Informations

Isaac Smith ScStr - Histoire


Isaac Smith

(ScStr : t. 453 ; 1. 171'6" ; n. 31'4" ; dph. 9' ; cpl. 56 ; a. 1
30-par. P.r., 8 8 pouces D.sb.)

lsaac Smith, construit en 1851 à Nyack NJ sous le nom d'Isaac P. Smith, a été acheté à New York à EJ Hamilton le 9 septembre 1861. Le 16 octobre, il a été affecté à l'escadron de blocage de l'Atlantique Sud à temps pour rejoindre l'assaut de Flag Offlcer SF Du Pont contre Port Royal, SC Un ouragan intense s'est produit pendant le voyage vers le sud obligeant le navire à larguer ses canons. Néanmoins, elle ignora galamment sa propre détresse et tenta d'aider le transport du Corps des Marines, Governor, qui s'était fondé au large du cap Hatteras.

Lors d'une reconnaissance en force Les 4 et 5 novembre. elle a engagé et repoussé trois vapeurs confédérés attaquants et a réduit au silence les batteries à Hilton Head et Bay Point, SC Deux jours plus tard, elle a remorqué le sloop Vanrlalia en action pendant les débarquements qui ont arraché PortRoyal des mains confédérées, fournissant à l'Union une base splendide pour la flotte et les opérations combinées qui a progressivement détruit la Confédération.

Isaac Smith a participé aux opérations contre la côte de la Caroline du Sud jusqu'au 21 janvier 1862 quand elle a navigué pour rejoindre l'expédition à Savannah, Gal, Ied par le capitaine C. H Davis, USN, et Brig. Le général H. G. Wright de l'armée. Cette opération était principalement un effort de diversion pour couvrir une attaque projetée sur Fernandina, tFla; mais il a également fourni des informations précieuses sur les défenses confédérées des approches maritimes de Savannah, et il a interrompu les communications entre Fort Pulaski et Savannah.

Au cours de la seconde moitié de mars et tout le mois d'avril, Isaac Smith était actif dans les environs de St. Augustine, en Floride. Elle a pris possession du bureau de poste le 18 mars et deux jours plus tard, elle a monté une arme sur les remparts de Fort Marion en une position pour commander la route mnin à la ville. Ses bateaux ont capturé le coureur de blocus Empire britannique le 3 avril.

Isaac Smitli s'est démarqué de Saint Augustine et est entré dans la rivière Saint-Jean le 4 mai pour commencer une période de 3 mois de service dans les environs de Jacksonville, en Floride. Sa présence a aidé à resserrer le blocus, a fourni un sanctuaire pour les réfugiés, a attiré les troupes du Sud av . provenant de fronts plus actifs et a facilité l'activité de renseignement de l'Union.

Dans le besoin de réparation, Isaac Smith a navigué pour New York le 10 août pour « l'échouage, la reproduction et les améliorations » qui l'ont tenu à l'écart de son escadron jusqu'au 11 octobre. Ensuite, le contre-amiral Du Pont lui a ordonné de se rendre sur la rivière Stono où elle a servi jusqu'au 30 janvier 1863. Ce jour-là, elle a été prise dans un feu croisé provenant de batteries côtières masquées. Désactivé par un tir précis et avec son pont couvert d'hommes blessés, son capitaine a rendu le navire plutôt que de risquer leur vie. Huit hommes sont morts et 17 ont été blessés.

Isaac Smith a servi la marine confédérée dans les eaux de Charleston sous le nom de Stono jusqu'à ce qu'elle fasse naufrage sur le brise-lames près de Fort.Moultrie, SC, tout en essayant d'exécuter le blocus avec une charge de coton le 5 juin 1863. Aucune donnée sur les opérations de sauvetage pour Stono n'a été trouvé, mais les documents officiels de l'Union et des marines confédérées dans la guerre de la rébellion indiquent qu'elle a été « brûlée par les confédérés lors de l'évacuation de Charleston en 1865 ».


Les registres de recensement peuvent vous dire beaucoup de faits peu connus sur vos ancêtres Isaac Smith, comme la profession. La profession peut vous renseigner sur le statut social et économique de votre ancêtre.

Il y a 3 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Isaac Smith. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les dossiers de recensement d'Isaac Smith peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

Il y a 642 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Isaac Smith. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 1 000 dossiers militaires disponibles pour le nom de famille Isaac Smith. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Isaac Smith, les collections militaires fournissent des informations sur l'endroit et le moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.

Il y a 3 000 enregistrements de recensement disponibles pour le nom de famille Isaac Smith. Comme une fenêtre sur leur vie quotidienne, les registres du recensement d'Isaac Smith peuvent vous dire où et comment vos ancêtres travaillaient, leur niveau d'éducation, leur statut d'ancien combattant, etc.

Il y a 642 dossiers d'immigration disponibles pour le nom de famille Isaac Smith. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

Il y a 1 000 dossiers militaires disponibles pour le nom de famille Isaac Smith. Pour les anciens combattants parmi vos ancêtres Isaac Smith, les collections militaires fournissent des informations sur l'endroit et le moment où ils ont servi, et même des descriptions physiques.


La petite amie d'Isaac Smith

Isaac Smith est Célibataire. Il ne sort avec personne actuellement. Isaac a eu au moins 1 relation dans le passé. Isaac Smith n'a jamais été fiancé. Il est né à Young, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. Il a souvent présenté sa petite amie Candice Quinlan sur son Instagram. D'après nos archives, il n'a pas d'enfant.

Comme de nombreuses célébrités et personnes célèbres, Isaac garde sa vie personnelle et amoureuse privée. Revenez souvent car nous continuerons à mettre à jour cette page avec de nouveaux détails sur la relation. Jetons un coup d'œil aux relations passées d'Isaac Smith, ses ex-petites amies et ses précédents branchements.

Le signe de naissance d'Isaac Smith est le Capricorne. Ils sont très romantiques et trop émotifs. Bien qu'ils ne parviennent pas à s'exprimer, ils pensent et trouvent une solution aux problèmes dans les relations. Ce ne sont pas eux qui abandonnent facilement. Les signes les plus compatibles avec le Capricorne sont généralement considérés comme le Taureau, la Vierge, le Scorpion et les Poissons. Les signes les moins compatibles avec le Capricorne sont généralement considérés comme le Bélier et la Balance. Isaac Smith a également une planète dominante de Saturne.


Histoire de Boston, de 1630 à 1856 ..

Ce travail a été sélectionné par les chercheurs comme étant culturellement important et fait partie de la base de connaissances de la civilisation telle que nous la connaissons. Cette œuvre a été reproduite à partir de l'artefact original et reste aussi fidèle que possible à l'œuvre originale. Par conséquent, vous verrez les références originales du droit d'auteur, les timbres de la bibliothèque (car la plupart de ces œuvres ont été hébergées dans nos plus importantes. Cette œuvre a été sélectionnée par les chercheurs comme étant culturellement importante et fait partie de la base de connaissances de la civilisation telle que nous la connaissons . Cette œuvre a été reproduite à partir de l'artefact original et reste aussi fidèle que possible à l'œuvre originale. Par conséquent, vous verrez les références de droit d'auteur d'origine, les timbres de bibliothèque (car la plupart de ces œuvres ont été hébergées dans nos bibliothèques les plus importantes à travers le monde ), et d'autres notations dans l'ouvrage.

Ce travail est dans le domaine public aux États-Unis d'Amérique, et peut-être dans d'autres pays. Aux États-Unis, vous pouvez librement copier et distribuer cette œuvre, car aucune entité (individu ou entreprise) n'a de droit d'auteur sur le corps de l'œuvre.

En tant que reproduction d'un artefact historique, ce travail peut contenir des pages manquantes ou floues, des images de mauvaise qualité, des marques erronées, etc. Les chercheurs pensent, et nous sommes d'accord, que ce travail est suffisamment important pour être préservé, reproduit et rendu accessible à tous. Publique. Nous apprécions votre soutien au processus de préservation et vous remercions d'avoir joué un rôle important dans le maintien de ces connaissances vivantes et pertinentes. . Suite


Hale, Isaac

Anderson, Mary Audentia Smith. Ascendance et postérité de Joseph Smith et Emma Hale : avec de petits croquis de leurs ancêtres immigrants qui sont tous venus en Amérique entre les années 1620 et 1685, et se sont installés dans les États du Massachusetts et du Connecticut. Indépendance, MO : Herald Publishing House, 1929.

“Isaac Hale,” McKune Cemetery, Oakland, Susquehanna Co., PA, Find a Grave, publié le 29 juin 2002 (n° de mémorial 6562331), http://www.findagrave.com/cgi-bin/fg. cgi?page=gr&GRid=6562331 (consulté le 24 septembre 2013).  

McCune, Personnalités dans les Doctrine et Alliances, 49.  

McCune, George Moody, éd. Personnalités dans les Doctrine et Alliances et l'histoire de Joseph Smith. Salt Lake City : Éditions Hawkes, 1991.

Anderson, Ascendance et postérité de Joseph Smith, 300.  

Anderson, Mary Audentia Smith. Ascendance et postérité de Joseph Smith et Emma Hale : avec de petits croquis de leurs ancêtres immigrants qui sont tous venus en Amérique entre les années 1620 et 1685, et se sont installés dans les États du Massachusetts et du Connecticut. Indépendance, MO : Herald Publishing House, 1929.

Anderson, Ascendance et postérité de Joseph Smith, 299. &# xA0

Anderson, Mary Audentia Smith. Ascendance et postérité de Joseph Smith et Emma Hale : avec de petits croquis de leurs ancêtres immigrants qui sont tous venus en Amérique entre les années 1620 et 1685, et se sont installés dans les États du Massachusetts et du Connecticut. Indépendance, MO : Herald Publishing House, 1929.

Porter, “Étude des origines,” 20.  

Porter, Larry C. &# x201CA Étude des origines de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours dans les États de New York et de Pennsylvanie, 1816&# x20131831.&# x201D doctorat diss., Brigham Young University, 1971. Aussi disponible en tant qu'étude des origines de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours dans les États de New York et de Pennsylvanie, 1816&# x20131831, Dissertations in Latter-day Saint History (Provo, UT : Joseph Fielding Smith Institute for Latter- jour Saint Histoire BYU Studies, 2000).

Anderson, Ascendance et postérité de Joseph Smith, 300.  

Anderson, Mary Audentia Smith. Ascendance et postérité de Joseph Smith et Emma Hale : avec de petits croquis de leurs ancêtres immigrants qui sont tous venus en Amérique entre les années 1620 et 1685, et se sont installés dans les États du Massachusetts et du Connecticut. Indépendance, MO : Herald Publishing House, 1929.

Anderson, Ascendance et postérité de Joseph Smith, 300.  

Anderson, Mary Audentia Smith. Ascendance et postérité de Joseph Smith et Emma Hale : avec de petits croquis de leurs ancêtres immigrants qui sont tous venus en Amérique entre les années 1620 et 1685, et se sont installés dans les États du Massachusetts et du Connecticut. Indépendance, MO : Herald Publishing House, 1929.

Anderson, Ascendance et postérité de Joseph Smith, 302.  

Anderson, Mary Audentia Smith. Ascendance et postérité de Joseph Smith et Emma Hale : avec de petits croquis de leurs ancêtres immigrants qui sont tous venus en Amérique entre les années 1620 et 1685, et se sont installés dans les États du Massachusetts et du Connecticut. Indépendance, MO : Herald Publishing House, 1929.

Porter, “Étude des origines,” 46.  

Porter, Larry C. &# x201CA Étude des origines de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours dans les États de New York et de Pennsylvanie, 1816&# x20131831.&# x201D doctorat diss., Brigham Young University, 1971. Aussi disponible en tant qu'étude des origines de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours dans les États de New York et de Pennsylvanie, 1816&# x20131831, dissertations sur l'histoire des saints des derniers jours (Provo, UT : Joseph Fielding Smith Institute for Latter- jour Saint Histoire BYU Studies, 2000).

Noir et noir, Registre annoté des baptêmes pour les morts, 6:3355 Susquehanna Co, PA, Wills and Administrations, 1812&# x20131921, vol. 1, p. 212, microfilm 1 287 076, Collection de disques des États-Unis et du Canada, FHL.  

Black, Susan Easton et Harvey Bischoff Black, éd. Registre annoté des baptêmes pour les morts, 1840&# x20131845 : Nauvoo, comté de Hancock, Illinois. 7 vol. Provo, UT : Centre d'histoire familiale et de généalogie, Université Brigham Young, 2002.


Contenu

Né dans l'Ohio, Parker était le plus jeune fils de Joseph Parker et de sa femme Jane Shannon. Il était le petit-neveu du gouverneur de l'Ohio, Wilson Shannon. Il a grandi dans la ferme familiale près de Barnesville, Ohio. Il a fréquenté l'école primaire Breeze Hill, puis le Barnesville Classical Institute, une école privée. Il a enseigné dans une école primaire du comté pour payer ses études secondaires. [5] [6] À 17 ans, il a commencé un apprentissage en droit, appelé "lecture de la loi" avec une entreprise établie et a passé l'examen du barreau de l'Ohio en 1859 à l'âge de 21 ans. [6]

Parker a déménagé à St. Joseph, Missouri entre 1859 et 1861, où il a rejoint le cabinet d'avocats de son oncle maternel, Shannon and Branch. [7] [8] Le 12 décembre 1861, Parker a épousé Mary O'Toole, avec qui il avait des fils Charles et James. [7] En 1862, Parker avait son propre cabinet d'avocats. Il a représenté des clients devant les tribunaux municipaux et de campagne. [6] [8]

En avril 1861, Parker se présente comme démocrate au poste à temps partiel de procureur municipal de Saint-Joseph. Il a effectué trois mandats d'un an, d'avril 1861 à 1863. Lorsque la guerre de Sécession a éclaté quatre jours après l'entrée en fonction de Parker, il s'est enrôlé dans une unité de garde à domicile pro-Union, le 61e régiment d'urgence du Missouri. Il avait atteint le grade de caporal à la fin de la guerre. [8]

Au cours des années 1860, Parker poursuit sa carrière juridique et politique. En 1864, il se sépare officiellement du Parti démocrate en raison d'opinions contradictoires sur l'esclavage. [9] Il a couru comme un républicain pour le procureur de comté du Neuvième District Judiciaire du Missouri. À l'automne 1864, il était membre du Collège électoral et a voté pour la réélection d'Abraham Lincoln. [10] En 1868, Parker a remporté un mandat de six ans en tant que juge du Douzième Circuit du Missouri. [dix]

Parker a été nommé pour le 7e district du Congrès du Missouri le 13 septembre 1870, soutenu par la faction radicale du parti républicain. Il a démissionné de son poste de juge et a consacré son énergie à sa campagne. [5] Parker a gagné l'élection après que son adversaire s'est retiré deux semaines avant le vote. [11] Parker a été élu républicain à la Chambre des représentants des États-Unis des 42e et 43e Congrès des États-Unis, du 4 mars 1871 au 3 mars 1875. Il était le candidat du caucus de son parti pour le sénateur des États-Unis. en 1874.

La première session du 42e Congrès s'est réunie le 4 mars 1871. Au cours de son premier mandat, Parker a aidé à obtenir des pensions pour les anciens combattants de son district et a fait campagne pour qu'un nouveau bâtiment fédéral soit construit à Saint-Joseph. Il a parrainé un projet de loi raté conçu pour émanciper les femmes et leur permettre d'occuper des fonctions publiques dans les territoires des États-Unis. Il a également parrainé la législation pour organiser le territoire indien sous un gouvernement territorial. [dix]

Parker a de nouveau été élu dans le 7e district du Missouri lors du 43e Congrès. [12] Un journal local a écrit de lui, "Le Missouri n'avait plus de représentant digne de confiance ou influent au Congrès au cours des deux dernières années". [13]

Au cours de son deuxième mandat, Parker s'est concentré sur la politique indienne, y compris le traitement équitable des tribus résidant sur le territoire indien. Ses discours en faveur du Bureau des affaires indiennes ont attiré l'attention nationale. [14]

En 1874, Parker était le candidat du caucus du Parti républicain pour un siège au Sénat du Missouri. [5] Mais, la marée politique avait changé dans le Missouri, il semblait peu probable que la législature l'élirait au Sénat, alors il a demandé une nomination présidentielle en tant que juge pour le district occidental de l'Arkansas. [6] [10]

Le 26 mai 1874, le président Grant nomme Parker juge en chef du territoire de l'Utah en remplacement de James B. McKean. [11] [15] À sa propre demande, [11] [15] Parker a été nommé à la place par le président Ulysses S. Grant le 18 mars 1875, à un siège au tribunal de district des États-Unis pour le district occidental d'Arkansas. Il avait été libéré par le juge William Story, qui a démissionné sous menace de destitution pour des allégations de corruption. [11] [15] [16] [17] [18]

Parker a été confirmé par le Sénat des États-Unis le 19 mars 1875 et a reçu sa commission le même jour. [18] Il a occupé ce poste jusqu'à sa mort en fonction, le 17 novembre 1896. [18]

Parker est arrivé à Fort Smith le 4 mai 1875, initialement sans sa famille. La première session de Parker en tant que juge de district eut lieu le 10 mai 1875, avec le procureur du tribunal W. H. H. Clayton. Clayton a été procureur des États-Unis pour le district ouest de l'Arkansas pendant quatorze des vingt et un ans de Parker au tribunal. [19]

Le 10 mai également, Parker a nommé Bass Reeves en tant que vice-maréchal des États-Unis. Reeves est devenu l'un des premiers hommes de loi afro-américains à l'ouest du fleuve Mississippi. [20] [21]

En mai 1875, Parker a jugé 18 hommes lors de sa première session du tribunal, qui ont tous été accusés de meurtre et 15 ont été reconnus coupables lors de procès devant jury. Parker a condamné huit d'entre eux à une peine de mort obligatoire. [6] [11] Il a ordonné que six des hommes soient exécutés en même temps le 3 septembre 1875. [7] L'un des condamnés à mort a été tué en essayant de s'échapper. Le gouverneur a commué la peine d'un autre en prison à vie en raison de sa jeunesse. [6] Dans une interview avec le République de Saint-Louis le 1er septembre 1896, Parker a déclaré qu'il n'avait pas son mot à dire sur la pendaison d'un condamné en raison de condamnations à mort obligatoires et qu'il était en faveur de "l'abolition de la peine capitale". [22] [23]

Le tribunal de Parker avait compétence finale sur les crimes fédéraux dans le territoire indien de 1875 à 1889, car il n'y avait pas de tribunal disponible pour les appels. Les cinq tribus civilisées et les autres tribus amérindiennes du territoire indien avaient juridiction sur leurs propres citoyens par le biais de leurs systèmes juridiques et gouvernements tribaux. La loi fédérale sur le territoire indien s'appliquait aux citoyens américains non indiens. [24] [25]

Selon le Congrès, le tribunal fédéral du district ouest de l'Arkansas devait se réunir en quatre mandats distincts chaque année : en février, mai, août et novembre. Le tribunal avait une charge de travail si importante que les quatre mandats se sont déroulés ensemble. Le tribunal de Parker siégeait six jours par semaine afin d'assurer la poursuite du plus grand nombre d'affaires possible chaque trimestre, et souvent jusqu'à dix heures par jour. [6] [7] En 1883, le Congrès a réduit la compétence de la cour, réattribuant des parties du territoire indien aux tribunaux fédéraux du Texas et du Kansas, cependant, le nombre croissant de colons européens-américains s'installant dans les territoires indiens a encore augmenté la charge de travail de la cour. . [7] [26]

À partir du 1er mai 1889, le Congrès a apporté des modifications pour autoriser les appels des condamnations à mort devant la Cour suprême des États-Unis. [27] [28] Quarante-quatre cas dans lesquels Parker a imposé la peine de mort ont été portés en appel devant la Cour suprême. Il a annulé et ordonné un nouveau procès pour 30 d'entre eux. [7] [29] [30]

Alors qu'il était juge de district à Fort Smith, Parker a également siégé au conseil scolaire de Fort Smith. Il a été le premier président du St. John's Hospital, créé par le St.Église épiscopale de Saint-Jean. [31] (Au 21e siècle, l'hôpital est connu sous le nom de Sparks Health System). [32] [33]

Pendant son mandat, Parker a présidé un certain nombre d'affaires très médiatisées, notamment le procès de Crawford Goldsby, connu sous le nom de « Cherokee Bill », et l'affaire « Oklahoma Boomer » impliquant David L. Payne, un non-Indien qui illégalement installés sur des terres du territoire indien. [34] En 1895, Parker a entendu deux affaires impliquant Crawford Goldsby (Cherokee Bill). Dans le premier, Goldsby a été accusé d'avoir tué un passant lors d'un vol dans un magasin général en 1894. Il a été reconnu coupable dans une affaire qui a duré du 26 février au 25 juin 1895, et Parker l'a condamné à mort. En attendant l'exécution, Goldsby a tenté de s'échapper de la prison et a tué un gardien de prison. Il a été à nouveau jugé et reconnu coupable par le tribunal de Parker, le juge l'a condamné à mort le 2 décembre 1895. Goldsby a été pendu le 17 mars 1896. [35]

Années ultérieures Modifier

Conformément à la colonisation continue dans l'Ouest, la loi sur les tribunaux de 1889 a établi un système judiciaire fédéral dans le territoire indien. Cela a réduit la portée de la compétence du tribunal de district de l'Ouest à Fort Smith. [22]

Parker a affronté la Cour suprême à plusieurs reprises. Dans environ les deux tiers des affaires portées devant la Cour suprême par son tribunal, ses décisions ont été confirmées. [24] [25] En 1894, Parker a gagné l'attention nationale dans un différend avec la Cour suprême sur le cas de Lafayette Hudson. [36] Hudson a été reconnu coupable d'agression avec intention de tuer et condamné à quatre ans d'emprisonnement. Il a fait appel devant la Cour suprême et a été libéré sous caution. Parker a refusé de libérer Hudson au motif que la loi ne donnait pas à la Cour suprême le pouvoir d'exiger la libération de Hudson. [37] [38]

En 1895, le Congrès a adopté une loi sur les tribunaux qui a supprimé la juridiction restante du territoire indien du district occidental, à compter du 1er septembre 1896.

Au début du mandat d'août 1896, Parker était chez lui, souffrant de la maladie de Bright et trop malade pour présider le tribunal. La juridiction du tribunal sur le territoire indien a pris fin le 1er septembre 1896. Les journalistes voulaient interroger Parker sur sa carrière, mais ont dû lui parler à son chevet. [22] Parker est mort le 17 novembre 1896, d'un certain nombre de problèmes de santé, y compris la dégénérescence cardiaque et la maladie de Bright. [7] Ses funérailles à Fort Smith ont eu le plus grand nombre de participants jusqu'à ce point. [39] Il est enterré au Cimetière national de Fort Smith.

En 21 ans sur le banc fédéral, Parker a jugé 13 490 affaires, plus de 8 500 accusés ont plaidé coupable ou ont été condamnés au procès. [2] Il a condamné 160 personnes à mort et 79 ont été exécutés les autres sont morts pendant leur incarcération, ou ont été acquittés, graciés, ou ont fait commuer leurs peines. [3] [4]

En 2019, la ville de Fort Smith a dévoilé une statue de Parker représentant la loi et l'ordre. [40]


Famille Smith : troisième génération

1. ELIZABETH L.3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est née le 25 février 1803 dans le comté de Clarendon, district de Camden, Caroline du Sud, États-Unis, et est décédée Bet. 07 sept. 1825 - 1840 dans le comté de Lowndes, Alabama, États-Unis. Elle épousa JOAB STEWART le 22 octobre 1819 à Dallas County, Alabama. Il est né vers 1796 et mourut Bet. 01 - 30 septembre 1845 dans le comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis.

Elizabeth s'appelait Eliza par sa famille. Elle avait 16 ans lorsqu'elle épousa Joab Stewart.
Il y a un paragraphe dans un mémorial écrit sur la fille d'Eliza, Elizabeth Jane, qui suggère qu'Eliza est décédée pendant ou peu de temps après la naissance de cet enfant, bien que je n'aie rien trouvé d'autre pour le prouver pour le moment :
"Le grand-père Joab Steward, son père [d'Elizabeth Jane], était un chrétien consacré et un citoyen aisé. Il l'aimait avec une tendresse puculière, parce qu'elle était le bébé de sa femme décédée."

Extrait du livre intitulé "Gone to Georgia" de William C. Stewart, National Genealogical Society Number 30, Washington, D.C., 1965 (réimprimé en 1979) :
"Un John Stewart a été tué le 8 mai 1786 par des Indiens à son domicile près de Big Shoal of Oconee dans la partie inférieure du comté de Franklin, maintenant dans le comté de Clarke [Géorgie], selon George Edson, l'historien Stewart. John avait un fils George, né vers 1760, décédé le 5 octobre 1807, (son frère) John et Mary Stewart en tant qu'administrateurs et Joab Stewart en tant qu'acheteur lors de la vente de ses effets. John a également eu un fils Charles, qui a épousé Rachel Freeman en 1801 et mourut en 1809 dans le comté de Clarke, et son fils John Jr., qui épousa Mary ?, et mourut dans le comté de Wilkes en 1829. La liste fiscale du comté de Jackson en 1799 mentionnait que Thomas Cheldros possédait 200 acres à l'origine concédés à George Stewart sur Crooked Creek. Un George W Stewart a épousé Sara B. Brooks le 10 juin 1829, dans le comté d'Oglethorpe, et un autre George W. Stewart, âgé de 18 ans, était en 1850 dans la maison de Fransis M. Kerbour dans le comté de Jackson. Ce George a laissé un testament de Jackson, homologué en 1867. "
Le compte précédent est vérifié (au moins en partie) par :
Early Records of Georgia Vol 1 et 2, page 62 --STEWART, GEORGE, déc. Sle 15 octobre 1807. John et Mary Stewart, par intérim excrs. Acheteurs de Mary, John et Joab Stewart. Comté de Wilkes, Géorgie
Une note à propos de: Le comté de Wilkes était l'un des premiers comtés de 1777 bordant la Caroline du Sud dans le centre-est de la Géorgie. En 1820, sa taille avait été réduite, ne bordait plus la Caroline du Sud et était à cette époque entourée par les comtés de Lincoln, Elbert, Oglethorpe, Greene, Warren et Columbia.
Stewart, Joab (pas de taxe pd.) -- donné 1 tirage pour les terres à Baldwin : 15 districts (6-20) et Wilkinson : 23 districts (6-28) dans la loterie des terres envisagées, Autorité : Acte du 26 juin 1806 Moment du tirage : 10 août 1807 - 23 septembre 1807. Le tirage de Joab a eu lieu en septembre 1807.
Documents de service de la guerre de 1812 - Stewart, Joab 1 Regiment (Harris'), Georgia Militia, intronisé et libéré comme soldat, Roll-box 199, Roll Exct, 602.
En 1830, Isaac Smith et Joab Stewart étaient voisins dans le comté de Lowndes, AL. L'épouse de Joab Elizabeth doit être décédée avant 1830. Le 27 février 1837, Joab Stewart a été répertorié comme l'un des membres originaux de la Primitive Baptist Church à Youngville (Alexander City, Alabama) avec Isaac Smith, sa femme Rebecca Smith en faisait également partie.
Le 2 septembre 1837, les commissaires du comté de Tallapoosa ont nommé J. Lauderdale, J. Jones, RG Young, James Young, J. Strickland, BT Kimbrough et J. Stewart en tant que jury « pour voir et baliser une route à partir du magasin Maison (probablement le magasin de Géorgie) à Youngville jusqu'à la vieille ville de Fishpond (l'ancien village indien) et de là jusqu'à la limite du comté"
Recensement de l'Alabama, 1840, Stewart, Joab, Fishpond, Tallapoosa Co., AL, p. 175, aucun canton répertorié, Fed. Pop. Annexe, base de données AL 1840 Fed. Indice de recensement, ID# ALS4a2487055
1840 - Recensement du comté de Tallapoosa, AL. Page 168 (peut-être près de Hackneyville, AL), Wm S. Canterbury, J. M. Lauderdale (1 m-5, 1 m-20-30, 1 f 15-20, S. J. (Seaborn Jones) Thomas.

1840
Numéro de page 175, comté de Tallapoosa
Isaac Smith, 1 H 5-10, 1 H 10-15, 1 H 15-20, 1 H 50-60, 1 H 50-60.
Joab Stewart, 1 H 50-50, 1 F 10-15, 1 F 15-20
J. Walker, 1 H-5, 1 H 5-10, 2 H 15-20, 1 H 40-50, 1 F -5, 1 F 10-15, 1 F 40-50

Un article concernant une BOÎTE DE COUTEAU : C'était la propriété du grand-père de Mme E. P. Duncan, Joab Stewart, qui est venu du comté de Lowndes au comté de Tallapoosa, décédé en 1846, à l'âge d'environ 70 ans. Enterré dans le cimetière Old Fellowship, selon Elizabeth (Betty) Jackson Duncan Crowder.
(L'église primitive baptiste se trouve sur Hillabee Road. En 1875, l'église a déménagé de Youngville (au coin de North Central Ave. et de Washington St.) à un emplacement sur Hillabee Road, probablement à cause du chemin de fer qui arrive en 1872.)

Les enfants d'ELIZABETH SMITH et JOAB STEWART sont :
je. LOUISA STEWART, b. Béf. 1825, Alabama, États-Unis.
ii. REBECCA ANN STEWART, b. Béf. 1825, Alabama, États-Unis d. Béf. 1860 m. JAMES MONROE LAUDERDALE, 23 septembre 1838, comté de Tallapoosa, Alabama d. décembre 1869.
iii. ELIZABETH JANE STEWART, b. 7 septembre 1825, Benton, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis d. 13 juillet 1899, comté de Shelby, Alabama, États-Unis m. WILLIAM MCBRIDE JACKSON, 4 septembre 1844, Youngsville, comté de Tallapoosa, Alabama [aujourd'hui ALEXANDER CITY] n. 20 février 1822, Caroline du Sud ou Virginie d. Inhumé au cimetière d'Alexander City, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama.

2. MARY ANN3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1)68 est née le 15 janvier 1807 dans le comté de Clarendon, district de Camden, Caroline du Sud, États-Unis, et décédée en août 1845 à Youngsville, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis. Elle épousa JEREMIAH SAMUEL JENNINGS le 07 juil. 1825 à Montgomery County, Alabama, USA, le fils de THOMAS JENNINGS et ELIZABETH ______. Il est né vers 1797 en Caroline du Sud, aux États-Unis.

Jerry Barrington Smith pense que les Jennings et les Smith étaient voisins en Caroline du Sud, et que peut-être les deux familles ont migré ensemble à travers la Géorgie jusqu'en Alabama. Puis du comté de Lowndes au comté de Macon, au comté de Coosa et enfin au comté de Tallapoosa où beaucoup d'entre eux se sont installés juste au nord de Youngsville.

Recensement de l'État de l'Alabama en 1820
Comté de Dallas
Jennings, Jeremiah 1 0 0 0 1 0 0 1 (il vit seul, mais à côté de Thomas Jennings)
Jennings, Thomas 1 3 1 4 9 0 8 17 (je crois que c'est le père de Jérémie)

Selon Jerry Smith Barrington : Jeremiah Jennings a nommé Robert Jennings du district d'Edgefield en Caroline du Sud son avocat concernant la succession de William Jennings de Suffolk, en Angleterre.
Un William H. Jennings est décédé dans le comté de Monroe, Mississippi. Exécuteurs testamentaires de sa succession : sœur, Sarah Amanda Jennings et frères J. S. Jennings [ce pourrait être notre Jeremiah] et Creed M. Jennings.
Tous les enfants d'Isaac lui étaient très redevables, et lorsqu'il a migré d'un endroit à un autre, ils l'ont tous suivi. Ainsi, Jeremiah Jennings et sa femme, Mary Ann, ont été reçus par lettre à l'église baptiste primitive de la Fellowship le 25 mars 1837 (Youngsville, comté de Tallapoosa, AL) après avoir suivi Isaac à Youngsville dans le comté de Tallapoosa, Alabama.
Mary Ann Smith Jennings apparaît pour la dernière fois dans les registres du recensement au cours de l'année 1840. Les registres de l'église indiquent que Mary Ann Jennings est décédée en août 1845.
En 1870, Jeremiah vivait avec sa fille Nancy Lee Harison (elle épousa William N. Harrison le 21 novembre 1865).
La fille Elizabeth Ann Jennings a épousé John Bailey le 2 janvier 1846. Aucune preuve, mais on soupçonne que John Bailey était le frère de Jane Bailey, qui a épousé Jeremiah Jennings après la mort de Mary Ann le 14 juin 1846, dans le comté de Tallapoosa. Cette union a produit un fils, Jerry Sam, né le 6 octobre 1847. Jane Bailey est décédée en 1848. Nous soupçonnons également qu'Elizabeth Ann a élevé le bébé, Jerry Sam, fils de Jane Bailey. En tant qu'oncle de Jack, Jennings se souvient que Jerry Sam a reçu une lettre vers 1920 environ disant que sa sœur était décédée à Houston. Je soupçonne que c'est lui qui l'a élevé, mais aucune preuve.
En 1880, Jeremiah Jennings vivait dans la maison de sa plus jeune fille, Nancy Lee (Jennings) Harrison, l'épouse de W. M. Harrison dans le comté de Chambers.

Les enfants de MARY SMITH et JEREMIAH JENNINGS sont :
je. MARGARET TALLIE JENNINGS, b. Vers 1830, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis m. THOMAS W. BARNETT.
ii. ROBERT A. JENNINGS, n. Vers 1832, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis.
iii. MARY A. REBECCA JENNINGS, b. Vers 1834, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis m. JEAN CALDWELL.
iv. ELIZABETH ANN JENNINGS, b. Vers 1837 m. JEAN BAILEY.
c. AMANDA JENNINGS, b. Béf. 1840 d. Béf. 1861.
vi. ELIZA JANE JENNINGS, b. Béf. 1840 m. JACOB COOPER.
vii. HENRY B. JENNINGS, b. Béf. 1840.
viii. ISAAC JENNINGS, b. Béf. 1840 d. Pari. 24 juillet - 8 août 1861, comté de Macon, Alabama.
ix. FRANCES EUGENIA JENNINGS, n. 6 février 1840, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis d. À l'arrière 1861, Merdian, comté de Bosque, Texas, États-Unis m. (1) ALBERT MCKAY m. (2) LOTT WILLIAMS.
X. NANCY LEE JENNINGS, b. Vers 1842 m. WILLIAM N. HARRISON, 21 novembre 1865.

3. ROBERT W.3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est né le 15 mars 1809 dans le comté de Clarendon, district de Camden, Caroline du Sud, États-Unis, et décédé le 12 mai 1842 dans le comté de Coosa, Alabama, États-Unis. Il épousa SARAH ANN PEARSON le 4 mars 1831 à Lowndes County, Alabama, USA, la fille de JAMES PEARSON et _______ _______. Elle est née vers 1807 en Alabama, États-Unis, et décédée le 7 septembre 1888 dans le comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis.

Robert W. Smith était un riche planteur du comté de Coosa, en Alabama, mais il avait un défaut. Selon Allen E. Smith (descendant direct de Jasper L. Smith, Jr.) de Roanoak, Virginie, Robert a perdu une grande partie de sa richesse en jouant. Il est très probable que cela soit mentionné dans le testament de Robert où il mentionne des billets d'un montant de 350,00 $, qu'il prétend avoir été frauduleusement obtenus par un certain Henry Stewart du comté de Lowndes. Les notes, selon le testament de Robert, ne devaient pas être payées.
Le 5 mai 1842, Robert a écrit le testament susmentionné nommant son père, Isaac Smith, et son beau-frère, Jeremiah Jennings, comme exécuteurs testamentaires de son testament. Son frère, Isaac T. Smith, beau-frère, William Canterberry, et Carter Jackson, éducateur et beau-père d'une des nièces d'Isaac, ont été témoins du testament. Il est présumé que Carter Jackson, étant lié par alliance, était un ami très proche de la plus grande partie de la famille Smith.
Isaac, son père, a laissé aux enfants de Robert une somme d'argent considérable à sa mort, mais il leur a également laissé un jugement contre Robert :
"NEUVIÈME, je veux que mes exécuteurs testamentaires vendent Bob au plus offrant et divisent le produit également entre William N. Smith, Jasper L. Smith et Albert Smith. Je lègue également aux héritiers de Robert W. Smith une certaine dette sur jugement contre la succession dudit Robert W. Smith maintenant enregistrée à la Cour des successions du comté de Coosa, en Alabama, en ma faveur. »
Profession : Pari. 11 novembre 1830 - 24 décembre 1835, juge de paix du comté de Lowndes, Alabama
Testament : 5 mai 1842, comté de Coosa, Alabama

Sarah Ann Pearson descendrait des Huguenots, ce qui aurait fait que sa lignée serait d'origine française. Les huguenots français ont immigré en Amérique fuyant les persécutions religieuses.
Les historiens de la famille Smith ont souvent supposé que Sarah Ann et Mary C. Pearson, l'épouse d'Isaac Thomas Smith, étaient apparentées ou sœurs. Cette considération est prouvée dans le recensement fédéral de 1880 du comté de Coosa, Alabama pp 176a, où Sarah vit avec Mary et répertoriée non seulement par son surnom, Sallie, mais aussi comme la sœur de Mary.
Recensement : 1880, Nixburg, comté de Coosa, Alabama, États-Unis
Résidence : 14 juin 1860, Mount Olive, Coosa County, Alabama, États-Unis

Robert W. et Sarah ont été mariés par un juge de paix qui s'appelait également Robert Smith. Je me demande si cela aurait pu être le grand-père de Robert, Robert

Les enfants de ROBERT SMITH et SARAH PEARSON sont :
je. WILLIAM N.4 SMITH83, b. 26 février 1832, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis d. 18 avril 1867, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis m. MARTHA CORNELIA GILBERT, 25 septembre 1858, comté de Tallapoosa, Alabama b. Vers 1840, Géorgie, États-Unis d. À l'arrière 1870, Alabama, États-Unis.
ii. MARIE TEMPERANCE SMITH, b. 4 juillet 1833, comté de Coosa, Alabama, États-Unis d. Comté de Coosa, Alabama, États-Unis m. DAVID DANIEL WHETSTONE, 10 janvier 1849, comté de Coosa, Alabama b. 1818, Augusta, Alabama d. Comté de Jefferson, Alabama.
iii. ELIZABETH SMITH, b. 02 juin 1835, comté de Coosa, Alabama, États-Unis m. WILLIAM MCBRIDE JACKSON b. 20 février 1822, Caroline du Sud ou Virginie d. Inhumé au cimetière d'Alexander City, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama.
iv. JASPER LINCOLN SMITH, S.R., n. 13 juillet 1837, comté de Coosa, Alabama, États-Unis d. mars 1901 m. FRANCES ELIZABETH EDEN, 25 juillet 1858, comté de Coosa, Alabama.
v. SARAH SMITH, b. 01 décembre 1839, comté de Coosa, Alabama, États-Unis m. DANIEL PIERRE À BLANC b. Vers 1835.
vi. ALBERT SMITH, b. 6 mars 1842, comté de Coosa, Alabama, États-Unis d. 21 septembre 1863.

4. ISAAC THOMAS3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1)91 est né à l'arrière. juin 1810 en Caroline du Sud, États-Unis, et mourut Bet. 1849 - 1850 dans le comté de Coosa, Alabama, États-Unis. Il épousa MARY C. PEARSON le 18 septembre 1834 à Lowndes County, Alabama, fille de JAMES PEARSON et de _______ _______. Elle est née vers 1808 en Caroline du Sud, aux États-Unis, et est décédée à l'arrière. juin 1880.

Actions en justice : 02 avril 1849, James A. Pearson intente une action en justice contre Isaac T. Smith et son père à Dadeville, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis
Race, esclavage et Noirs libres. Série II, Requêtes aux tribunaux de comté du sud,
1775� [microforme] / édité par Loren Schweninger assistant
éditrice, Marguerite Ross Howell.
bobines de microfilm 35 mm. — (Sources de recherche sur les études noires)
Bobine 10
Numéro PAR 20184908
http://library.uncg.edu/slavery/results.aspx?s=3&sid=150
Lieu : Comté de Tallapoosa, Alabama
Dossiers de la Cour de circuit, procès-verbaux et décrets Cour de la chancellerie 1852-1855 : dossier complet
Pages : 399-402 440
Cour de dépôt et date : Circuit, 1849-2 avril
Cour de fin et date : Circuit, 1854-mai-0
Documents connexes : Billet à ordre, Isaac Smith, Isaac T. Smith, à James Pearson, 9 mars 1844 Décret final, mai 1854
Résumé : James A. Pearson, un ancien propriétaire d'esclaves du comté de Lowndes, écrit qu'en 1844, il « est devenu embarrassé dans ses affaires pécuniaires » et s'est rendu dans le comté de Tallapoosa, pour demander à son gendre, Isaac T. Smith, un prêter. Le père de son gendre, également Isaac Smith, accepta de lui prêter 196 $, mais demanda à Pearson de donner en garantie trois esclaves : January, un forgeron, et « Sillar une fille et Jack un garçon ». Lorsqu'on lui a demandé de signer un acte de vente pour ses esclaves, Pearson a hésité, mais il a accepté plus tard lorsqu'Isaac T. Smith lui a offert un billet à ordre de quatre cents dollars signé par le père et le fils. Au cours des années suivantes, Isaac T. Smith, « au mépris des principes d'honnêteté et d'équité », a conspiré et confédéré avec son père pour escroquer Pearson du travail de ses esclaves, même lorsque Pearson, sa femme et sa fille ont déménagé à la ferme d'Isaac T. Smith et vivait avec la famille. En 1849, Pearson demande que la note soit révoquée, l'acte de vente annulé et les esclaves rendus, car leur travail a plus que compensé les Smith pour le prêt initial.
Mary vit à côté de son fils, Dock Robert Smith, lors du recensement de 1880. Elle est accompagnée de sa sœur Sally (Sarah Ann, veuve de Robert W. Smith) et de sa fille Rebecca. Ce recensement particulier confirme également que son mari, Isaac Thomas Smith, est né en Caroline du Sud.

Les enfants d'ISAAC SMITH et de MARY PEARSON sont :
je. IRVIN COPE4 SMITH, b. 10 juillet 1838, Alabama, États-Unis d. 11 février 1923, comté de Jefferson, Alabama, États-Unis m. MARY LIZA THOMAS, 7 août 1864, comté de Coosa, Alabama, États-Unis n. 19 novembre 1845 d. 14 avril 1929.
ii. DAVID M. SMITH, b. 1839 d. Béf. 10 août 1863.
iii. JOHN J. SMITH II, b. 1840.
iv. QUAI ROBERT SMITH, b.15 mars 1845, Nixburg, comté de Coosa, Alabama, États-Unis d. 26 janvier 1925, comté de Winston, Alabama, États-Unis, États-Unis m. MARIE HENRIETTA CARTER b. mai 1849, Géorgie d. 30 octobre 1933, Bankhead, comté de Walker, Alabama, États-Unis.
v. REBECCA VESLILIA SMITH, b. 1847, comté de Coosa, Alabama.
vi. BENJAMIN FRANKLIN SMITH II, b. 10 mars 1849, comté de Coosa, Alabama d. 08 mars 1931, Oklahoma m. ALABAMA ELIZABETH MAY, 6 mai 1873, comté de Coosa, Alabama.
vii. WADE HAMPTON SMITH, b. 12 mars 1850, comté de Coosa, Alabama d. 15 avril 1933, Old Lula, comté de Pontotoc, Oklahoma, États-Unis m. NANCY EMELINE BUZBEE, 17 février 1870, comté de Coosa, Alabama b. Pari. mars - septembre 1847, comté de Coosa, Alabama d. 30 août 1922, Old Lula, comté de Pontotoc, Oklahoma.

5. ADALINE TEMPERANCE3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est née le 22 avril 1819 en Caroline du Sud, États-Unis, et décédée le 27 décembre 1912 à Hanover, comté de Coosa, Alabama, États-Unis. Elle épousa (1) WILLIAM B. KIMBROUGH le 11 juillet 1837 dans le comté de Tallapoosa, Alabama. Il est né vers 1817 et mort vers 1855 dans le comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis. Elle a épousé (2) BRISSO O'BRIAN Aft. 1855.

Au moment de la mort d'Isaac Smith, Adaline était la seule de ses filles encore en vie. Il lui a laissé trois esclaves :
"CINQUIÈMEMENT, je donne à ma [fille] Adaline T. O'Brien les esclaves suivants Dosia (ou Doriah), John et Margaret, de son vivant et à sa mort pour aller à sa plus jeune fille, Ella Kimbrough."

Les enfants d'ADALINE SMITH et WILLIAM KIMBROUGH sont :
je. REBECCA JANE4 KIMBROUGH, b. avril 1838 m. (1) DANIEL MAURICE PIERRE A AIGUILLE b. Vers 1845 m. (2) JOHN THRASH, 6 août 1856, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis b. Vers 1835.
ii. BENJAMIN THOMAS KIMBROUGH, b. 1840 d. 1856, mort enfant.
iii. MARY FRANCES KIMBROUGH, n. 1842 d. 1857, mort enfant.
iv. SARAH ELLA KIMBROUGH, b. 25 avril 1852 d. 20 mai 1930, Hanovre, comté de Coosa, Alabama m. JOHN A. C. STEWART, 4 décembre 1881, Coosa County, Alabama, États-Unis b. septembre 1850 d. 09 juin 1917, Rockford, comté de Coosa, Alabama, États-Unis.

6. CLARA ANN JANE3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est née Bet. 1820 - 1825 en Caroline du Sud ou Géorgie, États-Unis, et décédé vers 1850 en Alabama, États-Unis. Elle épousa WILLIAM S. CANTERBURY le 26 juin 1834 à Lowndes County, Alabama118. Il est né vers 1810 et mourut Bet. 1850 - 1861.

Les enfants de CLARA SMITH et WILLIAM CANTERBURY sont :
je. JOHN W.4 CANTERBERRY, b. Vers 1837 d. À l'arrière 08 juillet 1861, pendant la guerre de Sécession.
ii. ISAAC IRWIN CANTERBERRY, b. Vers 1839 d. Béf. 10 août 1861.
iii. BENJAMINE F. CANTERBURY, b. Vers 1840.
iv. DIDENA CANTERBERRY, b. Vers 1843.
v. DORA ANN CANTERBERRY, b. 31 octobre 1845, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama d. 02 février 1882, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama m. JOHN THOMAS DARK, 28 décembre 1865, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama b. 02 avril 1844, Meriwether, comté de Baldwin, Géorgie d. 06 août 1874, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama.
vi. LOUISA CANTERBERRY, b. Vers 1847.

7. LOUISA E(MMA)3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est née Bet. 1820 - 1825 en Caroline du Sud ou Géorgie, États-Unis, et décédé vers 1841 dans le comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis. Elle épousa JAMES A. LOCKWOOD le 12 février 1834 à Lowndes County, Alabama. Il est né en 1815 à New York et est décédé à l'arrière. 1850.

Louisa E. Smith est née en Caroline du Sud ou en Géorgie entre 1811 et 1819. En raison des déplacements constants de ses parents au moment de sa naissance, nous ne saurons peut-être jamais exactement quand ni où elle est née, à moins que l'un de ses propres descendants présenter une sorte de documentation comme un récit biblique ou peut-être un journal.
Le deuxième prénom de Louisa était probablement Emma, ​​Emily ou Emaline. Je suis arrivé à cette conclusion lorsque j'ai reçu un extrait d'une lettre écrite par l'une de ses nièces :

"Tante Em et moi sortions pour ramasser des noix de pécan, des noix noires et des noix de caryer, nous appelions ces noix de hickker. Louisa Em a épousé James Lockwood en 1834. La plupart de la famille l'appelait Luezor, mais pour moi, elle a toujours été tante Em. ”

Louisa épousa JAMES A. LOCKWOOD le 12 février 1834 dans le comté de Lowndes, Alabama.
Louisa a donné cinq enfants à James, mais nous pensons que l'un d'eux est mort très jeune, c'est pourquoi James n'a emmené que quatre enfants avec lui en Arkansas. Leurs enfants sont Edwin Cornelius Lockwood, William Thomas Lockwood, Sarah Lockwood, Mary Jane Lockwood et Isadora Lockwood.
Dans le règlement final de la succession d'Isaac Smith daté du 8 octobre 1863, tous les noms des enfants (à l'exception d'Isadora) sont répertoriés parmi les héritiers d'Isaac :

"Et il apparaît à la Cour que Louisa Lockwood lui a laissé les enfants nommés suivants, à savoir Edwin C. Lockwood, Thomas Lockwood, Mary J. Lockwood, tous âgés de plus de 21 ans, et Sarah Lockwood, une mineure qui a aucun gardien, qui ont tous le droit de partager les biens de Louisa Lockwood, décédée, à parts égales, de sorte que la somme de cinq cent soixante-quatorze dollars et quatre-vingt-sept cents doit être divisée en quatre parts égales. »

On estime que la date du décès de Louisa est survenue vers 1841, sur la base de la naissance de Sarah Lockwood, le cinquième enfant né de l'union, et du deuxième mariage de James Lockwood. Louisa est peut-être morte en donnant naissance à Sarah.
On pense également que Louisa devait être une femme frêle et peut-être maladive parce que lorsque James a migré sa famille dans le comté de Tallapoosa en 1837 avec le reste de la famille de Louisa, il a été répertorié parmi les membres de la Fellowship Primitive Baptist Chruch à Youngsville mais elle était ne pas.
James A. Lockwood est né vers 1811 à New York.
« James était un prédicateur, peut-être un tailleur », selon Doris Russell Foshee.
Nous ne savons pas quand ni pourquoi James a déménagé dans le comté de Lowndes, en Alabama, mais c'est là qu'il a rencontré et épousé Louisa E. Smith le 12 février 1834. C'est également en Alabama que cinq enfants sont nés du couple. .
Après avoir déménagé dans le comté de Tallapoosa, James A. Lockwood a acheté une petite parcelle de terrain où il pourrait construire une maison et une ferme.

Bureau foncier, Registre des reçus
Comté de Tallapoosa, Alabama 1834-1836
James A. Lockwood, 10/6/1836, reçu n° 5090, Sec. 8, c. 22, Rng. 21.

Cette parcelle de terre était petite, seulement un peu plus de 39 acers, mais d'après tous les récits que j'ai lus, James a acheté la terre non seulement pour faire de l'agriculture, mais surtout pour créer un « atelier de couture », parce qu'il était un maître tailleur et la région n'était nouvellement colonisée qu'à cette époque. (Il semble que beaucoup des Lockwood d'autrefois étaient en fait des couturiers ou des tailleurs.)
En 1837, James a été inscrit comme membre de la Fellowship Primitive Baptist Chruch à Youngsville (aujourd'hui Alexander City) avec son beau-père, Isaac Smith, et ses beaux-frères - Joab Stewart, William Canterberry et John J. Forgeron.
Après le décès de la femme de James, Louisa Smith Lockwood. James a emmené leurs quatre enfants restants et a immigré dans le canton de Terrnoir dans le comté de Clark, dans l'Arkansas, près d'Arkadelphia. Nous ne savons pas pourquoi James a déménagé sa famille en Arkansas, mais plusieurs des petits-enfants Smith et au moins un fils sont allés dans cette direction à peu près au même moment.
Après avoir vécu dans le comté de Clark pendant un certain temps, James s'est marié pour la deuxième fois en prenant Sarah Dickinson comme épouse en 1850 dans le comté de Clark, Arkansas. Ils ont ensuite déménagé dans le comté de Pike (Arkansas ?), où il serait devenu ministre des années plus tard.
Un document suggère que James est allé en Ohio depuis l'Arkansas, mais je n'ai pas pu non plus le localiser avec certitude. J'ai trouvé un James A. Lockwood dans l'Ohio à peu près au moment où James était censé être là-bas, qui était fatigué d'avoir assassiné un autre homme. Cela peut s'avérer être une confirmation d'une note reçue de Doris Russel Foshee.

"Ma grand-mère, Mecie Lockwood Basham (la fille d'Edwin), nous a parlé de son 'grand-père rentrant à la maison un jour à l'improviste et regardant par la fenêtre. Là, à travers la vitre, il a vu sa femme, Sarah, avec un autre homme. Il a tiré à travers la fenêtre, puis s'est enfui sans savoir s'il les avait tués ou non. Soi-disant, il s'est enfui pour vivre avec des Indiens."

Les enfants de LOUISA SMITH et JAMES LOCKWOOD sont :
je. ISADORA4 LOCKWOOD, b. Vers 1835, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis d. Vers 1835, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis.
ii. EDWIN CORNELIUS LOCKWOOD, b. 30 août 1836, comté de Lowndes, Alabama, États-Unis d. 23 décembre 1898, Murfreesburo, Pike County, Arkansas, États-Unis m. MARY ANN PULLEN, 30 août 1868, Arkadelphia, comté de Clark, Arkansas b. 10 août 1852, Caroline du Sud d. 04 février 1926, Murfreesburo, comté de Pike, Arkansas.
iii. WILLIAM THOMAS LOCKWOOD, b. Pari. 1836 - 1841.
iv. MARY JANE LOCKWOOD, n. Pari. 1836 - 1841.
v. SARAH LOCKWOOD, b. Vers 1841, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis.

8. JOHN J.3 SMITH, SR. (ISAAC2, ROBERT1) est né Bet. Jan - juin 1822 en Géorgie, États-Unis, et est décédé à l'arrière. né le 18 janvier 1883 dans le comté de Coosa, Alabama, États-Unis. Il épousa MARY FRANCES PODY le 26 décembre 1842 à Coosa County, Alabama, la fille de ANDREW PODY et NANCY DUDLEY. Elle est née vers 1823 dans le comté de Wilkes, en Géorgie, et décédée le 31 décembre 1850 dans le comté de Coosa, en Alabama, aux États-Unis.

John J. a été appelé « spéculant John » en raison de son implication dans la traite des esclaves.
À la mort de son père, Isaac, il lui resta des terres, des esclaves et plus d'un quart du solde des biens d'Isaac. :

« SIXIÈMEMENT, je donne à mon fils, John J. Smith, toutes les terres au nord du ruisseau Oaktasassa sur le quart nord-est de la section neuf et le quart sud-est de la section quatre, tous dans le canton vingt-trois du rang vingt et un, également le suivant les esclaves Ben, Josie, Albert, Phillip, Mariah, Phillip, Jr. et Horace et leur augmentation, également à la mort de ma femme, la moitié nord du quart sud-ouest de la section quatre dans le canton vingt-trois du rang vingt et un .
« TREIZIÈME, je veux que [mes] exécuteurs testamentaires vendent tout le solde de mes biens périssables, et une fois toutes mes dettes payées, le solde sera divisé également entre mes quatre fils John J. Smith, GW Smith, BF Smith et AJ Smith."

Mary Frances Pody est née vers 1823 dans le comté de Wilkes, en Géorgie, d'Andrew Jackson Pody et de son épouse Nancy Dudley Pody. (Pody est un nom qui a été souvent mentionné alors que mes grands-parents étaient encore en vie.) Elle a épousé John J. Smith dans le comté de Coosa, Alabama, le 26 décembre 1842, et lui a donné six enfants : Sophronia R., Celia T., Rebecca V., Joseph B., Margaret et John J. Jr. Elle est décédée à son domicile du comté de Coosa, le 31 décembre 1850.

Les enfants de JOHN SMITH et MARY PODY sont :
je. SOPHRONIA R.4 SMITH134, b. Vers 1843 m. JOSEPH N. HILYER, né le 27 octobre 1875, comté de Coosa, Alabama, États-Unis.
ii. CELIA T. SMITH, n. 1847.
iii. REBECCA V. SMITH, b. 1848.
iv. JOSEPH B. SMITH, n. 1849.
c. MARGAREETT SMITH, b. 1852.
vi. JOHN J. SMITH, JR., b. 1855 m. MARGARET L. ROBINSON, 12 juin 1873, Clay County, Alabama, États-Unis.

9. GEORGE WASHINGTON3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est né le 12 août 1825 dans le comté de Montgomery, Alabama, États-Unis, et décédé le 24 août 1897 à Kellyton, comté de Coosa, Alabama, États-Unis. Il épousa MARY ANN SPIVEY le 19 janvier 1842 à Coosa County, Alabama, USA, la fille de EPHRAIM SPIVEY et MARY NIXON. Elle est née le 03 novembre 1822 dans le comté de Johnston, Caroline du Sud, États-Unis (ou comté d'Autauga, Alabama, États-Unis), et décédée le 06 août 1914 à Kellyton, comté de Coosa, Alabama, États-Unis.

George Washington Smith figure parmi les enfants d'Isaac Smith dans le registre familial d'une vieille Bible Smith. La Bible a été transmise à George, pour finalement arriver à Coye Smith Bartlet. (Où est la Bible maintenant, je ne sais pas.)
Né dans le comté de Montgomery, en Alabama, près de la colonie de frère John Browning avant que cette partie du comté ne soit divisée pour devenir une partie du comté de Lowndes, il est resté dans le comté de Lowndes avec ses parents pendant plusieurs années avant que son père, Isaac, ne déménage la famille. vers le nord jusqu'au comté de Coosa dans le bassin d'Elkahatchee Creek, puis plus tard dans le comté de Tallapoosa.
Lors du recensement de 1850 dans le comté de Coosa, George est répertorié comme Washington, ce qui nous donne son deuxième prénom.
Il est mentionné dans le testament de son père, mais ce qui lui a été donné dans le testament a également été transmis à son frère, Benjamin, qui devait le garder en fiducie pour les enfants de GW.

« QUATRIÈMEMENT, je donne à mon fils, GW Smith, toutes les terres au sud du ruisseau Oaktasasca qui appartiennent au quart nord-est de la section neuf dans le canton vingt-trois du rang vingt et un. Aussi les esclaves suivants Sally, Alfred, Alick , Hannah et Mary, le tout devant être détenu en fiducie par mon fils, BF Smith, et non responsable des dettes dudit GW Smith, mais devant être utilisé pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille et à l'éducation de ses enfants. et à la mort dudit GW Smith, lesdites terres et nègres et leur augmentation à vendre et le produit à partager également entre les héritiers légitimes dudit GW Smith. »

(Cela soulève une question dans mon esprit quant à savoir s'il y avait eu un fossé entre GW et son père, Isaac. S'il y avait un différend entre eux, j'aimerais savoir ce que c'était.)

Il devait également recevoir un quart de toutes les propriétés restantes d'Isaac :
« TREIZIÈME, je veux que (mes) exécuteurs testamentaires vendent tout le solde de mes biens périssables, et une fois toutes mes dettes payées, le solde sera divisé également entre mes quatre fils John J. Smith, GW Smith, BF Smith et AJ Smith."

Cependant, après avoir examiné le jugement final sur le testament homologué d'Isaac, il semble qu'il a reçu plus que ce que son père lui a réellement voulu. Cela était probablement dû à la mort de son plus jeune frère avant le décret final.
Le 2 juillet 1862, GW entra au service des États confédérés d'Amérique, s'enrôlant dans le 5th Battalion of Hilliard’s Legion, Company B. Il s'agissait d'une unité de cavalerie de l'Alabama, qui fut plus tard absorbée par le 14th Alabama. Selon sa demande de pension de veuve, George Washington Smith a pris sa retraite du service de l'armée confédérée en tant que soldat dans la compagnie G du 14th Alabama Infantry Regiment.
Selon le récit historique de Willis Brewer sur l'Alabama et ses armées dans son livre -- Alabama: Her History, Resources, War Record, and Public Men From 1540 to 1872 --

« Ce régiment fut organisé à Auburn, le 1er août 1861 [avec des hommes de Montgomery et d'Auburn et des comtés de Chambers, Jackson, Randolph et Tallapoosa.] Il se rendit d'abord à Huntsville, puis en Virginie, où il arriva en novembre. [ Il a été envoyé à Richmond pour se reposer après avoir souffert des maladies du camp, en particulier de la rougeole.] Se rendant à Yorktown, il a été formé par le général Pryor de Virginie, la division de Longstreet. Le commandement s'est replié avec l'armée et a combattu à Williamsburg avec de lourdes pertes à quatre A Seven Pines, il était de nouveau en action, avec peu de pertes. Il a participé à Mechanicsville, et a été presque anéanti à Frazier's Farm et Malvern Hill, perdant presque tous les officiers, après avoir chargé à plusieurs reprises les positions presque imprenables de l'ennemi. Il se dirigea vers le Potomac avec l'armée, et fut engagé avec de légères pertes lors de la deuxième bataille de Manassas [Bull Run]. Fortement réduit en force, le 14e combattit à Sharpsburg, souffrant gravement de pertes ies. Placé dans la brigade de Cadmus Wilcox, la division Anderson - avec les huitième, neuvième, dixième et onzième régiments de l'Alabama - il était sur la ligne du Rappahannock pendant l'hiver 1862 - 3 et était en ligne de bataille sur les hauteurs lorsque Burnside a été repoussé à Fredericksburg. Le régiment a été fortement engagé, et avec de lourdes pertes, à Salem [(151 victimes), à l'église de Salem (à Chancellorsville)]. Il a fait la campagne de Pennsylvanie, et le sang de ses vétérans a été versé librement à Gettysburg. L'hiver 1863-1863 se passa au camp près d'Orange C.H. et le Quatorzième fut engagé avec des résultats choquants à la fois dans le Wilderness et Spottsylvania, émergeant de ces batailles avec des rangs très réduits. Désormais dans la brigade Sanders, division Mahone, la Quatorzième participa aux luttes nombreuses et sanglantes autour de Petersbrug, au cours des dix derniers mois de la guerre. Ses couleurs ont été enroulées pour toujours à Appomattox, où seulement 70 ou 80, sous le commandement du capitaine Perry de Lowndes, étaient présents. Les noms de 1317 hommes étaient sur ses listes, dont plus de 250 ont péri au combat, 350 sont morts au service et 159 ont été démobilisés ou transférés. »

D'autres dossiers familiaux indiquent que GW Smith était effectivement présent à Gettysburg et Appomattox et, il était l'un des rares hommes de son régiment à être rentré chez lui après la guerre de Sécession.
Le 20 juillet 1876, lui et sa femme, Mary Ann, ont célébré l'union de leur fils, G W Smith, Jr., à Sarah L. Collins dans la maison de leur ami J W Hawkins dans le comté de Clay, en Alabama. C'était un double mariage où ont également été mariés la fille de M. Hawkins, Sarah, à Daniel Bailey. Daniel M Bailey et GW Smith (tous deux âgés) ont établi des obligations pour leurs fils.
Dans ses dernières années, GW Smith a déménagé sa famille dans le comté de Clay près de Millerville, en Alabama, où il a cultivé la terre. Avant de mourir, il est retourné dans le comté de Coosa où il a vécu jusqu'à l'âge de 72 ans et 12 jours.

J'ai lu plusieurs descriptions de nombreuses femmes Spivey disant qu'elles étaient "petites, aux yeux bleus, aux cheveux blonds" ou "à la peau claire et aux yeux bleus". D'après les photos que j'ai vues d'elle dans ses vieilles années, je pense que cela peut aussi décrire Mary Ann Spivey Smith.
Bien que la licence n'ait jamais été signée par le ministre exécutant, je pense que G. W. Smith et Mary Ann Spivey se sont probablement mariés le jour même où ils ont reçu leur licence.

Les enfants de GEORGE SMITH et MARY SPIVEY sont :
je. LAURA ETTA4 SMITH, b. 26 octobre 1843, comté de Coosa, Alabama d. 15 juin 1913, Titus, comté d'Elmore, Alabama m. WALTER TERRY COLQUITT, 28 mars 1865 n. 4 septembre 1843, comté de Talbot, Géorgie, États-Unis d. 04 juin 1917, comté d'Elmore, Alabama, États-Unis.
ii. REBECCA SMITH, b. Pari. janvier - octobre 1846, comté de Coosa, Alabama d. Pari. 1850 - 1860, comté de Coosa, Alabama.
iii. MARY FRANCES SMITH, n. 03 novembre 1847, comté de Coosa, Alabama d. 04 mai 1875, Alabama m. JAMES BRYANT, 04 septembre 1871.
iv. MARTHA ELIZABETH SMITH, b. 02 février 1848, Coosa County, Alabama, États-Unis d. 14 septembre 1884, Alabama, États-Unis m. ROBERT HENRY DARK, 1er novembre 1866, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis n. 12 avril 1846, Géorgie, États-Unis d. 25 février 1922, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis.
v. VIRGINIA SMITH, b. Vers mars 1850, comté de Coosa, Alabama d. Pari. 1850 - 1860.
vi. BENJAMIN ADDISON SMITH, b. juin 1850, comté de Coosa, Alabama, États-Unis d. 1895, comté de Clay, Alabama, États-Unis m. (1) ABATTAGE D'ADELIA ANGELINE, Bef. 04 septembre 1871 b. 14 mars 1847, Whiteville, comté de Harris, Géorgie, États-Unis d. 9 octobre 1885, Hackneyville, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis m. (2) EMMA E. SPEARS, 28 février 1886, comté de Clay, Alabama b. septembre 1858 d. 1903, comté de Clay, Alabama.
vii. ALABAMA SMITH, b. Vers 1854, comté de Coosa, Alabama d. 20 juillet 1901 m. SAMUEL WILLIAMS.
viii. GEORGE WASHINGTON SMITH, JR., b.12 avril 1857, comté de Coosa, Alabama d. 04 janvier 1928, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis m. SARAH LOU COLLINS, 21 juillet 1876, comté de Clay, Alabama b. 1859 d. 1938, inhumé à l'église méthodiste Liberty dans le comté de Tallapoosa, en Alabama.
ix. SARAH ANN SMITH, b. 05 mai 1859, comté de Coosa, Alabama d. 22 mars 1933, enterré à l'église méthodiste Liberty dans le comté de Tallapoosa, Alabama m. ROBERT W. HAWKINS n. 07 avril 1857 d. 22 mars 1935, inhumé à l'église méthodiste Liberty dans le comté de Tallapoosa, Alabama.
X. ROBERT WILLIS SMITH, n. 04 octobre 1863, comté de Coosa, Alabama d. 26 septembre 1941, Wadley, Chambers County, Alabama, États-Unis m. LEOLA R. RIDDLE, 30 septembre 1884, comté de Clay, Alabama b. 26 avril 1867 d. 22 octobre 1936, enterré à l'église méthodiste Liberty dans le comté de Tallapoosa, Alabama.
xi. PAYTON LOMAN SMITH, b. 09 juin 1866, comté de Coosa, Alabama d. 02 août 1945, Alexander City, comté de Tallapoosa, Alabama, États-Unis m. ÉBAUCHE NANCY ANN b. 04 janvier 1869 d. 07 mars 1945, enterré à l'église méthodiste Liberty dans le comté de Tallapoosa, Alabama.

10. BENJAMIN FRANKLIN3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est né en janvier 1828 dans le comté de Montgomery, Alabama, États-Unis, et est décédé à l'arrière. 20 juin 1900. Il épousa LUCY E. CORNELIUS le 19 septembre 1851 à Coosa County, Alabama. Elle est décédée Bef. 1900.

En 1861, à la mort de son père, Benjamin Franklin Smith et sa famille vivaient toujours à Tallapoosa, comme le montre le deuxième paragraphe de la déclaration de décès d'Isaac Smith consignée par John J et lui-même, ces deux-là ayant été nommés exécuteurs testamentaires de leur père. domaine:

« Vos pétitionnaires déclarent et montrent en outre que les plus proches parents et les seuls héritiers légaux dudit testament sont les suivants : la veuve de la défunte Lucy ML Smith, âgée de plus de vingt et un ans et résidant dans ledit comté de Tallapoosa et les enfants suivants à savoir George W. Smith, qui a plus de vingt et un ans et réside dans le comté de Tallapoosa susmentionné, Andrew J. Smith, et réside dans le comté de Tichamingo, Mississippi et dont le bureau de poste est Corinth. Vos pétitionnaires, qui résident tous deux dans ce comté et Adeline T. O’Brien, épouse de Brisso O’Brien, âgée de plus de vingt et un ans et résidant dans le comté de Tallapoosa susmentionné et les petits-enfants suivants, à savoir.

À la mort de son père, il lui restait le terrain sur lequel était construite la maison d'Isaac, la majeure partie de la maison et plusieurs esclaves, ainsi que plus d'un quart du produit des biens périssables et immobiliers :

« SEPTIÈME, je donne à mon fils, BF Smith, le quart nord-ouest de la section neuf et la moitié sud du quart sud-ouest de la section quatre, tous dans le canton vingt-trois du rang vingt et un avec toutes les dépendances y appartenant sauf telles que ont été donnés à ma femme, qui lui sera (?) en usage à sa mort, ainsi que les esclaves suivants Osbourn, Delph, Susan, Juda, Henry, David, Isham et Julian et leur augmentation."
« TREIZIÈME, je veux que [mes] exécuteurs testamentaires vendent tout le solde de mes biens périssables, et une fois toutes mes dettes payées, le solde sera divisé également entre mes quatre fils John J. Smith, GW Smith, BF Smith et AJ Smith."
« QUINZIÈME, c'est ma volonté qu'à la mort d'AJ Smith qui devrait mourir sans héritier que mes exécuteurs testamentaires vendent les biens que je lui ai donnés et répartissent le produit comme suit la moitié à partager également entre mes deux fils BF et John J. Smith et la balance [sic] à partager également avec toute la balance [sic] de mes héritiers légitimes. »

Benjamin était l'huissier du comté de Tallapoosa et donc, il a été exempté par une lettre spéciale reçue du gouverneur du service pendant la guerre civile américaine. Quoi qu'il en soit, il entra en service en 1863 à Bungiville, en Alabama, dans la William Petty Company et continua dans la State Guards. Vers la fin de la guerre, il a été envoyé en Floride, a été mis en congé par le général Clanton et est rentré chez lui à la fin de la guerre.
Benjamin a quitté le comté de Tallapoosa, peu de temps après son retour de la guerre, pour s'installer à Opelika dans le comté de Lee, en Alabama. Là, nous le trouvons lui et sa famille dans les registres des recensements de 1870 et 1880 en tant qu'agriculteur en 1870 et épicerie en 1880. Après la mort de sa femme, Lucy, il est retourné dans le comté de Tallapoosa, où lui et son fils John F Smith, également veuf, partageait une maison.
Les enfants de BENJAMIN SMITH et LUCY CORNELIUS sont :
je. JOHN F.4 SMITH, b. juillet 1854 d. À l'arrière 1900.
ii. ELLEN M. SMITH, n. Pari. 1857 - 1858.
iii. ISAAC SMITH II191, b. 1861.
iv. L. J. SMITH, b. 1865.
v. R. A. SMITH, b. 1868.
vi. SARA REBECCA SMITH, b. 1873.
vii. BENJAMIN FRANKLIN SMITH, JR., n. 1877 m. PISCINE MALONIA A.192.
viii. VESILLIA R. C. SMITH, b. 1879.

11. ANDREW JACKSON3 SMITH (ISAAC2, ROBERT1) est né vers 1831 dans le comté de Lowndes, Alabama, États-Unis, et est décédé Bet. 24 mars 1862 - 08 octobre 1863. Il épousa ADELINE DELOACH le 04 juillet 1858 à Coosa County, Alabama, USA. Elle est née vers 1834 en Caroline du Sud, aux États-Unis.

Andrew Jackson Smith n'a vécu que jusqu'à environ 31 ou 32 ans.
Dans le testament de son père, il lui a été laissé une terre :

" TROISIÈMEMENT, je donne à mon plus jeune fils, AJ Smith, cent acres au large de l'extrémité sud du quart nord-est de la section quatre du canton vingt-trois du rang vingt et un. Aussi les esclaves suivants Guss, Malinda, Abe et Eliza, qui sera détenue en fiducie par mon fils John J. Smith pour l'entretien et le soutien d'AJ Smith et de sa famille, mais ne sera pas responsable de toute dette qui a ou pourrait être contractée par ledit AJ Smith. succession et être distribué comme prévu ci-après au cas où AJ Smith mourrait sans héritier."

(Remarque : je trouve un peu étrange qu'il y ait une clause de mort pour AJ Smith dans le testament d'Old Issac, mais c'est peut-être uniquement parce qu'il était le plus jeune, qu'il était marié depuis environ trois ans et qu'il n'avait toujours pas d'héritier au moment où Isaac a écrit son testament.)

Peu de temps après son mariage avec Adeline DeLoach en 1858, le couple a émigré à Corinthe dans le comté de Tichamingo, Mississippi.
Au moment où le testament d'Isaac a été soumis à l'homologation et le règlement final a été effectué le 8 octobre 1863, A. J. était décédé, étant décédé sans héritier.


Isaac Smith, III

Isaac Smith était un pionnier et un agriculteur. La date et le lieu de sa naissance ne sont pas connus.

D'une source, l'histoire a été transmise selon laquelle Isaac était écossais-irlandais et est venu sur un bateau et que son fils John est venu avec lui ou quelque temps après lui. On ne sait pas s'il était marié à la mère de son fils, mais elle n'est pas venue en Amérique.

On pense qu'il a vécu pendant un certain temps à Shenandoah Co., VA. L'article suivant a été extrait de l'"Histoire du comté de SHenandoah" :

Le 2e mois 1782 des Mémoires et Journal de Hugh Judge (Il était apparemment un prédicateur). Ces comptes, tels qu'ils sont donnés dans le livre du juge de sa visite à Smith Creek et d'autres sections du comté de Shenandoah.

"Le 10 du mois (2e mois 1782) et le premier de la semaine, nous avons rendu visite aux familles d'Isaac Smith et de Joseph Allen le matin, puis avons assisté à la réunion de Smith's Creek, qui était importante, nombre d'autres sociétés étant présentes."

Les sociétés mentionnées ci-dessus doivent avoir été membres d'autres églises et elles les ont appelées sociétés.

Voici les informations du premier recensement des États-Unis de 1790, chefs de famille - Chef de famille Virginie 1783 dans la liste d'Alexander Hite, Shenandoah CO. (page 66) : (Notez combien de temps il a fallu pour enregistrer ce qui a été recueilli)

Une source déclare: "Il semble qu'il ait épousé Frankie _____?" Une autre source transmise au fil des ans dit que Frankie était sa fille. L'histoire raconte qu'il s'est marié après son arrivée en Amérique et que Frankie était sa fille issue de ce mariage. Si cela était vrai, le recensement mentionné ci-dessus pourrait être vrai avec Isaac, sa femme, John et Frankie. Les autres enfants que nous connaissons ne sont pas nés en 1783.

Le comté de Russel, VA a été formé à partir de Washington Co., VA en 1784. On pense qu'Isaac a déménagé sa famille à Russell Co. où il est décédé, mais nous n'avons aucune preuve et il est peut-être mort à Shenandoah Co. avant que la famille ne déménage. au nouvel emplacement.

Frankie et les autres enfants ont déménagé de Virginie à Carr's Fork dans ce qui était Letcher Co., KY, mais est maintenant connu sous le nom de Knott CO., KY. Je voudrais apporter une correction - la région était probablement Floyd Co. à cette époque (elle est devenue un comté en 1799) car Letcher n'a été formé qu'en 1842 et Knott n'a été formé qu'en 1884. Après Floyd Co. c'était Perry Co. (formé en 1820).

Tous les enfants ont déménagé avec Frankie sauf William et ce sera une histoire plus tard.

Une autre histoire transmise qui est intéressante est que John et Frankie ayant été demi-frère et sœur ont vécu ensemble en tant qu'homme et femme après avoir déménagé dans le Kentucky. Quand on sut qu'ils étaient frère et sœur, John partit et se rendit dans l'Iowa. Il n'y a pas d'autres informations à son sujet. Pour faire plus de vérité que de fiction dans cette histoire sur un autre âge, vous trouverez une copie conforme d'un acte daté du 9 novembre 1883 qui a été signé par tous les deux. Si cette information est vraie, Melvina aurait pu être leur enfant. (Cet enfant a été inclus avec les autres enfants comme étant celui d'Isaac). Mais selon d'autres registres de recensement, elle est née en 1820, elle n'aurait donc pas pu appartenir à Isaac. La famille était censée avoir déménagé dans le Kentucky avant William et nous avons la preuve qu'il était au KY en 1820. Donc, si vous regardez le tableau de famille, Rachel est née en 1800, ils auraient donc dû déménager peu de temps après. Je vais faire une supposition folle que cela peut avoir été autour de 1810. J'ai quelque chose sur lequel je veux obtenir plus d'informations et c'est Isaac Smith qui est mort après 1801 et cela ressemble à cela pourrait être notre Isaac. Je vous en dirai plus dans la lettre qui suivra.

D'après les documents précédents, il a été déclaré que Frankie avait peut-être épousé un John (ou James) Kelly, probablement après le départ de John Smith. Dans l'un des registres du recensement, il montre un John Kelly résidant avec l'un des autres enfants.

Frankie vivait sur Lower Carr près de l'embouchure du ruisseau Sassafras. Elle est décédée le 24 avril 1848 à Le5tcher Co., KY et à l'origine enterrée là où se trouve le barrage de Carr Fork. Elle est maintenant enterrée par John Kelly dans le cimetière du gouvernement à la tête de Betty Toublesome avec une date à laquelle elle est décédée en 1848. Cette information provient des dossiers d'Ila Caton.

Réimprimé de Isaac Smith Family History My Great, Great, Great, grand-père était Isaac Smith qui vivait dans le comté de Shenandoah, en Virginie, mais a déménagé dans le comté de Russell en 1800. Il est décédé et sa femme Frankie a pris les enfants (sauf Billy B., qui était malade ) à KY. Il a été laissé avec une famille du nom de Branham qui l'a élevé. Il s'appelait alors Branham-Smith. Après être allé au Kentucky, il a épousé Elizabeth Childers du comté de Floyd KY en 1820.


Contenu

Le nom anglicisé Isaac est une translittération du terme hébreu Yiṣḥāq (יִצְחָק) qui signifie littéralement "Il rit/rira". Des textes ougaritiques datant du XIIIe siècle avant notre ère font référence au sourire bienveillant de la divinité cananéenne El. [4] La Genèse, cependant, attribue le rire aux parents d'Isaac, Abraham et Sarah, plutôt qu'à El. Selon le récit biblique, Abraham tomba la face contre terre et se mit à rire lorsque Dieu (hébreu, Elohim) ont annoncé la nouvelle de la naissance éventuelle de leur fils. Il a ri parce que Sarah avait dépassé l'âge de procréer, elle et Abraham avaient un âge avancé. Plus tard, lorsque Sarah a entendu trois messagers du Seigneur renouveler la promesse, elle a ri intérieurement pour la même raison. Sarah a nié avoir ri lorsque Dieu a interrogé Abraham à ce sujet. [1] [5] [6]

Dans Amos, Isaac n'est pas orthographié avec un צ mais avec un ש - Amos 7:9 ישחק.

Naissance Modifier

Il a été prophétisé au patriarche Abraham qu'il aurait un fils et que son nom devrait être Isaac. Quand Abraham eut cent ans, ce fils lui naquit de sa première femme Sarah. [7] Bien que ce soit le deuxième fils d'Abraham [8] (le premier fils d'Abraham était Ismaël, avec Agar) c'était le premier et unique enfant de Sarah.

Le huitième jour après sa naissance, Isaac fut circoncis, comme cela était nécessaire pour tous les mâles de la maison d'Abraham, afin d'être en conformité avec l'alliance de Yahweh. [9]

Après le sevrage d'Isaac, Sarah a vu Ismaël se moquer et a exhorté son mari à chasser Agar l'esclave et son fils, afin qu'Isaac soit le seul héritier d'Abraham. Abraham hésitait, mais sur l'ordre de Dieu, il écouta la demande de sa femme. [dix]

Reliure Modifier

À un moment donné dans la jeunesse d'Isaac, son père Abraham l'a emmené au mont Moriah. Sur l'ordre de Dieu, Abraham devait construire un autel sacrificiel et y sacrifier son fils Isaac. Après qu'il eut attaché son fils à l'autel et sorti son couteau pour le tuer, au dernier moment un ange de Dieu empêcha Abraham de continuer. Au lieu de cela, il a été ordonné de sacrifier un bélier à proximité qui était coincé dans les fourrés.

Vie de famille Modifier

Avant qu'Isaac ait 40 ans (Gn 25:20), Abraham envoya Eliezer, son intendant, en Mésopotamie pour trouver une femme pour Isaac, de la famille de son neveu Bethuel. Eliezer a choisi l'araméen Rebecca pour Isaac. Après de nombreuses années de mariage avec Isaac, Rebekah n'avait toujours pas donné naissance à un enfant et était considérée comme stérile. Isaac a prié pour elle et elle a conçu. Rebecca a donné naissance à des jumeaux, Esaü et Jacob. Isaac avait 60 ans lorsque ses deux fils sont nés. [11] Isaac favorisa Esaü, et Rebecca favorisa Jacob. [12]

Les récits sur Isaac ne mentionnent pas qu'il a des concubines. [13]

Migration Modifier

Isaac a déménagé à Bière-lahai-roi après la mort de son père. [14] Lorsque le pays connut la famine, il s'installa dans le pays philistin de Guérar, où vivait autrefois son père. Cette terre était encore sous le contrôle du roi Abimélec comme au temps d'Abraham. Comme son père, Isaac a également trompé Abimélec au sujet de sa femme et s'est également lancé dans le commerce des puits. Il était retourné à tous les puits que son père avait creusés et avait vu qu'ils étaient tous bouchés avec de la terre. Les Philistins l'ont fait après la mort d'Abraham. Alors, Isaac les a déterrés et a commencé à creuser pour d'autres puits jusqu'à Beersheba, où il a fait un pacte avec Abimélec, tout comme au jour de son père. [15]

Droit d'aînesse Modifier

Isaac a vieilli et est devenu aveugle. Il appela son fils Esaü et lui ordonna de lui procurer du gibier, afin de recevoir la bénédiction d'Isaac. Pendant qu'Ésaü chassait, Jacob, après avoir écouté les conseils de sa mère, trompa son père aveugle en se faisant passer pour Ésaü et obtint ainsi la bénédiction de son père, de sorte que Jacob devint le principal héritier d'Isaac et Ésaü se retrouva dans une position inférieure. Selon Genèse 25 :29-34, Esaü avait auparavant vendu son droit d'aînesse à Jacob pour « du pain et du ragoût de lentilles ». Par la suite, Isaac envoya Jacob en Mésopotamie pour épouser la maison du frère de sa mère. Après 20 ans de travail pour son oncle Laban, Jacob est rentré chez lui. Il s'est réconcilié avec son frère jumeau Esaü, puis lui et Esaü ont enterré leur père, Isaac, à Hébron après sa mort à l'âge de 180 ans. [16] [17]

Arbre généalogique Modifier

Térah
Sarah [18] Abraham Agar Haran
Nahor
Ismaël Milca Parcelle Iscah
Ismaélites 7 fils [19] Béthuel 1ère fille 2e fille
Isaac Rébecca Laban Moabites Ammonites
Ésaü Jacob Rachel
Bilha
Édomites Zilpa
Horrible
1. Ruben
2. Siméon
3. Lévi
4. Juda
9. Issacar
10. Zabulon
Dina (la fille)
7. Dieu
8. Asher
5. Dan
6. Nephtali
11. Joseph
12. Benjamin

Selon la tradition locale, les tombes d'Isaac et de Rébecca, ainsi que les tombes d'Abraham et de Sarah et de Jacob et Léa, se trouvent dans le Caveau des Patriarches.

Dans la tradition rabbinique, l'âge d'Isaac au moment de la liaison est considéré comme étant de 37 ans, ce qui contraste avec les représentations courantes d'Isaac enfant. [20] Les rabbins pensaient aussi que la raison de la mort de Sarah était la nouvelle du sacrifice prévu d'Isaac. [20] Le sacrifice d'Isaac est cité dans les appels à la miséricorde de Dieu dans les traditions juives ultérieures. [21] Les interprétations juives post-bibliques élaborent souvent le rôle d'Isaac au-delà de la description biblique et se concentrent principalement sur le sacrifice d'Isaac prévu par Abraham, appelé le aqedah ("obligatoire"). [4] Selon une version de ces interprétations, Isaac est mort dans le sacrifice et a été ressuscité. [4] Selon de nombreux récits d'Aggadah, contrairement à la Bible, c'est Satan qui teste Isaac en tant qu'agent de Dieu. [22] La volonté d'Isaac de suivre le commandement de Dieu au prix de sa mort a été un modèle pour de nombreux Juifs qui ont préféré le martyre à la violation de la loi juive. [20]

Selon la tradition juive, Isaac a institué la prière de l'après-midi. Cette tradition est basée sur Genèse chapitre 24, verset 63 [23] ("Isaac sortit pour méditer dans les champs au soir"). [20]

Isaac était le seul patriarche qui est resté à Canaan pendant toute sa vie et bien qu'une fois qu'il ait essayé de partir, Dieu lui a dit de ne pas le faire. [24] La tradition rabbinique a donné l'explication qu'Isaac a été presque sacrifié et que tout ce qui est consacré comme sacrifice ne peut pas quitter la Terre d'Israël. [20] Isaac était le plus vieux des patriarches bibliques au moment de sa mort, et le seul patriarche dont le nom n'a pas été changé. [4] [25]

La littérature rabbinique a également lié la cécité d'Isaac dans la vieillesse, comme indiqué dans la Bible, à la liaison sacrificielle : les yeux d'Isaac sont devenus aveugles parce que les larmes des anges présents au moment de son sacrifice sont tombées sur les yeux d'Isaac. [22]

L'église chrétienne primitive a continué et développé le thème du Nouveau Testament d'Isaac comme un type de Christ et l'Église étant à la fois « le fils de la promesse » et le « père des fidèles ». Tertullien établit un parallèle entre Isaac portant le bois pour le feu sacrificiel et Christ portant sa croix. [26] et il y avait un accord général que, alors que tous les sacrifices de l'Ancienne Loi étaient des anticipations de celui du Calvaire, le sacrifice d'Isaac était ainsi « d'une manière prééminente ». [27]

L'Église orthodoxe orientale et l'Église catholique romaine considèrent Isaac comme un saint avec d'autres patriarches bibliques. [28] Avec ceux d'autres patriarches et des Justes de l'Ancien Testament, sa fête est célébrée dans l'Église orthodoxe orientale et le rite byzantin de l'Église catholique le deuxième dimanche avant Noël (11-17 décembre), sous le titre le dimanche des ancêtres. [29] [30]

Nouveau Testament Modifier

Le Nouveau Testament déclare qu'Isaac a été « offert » par son père Abraham, et qu'Isaac a béni ses fils. [25] Paul a comparé Isaac, symbolisant la liberté chrétienne, avec le fils aîné rejeté Ismaël, symbolisant l'esclavage [4] [31] Agar est associée à l'alliance du Sinaï, tandis que Sarah est associée à l'alliance de grâce, dans laquelle son fils Isaac entre .L'épître de Jacques chapitre 2, versets 21-24, [32] déclare que le sacrifice d'Isaac montre que la justification (au sens johannique) requiert à la fois la foi et les œuvres. [33]

Dans l'épître aux Hébreux, la volonté d'Abraham de suivre le commandement de Dieu de sacrifier Isaac est utilisée comme un exemple de foi, tout comme l'action d'Isaac en bénissant Jacob et Esaü en référence à l'avenir promis par Dieu à Abraham. [34] Au verset 19, l'auteur considère la libération d'Isaac du sacrifice comme analogue à la résurrection de Jésus, l'idée du sacrifice d'Isaac étant une préfiguration du sacrifice de Jésus sur la croix. [35]

L'Islam considère Isaac (arabe : اسحاق Ishaq ou Ishaaq) un prophète de l'Islam, et le décrit comme le père des Israélites et un juste serviteur de Dieu.

Isaac, avec Ismaël, est très important pour les musulmans pour continuer à prêcher le message du monothéisme après son père Abraham. Parmi les enfants d'Isaac, il y avait le patriarche israélite Jacob, qui est également vénéré en tant que prophète islamique.

Isaac est mentionné quinze fois par son nom dans le Coran, souvent avec son père et son fils Jacob. [36] Le Coran déclare qu'Abraham reçut « la bonne nouvelle d'Isaac, un prophète, des justes », et que Dieu les bénit tous les deux (37 : 112). Dans une description plus complète, lorsque des anges vinrent à Abraham pour lui annoncer le châtiment futur à imposer à Sodome et Gomorrhe, sa femme, Sarah, « rit, et Nous lui annoncions la bonne nouvelle d'Isaac, et après Isaac de (un petit-fils) Jacob" (11 : 71-74) et il est en outre expliqué que cet événement aura lieu malgré la vieillesse d'Abraham et de Sarah. Plusieurs versets parlent d'Isaac comme d'un « don » à Abraham (6 : 84 14 : 49-50), et 24 : 26-27 ajoute que Dieu a fait « la prophétie et le Livre pour être parmi sa progéniture », ce qui a été interprété comme font référence aux deux fils prophétiques d'Abraham, son petit-fils prophétique Jacob et son arrière-petit-fils prophétique Joseph. Dans le Coran, il est rapporté plus tard qu'Abraham a également loué Dieu pour lui avoir donné Ismaël et Isaac dans sa vieillesse (14 : 39-41).

Ailleurs dans le Coran, Isaac est mentionné dans des listes : Joseph suit la religion de ses ancêtres Abraham, Isaac et Jacob (12 : 38) et parle de la faveur de Dieu pour eux (12 : 6) Les fils de Jacob témoignent tous de leur foi et promettent d'adorer le Dieu que leurs ancêtres, « Abraham, Ismaël et Isaac », adoraient (2 : 127) et le Coran commande aux musulmans de croire aux révélations qui ont été données à « Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Patriarches » (2 : 136 3 : 84). Dans le récit du Coran du quasi-sacrifice de son fils par Abraham (37 : 102), le nom du fils n'est pas mentionné et le débat s'est poursuivi sur l'identité du fils, bien que beaucoup pensent que l'identité est l'élément le moins important dans une histoire qui est donnée pour montrer le courage que l'on développe par la foi. [37]

Coran Modifier

Le Coran mentionne Isaac comme un prophète et un homme juste de Dieu. Isaac et Jacob sont mentionnés comme étant accordés à Abraham comme des dons de Dieu, qui adorait alors Dieu seul et étaient des leaders justes dans la voie de Dieu :

Et Nous lui avons accordé Isaac et, comme cadeau supplémentaire, (un petit-fils), Jacob, et Nous avons fait de chacun (d'entre eux) des hommes justes.
Et Nous les avons faits chefs, guidant (les hommes) par Notre Commandement, et Nous leur avons envoyé l'inspiration pour faire de bonnes actions, établir des prières régulières et pratiquer la charité régulière et ils Nous ont constamment servi (et Nous seulement).

Et NOUS lui avons annoncé la bonne nouvelle d'Isaac, un prophète et l'un des justes.

Certains érudits ont décrit Isaac comme « une figure légendaire » ou « comme une figure représentant l'histoire tribale, ou « comme un chef semi-nomade ». origine dans les mémoires folkloriques et les traditions orales de l'expérience pastorale hébraïque primitive." [41] Le compagnon de Cambridge à la Bible fait le commentaire suivant sur les histoires bibliques des patriarches :

Pourtant, bien que ces histoires maintiennent une distance entre leur monde et celui de leur époque de croissance et de composition littéraires, elles reflètent les réalités politiques des périodes ultérieures. De nombreux récits traitent de la relation entre les ancêtres et les peuples qui faisaient partie du monde politique d'Israël au moment où les histoires ont commencé à être écrites (huitième siècle avant notre ère). Lot est l'ancêtre des peuples transjordaniens d'Ammon et de Moab, et Ismaël personnifie les peuples nomades connus pour avoir habité l'Arabie du Nord, bien que situés dans l'Ancien Testament dans le Néguev. Esaü personnifie Edom (36:1), et Laban représente les états araméens au nord d'Israël. Un thème persistant est celui de la différence entre les ancêtres et les Cananéens indigènes… En fait, le thème des différences entre Juda et Israël, personnifiés par les ancêtres, et les peuples voisins du temps de la monarchie est effectivement enfoncé dans le service théologique. d'articuler le choix par Dieu de Juda et d'Israël pour apporter la bénédiction à tous les peuples." [42]

Selon Martin Noth, spécialiste de la Bible hébraïque, les récits d'Isaac remontent à un stade culturel plus ancien que celui de Jacob ouest-jordanien. [40] A cette époque, les tribus israélites n'étaient pas encore sédentaires. Au cours de la recherche de zones de pâturage, ils étaient entrés en contact dans le sud de la Philistie avec les habitants de la campagne sédentaire. [40] L'historien biblique A. Jopsen croit au lien entre les traditions d'Isaac et le nord, et à l'appui de cette théorie, il cite Amos 7:9 ("les hauts lieux d'Isaac"). [40]

Albrecht Alt et Martin Noth soutiennent que « la figure d'Isaac a été rehaussée lorsque le thème de la promesse, auparavant lié aux cultes de « Dieu les Pères », a été incorporé dans le credo israélite au cours de l'étape sud-palestinienne de la croissance du tradition du Pentateuque." [40] Selon Martin Noth, au stade sud-palestinien de la croissance de la tradition du Pentateuque, Isaac s'est établi comme l'un des patriarches bibliques, mais ses traditions ont reculé en faveur d'Abraham. [40]

La première représentation chrétienne d'Isaac se trouve dans les fresques des catacombes romaines. [43] Hors fragments, Alison Moore Smith classe ces œuvres artistiques en trois catégories :

Abraham conduit Isaac vers l'autel ou Isaac s'approche avec le fagot de bâtons, Abraham l'ayant précédé jusqu'au lieu d'offrande. Abraham est sur un piédestal et Isaac se tient à côté, les deux personnages en attitude d'orant. Abraham est montré sur le point de sacrifier Isaac tandis que ce dernier se tient debout ou s'agenouille sur le sol à côté de l'autel. Parfois, Abraham saisit Isaac par les cheveux. Parfois, le bélier est ajouté à la scène et dans les peintures ultérieures, la main de Dieu émerge d'en haut. [43]


Isaac Smith ScStr - Histoire

Compilé par le Dr Charles Banks, c. 1925.
Transcrit et préparé pour le web par C. Baer 1999.
[Commentaires entre parenthèses ajoutés par C. Baer, ​​1999. Sources sur demande.]

12. ISAAC CHASE , ( Thomas1 ), le premier du nom à s'établir sur Martha's Vineyard, descendait de la famille Chase de la paroisse de Chesham, Buckinghamshire, par Aquila, ( a ) son grand-père, bapt. 14 août 1580. Richard,( b ) son arrière-grand-père, bapt. le 23 août 1542 (qui épousa Joan Bishop le 16 mai 1564) et Thomas ( c ). Isaac2 était b. env. 1er avril 1650, ou 1647 (selon sa pierre tombale), et vint d'abord à Tisbury en 1674, apportant avec lui le métier de forgeron ainsi que ses prédilections pour la religion quaker. [Voir aussi Annals of Tisbury : Sketches of the Early Settlers. ]

Il m. (1) MARY PERKINS de Hampton, N. H. (soeur de son compagnon d'émigration à la vigne, Jacob Perkins) le 20 février 1673, par qui il n'a eu aucun descendant. Cabanon. peu de temps après et il m. (2) MARY TILTON (soeur d'un autre émigrant, Samuel Tilton (3) [*Voir Note.]) 5 octobre 1675, la cérémonie étant célébrée par le révérend John Mayhew. Elle était b. 1658-9 et d. 14 juin 1746 étant la mère de tous ses enfants. Son testament 12 février 1721-22 était pro. Juillet 1727, et son grand domaine foncier, comprenant presque tout le village actuel de Vineyard Haven, est devenu un héritage pour ses enfants. [Il est enterré au cimetière Crossways.]

20. THOMAS, b. 9 novembre 1677.
21. RACHEL, n. 25 octobre 1679 m. (1) SAMUEL KNIGHT (20) de Charlestown 19 juillet 1700 (2) SAMUEL MUNKLEY après 1721.
22. ISAAC, b. 21 janvier 1681.
23. ABRAHAM, n. 10 janvier 1683.
24. JAMES, b. 15 janvier 1685.
25. MARIE, n. 17 janvier 1687 m. SEMAINES BENJAMIN (16) 14 janvier 1704.
26. JOSEPH, n. 26 février 1689.
27. JONATHAN, n. 28 décembre 1691.
28. HANNAH, n. 25 novembre 1693 m. NATHAN PEASE (120) 30 octobre 1712.
29. SARAH, n. 15 octobre 1695 m. SAMUEL COBB 27 juin 1716. [Elle est enterrée au cimetière du village de West Tisbury.]
30. PRISCILLE, b. 12 novembre 1697 m. NATHAN FOLGER 18 novembre 1718.
31. ELIZABETH, n. 7 septembre 1703 d. 27 sept. 1719 unm. [Elle est enterrée au cimetière Crossways.]

20. THOMAS CHASE , ( Isaac,2 Thomas1 ), b. 9 novembre 1677 rés. Homes Hole, maître-marinier. Il m. JANE SMITH (350) 21 février 1704, qui était né. env. 1685. Il d. décédé le 22 décembre 1721 à Virginie lors d'un voyage de cabotage dans son sloop "Vineyard". Son est. a été divisé le 15 octobre 1725. [Sa pierre tombale se trouve au cimetière de Crossways.] Le wid. m. (2) THOMAS CATHCART (10) 15 mai 1724.

35. THOMAS, b. 29 décembre 1713.
36. SARAH, n. 14 décembre 1717 m. (l) SAMUEL DAGGETT (60) 8 novembre 1733 (2) EBENEZER ALLEN (59) env. 1745. [Elle est enterrée au cimetière de Crossways.]

22. ISAAC CHASE , ( Isaac,2 Thomas1 ), b. 21 janvier 1681 rés. Chickemmoo, forgeron et marin. Il m. MARY PEASE (65) 3 avril 1702, qui était né. env. 1680. Il d. en mer le 13 octobre 1716 et son est. par son frère. Abraham 25 février 1719-20. La veuve m. (2) RICHARD CROOKER ou Crocker 9 juillet 1720.

40. NATHAN, n. 16 juillet 1702.
41. CORNELIUS, b. 14 juillet 1705 d. env. 1727 unm.
42. STEPHEN, n. 24 septembre 1708.
43. ISAAC, b. 15 juillet 1712.
44. JOSEPH, n. 22 décembre 1713.
45. LEVI, b. 30 Mch 1716 rés. Sandwich, Mass. bef. 1739.

23. ABRAHAM CHASE , ( Isaac,2 Thomas1 ), b. 10 janv. 1683 Homes Hole, passeur, aubergiste, commerçant. Il m. (1) ABIGAIL BARNARD (1709) prob. dau. de Nathaniel et Mary (Barnard) Barnard de Nantucket qui était b. 1685 et d. 15 octobre 1731 m. (2) MERCY NICKERSON de Falmouth, dau. de Nathaniel3 Nickerson de Chatham, 5 Mch. 1732, qui était né. 1710 et d. 11 sept. 1786. Son testament le 1er février 1760 était pro. 5 Mch. 1764. [Il est enterré au cimetière Crossways.] Son wid. Miséricorde m. (2) THOMAS WINSTON et d. comme veuve de ce dernier [le 11 sept. 1786.]

50. MARIE, n. env. 1710 m. REUBEN BUNKER 23 septembre 1731.
51. ELEANOR, b. 8 octobre 1712 m. JAMES LONG 29 novembre 1734.
52. ABIGAIL, b. 30 octobre 1714 m. JEAN WELDON.
53. ABRAHAM, n. 14 février 1716.
54. TIMOTHÉE, b. 23 juillet 1717 prob. ré. s. p.
55. HANNAH, n. 15 Mch. 1725 m. (1) JOHN FERGUSON 21 sept. 1742 (2) CHRISTOPHER LUCE (55) 28 Mch. 1769.
Par deuxième épouse :
56. VALENTIN, b. 15 juin 1735.
57. ZACCHE, n. 15 juin 1737.
58. DAVID, n. 4 juin 1739 d. y. [Il est enterré au cimetière Crossways.]
59. ATTENDRE MISÉRICORDE, b. 9 avril 174 : (1) JOHN WEST (de Dartmouth) 3 juillet 1758 (2) JEREMIAH CRAPO.
60. MARGARET, n. 21 mai 1750 m. SAMUEL LOOK (53) 11 avril 1769. [Elle est enterrée au cimetière Crossways.]

24. JAMES CHASE , ( Isaac,2 Thomasl ), né : janvier 1685 res. Maisons Trou rem. à Newport, R. I. env. 1714 et à Nantucket avant. 1740. Il m. RACHAEL BROWNE dau. de John et Rachael (Gardner) Browne qui était b. 14 décembre 1687 et d. 24 septembre 1741.

70. ANNE, n. 22 app. 1709 m. TIMOTHY FOLGER 5 décembre 1733.
71. BENJAMIN, n. 28 août 1710 m. MARGARET GARDNER 12 décembre 1734.
72. RACHEL, n. 30 août 1712 m. PETER FITCH 18 février 1730.
73. JAMES, n. 31 juillet 1715 m. ANNE GARDNER 15 décembre 1737.
74. BROWNE, n. 13 Mch. 1718.
75. ELIZABETH, n. 16 février 1720 m. GEORGE GARDNER 18 janvier 1738-9.
76. JEDIDAH, n. 15 février 1723 m. ROBERT BARKER 16 février 1744.

26. JOSEPH CHASE , ( Isaac,2 Thomas1 ), b. 26 février 1689 rés. Homes Hole, chapelier. Il m. LYDIA COFFIN le 26 juillet 1714, qui était b. 6 mai 1697 et d. 17 juillet 1749. Il rem. à Nantucket avant. 1729 et plus tard env. 1737 à E. où lui et sa femme sont enterrés. Il possédait un terrain sur le front du port d'E., l'un des « cinq et vingt » au sud de Main Street. [Joseph et Lydia sont enterrés au cimetière de Tower Hill.]

80. ABEL, n. 9 octobre 1719.
81. MARIE, n. 9 avril 1720 m. DAVID DUNHAM (141) 4 octobre 1748.
82. PRISCILLE, n. (1728) m. HENRY SMITH 17 Mch. 1740-41.
83. DAMARIS, n. 12 mai 1724 m. PETER RIPLEY (17).
84. LYDIA, n. 1726 m. SHUBAEL DUNHAM (130).
85. RACHEL, n. (1730) m. THOMAS GWINN 9 juillet 1769.
86. SARAH, n. 7 avril 1735 m. SETH PEASE (163) 1er octobre 1753.
87. BENJAMIN, n. 14 mai 1737 prob. ré. y.
88. JOSEPH, n. 14 mai 1737.
89. THOMAS, baptisé. 24 juin 1739.

27. JONATHAN CHASE , ( Isaac,2 Thomas1 ), b. 28 déc. 1691 rés. Maisons Trou rem. à Newport, R. I. où il a suivi l'activité de viticulteur. Il m. MEHITABLE _____ vers 1711, mais rien n'est connu de la naissance ou de la mort de sa filiation. Il d. 20 juillet 1743. C'est prob. que les dossiers Quaker peuvent contenir les informations souhaitées.

90. ANNE, n. 1er novembre 1711 m. (1) RICHARD EDWARDS (2) JOHN SCOTT 10 juillet 1740.
91. PERKINS, b. 6 janvier 1713 m. ELIZABETH IRESON 9 juillet 1738.
92. MEHITABLE, b. 4 mai 1716 m. GEORGE LAWRENCE 9 juillet 1738.
93. JONATHAN, n. 1er février 1718 m. ANN KELLEY 9 juin 1739.
94. JEDIDAH, né le 4 septembre 1720 au 1er décembre 1729.
95. PHILANDA, n. (1728) m. ELEAZER WHITE 8 avril 1741.
96. ABIGAIL, née le 30 janvier 1724 m. JOHN DOWNS 17 juin 1744.
97. ANDREW, né le 30 août 1726 m. ANNA ALDEN.
98. HEMAN, né le 6 avril 1728 m. PAMELIA (BREETER ?)
99. PHILIPPE, b. 3 octobre 1730 m. ANNA BOUDD.

35. THOMAS CHASE , ( Thomas,3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 29 déc. 1713 rés. Maisons Hole, marin. Il m. ELIZABETH ATHEARN (23) 16 août 1733, qui était né. 13 avril 1715. Il d. décédé le 7 janvier 1738-39 en Virginie. La largeur. m. (2) CAPT. PETER WEST (25) 16 décembre 1740 [et décédé le 2 septembre 1789.]

40. NATHAN CHASE , ( Isaac,3-2 Thomas1 ), b. 16 juillet 1702 rés. Nantucket, cordonnier. Il m. PARNELL LONG 24 octobre 1723. Il rem. à T., 1739 et d. là 1750. Son testament le 30 août 1750 était pro. le 20 novembre 1750 et le partage de ses biens a été fait le 16 novembre 1757. Le testament de Wid. Parnell Chase était daté du 12 septembre 1757 et pro. 4 octobre 1757.

110. THOMAS.
111. JONATHAN, qui est mort pari. 1750-57 s. p.
112. BENJAMIN, décédé env. 1758, prob. dans la guerre française et indienne. Son testament le 24 mai 1758 pro. Le 2 janvier 1759, laisse tous les biens aux frères Thomas et Shubael.
113. SHUBAELL.
114. ISAAC.
115. MARIE, m. THOMAS SMITH (411) 25 août 1748.
116. ANN, m. JOSEPH HOVEY.

42. STEPHEN CHASE , ( Isaac,3-2 Thomas1 ), b. 24 sept. 1708 rés. Nantucket. Il m. (1) PATIENCE MARSHALL 7 sept. 1730 dau. de Joseph Marshall. Cabanon. 27 février 1749 et il m. (2) DINAH FOLGER 3 janvier 1742.

120. CHARLES, n. 31 mai 1731 m. (1) JANE COLEMAN 30 juillet 1755 (2) EUNICE COFFIN, 16 avril 1771.
121. CORNELIUS, b. 21 septembre 1734.
122. ABIGAIL, b. 15 avril 1737.
123. REBECCA, b. 10 juillet 1739.
Par deuxième épouse :
124. MARGARET, n. (1743) m. CRISPUS GARDNER 8 décembre 1768.
125. DEBORAH, n. (1745).
126. MIRIAM, n. (1747) m. JOHN MORRIS 9 janvier 1772.
127. MARIE, n. (1749)
128. JOSEPH, n. (1751) m. REBECCA FOLGER 15 février 1778.
129. REUBEN, n. 23 juin 1754 d. 23 juin 1824 m. JUDITH GARDNER 19 juin 1783
129a. ZIMRI.

43. ISAAC CHASE , ( Isaac,3-2 Thomas1 ), b. 15 juillet 1712 rés. T., menuisier. Il m. (1) MARY COFFIN le 24 février 1736, décédée. 2 octobre 1765 m. (2) MME. BETHIAH (MAYHEW) (85) NORTON, wid. de Jacob, qui était b. 31 Mch. 1712 et d. 29 Mch. 1796.

130. EUNICE, b. 4 août 1738 m. (1) VALENTINE CHASE (56) (2) DAVID MERRY (33) 29 décembre 1761.
131. RHODA, b. 4 mai 1741 m. JAMES WINSLOW 3 novembre 1757.
132. GEORGES, n. 30 Mch 1744 m. LUCY NORTON (144) 16 février 1769 et d. 22 février 1778, prob. s. p.
133. ISAAC, b. 8 mai 1746 d. novembre 1771.
134. MARIE, n. 11 juin 1748 m. GEORGE WEST (131) 10 décembre 1767.
135. JOSEPH, n. 6 août 1750 m. MARTHA HILLMAN (147) 26 décembre 1772.
136. HANNAH, née le 16 août 1756 m. ELISHA LUCE (645) 9 juillet 1778.
137. CORNELIUS, b. 10 juin 1759.

44. JOSEPH CHASE , ( Isaac,3-2 Thomas1 ), b. 22 déc. 1713 rés. Nantucket, marin. Il m. MIRIAM COFFIN 26 décembre 1737.

140. FRANÇOIS, n. 10 septembre 1738 m. NAOMI GARDNER 5 janvier 1764.
141. PAUL, n. 2 août 1741 d. 3 décembre 1756.

53. ABRAHAM CHASE, ( Abraham,3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 14 décembre 1716 rés. Maisons Trou, commerçant. Il m. DÉLIVRANCE NICKERSON, dau. de William, qui était b. 1712 et d. 3 septembre 1788. Il d. prob. en 1752 comme l'inventaire de sa succession a été fait en mai de cette année et adm. accordé à la veuve en même temps. Sa propriété était évaluée à £183-7-1.

160. ABIGAIL, b. ( 1738 ) m. JOHN BURGESS leur fils Tristram Burgess n. l770 était membre du Congrès et juge en chef du Rhode Island.
161. ELIZABETH, n. (1740) m. MATTHEW MERRY (42) 24 décembre 1767.
162. MISÉRICORDE, b. 17 février 1743 m. JETHRO ATHEARN (48) 5 décembre 1765.
163. TIMOTHE, b. 22 juin 1745.
164. BENJAMIN, n. (1747).
165. MARIE, n. janv. 1749 m. (l) NATHANIEL KETCHUM 17 janvier 1769 (2) JOSEPH MERRY (44) 18 juin 1778. [Elle est enterrée au cimetière Crossways.]
166. DÉLIVRANCE, b. ( 1761 ) m. CHARLES EDMUNDSON 17 janvier 1773.

56. VALENTINE CHASE, ( Abraham,3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 15 juin 1735 rés. Trou de maisons. Il m. EUNICE CHASE (130). Il d. bef. 6 avril 1761 et sa veuve. m. (2) DAVID MERRY (33) 29 décembre 1761.

180. ABRAHAM, n. 9 décembre 1756 m. ELIZABETH BOURNE de Falmouth, Mass. 5 novembre 1778 Rem. à Cincinnati, O. et d. là-bas en novembre 1832.
181. EUNICE, b. 18 Mch. 1759.

57. POURSUITE DE ZACCHE ( Abraham,3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 15 juin 1737 rés. Maisons Trou, tonnelier et marin. Il m. (1) HANNAH BUTLER (635) le 22 février 1759, qui était né. 20 juin 1736 et d. 10 mai 1770 m. (2) prob. MME. DELIVERANCE (CAHOON) DAGGETT largeur. de Peter Daggett (110). Il d. 1778 en mer.

190. NICKERSON, n. env. 1773. [Il épousa Fanny Norton (630). Ils étaient les parents de Serena Chase.]

80. ABEL CHASE , ( Joseph,3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 9 octobre 1719 rés. E., chapelier. Il m. MERCY MAYHEW (107) 14 février 1744, né. 22 juillet 1725 et d. 23 février 1807. Il d. 25 janvier 1808.

200. BENJAMIN, n. 23 Dee.1745 m. ELIZABETH BROCK 27 février 1768.
201. ZEPHANIAH, b. 14 Mch. 1748 m. (1) ABIGAIL SKIFFE (104) 10 oct. 1773 (2) LOVE (WEST) SKIFFE (136) 16 janv. 1785 rem. à Windham, N. Y. [Shirley Pond Albert [email protected]> écrit que Zephaniah et Lovey Chase ont eu un fils David West Chase, qui a été emmené bébé à Jewett, NY dans les Catskills. David m. Abigail Pratt (fille de Zadock Pratt) et ils ont eu une fille Lucy Ann Chase qui a épousé Aaron Pond.]

89.THOMAS CHASE , ( Joseph,3 Isaac,2 Thomas1 ), bapt. 24 juin 1739 rés. Boston, à quel endroit il rem. jeune homme et est devenu distillateur à Auchmuty's Lane. Il m. (1) ANNA FIELDS (2) MME. ELIZABETH (COLLINS) ? BAGNALL 10 octobre 1771. Il était un ardent patriote à l'époque pré-révolutionnaire et a pris part à la célèbre "Boston Tea Party." Il est devenu officiellement connecté avec le parti américain et a été membre du Comité d'inspection 1774. Il a rejoint le armée après le début des hostilités et s'éleva progressivement jusqu'au rang de quartier-maître général adjoint des forces du Massachusetts en 1779. Par m. il était lié au général Thomas Mifflin de Pennsylvanie. Il d. 17 mai 1787. "Il était humain, bienveillant et un ami sincère de ce pays", a déclaré le Massachusetts Centinel de cette date. Sa largeur. Elizabeth m. (2) WILLIAM GREENLEAF (int. 20 nov. 1792) et d. décédé le 19 août 1808 à Stoughton, Massachusetts.

210. ANNA, n. 20 novembre 1764 d. y.
211. ANNA, n. 10 août 1765 m. ABEL ALLEYNE (int.) 27 octobre 1787.
212. THOMAS, n. 23 juin 1767.
213. JOSEPH, n. 23 Mch. 1769 perh. ré. y.
Par deuxième épouse :
214. ABIGAIL, b. 10 juin 1772.
215. (JOSEPH W. ?).

100. SAMUEL CHASE , ( Thomas,4-3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 26 mai 1734 rés. T. fermier. Il m. JEDIDAH MAYHEW (200) qui était b. 3 Mch. 1733 et d. 23 février 1807. Il rem. à Livermore, moi. et d. là le 2 août 1801.

220. SARAH, n. 9 septembre 1753 m. WILLIAM MERRY (37) 27 octobre 1774.
221. THOMAS, n. 30 septembre 1755.
222. ELIZABETH, n. ( 1757 ) m. WARD TILTON.
223. SAMUEL, n. ( 1769 ) m. et a vécu à Londres, Eng.
224. LOTHROP, b. (1760) rem. à Virginie et m. là.
225. TRISTRAM, b. ( 1762 ) m. MARIE JOYEUSE (122).
226. SARSON, b. (1764).
227. OLIVE, b. 12 août 1766 m. JAMES NORTON (571) 26 Mch. 1789.
228. LYDIA, n. 4 février 1772 m. MOSES HILLMAN (198) 11 septembre 1794.
229. PAIN, n. (1774) perdu en mer, jamais entendu parler.
230. PRUDENCE, b. 6 juillet 1776 m. NAPOLÉON JONES.

110. THOMAS CHASE , ( Nathan,4 Isaac,3-2 Thomas1 ), b. env. 1724 rés. T., yeoman. Il m. SARAH CLAGHORN (82) 28 avril 1751, qui était né. env. 1727. Il vivait en 1790, mais la connaissance de cette famille fait défaut.

231. NATHANIEL.
232. NATHAN.
233. JAMES.
234. ANN
235. MARIE, n. 29 avril 1769 m. SAMUEL LAMBERT (71) 4 avril 1787.
236. LYDIE.
237. ABRAHAM.

113. SHUBAEL CHASE , ( Nathan,4 Isaac,3-2 Thomas1 ), b. env. 1728 rés. Nantucket, cordonnier. Il m. SARAH MANTER (63) 27 juillet 1758 est venu à T. abt. 1760.

240. PARNEL, b. 14 novembre 1759 m. GEORGE MARRON.
241. GEORGES, n. 16 juillet 1761 m. REBECCA COFFIN 17 juillet 1788.

114. ISAAC CHASE , ( Nathan,4 Isaac,3-2 Thomas1 ), b. vers 1730 rés. Nantucket, yeoman. Il m. MERCY CHADWICK 23 novembre 1752. Il d. prob. 1763 comme sa largeur. a été app'd. admx. de son est. en décembre de cette année.

250. JONATHAN, m. MARY SMITH 9 Mch. 1783.
251. BENJAMIN, n. 1760.
253. ISAAC, m. EUNICE BROWN 22 février 1778.

135. JOSEPH CHASE , ( Isaac,4-3-2 Thomas1 ), b. 6 août 1750 rés. T. "North Shore", agriculteur. Il m. (1) MARTHA HILLMAN (147) 26 novembre 1772, qui était né. 4 novembre 1748, et d. 9 janvier 1788 m. (2) EUNICE ROTCH (46) 14 juillet 1796, né. 1769 et d. 7 sept. 1818. Son testament le 28 janvier 1824 était pro. 3 décembre 1824.

270. (Fils) b. (1773) d. 1794 en mer.
271. AMOUR, b. 1774 m. WILLIAM DOWNS (61) 7 novembre 1793.
272. HANNAH, n. 3 février 1776 m. STEPHEN NEW 10 janvier 1802.
273. RHODA, b. 14 septembre 1779 m. DAGUETTE FREEMAN (125).
274. FRANÇOIS, n. l juillet 1781 m. PRISCILLA LUCE (800) 8 décembre 1803.
275. JOSEPH, n. 29 avril 1783 m. HANNAH ROBINSON (126) 22 juin 1819.
276. CONSTANTE, b. (1786) m. CHARLOTTE LUCE (1000) 28 mai 1812.
Par deuxième épouse :
277. WILLIAM, n. 27 déc. 1800 m. GRIS TEMPERANCE (111) 26 septembre 1821.
278. GEORGES, n. 5 juillet 1803 transféré à Wiscasset, Me.
279. ISAAC, b. 1805 d. 1831.
280. MARIE, n. 1807.
281. TRISTRAM, b. 1809. [d. 29 juin 1850 ?]

163. TIMOTHY CHASE , ( Abraham,4-3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 22 juin 1745 rés. Maisons Trou, meunier. Il m. REBECCA BASSETT 23 nov. 1773, dau. de Nathaniel et Hannah (Hall) Bassett, qui était b. 23 octobre 1750 et d. 28 octobre 1821. Il construisit le moulin à vent autrefois situé sur Main Street, Vineyard Haven et faisant maintenant partie de la résidence de feu le brigadier. Le général A. B. Carey, États-Unis. Il d. 28 avril 1818 et son testament le 27 octobre 1815 pro. 22 juin 1818. Inventaire d'un montant de 6806,72 $. [Il est enterré au cimetière Crossways.]

300. ABIGAIL, b. décembre 1774 d. y. [Elle est enterrée au cimetière Crossways.]
301. (Enfant mort-né) b. 9 Mch 1777.
302. BENJAMIN, n. 2 Mch. 1779 m. ALICE F. SPALDING 20 février 1806.
303. TIMOTHE, b. 28 novembre 1781 m. (1) CONTENT DUNHAM (451) 27 sept. 1804 (2) SARAH LUCE 7 juin 1818. [He d. décédé le 14 juin 1855 à Tisbury et inhumé au cimetière Crossways.]
304. DÉLIVRANCE, b. 21 janvier 1784 m. EDMUND CROWELL (62) 4 novembre 1804.
305. REBECCA, b. 14 février 1787 m. CAPT. TRISTRAM LUCE (1109) 24 janvier 1811. [Elle est décédée le 26 juin 1862 à Tisbury.]
306. HANNAH, n. 5 septembre 1789 m. ELISHA LUCE 14 octobre 1810. [A-t-elle épousé (2) Alfred Norton et est-elle décédée le 25 juin 1866 à Tisbury ?]

221. THOMAS CHASE , ( Samuel,5 Thomas,4-3 Isaac,2 Thomas1 ), b. 30 sept. 1755, rés. E., agriculteur. Il m. DESIRE LUCE (482) 8 Mch. 1780, qui était né. 22 juin 1756 et d. Avril 1851. Il rem. à Livermore, moi. en 1791 et d. là-bas en avril 1844. Pendant la Révolution, il a servi dans les forces navales en tant que corsaire et dans l'établissement naval. Dans ce dernier, il a servi avec le commodore John Paul Jones et a été capturé et incarcéré à la prison de Mill, Plymouth, Eng. Il était l'ancêtre d'Elizabeth Chase, b. 9 octobre 1832, connue plus tard sous le nom d'Elizabeth Akers-Allen, la poétesse, auteur de "Rock Me to Sleep, Mother" et d'autres poèmes bien connus.

330. THOMAS, n. 22 février 1782.
331. LURA, n. 11 Mch.1784.
332. LOTHROP, b. 22 Mch 1787.
333. JAMES, né le 16 novembre 1789.
334. REBECCA, né le 20 septembre 1792 m. TRISTRAM TILTON (270) 31 décembre 1818.
335. OLIVE, b.8 nov.1795.
336. LYDIA, n. 8 novembre 1795.
337. LUCY, n. 14 septembre 1801.

226. SARSON CHASE , ( Samuel,5 Thomas,4-3 Isaac,2 Thomas1 ), b. env. 1764 rés. T., agriculteur. Il m. (1) JANE BOARDMAN (48) qui était b. 14 août 1767 m. (2) MARY MAYHEW (484) qui était b. 10 Mch. 1774. Il rem. à Livermore, moi. avec ses parents et d. là.

350. JANE, m. ISAAC HASKELL de New Gloucester.
351. MAYHEW, rés. Livermore, cordonnier.
352. SARSON, rés. Livermore rem. à Charlestown, Mass.
353. MARIE, m. CHARLES HOWARD.

Êtes-vous issu de cette famille ? Avez-vous des informations supplémentaires qui devraient être ajoutées à cette page?
Commentaires? Corrections ? Suggestions? Contactez C. Baer.


Voir la vidéo: Isaac Smith Playing Trombone (Janvier 2022).