 2001 à aujourd'hui

---RÉCOMPENSES PERSONNELLES DES MEMBRES DU 1er BATAILLON DU 8ÈME MARINES (décerné pour des actions alors qu'il faisait partie du 1/8)---

  • REMARQUE - Cette liste n'est pas exhaustive et ne doit pas être utilisée comme source unique pour vérifier les récompenses.

Récipiendaires de la MÉDAILLE DE LA CROIX DE LA MARINE

  • Soldat de première classe Clarence Lee Evans - Compagnie A, 1er Bataillon 8e Marines, décerné (à titre posthume) pour des actions sur Guadalcanal, Îles Salomon, 23 novembre 1942. Pour plus d'informations : http://valor.militarytimes.com/recipient.php?recipientid= 7517. Un destroyer d'escorte de classe Cannon, l'USS Clarence L. Evans (DE-113) (parrainé par une Mme E. E. Evans), a été nommé en son honneur. Le navire a servi la marine américaine de juin 1944 à mai 1947. Il a été transféré à la marine française dans le cadre d'un programme de prêt militaire en 1952. Le navire a été démoli en 1960.
  • Soldat William F. Richey - Compagnie A, 1er Bataillon 8e Marines (Rein.), décerné (à titre posthume) pour des actions à Guadalcanal, Îles Salomon, le 23 novembre 1942. Pour la citation complète : http://valor.militarytimes.com/recipient.php ?id_destinataire=7719
  • REMARQUE - Un troisième Marine s'est porté volontaire avec PFC Evans et PVT Richey, mais son nom a été perdu dans l'histoire. On ne sait pas si lui aussi a été reconnu pour ses actions ce jour-là à Guadalcanal.
  • 2nd Lieutenant Mark Tomlinson - Company A, 1st Battalion 8th Marines, décerné (à titre posthume) pour des actions sur l'île de Betio, atoll de Tarawa, îles Gilbert, le 21 novembre 1943. Pour une citation complète : http://valor.militarytimes.com/recipient.php ? id_destinataire=7884
  • Sergent de section Frank W. Justice - Compagnie A, 1er Bataillon, 8e Marines, décerné pour des actions à Tinian, îles Mariannes du Nord, le 31 juillet 1944. Pour la citation complète : http://valor.militarytimes.com/recipient.php?recipientid=7622
  • Staff Sergeant Aubrey McDade - Company B, Weapons Platoon, récompensé pour ses actions à Fallujah, dans la province d'Al Anbar, en Irak, le 11 novembre 2004. Pour une citation complète : https://web.archive.org/web/20141107081955/http://valor .militarytimes.com/recipient.php?recipientid=3637
  • Caporal suppléant Dominic D. Esquibel - Quartier général & Service Company, Scout Sniper Platoon (attaché à la Compagnie Bravo), décerné pour des actions à Fallujah, dans la province d'Al Anbar, en Irak, le 25 novembre 2004. Citant des "raisons personnelles" LCpl. Esquibel a décliné le prix. Pour la citation complète : http://valor.militarytimes.com/recipient.php?recipientid=3631

Amtank en route pour Aguni Jima, 1945 - Histoire

Musée des chars de Kubinka. анковый музей Кубинке.

Le lancement spécial de type 2 Ka-Mi (特二式内火艇 カミ Toku-ni-shiki uchibitei kami ?) était le premier char amphibie de la marine impériale japonaise.Le Type 2 Ka-Mi était basé sur le char léger Type 95 Ha-Go de l'armée impériale japonaise avec des modifications majeures, et était un véhicule de combat blindé capable à la fois sur terre et en mer.

Réservoirs Ka-Mi de type 2 sans leurs dispositifs de flottaison installés

Dès 1928, l'armée japonaise développait et testait des chars amphibies et créait plusieurs modèles expérimentaux tels que le SR-II, le Type 1 Mi-Sha et le Type 92 AI-Go qui ne sont jamais sortis de la planche à dessin ou ont été produits uniquement en tant que prototypes uniques pour les tests de concept. En 1940, la Navy a pris en charge le développement des véhicules amphibies et deux ans plus tard, le Ka-Mi de type 2 a été mis au point. Le Ka-Mi de type 2 a été conçu pour les Forces spéciales de débarquement naval de la Marine pour l'invasion amphibie des îles du Pacifique sans installations portuaires adéquates, et pour diverses missions d'opérations spéciales.

Seulement 184 exemplaires du Ka-Mi Type 2 ont été construits, à partir de 1942, en raison du nombre de composants complexes et du fait qu'il devait être presque entièrement construit à la main.

Le Type 2 Ka-Mi était basé sur le char léger Type 95 Ha-Go de l'armée, mais avec une coque entièrement soudée avec des joints en caoutchouc à la place du blindage riveté. Il était destiné à être étanche. De grands pontons creux fabriqués à partir de plaques d'acier ont été fixés à la plaque de glacis avant et au pont arrière pour donner la flottabilité nécessaire. Le ponton avant était divisé à l'intérieur en huit compartiments séparés pour minimiser les effets des dommages causés par les inondations et les tirs d'obus. Ces dispositifs de flottaison pouvaient être largués de l'intérieur du char une fois que le char avait atterri et commencé les opérations de combat au sol.

La tourelle du Ka-Mi de type 2 avec un canon de 37 mm de type 1 à grande vitesse et une mitrailleuse légère coaxiale de type 97 était capable de tourner à 360°. Une seconde mitrailleuse légère de type 97 était située à l'avant du char. Parfois, les Ka-Mi de type 2 étaient armés d'une paire de torpilles navales, une de chaque côté de la coque. Le Ka-Mi de type 2 pourrait également être lancé depuis le pont d'un sous-marin.[3]

Le Ka-Mi Type 2 était capable d'atteindre des vitesses de 10 km/h dans l'eau avec une autonomie de 150 km grâce à deux hélices situées à l'arrière de la coque, propulsées par le moteur du char. La direction était sous le contrôle du commandant du char, qui actionnait une paire de gouvernails de la tourelle à travers des câbles.

Le fait que l'équipage comprenait un mécanicien à bord est une indication de la complexité de la conception.

Le Type 2 Ka-Mi est entré en service actif après les premières campagnes réussies de la Seconde Guerre mondiale, et était donc trop tard pour être utilisé dans sa mission de conception originale de débarquements amphibies. De nombreuses unités ont été affectées à des détachements de garnison navale dans le mandat du Pacifique Sud et dans les Indes néerlandaises.

Le Type 2 Ka-Mi a été rencontré par le Corps des Marines des États-Unis dans les îles Marshall et les îles Mariannes, en particulier à Guam, où il a été enfoui dans le sol et utilisé à mauvais escient dans des positions de défense statiques. Il a également été rencontré au combat par les forces de l'armée américaine. à Aitape et Biak pendant la campagne de Nouvelle-Guinée et pendant les combats sur l'île philippine de Leyte à la fin de 1944. Selon Ralph Zumbro dans son livre "Tank Aces", plusieurs Ka-Mi ont été détruits par l'armée LVT-1 au large des côtes de Leyte lors de la seule action Amtank contre Amtank de l'histoire. Une poignée d'autres ont été capturés par les troupes de l'armée à Luzon en 1945, mais n'étaient pas entrés en combat. Un certain nombre de photos existent de ces véhicules, ainsi que plusieurs autres capturés par les troupes australiennes et du Commonwealth. En commun avec la plupart des blindés japonais, ce n'était pas match pour les chars alliés ou les armes anti-blindés.

егкий плавающий танк, созданный с использованием некоторых ов и агрегатов егкого танка "Ха-го". ин из наиболее удачных образцов японской разработки. Создан фирмой "Мицубиси" 1941 г. 1942 – 1945 . изготовлено 180 единиц.

КОНСТРУКЦИЯ И МОДИФИКАЦИИ

"Ка-ми" – орпус сварной, герметичный, коробчатой ​​формы. ашня – сварная. онической формы, ез командирской ашенки. Вооружение: 37 мм пушка Тип 1 и спаренный с ней 7,7-мм пулемет Тип 97. На двух кронштейнах в кормовой части башни мог крепиться вертлюг для зенитного пулемета Тип 97. Над верхним люком-жалюзи моторного отделения устанавливался обтекаемый воздухозабор- ный короб , ащищенный от брызг крышкой с отгибами. ридания танку плавучести спереди и сзади крепились стальные понтоны, которые на берегу егко стальные понтоны, которые на берегу легко старасывасывасыв. ижение на плаву – с помощью двух гребных винтов.

-ТЕХНИЧЕСКИЕ ХАРАКТЕРИСТИКИ ПЛАВАЮЩЕГО ТАНКА "Ка-ми" ип 2

БОЕВАЯ МАССА, т: 12,5 (с понтонами), 9,57 (без понтонов).

ГАБАРИТНЫЕ РАЗМЕРЫ, мм: ина – 4830 (с понтонами 7420), ширина – 2790, высота – 2340, иренс – 355.

Taille: 1 Pièce 1 Pièce 37 Pièce, 2 Pièce Pièce 97 Pièce 7,7 Pièce.

: 132 стрелов, 3500 атронов.

БРОНИРОВАНИЕ, мм: об орпуса -14, орт – 8, орма – 6, рыша и днище – 8,5, ашня – 6-13,2.

: Тип 1, 6-цилиндровый, дизельный, воздушного охлаждения мощность 120 л.с. (87,6 т) ри 1800 об/мин.

ТРАНСМИССИЯ: редуктор, коробка передач с понижающей передачей (8 + 2) и отбором мощности на гребные винты, карданный вал, соединенный коническими шестернями с валами бортовых фрикционов, одноступенчатые бортовые редукторы.

ХОДОВАЯ ЧАСТЬ четыре сдвоенных опорных катка на борт, два поддерживающих катка, ведущее колесо переднего расположения (зацепление цевочное) подвеска - типа Хара гусеница мелкозвенчатая, с открытым шарниром и одним гребнем, шириной 305 мм, шаг трака 84 мм, число траков - 103.

МАКС., км/ч по суше – 37, на плаву -10.

СВЯЗИ: радиостанция и ТПУ.

Cette photo de vue montre le Marklin Maxi Stock Car avec la rampe de chargement de stock vive à scratch avec des balles de paille supplémentaires (positionnables).

Numéro/nom du modèle : Marklin Maxi Stock Car avec l'accessoire de rampe de chargement de stock à gratter.

Cette photo montre la télécabine Marklin Maxi PRR avec la peinture et les intempéries ajoutées. Un parquet en bois véritable, vieilli et fortement patiné, a été ajouté. Un reportage spécial montre une fusée V-2 allemande de la Seconde Guerre mondiale capturée chargée dans un berceau en bois construit à partir de zéro et expédiée à Aberdeen Proving Ground pour évaluation.

Numéro/nom du modèle : MARKLIN MAXI GONDOLA (PRR) avec fusée allemande V-2 capturée de la Seconde Guerre mondiale

Cette photo de vue latérale montre un accessoire de rampe de chargement de stock vivant à gratter autonome pour le Marklin Maxi Stock Car avec des balles de paille supplémentaires. Une option de balle de foin est également disponible.

Numéro/nom du modèle : accessoire de rampe de chargement de stock vivant à gratter pour le Marklin Maxi Stock Car

Mission commémorative,04-07.Feb.2014,Bataille de Peleliu,à République des Palaos.

Le Landing Vehicle Tracked (LVT) était une classe de véhicule de guerre amphibie, une petite péniche de débarquement amphibie, introduite par la Marine, le Corps des Marines et l'Armée des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Conçus à l'origine uniquement comme transporteurs de fret pour les opérations navire-terre, ils ont rapidement évolué en véhicules de troupes d'assaut et d'appui-feu. Les types étaient tous largement connus sous le nom d'amphtrack, d'amtrak, d'amtrac, etc., tous étant des portemanteaux de tracteur amphibie, ainsi que d'alligator ou d'alligator.

Les LVT étaient principalement utilisés pour le soutien logistique à Guadalcanal, jusqu'au développement de la version LVT-4 qui permettait l'embarquement et le débarquement depuis une rampe arrière, améliorant considérablement l'utilité au combat en permettant aux troupes de descendre du véhicule beaucoup plus rapidement. Les versions précédentes n'avaient pas de tels moyens d'entrée ou de sortie.

La première utilisation du LVT au combat a eu lieu lors de l'assaut amphibie de Tarawa à la fin de 1943. Sur 125 véhicules utilisés, seuls 35 restaient opérationnels à la fin de la journée. Pourtant, un certain nombre ont réussi à transporter des hommes à travers le récif de corail et à travers les bas-fonds jusqu'à la plage. Les Marines qui sont arrivés dans les "bateaux Higgins" du LCVP, d'autre part, ne pouvaient pas traverser le récif et devaient patauger dans des eaux jusqu'à la poitrine ou plus hautes alors que sous le feu de l'ennemi, les pertes étaient horribles et beaucoup de ceux qui sont parvenus à la plage vivants avaient perdu leurs fusils. et d'autres équipements essentiels. Malgré leur apparente utilité cependant, le LVT-4 était trop légèrement blindé pour le combat, et l'équipage et l'habitacle ouverts ont entraîné de graves blessures causées à la fois par des tirs de mitrailleuses et des éclats d'obus. L'opération a également révélé la nécessité d'un appui-feu rapproché, ce qui manquait aux Amtrac.

À la suite de l'expérience de Tarawa, des kits de blindage standardisés ont été fournis pour les LVT utilisés lors des atterrissages contestés, et les "quotamtanks" armés de canons LVT(A)-1 et LVT(A)-4 ont été développés pour fournir un appui-feu. Armé d'un obusier de 75 mm, ce dernier était particulièrement efficace dans ce rôle car il était capable de détruire les fortifications japonaises en débarquant. Cependant, le LVT(A)-4 avait une tourelle à toit ouvert qui laissait l'équipage vulnérable aux attaques d'artillerie et d'infanterie, en particulier pour cette dernière car il manquait d'armement de mitrailleuse. Le manque d'armement de mitrailleuses a finalement été corrigé, bien que la tourelle à toit ouvert soit restée afin de gagner du poids. Bien qu'ils ne soient généralement utilisés que lors des débarquements, dans la campagne des Mariannes, les "tanks" étaient utilisés à l'intérieur des terres, un peu comme les chars ordinaires.

La plus grande utilisation des LVT était dans le débarquement de Leyte, avec neuf bataillons amtrac et deux amtank déployés. Comme il n'y a pas eu de combats sur les plages, c'est aussi l'une des opérations de LVT les moins connues. Plus de 1000 LVT ont participé à la bataille d'Okinawa.

Bien que généralement associés au théâtre du Pacifique, vers la fin de la guerre, les LVT étaient également utilisés en Europe. Les armées américaine, britannique et canadienne ont utilisé le Buffalo lors de la bataille de l'Escaut (1944), lors de l'opération Plunder franchissant le Rhin, le long du Pô en Italie, de l'autre côté de l'Elbe et dans un certain nombre d'autres opérations de franchissement du fleuve. .

Certains LVT-3, LVT-3C et LVT(A)-5 modifiés ont participé à la guerre de Corée. L'armée française a utilisé les LVT-4 et LVT(A)-4 fournis par les États-Unis pendant la guerre d'Indochine et la crise de Suez.

LVT(Véhicule d'atterrissage à chenilles,ランディング・ヴィークル・トラック)は、第二次世界大戦中にアメリカ海軍と同海軍海兵隊が運用した水陸両用トラクター(Tracteur amphibie)略称としてアンプトラック(AMPHTRACK)、アムトラック(AMTRAK) AMTRAC)などがある。直訳で軌道式上陸車両になるが、日本でいう水陸両用装軌車にあたる。


Voir la vidéo: The Battle of Iwo Jima. Animated History (Décembre 2021).